Truth or Dare

Madonna

Note des visiteurs :

(6 votes)

30 avis

Tout sur ma mère

par PoisonFlower , le 18 juillet 2012

L’équation était simple : j’aime les parfums, j’aime Madonna. Allais-je aimer le parfum de Madonna ?

Une star qui lance son parfum, ça fait généralement froid dans le dos. A de rares exceptions près, il s’agit en effet de jus peu inspirés, conditionnés dans des flacons à l’esthétique douteuse. Et puis on sait bien que lorsque nos actrices ou chanteuses préférées se mettent au parfum, ce type de projet a davantage pour but de constituer une source de revenus supplémentaires sans trop d’efforts que de donner naissance à un nouveau monument olfactif.

Si encore elles tenaient des propos intéressants sur les parfums et leurs expériences en la matière, on pourrait presque leur pardonner de proposer des sent-bon médiocres pour arrondir leurs fins de mois, mais comment excuser une Beyoncé qui avoue ne pas porter de parfum pour cause d’allergie…

Venons-en justement aux goûts olfactifs de celle qui nous intéresse plus particulièrement. Car, et ça me semble être un minimum pour une star désireuse de lancer une fragrance à son nom, Madonna aime les parfums et a porté beaucoup de choses très différentes les unes des autres. Ses choix laissent même à penser que l’on a affaire à une vraie perfumista.

J’en veux pour preuve l’article très instructif du site Perfume Shrine qui répertorie les parfums portés par les célébrités de tous bords (acteurs, chanteurs, têtes couronnées…), dont la liste consacrée à l’inoubliable interprète de Music comprend : des Goutal (Eau d’Hadrien, Eau de Lavande, Folavril, Grand Amour), Fracas , N°4711, le premier parfum Dolce & Gabbana, des Creed (Fleurissimo, Tubéreuse Indiana), Hypnotic Poison, Youth-Dew, des Caron (Narcisse Noir, Nocturnes, la marque affirme également qu’elle est fan de Poivre), Aromatics Elixir, Premier Figuier… et je ne cite là que les créations disponibles en France !

La première observation que l’on peut faire à la lecture de ce tableau de chasse parfumé, c’est qu’à l’image des très nombreux looks qui ont jalonné sa carrière, elle a également à peu près tout essayé en matière de familles olfactives : hespéridé, fleuri, chypré, oriental, les principaux courants sont là, du plus frais au plus capiteux, du plus innocent au plus sensuel.

Seconde observation : même si cette liste part dans tous les sens, on sent quand même qu’elle a une prédilection pour les parfums opulents à base de fleurs blanches.

De là à proposer un parfum mettant en avant la tubéreuse, il n’y avait qu’un pas.

Fleur blanche par excellence, elle s’offre dans Truth or Dare tout entière dès les premiers instants, avec des facettes tour à tour fruitée/exotique, solaire, vernis à ongles, orangée grâce au néroli, jasminée et verte grâce à la présence de muguet. Parfaitement maîtrisée et sensuelle, elle se fait capiteuse sans être étouffante.

Elle évolue dans un second temps vers des notes de fond douces, poudrées et ambrées marquées par la vanille, qui apporte un aspect sucré plus que gourmand, donc pas écœurant, prolongeant du reste fort bien la facette fruitée/exotique du départ.

Voilà bien une tubéreuse dans toute sa splendeur, fidèle à sa réputation de grande dragueuse, mais qui s’abstient pour une fois d’en faire des tonnes. A l’image de celle qui lui prête son nom, elle n’a rien perdu de son pouvoir de séduction, ni même de sa forte personnalité, mais a troqué les tenues provocatrices d’antan contre une robe sexy et classe.

