Calèche

Hermès

Note des visiteurs :

(8 votes)

23 avis

Cuir & tradition

par Jeanne Doré , le 2 juillet 2007

A part Vuitton qui avait fait quelques tentatives échouées peu de temps auparavant, Hermès a été le premier maroquinier à se lancer dans les parfums. Ayant commencé au début du 19e siècle à fabriquer des brides et des harnais, Hermès se spécialise ensuite dans les selles, puis, avec l’avènement de l’automobile, se lance dans les articles de voyage.
Après trois premiers parfums lancés dans les années 50, vendus de manière confidentielle dans les boutiques, et boudés par les parfumeries, Hermès voulait lancer un grand féminin reflétant les valeurs de la marque : réputation et tradition. Le nom Calèche évoquait à la fois l’élégance, l’évocation d’une femme début de siècle, et en cohérence avec l’héritage de la marque.
L’accord floral chypré a la particularité d’être très linéaire, compact et homogène. Aucune note ne semble prédominer sur les autres. Le coeur floral composé de rose, jasmin, et iris, est amené par un accord hespéridé et aldéhydé, et débouche progressivement sur un fond chypré, mousse de chêne, vetiver et santal.
Il y a quelques similitudes avec Madame Rochas, mais Calèche est moins rosé. Il sera par ailleurs une grande source d’inspiration, et l‘on peut retrouver un petit air de famille entre autre dans Calandre, Rive gauche pour Homme, ainsi que la note de fond de Chanel N°19.

À propos de l'auteur

Jeanne Doré

J’ai co-fondé auparfum.com en 2007, et j’en suis aujourd’hui rédactrice en chef à temps partiel, et rédactrice... un peu de temps en temps !

Voir son profil
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par LizaDiParma, le 2 octobre 2014 à 10:12

Bonjour a tous, je viens de m’offrir aux enchères un ancien flacon de calèche. J’attends de le recevoir afin de savoir grave au code flacon de quelle année il date. La vendeuse dit qu’il n’a pas bougé malgré les années. J’ai hâte de le sentir ! Je ne connais pour ma part que le récent Soie de Parfum. ... et pour moi ça sent ma "maman qui sort" :) donc à suivre. ... par ailleurs je recherche un ancien Ma Griffe de carven dont je suis totalement fan. ... si quelqu’un connaît quelqu’un qui.... enfin voilà. Bises a tous.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par _Pascale, le 11 juillet 2014 à 18:39

Mettre le nez dans Calèche soie de parfum m’a donné l’impression de plonger la tête dans un baril de lessive tant il sent la poudre et le propre.
L’odeur n’est pas désagréable, mais à mon goût trop entêtante et linéaire, rien à voir avec la description faite par Jeanne qui doit correspondre à la version antérieure à 1992 (si ce que j’ai lu est correct).
Je ne le déteste pas mais il me laisse indifférente car il ne me raconte rien, et pour tout dire je le trouve très ennuyeux.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Noenrys, le 21 juillet 2014 à 09:58

Je suis d’accord avec vous, Calèche semble avoir perdu un peu de son âme car je ne retrouve pas non plus le parfum décrit par Jeanne. Je l’ai également trouvé ennuyeux.
Quand je l’ai testé j’ai eu la sensation de mettre le nez sur un énooooorme savon. Ca m’a rappelé l’odeur de la salle de bain de ma grand-mère : quelque chose de très savonneux, très propre.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jean-David, le 1er janvier 2014 à 06:36

Bonne et heureuse année à tous !
Une question à ceux qui fréquentent Calèche : recommandez-vous plutôt la version Eau de parfum ou Eau de toilette ? Existe-t-il un extrait ? Et une autre question encore : ce parfum résiste-t-il bien aux reformulations que lui impose, peut-être, la tatillonne réglementation ? Merci d’avance pour vos lumières, à l’aube de l’an neuf !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Patrice, le 1er janvier 2014 à 13:46

Salut ! Et bonne année.
 
