Auparfum

31 rue Cambon

Chanel - Les Exclusifs de Chanel

Flacon de 31 rue Cambon - Chanel
Note des visiteurs : (19 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Les racines du jasmin

par , le 15 mars 2015

Au sein de la superbe collection des Exclusifs de Chanel, au milieu des merveilleux anciens adulés (Cuir de Russie, Numéro 22, Bois des îles), des beautés modernes adoptées (28 La Pausa, 1932) ou parfois discutées comme Beige ou Jersey, aux côtés du somptueux mastodonte Coromandel, j’avoue avoir mis du temps à m’intéresser au 31, rue Cambon...et pourtant, je l’ai aimé d’amour à l’instant même où, délaissant touche en carton et bâton de céramique, je laissai quelques gouttes se poser sur mon poignet.

On a souvent dit de ce 31 qu’il était un chypre oui, mais un chypre sans mousse de chêne. De l’illustre famille il garde une structure, ce port altier, cette entrée en matière un peu cinglante qui nous dit bien que la demoiselle est en fait une dame, et que son sourire mesuré ne constitue en rien une invitation : le départ est lumineux, dans une envolée de bergamote et de notes poivrées, fusantes mais un peu raides. De pétillement, point.

Un iris noble et velouté succède à ce prologue, et je crains déjà que l’entretien ne se réduise à un échange de politesses convenues. Prête à baisser les bras, je soupire imperceptiblement...et c’est là que le miracle a lieu : la dame m’invite à prendre place dans un sofa revêtu de velours pourpre, confortable et rassurant, et esquisse un sourire. Son regard s’adoucit et enfin je comprends : cette lumière dans le regard, ce jasmin rayonnant, madame est la tante de ma belle amie, 1932 !

Elle me contemple d’un air amusé mais bienveillant, se confiant enfin...

Devant mes narines ébahies se développe alors un effet de matière prononcé, dans une texture lisse, épaisse, moelleuse. Le jasmin est très présent, épanoui et opulent mais jamais capiteux, toujours dompté par la douceur d’un fond ambré qui apparaît progressivement, ajouré des effets terreux de l’iris et du patchouli en filigrane, apportant ancrage et structure à la composition.

L’évolution produit un rendu très doux, dans un effet peau de pêche avec de fines inflexions de cuir, comme si 1932 était resté longtemps sur un épiderme chauffé au soleil. Si le jasmin de 1932 était le ciel, l’air, la lumière du matin, celui de 31, rue Cambon serait la terre, la profondeur, le rayonnement chaud d’une fin de journée.

Sur moi, ce parfum mystère lorgne tout à la fois du côté floral que de l’ambré, sans jamais toutefois franchir la frontière du chypre, qui me revient toujours par impressions fugaces. Sur certains il se fond moins, et garde plus apparente sa charpente, dans un rendu moins alangui.

31, rue Cambon évoque le calme, la lumière diffuse et tranquille, il a en lui la fleur et la racine, la sérénité de celui qui sait où puiser sa sève.

Il porte autant qu’on le porte.

75 ml / 133,00 €
200 ml / 255 €

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 28 juin 2015 à 15:17

Posez le sur votre poigné et attendez quelques heures. Oui, je vous en conjure, faites le. Vous allez découvrir ce pour quoi on aime la parfumerie. Et merci les parfums Chanel !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 13 avril 2015 à 13:12

A mon nez, le 31, rue Cambon est une douce symphonie d’automne orchestrée avec élégance.

Le tempo d’ouverture est allègre. Les notes de bergamote poivrées fusent puis, très vite, s’arrondissent en se mêlant aux effluves exotiques de belles fleurs blanches aux pétales charnus, gorgées d’une chaleur toute tropicale. Peu à peu, le jus se pare d’atours orientaux. Il s’arrondit plus encore et se veloute à mesure que les arômes fruités de prunes confites se développent. Ces prunes me font penser aux quetsches à la peau mauve. Celles que l’on trouve au pied de l’arbre en septembre, saturées de sucre tant elles ont muri. Prunes liquoreuses, presque fermentées. Mais pas seulement. A mesure que le temps passe, ces prunes s’assombrissent. Elles prennent la teinte d’une pâte de fruits, se parent de la robe d’un vin cuit épicé, à la consistance épaisse, sirupeuse. Délicieux mélange, tantôt sublimé par une pointe de cannelle, tantôt relevé par la facette métallique d’une rose géranium, tantôt caressé par un nuage d’encens. Les notes se succèdent les unes aux autres dans un fondu moelleux. Souffle de violette et d’iris, poussière de noisette et de bois acajou satiné, soupçon d’ambre confortable.

A aucun moment, le 31, rue Cambon ne se révèlera lourd ou oppressant à mon nez. Tout est parfaitement équilibré. Chose étrange, ce parfum riche et complexe "respire". Contrairement au Parfum de Thérèse ou à Femme de Rochas qui s’articulent eux aussi autour d’une base Prunol, le 31, rue Cambon ne me donne ni sensation de saturation ni maux de tête. Cela dit, des 4 échantillons qu’il m’a été donné l’occasion de découvrir dans la collection des Exclusifs, ma préférence demeure le n°22.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Thelittlebox

par , le 16 mars 2015 à 23:52

Bonsoir,

ce port altier

C’est excatement ça !