D’ailleurs, Madonna a beau rendre un hommage (soft) à sa période sado-maso du début des années 90 dans le spot de pub pour Truth or Dare (qui est au passage le titre en V.O. du fameux documentaire In Bed with Madonna, dans lequel on voit notamment la chanteuse et ses danseurs s’adonner à une partie pas sage du tout d’Action ou Vérité, qui se dit en anglais Truth or Dare, C.Q.F.D.), ce n’est pas à cette Madonna-là que l’on pense en respirant son parfum. On imagine davantage une Madonna plantureuse et élégante, telle qu’on l’aperçoit par exemple sur la pochette de sa compilation de ballades Something to Remember.

La chanteuse confie que le souvenir le plus ancien lié à sa mère, qu’elle a perdue à l’âge de cinq ans, est le parfum à base de gardénia et de tubéreuse qu’elle portait, "un mélange enivrant, féminin et mystérieux".

Avec Truth or Dare, elle ne cache pas qu’elle a voulu proposer une version actuelle de cette senteur… qui n’est autre en fait que Fracas, comme elle l’a parfois révélé. Et de ce point de vue-là, son parfum, en se positionnant ouvertement comme un avatar mainstream de la tubéreuse de Robert Piguet, avec un fond moins riche et complexe flirtant avec la vanille pour séduire un plus large public, est tout à fait réussi.

S’il tient bien sur la peau, le sillage manque, lui, un peu de puissance. Malgré cela et bien qu’il ne soit pas forcément très original (le thème de la tubéreuse ne date pas d’aujourd’hui), il faut quand même reconnaître une certaine audace à cette nouveauté mainstream qui préfère s’inspirer d’un parfum vintage culte peu connu du grand public, plutôt que de recycler pour la énième fois une recette gourmande à base de fruits et de patchouli.

Distribué par la branche distribution sélective de Coty, il est intéressant de noter que Truth or Dare est vendu à un prix tout à fait correct : 45 euros le vaporisateur eau de parfum 50 ml contre 70/75 euros en moyenne pour un produit similaire chez les grandes marques traditionnelles.

Vous l’aurez compris, j’aime beaucoup le parfum que vient de sortir Madonna. Ce que j’espère à présent, c’est que les prochains lancements, s’il doit y en avoir, seront aussi en cohérence avec ses goûts et qu’ils raconteront quelque chose d’aussi touchant que ce que Truth or Dare représente par rapport à sa mère.

À propos de l'auteur

PoisonFlower

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !

Voir son profil
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Bruno, le 31 décembre 2012 à 15:15

Si quelqu’un est intéressé, je vends le coffret Truth or Dare (EDT 50ml, gel douche 75ml, lait corporel 75ml) neuf, jamais utilisé :-) 35€

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par PoisonFlower, le 24 novembre 2012 à 21:23

Dans un article du Figaro de fin août évoquant Truth or dare et la sortie de Fame, on apprend ceci :
"Pour Madonna, les débuts ont été remarquables. « On ne pensait pas faire un tel carton », explique une dirigeante de Nocibé. Lors des deux semaines qui ont suivi le lancement, le parfum a surclassé ses concurrents, avec un flacon vendu toutes les deux minutes. Pourtant, Nocibé devrait retirer Truth or Dare de ses rayons à la fin de l’année. Sans doute le signe d’un essoufflement des ventes, alors que la tournée de Madonna touche à sa fin…".

 

Si ça se concrétise, quelle stratégie de m****, je ne vois pas quoi dire d’autre... Ils (Coty + Nocibé) lancent le parfum en grande pompe et quand les ventes fléchissent, plutôt que de soutenir le produit, ils le retirent de la vente après seulement huit mois de présence sur le marché...

 

Vu la manière dont Truth or dare a été lancé en France et le bon accueil qui lui a été globalement réservé (que ce soit en parfumerie ou sur internet, du point de commercial comme critique), je me disais naïvement que Coty allait vouloir l’installer dans la durée et peut-être le traiter avec les mêmes égards que ceux réservés à un Chloé, mais non même pas, c’était visiblement juste un "coup"...

