Auparfum

Aqua Allegoria Herba Fresca

Guerlain

Flacon de Aqua Allegoria Herba Fresca - Guerlain
Note des visiteurs : (13 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Bouffée d’oxygène

par , le 2 août 2015

En été, quand la chaleur est tellement intense qu’elle en devient suffocante, nous sommes certainement beaucoup à rechercher des parfums offrant à leur manière une bonne bouffée d’air frais. Et Herba Fresca pourrait bien être LE candidat idéal !

Issu de la toute première série d’Aqua Allegoria sorties en 1999, aux côtés de Pamplelune (qui est toujours le best-seller de la gamme) et des malheureusement défunts Lavande Velours, Rosa Magnifica et Ylang & Vanille, Herba Fresca fait preuve, conformément à l’esprit de la collection, d’une belle simplicité.

Ici, pas de notes abstraites ou de composition complexe, le jus se veut délibérément évocateur de sensations familières et apaisantes qui parleront à chacun. On reconnait ainsi successivement différents éléments qui s’entremêlent et se répondent parfaitement : un carré d’herbe exhalant une rosée matinale et printanière, le chewing-gum au fameux goût "chlorophylle" de notre enfance et des feuilles de menthe intensément parfumées écrasées au fond d’une théière.

Ce qui fait le charme incomparable d’Herba Fresca et son originalité en tant qu’eau fraîche, c’est bien sûr sa note d’herbe coupée, qui doit beaucoup à une molécule portant le petit nom de cis-3-hexenol : pure, fraîche, lumineuse et légèrement citronnée, mais aussi et surtout bienfaitrice et reposante, en somme bien éloignée des notes vertes plus classiques et traditionnelles, souvent marquées par l’ambiance terreuse, sombre et végétale du galbanum.

Sans parler de sa note de menthe crépue, à la fois transparente et sucrée, j’oserais même dire gourmande, tant elle me rappelle ici les vapeurs du thé marocain. En ce sens, je trouve Herba Fresca réellement délicieux, au point que l’envie me viendrait parfois presque d’en boire quelques gorgées !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 24 août 2015 à 21:29

Vous voulez du frais et vous voulez une guerlinade ?!?! Sautez sur L’eau de Guerlain de Jean-Paul Guerlain ! Une comparaison pourtant évidente avec cette Herba Fresca . La menthe y est présente mais légère et mêlée avec du citron, de la bergamote, de la verveine et du thym. Je ne trouve pas de critique de ce merveilleux jus. Vous n’en parlez même pas ici. Mais dites-moi pourquoi ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 août 2015 à 02:20

Parce que euh... les gens qui écrivent pour auparfum ont aussi une vie non ? Nan parce que si on compte tous les parfums du monde...

Mais l’Eau de Guerlain est une très belle eau chyprée, vous avez raison.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 août 2015 à 16:50

J’aime votre site parce qu’il met en avant les anciens parfums de qualité. Il s’interroge sur des compositions originales. Il cultive les gens que le parfum intéresse. Herba Fresca marche très bien commercialement. Il est mis en avant chaque été sur les étagères des parfumeries et même dans les vitrines. L’Eau de Guerlain est mise en bas des rayons avec leurs "mals vendus" pourtant je trouve que sa composition mérite réflexion. Pour moi, il me pose des questions sur "l’identité Guerlain" parce qu’il n’y a justement pas la Guerlinade. Alors pourquoi fait-il Guerlain ? Et concernant la réflexion contemporaine sur la menthe, lorsque je reprends la critique de Lucas Turin et Tania Sanchez sur l’Herba Fresca, je trouve que leur deuxième façon de traiter la menthe, celle qu’ils trouvent réussie, est une référence à L’Eau de Guerlain. Donc ce jus est aussi un élément de réflexion sur les notes de menthe. Je m’étonne qu’elle n’apparaisse donc pas dans les commentaires et j’apporte le commentaire qu’elle a manifestement besoin d’être mise en avant. Et cela, je sais que vous le faites très bien.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

