Auparfum

1932

Chanel - Les Exclusifs de Chanel

Flacon de 1932 - Chanel
Note des visiteurs : (12 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Ecrin de velours

par , le 8 mai 2015

1932 : Gabrielle Chanel présente une collection de bijoux en diamants, qui innove en allégeant les parures (ce qui incluait notamment la suppression des fermoirs) autant qu’elle agace les joailliers de la place Vendôme, qui la prient gentiment de retourner à ses robes.

2013 : Jacques Polge utilise le souvenir de cette collection comme prétexte pour ajouter un nouveau chapitre à la série des Exclusifs de Chanel.

N°18 avait déjà rendu hommage à l’éclat des pierres précieuses avec sa graine d’ambrette qui souffle le chaud et le froid. 1932 se veut quant à lui moins déroutant, plus classique.

Au départ, un beau souffle d’iris, moelleux à souhait, rappelle 28 la Pausa. A cette douceur poudrée se mêle une pointe fruitée et acidulée qui m’évoque le pétillant des agrumes, en l’occurrence un accord poire-pamplemousse, nous dit la marque, qui donne un effet scintillant et légèrement piquant.
Puis, une autre fleur emblématique chez Chanel se dévoile et enrobe le parfum d’une élégante désinvolture, le jasmin, qui se fait ici léger et ensoleillé, tout juste réchauffé par la présence du fond boisé vétiver.

On peut reprocher à 1932 de ne pas être très audacieux en se contentant de reprendre des thèmes olfactifs maison déjà exploités auparavant, mais sa grâce innée et son charme sont tels qu’on lui pardonne de ne pas sortir de sa zone de confort.
Et surtout, il a l’intelligence de déjouer les clichés. Il a beau s’inspirer d’une collection de bijoux en diamants, il ne fait pas dans l’ostentatoire : il possède en effet un côté feutré le rapprochant davantage du velours noir des écrins, que des joyaux froids et parfois tapageurs qu’ils abritent. Son iris suave, légèrement râpeux et acidulé (grâce à la présence de la note fruitée), résonne ainsi en moi comme une réminiscence de la sensation du toucher de cette étoffe, à la fois raide et souple, tandis que le jasmin procure à l’ensemble une aura lumineuse et sereine.

Contrairement à un gros caillou qui ne ferait qu’attiser la convoitise, 1932 se propose plutôt de mettre en valeur la personne qui le porte, comme le velours de l’écrin ou du coussin magnifie un bijou. Avec lui, le diamant, ce sera vous, vous qui récolterez des compliments et pas la pierre brillant à votre doigt !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 22 mai 2017 à 19:25

Je le trouve assez générique pour le prix, à mon avis il aurait été très bien en tant que parfum Chanel grand public mais comme exclusif c’est limite. Je lui reproche un certain manque d’originalité, je ne dirais pas qu’il fait "cheap" mais il aurait pu être un peu plus sophistiqué, il manque quelque chose. At the price this should be a showstopper, but instead it’s lackluster...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

a.littlesunshine

par , le 8 juillet 2016 à 22:14

Merci pour cette belle description.
1932 est un de mes parfums préférés. Je ne peux plus m’en passer, il a ce je-ne-sais-quoi qui personnellement me transporte et me donne le sourire.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 juin 2015 à 19:46

Je trouve que les Exclusifs de Chanel sont très beaux mais beaucoup se ressemblent non ? A par Cuir de russie, Bois des îles Sycomore et Coromandel je sens souvent de façon prononcée un côté savonneux, irisé, rosé... J’ai bien du mal à faire la différence mais peut être avec l’expérience...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Noenrys

par , le 18 mai 2015 à 07:11

C’est un très beau floral qui s’articule sur une ouverture fruitée de poire, un coeur de jasmin, sur un fond légèrement poudré et un brin laiteux d’iris et de muscs. Je retrouve la note râpeuse de la poire mûre et juteuse (ça rime en plus), puis le jasmin légèrement (sau)poudré d’iris, pour finir sur un lit de muscs et un coeur de bois doux.