 

L’histoire de la parfumerie se relèvera sans mal de cette disparition prématurée, mais c’est un parfum mainstream, de star qui plus est, intéressant à plus d’un titre qui mériterait vraiment un peu plus de considération de la part de Coty. Dommage !

 

Du coup, je me dis que Naked ne sera peut-être même pas commercialisé en France. Bon, on ne rate sans doute pas grand chose, surtout au vu des commentaires que j’ai pu lire. En résumé, ça donne : pas original, aucune tenue, une odeur de bubble-gum et de beurre de cacao.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par PoisonFlower, le 13 octobre 2012 à 21:05

La ronde des flankers de Truth or dare commence ! Ouaiiiis ! :-/

A venir en décembre donc, Truth or dare naked dans le même flacon que Truth or dare premier du nom, à la différence qu’il sera cette fois transparent et laissera entrevoir un jus orangé/ambré assez foncé.

Description officielle : "Truth or Dare by Madonna Naked is a provocative and sexy scent that reveals Madonna’s sensual inner qualities. Blending a sense of richness and flirty femininity, the fragrance is playful yet confident. A bold combination of creamy woodiness is paired with addictive vanilla nuances and sparkling florals for a scent that is immediately captivating".

Ce serait un floral boisé à base de chèvrefeuille, fleur de pêcher, néroli, orchidée vanille, fleur de cacao, muguet, cèdre, benjoin, accord oud et santal.

Ca fait un peu fourre-tout, cette composition, comme un patchwork de différentes choses à la mode (un peu de fruité par-ci, un peu de gourmand par-là, le tout saupoudré de oud). Exit la tubéreuse, en tout cas ! En espérant qu’une bonne surprise soit une nouvelle fois au rendez-vous... Le fait que Stephen Nilsen soit à nouvea de la partie me donne envie d’y croire !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Mado33, le 13 octobre 2012 à 22:02

Hello,

Y en a marre encore un Naked... Cette vague là est surexploitée en maquillage ( Carine Roitfeld / M.A.C : elle est connue pour son style particulier mais le Naked ça fait 4 ans à peu près qu’on connait : Urban Decay et ses palettes devenues mythiques " Naked 1 ", " Naked 2 " etc... ) et maintenant en parfumerie ! Honteux à moins qu’il ne soit réussi...
Heureusement j’écoute le Rêve d’Amour et avant ça pas mal de Mozart, aux antipodes des délires parfumesques de Madonna.........

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 13 octobre 2012 à 23:29

Houlà.

Ca n’augure rien de bon en fait je crois. (je vois trop les markéteux de chez Madonna "Eh franchement meuf, à part les cinglés sur auparfum, on est tous d’accord pour dire que ton truc c’est invendable aujourd’hui ! Allez, rajoute moi de belles fleurs plus sympatoches là ! Autotune moi cette tubéreuse !!")

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par doudou, le 14 octobre 2012 à 10:04

Aïe aïe aÏe......bon, moi j’ai franchement un souci avec la tubéreuse donc le premier opus c’était pas ma tasse de tonka, mais au moins c’était un vrai parfum.....là je sens que c’est la panique, genre Lady Gaga elle en vend des tonnes de son shampoing (info prise chez sepho, si si !), il faut qu’on se rattrape : elle a fait un fructis, viiiite un elsève ! La description des notes fait peur.

Et sinon : on râle beaucoup sur la multiplication des flankers, mais là si je ne m’abuse on bat un record de rapidité, non ? Bientôt ils sortiront les flankers en coffret avec les originaux, la classe totale !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 14 octobre 2012 à 21:51

Bonsoir à tou(te)s.

 
Je vais bien, tout va bien. Il n’y a aucun souci. Tout est sous contrôle...
#méthodecoué
C’est la cataaaaaaaaaaaaaa !
*hurle et court de manière hystérique de gauche à droite en s’arrachant les cheveux*
*reprend le contrôle de ses moyens*
Bon, bah, je crois qu’on peut, malheureusement, commencer à craindre le pire comme vous l’avez dit... Je n’aime pas faire de pronostics alarmistes, mais, bon, vu la liste des composants fournie.

