Sephora, Marionnaud, Nocibe... et les autres

par domik

le 7 novembre 2008

Reprenant le beau néologisme de notre internaute "Le Gnou", quelle est la pire expérience que vous ayez vécue face à une conseillère d’un Nociphorarionnaud ? De profils affutés en recommandations aiguisées, quels ont été les conseils les plus incongrus que l’on vous ait prodigués ?

À propos de l'auteur

domik

Je me permets parfois d’écrire quelques news sur auparfum. Le reste du temps, je tweete et je m’occupe du compte Facebook. Modestement.

Voir son profil

Vos avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par auguri37, le 30 septembre 2014 à 10:09

Sans parler de « pire expérience », j’ai fait un passage éclair hier dans un Nocibé de galerie marchande et j’ai été assez surprise d’une chose : les réglettes sur lesquelles sont affichés les prix des parfums sur les linéaires sont éclairées, et du coup chauffent énormément…. A tel point que les flacons testeurs sont plus que tièdes quand on les prend en main…. Je trouve ça bizarre car ça ne doit pas être très recommandé pour la bonne conservation des parfums non ??

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 30 septembre 2014 à 14:30

Tout a fait !

Le parfum craint la chaleur, la lumiere et l’air. Les testeurs sont des vapos, ca epargne un peu les parfums mais un testeur qui se trouve sous un neon, et même les fragrances dans les boites, en vente, souffrent de la chaleur.

Certains testeurs sont depuis plusieurs années, sous les lumieres, la chaleur, la couleur du "jus" change (un signe parmi d’autres). Voilà pourquoi je teste dans plusieurs parfumeries le même parfum.

Chez Nocibe dans ma ville ils ont un Youth Dew de Lauder pratiquement plein, d’une couleur bizarroide et qui a du etre tenu en main pour la derniere fois, quand les voitures avaient encore des ailerons a l’arriere ^^

Voilà pourquoi j’achete toujours un parfum qui provient des tiroirs tout en bas. Les conseilleres ne comprennent pas vu qu’il y en a plusieurs en lineaire. Mais je leur dis qu’il me faut une cuvee speciale, que je compare les références ou tout simplement que je veux pas une boite qui a du faire des UV dans l’institut de beaute adjacent et qui est chaude ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par auguri37, le 30 septembre 2014 à 14:57

Je dois dire que je me suis bel et bien demandé si le testeur du magasin n’était pas bel et bien pourri quand j’ai testé… Habanita , bien entendu placé dans un coin tout seul tout en bas, bien au chaud, et qui ne doit pas être remplacé tous les 4 matins…. Je sais que ce parfum n’est pas facile et qu’il divise, mais alors ce que j’ai senti était tellement… horrible (un départ d’une aigreur incroyable, qui « évolue » ensuite en quelque chose entre le vieux médicament, le produit chimique et l’encaustique… ) que j’ai du mal à croire que des personnes normalement constituées soient volontaires pour dégager une pareille odeur…. Bon j’exagère peut-être, mais j’ai hâte de retester ce parfum ailleurs pour le découvrir vraiment ou bien être sûre que je n’aime pas, mais alors pas du tout…. ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lily Porcelaine, le 30 août 2014 à 16:22

A 18 ans, fraîchement débarquée de ma campagne, me voici citadine, je découvre Séphora.
Je sens quelques parfums, ne portant jusque là que des parfums Yves Rocher, rien de me plaisait, aucun coup de cœur, quand je sens Jungle de Kenzo, le coup de foudre, mais je ne me sens pas assez femme, assez mûre, pour porter quelque chose d’aussi fort, je souhaite alors trouver un parfum de ce style mais un peu moins "marqué" !

Je demande alors des informations à la vendeuse, moi qui n’y connaissait rien, j’ai cru que la vendeuse était forcément une spécialiste, quelle erreur ! La vendeuse surprise de mon choix, me fait bien comprendre que Jungle pue, et que je devrais plutôt choisir un parfum tel que Angel et cie. J’avais beau essayé, du haut de mes 18 ans, toute timide que j’étais, de lui expliquer que non, ces parfums sucrés ne me convenait pas, elle insistait... Ce dialogue de sourds a duré une bonne demi-heure. Je suis finalement ressortie les mains vides, sans en connaitre davantage sur le monde fascinant des parfums, moi qui avait tellement envie d’en savoir plus.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Anna, le 2 septembre 2014 à 14:46