Perso, je conseillerais d’avantage la Soie de Parfum (appellation pour l’EDP). Et l’extrait existe encore, mais je ne crois pas l’avoir senti.
Sinon, Calèche a aussi bien changé depuis le temps. Moins aromatique, moins poivré, Nouille-sans-coeur disait aussi sentir une civette de pas très bonne qualité. Perso j’y suis assez sensible, aux civette de synthèse et mal fondues (Miss Dior l’Original, si tu nous lis...), mais là ça ne m’a pas sauté au nez. Après, je dirais qu’il n’en est pas au point de Miss Dior, niveau reformulation, plutôt comme un Shalimar. Certes on voit qu’il a perdu quelques trucs, certaines notes ont disparus, certains effets aussi, mais il est toujours très bien.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 1er janvier 2014 à 17:51

Bonne année à vous tous !
Bonjour Jean David, salut Patrice (un jour je m’attends à un Nouille au beurre ou quelque chose du genre). Calèche est en effet un parfum qui a pas mal bougé. Je pense que Patrice se base en partie sur mon eau de toilette des années 70 qui est en effet assez aromatique en tête, ces notes ont complètement disparu depuis au moins une quinzaine d’années, de même que le fond moussu. Calèche était un grand floral aldéhydé chypré, c’est maintenant un honorable floral aldéhydé. L’eau de toilette actuelle et la soie de parfum sont plus grasses que par le passé.
Quant à l’extrait actuel, je vais devoir le retester sérieusement, parce que la dernière fois, j’ai senti en tête une grosse note de civette (ce qui est évidemment anormal) genre grosse couche souillée !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 1er janvier 2014 à 17:55

Et oui, comme une mauvaise civette de synthèse qui ne se fond pas, ce que je ressens par exemple dans certaines versions de Boucheron pour femme ou dans la version actuelle de Paloma Picasso EDP, que je trouve pour le coup vraiment dégueulasse.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Patrice, le 1er janvier 2014 à 19:13

Je suis d’accord pour le Paloma Picasso, même problème que pour Miss Dior et il y en a d’autres dans le même cas, mais je ne me souviens plus des quels. Dans M/Mink on sent cette civette de synthèse, mêlée à la base animalis, mais là ça fait partie un peu de l’effet recherché.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jean-David, le 1er janvier 2014 à 22:29

Merci les amis. Le mieux serait peut-être encore de rechercher des flacons vintage. Mais là encore, cela peut avoir bougé, par l’outrage du temps... Rien à faire, il faut peut-être abandonner l’idée de vivre un âge d’or pendant un âge de fer, faute de machine à remonter le temps. Et prendre les créations contemporaines comme elles viennent, avec leurs surprises, parfois bonnes.

Mais qui nous rendra jamais le charme des parfums d’autrefois ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 2 janvier 2014 à 12:21

Franchement, je trouve que Calèche reste un très beau parfum. Mais rechercher un vintage est selon moi tout à fait envisageable et pertinent. Je faisais il y a quelques temps sentir à l’aveugle à des amis étudiants en parfumerie Calèche en soie de parfum actuelle et une eau de toilette années 70, et bien à l’unanimité, tout le monde a trouvé l’edt vintage plus intéressante, pleine de nuances, avec de belles notes aromatiques en tête et un vrai fond chypré. Et tu peux en trouver une pour pas trop cher je pense, je n’ai payé la mienne que 15 euros...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Sun Jae, le 2 janvier 2014 à 14:02

Petite question : je vois sur le net pas mal de Calèche vintage mais la couleur du jus semble soit mordorée, soit verte, et les deux sont des EDT. Est-ce normal ? L’une est-elle plus ancienne que l’autre ? Par contre, le prix moyen est plutôt de 60-70€ sur ebay :o/

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 2 janvier 2014 à 16:50

Calèche doit avoir une couleur jaune qui tire LEGEREMENT vers le vert. Si le jus est vert, c’est qu’il y a un problème. Normalement, en vieillissant, Calèche fonce jusqu’à devenir marron voire rougeâtre. Mais c’est un peu comme pour Diorissimo ou Joy : dès que ça fonce, ce n’est même plus la peine, c’est flingué !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 9 novembre 2013 à 09:24

Un des premiers parfums que j’ai mis (essaye) enfant. J’avais 5 ou 6 ans et je vaporisais sur moi. J’avais du mal a tenir le vaporisateur dans mes mains.
Il était beaucoup plus beau qu’aujourd’hui, surtout les notes de fond.

