Fidji

Guy Laroche

Note des visiteurs :

( 12 votes)

30 avis

Possibilité d’une île

par Jeanne Doré , le 11 mars 2011

Au début des années 80, la maison Guy Laroche n’avait pas encore été lâchement délaissée par le groupe L’Oréal comme une vieille épouse négligée, et elle était alors à son apogée, avec le succès de son iconique Drakkar Noir, (emblême suprême de la fougère fraîche et propre qui influencera à jamais toute une génération de Tahiti Bois des Tropiques...) Et bien sûr, Fidji, le premier féminin lancé en 1966, qui vivait encore ses heures de gloire.
A cette époque, lorsqu’on voulait créer un parfum évoquant ses vacances paradisiaques sur une île du Pacifique, on ne se ruait pas tête baissée, comme maintenant, sur un accord de piña colada et de milk shake à la banane (au hasard, Escada Pacific Paradise ?) ou un bouquet de fleurs tropicales sirupeuses et fruitées (heu..., Beyond Paradise ?) mais on faisait, tout simplement, un beau floral vert.
On pourrait bien croire en le sentant qu’il se serait inspiré de Chanel N°19, alors qu’il a en réalité été créé quatre ans auparavant, embarqué dans la même grande vague verte de la fin des années 60, dupliquant le fameux accord galbanum-jachinte-rose-jasmin sur fond de mousse, de patchouli et de vétiver. Mais ce qui donne à Fidji son caractère nostalgique et unique, c’est l’hommage à l’Air du Temps, à qui il vole la célèbre note épicée à la fois piquante et crémeuse de l’œillet, l’amenant sur un territoire douillet et tendre qui se fond intimement au fond chypré, poudré, musqué.
Il combine à la fois l’élégance froide d’un Chanel, la mélancolie romantique d’un Ricci, et même l’aplomb un peu aristo d’un Dior chypré (ancienne génération bien sûr...)
Fidji l’orphelin, le négligé, le délaissé, mériterait bien une meilleure place que celle des bas étages des Séphoras et consort. Si seulement il avait été soutenu par un minimum de communication et de visibilité, il aurait sans doute une situation à sa juste valeur aujourd’hui, et pourrait probalement incarner un grand classique de la parfumerie à la hauteur de ses contemporains plus chanceux...

À propos de l'auteur

Jeanne Doré

J’ai co-fondé auparfum.com en 2007, et j’en suis aujourd’hui rédactrice en chef à temps partiel, et rédactrice... un peu de temps en temps !

Voir son profil
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Vol de Nuit, le 20 avril 2013 à 10:39

J’ai retrouvé dans ma cave un flacon jamais ouvert de Fidji ! Je l’ouvre, craignant la maderisation de la fragrance et la, miracle : le "vieux" Fidji intact !!!

Il est vrai qu’il est resté toutes ces années dans sa boite a l’abri de la chaleur et lumière (cave a vins a l’ancienne avec sol en terre).

Il est etonnament actuel avec ses notes sucrées, vertes epicees (je parle de l’eau de parfum 100 ml).

J’irai sentir le Fidji réformulé pour comparer.

A la parfumerie hier (Sepho) toujours pas d’eau de narcisse bleu. Snif ! J’ai découvert l’Eau des merveilles et Un jardin sur le Nil du coup. Puis dans une autre parfumerie, Ninfeo mio . Le paradis !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 20 avril 2013 à 12:19

Bonjour Vol de Nuit,

 

J’adore Fidji, vous êtes chanceuse ;)

Pour l’eau de narcisse bleu, généralement il est au rayon masculin en fait. Vous avez regardé sur ce rayon aussi ? ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vol de Nuit, le 20 avril 2013 à 17:13

Bonjour Jicky !

Ah la la ! Moi j’ai regardé au rayon féminin (dans le secteur des "Jardins" d’Hermes).

J’irai re-jeter un oeil sur l’Eau de Narcisse bleu et je le récupérerai après ...

Merci !!!

J’ai eu un échantillon de Un jardin sur le Nil et l’Eau des merveilles.