S9

par , le 4 août 2015 à 09:40

Je me souvenais parfaitement de Herba Fresca à sa sortie, j’avais senti cette nouvelle Aqua Allegoria avec une pointe de déception : trop mentholée. J’adore les parfums verts, mais pour moi Herba Fresca est limite un soliflore menthe, trop présente par rapport à l’herbe fraîchement coupée. Si ce rapport avait été inversé, je pense que j’aurais adoré ce parfum.
Ressenti hier, je l’ai trouvé bien fait, et c’est vrai, comme le souligne Jicky, que lancer un parfum vert aussi franc et original, rien que ça a le mérite d’être culotté parmi les pralines et les vanilles.
Justement à ce propos je voyais bien Ylang et Vanille durer et perdurer aux côtés du best seller des AA j’ai nommé Pamplelune.
En tout cas je l’ai fait sentir à ma 2è fille âgée de 11 ans ainsi qu’à son amie et... elles ont adoré ! (et ont bien identifié la menthe).
J’ai le même souci avec l’étrange Nuit Etoilée de Goutal. L’association menthe / pin me pose problème, m’attire (parfois) et m’indispose (souvent) tant et si bien que j’ai déjà songé à vendre mon flacon... Bizarre ces rares parfums qui peuvent nous déranger, nous bousculer à ce point en mêlant des sentiments contradictoires.
Ultime digression à ce post, pour finir de parler des AA : personnellement j’aime beaucoup Mandarine Basilic et je m’étonne qu’il soit encore présent dans la gamme. Faudra un jour que je l’achète enfin ! Et je pleure mon Gentiana, la seule AA que j’aie achetée (en 2001, ça date). C’était une petite splendeur. Je retrouve un peu de son amertume dans l’Eau de Gentiane Blanche d’Hermès, mais Gentiana était plus aérienne, plus pétillante, plus souriante...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 3 août 2015 à 22:19

" Aaaah Herba Fresca ! " Tout est dit ! Merci, Jicky, pour ce long et très juste développement sur la menthe, un peu de belle fraîcheur ce soir ne faisant de tort à personne.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jicky

par , le 3 août 2015 à 21:08

Aaaah Herba Fresca ! C’est un parfum qui nourrit tellement de débats. La menthe est mal aimée en parfumerie fine, cantonnée comme elle est aux arômes alimentaires. Elle fera au choix chewing gum, dentifrice, produit pour la maison (et quand je dis maison, I mean : "toilettes"). Ce n’est pas la seule matière dans ce cas, mais les autres matières un peu sous estimées comme elle ont l’avantage d’avoir une image quand même plus bankable (le muguet, quoiqu’on en dise, est une fleur qui a une symbolique assez forte). Ça me toujours rire quand je fais sentir Herba Fresca à des amis complètement néophytes, il y a toujours ce rejet. Alors que faire sentir une grosse praloche ça ne choque personne. Dans un cas, la proposition olfactive est rare, dans l’autre, elle est si fréquente que le public s’y est habitué et n’est plus choqué de sentir de telles odeurs en parfumerie fine.

Car encore une fois, Herba Fresca est un parfum infiniment vert, traité sur un trio de matières très figuratives et très ancrées dans l’imaginaire olfactif occidental et en cela, la question de son originalité est primordiale quand il s’agit d’étudier ce parfum. En effet, toutes les questions qu’il pose en découlent : sa présence chez Guerlain, son succès, son traitement... Un vert aussi original chez Guerlain à la fin des années 90 (notez que ce parfum n’a absolument pas vieilli), c’était quand même inimaginable. Son succès me semble toujours aussi incroyable, pourtant il n’y a qu’à voir mon amour pour ce parfum pour l’expliquer : il est unique et parfaitement maîtrisé et jouissif pour qui recherche un parfum vert, menthé, herbe coupé, à la fois lumineux et évocateur. Beaucoup détestent, mais ceux qui adorent n’ont que cette proposition.