 

Après la tubéreuse hommage aux "tubéreuses de niche", provocantes et un peu dérangeantes (Fracas, la camphre de la Crim’...) sur un lit de volupté au benjoin caramélisé (à la Candy), voilà venir le temps de, je reprends la liste des notes : "chèvrefeuille, fleur de pêcher, néroli, orchidée vanille, fleur de cacao, muguet, cèdre, benjoin, accord oud et santal"... Autant dire beaucoup (trop) de choses et, donc, rien. Voici, le temps du jus de fruits, des accords petits-déjeuners pâtissiers et de la lessive probablement. Quoique, les fleurs proposées, me fassent également penser aux accords actuels des gels douche. Ah, et puis, du "oud" ! LOLilolilllissimo
Au prix auquel ce parfum a été vendu, s’ils maintiennent les mêmes tarifs, il y aura du oud comme je me prénomme "Marie-Thérèse". Mais, c’est vendeur de mettre "oud" de partout. A quand les yaourts aromatisés au "oud" ? :-s
Mais, Gaga vend à foison, effectivement, paraît-il son accord "Tropicana 12 Fruits Multivitaminé de jus de fruits exotiques informes et très sucrés du matin pour enfants et lessive à la pêche Soupline", donc, il ne faudrait pas se planter encore et, il est temps de faire ce que le public, pardon, le client, souhaite acheter et porter. ^^

Madonna vend(ait) un vrai "parfum de femme" pour reprendre les termes de Dau, pas un parfum de gamine.
Or, le public visé, plus âgé, en tous les cas dans certains pays comme la France, probablement moins aux Etats-Unis, ne veut pas d’un "parfum de star" ; ce n’est pas assez crédible. Au début du XXème siècle, c’étaient les couturiers, dont Chanel, qui étaient taxés de manque d’expertise face aux Coty, Guerlain et Caron. Aujourd’hui, ce sont les marques de couturiers qui sont les premiers parfumeurs, devant les joailliers, les marques de cosmétiques et... les parfumeurs !
De plus, la tubéreuse et son accord vert grinçant en tête (pas du tout vendeur ça, en dehors des passionné(e)s de parfums), puis opulent en coeur, ne sont pas des arguments aussi efficaces que ceux du jus de fruit industriel mis en flacon de verre avec bouchon doré (comprendre "parfums de parfumerie fine").
Enfin, le flacon, ce malheur d’idée (un cercueil en plastoc cheapissime, qui rend déjà moyen bien de loin, mais fait jouet pas cher de près et est une idée vraiment à la limite du très mauvais goût quand on l’associe à l’objet auquel la plupart l’ont associé) aura achevé un parfum déjà difficile à vendre pour les deux raisons précédentes.

 

Je pense que le "Naked" n’a pas à voir avec la cosmétique. Ca a, à voir, qu’on l’apprécie ou pas, avec "Truth or Dare", le film de Madonna et la promotion historique d’une partie de sa carrière sur la provocation et le sexe.
"Action ou vérité ?" Il est temps de sortir l’artillerie lourde ! Donc, la "mise à poils" quand les autres arguments échouent...

 

La "flankitude" (également connu sous le terme "flankérite") aura attendu les 6 ou 8 mois réglementaires aujourd’hui Doudou. ;-) Un parfum sort avec, déjà, ses flankers prêts à être lâchés sur le marché moins d’un an auparavant. Bientôt, on n’aura même plus le temps de voir/sentir l’original que ses klankers seront déjà sortis sur le marché. Un mois d’absence d’un nociphorarionnaud, et, on est à la ramasse. A quand l’erreur d’un service marketing lançant "Sensual Love Intimate Passion - Love is a Dark Passion with Sensuality" avant la sortie de "Sensual Love Intimate Passion" (sans "rien d’autre" après...). Je vous assure, un jour, il y aura une erreur. Le flanker 2.0 avant le modèle original... Et, non, "Amor Amor", ça ne compte pas (ni n’est un bégaiement), ce n’est pas le flanker de Amor. Mais, qu’est-ce qu’il a été "flanké" lui...

