Womanity

Thierry Mugler

Note des visiteurs :

(37 votes)

205 avis

Figue high-tech

par Jeanne Doré , le 16 août 2010

Beaucoup de parfums sont consensuels et se vendent bien (J’Adore). D’autres sont polarisants et se vendent pourtant mieux que certains consensuels (Angel).
Reproduire un succés commercial est toujours une eternelle quête du graal sans recette pré-établie, si ce n’est de miser sur l’une ou l’autre de ces deux catégories de parfum.

Obtenir un parfum qui plaise à tout le monde ou presque, c’est relativement facile, les parfumeurs maitrisent assez bien les ficelles de cet artifice créatif, cependant toujours tributaire d’autres paramètres indépendants.

La consensualité se vérifie très aisément à l’aide des tests consommateurs, où la règle est simple : qui m’aime m’achète, et que le meilleur gagne ! Le principal défaut de ces parfums trop consensuels ? On ne les rachète parfois pas une deuxième fois.

Créer un parfum polarisant, c’est la nouvelle panacée pour construire un succès sur le long terme : moins de gens aiment au premier abord, mais ceux qui aiment adorent et rachètent. On vérifie le caractère polarisant en faisant également sentir à des consommateurs, mais cette fois, on ne regarde que les scores extrêmes attribués, les plus hauts comme les plus bas, plus ils sont importants, mieux c’est.

C’est en partant de ce principe quasi mathématique que l’équipe Mugler a souhaité reproduire, quasi mathématiquement donc, le succès d’Angel.
Ce dernier avait imposé dans les années 90 le concept de parfum “gourmand”. Womanity allait inventer le parfum “sucré-salé”.

Avant toute considération de ce que peut être (ou pas) un parfum salé, rappelons que les saveurs (sucré, salé, acide, amer...) se perçoivent avec la langue, contrairement au goût (chocolat, ail, anis...) qui se déguste grâce à l’odorat, donc au nez. Le salé en parfumerie, comme le sucré d’ailleurs, est donc un subterfuge utilisant le pouvoir de l’évocation donnée par certains ingredients associés (note iodées pour le sel, vanillées pour le sucre par exemple).

C’est ici encore le cas, le headspace de caviar fièrement revendiqué étant tout simplement un accord de calone et d’algues séchées qui surgit dès le départ, accomplissant docilement son rôle de note de tête polarisante.

Le deuxième élément clé dans Womanity, c’est la figue, elle aussi présentée comme issue d’une technologie d’extraction dernier cri, argument de plus en plus avancé pour justifier la prétendue supériorité et unicité d’un nouveau parfum. En l’occurence, cette figue high-tech est plutôt une figue suspendue à un figuier, avec ses notes vertes, feuillues et boisées, qui sans être désagréable, n’en n’est pas moins très sirupeuse et n’a rien d’aussi exceptionnel que le prétend la technologie revendiquée.

Le troisième pillier de ce parfum multi-facettes est cet accord boisé, balsamique et fumé, sombre et sec comme un reste de feu de bois, sûrement composé en grande quantité de labdanum avec sa note caractéristique de réglisse noire, et mêlé à une surdose de coumarine aux facettes de foin séché.

Les notes marines superposées à ce fond omniprésent et à la douceur lactonique de la note fruitée procurent un effet solaire illusoire, une étrange atmosphère de bord de mer, avec un bar à cocktails proposant des pina coladas, au milieu d’un champ de bottes de foin bordé de figuiers.

Un univers complexe, voire confus, à la fois sirupeux et sec, fumé et aqueux, sec et juteux, et finalement pourquoi pas, sucré et salé, mais est-il au final aussi polarisant qu’on voudrait bien nous le faire croire ?

A lire les réactions de mes confrères bloggeurs (Octavian et Carmencanada d’un côté, Méchant Loup, Sixtine, Poivre Bleu et My BLue Hour de l’autre) on pourrait affirmer que le but recherché a bien été accompli : il ne fait pas l’unanimité !

Pour ma part, Womanity n’est vraiment pas le type de parfum que je porterai, il séduira plutot les amatrices de parfums sucrés à tenue ultra-forte (il est quasi indélébile). Je le trouve ni totalement repoussant, ni franchement réussi, juste trop réfléchi, trop compliqué, sûrement trop remanié pour espérer être sincère et spontané, trop torturé pour délivrer l’émotion tant escomptée.

À propos de l'auteur

Jeanne Doré

J’ai co-fondé auparfum.com en 2007, et j’en suis aujourd’hui rédactrice en chef à temps partiel, et rédactrice... un peu de temps en temps !

Voir son profil
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Badiane

par Badiane, le 20 novembre 2014 à 15:00

Je lis auparfum.com depuis plusieurs mois, mais c’est la première fois que je me lance à rédiger un avis.
Depuis une quinzaine d’années, je suis "in love with" Sisley Eau du Soir. Mais je ne le sens plus sur moi. Même avec la combinaison Parfum+Crème+Déo... RIEN ! Même suite à mes escapades vers Eau n°1 et Eau de Campagne... La vendeuse de ma parfumerie favorite m’a dit : "Changez pour mieux y revenir..."
Aucun autre parfum de me plaisait autant que Eau du Soir. Chaque essai que j’avais fait se concluait par au pire "ça pue" ou au mieux "ce n’est pas moi".
Et puis... l’électrochoc... un coup de foudre olfactif... une attirance irrépressible, mais à la fois une crainte, un sentiment de rejet : Womanity
J’ai utilisé un lait pour le corps Womanity qui m’avait été offert, puis un échantillon de l’eau de parfum à dose homéopathique. Chaque jour que je le portais, je me sentais d’une force animale, d’une séduction dominatrice, mais aussi d’une douceur faussement innocente. J’envisageais alors de faire de Womanity MON parfum.
J’avais un a priori négatif, car pour moi, Mugler=Angel, et je suis incompatible avec Angel, trop femme lolita, pas assez féminité assumée. J’ai d’abord fait des tests auprès de mon entourage : mon mari m’a dit "Ah ?! C’est pas le même que d’hab ?", mon amie m’a dit "Beurk ! On dirait un légume qui a pourri au soleil sur une coquille d’huître !". Une conseillère beauté m’a dit : "La dernière fois que j’ai pris l’avion, une hôtesse s’en était aspergée, j’avais mal au coeur"... ça calme ! Je n’allais pas me parfumer d’une fragrance incommodante, quand même ?! Un jour, j’ai même failli renoncer car j’avais cru déceler des notes de noix de coco dans la fragrance sur ma peau... mais non, fausse alerte !
Concernant le jus en lui-même, je ne peux le qualifier en termes d’équivalence, ou de composants, je n’ai aucune compétence olfactive. Je ne peux que le décrire tel que je le ressens : je trouve qu’il ne ressort pas correctement sur une bandelette-testeur. Sur ma peau, il vit, il s’exprime et je ressens profondément son animalité, sa félinité non pas de chat, mais de lion ou de tigre, un fauve de grande envergure. A tel point que mon amie qui le trouvait atroce sur une bandelette, m’a dit « c’est toi, c’est puissant » quand elle l’a senti sur ma peau.
Quant à son flacon, il est trop compliqué, j’aime l’épuré (je n’aime pas le bouchon d’Eau du Soir d’ailleurs), sa couleur rose layette de fifille bien sage : elle est en désaccord total avec mon ressenti du jus, son nom : why not bien qu’un nom mixte lui irait mieux.
Malgré tous ces freins, mon attirance pour Womanity est trop forte, j’ai décidé de le faire mien, nous allons nous apprivoiser, nous dompter mutuellement, et commencer - qui sait - une belle histoire d’amour.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Thelittlebox, le 20 novembre 2014 à 16:19

Bonjour Badiane,

Bienvenue et merci pour votre sympathique récit.

Vous avez eu la bonne intuition en poursuivant le test sur peau, trop de gens achète un parfum sur un coup de mouillettes, puis finissent déçus une fois le parfum porté sur peau.
Votre attraction-répulsion pour Womanity montre bien là que ce parfum ne vous laisse pas indifférente. Il y à des parfums avec lesquels on joue au chat et à la souris pendant quelques temps avant de pouvoir les apprivoiser. On finit toujours par y revenir, et souvent, comme vous, à y succomber :-)

Je ne pourrais jamais porter Womanity, je n’aime pas ce qu’il sent. Mais je l’aime pour ce qu’il est.
Ce qui me plait dans ce parfum, comme d’ailleurs dans la plupart des Mugler (j’adooOOooOOre Alien), c’est qu’il est signé et racé. On ne peut pas décrire ce parfum par comparaison avec un autre parfum, ce qui est plutôt bon signe à mon avis.

