Auparfum

Aromatics in White

Clinique

Flacon de Aromatics in White - Clinique
Coup de cœur
Note des visiteurs : {#NOTATION_MOYENNE{article,#ID_ARTICLE}} (21 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Confusion des genres

par , le 23 février 2015

J’avoue avoir eu peur en découvrant l’apparence et le nom de cette nouveauté : quoi, la marque qui avait toujours joué la carte de l’anticonformisme avec Aromatics Elixir allait oser commettre un flanker de ce dernier ? Faire marche arrière et proposer une version aseptisée grand public de son classique, peut-être nous resservir un fleuri fruité/musqué aussi inoffensif que Happy ?

Si vous aviez vous aussi quelques craintes, je vous rassure de suite, Aromatics in White n’est rien de tout cela, mieux, il est, à sa manière, aussi audacieux que l’original, ouf !
Après une Modern Muse pas franchement palpitante, les lancements mainstream du groupe Lauder se suivent et ne se ressemblent donc heureusement pas tous.

Le "white" du nom et du flacon semble suggéré par l’entrée en matière, douce et féminine, une sensation opaque de fleur blanche et poudrée (fleur d’oranger, feuille de violette) qui me rappelle un autre parfum de l’écurie Lauder, le très beau Shanghai Lily de Tom Ford et dans une moindre mesure L’Instant de Guerlain.
Le traditionnel accord chypré rose/patchouli, hérité de l’Aromatics originel et ici habillé de poivre, s’immisce ensuite quelques instants pour assurer la transition vers ce qui constitue selon moi le véritable thème du parfum : le fond boisé, ambré et musqué (ciste, ambre gris, benjoin), moelleux, étonnamment subtil, résolument androgyne.
Par rapport à la puissance de la base résineuse et animalisée d’Aromatics Elixir, ce fond pourra d’ailleurs paraître un peu timide, moi je le trouve confortable et raffiné, ce que le jus de 1971 (que j’adore !) n’est pas exactement.

Vous l’aurez sans doute compris, à l’exception de quelques notes en commun, cet Aromatics n’a finalement que peu à voir avec l’original : plus boisé que chypré, moins tonitruant, moins "sexuel", plus lisse, mais pas ennuyeux, car il se révèle assez complexe.
Si le premier fascinait par sa beauté fumée, anguleuse et autoritaire, ce nouvel avatar sous des traits plus policés séduit néanmoins par sa proposition d’une féminité ambiguë, qui convoque des notes rosées, épicées, boisées et ambrées pouvant rappeler certains masculins des années 80/90, je pense par exemple à Egoïste, ou bien la rondeur crémeuse et boisée d’un plus récent Déclaration d’un Soir. Bref, je perçois comme un clin d’œil à des fragrances qui ont osé s’aventurer hors des sentiers battus en rendant floue la frontière entre parfums destinés aux hommes et parfums destinés aux femmes.

Tout en en cultivant sa personnalité bien à lui, plus nuancée et contrastée que celle d’Aromatics Elixir, Aromatics in White a en tout cas ceci de commun avec son prédécesseur : une pointe d’originalité et d’indépendance, qui lui dicte notamment de ne pas céder aux tendances des parfums féminins à succès du moment et de plutôt miser sur des notes boisées androgynes intemporelles.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Alia

par , le 18 novembre 2015 à 16:43

Pourquoi lorsque je sens ce parfum sur peau ai-je l’impression d’entrapercevoir le petit frère de Dans tes bras ? Le Cashmeran en serait-il la cause ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 août 2015 à 15:58

Je l’ai testé trois fois et je dois me rendre à l’évidence. Ce parfum n’est pas pour moi, ne me correspond pas. Je porte des parfums à sillage et celui ci est résolument intimiste. Il ne me deplait pas et j’admets qu’il est bien construit mais il ne sucite aucune émotion particulière. C’est un parfum doudou et dans ce style, je lui préfère Kenzo Amour même si je ne le porte pas.
Son nom est sans doute ce qui me chagrine le plus car on peut s’attendre à une déclinaison de son illustre aîné alors qu’il n’en est rien. Il se situe à des années lumières et je ne suis pas prête de troquer mon Aromatics Elixir adoré contre son frère immaculé qui aurait gagné à posséder un nom bien à lui.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 avril 2015 à 11:14

N’ayant pas réussi à apprivoiser Aromatics Elixir indomptable, trop lourd, trop opulent sur ma peau et à mon nez, j’ai fondé de l’espoir en Aromatics in White. Ce dernier m’a agréablement surprise, tant il s’est révélé doux, caressant, sensuel...