Oh, quelle horreur ! Mais ça arrive à nous tous. Elle sont vendeuses, pas de conseillères, malheureusement, plupart du temps.
Je connais bien Jungle (Elefant), il était porté par plusieurs personnes de mon entourage. C’est quelque chose. Il faut l’assumer !
Il y a un parfum qui en est très proche, mais qui a un sillage intime, près du corps. On devait le trouver en parfumeries classiques, sinon, dans les instituts de beauté, c’est Matsuri de Annayake. Si vous avez l’occasion, vous ne serez pas déçue. Il est le plus proche de Jungle de tout ce que je connais. Si vous arrivez déjà de trouver des parfums Annayake, essayez aussi Tsukimi. Les deux sont vraiment très zen tout en étant épicés.
En plus facile à trouver, Opium et Nu d’YSL. Nu est plus proche et, et en général, se comporte mieux sur la peau. Opium a vraiment souffert à cause des reformulations et je le trouve instable en quelque sorte.
En encore plus fruité et boisé, mais moins épicé, Féminité du Bois de Serge Lutens.

Courage...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par ancien membre, le 29 août 2014 à 13:30

Après avoir voulu vainement essayer Roadster au S* des champs (l’on m’affirme qu’il est discontinué - alors qu’il est toujours sur le site de Cartier..), une vendeuse Hermès me dit, en me voyant sentir Rocabar : "Ah, ce sont des classiques, sentez plutôt le dernier Terre". Je lui réponds que j’aime bien les classiques. Elle me demande ce que je porte, et à la mention d’Habit Rouge (entre autres) elle déclare avec un grand sourire : "Ah oui, ce sont des parfums de vieux, c’est Guerlain, vous avez le temps", et qu’elle préfère la version Sport, "plus jeune" (évidemment). Je n’ai pas osé lui dire que c’était celle que j’aimais le moins.

Décontenancé, je m’échappe et me dirige vers le stand de L’ Artisan, que je ne connais pas. J’essaye Fou d’Absinthe et Caligna. Une vendeuse surgit, et dit : "Caligna va très bien aux peaux pales de blond, essayez-le" !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Nymphomaniac, le 29 août 2014 à 14:18

Dans ce cas, il faut lui répondre : "Merci beaucoup Madame. Mais ma peau a un potentiel Hydrogène de 4,2 et je ne sais pas si cela conviendrait".

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par hangten, le 30 août 2014 à 11:47

Si vous avez essuyé ce type de réponse, cela remet clairement en cause le professionnalisme de ces personnes, et leurs qualités d’écoute...Bref, cela me sidère.
Insistez tout de même pour Roadster, ce serait dommage de l’éliminer de vos envies ! Quant à Habit Rouge, chef d’œuvre... Laissez dire les addicts de la vitesse, et de la nouveauté, évidemment ringardisés aussi vite qu’ils se sont crus à la mode... Éloge de la lenteur, c’est vital.
D’ailleurs, j’allais ajouter, Roadster, c’est la griserie de la vitesse (l’ouverture) et le plaisir de la lenteur (le coeur et le fond) ; C’est le vent frais de l’accélération, et le plaisir de musarder sur les petites routes bocagères et vallonnées du Devon, dans le cuir confortable d’un cabriolet dont le moteur auparavant vrombissant se serait fait feutré...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par nathalie, le 14 juin 2014 à 18:02

De passage en 2012 dans la parfumerie "passion beauté" de Neufchâteau, seule parfumerie dépositaire des Guerlain, je tente ma chance à reculons pour tester l"Eau de Shalimar" ; à reculons car la gérante est plutôt désagréable avec les clientes qui ne dépensent pas la moitié de leur paie dans sa boutique tous les mois.

J’entre, accompagnée de mon homme, et recherche, dans le rayon approprié, ma fameuse Eau de Shalimar de Guerlain. Ne la trouvant pas, je prends mon courage à deux mains et vais affronter "Sœur Sourire" : - bonjour madame, auriez-vous l’eau de shalimar de Guerlain SVP ? Elle m’indique les flacons de l’eau de Shalimar parfum initial. - Non, excusez-moi d’insister, ce n’est pas cela que je recherche. Je répète ma question. Et là, agacée, elle me prend de haut devant les autres clientes, et dis bien fort que ce que je veux n’existe pas et qu’en qualité de dépositaire Guerlain, elle serait la première au courant ! Sur quoi elle attrape un flacon de Shalimar initial, l’eau en l’occurrence, en vaporise sur une mouillette et me la tend avec dédain. - viens chéri, on s’en va ! Au revoir MADAME et merci pour votre amabilité ! ;)) .
Trois jours plus tard, en virée à Nancy, je trouve très facilement ce que je cherchais dans un rayon de Sephora, et une gentille vendeuse m’en fait un échantillon gracieusement !