Autre point intéressant sur la menthe : elle est quasiment inexistante en parfumerie fine. On pense au Géranium pour Monsieur en chef de file (qui ne la revendique pas haut et fort), Guerlain Homme (feue EDT) ou encore à l’édition limitée d’Infusion d’Iris sortie en 2013 à 300 flacons (L’Eau d’Iris), m’enfin paye ta disponibilité. Mais... Il y a une dame qui l’a traitée pas moins de trois fois aussi en avant, Mathilde Laurent vous l’aurez compris. Avec Herba Fresca, Roadster puis L’Heure Vertueuse, il y a un travail sur cette matière de trois façons très différentes et vraiment complémentaires, avec une vraie vision. Cette obsession à travailler le vert via la menthe est unique et suggère encore une fois que le parfumeur est aussi un auteur, avec ses idées qui se nourrissent au fil du temps et transpirent dans différentes œuvres.

A titre personnel, Herba Fresca est un parfum que j’adore sans jamais avoir vraiment eu l’occasion de le porter, hélas. Le savoir encore en vie (et bien portant !) me fait toujours rire, je n’y crois jamais, comme l’impression de voir un running gag de Guerlain quand je le prends sur l’étagère des Aqua Alllegoria. Longue vie à toi, Herba Fresca !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 août 2015 à 22:04

Jicky je vous rejoins. Je citerai aussi Nuit Étoilée. Et je rêve de découvrir l’Heure vertueuse (soupir)
Je raffole du pin et de la menthe et je croise les doigts pour ne pas évoquer un désodorisant ambulant !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 août 2015 à 01:09

Pour moi Nuit Etoilée est trop déséquilibré, pas assez fini et pas assez menthesque ou vert pour que je l’apprécie pleinement, mais c’est une proposition olfactive intéressante.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 août 2015 à 08:45

Jicky, vous parlez de quelle concentration ? Effectivement, l’eau de parfum n’est pas assez menthesque, trop ronde, mais l’eau de toilette me convient de ce côté là !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 août 2015 à 11:43

Bonjour Jicky,

Ton message est très intéressant sur ce côté mal-aimé de la matière menthe en parfumerie fine...

Par contre, j’imagine que tu parles des parfums pour lesquels la matière est centrale, parce qu’hier, par curiosité, j’ai cherché sur le site de Jovoy, les parfums pour lesquels cette note était revendiquée et il y en avait quand même 14, dont Menthe fraîche et Esprit du Tigre de Heeley qui sont quand même très très mentholés.... Bon, après, je sais que 14 parfums sur les centaines qui sortent, ce n’est pas énorme...

Tiens, Billie, je pense que dans cette sélection Jovoy, il y en a un qui pourrait t’intéresser, en fonction de tes goûts affirmés, c’est Bohémien de Arte Profumi, un aromatique avec des notes annoncées d’absinthe, de menthe et de sapin... décrit comme "Sombre et révolutionnaire, un pur artiste, qui aime la nuit et les excès toujours à la recherche de nouveaux défis…"

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 août 2015 à 13:24

Bonjour Solance, figure toi que je l’avais repéré Bohémien...il me fait très envie mais hors budget hormis en box ! Tu commences à bien connaître mes goûts !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 9 août 2015 à 00:22

Je n’imaginais pas que cette Aqua Allegoria diviserait autant le public auparfumiste !

En même temps, je dis ça, mais dès qu’on la propose en conseil, on se voit souvent opposer un "j’aime la menthe, mais pas dans un parfum" aussi poli que distant...

Ironiquement et malgré cela, les deux Aqua Allegoria qui marchent le mieux depuis le début sont quand même parmi les plus polarisantes, Herba Fresca donc et puis bien sûr Pamplelune : la menthe herbeuse d’un côté, le duo soufré pamplemousse/cassis de l’autre, à bien y réfléchir, effectivement ce n’était pas forcément gagné au départ, surtout qu’à l’origine de la gamme elles côtoyaient des notes qui pouvaient sembler de prime abord plus "bankable" (pour reprendre un de tes termes ! ^^) par leur côté plus classique/facile, je pense notammment à la rose de Rosa Magnifica ou bien à la vanille de Ylang & Vanille, qui, elles, ont été supprimées depuis belle lurette...