Par contre, je trouve dommage qu’il n’ait pas son idendité propre qu’il mérite amplement, au lieu d’être relégué au rang de flanker...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 mars 2015 à 19:22

je viens de le découvrir aujourd’hui ! j’avoue que j’étais sceptique étant une inconditionnelle du fameux original ! et bien je n’ai pas été déçue même s’il gagne sur la durée et non au premier nez. il dure, il est différent mais garde une effluve persistente alors ce white me va bien rien que pour le plaisir d’oser me désintoxiquer de mon fameux jus originel né la même année que moi (et oui ça ne s’invente pas).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Demian

par , le 28 mars 2015 à 10:02

Je suis un peu comme Jicky : il ne se passe rien entre lui et moi et il n’arrive pas à la cheville de son glorieux aîné. J’avais espéré un coup de foudre, pour me faire oublier le départ en fanfare à la camomille d’Aromatics Elixir qui me rendait complètement accro : je préfère encore Aromatics Elixir reformulé. Je trouve Aromatics in white dans l’air du temps : aseptisé pour plaire au plaire au plus grand nombre. Mais il a quand même un avantage non négligeable par les temps qui courent : il ne "pue" pas le glucose à outrance. Et rien que pour cela, je lui mets quand même 2 étoiles !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jicky

par , le 26 février 2015 à 01:30

J’avoue être assez peu réceptif à cette déclinaison d’albâtre pour ma part. Je reconnais une signature et une volonté de faire quelque chose de signé (ce pour quoi je lui octroie 2 étoiles), en revanche, je ne le trouve pas très "beau" disons.

L’attaque du parfum est très texturée. Trop en fait : j’ai directement un gigantesque cashmeran qui bouffe tout sur son passage (j’ai été tenté de faire une comparaison avec un épisode d’Harry Potter, mais je m’abstiens). C’est pourtant une note que j’adore, mais il est poursuivi par une rose que je ne trouve pas de bonne facture : elle pique, vrille, est grasse mais ne me semble jamais florale. En conséquence, il n’y a pas le fondu que peut apporter la rose en temps normal. Je vois bien une fleur d’oranger chelou qui arrive en même temps, et si je comprends son utilité (rendre plus souple, plus américaine, une ouverture un peu hardcore), je trouve qu’elle apporte surtout une confusion de plus au parfum.

Fini ? Non, jusque là ça irait. Mais alors au bout de dix minutes sur peau, j’ai un gigantesque ciste-labdanum à la texture gélatineuse qui donne une grosse patate au parfum, l’assomme, le fait gonfler et le fait exploser, répandant sur ma peau des entrailles de rose musquée et des viscères de cashmeran ambré. Bizarrement, Aromatics In White me fait furieusement penser à un Jour d’Hermès auquel on aurait injecté un botox ambré et boisé de manière un peu grossière. Dans ce kitsch à la fois américain, pas très fin et bien in your face, il me fait penser à Velvet Orchid, sorti l’année dernière par Tom Ford.

Après, je pense que c’est le genre de projet où le parfumeur a dû s’éclater et pour ça, c’est quand même un parfum que je soutiendrais. On sent qu’il y avait la volonté de faire quelque de signé et l’esprit d’Aromatics Elixir peut se retrouver. Après, c’est un peu comme si on avait pris une icone glamour des années 60, on l’avait mise dans une console de jeu de 2015 pour en faire un avatar simpliste et trop mimi-rigolo, pour finalement l’habiller avec des vêtements multicolores pour la distinguer : quand tu créés tu t’éclates comme un dingue. Quand je teste sur peau, je finis ma soirée au smecta, en train de zapper sur TMC en priant pour qu’ils rediffusent un épisode d’Hercule Poirot.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 février 2015 à 12:39

