Auparfum

Arpège

Lanvin

Flacon de Arpège - Lanvin
Note des visiteurs : (27 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Symphonie florale

par , le 5 juin 2007

Arpège a été composé comme cadeau d’anniversaire offert par Jeanne Lanvin pour les 30 ans de sa fille Marie-Blanche. Elle souhaitait créer une nouvelle fleur, jamais sentie auparavant, et la liberté qu’elle a laissée aux parfumeurs a donné naissance à un accord riche et opulent, mélange complexe et harmonieux de rose, de jasmin, d’ylang-ylang, d’iris et de néroli, utilisant les meilleures qualités d’essences alors disponibles.

Les aldéhydes, dont la voie avait été ouverte avec Chanel N°5 quelques années plus tôt, ont été repris ici pour envelopper le bouquet floral et lui donner du relief et de l’envolée. Le fond est vanillé, vétiver et ambré, et donne sur la peau un effet chaud et crémeux, qui dure une éternité.

Début des années 90, la formule d’Arpège a été “ré-orchestrée” comme le disent les marques, afin de le rendre plus accessible, plus “au goût du jour”, en remplaçant notamment certaines matières premières naturelles par des nouvelles molécules de synthèse. Cela fait de l’Arpège actuel un parfum certes appréciable, mais considérablement différent de l’original, que je me souviens avoir senti dans les années 80, et qui m’avait complètement bouleversée.

La structure d’Arpège, innovante et subtile, a été une grande source d’inspiration et est ainsi devenue le chef de file de nombreux parfums floraux aldéhydés poudrés comme Madame Rochas, Calandre ou Rive Gauche.

à lire également

Jeanne Lanvin My Sin
critique

Jeanne Lanvin My Sin

Péché de paresse

Scandal
critique

Scandal

Philosophie dans le fumoir

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Farnesiano

par , le 26 avril 2020 à 09:22

Le confinement me permet de redécouvrir de vieux flacons oubliés, rangés tout en bas, au fond de mon armoire. Hier soir, je retrouve, bien cachée dans l’obscurité, la petite boule noire et dorée d’Arpège, achetée il y a plus de dix ans...
OMG, comment ai-je pu négliger cette merveille ! Peut-être le trouvais-je à l’époque trop puissant, trop compact ? Plus familier aujourd’hui des grands féminins aux notes de tête tonitruantes, celles qui font un peu peur aux hommes ;-), de parfums tels que Bandit, Fracas, Habanita, Calèche, Paloma Picasso, Gold pour femme d’Amouage, Coco, les Lauder etc., plus familier donc de ces chefs-d’œuvre, j’abordais hier mon vieux Lanvin avec un nez nouveau. Après les aldéhydes du départ s’épanouit rapidement le plus magnifique des bouquets floraux (rose, jasmin, ylang-ylang, iris...), vraiment somptueux, beau à pleurer. Le fond à lui tout seul mériterait l’appellation de chef-d’œuvre, paradoxalement aussi distingué que sensuel. Mon parfum s’est-il bonifié avec le temps ? je n’ai jamais trouvé cet Arpège plus crémeux, moins hautain et d’une élégance plus abordable. Rebecca Veuillet-Gallot le qualifie de " pendant nocturne, hivernal, du N° 5". Bien vu : c’est ce côté sombre d’Arpège qui me fascine et m’enchante. Aussi je m’approprie sans complexe ce grand féminin, mais rien qu’à la maison...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Absinthe