Certain reprocherons à la maison Mugler de toujours chercher l’originalité jusqu’au too much, mais cela n’est-il pas plus louable que de tenter de reproduire les succès de la concurrence comme d’autres marques savent le faire ?

Cette figue à l’eau de mer au sillage puissant, sans être complètement folle, propose quelque chose d’unique, en cela il peut devenir un parfum signature.

Je vous souhaite un agréable « apprivoisement » de Womanity.

Bonne journée,
Thelittlebox
(En m’excusant pour l’orthographe)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 20 novembre 2014 à 20:41

Bonjour et bienvenue, Badiane !

C’est un sacré saut que de passer de L’Eau du Soir a Womanity !

Ils ont en commun une puissance et un sillage/fragrance remarquables dans les deux sens du terme.

J’aime croiser Womanity. C’est une digne création muglerienne, prise de risques totale. Le premier parfum sucré/salé. Figue et caviar (qui peut effectivement faire penser a un arôme d’huître /facette marine iodee).

Si un jour vous pouvez vous procurer une version hélas éphémère de Womanity qui s’appelle "Le goût du parfum" Womanity Chutney de figues, foncez !(Site d’enchères, internet etc )

C’est Womanity mais sa note caviar salée a ete atténuée et la note sucrée de la figue est amplifiée. Une merveille !

Cette année la, Angel s’était vu rajouter du cacao amer et Alien (que j’adore) du caramel beurre salé.

Bravo pour votre choix. Continuez a doser Womanity "homeopathiquement" car il a un sillage époustouflant. Comme Angel d’ailleurs.

Fiez-vous a votre ressenti, si vous avez eu ce coup de coeur, ce n’est pas pour rien.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Guillaume83

par Guillaume83, le 15 janvier 2014 à 20:41

Découvert et testé grâce à Auparfum, voici un régal à mon sens trop méconnu ! Womanity, un flacon horrible, un nom digne d’Eau Jeune mais alors.... Ce jus !!!! Je ne le trouve pas forcément salé comme il est désigné, mais il présente une innovation majeure pour moi c’est le premier parfum froid ! Womanity c’est pour moi une figue glacée, une figue polaire. Une figue qu’on ose pas croquer. Elle est la, elle nous nargue, nous fait envie mais on se retient, la peur, la crainte d’un fruit étrange, un peu venu d’ailleurs.
Je trouve qu’Alien pour le coup aurait été le nom parfait de ce parfum bien plus engagé que le vrai "Alien". Il plait ou il est déplaît, le descriptif de Jeanne est très juste mais quel bonheur pour qui sait l’apprécier. il incarne la beauté froide des femmes fatales qui ne veulent rien dévoiler. La curiosité est de mise , cette figue polarisante se mêlant aux esturgeons dans les eaux du grand Nord nous attire tel un aimant de par sa complexité incompréhensible au premier abord, alors forcément on y vient, on y revient et on y revient encore avant d’avoir un véritable avis. C’est Mugler, c’est innovant, avec son lot de pour et de contre, mais la vraiment pour moi c’est réussi et terriblement addictif. Je n’avais jamais perçu un parfum comme froid, et même si cela peut déranger certains je trouve que le pari est totalement réussi.
Apres le nom, le flacon j’ai un autre bémol qui vient de cette fragrance si spéciale qu’elle n’est à mon sens pas si féminine que ça alors franchement Mr Mugler pourquoi l’avoir appellé Womanity soit féminité. S’il est parfait sur une femme, je le verrai bien sur un homme notamment la version limitée "cuir" mais avec un nom pareil c’est tellement dommage.
4 étoiles quand même, il faut bien encourager les rares qui osent proposer quelque chose de différent.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Anna, le 15 janvier 2014 à 22:50

Hi, Guillaume83. On a pas mal de gouts en commun...J’aime des parfums "froids". Et les "chauds" aussi, des extremites. C’est etonnant que c’est le seul que vous trouvez "froid". Selon moi, il y a Iris Silver Mist tres "froid" ; Rive Gauche et Eternity sont froids aussi, mais fleuris et metalliques. Il y en a encore, mais ce sont des premiers dans mon esprit.

Je trouve que le nom Womanity est si generique. Pompeux, sans raison d’etre. La bouteille, un totem de futur, il n’est pas terrible, mais il y a bien pire. Au moins, il n’est pas en plastique. Je vois une certaine logique dans la bouteille. Normalement, quand je pense au totem, je vois "chaud" et bois avec des epices avec des Indiens autour.

A part Cologne, c’est le seul Mugler que je porte. Et je porte seulement ce que me donne du plaisir. J’apprecie Alien aussi, sur des autres. J’aime comparer des impressions et des similitudes entre des porteurs du meme parfum. Une recherche psyco-sociologique privee.

Faites l’abstraction de nom et du flacon et profitez du jus. Egoïste-ment. C’est vrais Womanity n’est pas le plus discret. 2-3 pchiits et basta ! Personne autour de moi ne c’est jamais plainte, c’est vrai, le jus est singulier. Et la personne qui la porte, il parait aussi.

Je trouve qu’il me va a merveille, mais je me soucis peu des opinions des autres. Si je derange personne, naturellement. Tout les notes sont bien la, mais ce que dure le plus longtemps c’est calone et le bois. Il est meme fume, j’aime beaucoup.
Et puis il a un cote animal, pas sale comme certains, mais distant et imprevisible, inatendu.Un peu dangereux, mais reserve.
Oui, je suis accro.

Je lui avais ressiste pendant 2 ans. Je l’avais sentie, a la sortie, sur une connaisance une au deux fois et je n’aimais vraiment pas la personne.
Maintenant, apres l’abandon definitif, je prend mon pied avec. Oui, il est complique, trop reflechi, inatendu, inhabituel...mais il m’obsede et je ne veux plus luter ni comprendre. Comme dans une relation amoureuse, mais cette fois meme si je risque avoir mal, ca sera delicieux.

Laissez vous faire...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 16 janvier 2014 à 01:46

C’est vraiment intéressant Guillaume et Anna sur les notions de chaud et de froid. Si on croit pouvoir parvenir à différencier le froid du chaud dans la vraie vie (quoique pas toujours, cf l’eau bouillante qui paraît glaciale et la neige qui brûle...), la mission devient presque impossible quand il s’agit d’étendre cette notion de chaud et de froid à d’autres choses.

Je pense par exemple aux couleurs (oui je sais je vous tanne avec mes couleurs, mais le parallèle est souvent fort !). On différencie très souvent les couleurs chaudes des couleurs froides. Mais est ce qu’une telle couleur est chaude ou froide ? Et bien, comme toujours, la réponse change en fonction des époques et des lieux. Aujourd’hui le bleu est la couleur froide par excellence (c’est même le "plus froid que froid" !). Dans le Traité des couleurs de 1810 de Goethe, il y a deux couleurs mises en avant : le bleu et le jaune. Et... Le bleu est la couleur chaude et le jaune la couleur froide ! Sans vous parler du bleu médiéval, riche, chaud, puissant...

Est ce que c’est pareil en parfum ? Pire, je dirais que le discours est encore plus difficile puisque LE duo préféré des gens pour décrire un parfum rejoint une sorte "d’échelle de température" ==> c’est frais/c’est fort. Or, l’expérience m’apprendra que c’est frais = j’aime bien et c’est fort = je n’aime pas. Donc on oublie pour la température.

Quelles odeurs sentent le froid ? Je me souviens de l’article de Denyse sur l’eau froide qui demandait quels parfums on considérait comme froids.

Beaucoup de réponses désignait des iris, qu’effectivement les passionnés associent au froid, ou pire, à la frigidité. Ce qui est déjà tout de suite beaucoup plus connoté socialement... Parce que l’iris ne serait pas culturellement associé au domaine de la séduction, alors par une sorte de syllogisme peut être douteux, il serait froid ? Et quid de Dior Homme par exemple ? Tout simplement, l’iris est associé à des notes gourmandes et vanillées tout de suite beaucoup plus... Comestibles.

