Noix de Tubéreuse

Miller Harris

Note des visiteurs :

(3 votes)

9 avis

Coco chic

par Jeanne Doré , le 24 juin 2009

Connaissez-vous l’odeur des fleurs de genêt qui ornent les côtes bretonnes en été ? Un délicieux parfum de noix de coco lactée qui évoque la crème solaire, une véritable odeur de prédilection pour un arbuste de bord de mer.
C’est la première fois que je retrouve de manière aussi proche cet effluve estival et maritime dans un parfum. Si Noix de Tubéreuse démarre sur une accord floral jasminé un peu entêtant, avec une note de liqueur de banane, la douce effluve solaire de noix de coco apparaît doucement, mêlée à une note poudrée et crémeuse d’amande amère , qui évolue sur un iris velouté et beurré. Une atmosphère de plage imprégnée d’Ambre Solaire se propage doucement, sans tomber dans l’oriental gourmand vulgaire et envahissant. Nous sommes plutôt à La Baule qu’à Nice.
Cette Noix de Tubéreuse pourrait être un parent éloigné de Datura Noir, dans une version moins narcotique, moins exotique et moins dangereuse, une interprétation un peu plus sage et disciplinée.

À propos de l'auteur

Jeanne Doré

J’ai co-fondé auparfum.com en 2007, et j’en suis aujourd’hui rédactrice en chef à temps partiel, et rédactrice... un peu de temps en temps !

Voir son profil
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Nouchka, le 21 septembre 2014 à 14:40

Après lecture de sa critique... Noix Tubéreuse me rends vraiment curieuse : "Connaissez-vous l’odeur des fleurs de genêt qui ornent les côtes bretonnes en été ? (...)C’est la première fois que je retrouve de manière aussi proche cet effluve estival et maritime dans un parfum."
Je crois que Miller Harris mérite vraiment d’être connu !!!
Merci à Jeanne Doré de me le faire connaître !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par jalouve, le 21 avril 2014 à 11:09

J’aime cette petite merveille lactée de monoï. Il n’y a pas de lait, ni de monoï,
mais cette image s’impose à moi. C’est doux, légèrement sucré, délicatement fleuri,
cela sent le début des vacances. Je ne connais guère les plages, que ce soit de Bretagne ou de Nice, mais je me souviens des prémices de l’été. Ma belle noix de tubéreuse, tu es à croquer.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lala, le 15 juin 2010 à 17:10

Ah non, même en débarquant un an après, je ne peux pas vous laisser écrire cela : "Une atmosphère de plage imprégnée d’Ambre Solaire se propage doucement, sans tomber dans l’oriental gourmand vulgaire et envahissant. Nous sommes plutôt à La Baule qu’à Nice.". Quel préjugé ! Nous serions donc vulgaires à Nice ? Ce ne sont guère que les touristes qui envahissent nos plages l’été, se font cuire aux UV (nous profitons des rayons légers du soleil toute l’année et donc nous n’en avons pas besoin) pendant que nous fuyons vers l’arrière-pays niçois. Ce ne sont guère que les parisiennes si policées à Paris qui se laissent un peu aller, toutes émoustillées de pouvoir s’exhiber et peu habituées aux apéritifs anisés ! Et moi, la niçoise, figurez-vous que j’adore Noix de Tubéreuse (que je trouve à Nice, dans une charmante boutique "Scott et Zelda", alors qu’elle n’est pas vendue à la Baule ;-) Venez-donc à Nice, française depuis 150 ans seulement et encore empreinte du charme piémontais, vous balader au Château avec l’esprit de Nietzsche, être surprise par le parfum du jasmin au détour d’une ruelle. Eh oui, à Nice, il y autre chose que des vanilles cheap. Quant à l’oriental gourmand...il peut être délicieux, raffiné, comme cet encens, cette myrrhe et cet ambre ramenés depuis les ports d’Arabie (région où fut inventée la sensualité). Lala.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 15 juin 2010 à 22:46