Ma mere avait achete aussi un vaporisateur d’extrait en Ecaille de tortue (je pense que ca n’existe plus).

C’est un de mes parfums d’enfance les plus anciens. C’était l’odeur de ma maman.
L’actuelle version a subi une sacree cure d’amaigrissement.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par mouni, le 8 septembre 2011 à 00:54

vraiment ce parfum est trop bon....il n’y a pas longtemps ou j’ai commencé à l’utiliser et j’en suis très satisfaite ainsi que mon entourage l’aime bien...ça sent la propreté...la clarté...et l’élégance bien sur...j’aime bien ce parfum et merci à vous..

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par zab63, le 23 mai 2011 à 16:46

Ce qu’il y a de bien avec les fleuris aldéhydés, c’est qu’ils se portent agréablement toute l’année. Calèche reste "classe" même par grosse chaleur. J’adore la "soie de parfum", mais l’eau de toilette, plus fraîche, est parfaite aussi et tient très bien. Le fond, sec et un peu austère, en fait un parfum "sérieux", mais pas forcément "vieux jeu", même s’il est peu porté par les jeunes.
Madame Rochas est plus crémeux, plus doux. Je l’adore aussi. Je reviens à la famille "Fleuris aldéhydés" régulièrement. Souvenirs d’enfance ? Je n’en sais rien. Ma mère portait L’Air du Temps, qui est floral,mais pas aldéhydé. Envie de faux propres, peut-être...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 avril 2010 à 05:33

Jeanne, si vous connaissiez vos classiques dans leur forme originale et si vous aviez lu un livre considere comme un "must-have", Les Sens du Parfum de Guy Robert (auteur de Caleche, Madame Rochas, Doblis et Amouage Gold), vous sauriez qu’il avait incorpore de ses propres mots "une note de femme qui se neglige", laquelle est totalement absente de l’actuelle reformulation passee a la lessiveuse !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 30 avril 2010 à 00:44

Jeanne, desolee si je n’y suis pas allee de mains morte dans mon commentaire precedent, mais c’est une reaction face a toutes ces revues de parfums qui racontent toute la meme chose des qu’on a affaire a un classique tel que Caleche - l’elegance bourgeoise (Bois de Jasmin... hello ! LOL) - je trouve ca facile (un enfant de 10 ans saurait fort bien qu’un tel parfum n’a pas ete cree pour sublimer le mouvement hip/hop !), ce qu’il y a de plus interessant a propos de Caleche c’est justement les propres mots de Guy Robert qui evoquent la sexualite de Caleche ("note de femme qui se neglige"), avec cinq mots "he takes it to a higher level". ca m’interesse plus que de parler de l’eternelle elegance surannee de la haute parfumerie francaise.

E.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lahema, le 17 mars 2009 à 13:24

Mon premier avis pour mon tout premier parfum.
Il était bien rangé dans l’armoire de la salle de bain, une toute petit bouteille dans une jolie boîte velouté.
Je devais avoir dans les 15 ans et j’en ai usé discrètement et régulièrement pendant plusieurs mois. Ma mère ne le portait pas, elle l’a vu mais trop bien tard. J’avais utilisé toute la bouteille d’extrait !
Je l’adorais, un vrai doudou velouté et rassurant.
Par contre, je l’ai réessayé bien plus tard et je ne l’ai plus jamais retrouvé tel qu’il me plaisait.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 17 mars 2009 à 22:18

Bonjour Lahema, bienvenue sur auparfum, et merci pour votre témoignage ! Moi aussi ma maman portait Calèche...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par S9, le 4 janvier 2008 à 18:22

Voici pour moi le contraire d’un parfum "cheap" : tout ici évoque le luxe, le bon goût, le raffinement. On peut certes lui reprocher son côté trop lisse, un peu vieille France, un peu bourgeois peut être. On sent que c’est un parfum qui a marqué une époque, il a sans doute un peu vieilli... mais quelle classe !