par , le 9 mars 2019 à 20:20

Somptueux, je crois que c’est le qualificatif qui lui convient le mieux.
Je l’avais senti il y a très longtemps, via un échantillon qui devait être périmé, et n’y étais pas retournée depuis. Mais en parcourant le site, en cherchant au hasard des grands classiques quel parfum pourrait remplacer mon fidèle Poison (que j’aime toujours mais qui m’incommode, trop de souvenirs plus ou moins bons liés à cette fragrance), je suis tombée sur Arpège et en vous lisant, je me suis dit "là, c’est lui, ne cherche pas plus loin."
Je l’ai donc commandé à l’aveugle - 100 ml, folle que je suis - toute fébrile en attendant le facteur, ravie qu’il arrive pile le jour de mon anniversaire, et après avoir religieusement débarrassé la boite noir et or de son cellophane crissant, sorti ce magnifique flacon, ôté le luxueux bouchon doré, je m’en suis timidement vaporisé la nuque et le cou. Et là... ah mon dieu. Somptueux, c’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit. Riche, opulent, d’une élégance, d’une beauté presque douloureuse. Quand et comment porter un tel parfum ? Non, je ne suis pas digne. Et puis au fil des heures, il évolue vers des notes plus intimistes, crémeuses et sensuelles, d’une incroyable féminité, qui finissent par le rendre un peu plus accessible, un peu moins altier.
Arpège m’a bouleversée comme l’avait fait le N°5 quand je l’ai senti pour la première fois, à l’âge de 16 ans. Je me souviens avoir pensé "mais comment est-il possible de créer de telles merveilles ??", moi qui ne connaissait que l’eau de cologne et les Eaux Jeunes. Je ressens la même chose avec Arpège : il est presque trop beau pour être vrai, d’ailleurs je n’ose même pas imaginer ce qu’était la version non retouchée ; je crois que je n’oserais jamais le porter.
Donc un grand merci à AuParfum et aux perfumistas, grâce à vous je viens de trouver mon nouveau Graal.
Et comme dirait Jicky : "vive l’odorat !"

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

S9

par , le 9 février 2019 à 08:00

Une anecdote concernant Arpège que Simone Veil a racontée dans son autobiographie "Une vie" en 2009 (je ne l’ai pas encore lue, mais cette anecdote est extraite d’un long article ) : en 1944, Simone est arrêtée par la Gestapo comme le reste de sa famille ; direction le camp d’Auschwitz-Birkenau, après un voyage infernal dans un wagon à bestiaux, avec sa mère et sa soeur. Elle a 16 ans ...odeur épouvantable au coeur de la nuit, les gardiens qui hurlent, les femmes qui sont dépouillées de leurs affaires. Une amie avait dans son sac un flacon d’Arpège. Pour ne pas l’abandonner, les adolescentes s’aspergent jusqu’à la dernière goutte. En souvenir, Simone Veil gardera toute sa vie dans sa salle de bain, comme un talisman, un flacon d’Arpège. Cette même nuit ces femmes seront tatouées à la chaîne sur le bras gauche.

Un peu plus loin on apprend qu’elle appréciait Must de Cartier. Son parfum signature ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 9 février 2019 à 10:37

Quelques gouttes de frivolité salvatrice au cœur de l’enfer... Merci pour ce partage.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 9 février 2019 à 18:46

C’est exactement ça Duolog : un peu de beauté dans un monde déshumanisé.
Le plaisir du parfumage dans l’horreur de ces lieux.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 février 2019 à 19:51

Je crois que son prénom s’écrit "Simome".

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 11 février 2019 à 07:28

Vous me faîtes rire Nez Inexpert !
Eh oui, je pense qu’elle était 100% naturelle. Pas de -one de synthèse chez elle ^^
Quand j’étais enfant je la trouvais "vieille mamie au chignon" , bref pas terrible, alors c’était une très belle femme.
C’est d’ailleurs sa beauté qui l’a sauvée dans les camps. Une matrone polonaise lui ayant dit qu’elle était trop jolie pour effectuer certaines tâches ingrates, elle a été déplacée dans une autre structure.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 janvier 2019 à 16:08

Bonsoir,
J’ai à nouveau testé ce parfum et sur moi, c’est terrible : il me donne la nausée. Il s’installe sur ma peau, se place et là j’ai mal au cœur. Quand je pose mon nez dessus, j’adore ses notes, il est très plaisant mais le sillage me semble n’être fait que d’ylang ylang sur moi. Je pense que c’est cette note qui ressort sur moi. Puis au bout de 3h environ, plus rien, le parfum a disparu, tout rabougri. Cela fait la même chose sur certains d’entre vous ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 janvier 2019 à 16:44

Bonjour,
Chez une de mes collègues, Arpège est vraiment très agréable : un bouquet fleuri et savonneux, assez présent, qui me rappelle mon enfance, quand les savons Camay étaient prisés (et leur parfum était un dérivé d’Arpège, rançon de la gloire).
J’ai retrouvé cet effet avec Héliotrope de Molinard, un autre flashback dans une salle de bain aux accessoires oranges.
 ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 janvier 2019 à 01:07