 

Bon, beaucoup de monde aurait parié sur une horreur/erreur déjà précédemment. Puis, finalement, c’est plutôt une très bonne surprise. Attendons de voir/sentir avant de hurler à l’infamie. Mais, la liste des notes laisse rêveur. Au moins, s’il y a du "oud", on nous épargne les "larmes de belladonne" et autres c*nneries.

 

Bonne soirée.
Opium
*part se pshitter de Truth or Dare ("L’Original" - "Like a Virgin")*

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Mado33, le 16 novembre 2012 à 19:07

Et oui ça s’appelle l’obsolescence programmée Opium. En informatique, rien ne dure plus de 6 mois, un téléphone portable est déjà ancien dès qu’on l’a acheté. Seulement lorsque cela touche aux parfums, au maquillage et au luxe c’est vraiment dommage.
La tendance edt/edp s’est inversée il me semble concernant les parfums : d’abord eau de parfum puis eau de toilette, puis lait corps, puis extrait etc etc... Mais bon on flanke, on a déjà en arrière-boutique tout ce qui va faire vendre.
Madonna ou une autre bah c’est du pareil au même.
Bon j’arrête, je n’ai encore eu l’audace d’aller vintage et pourtant...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Mado33, le 31 juillet 2012 à 20:29

Et j’ai poussé la porte de Nocibé ! C’est peut être Jeff Buckley qui passait à ce moment là qui m’a retenue, certainement même. Hélas... déception pour ce Truth or Dare. Je le trouve commun ( mon Sasha de Benefit n’est peut être guère mieux mais il me suffit et il me va ), le flacon est cheap, bref je suis vraiment déçue. J’ai gardé la touche pour le sentir plusieurs fois, mon impression reste la même. Il n’est pas vulgaire non plus, contrairement à bien des parfums qui sont sortis ou ne vont pas tarder à sortir, on ne peut pas le taxer d’être mauvais non plus mais le terme qui revient c’est commun, sans originalité. Le prix est très bas, le parfum lui ne vole pas très haut à mon humble avis. Résultat, je suis retournée à mon Lilas Mauve ( mon 3ème flacon depuis sa sortie c’est dire que se parfumer est parfois une addiction et je ne suis certes pas un exemple à suivre ! ), et j’ai découvert Verveine Sorbet, j’ai pris la brume rafraîchissante, elle est douce et agréable par ces fortes chaleurs.
Truth or Dare était presque caché, victime de son succès ? Peut être au vu des 3 ou 4 flacons restants, je ne sais pas. La conseillère m’a dit " il est très sympa " oui c’est ça, sympa mais que dire d’autre ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Mado33, le 31 juillet 2012 à 08:37

Hello,

Toujours pas senti, il faut encore pousser la porte du Nocibé du coin et bref... Si je vais en ville, là je me donnerai la peine d’essayer ce parfum dont on parle décidément beaucoup. J’ai aperçu de loin le nouveau Marc Jacobs, on dirait un accessoire de cuisine ( lequel c’est selon l’imagination de chacun ! ), les nouveautés ne manquent pas pour cette rentrée déjà proche, la vulgarité non plus. Pourtant j’aime la fantaisie, les couleurs, les trucs un peu surréalistes parfois mais là j’ai peur qu’on sombre un peu plus dans la nullité. Côté niche, honnêtement je ne connais pas les parfums à venir si ce n’est - de nom - les parfums évoqués sur les blogs et sites, bien sûr je me rendrai chez Asmara une parfumerie inspirée que je trouve ( enfin lol ) à mon goût avec 2 autres aussi où les parfums sont dignes d’intérêt !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par doudou, le 30 juillet 2012 à 10:25