Au-delà du côté polarisant de certaines, on sent bien que les Aqua Allegoria qui marchent le mieux sont celles qui ne s’éloignent pas trop du concept d’une eau fraîche, ce que vient confirmer le nom de la troisième plus vendue, Mandarine-Basilic. Les innombrables tentatives successives pour emmener la collection vers des territoires plus floraux se sont ainsi toutes soldées par un échec, puisqu’elles ont été retirées rapidement du catalogue : Flora Nymphea, Jasminora, Lys Soleia, Nerolia Bianca, pour ne citer que les plus récentes. Résultat, depuis 2014, on revient à des choses beaucoup plus connotées hespéridés avec Limon Verde et Teazzurra.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Solance

par , le 3 août 2015 à 09:42

Désolée mais je ne partage pas l’enthousiasme général. Loin de m’oxygéner, Herba Fresca m’écoeure, c’est une caricature de la chlorophylle, je ne le trouve pas du tout naturel ni subtil et il me fait penser à Carillon pour un ange de Andy Tauer essayé il y a peu (j’ai du finalement me doucher précocément pour faire partir cette odeur tenace).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 août 2015 à 10:16

Et bien ma petite Solance, une fois n’est pas coutume, je ne partage pas ton avis ! J’aime bien la menthe notamment en parfumerie (je porte Roadster de Cartier par exemple). Mais comme le pin, c’est une note assez difficile et elle est bien orchestrée dans Herba Fresca que je porte depuis longtemps (en alternance avec Un Jardin en Méditerrannée) C’est même mon Aqua préférée ! Alors certes c’est pas très compliqué mais parfois l’été, j’ai envie de choses simples (je le porte aussi l’hiver pour me booster) !
Et puis je l’avoue, c’est grâce à lui et plus tard Bas de Soie, que je suis venue au parfum vert !
Bonne journée à tous

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 août 2015 à 10:26

Coucou billie :)

Je peux tout à fait comprendre que ce type de parfum ait ses adeptes mais pour moi, il est "too much"... la menthe, je l’aime quand elle reste ’douce’, qu’elle ne t’arrache pas la tête lol/ qu’elle se fait presque lavande (comme dans Gris Clair de Lutens par exemple).

Je l’aime beaucoup dans Untitled l’Eau de Martin Margiella (j’adore ce parfum, le connais-tu ?).

Mais je reconnais que c’est une note que j’ai du mal à apprécier quand elle est brute...

Tiens, si tu aimes et portes HF, je t’envoie le reste de mon échantillon de Carillon pour un ange si tu veux, puisque ce n’est pas ma tasse de thé mais que ça peut être le tienne ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 août 2015 à 10:31

Pour compléter ma réponse précédente, je suis pour ma part venue au vert par Corsica Furiosa qui m’a immédiatement séduite et que je vois comme une fragrance qui joue sur le chaud/froid et aussi par Bas de Soie (grâce à toi ;) ) que j’ai acheté il y a quelques temps ;)...
Je pense que ce n’est pas toi qui diras que ce ne sont pas de beaux parfums ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 août 2015 à 22:09

Solance, merci pour ta proposition d’envoi que j’accepte avec plaisir ! Sinon j’ai beaucoup aimer porter Fracas ! Je ne le trouve pas du tout banal...loin de là. D’ailleurs j’ai lu une foisn que "n’est pas femme Fracas qui veut"...Yes je le peux et même très facilement, je deviens une vraie femme avec Fracas ! Finalement je crois que j’aime aussi la tubéreuse lol

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 août 2015 à 11:21

Coucou Billie ! Ahhh, suis très contente que tu aies trouvé Fracas à la hauteur et qu’il te permette, aux côtés de Carnal Flower, de succomber à la beauté de la tubéreuse :)...

Je trouve effectivement que Fracas donne une superbe prestance à son porteur/sa porteuse, elle est bien en phase avec une féminité exacerbée ou une virilité qui assume son originalité et un sillage racé (un peu comme POAL en fait)...