Jicky, la comparaison avec l’albâtre me semble d’une étonnante justesse. Ce que j’aime dans l’albâtre, et ici dans ce parfum, c’est justement l’absence de ligne vraiment directrice, c’est ce mélange confus de blancheur, fausse pureté, à des notes suaves de jaune, de beige et d’ocre. Ce sont ces lignes un peu molles, ces traces qui même sous un rai de lumière restent indéterminées parce que toujours floues. En fait, ce parfum me mène par le bout du nez vers un fond rosé et doucement orangé. Ma mouillette, qui date d’hier après-midi, se trouve là, sur une table-bureau à un mètre de moi, et elle embaume toute la pièce et me distrait de mon travail tant est forte sa présence. Je ne jugerai jamais un parfum uniquement sur sa puissance mais j’avoue ici être subjugué par son insistance à se rappeler à moi. Il y a peut-être trop de calcaire dans cet albâtre, trop de plâtre, mais personnellement, je m’en fiche, et j’aime imaginer la sculpture que celui-ci dresserait dans les vastes couloirs (académiques ?) de mon imagination.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 25 février 2015 à 22:31

Découvert cet après-midi, cet Aromatics in White me poursuit. Son fond crémeux tour à tour m’apaise et me trouble. Simplement beau. Lui laisser le temps de s’épanouir sur la peau. En toute intimité... Et sur touche, une vague note amandée apparaît.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 février 2015 à 23:42

Content qu’il vous plaise ! J’espère qu’il va faire de nombreux adeptes ! ^_^

J’imagine que les ventes de cette nouveauté seront comptabilisées avec celles d’Aromatics Elixir...

Sachant que ce dernier était aux portes du top 30 des meilleures ventes de parfums femme en France en 2014, peut-être la franchise Aromatics pourra-t-elle intégrer le top 10 grâce à ce flanker qui, une fois n’est pas coutume, constitue une alternative intéressante à l’original.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 février 2015 à 00:00

" (...) peut-être la franchise Aromatics pourra-t-elle intégrer le top 10 grâce à ce flanker (...) : je voulais dire top 20, ce serait déjà pas mal !

Fin de la parenthèse chiffre qui n’intéresse sans doute que moi ! :-P

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

dau

par , le 24 février 2015 à 07:44

Comme Doblis, la première fois, j’ai dit bof et puis j’y suis revenu.
D’abord parce qu’il se démarque de l’ensemble de la production et que ça m’intriguait. et puis parce qu’il est, finalement, bien fichu dans un genre plus facile que l’Aromatics original, mais ses fleurs sont élégantes, son chypre est plaisant et je pense qu’il faut donner sa chance à cette rose qui est moderne sans renier les anciens. Je ne me prononce pas vraiment, mais je me dis que c’est une affaire à suivre.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

missmuffin

par , le 24 février 2015 à 00:49

Le 15 janvier, en réponse à un message d’Anna, voilà ce que j’écrivais à propos d’Aromatics in White :
"lorsque j’ai découvert ce parfum , j’ai été comme "saisie" car il semble littéralement se fondre dans ma peau.
Je suis bien consciente qu’il ne revolutionnera sans doute pas la parfumerie, mais ma peau me dit " je le veux". Après une fugace ouverture fraiche/épicée, cette rose/patchouli fondante s’installe pour longtemps ( très bonne tenue) et quasiment rien que pour moi ( sillage assez discret).
Une sorte d’intimité se crée entre lui et moi, sans doute en raison de cette note terreuse que vous évoquiez et je j’apprécie tant.
bref, je l’aime beaucoup et lui aussi semble m’apprécier"
Depuis, je l’ai porté à de multiples reprises et l’entente entre lui et moi s’est encore renforcée, toute sa "texture" boisée, ambrée m’est apparue.
L’un de mes gros "coups de coeur" 2014