Alors là.....je suis étourdie par vos avis tellement positifs, et je reviendrai le noter quand je l’aurai senti à nouveau. Suis-je complètement passée à côté de ce jus ? Quand je l’ai découvert, en fait je l’ai trouvé affreux. J’ai retiré le nez de la mouillette avec vivacité ! Pour moi il est massif, tapageur et pas classe du tout....et le flacon n’arrange rien.....alors tous vos commentaires me sèment le doute, il faut absolument que j’y revienne ! Affaire à suivre !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 30 juillet 2012 à 13:31

Il est pas facile à aborder comme le dit Opium, avec toutes ses notes vertes et camphrées mais sur peau (et même sur mouillette), il se révèle au fil du temps.

Je te conseille vraiment d’aller le ressentir ! Il en vaut la peine ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par doudou, le 30 juillet 2012 à 18:25

Mouiii....j’irai l’essayer sur peau, même pas peur ! (enfin un peu quand même vu comment il m’a repoussée !) C’est sûr qu’on peut avoir de sacrées surprises. La suite au prochain épisode...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par poupinette, le 27 juillet 2012 à 19:06

Je n’ai rien à ajouter...
Surpirse, conquise, séduite, j’ai acheté...
Et cela n’a rien à voir avec la Madone... qui ne me touche plus beaucoup non plus....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par dau, le 23 juillet 2012 à 10:13

Puisque j’ai été dénoncé par Opium, je le dit déjà tout de go, j’aime beaucoup ce parfum qui est une très bonne surprise mainstream : bien fait, original par rapport aux autres sorties parce que des tubéreuses mainstream, il n’y en a pas tant que ça, tenace, pas envahissant et délicieusement abordable…

Chance, sur moi, l’aspect vert -il y a les tiges avec les fleurs- que j’aime beaucoup, crissant mais pas trop, dure longtemps. Et je trouve que ce fond caramel, très Prada Candy est bien trouvé : à la fois gourmand et mode mais pas si commun, moins que les fruits rouges et le chocolat, et pas trop présent pour n’être qu’un fond rassurant terriblement de son époque malgré le côté « rétro-dame » que peut avoir la tubéreuse.

Oui, ce n’est pas la plus belle des tubéreuses mais la qualité y est quand même et pour une somme très raisonnable… Et je trouve drôlement bien d’avoir sorti un parfum pour adulte. Clairement, Truth or Dare ne sent pas la petite fille, ne s’adresse pas à des Lolitas. Chouette, enfin, un parfum qui puisse se porter avec un tailleur pour aller au boulot plutôt qu’avec une barboteuse pour le bac à sable ! En dépit de toutes ses retouches, la Madonne assumerait-elle son âge ? Même si musicalement, elle ne me touche plus beaucoup, comme marque parfum, contre toutes attentes, elle me fait tilter ! Je n’en attendais pas tant, je suis enchanté que, pour changer, on ne se foute pas de l’acheteur...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 10 août 2012 à 10:08

Salut Dau.
Désolé pour la dénonciation amicale. Mais, les belles idées et les bons articles, il faut que ça circule ! ;-)
Pour l’analyse, là, enfin, je n’ai rien à ajouter... ^^
Comme je te l’ai déjà fait savoir, je suis content que nos avis se rejoignent sur ce parfum-ci qui nous enchante tous deux.
A bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par mitsouko, le 19 juillet 2012 à 14:19