Ma dernière visite chez Séphora s’est bien passée ( à Chaumont, haute marne). J’avais 25% de réduc, mon homme voulait Terre d’hermès. La vendeuse était sympa, elle nous a fait essayer plusieurs parfums cédrés (mon péché mignon !). Au moment de payer, elle demande à mon homme si il veut une miniature pour le sac. Pourquoi pas ? (on est resté un moment indécis, ne sachant si c’était payant ou gratuit). Elle lui DONNE donc la miniature de 12.5ml. Je plaisante avec elle en mentionnant qu’à la maison, c’est moi qui collectionne les miniatures ! Sur quoi je repars avec ma miniature de Shalimar, gracieusement et avec le sourire !

Et toujours à Chaumont, mais chez DOUGLAS, j’ai eu un échange intéressant avec une vendeuse sur les Lutens. On a passé un bon moment à comparer l’évolution de "bois vanille" sur nos peaux respectives : elle qui désespérait que le parfum soit sur elle très "fumée" (mais vraiment quoi ! limite feu de bois !) et moi qui désespérais que ma peau ne développe pas cette note boisée et ne développe qu’une vanille barbe à papa très cheap !!! on a bien rigolé ! Et elle a reconnu d’emblée en savoir moins que moi sur Féminité du Bois (mon parfum) : belle preuve d’humilité ! (je préfère qu’on dise qu’on ne sait pas , plutôt que de raconter n’importe quoi !)

Comme quoi, on trouve de tout partout !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Satymé, le 14 juin 2014 à 14:21

De passage chez No*** aujourd’hui pour me consoler d’avoir cassé Bas de Soie à peine entamé en préparant mes cartons...

(Cela dit c’est sympa en parfum de salle de bain, ça donne un coup de fraicheur avec la chaleur de ces derniers jours... et puis j’ai passé ma serpillère à la machine avec le reste car elle n’était pas sale à proprement parler (quel beau jeu de mots vous noterez...) et mon linge sent bon !!! En bref le malheur de ma peau fait le bonheur de mes vêtements ; fin de la parenthèse.)

Donc j’entends une demoiselle demander conseil à propos d’un oriental, elle dit aimer Ambre Sultan entre autres ; elle cherche quelque chose de vanillé et de musqué avec du patchouli. On lui conseille Miss Dior (le nouveau forcément) !!!! argument de la conseillère : "parce qu’il y a du patchouli". Passer d’Ambre Sultan à ça, rude... je crois qu’elle n’a rien pris :)

Bon pour avoir travaillé chez leur concurrent principal je sais que les conseillères ne sont absolument pas formées sur la parfumerie, les arguments de vente des marques sont envoyés avec les nouveautés, il faut les apprendre par cœur quasiment... et ce ne sont que des mots en l’air... chaque "phrase pour vendre" peut s’appliquer à n’importe quel parfum tellement c’est plat et non représentatif de l’univers olfactif du jus... c’est tellement dommage d’avoir l’opportunité de vendre de belles choses mais de ne pas les connaitre... en même temps très peu font l’effort de s’y intéresser ce qui me donne envie de dire qu’il leur faut changer de métier... mais l’investissement au travail se fait rare !
Sinon je suis partie avec Un jardin sur le Nil, et des échantillons de Mitsouko, Miss Dior l’original et Aro, afin de choisir mon prochain sillage "élégant" pour porter avec... des tennis car j’adore faire ce genre d’associations décalées ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Anna, le 4 mai 2014 à 16:20

Pour des Belges, j’étais hier à Namur et je suis tombée dans un Kruidvat, comme ça, et derrière la caisse il y avait des parfums au prix déments ; Lolita Lempicka 100ml à 42 E, Fleur de Kenzo, pareil, Beauty CK 100 ml, 25 E, Eternity 50 ml, 25 E, One 200 ml, 29 E....J’ai acheté, parmi autre, Escape et Obsession, qui sont introuvables depuis longtemps pour 25 E chaque,100 ml.
Alors, allez faire des bêtises !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par shiodo, le 4 mai 2014 à 12:52

Il y a quelques temps dans une boutique type Galleries Lafayette en Angleterre je me suis arrêtée à un corner d’une marque de parfumerie de niche. Le vendeur présent me demande mes préférences en matière de parfum. Je lui fait une petite liste (pas trop grande pour ne pas le noyer, ou l’effrayer) et au moment où j’en viens à Cuir de Russie de Chanel il s’exclame "Ah oui, c’est très frais ça, je vois tout à fait."

Je dois avouer que j’étais un peu incrédule, alors soit c’est moi qui ai manqué quelque chose soit l’impression de cuir + fumée + encens que j’ai pour ce parfum n’est pas partagée par tout le monde. Concernant cette dernière hypothèse je me demande quand même ce que cela sent du coup...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par ancien membre, le 4 mai 2014 à 09:46

Une fois n’est pas coutume : une cliente de Guerlain s’écrie : " le vétiver ce n’est pas une marque ? " !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 4 mai 2014 à 15:04

Non Madame, vous aurez confondu avec Piver, LT Piver...