Je raffole des parfums de Jean Claude Ellena, il faudra que j’essaye l’Ambre des merveilles et les eaux Hermes faites par lui.

l’Eau des merveilles a l’air pas courant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 20 avril 2013 à 23:16

Ah mais Ellena c’est un des parfumeurs clef de notre époque... Indispensable ! J’adore sa série des Jardins. Je suis un peu moins convaincu par la série truc des Merveilles même si c’est (presque) toujours mieux que le dernier jus de sucre à la mode ;)

 

Allez faire un tour chez les monsieur et entre deux ou trois bois qui piquent et un lingot blingos, vous trouverez ce petit bijou ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par maena, le 13 mars 2013 à 11:22

Oui un très très beau parfum bien vite oublié et relégué sur l’étagère du bas.

Je l’ai ressenti également il y a peu et en le laissant évoluer sur paillette, je me suis aperçu que Eau d’Issey Absolue et Fidji avaient tendance à évoluer vers les mêmes notes.

Il devient malheureusement difficile de trouver l’EDP en 100ml alors que ce conditionnement vient de faire son apparition en EDT laquelle était introuvable encore l’an passé.

Finalement, il se pourrait bien ce soit mon prochain achat plutot que Jaipur Bracelet ou 10 Av GV de Balenciaga

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par matisse15, le 12 mars 2013 à 22:38

Souvenir ému !
Mon premier parfum, je devais avoir 15 ou16 ans ... Merci de ce souvenir !
Parfum très particulier ... Test à faire ... Que devient’il par rapport à mon odorat ??
Bonsoir !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par mondriana, le 2 février 2013 à 12:24

Ce parfum peut évoquer, sans imposer. Sa personnalité a d’autant plus de sens que la pub de l’époque montrait une femme alanguie sur une plage à la tombée de la nuit. Evocation d’un paradis et d’un ailleurs... si une goutte de chanel n° 5 suffisait à Marlyne pour aller au lit, une goutte de Fidji m’emmenait sur cette plage.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par S9, le 24 décembre 2012 à 17:19

Samedi 22 décembre, dernier WE avant Noël, cohue dans tous les magasins : je passe devant un marionnaud, tiens je vais sentir quelques parfums... Pas vraiment intéressée par les nouveautés (eh oui, vous avez bien souvent sauvé mon nez de certains chocs olfactifs préjudiciables à sa bonne santé ! ahhh).
J’ose quand même sentir Candy, juste pour voir si la fragrance est aussi moche que son flacon. Je confirme la relation entre les deux.
Je poursuis ma balade parfumée dans les rayons de marionnaud donc, qui doit faire 60m² avec 40 personnes à l’intérieur, magasins surchauffé, pauvres parfums que l’on nous vend, stockés dans des conditions souvent déplorables (la lumière et la chaleur, hein, vous savez mesdames les vendeuses, les deux principaux ennemis des produits que vous vendez).
Là je croise un jeune homme, j’ai juste le temps d’entendre, en passant près de lui, qu’il recherche un parfum féminin "qui fait jeune". Hum.
C’est à ce moment là que je vois ce pauvre flacon de démonstration de Fidji.
La dernière fois que je l’ai senti, ça devait être en même temps qu’une miniature de Lumière de Rochas (le tout premier, pas le récent) que j’aimais beaucoup. Je devais avoir une dizaine d’années.

Pschittt pschittt ... et là waouh ! Mais oui, je m’en rappelle !
Je sors assez vite du magasin bondé, afin de mieux sentir ce que je devine être une petite merveille qui était restée bien au fond de ma mémoire.
Plus le temps passe, plus je suis submergée d’émotion face à cette verdeur poudrée, très classe.
Vraiment le genre de parfum des années 60/70 qui me fait craquer (Givenchy III, Private Collection, Calandre me font aussi cet effet).
J’aurais dû ressentir Fidji il y a bien longtemps !
Je suis un peu triste de découvrir, à la lecture de vos commentaires, que lui aussi est passé par la phase reformulation light-qui-perd-en-tenue-et-en-magie.
Pfff. Les parfums d’avant étaient bien plus puissants, une eau de toilette suffisait bien souvent, alors que maintenant il nous faut aller chercher dans les EdP voire les extraits.
J’achèterai, c’est sûr, Fidji dans pas longtemps. Moi aussi je crains la disparition de ces parfums que l’on qualifie de "vieux", mais lol
Je le vois très bien porté par une jeune fille, Fidji n’a rien de ringard !!
Un très beau parfum, à découvrir ou redécouvrir.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Mado33, le 23 septembre 2012 à 09:17