Chère Lala, vous avez tout à fait raison de vous indigner, je reconnais que mes "images" sont souvent très caricaturales, et parfois à tort. En l’occurrence, j’aime beaucoup certains petites recoins de Nice, et l’aspect parfois un peu guindé de La Baule, ce n’est pas vraiment mon truc... Je voulais juste trouver deux exemples d’ambiances de plages très opposées, une bondée, populaire, où les odeurs se mêlent, l’autre plus bourgeoise et discrète, mais je ne voulais en aucun cas blesser les habitants de Nice (ni ceux de La Baule d’ailleurs, après ce message !)

Ceci étant dit, je suis ravie de savoir que vous aimez ce parfum, qui par ailleurs, convient finalement à tous les types de plage en été, pourvu qu’on le porte avec élégance !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Garance, le 25 juin 2009 à 08:49

J’apprécie beaucoup ce parfum, qui une fois de plus comme c’est souvent le cas chez Miller Harris, est délicieux sans être écoeurant. Pourtant, sur moi, c’est la banane que je sens ressortir, ce qui pourrait être lourd, alimentaire. Mais pas du tout, le résultat est élégant et moelleux tout à la fois. Et j’aime beaucoup, Jeanne, lorsque vous parlez d’une "interprétation un peu plus sage et disciplinée" de Datura Noir : cette phrase pourrait également s’appliquer au beau Fleuroriental, si on le comparait avec Shalimar : une réécriture à l’anglaise d’un mythe français, en quelque sorte.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par zapakh, le 24 juin 2009 à 19:58

Hum tout cela me fait envie alors que je suis aujourd’hui en recherche de senteurs de "plage", "sable", "végétation littorale"... Bref, ces effluves "balnéaires" sont les bienvenus. J’en profite pour glisser une petite correction : effluve est bel et bien un substantif masculin... :O

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Domik, le 24 juin 2009 à 21:32

je porte l’entière responsabilité de cette honteuse faute ! que c’est dur !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par jalouve, le 21 avril 2014 à 11:11

J’aurais fait la même... On apprend à tout âge, de toutes choses et de tous maîtres.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Méchant Loup, le 24 juin 2009 à 12:00

Jeanne, je me demandais justement si cette odeur si présente le long des cotes bretonnes avait été travaillée en parfum. Vous m’apportez la réponse. A découvrir très vite pour ma part. Merci.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Lire la critique de Fleurs de Bois

Fleurs de Bois de Miller Harris

Promenade dans un jardin anglais
La vague verte progresse et se diversifie. Fleurs de Bois est la dernière création de la marque britannique Miller Harris, fondée par Lyn Harris, qui, de son laboratoire niché à Notting Hill, (...)
Note des visiteurs :

(0 vote)

Lire la critique de Fleurs de Bois

Fleurs de Bois de Miller Harris

Promenade dans un jardin anglais
La vague verte progresse et se diversifie. Fleurs de Bois est la dernière création de la marque britannique Miller Harris, fondée par Lyn Harris, qui, de son laboratoire niché à Notting Hill, (...)
Note des visiteurs :

(0 vote)

Lire la critique de Mandarine Mandarin

Mandarine Mandarin de Serge Lutens

Thé oriental
Un thé noir sucré à la mandarine confite, qui évoque des moments de tea time au chaud, quand il pleut dehors et qu’il fait gris en automne.
Note des visiteurs :

(6 votes)

Lire la critique de Cuir Beluga

Cuir Beluga de Guerlain

Cuir de luxe vanillé
Cuir Beluga, créé en 2005 par Olivier Polge est l’un des premiers cuirs "modernes" de la parfumerie. Ou comment mettre un sac de luxe en bouteille.
Note des visiteurs :

(10 votes)