:D

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par DOMfromBE, le 4 mai 2014 à 09:10

Je dirai directement que j’ai hésité quant à où placer ce petit commentaire.
J’ai passé le weekend de Pâques à Francfort, ville essentiellement centrée sur les activités bancaires. ET ma virée shopping m’a fait découvrir une parfumerie Douglas (incontournables en Allemagne) de 5 étages : maquillage, soins, alcools hommes, alcools dames et cheveux... Un vrai temple, peuplé d’un personnel pléthorique et admirablement drillé. L’assortiment est immense, des tout premiers prix à La Mer, en soins, et j’ai eu la surprise d’y trouver les Parisiennes de Guerlain, Tom Ford, Les exclusifs de Chanel et la collection (Montaigne ?) de Dior... Parfait, je voulais essayer depuis un moment leur Patchouli Impérial, faute d’avoir trouvé des commentaires intéressants... Et une fois de plus, j’ai été déçu. C’est Coromandel demachysé. A la place du 2e C sur le bouchon, on a un D, celui de "dupes"...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Casta Diva, le 14 février 2014 à 18:54

Aujourd’hui, Paris, BHV, une conseillère dans les 50 ans.
- Bonjour, je souhaiterais sentir Diva s’il vous plaît
- Diva ?? C’est de qui ??
- Ungaro
- Ah Ungaro ! On ne fait pas Ungaro. Il n’y a pas de Diva ici, peut-être y en aura-t-il une ce soir !!... (sourire complice..)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

en ce moment

_Pascale porte Coco aujourd'hui

il y a 9 minutes

_Pascale a commenté Quel parfum portez-vous ?

il y a 17 minutes

Eh oui, c’est bien moi ! Je préfère utiliser mon prénom comme pseudo(…)

Oriane a commenté Shalimar

il y a 30 minutes

Bonsoir, Oui je m’étais déjà sacrément tâtée de racheter Shalimar au printemps(…)

Arpège a commenté Shalimar

il y a 1 heure

Regardez bien sous le testeur le batch code qui est en tout petit et de(…)

Sehnsucht nach dem Duft... a commenté Bonton lance son premier parfum

il y a 1 heure

Sentie aujourd’hui, cette eau est vraiment dans le même esprit que l’Eau de(…)

S9 a commenté Chamade

il y a 1 heure

Bonsoir Doblis Avez-vous senti Givenchy III ? Pour moi ces deux(…)

Bella a aimé la critique de New-York

il y a 1 heure

à la une

Deux Amours - Patou

Amarante aimante

Reédition récente orchestrée par Thomas Fontaine, Deux Amours évoque avec brio la France parfumée des années 20 et 30, dans une splendeur rétro où explosent beaucoup de sensations.

dernières critiques

Lire la critique de Black Opium

Black Opium - Yves Saint Laurent

Opiacée des Starbucks

Où l’on regrette que le nom d’Yves Saint Laurent soit associé à tout ce que l’industrie du parfum génère de plus laid et de moins créatif.

Lire la critique de Ubar

Ubar - Amouage

C’est Byzance !

L’extravagance d’un bouquet floral théâtral au point, au choix, d’être spectaculaire ou trop aveuglant. Tout le monde n’est pas fait pour supporter le grandiose...

Lire la critique de Chamade

Chamade - Guerlain

Femme libérée

Quand Guerlain accompagne la libération des femmes, cela donne un parfum insaisissable aux accents fruités, verts, fleuris et ambrés.

concours

Lire la critique de Concours Bougies - Olfactive Studio

Concours Bougies - Olfactive Studio - Olfactive Studio

Olfactive Studio vous propose de tenter de gagner ses 4 bougies parfumées !

actualités

Bonton lance son premier parfum

le 23 octobre 2014

Bonton, marque parisienne de vêtements et accessoires chic & stylée consacrée à l’univers des enfants, lance son premier parfum.

Come-backs en série chez L’Artisan Parfumeur

le 22 octobre 2014

L’Artisan Parfumeur réédite trois parfums disparus, en novembre prochain. Saurez-vous deviner lesquels ? Suspense...

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Recherche parfum ambigu désespérément

par Loupiot

Attiré par les lieux feutrés des sous-bois et par les espaces ouverts au vent, je recherche un parfum qui révèle cette dualité entre mon esprit couvert et aérien.

discutons-en

Des parfums et des livres

par Jeanne Doré

Le parfum est aussi présent en librairie. Quels sont pour vous les meilleurs ouvrages qui lui sont consacrés ?