J’adore son départ vert et surtout son côté poudré. Les notes tiennent longtemps, il ne nous abandonne pas.

Un parfum à porter au printemps ou en automne, en portant un jean et des baskets et en évitant le tailleur... pour ne pas virer "dadame", et contrebalancer son côté classique chic.

En tout cas un parfum qui me rappelle un peu Miss Dior, c’est tellement bon d’y revenir, et puis ça nous change des chyprés fruités qui envahissent le marché !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Auteur non enregistré, le 4 novembre 2007 à 20:23

Depuis des années je cherchais à remplacer Climat de Lancôme que l’on ne trouve plus... (mon parfum pendant plus de 30 ans...)
J’ai découvert Calèche en mai 2007, et j’en suis ravie... il est discret et très agréable à porter... mon entourage aime beaucoup... je pense que plusieurs amies vont se laisser séduire par ce parfum...
Ce parfum sent "le propre... la savonnette..."

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Fan de parfum, le 11 novembre 2007 à 16:06

Bonjour Jossbi, vous pouvez trouver Climat à la maison Lancôme, rue du Faubourg Saint Honoré, à Paris, et au rdc du Printemps Haussmann.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Lire la critique de Gold pour Femme

Gold pour Femme

Divinité Floral-Aldéhydée
La première création de la marque Amouage : une expression de l’amour des parfums et du classicisme à la française.
Note des visiteurs :

(8 votes)

Lire la critique de Cuir d'ange

Cuir d’ange

Objet céleste
Quand Hermès nous offre un miracle de ciel et de peau et nous démontre, s’il en était besoin, que le parfum est œuvre d’art.
Note des visiteurs :

(12 votes)

Lire la critique de Rouge Hermès

Rouge Hermès

Carré de soirée
Un parfum qui en fait probablement beaucoup, voire trop. Mais qui rappelle que parfois le fastueux a du bon.
Note des visiteurs :

(6 votes)

Lire la critique de 24, Faubourg

24, Faubourg

24 carats
Un parfum néoclassique qui dénote dans le paysage olfactif des année 90. Un orchestre symphonique de fleurs blanches harmonieux et savamment maîtrisé.
Note des visiteurs :

(15 votes)

Lire la critique de Terre Eau Très Fraîche

Terre Eau Très Fraîche

Eau souriante
Une déclinaison autour des quatre éléments très fraîche, et surtout très intelligente, du masculin culte d’Hermès.
Note des visiteurs :

(7 votes)

Lire la critique de Bel-Ami

Bel-Ami

Cuir anobli
Entre histoires d’ascension sociale, de séduction, d’opportunisme et de politique, le cuir d’Hermès est une aristocratie olfactive.
Note des visiteurs :

(22 votes)

Lire la critique de Knot

Knot

Infusion à l’italienne
Continuant sur sa belle lancée, Bottega Veneta nous montre avec un accord savonneux et raffiné. que le classicisme peut encore surprendre.
Note des visiteurs :

(3 votes)

Lire la critique de Jersey

Jersey

Entre la poire et la lavande
Un parfum confortable comme le tissu auquel il emprunte son nom, où la lavande se fait raffinée, vanillée et révèle une douceur tactile de chair fruitée...
Note des visiteurs :

(10 votes)

Lire la critique de Deux Amours

Deux Amours

Amarante aimante
Réédition récente orchestrée par Thomas Fontaine, Deux Amours évoque avec brio la France parfumée des années 20 et 30, dans une splendeur rétro où explosent beaucoup de (...)
Note des visiteurs :

(4 votes)