Les verts. Il est vrai que j’associe beaucoup les verts à une idée de "fraîcheur", ils ont le mordant et le naturel de la rosée, beaucoup plus palpable que des vents chauds. Et surtout, la quasi totalité des notes vertes en parfumerie sont travaillées sur le mode du froid, la seule exception selon moi étant la somptueuse Heure Vertueuse de Mathilde Laurent pour Cartier, qui traite pour la première fois les notes vertes comme des notes chaudes (ou tièdes disons). Et - comme pour l’exemple avec Dior Homme - Must de Cartier n’est pas un vert chaud, la note verte y est on ne peut plus classique. C’est le fond oriental qui est "chaud".

Et un exemple précis, cité par Denyse, Géranium pour Monsieur ? Là encore, je crois que l’association culturelle est on ne peut plus forte. On nous vend depuis l’enfance la note mentholée comme étant la note la plus froide de tout le répertoire olfactif dont nous disposons. Le sirop de menthol (bleu polaire ! Cf ce que je disais plus haut sur le bleu plus froid que le froid), le dentifrice booster de fraîcheur (pour une haleine fraîche !), etc. Mais... L’huile essentielle de menthe... Brûle la peau ! (Agréablement, très agréable contre les maux de tête). Ou alors la rafraichit t-elle ? Et là, le concept et le percept se perdent...

J’ai fait suffisamment long, mais pour le chaud aussi il y a tout un débat (notamment sur le pouvoir des orientaux, la sensualité, la tonalité du chaud...).

Bref...

Vive l’odorat !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 16 janvier 2014 à 02:19

Super interessant cette retransmission de l’olfactif en couleurs, sensations visuelles et tactiles. Comme si le spectre olfactif, la carte d’identite d’une senteur peut etre convertie en spectre chromatique en plus d’un trace "encephalo". Ce qui est vrai. Mais rares sont ceux qui ressentent cela. En definitive, il semblerait que nos reperes soient faux s’ils sont acquis et non innes.

Je suis assez epatee par ce don rare qui t’evoque une palette. Les sens sont sur developpes chez toi ! J’ai lu que d’autres aussi ressentent ainsi les parfums.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 16 janvier 2014 à 03:50

Oh mais je ne parle absolument pas de synesthésie ici, juste d’une sorte d’échelle de température appliquée aux odeurs, et ce anglé selon une histoire sociale et culturelle du monde occidental (ouais, en vrai je suis journaliste pour Positif).
#LesParfumsCaSentBon

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Anna, le 16 janvier 2014 à 23:43

Merci, Jicky. Vous n’est pas le seul avec des coleurs et des odeurs. Ah, des gouts et des couleurs. Moi aussi, j’ai une perception des deux, trois meme, il parait inhabituelle. Quand j’essaye de expliquer ca autour de moi, ils pensent que je suis tombee beaucoup sur ma tete en etant petite...des odeurs et des couleurs me font plus d’effect que au autres. Ca peut aller jusque a l’invasion. La nausee provoque par des couleurs, l’etouffement.
J’ai eue une prof de l’histoire d’art qui etait allergique a la categorisation des couleurs chaud/froid. Mais, on manque de moyens quand il s’agit d’exprimer des impressions, des emotions. C’est ce que on fait ici, on essaye de decrire indescriptible, on a besoin de le faire. Trouver que on est pas les seuls, hantes par tant de beaute, de details, d’emotions que on ressente grace a nos nez. On s’eclate !

Je m’excuse aux sensibles pour mon ortographe, francais n’est pas ma langue maternelle...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Vol de Nuit

par Vol de Nuit, le 15 juin 2013 à 11:10

Womanity : le Figuier qui aurait pousse dans l’Atlantide.

Celui ou celle d’entre Vous qui a ecrit cela, est poete et a su trouver l’image parfaite qui resume ce parfum sans age.

Quelle belle image pour ce parfum, ce "monstre" rose qu’on a envie d’aimer et d’apprivoiser.
Allez je me lance. Le soleil se leve et je mets une goutte (une seule) de Womanity.
J’ai dans mon entourage une personne allergique et croyez moi, c’est pas simple de se parfumer. Hier soir je mets une goutte d’Alien CBS - caramel- (merveille !) Et ce proche au bout de 10 minutes a commence a eternuer, yeux qui pleurent, mal aux dents... Pffff !

Pourtant ce proche se parfume lui aussi mais toujours sur les vetements (eau de Lancome, Iris silver Mist, Eau de Cartier, Anais, eau d’orange verte et je vais lui offrir fleur de citronniers le 26 juin qu’il a eu en echantillon et adore ).

Tout ca pour expliquer que la probabilite soit grande qu’il me dise dans un avenir proche : j’ai mal aux dents ! Qu’est ce que tu as mis ?!!! ^^

Je respecte l’allergie de ce proche et sa grande sensibilite.

Pour en revenir a Womanity, c’est vraiment un gateau sec au beurre sale avec de la figue. Addictif. Je vais voir ce que ma peau en fait car j’absorbe beaucoup les ingredients ou je les fais virer.
J’adore la figue. Mon dernier essai : Phylosikos. Mais rien a voir avec Womanity.

Je lui mets 4 etoiles car c’est vraiment un Mugler reussi. J’aime cet esprit novateur loin des conventions.

Avez vous des infos sur l’eventuelle sortie d’un nouveau Mugler ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Cashmeran

par Cashmeran, le 11 avril 2013 à 15:11

Fan de Mugler (Angel et surtout Alien) Comme je souhaite changer de parfum, je me tourne vers womanity. Il faut dire que j’aime les sillages "wagneriens" !

Womanity est étonnant car au premier abord, on se dit : ca va pas être possible, là , trop "spécial". Le mariage du plus ancien fruit/fleur de la planète (figue), du caviar et des bois. L’ode a la Femme de toute Éternité et a l’Humanité qu’elle porte en devenir, en Elle.
Au bout d’un certain temps, la note de fond est un délice. Vraiment addictif. Une goutte dans mon cou et mon oreiller a Ete parfumé. Tenace !!! (je parle du womanity d’origine).

J’ai hésité a l’acheter et j’ai eu la chance de trouver l’édition "chutney de figues" le goût du parfum. Après avoir lu vos avis, j’ai acheté celui ci, "en aveugle" car plus de testeur pr le sentir a la parfumerie , puisque je desirais un parfum a la figue.
Et de la figue, y’en a !!! Oh la la !
La note marine disparaît dans le chutney et je me retrouve avec mes biscuits a la figue "fig.lu)" , une confiture sirupeuse. Rugueuse.
J’adore cette marque (TMugler) qui a le courage de prendre des risques.
J’y vais doucement pour le sillage (une ou deux gouttes suffisent). Impressionnant.

Je me suis lancée et je ne le regrette pas.
Il ne laisse pas mon entourage indifférent en tout cas !

Je mets 4 étoiles pour le défendre un peu car il m’a touchée au coeur malgré son caractère si anticonformistè, "unusual" et pour son audace.

La description du figuier en Atlantide est tres juste (pour le Womanity d’origine).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 12 avril 2013 à 13:20

Re bonjour Cashmeran !!

 

Gros gros fan de Mugler aussi :D ! J’adore la version Chutney de Figues de Womanity, que je trouve encore mieux que le Womanity d’origine (très bien aussi !). Ah ah ah par contre oui... attention : sillage wagnérien ! (super ^^)

 

En fruités vraiment costauds, certains Lutens peuvent te plaire. Ce sont souvent des fruités plutôt indistincts et confits, comme une sorte d’évocation de fruits un peu déformé, mais généralement plutôt bien fondu dans le parfum : Féminité du Bois, Rahat Loukoum, Bois & Fruits, Fille en Aiiguille, Sarrasins ont vraiment des facettes fruitées superbes.

 

En figue, je vous l’avais conseillé sur le sujet de Ninfeo Mio, il y a Ichnusa de Profumum Roma. C’est une figue verte et boisée fruitée à souhait. Je l’aime beaucoup.