Fidji est un très beau parfum, aujourd’hui presque ignoré. Je m’en souviens comme si c’était hier. Je me souviens aussi d’un parfum très différent " J’ai Osé ", hélas de nom seulement.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par zab63, le 23 septembre 2012 à 17:53

Moi aussi je me souviens de J’ai Osé...il me semble qu’il se situait dans la catégorie "orientaux".

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Maowel, le 16 septembre 2012 à 19:35

Peu de parfums sur le site ont recueilli autant de témoignages simples mais infiniment émouvants : que le ton soit gai ou triste, cela fait plaisir à lire !
Je viens ajouter au concert de louanges : ma mère a porté Fidji dans les années 80 (Fidji en été, Ysatis en hiver...), et j’ai le souvenir d’un sillage à la fois doux et chic, d’une impression de lumière et de joie... J’aimerais beaucoup qu’elle le porte à nouveau !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par miss sweety, le 16 septembre 2012 à 11:09

Le parfum de ma soeur décédée cet été...je la revois encore, s’apprêtant à sortir avec son mari et prenant son fidji sur la table de nuit...merci jeanne pour ce bel hommage qui me touche beaucoup.
Serait il possible de faire une note sur "clandestine ?" J’ai aimé follement ce parfum et j’ai bien peur qu’il soit impossible de se le procurer actuellement.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Chantal, le 16 septembre 2012 à 08:58

ce sont mille étoiles et non 4 attribuées à Fidji. Mais vous l’aurez compris a la lecture de mon message. Bon dimanche

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Chantal, le 16 septembre 2012 à 08:51

Bonjour à tous,
En ce qui me concerne je porte ce merveilleux Fidji depuis 1975, première année de travail alors que j’avais 17e ans.
Je lui ai fait quelques infidélités pour voir mais chaque fois les nouveaux me gênaient, m’indisposaient.
Chaque fois, j’y suis revenue pour ne plus m’en séparer. Je ne les sens jamais lorsque je le porte mais tous ceux qui m’entourent m’associent a ce parfum et me disent combien je sens bon. Pas incroyable de se sentir unique avec ce parfum oublié au bas des rayons ? Seule peur qui me tarabuste depuis longtemps qui explique aussi mes infidélités : et s’il disparaissait ? Je n’ose et ne veux pas y croire !!!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par dzc4, le 23 septembre 2012 à 00:51

Bonsoir, je viens de lire votre message et il a attiré toute mon attention. Et pour cause ! Des années que je portais Fidji, le VRAI Fidji, j’entends ... Quand je me suis aperçue, et je ne suis pas seule dans ce cas, qu’il avait été entièrement transformé. Les matières naturelles d’origine végétale ont été synthétisées, le parfum n’a plus aucune tenue, aucun sillage. Seul le prix n’est pas synthétique ! C’est tout simplement du vol. La maison L’Oréal possède la formule, et en a fait ce que l’on trouve à présent "au bas des rayons" ... une ordinaire eau de supermarché. Il faudrait qu’une autre maison rachète cette formule, et remette sur la marché le vrai produit tel que nous le connaissons. On peut rêver, ou agir ! C’était une création unique, et beaucoup de personnes s’aperçoivent peu à peu que leur parfum (Fidji ou d’autres), ont été transformés par souci de bénéfice uniquement !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par zab63, le 23 septembre 2012 à 17:45

Je suis entièrement d’accord ! En fait, Fidji avait déjà complètement changé au début des années 90, mais à l’époque, je pensais que mon nez me jouait des tours. J’ai porté le vrai Fidji en 1980 ; je l’adorais, il était d’un exotisme parfait, et si féminin !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Lire la critique de Youth-Dew

Youth-Dew

Pour celles qui s’adonnent à Estée Lauder
Lorsqu’en 1952 Estée Lauder lance Youth-Dew, son premier parfum, elle sait qu’elle relève là un défi. A l’époque aux Etats-Unis, le bon ton veut en effet que les femmes attendent de se faire offrir du (...)
Note des visiteurs :

(6 votes)

Il n'existe pas d'articles correspondants.