Ok pour t’envoyer Carillon pour un Ange... j’en profiterai pour te faire parvenir aussi une petite fiole de l’Eté en Douce, qui semble t’intéresser aussi, dès que j’aurai réussi à me procurer de petits flacons d’échantillons (je te mettrai aussi une rallonge de Corsica Furiosa, je sens que tu ne diras pas non ;) )

Bonne journée à toi

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 août 2015 à 16:55

Herba Fresca est un parfum qui a un aspect clairement répulsif pour moi : je reconnais son originalité, mais vraiment, j’ai du mal à dépasser l’aspect "produit d’hygiène" que la forte note mentholée m’évoque lorsque je le sens.
Sinon, rien à voir, mais lorsque je lis Ylang et Vanille, à chaque fois, j’ai la même nostalgie... J’adorais ce parfum que je trouvais à la fois simple et subtile. J’en veux énormément à Guerlain de l’avoir discontinué (quant à Attrape-coeur,... alors là, ce n’est même plus de la nostalgie ou de la rancoeur !)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 2 août 2015 à 22:21

Une des plus belles AA. Merci de réévoquer Lavande Velours, ce parfum étrange comme venu d’ailleurs au sein de la série, épais, un peu lourd, joliment texturé, avec ses notes de violette, d’iris et son enjôleuse rondeur finale. Joli parfum, très matière, très velours en somme. Je ne me souviens pas hélas de la Rosa Magnifica mais en revanche, je garde un flacon de la suave et si estivale Tiaré-Mimosa.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 9 août 2015 à 00:58

Ah, Rosa Magnifica... Avec Herba Fresca et Lavande Velours, on tient là mes trois Aqua Allegoria préférées ! Bon, rien de très étonnant, vu que rose, menthe et lavande sont parmi mes notes préférées !

Rosa Magnifica, je la voyais un peu comme la petite sœur innocente de Nahema, dont elle semblait reprendre le thème de rose verte et fruitée, mais cette fois traité tout en transparence bien sûr.

Dans mes rêves les plus fous, j’imagine que Guerlain la relancerait en la présentant comme une version EDT ou un flanker de Nahema, qui mériterait tellement de revenir un tant soit peu sur le devant de la scène...

Quand je vois la manière très intelligente dont Chanel a su faire reparler la presse du 19 avec sa version Poudré, à mi-chemin entre une habile réinterprétation s’inscrivant dans la gamme classique et un flanker ne dévalorisant pas l’original, je me plais à rêver du jour où Guerlain capitalisera un peu plus sur son patrimoine, plutôt que de toujours tout miser sur Shalimar et LPRN...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Cistus creticus

Cistus creticus

a porté Aqua Allegoria Herba Fresca le 26 juin 2018

Sa note :
Alafolie

Alafolie

a porté Aqua Allegoria Herba Fresca le 14 octobre 2017

Ma famille, mes parfums, ma vie....
Sa note :
Habanita

Habanita

a porté Aqua Allegoria Herba Fresca le 7 avril 2016

Sa note :

à la une

Jasmin de pays

Jasmin de pays - Perris Monte Carlo

Lorsque Jean-Claude Ellena se frotte à la reconstruction d'un jasmin grandiflorum de Grasse, on touche à la perfection.

en ce moment

Belami a commenté Fahrenheit

hier

Pas de provinciaux qui ont une idée la dessus ?

hier

Confinée et sans télétravail, mais censée remplacer un absent parmi ceux dont la présence reste(…)

hier

Bonsoir, un peu pareil pour moi ; tous mes parfums me regardent avec perplexité ... quoi ?(…)

Dernières critiques

Nouveau genre - Yves Rocher

Blague à patchouli

Nuit de sable - BDK parfums

Bastani sonatine

Jasmins Marzipane - Lancôme

Récital de pétales

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Divine Toulouse

Divine Toulouse

Toulouse (31)

Divine Saint-Malo

Divine Saint-Malo

Saint-Malo (35)

Parfumerie Burdin

Parfumerie Burdin

Paris (75)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019