 

Enfin dans un registre un peu moins collant, très lumineux et très référencé, il faut vraiment découvrir L’Heure Folle de Cartier. C’est un fruité hyper astringent, qui traite le fruit rouge dans sa globalité, aussi vien vert qu’acide. C’est un bjou de création et de maitrise.

 

Enfin, d’après Opium, il semblerait que la tendance nichue qui arrive soit justement les fruitées... En même temps on a qu’à voir les derniers Duchaufour : le truc pour The Different Company (Aurore Nomade) ou The Enchanted Forest ---> deux gros fruités qui tachent !!

J’avoue que cette perspective me fait un peu peur mais bon...

 

Vive l’odorat !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Cashmeran, le 12 avril 2013 à 15:45

Bonjour Jicky !

Je suis une provinciale, je le regrette a cause de Ishnusa. J’aurais aimé le sentir.

Ah, Iris silver mist et féminité du bois !!! Je les ai porté il y a dix ans. Je me sentais princesse médiévale, avec ! Récemment j’ai acheté UN LYS de Lutens que ma mère m’a piqué (elle porte Anaïs Anaïs aussi.)

J’ai eu aussi La myrrhe de Lutens. Et rose de nuit. Encore du Wagnerien ! Du "nucléaire" comme vous dites.

Womanity chutney de figues, c’est une addiction complète. Waouh !

Et ce matin je reçois une lettre du cercle Thierry mugler me disant que je peux faire recharger a la source un flacon 50 ml vide offert ! Ouh la la ! Combien de temps vais je résister a womanity d’origine ? (celui avec la note caviar).
Ils me cherchent, la !
Je me parfume toujours d’une ou deux gouttes, pas plus mais je choisis toujours des parfums coup de poing (insolence, giorgio B Hills, les mugler, etc ). J’aime quand le parfum reste plusieurs jours sur un vêtement, un objet.

La je rentre de ville avec un flacon 30 ml de l’eau du soir de Sisley. Du lourd, aussi ! Seringa, bouquet intense.

Mais mon chutney de figues, c’est du grand art ! Il va falloir trouver un parfum pour mon homme, une figue aussi. Ninfeo mio peut être ?
J’essaierai d’avoir un échantillon de dyptique.
Mais j’y pense : cashmeran, douche avec Mathilde... E) :

Message subluminal qui me fait brusquement penser : jicky, tu es un homme ?!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 13 avril 2013 à 02:01

Ah oui c’est super cette démarche de Mugler sur la Source !

faudrait faire une brève là dessus. Je l’écris et je l’envoie au commandant Doré !! ===> en gros pour le prix d’un ressourçaige (moins cher donc plus économique, plus écolo aussi) Mugler offre le flacon. C’est vachement bien comme truc ! (J’ai craqué pour l’eau de parfum Alien, je l’ai toujours adoré celui là et paf au même moment vous arrivez ^^). En gros ça vous fait le 50ml de Womanity à 49€ ! Ça vaut teeeeeeellement le coup !

 

Vouiiiiii Ninfeo Mio <3 (best.figue.ever). Cest un des parfums que j’ai le plus de plaisir à porter (j’en ai vidé des flacons entiers, chose rare à mon niveau de TSQTEPQ (tu sais que tu es perfumista quand) ^^)

 

Et oui je suis un monsieur ^^. Si j’avais été une madame j’aurais pas encore été marié avec Mathilde Laurent. Mais ça se serait fait dans les prochains mois !!

je rêve la nuit d’un cashméran par Mathilde Laurent <3 (et non d’un cashméran AVEC Mathilde Laurent ! Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit !!)

 

Vive l’odorat !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Cashmeran, le 15 avril 2013 à 03:39

Aaah, Alien !...

Je ne pense pas que Thierry Mugler ait voulu faire allusion au film célèbre avec sigourney Weaver avec ce nom de parfum mais plutôt a un concept pacifiste d’êtres supérieurs d’autres galaxies, des E.T.

Une femme Alien comme la première pub le laissait supposer. Ce parfum est radiant. Comme un soleil !

J’adore le cashmeran et je le découvre cette fois dans Jaipur bracelet de Boucheron.
C’est tout autre chose, un parfum floral boisé.
J’aimerais avoir votre avis.

Ce n’est pas un parfum Wagnerien comme Alien ou Womanity ou Angel.

Oui, en ce moment dans certaines parfumeries, près de la Source Mugler se trouvent des coffrets avec les flacons vides (49 euro pour un 50 ml ! J’en suis pas revenue et j’ai fais fumer la carte bleue pour Womanity.

Pas pu résister !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Geneviève

par Geneviève, le 31 mai 2012 à 10:21

J’ai testé Womanity il y a 1 mois et comme toujours avec les parfums Thierry Muggler, j’ai ressenti un rejet violent, une sorte de claque olfactive. Parce qu’il est puissant ? Sûrement. Mais surtout parce que, comme tous les Muggler, il n’est pas conforme à ma vision classique du parfum. Résultat, j’ai jeté immédiatement la mouillette à la poubelle.

Mais avec les Muggler il faut respecter deux règles :
- y revenir au moins 2 fois (ou plus)
- les tester sur peau, parce que sur mouillette ils semblent ne pas évoluer (comme un instrument qui ne jouerait qu’une seule note, très fort et très longtemps), alors que sur peau, ils révèlent toute leur complexité

J’y suis donc retournée une seconde fois hier soir en passant devant le No..bé du coin. Après avoir esquivé la vendeuse, je teste.

D’abord sur mouillette : nouvelle claque olfactive, à peine moins violente. Et toujours cette réaction "ce n’est pas un parfum".

Je me lance pour un test peau et là c’est l’enchantement. Un parfum de figue très cuite et très sucrée me transporte instantanément sur une terrasse ensoleillée au petit matin, avec dans les mains une tartine de confiture de figue / pain grillé encore chaud / beurre.

Une brise marine, iodée (le fameux caviar de la formule) balaye un instant la figue. La plage n’est pas loin, j’irai tout à l’heure. Et puis, la figue revient, pénétrante, tantôt douce et confite, tantôt étrangement fraîche, comme une sieste à l’ombre d’un figuier. Et toujours cette petite brise marine, iodée, un peu piquante, qui souffle par à coups.

Bref, hier soir je suis partie en vacances et je crois que je vais y rester tout l’été.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

vicommevi

par vicommevi, le 15 novembre 2011 à 19:18

Je viens de sentir ce parfum, et je suis très agréablement surprise. Devant l’emballage très kitch à mon goût, je m’attendais à un parfum sans âme, au goût de chewing-gum que je ne supporte pas. Mais pas du tout. Les premières notes sont un fruité légèrement épicé mais cependant très doux, qui n’agresse pas les narines. Très rapidement, une fragance de gâteau juste sorti du four, mais pas trop entêtante, juste ce qu’il faut. C’est au bout de quelques instants que le parfum prend vraiment son ampleur : sur ma peau, il devient très poudré, avec il est vrai un fond iodé. Un parfum d’amande se détache, pour ma part je ne sens pas la figue mais plutôt une sorte de poudre de riz et bizarrement une odeur de papier. C’est un parfum doux qui ne tranche pas sur la peau mais l’épouse, il est très sensuel, voluptueux comme une caresse et pourtant si léger. Il évoque pour moi l’enfance, un peu un parfum de feuille Diddl, (bah oui j’ai grandi avec :p) mais pas trop sucré. J’aime surtout le fait qu’il évolue sur la peau, comme une femme qui grandit. Plus je sens mon poignet, plus je l’aime en fait. C’est le genre de parfum qui ne s’impose pas, mais donne une aura de douceur discrète.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par sleep2dream, le 17 novembre 2011 à 22:22

J’ai un petit faible pour cet emballage, certes un peu cliché.
C’est un de mes gros coups de coeur, mais je préfère l’édition limitée au chutney de figues, que je m’interdis d’acheter parce que de toute façon ça va disparaître (et puis il vire sur ma peau).
Je vous conseille de l’essayer, il est plus sucré par contre et moins iodé, moins salé, peut-être moins atypique mais la figue ressort au moins autant que dans l’original. C’est comme si le parfum avait été rééquilibré, tout semble plus cohérent dans cette version, sans délaisser l’original.
vicommevi, il a l’air magnifique sur vous ! Vous le décrivez si bien en plus, j’ai envie de l’essayer tout de suite sur mon poignet !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 18 novembre 2011 à 01:13

Le chutney de figue est juste ENORMISSIME !