Il ne vire pas sur ma peau même en pleine chaleur (au contraire même). C’est un jasmin ciselé finement, cristallin, lumineux, évanescent même. Je trouve un peu dommage qu’il soit si discret au bout de quelques heures, c’est un parfum de peau et pas un parfum à sillage. La tenue reste quand même très bonne, c’est le genre de parfum qu’on sent au détour d’un geste. Discret mais toujours présent.

Au départ je déplorais un certain manque de caractère dans ce parfum. En fait actuellement je le trouve juste sublime. Il est beau, cristallin, lumineux, très fin et élégant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 11 mai 2015 à 00:09

On peut reprocher à 1932 de ne pas être très audacieux en se contentant de reprendre des thèmes olfactifs maison déjà exploités auparavant,

Tout est dit dans cette phrase PoisonFlower.C’est pour cela que ce parfum n’a pas su (ou pas pu) éveiller mon intérêt.

Mais merci pour ce bel article.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jicky

par , le 9 mai 2015 à 22:46

J’adore 1932. C’est un parfum d’une beauté indicible, si subtile qu’on ne saurait d’où elle vient. J’avais écrit dessus pour la saga de l’été 2013 sur J&P et c’est comme ça que j’avais orienté mon texte, car pour moi 1932 fait réellement parti de ces beautés sans défaut, où rien n’accroche l’oeil tellement la forme est parfaite. C’est évidemment normal que beaucoup de gens le trouvent trop lisses, chiants, j’en passe. Mais pour moi, ça n’enlève en rien à sa beauté et à sa complexité.

C’est aussi un parfum extrêmement positif, plein de lumière, de joie et de sourire. Et dans une ambiance où c’est pas la hype de voir les choses du bon côté, pas étonnant de voir que 1932 est boudé. Beaucoup des intervenants l’ont remarqué, son propos est très Chanel, et au final c’est une construction que je trouve intelligente. Voir des floraux abstraits, lumineux, avec de belles qualités de matière... J’aimerais beaucoup en revanche que la marque propose des choses de cette qualité en grand public aussi. Comme vous l’avez dit, le rapport avec 31 rue Cambon (qui est un chef d’oeuvre, mais genre de la trempe des très grands parfums) est notable. Personnellement, j’aime bien dire d’eux que 31 traite un iris de la terre, une ligne brune légèrement ocre là où 1932 est un iris de l’air, une ligne bleue, finement blanche.

Au final, c’est un registre de parfum qui peut en gonfler beaucoup, et je comprends parfaitement. Après, pour moi on est dans une telle maestria d’éxécution, beauté de la forme et du propos que je ne peux qu’applaudir. Du grand Chanel.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Bella

par , le 9 mai 2015 à 16:25

Je viens de pschiter un échantillon sur mon poignet. Oui, il est beaucoup trop sage et facile pour moi. C’est un jus bien fait quand même comme tous les Chanels, mais... trop fleu-fleur pour moi.
Commercial, il l’est sans doute. Original, non, manque de quelque chose, de caractère. Mais je trouve que dans la collection des Exclusifs il a sa place, une très bonne place même !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Bella

par , le 8 mai 2015 à 23:58

Le 1932 est la version Spring-Summer de 31 Rue Cambon. C’est très similaire surtout au milieux d’évolution je trouve. Peut être 1932 est aussi plus commercial, plus facile à porter pour certains car il est plus floral et plus frai que 31.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 9 mai 2015 à 08:01