Lire la critique de Jersey

Jersey de Chanel

Entre la poire et la lavande
Un parfum confortable comme le tissu auquel il emprunte son nom, où la lavande se fait raffinée, vanillée et révèle une douceur tactile de chair fruitée...
Note des visiteurs :

(10 votes)

Lire la critique de Black Opium

Black Opium de Yves Saint Laurent

Opiacée des Starbucks
Où l’on regrette que le nom d’Yves Saint Laurent soit associé à tout ce que l’industrie du parfum génère de plus laid et de moins créatif.
Note des visiteurs :

(11 votes)

Lire la critique de Ubar

Ubar de Amouage

C’est Byzance !
L’extravagance d’un bouquet floral théâtral au point, au choix, d’être spectaculaire ou trop aveuglant. Tout le monde n’est pas fait pour supporter le grandiose...
Note des visiteurs :

(2 votes)

en ce moment

baya a commenté Un parfum discret comme la campagne anglaise

il y a 1 minute

Bonjour Anniedantan, Je ne suis pas une spécialiste, mais en lisant votre(…)

Fleur de Pixel a commenté Kouros

il y a 16 minutes

Une peau imaginaire, à la lisière..."on the edge". L’élégance animale...(…)

Fleur de Pixel porte Kouros aujourd'hui

il y a 21 minutes

lrisfleur porte Une Rose aujourd'hui

il y a 29 minutes

cuiretmusc a commenté Cuir Ottoman

il y a 39 minutes

Avant-hier, petite balade vers ma parfumerie préférée pour aller découvrir(…)

Frédéric a commenté Rien

il y a 43 minutes

Re - après avoir porté les deux versions pour être certain du changement.(…)

lucasdries a aimé la critique de Eau d’Hermès

il y a 48 minutes

lucasdries a attribué 3 étoiles à Eau d’Hermès

il y a 48 minutes

à la une

Ylang 49 - Le Labo

Mousse et Patchouli au soleil

Un ylang estival qui joue à cache cache derrière des arbres automnaux, sous leurs mousses chyprées.

dernières critiques

Lire la critique de Eau d'Hermès

Eau d’Hermès - Hermès

Méfiez-vous de l’eau qui dort

L’Eau d’Hermès souffle le chaud et le froid, dans un jeu d’équilibriste intelligemment mené, entre les notes hespéridées et celles, plus fauves, du cuir et des épices.

Lire la critique de Rien

Rien - Etat Libre d’Orange

Big Bang theory

Un cuir qui sent à peu près tout sauf "rien", si brûlé qu’il en partirait en fumée s’il n’était pas si présent. Rien, c’est absolument tout !

Lire la critique de Vétiver

Vétiver - Carven

Grand-père vétiver

Après une précédente version décevante, Carven réédite son Vétiver, cette fois en promettant de se rapprocher de la formule initiale... Alors, verdict ?

concours

Lire la critique de Concours Safran Nobile - Technique Indiscrète

Concours Safran Nobile - Technique Indiscrète

Technique Indiscrète vous invite à tenter de gagner un flacon de Safran Nobile.

actualités

"J’ai ce mot sur le bout du nez", ou pourquoi il est si compliqué de parler des odeurs

le 22 novembre 2014

Des chercheurs s’intéressent aux raisons qui pourraient expliquer pourquoi il est si difficile de parler des odeurs.

The Sentimental Sense, l’exposition londonienne qui a su nous toucher

le 20 novembre 2014

"Anosmie, vivre sans odorat", expo découverte durant Les Rives de la Beauté, traverse la Manche et devient "The Sentimental Sense".

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Un parfum d’une douce transparence

par suzannemeyer

J'ai envie d'une odeur discrète et subtile, proche de moi et de ma peau, de musc poudré, d'une douce transparence...

discutons-en

Des parfums et des livres

par Jeanne Doré

Le parfum est aussi présent en librairie. Quels sont pour vous les meilleurs ouvrages qui lui sont consacrés ?