Peut être un des meilleurs parfums de l’année...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par sleep2dream, le 18 novembre 2011 à 08:20

Pour moi c’est le meilleur parfum de l’année, c’est déjà un classique !
Déjà que je ne sais pas comment ils font chez Mugler pour ne sortir que des réussites, des trucs aussi inimitables. Et faire des flankers exceptionnels aussi (nan mais Angel au Cacao aussi c’est beaaaaaaaaaaau) ! "Mugler c’est Dieu" Jicky ?
.
Je lis plein de commentaires : vous avez trop de la chance avec vos peaux qui subliment ce parfum, alors faites des stocks pour le Chutney aux Figues, profitez-en ! Je le trouve plus réussi que l’original, et Angel Cacao aussi d’ailleurs.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par zab63, le 18 novembre 2011 à 13:02

Des flankers supérieurs aux originaux (je ne les ai pas encore sentis mais je vous fais confiance) prévus pour disparaître ... oh non, pourvu qu’ils aient un énooorme succès !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Absinthe, le 18 novembre 2011 à 14:02

Personnellement, j’hésite vraiment entre Angel et son cacao "profond", et Womanity, beaucoup moins détestable en mode Chutney de figue à mon goût... raaaa mais pourquoi la vie est-elle si compliquée ??

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par sleep2dream, le 18 novembre 2011 à 15:13

Bon. Je viens de retrouver un papier Marionnaud -20% qui était miraculeusement toujours valable (je l’avais reçu en septembre). Forcément, j’ai craqué pour ce Womanity Chutney de Figues, qui est décidemment meilleur que l’original à mon nez. Je sais, je me contredis, mais il est tellement beau, j’ai pas pu résister !
Allez les sentir zab63 (vous êtes de Clermont-Ferrand ?), vous ne serez peut-être pas d’accord avec moi mais je suis certaine que vous ne regretterez pas de les avoir senti, ils sont très intéressants !
J’ai aussi hésité avec Angel, objectivement je suis incapable de dire lequel je préfère... Pourquoi pas les deux ? Il faut profiter de ces éditions limitées !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jicky

par Jicky, le 3 juillet 2011 à 12:41

Normalement, je devrais sentir l’edt dans pas longtemps ! Je vous tiens au courant ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jicky

par Jicky, le 2 juillet 2011 à 22:12

Sincérement, j’aime TOUS les Mugler ! Ils sont génialissimes ! Angel, c’est Dieu presque ! Alien,c’est Dieu, Womanity c’est Dieu. Même leur Cologne c’est Dieu !

 

J’ai trop hate pour l’edt d’Angel !!!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par mitsouko, le 3 juillet 2011 à 09:58

Jicky, moi aussi j’ai hâte pour Angel edt. Qui sait, peut-être qu’il rendrait mieux sur moi que l’edp ? J’adorerais un rendu sur peau comme celui décrit par Dominique, miam !
J’ai testé la Cologne l’autre jour et c’est vrai qu’elle m’a bien charmée. Pourtant je ne suis pas du tout branchée eau de cologne mais là, je n’arrêtais pas de me sniffer le poignet.
Sinon, j’ai converti ma nièce, elle porte maintenant Insolence.
Et moi, je suis tombée dans les bras irisés cacaotés de Parfum Initial.....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par amalia, le 3 juillet 2011 à 10:24

Mitsouko, à l’inverse de toi, c’est Womanity qui me boude, il ne rend pas décidément sur ma peau. Par contre, je pense qu’elle sublime Angel. Pas tout pour les mêmes non plus ! ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par mitsouko, le 3 juillet 2011 à 11:03

Amalia, c’est justement ça qui m’intéresse, les "grands écarts" de certains parfums en fonction de la peau. L’alchimie qui se crée (ou pas) est assez fascinante.
C’est en cela que certains flankers s’avèrent finalement intéressants. Je crois me souvenir que c’est Tambourine qui racontait que Shalimar sur sa peau ne la satisfaisait pas alors qu’avec l’eau de Shalimar, la magie avait opéré.
C’est le même phénomène pour moi avec le N°5, j’adore l’edt sur touche mais sur moi il est si décevant que j’y avais complètement renoncé. Pour situer, le N°5 sur moi devient très vite un soliflore jasmin plutôt entêtant. Et puis récemment j’ai testé l’Eau Première et là j’ai retrouvé sur ma peau le N°5 tel que je l’aime, poudré, féminin et subtilement troublant. C’est fou ça !
Est-ce que Angel sur ta peau ressemble à ce que décrit Dominique ou donne-t’il quelque chose d’encore différent ?
Peut-être qu’Angel va aimer ma peau dans sa version edt ? Comme ça je pourrai rejoindre le club des "Angel est une tuerie sur ma peau" ...... ;p

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par amalia, le 3 juillet 2011 à 21:42

Tout à fait d’accord Mitsouko, le parfum seul ne suffit pas, le facteur peau est très important voire primordial. Un bon parfum reste un bon parfum mais si la peau le sublime, il prend une toute autre dimension, d’où le grrrrrh ;)

 

Par exemple, L’Heure Bleue rend nettement mieux sur ma peau que Mitsouko, qui reste beau mais sans le petit plus que nous recherchons.
N° 5 est parfait pour moi, y compris la version Eau Première.
Mais je pense porter moins bien N° 19, c’est pour ça que je me rattrape avec Bas de Soie. D’ailleurs, j’attends avec impatience la venue de la nouvelle version (comme toi pour Angel).

 

Quant à Angel, pour avoir lu les descriptions de Dominique, je pense que le rendu est à peu près identique sur nos peaux, malgré la différence de carnation.
Il est beaucoup plus ambré patchouli que sucré (d’où la confusion de ma fille alors que j’avais mis Prada). Je ne sais pas si c’est une tuerie mais ça le fait plutôt bien ou du moins le faisait quand je le portais, il y a quelques années.
Allez, je sens qu’avec le nouveau cru, tu feras partie du club :D

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 3 juillet 2011 à 21:58

C’est drôle mais, en toute modestie, tu me dis "Quel parfum tu ne portes pas bien", beh je te répond aucun... Ya vraiment aucun parfum qui est n’est pas compatible avec ma peau !

 

Je tiens bien les parfums, je les fais bien évoluer, et j’ai pas de problèmes qui les font tourner... Don de la nature ? (au moins ça comme cadeau...)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par amalia, le 3 juillet 2011 à 22:16

Mais Jicky, tu es toi même un don du ciel, c’est pas étonnant !!!!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 3 juillet 2011 à 22:36

Tu as besoin d’argent ? ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par amalia, le 3 juillet 2011 à 23:58

Oui ai-je frappé à la bonne porte ? :D
Ta réponse me fait rire, lorsque quelqu’un me fait un compliment, c’est souvent ce que je me dis.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 4 juillet 2011 à 00:10

J’allais faire une réplique en mode théâtre romantique. Mais j’ai oublié ^^

J’ai bien 5 malheureux euros pas loin de moi :p

 

(merci en tout cas ^^)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vivi Snow, le 3 juillet 2011 à 12:07

Bonjour Mitsouko, Bonjour Amalia, Bonjour à tous,

C’est avec surprise et avec bonheur que je fais partie du club : "Womanity est une figue magique sur moi" ! ^^ (Amalia, il faut encore que j’aille tester Angel maintenant)
Elle n’a rien d’écoeurant parce que c’est la note salée qui est sublimée sur ma peau. Rien à voir avec une note marine calone comme dans l’Eau d’Issey pour femme que je n’ai jamais pu supporter sur ma peau. J’avais l’impression de boire la tasse, non pas d’eau de mer mais d’air pur et frais, un peu lorsqu’il y a tellement de vent qu’on ne parvient même plus à respirer...

Bref, ça me fascine tout comme toi Mitsouko les différents rendus sur peau en fonction de l’alchimie. Encore pas plus tard qu’hier, on m’a demandé ce que je portais comme parfum parce que je sentais vraiment fort l’encens ? Un parfum d’encens qui sent bon d’après la personne mais qu’elle trouvait surprenant parce qu’on sent rarement ce genre de note dans les parfums d’aujourd’hui. C’était mon Chanel N°22. Je sais maintenant que je dois avoir la main légère avec lui sinon je risque de ressembler à une bigote de bénitier !