Elégant, distingué, 31 Rue Cambon est un de ces parfums qui vous met un coup de fouet sur ce que peut dégager l’aura d’une personne. Sous 31, vous voila d’une prestance incroyable !

C’est un des premiers chypres que j’ai découvert, d’une tenue parfaite, je le trouve trés beau (je ne le connais pas assez pour en dire plus), dans mon top Chypre !

Bonne soirée,
Thelittlebox

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 mars 2015 à 08:40

Merci beaucoup Thelittlebox ! J’espère vous avoir donné envie de connaître encore mieux ce joli 31 ! :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 mars 2015 à 11:22

J’adore les parfums de Chanel ! J’ai déjà Chance, Chanel n°5 et je ne manquerais pas de me procurer celui-ci également !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 mars 2015 à 04:20

C’est un parfum que j’ai aimé dans sa première version, mais que j’ai acheté après reformulation et revendu ensuite exactement parce qu’il est nettement moins chypré qu’auparavant. Après trente minutes, je n’ai plus que de l’ambre et du patchouli qui prennent le dessus, et plus ça va plus il se sucre.
Dommage la première version était moins sucrée, plus chypre floral.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 mars 2015 à 00:35

Très, très belle critique et je suis impatiente d’aller découvrir ce parfum que j’ai également laissé de côté lors de ma découverte - récente - des Exclusifs Chanel. D’autant plus que je trouve souvent le jasmin un peu trop "lumineux" (blanc voire pâle)en parfumerie. Merci Doudou pour ce sublime texte.
(ah, et je suis une grande admiratrice des "sous-titres" des parfums sur ce site, il fallait que je l’écrive quelque part !)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 mars 2015 à 08:23

Merci beaucoup Belle du seigneur, c’est très gentil :)
Ah, les sous-titres ! Moi aussi je trouve cela sympa et inspirant !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 mars 2015 à 23:28

Merci Cécile pour ce commentaire que j’attendais avec une certaine impatience sur le 31 rue Cambon.Je ne peux qu’approuver complètement votre description de ce curieux (mais novateur par son évolution) chypré qui est certainement l’un des plus beaux de l’époque moderne tout en présentant les caractéristiques d’un floral ambré.
Ce parfum est pour moi l’un des 2 meilleurs Exclusifs modernes (l’autre étant Sycomore et Coromandel suit de peu).

Luca Turin le considère comme l’un des 10 plus grands parfums de tous les temps.Pour moi, il s’agit effectivement d’un chef-d’oeuvre.Je lui fais juste un petit reproche pour sa tenue un peu faible, mais cela ne diminue en rien sa beauté qui, lorsqu’on en sent les effluves, donne l’impression que le temps est suspendu.La preuve éclatante que la belle parfumerie est toujours vivante.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 mars 2015 à 00:07

chez chanel les employés ne mélangent pas le concentré avec l’alcool c’est trop fatiguant moi j’ai récupéré un haut de cuve pour sycomore qui est une sorte d’eau légèrement terreuse au vétyver très belle certes mais sans sillage ni tenue je ne suis toujours pas allé ressentir au stand pour voir si j’ai un fake ou non mais je ne crois pas or quand je l’avais senti il y a quelques années c’était vraiment mieux

pour 31 rue cambon j’ai au contraire bénéficié d’un fond de cuve avec que du concentré car il tient toute la journée c’est l’exclusif qui tient le plus longtemps sur moi mieux encore que le n°22 et coromandel

pour la critique je ne vois toujours pas de discours autour de la prune or après l’envolée de bergamote sur son lit de poivre un des plus beaux départs existants sans doute surgit avec l’iris sublime ici la grosse prune c’est ce que j’appelle la phase intermédiaire ou encore la grosse prune irisée du milieu avant la tombée bien plus tard dans la terre et les feuilles sèches descente hautement wagnérienne pareille au final de tristan clin d’oeil au tourbillon de la vie - miracle de la rose - l’orpheline - ancien membre - l’incendiaire et d’une tristesse infinie pour ma part

et pour le classement s’il en faut un c’est 31 rue cambon le premier pour moi alors qu’il fut le moins évident au départ suivi de bois des îles puis du n°22 puis de coromandel et en dernier sycomore je ne connais pas encore assez bien cuir de russie

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 mars 2015 à 00:33

Bonsoir Nymphomaniac.Je n’ai pas de problème de tenue avec Sycomore.Il fait partie de mes 2 vetivers préférés avec Encre Noire de Lalique et, pour les 2, cette tenue est très bonne.Mon flacon date de 2009 et je ne sais donc pas s’il y a eu reformulation depuis.Je précise aussi que le vetiver est l’une de mes notes préférées et avec laquelle je m’identifie le mieux.