Lire la critique de Chamade

Chamade

Femme libérée
Quand Guerlain accompagne la libération des femmes, cela donne un parfum insaisissable aux accents fruités, verts, fleuris et ambrés.
Note des visiteurs :

(8 votes)

Lire la critique de Cuir d'ange

Cuir d’ange

Objet céleste
Quand Hermès nous offre un miracle de ciel et de peau et nous démontre, s’il en était besoin, que le parfum est œuvre d’art.
Note des visiteurs :

(12 votes)

dau

dau

a porté Calèche le 20 octobre 2014
Une mise à jour du profil était nécessaire... Que dire, en fait ? Que j’aime les parfums qui me tiennent lieu de poésie et me racontent des romans. Et que je passe de l’un à l’autre comme un acteur (...)
Quelques fleurs

Quelques fleurs

a porté Calèche le 12 octobre 2014
Adoratrice de parfum mais pas une parfumista. Petite culture olfactive qui ne demande qu’à grandir. Lectrice de la blogosphère parfumée mais peu disserte car n’ayant pas grand chose à dire mais (...)

en ce moment

nounours a commenté Vétyver

il y a 6 minutes

j ’ ai recherché ce parfum dans 2 grandes enseignes de parfumerie(…)

L’orpheline a commenté Laine de Verre

il y a 32 minutes

Céline disait que la fête à Neuilly c’est vulgaire, et bien je partage ce(…)

Opium a commenté Carnal Flower

il y a 33 minutes

Bonsoir Calygo. Nous sommes très nombreux à être d’accord. La maîtrise du(…)

Opium a commenté Carnal Flower

il y a 35 minutes

Bonsoir Solance. Il est tout à fait vrai que "Carnal" est d’une(…)

BlueJasmine porte Elle L’aime aujourd'hui

il y a 41 minutes

Opium a commenté Jersey

il y a 42 minutes

Bonsoir encore à tous. Salut Jicky et PoisonFlower. Bravo pour cet(…)

Opium a attribué 2 étoiles à Jersey

il y a 52 minutes

Opium a aimé la critique de Jersey

il y a 53 minutes

à la une

Knot - Bottega Veneta

Infusion à l’italienne

Continuant sur sa belle lancée, Bottega Veneta nous montre avec un accord savonneux et raffiné. que le classicisme peut encore surprendre.

dernières critiques

Lire la critique de Jersey

Jersey - Chanel

Entre la poire et la lavande

Un parfum confortable comme le tissu auquel il emprunte son nom, où la lavande se fait raffinée, vanillée et révèle une douceur tactile de chair fruitée...

Lire la critique de Vétyver

Vétyver - Givenchy

Vétiver d’avant-garde

Un vétiver fort et affirmé qui a dépassé la cinquantaine sans avoir pris une ride

Lire la critique de Deux Amours

Deux Amours - Patou

Amarante aimante

Réédition récente orchestrée par Thomas Fontaine, Deux Amours évoque avec brio la France parfumée des années 20 et 30, dans une splendeur rétro où explosent beaucoup de sensations.

concours

Lire la critique de Concours Bougies - Olfactive Studio

Concours Bougies - Olfactive Studio - Olfactive Studio

Olfactive Studio vous propose de tenter de gagner ses 4 bougies parfumées !

actualités

Zoologist Perfumes, visite dans un bestiaire de la parfumerie

le 29 octobre 2014

Zoologist Perfumes présente Beaver, Panda et Rhinoceros, trois parfums inspirés par la vie des bêtes...

L’olfaction, à écouter sur France Culture

le 28 octobre 2014

Une émission sur France Culture qui nous parle d’olfaction... à écouter attentivement, bien sûr !

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Un parfum discret comme la campagne anglaise

par anniedantan

Je cherche un parfum en accord avec mon âge, qui me ressemble, et qui traduise mon attachement à la campagne anglaise, la discrétion, la courtoisie, la bonne éducation.

discutons-en

Des parfums et des livres

par Jeanne Doré

Le parfum est aussi présent en librairie. Quels sont pour vous les meilleurs ouvrages qui lui sont consacrés ?