Petit à petit, je commence à connaître ma peau, l’alchimie qu’elle crée avec les parfums. Et j’adore tester sur d’autres les différences d’alchimie. La rose sur la mienne est "potentialisée" alors que sur ma fille aînée elle est sublime. Insolence sur ma fille aînée a des petits airs de Dans tes Bras (un très grand écart, là !!^^). Mais si elle porte Dans tes Bras, elle sent divinement bon le "champignon des bois" à plein nez !

Ma peau potentialise aussi le vétiver, c’est pour cela que je préfère Infusion d’Iris en EDT sur la mienne. La vanille est hyperactive sur moi, du coup Habanita devient d’une douceur alléchante avec sa bonne dose de vétiver qui lui donne son caractère corsé et pas vanille "gnangnan".

La réglisse vire vite au fumé-crâmé sur ma peau. Secrets de Rose est bien trop "carbonisé" sur ma peau alors qu’il est sublime sur ma fille aînée. Jeux de peau est original et délicieux sur moi. La confiture d’abricot est absorbée, le fumé réglissé est justement dosé pour être agréable et pas complètement crâmé et le santal est sublimé...

Ça ferait un sujet de discussion intéressant : peau et parfum, quelle alchimie ?

Bon dimanche et bises à Noir Epices (l’orange reste dans l’ombre et laisse le podium aux épices) ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par amalia, le 3 juillet 2011 à 22:12

Bonjour Vivi ! C’est marrant Womanity ou la figue magique :) c’est super si tu le portes bien.
En fait je crois ne l’avoir jamais croisé sur une peau qui le sublimait, les quelques fois où je l’ai senti sur quelqu’un, il était comme sur moi, en suspend dans l’air.
A moins justement que, bien porté, je ne l’ai pas reconnu.

 

C’est génial d’arriver à savoir quel type de fragrances va convenir à ta peau, je n’en suis pas encore là.
Mais lorsque l’alchimie se fait je suis sur un nuage, je me sens bien et dans ma peau et dans ma tête, c’est cet état que je recherche quand je choisi un parfum, comme nous tous sans doute. À moins que je ne sois la seule frappadingue ici, ou plutôt non, on serait deux alors ;).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vivi Snow, le 3 juillet 2011 à 23:42

Bonsoir Amalia et bonne nuit à tous,
J’ai un petit truc imparable pour savoir si un parfum me va ou non : je le porte dans le creux de la poitrine, là où il y a bien souvent un petit noeud ou un strass à la lingerie féminine. Je mets la dose et recouvre le tout d’un t-shirt au raz du cou. De temps en temps, je jète un coup de nez dans mon t-shirt, s’il ne me va pas, je peux t’assurer que je cours prendre une douche ! ;-) C’est une méthode un peu kamikaze mais très efficace, à ne faire que chez soi, si on ne doit pas partir ; sinon, c’est les hauts-le-coeur ou la migraine de plomb à coup sûr ! ^_^
C’est frappadingue, oui, oui, je sais ! Mais je me rassure, je constate que je ne suis pas seule ;-)
Bises à l’Eau d’Ambre ce soir ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 4 juillet 2011 à 00:12

Oui, moi aussi je me met du parfum sur ma forte poitrine. Dans mon décolleté, tout ressort ! C’est pas mal comme conseil pas du tout restrictif sexuellement parlant ça :p

 

(beh moi d’abord j’en met... euh... bah sur les poignets ^^)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vivi Snow, le 4 juillet 2011 à 00:45

Ah, oui ! ;-) Je n’avais pas réalisé ! Discrimination sexuelle tout-à-fait involontaire !
Sinon le principe, c’est de tester le parfum à haute dose sur un endroit de peau chaude et recouverte où on peut jeter un coup de nez facilement. Je peux te jurer qu’un parfum ne sent pas pareil sur les poignets, dans le cou, ou ailleurs... ^_^
Je te laisse le choix ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 4 juillet 2011 à 01:37

Peau chaude, recouverte, et le clin d’oeil coquin... tu veux parler de mon genou :D ! Merci pour le conseil !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par mitsouko, le 4 juillet 2011 à 09:53

Ou le creux du coude, un peu plus facile d’accès pour le coup de nez !
Le creux du genou, j’aimerais bien pouvoir encore y jeter un coup de nez, comme au bon vieux temps où j’étais délicieusement souple. ;p
La quarantaine, c’est pas toujours facile, surtout quand l’arthrose s’y met !
Profite bien de ta jeunesse Jicky......

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par dominique, le 4 juillet 2011 à 10:07

Les articulations grincent un peu, mais on est plus techniques sur de nombreux points... J’ai testé womanity sur peau hier et j’ai eu une note boisée un peu grinçante, pas très agréable. Je reste donc pour ce qui concerne les Mugler sur Angel, je dois bientôt faire remplir mon vapo.
Par contre, ai passé ce weekend entre N°19 le jour et Cuir Mauresque la nuit ... Ce fut torride.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 4 juillet 2011 à 10:21

Ah ah et quelle souplesse que j’ai ! (j’ai jamais réussi à toucher mes pieds avec mes mains en restant les jambes tendues —’).

 

Me suis parfumé à la Cologne de Mugler aujourd’hui - abondamment - et j’ai Iris Ukiyoé sur le poignet, qui est vraiment délicieux, quoiqu’on en dise (*Prince et Princesses remain*)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par mitsouko, le 4 juillet 2011 à 10:28

Et plus inventif aussi. Heureusement !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

mitsouko

par mitsouko, le 2 juillet 2011 à 12:22

Que lis-je, mon rouquin préféré se découvre un début d’intérêt pour Womanity ?
Bien porté, il n’est pas si mal, hein ?
Dominique, si ça se trouve sur toi Womanity serait divin. Va savoir.....
Le plus drôle dans l’histoire c’est que j’ai offert mon flacon à peine entamé (ben oui un pshitt suffit amplement alors le flacon se vide très lentement) à ma soeur de coeur qui l’adore. Curieusement, je ne supporte plus les odeurs marines sur moi. C’est venu du jour au lendemain. Bizarre....
Par contre sur les autres, j’aime toujours autant. Alors je profite sur elle avec bonheur des effluves de Womanity qu’elle porte si bien (ma "soeurette" a le pshitt léger, comme il se doit).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par dominique, le 2 juillet 2011 à 20:27

On ne va pas aller si vite en besogne, belle dame, mais c’était une expérience plus agréable que le testeur senti au hasard des rayons. Cependant, sur moi, la "tuerie muglérienne" demeure l’extraordinaire Angel, trop et trop mal porté.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par mitsouko, le 2 juillet 2011 à 20:53

Comme quoi... Angel est loin, très loin d’être une tuerie sur moi.
Et tu as raison, n’allons pas trop vite en besogne concernant Womanity. Mais si un jour, d’humeur kamikaze, tu te risquais à un test sur peau, je serais curieuse d’avoir un compte rendu de ce qu’il donne sur toi.
Les parfums Mugler sont intéressants de ce point de vue : d’une peau à l’autre, ils peuvent donner des effets très différents.
Alien est splendide sur ma fille aîné (du coup je lui ai offert pour ses 18 ans), avec un joli sillage et une tenue irréprochable. Sur moi, il est sympa mais je l’apprécie bien plus sur elle.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par dominique, le 2 juillet 2011 à 21:45

Oui, et ça me surprend croyant savoir que des parfums aussi synthétique devraient être plus stable et universels.
Chez moi, Angel est loin du sirop de pouffes trop fréquemment senti, c’est un chocolat noir, ambré et un patchouli sensuel, sec. Le parfum qui fait une vraie exception parmi les autres de mes péchés capiteux, qui peuvent facilement s’associer et se superposer. Ici, j’ose seulement le mixer à N°5 et Youth Dew.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Vivi Snow

par Vivi Snow, le 28 juin 2011 à 13:28

Bonjour à tous,

Jamais je n’aurai pensé porter un jour sur peau Womanity...