Pour le 31 rue Cambon, si la tenue sur vous est bonne c’est un vrai plaisir.Sur moi, elle a une petite faiblesse et j’ai toujours pensé que si ce jus existait en extrait alors la perfection serait (presque) atteinte.

Pour mes préférences, je fais une distinction entre les nouveaux et les anciens exclusifs.Pour les nouveaux, 31 rue Cambon et Sycomore sont mes préférés devant Coromandel.Pour les anciens, ma passion du cuir me porte à mettre Cuir de Russie en N° 1 et Bois des Iles en seconde position.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 mars 2015 à 08:36

Bonjour Aryse, Nymphomaniac et L’incendiaire, et merci beaucoup pour vos retours sur ce très beau jus.
La question de la tenue reste à mon humble avis très largement une question de personne, mis à part les mastodontes et évanescents notoires...31 rue Cambon me fait la journée sans aucun problème, et il diffuse encore le soir autour de moi, c’est le cas du 22 également. Sycomore tient très bien sur Monsieur doudou aussi. À l’inverse, certains Lutens comme Datura noir ou FdB me font royalement 20 minutes...
Quant à la question de la reformulation, j’ai lu ici ou là que le 31 s’en était en quelque sorte trouvé assagi. Je n’ai pas d’éléments de comparaison, mais en fait j’aime justement la version actuelle pour sa douceur derrière une façade un peu rugueuse, c’est un des parfums les plus évolutifs que je connaisse et il me parle tel qu’il est. Je ne décèle pas d’inflexion sucrée, même en fin de journée, mais bel et bien un effet solaire, daim, ambré, une chaleur moelleuse, qui peut éventuellement suggérer de loin la gourmandise.
Bonne journée parfumée à tous :)
doudou

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 13 avril 2015 à 13:17

Bonjour Nymphomaniac,
Vous avez raison, l’effet "prune confite" est très présent dans ce parfum comme je l’explique dans le petit commentaire rédigé ce jour. Cela saute "au nez".

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

helianthe

a porté 31 rue Cambon le 29 avril 2020

Sa note :

helianthe

a porté 31 rue Cambon le 10 avril 2020

Sa note :
S9

S9

a porté 31 rue Cambon le 25 février 2019

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté 31 rue Cambon le 15 septembre 2016

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Passacaille

Passacaille

a porté 31 rue Cambon le 13 juin 2016

Enseignant-chercheur en chimie organique à l’Université de Versailles SQY
Sa note :
Lieul

Lieul

a porté 31 rue Cambon le 15 avril 2016

_pascale

_pascale

a porté 31 rue Cambon le 13 mars 2016

Nymphomaniac

Nymphomaniac

a porté 31 rue Cambon le 5 mars 2016

Sa note :

atlas

a porté 31 rue Cambon le 16 septembre 2015

Nymphomaniac

Nymphomaniac

a porté 31 rue Cambon le 6 septembre 2015

Sa note :
S9

S9

a porté 31 rue Cambon le 23 août 2015

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :

atlas

a porté 31 rue Cambon le 14 août 2015

yo du soir

yo du soir

a porté 31 rue Cambon le 12 août 2015

Passacaille

Passacaille

a porté 31 rue Cambon le 14 juillet 2015

Enseignant-chercheur en chimie organique à l’Université de Versailles SQY
Sa note :

a porté 31 rue Cambon le 9 juillet 2015

Sa note :
S9

S9

a porté 31 rue Cambon le 13 mai 2015

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Nymphomaniac

Nymphomaniac

a porté 31 rue Cambon le 24 avril 2015

Sa note :
Nymphomaniac

Nymphomaniac

a porté 31 rue Cambon le 27 mars 2015

Sa note :

a porté 31 rue Cambon le 25 mars 2015

Sa note :
Yohan Cervi (Newyorker)

Yohan Cervi (Newyorker)

a porté 31 rue Cambon le 18 mars 2015

Yohan Cervi est expert en histoire de la parfumerie moderne. Rédacteur pour Auparfum et pour Nez, la revue olfactive, il est le co-fondateur de Maelstrom Paris, laboratoire indépendant de création (...)
Sa note :
sophieplume

sophieplume

a porté 31 rue Cambon le 17 mars 2015

a porté 31 rue Cambon le 16 mars 2015

Sa note :

à la une

Le Ciel

Le Ciel - Floratropia

Un sillage d'iris, d'ambrette et de carotte en apesanteur... une bonne surprise dans l'univers des parfums 100% naturels.

en ce moment

il y a 1 heure

J’adore cette énumération, elle me rappelle bien des souvenirs, liés à des personnes, des situations(…)

il y a 20 heures

On peut le déplorer, Hélianthe... Mais moi, j’aimais bien quand ça sentait fort ;-) (sauf peut-être(…)

helianthe a commenté La Peau nue

hier

La différence se joue plutôt entre La Pausa de Chanel et La Peau Nue de Céline, parce que Misia(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Le Nez Insurgé

Le Nez Insurgé

Bordeaux (33)

Jovoy Paris

Jovoy Paris

Paris (75)

Divine Caen

Divine Caen

Caen (14)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019