Quatre étoiles pour l’article et pour le parfum !
Merci à Poisonflower pour sa critique bien construite si agréable à lire.
Et merci à Opium pour son post particulièrement détaillé ! ;D
Comme le souligne malicieusement Jicky, il fera date sur auparfum dans la catégorie record du post le plus long mais ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre..... Ne change rien surtout, tu fais au moins une heureuse !
Je vois que nous sommes de plus en plus nombreux à être favorablement surpris par cette celebrity frag. Pour ma part, ben j’ai craqué et me suis offert un flacon (à ce prix là finalement c’est presque raisonnable, hum hum !).
J’ai toujours aimé Poison (sur les autres) because j’aime la tubéreuse. J’ai failli craquer pour Tubéreuse Criminelle sans oser la porter, parce que vu ce que donne Poison sur moi......
Les rares fois où j’ai osé un petit pshitt de Poison, je suis vite rentrée chez moi me mettre moi-même en quarantaine de peur qu’on m’enferme pour attentat olfactif !
Mais avec ToD, merveille des merveilles, une tubéreuse qui s’installe gentiment sur ma peau sans faire sa Castafiore ! Je ne vais pas la décrire, deux talentueux perfumistas l’ont fait brillament ici, sans parler de la critique de Dau sur son blog perso.
Mais ce ToD est une des rares mais jolies surprises que nous réserve de temps à autre le circuit mainstream. Je suis conquise et cerise sur le gâteau : il plaît et me met en joie à chaque que je dévoile le nom de "ce parfum si délicieux" et que je vois la machoire de mon interlocuteur se décrocher de surprise ! :D

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 10 août 2012 à 10:05

Bonjour Mitsouko.
Merci pour tes compliments ! Ravi de pouvoir te rendre heureuse... ;-)
Oui, dès qu’il s’agit de la Madone, j’ai tendance à ne plus me rendre compte de mon emballement. C’est un peu pareil en soirée avec mes ami(e)s où je peux argumenter durant de loOoOoOOongs échanges... ^^
Mais, surtout, ravi que Truth or Dare ait réussi l’exploit, non pas de te faire aimer la tubéreuse, mais de te permettre d’en porter une qui, chantant mezzo voce, te plaise à toi et à tes proches tout en les surprenant.
A très vite !
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Koimynose, le 19 juillet 2012 à 13:28

Merci PoisonFlower, pour ce billet !
Pas tendre avec ToD, le Critique de Parfum. A croire que l’hommage frise le plagiat éhonté !!! Ce sont les risques d’un tel exercice, je suppose.
J’ai déjà senti Fracas plusieurs fois et je me souviens d’une personnalité et d’une aura presque intimidante... Mais côté tubéreuse, j’ai vraiment un faible pour Nuit de Tubéreuse.
J’irai sniffer ToD pour satisfaire ma curiosité.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Patrice, le 20 juillet 2012 à 17:10

L’avis du soit disant ’’Critique’’ de Parfum à son sujet montre, encore une fois, qu’il ne va vraiment pas chercher bien loin. En lisant son avis, on pourrait se demander s’il l’a réellement testé, et si oui, l’a t’il fait dans la longueur ?
Je trouve ce parfum vraiment réussi moi auss, et audacieux, totalement à contre courant de ce qui se fai actuellement.
Oui, c’est une tubéreuse, oui, c’est un hommage à Fracas, et NON il ne lui ressemble pas. Ce fond sucré mais pas écœurant comme le du Poisonflower, lui donne vraiment une identité qu lu est propre.
Bon... Peut être un chouilla trop synthétique, mais passe encore, on a vu bien pire, et en plus pour plus cher !
Est-ce que j’irais jusqu’à le porter ?
Peut être, pourquoi pas ! D’ailleurs je l’ai, là, sur le bras, et j’aime beaucoup !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Lire la critique de Private Blend

Private Blend

Collection très privée
La nouvelle collection ultra-sélective de Tom Ford nous promettait des parfums « unisexes, très signés et très puissants », ayant tous pour point commun de contenir de la vanille, de l’ambre et du (...)
Note des visiteurs :

(2 votes)

Il n'existe pas d'articles correspondants.