Hello Bella :-)
C’est exactemet ce que je pense ! C’est marrant que tu fasses le rapprochement entre les deux, car il y a quelques semaines, en sniffant 1932 sur le dos de la main, j’ai de suite pensé au 31 rue Cambon ! J’ai alors pschitté ce dernier pour aller de l’un à l’autre ... En effet 1932 parait plus accessible par ses notes vertes, il semble un peu moins âpre que le 31.
Enfin faudra que je les ressente simulatnément, et je viendrai en reparler ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Vesper

par , le 8 mai 2015 à 21:14

Autant j’avais trouvé (plus que) de l’intérêt au 28 la Pausa et au N° 18, autant je trouve que ce 1932 est une espèce de somme du meilleur des précédents Exclusifs.
Je ne saurais mettre ne causer la qualité des matières ou l’élégance de la construction.
Je trouve juste qu’il manque de personnalité. Ou du moins, je ne l’ai pas découverte. C’est un très beau parfum, aucun doute là dessus, mais quand je le respire, j’ai en tête quatre ou six autres parfums de la gamme.

Si Missia ne me transporte pas comme Sycomore l’a fait (même avec une tenue zéro sur ma peau), je suis heureux que l’univers olfactif de Chanel prenne une nouvelle direction. Parce que c’est toujours amusant d’aller voir ailleurs.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 mai 2015 à 23:52

Oui, il y a de ça, 1932 est un peu ronronnant, voire il a un un côté best-of plus ou moins assumé : un peu de 28 la Pausa par-ci, un peu de 31 rue Cambon par-là (dont il semble constituer une version florale : ça ne m’avait pas sauté au nez au départ, mais les commentaires d’Opium à sa sortie il y a deux ans m’ont permis de déceler la filiation entre les deux !), peut-être Jacques Polge voulait-il faire un état des lieu des Exclusifs avant de passer le flambeau à son fils ? ^^

Du coup, peut-être qu’il manque de personnalité, mais j’aime bien le halo moelleux et ensoleillé, légèrement piquant, qu’il crée autour de moi, alors je lui pardonne son absence de prise de risque !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Tuskanny

Tuskanny

a porté 1932 le 29 octobre 2017

Sa note :
nathmylène

nathmylène

a porté 1932 le 11 septembre 2017

J’aime que mon nez soit aussi à l’origine de mes souvenirs
Sa note :
S9

S9

a porté 1932 le 21 juillet 2016

perfume lover ... perfume addict.
S9

S9

a porté 1932 le 18 mai 2016

perfume lover ... perfume addict.
Lieul

Lieul

a porté 1932 le 6 avril 2016

PoisonFlower

PoisonFlower

a porté 1932 le 18 novembre 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
S9

S9

a porté 1932 le 17 septembre 2015

perfume lover ... perfume addict.
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté 1932 le 9 septembre 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
Lanou

Lanou

a porté 1932 le 9 juillet 2015

S9

S9

a porté 1932 le 13 juin 2015

perfume lover ... perfume addict.
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté 1932 le 22 mai 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
Noenrys

Noenrys

a porté 1932 le 20 mai 2015

Sa note :
Noenrys

Noenrys

a porté 1932 le 17 mai 2015

Sa note :

à la une

Louis Vuitton égrène les Heures d'absence

Louis Vuitton égrène les Heures d’absence

Le sellier présente cette onzième addition à sa collection féminine comme « une invitation à se laisser aller et à profiter des moments où le temps est en suspens ».

en ce moment

il y a 4 heures

« #memeespoirdecu » A ne pas lire trop vite.

il y a 21 heures

Quoique je préfère de loin les fesses des Kardashians que celles des mannequins anorexiques(…)

il y a 21 heures

Et a ma maigre petite échelle, je boycotte ces marques ou ces groupes, a cause de leurs(…)

Dernières critiques

Jasmin de pays - Perris Monte Carlo

Ceci n’est pas une fleur

Nouveau genre - Yves Rocher

Blague à patchouli

Nuit de sable - BDK parfums

Bastani sonatine

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Divine Lyon

Divine Lyon

Lyon (69)

Le Nez Insurgé

Le Nez Insurgé

Bordeaux (33)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019