Auparfum
Flacon de 1697 - Parfums Frapin & Cie
Note des visiteurs : (9 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Belle haleine

par , le 20 avril 2015

Je sais, je n’ai encore jamais parlé des parfums Frapin, nés de l’envie de David Frossard [1] de prolonger en parfumerie, la tradition et le savoir-faire de cette ancienne et respectable maison de cognacs.
Et je n’ai vraiment aucune excuse, à part éventuellement celle de l’embarras du choix, tant on peut être charmé à chaque fois que l’on sent un parfum Frapin.
1697, de la date à laquelle la famille Frapin fut ennoblie par le roi Louis XIV, et qui illustre à mon avis assez bien l’esprit maison, sera donc mon premier.

Bertrand Duchaufour, son créateur, a semblé utiliser pour 1697 le même accord de départ que son Vanille Absolument pour l’Artisan Parfumeur, mais la gousse de vanille s’imprègne ici de notes fruitées (poire, coing) qui reconstituent en tête les vapeurs d’une poire williams, dégustée à la fin d’un bon dîner. De puissantes notes boisées, comme directement échappées d’un fût de chêne, enrobent cette eau de vie avec des notes de patchouli, de fève tonka et d’épices chaudes, cannelle et girofle, rejouant la partition d’un précieux rhum ambré, tel un bon Diplomatico vénézuélien aux arômes complexes et liquoreux de fruits secs, de tabac blond et de miel.

A fil de l’évaporation, 1697 prend différents visages, faisant tour à tour fuser des effluves d’éthanol, dans une sensation intime et troublante d’haleine post-dégustation un peu chargée… Puis ce sont les épices, le tabac, quelques notes florales et cuirées, et enfin une facette cacaotée presque gourmande, qui mènent une danse mouvante et fluide, dans une agréable ivresse chancelante…

Une dégustation d’alcool qui vous ne fera pas mal au foie, ni sentir fort de la bouche, mais juste doucement tourner la tête !

[1Fondateur du distributeur Différentes Latitudes et de la boutique Liquides (Paris 3e)

Achat en boutique

La marque Parfums Frapin & Cie est disponible dans les boutiques partenaires de notre annuaire de points de vente de parfums de niche listées ci-dessous :

Le Nez Insurgé

Bordeaux (33)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Ankalogon

par , le 30 avril 2015 à 15:37

C’est mon premier Frapin, chaleureux et réocnfortant, il m’en reste un fond de flacon que je ne me décide pas à finir.
Diamétralement opposé, j’aime aussi le pétillan L’Humaniste.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 22 avril 2015 à 22:29

Bonsoir Jeanne. Plaisir de retrouver ici un de mes Frapin préféré dont vous décrivez si bien les notes liquoreuses. J’ai souvent évoqué ce 1697 sur Auparfum car j’avais eu la chance de découvrir sa toute première concentration lors d’une démonstration à Bruxelles. Edité à je ne sais plus combien d’exemplaires, ce premier cru était plus intense encore, et beaucoup plus cher, que la version actuelle que je possède.
Ce parfum me fait saliver oui, rêver et surtout voyager, peut-être même plus que Caravelle épicée. Je me permets de faire un copier-coller de ce que j’en disais l’automne dernier lors d’un échange avec Opium et Alia, le 17 novembre précisément.
- 1697 est bien plus qu’un gourmand, comme le dit si bien Opium. A mes yeux, il s’enrichit de tant de notes épicées, boisées et même orientales que je l’appellerais gourmand gourmet ! Son côté rhum-cognac en font un parfum supérieur : presque un art de vivre. On est dans un bureau lambrissé *, par un soir d’automne, confortablement installé dans un fauteuil club ou chesterfield, un verre d’alcool à la main et les yeux fixés sur le feu ouvert dont les chenets scintillent. Derrière nous, débordante de livres rares, récits de voyages, romans initiatiques, mémoires, vieux atlas, la bibliothèque se fait l’écho des crépitements du feu et soudain, de l’effondrement d’une bûche... Un album de photos anciennes, resté ouvert sur la table en palissandre, nous a replongés dans une époque, pas si éloignée, où l’on voyageait plus souvent et où l’inconfort de l’aventure ne nous faisait pas peur. Il ne tient qu’à nous d’enfiler notre pelisse et d’aller chez notre meilleur ami voisin pour s’enivre avec lui ou pourquoi pas, lui proposer un séjour dans les îles lointaines, voire un formidable tour du monde... et re-découvrir tout un univers à la Jules Verne.
- Il y a une ligne gourmande-épicée orientalisante, franche et très lumineuse que j’adore, assez typique de l’infatigable Duchaufour (et tout à l’opposé de l’art d’un Ellena) : fil conducteur que je sens dans Traversée du Bosphore (2010), dans 1697 (2011), dans Trayee (2012) et dans le tout récent, et plus miellé que vanillé, Or du Sérail. Et vous avez raison Jeanne de citer le très proche Vanille absolument
- * Frapin a d’ailleurs commercialisé il y a deux ou trois ans une bougie appelée Bureau ou quelque chose comme ça, qui pouvait rappeler 1697 mais avec une note prononcée de cuir, encens et cendres.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 avril 2015 à 10:11

Bonjour Farnesiano
Je crois que j’ai déjà mis le nez sur ce 1697, mais je ne m’y étais pas attardé. Vos évocations sont si séduisantes que j’irai ressentir cette oeuvre de Bertrand Duchaufour-etaumoulin.
Chez Frapin, mon favori reste Speakeasy, où les notes tabacées généreusement dosées par Marc-Antoine Corticchiato se marient avec une ouverture fraîche et mentholée (le fameux accord "mojito"). Le reste de leurs parfums m’est assez méconnu, à part Nevermore que j’ai senti à son lancement et qui, après des débuts encourageants, me plaît moins avec le temps (j’ai une impression trop "synthétique"). Paradis Perdu me semble intéressant sur le papier, un vétiver vert traité différemment que le boisé masculin habituel.
Merci pour votre texte


peace

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

Farnesiano

a porté 1697 le 25 septembre 2019

Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
yoda

yoda

a porté 1697 le 12 août 2015

amateur curieux ....
Solance

Solance

a porté 1697 le 14 mai 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Poule Mouillette

Poule Mouillette

a porté 1697 le 29 avril 2015

Sa note :

à la une

Folie bleue

Folie bleue - Godet

Une réédition qui semble avoir ramené de 1925 tout son charme bucolique et poétique.

en ce moment

il y a 10 heures

Bonjour Est-ce que quelqu’un se souvient d’un parfum très musqué porté par une amie dans les(…)

il y a 18 heures

Merci, cela permet aussi de se replonger dans cet excellent article !

il y a 2 jours

Bonjour à tous, Vous pouvez retrouver Mathilde Laurent dans cette interview(…)

Dernières critiques

Philosykos - Diptyque

Abstraction figurative

Cardinal - Heeley

Encens dansant

La Peau nue - Celine

Tendre épiderme

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Divine Saint-Malo

Divine Saint-Malo

Saint-Malo (35)

Paris Parfums

Paris Parfums

Toulon (83)

Sens Unique - Paris

Sens Unique - Paris

Paris (75)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019