Lire la critique de Vierges et Toreros

Vierges et Toreros

La Belle est La Bête
Un combat chorégraphié entre une belle fleur faussement fragile, et une bête pas si facile à apprivoiser. A déconseiller aux âmes sensibles.
Note des visiteurs :

(0 vote)

Lire la critique de Rosabotanica

Rosabotanica

Mi figue mi petit-grain
Une atmosphère de jardin d’apothicaire, excentrique, hors des sentiers battus.
Note des visiteurs :

(1 vote)

Lire la critique de The Unicorn Spell

The Unicorn Spell

Haricot Fleur
Haricots magiques, licornes, arcs-en-ciel, Gandalf et jeux de construction ; une violette verte complètement barje !
Note des visiteurs :

(5 votes)

Lire la critique de Eden

Eden

Pêché original
Une sorte de "post-j’y-fous-tout" qui ne parvient pas à choisir entre la cacophonie de notes propres aux années 80 et l’épure zen qui est celle des 90’s et a pour lui de posséder une vraie (...)
Note des visiteurs :

(1 vote)

Lire la critique de Honey

Honey

Menu Sodexo
Honey est-il : a) une vision du miel à la Disney b) une œuvre d’art incomprise c) une salade de fruits... pas jolie, jolie ?
Note des visiteurs :

(4 votes)

en ce moment

Arpège a commenté L - Lolita Lempicka

il y a 1 minute

C’est quand même dommage, un parfum de Maurice Roucel qui disparait ! Bon(…)

Arpège a commenté La Panthère

il y a 8 minutes

Quelle Femme extraordinaire ! Quel talent dans son Art ! Nee le jour de(…)

Jicky a commenté L - Lolita Lempicka

il y a 34 minutes

Oh je ne savais pas... Du coup il y a bien Musc Ravageur aux Editions de(…)

Jicky a commenté La Panthère

il y a 43 minutes

Salut CuirFélidé, message transmis au nom de toute la communauté d’auparfum(…)

Jicky a commenté "Save Perfume’s Soul" : la pétition pour que le parfum ne rende pas l’âme !

il y a 48 minutes

Je crois qu’il y a de plus en plus de mouvements aussi du côté de certains(…)

à la une

"Save Perfume’s Soul" : la pétition pour que le parfum ne rende pas l’âme !

le 17 avril 2014

Les réglementations européennes vont-elles détruire la parfumerie ? ou simplement modifier les étiquetages. Quoi qu’il en soit, la résistance s’organise.

dernières critiques

Lire la critique de Black

Black - Comme Des Garçons

Messe noire

Loin de la caricature, un retour à la quintessence de l’univers chic et sobre de Comme des Garçons.

Lire la critique de Vierges et Toreros

Vierges et Toreros - Etat Libre d’Orange

La Belle est La Bête

Un combat chorégraphié entre une belle fleur faussement fragile, et une bête pas si facile à apprivoiser. A déconseiller aux âmes sensibles.

Lire la critique de Satine

Satine - Lalique

Noeud-noeud meringué

"Entre gourmandise et addiction", Satine de Lalique ne révèle rien d’autre qu’un propos creux et une identité olfactive banale.

actualités

Olfactorama 2013 - Tous les résultats !

le 12 avril 2014

Vous êtes tous impatients de savoir qui sont les gagnants de l’Olfactorama 2013 et du Vote des Lecteurs ? Alors, voici tous les résultats.

Jeanne Doré met le JDD au parfum

le 11 avril 2014

Une fois n’est pas coutume, rapide coup d’oeil narcissique à la presse..

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Un parfum sensuel comme un voile de fumée...

par tibre

J'ai porté une myriade de parfums, mais je cherche aujourd'hui un parfum sensuel, peut-être même animal avec une note dominante fumée...

discutons-en

Oud, ami ou ennemi ?

par Jeanne Doré

Le oud en parfumerie n’est-il qu’une mode opportuniste ou va-t-il devenir un "nouveau genre global" ?