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 24 février 2015 à 23:37

Bonsoir Missmuffin.
Bingo, c’est exactement ça : Aromatics in White est un parfum égoïste.
C’est une bulle moelleuse dans laquelle on se sent bien, sans pouvoir franchement l’expliquer. En gros il est addictif et que pour soi !
Il n’accroche pas particulièrement pas ses notes, mais il s’accroche à la peau et ne veut plus en partir.
C’est un vampire de jour ! Terrible !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par , le 23 février 2015 à 23:10

Quand j’ai vu ce flacon blanc, j’ai tout de suite été intrigué. Oh, une nouvelle version ! Alors, bonne ou mauvaise nouvelle ?
Je le test... bof
On sent bien le Chypre - rose - patchouli mais on est très loin du grand frère.
Rien ne dépasse, rien ne m’accroche plus que ça finalement.
Un peu déçu donc...
Mais bien plus tard, le parfum est toujours bien présent sur mon poignet et la mouillette. Même le lendemain et surlendemain, mon pull qui a dû recevoir un peu de parfum en est encore imprégné.
Là est sans doute la force de ce parfum : son patchouli n’est pas vieillot et il sait être présent sans être dérangeant.
C’est plus, peut être, un parfum de peau qui me ferait penser à un beau pull en mohair blanc.
Parfum douillet donc, mais portable toute l’année je pense, aussi bien sur femme que sur homme.
Belle surprise donc, même si le coup de foudre n’a pas été immédiat.
Aromatics in White donne envie d’y revenir, il ne s’apprivoise pas si facilement en somme.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

zwit

a porté Aromatics in White le 14 janvier 2020

Chloé

Chloé

a porté Aromatics in White le 1er novembre 2019

Adina76

Adina76

a porté Aromatics in White le 29 avril 2019

Nectars favoris : Ysatis, Calèche, Chamade, Miss Dior (l’originale), Misia, Arpège, Cabochard, Paloma Picasso, Mon Parfum chéri, Fidji, l’Air du Temps Mes regrets : Nina (1986), Fleurs de fleurs, l’Or (...)
Sa note :
Catchaluna

Catchaluna

a porté Aromatics in White le 14 juin 2016

Sa note :
angelsdontcry

angelsdontcry

a porté Aromatics in White le 1er juin 2016

"La recherche du parfum ne suit pas d’autres voies que celles de l’obsession." Colette
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Aromatics in White le 18 février 2016

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Aromatics in White le 17 janvier 2016

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
mara

mara

a porté Aromatics in White le 29 décembre 2015

Depuis mes 18 ans j’aime le monde des odeurs. C’est à cet âge que j’ai reçu mon premier parfum : Princesse d’Albret. Le second fut L’Air du Temps de Nina Ricci. Et après je n’ai cessé de partir à la (...)
Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Aromatics in White le 17 décembre 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :

Iphigénie

a porté Aromatics in White le 17 novembre 2015

Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Aromatics in White le 13 novembre 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
Philosykos

Philosykos

a porté Aromatics in White le 20 juin 2015

missmuffin

missmuffin

a porté Aromatics in White le 31 mai 2015

Sa note :

armony

a porté Aromatics in White le 30 avril 2015

Sa note :
Amande

Amande

a porté Aromatics in White le 7 avril 2015

c2l56

a porté Aromatics in White le 28 mars 2015

Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Aromatics in White le 25 février 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :

à la une

Parfum & confinement : racontez votre quotidien

Parfum & confinement : racontez votre quotidien

Le coronavirus et le confinement qu’il induit bouleversent nos vies. Mais changent-il notre manière de nous parfumer ? À vous de nous le dire.

en ce moment

il y a 43 minutes

Pourquoi pas ! Non, plus simplement La Pléiade, transportée par paquebot de croisière, non confiné(…)

il y a 1 heure

33 parfums pour l’île déserte, vous poussez l’ascèse à son comble. Et comme bouquins, la collection(…)

il y a 11 heures

Bonsoir à tous, Ne pas se négliger, bien sûr, chaque matin shampooing et rasage de près pour(…)

Dernières critiques

Nouveau genre - Yves Rocher

Blague à patchouli

Nuit de sable - BDK parfums

Bastani sonatine

Jasmins Marzipane - Lancôme

Récital de pétales

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019