Je suis plutôt du style consensuelle et il faut parfois me pousser pour faire des choses qui semblent risquées.
"Maman, tu viens faire le grand huit avec moi ?" ; "Mais, ça va pas la tête !" ; "Mais si, allez, viens tu vas voir, c’est génial,... Allez, maman-chérie-que-j’aimadôôôre !!!^^" ; "Bon, d’accord :-$ ... mais, euh... ça tient bien les sécurités ?!? ... Waaa Aaah lalala Aââââââââââhhhhhh !!!!!!!!!" ; "Alors, maman, ça va ?" ; "Ben, oui, pourquoi ??? On recommence ! ;-)"

Mais, voilà, après les conseils d’Opium enthousiastes : "Si, si, vas-y Vivi, ne pense pas aux avis négatifs, ne t’y arrête pas et essaie cette figue-là, toi qui aime ce fruit, tu dois tester celle-là !!! ;-D", je me suis dit "pourquoi pas !"

Le hasard fait parfois bien les choses... Hier, en allant acheter mon Infusion d’Iris tant attendu, qu’est-ce que je découvre comme échantillon : WOMANITY !!!
Autant je n’aime pas le flacon, autant l’échantillon, je le trouve bien foutu, pratique et transportable. ;-)

Tard dans la soirée, après une douche et tous les autres tests sur peau effacés, d’un coup de tête (dans ces cas-là, mieux vaut que je ne réfléchisse pas ! ^^) je prends l’échantillon, m’énerve un peu à comprendre comment on l’ouvre, puis enfin, j’en mets une bonne dose sur les deux poignets. Même pas peur !!!
WAAAAAH !!! C’est quoi ce truc ?!? Une explosion façon Hiroshima, une bombe olfactive, une figue radioactive enfermée dans une salière de la 5ème dimension... ???

Je me suis endormie, avec Womanity, trop trop trop fatiguée pour analyser cette bizarrerie de la parfumerie... ;-)

Et ce matin, en me réveillant, quelle bonne odeur matinale ! Tiens, c’est quoi ? Ah oui, tilt ! C’est Womanity ! Ça alors !?!^^
Bon, une bonne douche plus tard, me voilà de bonne humeur avec une envie irrépressible de remettre Womanity. Et cette fois-ci pas seulement sur les poignets mais partout. ;-D

Une tasse de café plus tard, je le trouve vraiment amusant : de loin c’est la note salée-caviar-embruns du bord de mer que je ressens ET le nez collé à la peau, c’est la figue sirupeuse-confiture-compote-sirop que je sens. La note boisée fait le lien entre le sirop et le salé et permet aussi à cette figue fusion de se fondre avec ma peau.

Finalement, très belle expérience, j’ai même envie d’aller me re-parfumer pour avoir à nouveau cette sensation de départ grisante. On recommence ! ;-)
Quelle bizarrerie, je ne porte jamais de fruité dégoulinant... Je ne peux plus dire jamais, celui-là avec sa note salée, j’adopte... Il faut que j’aille redemander des échantillons ! ;-)

Parfum polarisant qui m’a conquise.
Merci Opium ! ^_^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vivi Snow, le 28 juin 2011 à 13:40

Et ma louloute est conquise aussi !^^
Ce matin, avant que je ne descende de la salle-de-bain, elle avait déjà compris comment s’en mettre sur les poignets et avait accroché l’échantillon à son cartable.
"Teureuh teuteuh, ici, l’échantillon reste à la maison !"
"Mais, maaaman, il sent troooop bon !"
"Bon, juste un peu dans le cou et ce soir, tu peux en remettre si tu veux !"
Elle avait un sillage vraiment peu adapté à une petite fille, mais elle avait l’air tellement heureuse ! ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par dominique, le 28 juin 2011 à 14:34

C’est amusant, ce matin j’ai eu la narine titillée dans la file à la librairie et par des relants de Womanity, qui me donnaient quasi envie de le tester sur peau alors que chez mugler je n’ aime que Angel.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vivi Snow, le 28 juin 2011 à 21:33

Je ne peux que te conseiller d’essayer, Dominique. Qui sait ? Peut-être auras-tu une bonne surprise finalement.
En ce qui me concerne, je ne m’y attendais vraiment pas ! ^_^
Sur ma peau, c’est le salé qui ressort le plus, et puis, bizarrement après 4h, il s’est bien trop arrondi à mon goût et devient un parfum de peau... Mais quel plaisir dès que je me re-parfume ! ;-)
J’ai parfois nettement l’impression que ma peau absorbe les parfums... Est-ce qu’il y en a d’autres à qui ça fait ce même effet ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par dominique, le 28 juin 2011 à 21:49

On verra bien, je n’ai pas le "craquage" facile ! Cependant, à l’Antichambre, j’ai acheté une bougie au santal, elle embaume mon salon, un régal.
Chez moi, Angel est surtout patchouli, très peu sucré, alors Womanity ...
Et je me suis laissé tenter par un 200 ml de N°5 en EDT, mais il s’estompe très vite sur moi qui suis accro à l’EDP, le flacon sera vite vide ! En attendant le Cuir Mauresque que le facteur va m’apporter en prévision de mes vacances très hot.
Je compatis à ton souci de peau, chez moi ce sont les fleurs qui fanent très vite au profit des bois et des épices ... on ne s’en douterait pas en lisant quelles sont mes préférences ! Si je tente un soliflore jasmin, c’est une infection : pipi de tout ce que tu veux ! Les autres fleurs blanches, c’est migraine et compagnie.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par parfums50, le 28 juin 2011 à 22:38

j’ai exactement la même impression lorsque je mets habanita ou l de lolita lempicka.
ma peau absorbe le parfum pour le restituer une heure plus tard

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vivi Snow, le 29 juin 2011 à 12:48

Bonjour Dominique et Parfums50,

J’aime vraiment beaucoup le santal ! Tam Dao pour moi et sur ma peau, c’est un Bonheur, LE plus beau des santals et le plus réaliste comme le dit Youggo. Sinon Bois des Iles, c’est un superbe travail d’orfèvre autour du santal, dont je ne peux plus me passer.

Par contre côté épices, j’aime beaucoup le travail de Lulu. Celles-là ne sont pas absorbées par ma peau. Et c’est tant mieux car j’aime sentir leur présence lors d’un mouvement de cheveux, d’un souffle de vent, d’un mouvement de la main qui ondoie avec le parfum.
J’aime avoir la peau épicée d’Arabie et d’El Attarine, du bois épicé et fruité de Féminité du Bois, et il faut que j’aille tester Daim Blond...

Mais mon favori épicé, c’est Noir Epices de Fredo Malle, qui me titille en disparaissant pendant plus ou moins une heure, comme pour toi Parfums50, puis revient plus doux alors que je le croyais disparu de ma peau, très étrange comme sensation. Comment mieux faire sentir le manque par un peu d’absence et donner un pur bonheur non feint lors des retrouvailles !

En ce qui concerne N°5 et son jasmin, je fais la grosse gourmande en portant l’EDT sur les vêtements et dans les cheveux, ET l’Extrait sur peau... Il s’estompe bien moins vite ainsi ! ;-)

En parlant fleur blanches, comme elles virent sur ta peau, Dominique (excepté le jasmin du N°5), as-tu essayé la violette ou la rose ? Il y a des roses très animales ou très vineuses, que j’avoue, j’ai beaucoup de mal à porter parce que ma peau les amplifie, je deviens un rosier dans une phase hypermaniaque, comme Une Rose de Fredo Malle. Sinon, sur Auparfum qui n’a pas entendu parler de la violette de Dans tes Bras ?!!