Lire la critique de Cuir Cannage

Cuir Cannage

Tabac Mauresque
Une belle proposition de cuir artisanal et couture, qui semble s’être inspiré d’autres mastodontes de la parfumerie cuirée...
Note des visiteurs :

(3 votes)

Lire la critique de Vent de Folie

Vent de Folie

Folie douce, très douce
Un joli floral fruité pimpant et joyeux, en totale adéquation avec l’univers Goutal.
Note des visiteurs :

(3 votes)

Lire la critique de Rouge Hermès

Rouge Hermès

Carré de soirée
Un parfum qui en fait probablement beaucoup, voire trop. Mais qui rappelle que parfois le fastueux a du bon.
Note des visiteurs :

(5 votes)

Lire la critique de Modern Muse

Modern Muse

Inspiration, es-tu là ?
Une muse qui s’est un peu trop inspirée de ses copines fleuries boisées/chyprées récentes. Pas moche, mais manque cruel de personnalité.
Note des visiteurs :

(3 votes)

Lire la critique de Brit Rhythm Femme

Brit Rhythm Femme

Rhizome is love
Une lavande talquée d’iris qui signe un féminin audacieux, attendrissant, intrigant et différent.
Note des visiteurs :

(1 vote)

en ce moment

ROBERTO porte Sables aujourd'hui

il y a 5 minutes

ROBERTO a aimé la critique de Sables

il y a 5 minutes

Absinthe a attribué 4 étoiles à Jicky

il y a 29 minutes

Absinthe porte Jicky aujourd'hui

il y a 29 minutes

Farnésiano a commenté Déclaration d’un Soir

il y a 45 minutes

Sans nul doute, le plus grand " masculin " mainstream de ces dernières(…)

Farnésiano porte Déclaration d’un Soir aujourd'hui

il y a 1 heure

Solance a commenté Un parfum d’ombre et de lumière

il y a 2 heures

Balade parfumée délicieuse hier en pleine douceur estivales, en compagnie(…)

à la une

French Kiss - Guerlain

La petite robe rose

Un parfum qui se goûte comme un bâton de rouge à lèvres moderne. Mâtiné du juteux d’une cerise, il n’est pas sans évoquer une certaine petite robe noire.

dernières critiques

Lire la critique de Kenzo Jungle pour Homme

Kenzo Jungle pour Homme - Kenzo

Zèbre épicé

Un parfum masculin qui reste un peu dans l’ombre de sa gironde moitié. Dommage, ce zèbre mérite bien qu’on le redécouvre...

Lire la critique de Cuir Cannage

Cuir Cannage - Christian Dior

Tabac Mauresque

Une belle proposition de cuir artisanal et couture, qui semble s’être inspiré d’autres mastodontes de la parfumerie cuirée...

Lire la critique de Essence Aromatique

Essence Aromatique - Bottega Veneta

Italo rétro

Une Cologne aromatique dont la fraîcheur de l’Italie rétro pourrait être l’essence.

actualités

Marionnaud Paris, l’âge de l’expansion !

le 16 septembre 2014

La marque Marionnaud, qui fête ses trente ans cette année, se fera dorénavant appeler Marionnaud Paris pour mieux s’exporter.

Les abeilles de Guerlain, à la recherche de jolies plumes parfumées

le 13 septembre 2014

Guerlain lance un concours d’écriture sur le thème de la mémoire olfactive. Les 20 nouvelles gagnantes seront publiées aux éditions du Cherche Midi. A vos plumes !

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Un premier "vrai" parfum qui me ressemble...

par tchouraï

Un parfum léger et légèrement envoûtant pour un jeune homme curieux, gentil, mais légèrement insolent...

discutons-en

Des parfums et des livres

par Jeanne Doré

Le parfum est aussi présent en librairie. Quels sont pour vous les meilleurs ouvrages qui lui sont consacrés ?