Bonne après-midi parfumée ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par dominique, le 29 juin 2011 à 14:04

A franchement parler, les fleurs m’attirent peu. C’est avec 1OOO que je m’y adonnais avec le plus de plaisir.
J’ai jeté un coup d’oeil sur le site de Parfumerie Générale, mais pas d’échantillons par la poste et pas de point de vente sur Bruxelles ou Lille, je leur ai demandé par mail. Ce sera pour une sortie sur Anvers. La marque a l’air super intéressante, dans ce que j’aime, si le cap "sniffage" est réussi.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Lire la critique de DaliA

DaliA de Dali

Dali... mais pour qui ?
Comme une impression de décalage entre l’univers foisonnant du plus grand représentant du surréalisme, et ce parfum à la créativité, disons, limitée...
Note des visiteurs :

(0 vote)

Lire la critique de Geranium Odorata

Geranium Odorata de Diptyque

Voyage en Rugosité
A côté d’une Eau de Lavande rustique, Diptyque lance une seconde Eau Florale autour d’un géranium naturel et androgyne.
Note des visiteurs :

(5 votes)

Lire la critique de Tonka

Tonka de Réminiscence

Fève Souveraine
Un parfum terriblement addictif, facile, rond, chaleureux et généreux.
Note des visiteurs :

(7 votes)

Lire la critique de Volutes

Volutes de Diptyque

Infusion d’iris... tabac et miel
En ces temps de lancements multipliés, telles les têtes de l’hydre de Lerne après les flèches répétées de l’arc d’Héraclès, Diptyque offre le choix entre deux concentrations de Volutes, sa dernière sortie. (...)
Note des visiteurs :

(5 votes)

Lire la critique de Vanille

Vanille de Réminiscence

VaNiHé, c’est gonflé !
Après avoir été convié pour auparfum, l’an passé, à célébrer les quarante ans du mythe Patchouli de Réminiscence, Jeanne m’a proposé d’assister à leur lancement de Vanille , soliflore d’une matière qui (...)
Note des visiteurs :

(1 vote)

Lire la critique de Alien

Alien de Thierry Mugler

Objet parfumé non identifié
Oriental sombre et anguleux, mémorable et intimiste, à la personnalité et au sillage dévastateurs.
Note des visiteurs :

(25 votes)

Lire la critique de Miroir, Miroir

Miroir, Miroir de Thierry Mugler

Réflections métaphysiques
L’inspiration de la gamme Miroir, Miroir provient du créateur Thierry Mugler lui-même, qui est apparemment fasciné depuis toujours par les miroirs, le jeu de la métamorphose et de la transformation. (...)
Note des visiteurs :

(1 vote)

Lire la critique de A*Men

A*Men de Thierry Mugler

Choco men
On pourrait résumer A*Men à un Angel pour homme, mais ce serait injustement réducteur. Même si on y retrouve le même assortiment de confiseries gourmandes que dans son pendant féminin, j’ai toujours (...)
Note des visiteurs :

(23 votes)

Lire la critique de Cologne

Cologne de Thierry Mugler

Splash
Entre herbe coupée et muscs mystérieux, une Cologne du XXIème siècle qui dépoussière le genre.
Note des visiteurs :

(18 votes)

Lire la critique de Angel

Angel de Thierry Mugler

Fête foraine
Bouleversement gourmand invoquant les odeurs des fêtes foraines de l’enfance, madeleine de Proust personnalisée sous forme d’alchimie de barbe à papa.
Note des visiteurs :

(45 votes)

Lire la critique de Copal Azur

Copal Azur de Aedes de Venustas

Contemplation bleue
Copal Azur explore l’encens des Mayas et des Aztèques par des effluves cinglants et éthérés, ouvrant le chemin de la contemplation.
Note des visiteurs :

(7 votes)

Lire la critique de Myrrh Casati

Myrrh Casati de Mona di Orio

Poussière d’adieu
Le premier Mona Di Orio sans... Mona Di Orio. Fragile comme une feuille d’automne.
Note des visiteurs :

(0 vote)

Lire la critique de Vétiver

Vétiver de Carven

Grand-père vétiver
Après une précédente version décevante, Carven réédite son Vétiver, cette fois en promettant de se rapprocher de la formule initiale... Alors, verdict ?
Note des visiteurs :

(3 votes)

Lire la critique de Aomassaï

Aomassaï de Parfumerie Générale

Black Coffee
Un café arôme réglisse torréfiée aussi original qu’addictif qui démontre que les gourmands peuvent vraiment être rock &roll !
Note des visiteurs :

(4 votes)

Lire la critique de Vétyver

Vétyver de Givenchy

Vétiver d’avant-garde
Un vétiver fort et affirmé qui a dépassé la cinquantaine sans avoir pris une ride.
Note des visiteurs :

(3 votes)

Anna

Anna

a porté Womanity le 23 octobre 2014
Sa note :
Anna

Anna

a porté Womanity le 17 octobre 2014
Sa note :
Anna

Anna

a porté Womanity le 18 septembre 2014
Sa note :
Anna

Anna

a porté Womanity le 12 août 2014
Sa note :
Anna

Anna

a porté Womanity le 11 août 2014
Sa note :
Anna

Anna

a porté Womanity le 9 août 2014
Sa note :
tu pues le style

tu pues le style

a porté Womanity le 2 août 2014
Marketing & Fragrances lover.
Sa note :
Anna

Anna

a porté Womanity le 29 juillet 2014
Sa note :
Anna

Anna

a porté Womanity le 23 juillet 2014
Sa note :
Anna

Anna

a porté Womanity le 22 juillet 2014
Sa note :
tu pues le style

tu pues le style

a porté Womanity le 4 juillet 2014
Marketing & Fragrances lover.
Sa note :

en ce moment

domik a aimé la critique de Happy

il y a 46 minutes

Myl&une porte The Unicorn Spell aujourd'hui

il y a 51 minutes

Myl&une a commenté Cologne d’Antan à la Violette

il y a 5 heures

Merci pour cette découverte -il ne reste plus qu’à la dénicher, cette petite(…)

Florestan a commenté Cuir d’ange

il y a 5 heures

Premier jour : Dans tes bras, Deuxième jour : Cuir d’ange, Troisième(…)

mijea16 a aimé Concours Mona Di Orio

il y a 6 heures

Florestan a attribué 4 étoiles à Cuir d’ange

il y a 6 heures

billieH a commenté Black Opium

il y a 7 heures

Belle publicité, joli flacon mais quid de l’ivresse ? Déçue, je suis déçue.(…)

Nymphomaniac a commenté Corsica Furiosa

il y a 7 heures

Sur moi, il ne tient pas très bien par contre ; à peine plus que l’Eau de(…)

à la une

Happy

Happy - Clinique

Bonheur Ultra Brite

A la fin des années 90, la marque Clinique lance sur le marché ce qui allait être à la parfumerie ce qu'Ultra Brite avait été à l’hygiène bucco-dentaire : l’incarnation du sourire blanc et figé si cher aux Américaines.

dernières critiques

Lire la critique de Cléa

Cléa - Yves Rocher

Floral ultra classique

Un floral, entre aldéhydé savonneux et crémeux cosmétique ambré, d'une complexité qui ne se répercute pas sur son prix !

Lire la critique de Cologne d'Antan à la Violette

Cologne d’Antan à la Violette - G. Lenné

Mauve floral

Une violette qui sent la violette. Pas le bonbon, la violette. Et c'est très bien comme cela.

Lire la critique de Rêve Indien

Rêve Indien - Fragonard

Petite princesse du Taj Mahal

Un parfum vanillé qui est aussi une invitation à des voyages lascifs en Orient.

actualités

Noir premier de Lalique

Noir premier de Lalique

le 20 décembre 2014

Une nouvelle collection, hommage à l'histoire et à l'identité artistique de la marque.

Faites le plein d'idées de parfums "Maxis Plaisirs à Petits Prix" !

Faites le plein d’idées de parfums "Maxis Plaisirs à Petits Prix" !

le 5 décembre 2014

Une troisième édition de parfums à prix bas pour des idées de cadeaux, pour Noël ou le reste de l'année, à offrir aux proches, ou pour soi.

concours

Concours Mona Di Orio

Concours Mona Di Orio

Jouez avec auparfum et tentez de gagner un parfum Mona Di Orio.

lectures

100 questions sur le parfum

100 questions sur le parfum

le 22 décembre 2014

Le parfum en questions, 100 fois, pour raconter de savoureuses anecdotes et vulgariser le sujet. Un pari réussi et amusant par Béatrice Boisserie, journaliste au Monde.

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum
Un parfum profond, qui donne des clefs plutôt que des réponses

Un parfum profond, qui donne des clefs plutôt que des réponses

par NinaB

Le parfum que je cherche ne sera pas d'un abord aisé, il ne se livrera pas de suite, il se développera en faisant accéder successivement à des émotions différentes, comme un très bon vin.

discutons-en

Des parfums et des livres

par Jeanne Doré

Le parfum est aussi présent en librairie. Quels sont pour vous les meilleurs ouvrages qui lui sont consacrés ?