Je ne connais pas ce parfum de Molinard. N’est il pas un peu monotone du coup ?
Mais si je le trouve je le sentirai ! Merci :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 janvier 2019 à 10:00

Bonjour,
Monotone, c’est une affaire de goût. De nombreux parfums de niche ne sont que des mélanges de quelques bases et de beaucoup beaucoup de bavardages.
Héliotrope est un très beau parfum fleuri, radicalement féminin pour mes narines, un beau bouquet propre.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 janvier 2019 à 11:07

D’accord, trop drôle ! Tant que le bavardage n’a pas trop vent d’ylang, ça me va ;)
J’y jetterai une narine alors ! Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me répondre. Que de choses à découvrir quand on vous lit tous. On a juste envie de tout sentir.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 janvier 2019 à 17:10

Bonsoir,j’ai acheté ce parfum pour ma collection,au vu de son aura auprès des réactions,mais comme ce sont les aldéhydes qui le composent le plus,ensuite viennent l’ylang-ylang,le jasmin et d’autres matières par la suite,l’ensemble me parait également un peu léger.
Le résultat d’une reformulation s’en est faite sentir ( au sens propre comme au figuré ).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 janvier 2019 à 21:08

Bonsoir,
peut être je peux vous aider. Mon flacon de edp date de fevrier 2015.
Quand je le porte j’ai impression d’être assis dans un gateau d’anniversaire rempli de la crème au beurre. Il est si épais que le sillage me semble opaque. Le bouquet floral aldehydé dans lequel ylang clairement domine est assis sur un lit interminable de santal vanillé. J’ai sente aussi le coriandre et une petite touche de noix de coco. Texture est presque grasse, quelque part entre le velour, daim et de la fourrure. Les testeurs torturés dans le parfumeries me semblent avoir du cuir dans le fond. Tenue est de 10-12 h sans aucun problème, sur les vetements, qui sait ?
Le seuls qui peuvent s’approcher au niveau de consistence parmis des aldéhydés historiques sont First de Van Cleef & Arpels et Gold d’ Amouage. Tous les autres que j’ai eu plaisir d’essayer sont plus transparents.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 janvier 2019 à 01:02

Vous sentez bien l’ylang aussi alors ? Par contre moi le reste est peu présent sur ma peau. Sur les vêtements, je vais tenter. Merci Anna pour l’idée de First. Je me rappelle vaguement sa senteur et dans mes souvenirs c’est proche de Arpège, peut être un peu plus sucré, mais plus certaine, ça date ! Je penserai à lui rendre visite ;). En espérant que l’ylang soit moins présent. Il faut que je me méfie des parfums avec de l’ylang moi....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 janvier 2019 à 02:12

Pour moi, à peu près la même chose, à ceci près qu’il me colle mal... au nez !

Je commence à me soupçonner incapable de percevoir pleinement les aldéhydes parce que chaque fois qu’ils occupent le devant de la scène dans un parfum j’ai aussitôt l’impression qu’on vient de me passer les sinus au papier de verre. Ou qu’un sadique particulièrement obsessionnel vient de me souffler des grains de sable en pleine figure après les avoir soigneusement passés à la laque pour cheveux.

Sur le papier, Arpège est fait pour moi, et de fait, s’il n’y avait pas cette tête d’oubli de fer à repasser sur un col raidi à l’amidon, il me rendrait très heureuse... Je le porte parfois, quand je suis toute de noir vêtue, et je passe ma journée à me sniffer d’un air assez dépité chaque fois qu’une vapeur florale monte de mes vêtements. Au bout d’un moment, le cinglé du bac à sable a rangé sa pelle et son seau, mais ça pique encore un peu, quand même.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Chanel_5

par , le 22 novembre 2018 à 16:57

Très beau floral aldéhydé, il me fait penser au n°5, je le préfère même un peu, le santal et la pêche apportent quelque chose en plus. Je suis contre l’idée qu’il y ait des parfums de "vieille", l’élégance n’a pas d’âge.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

cabochabanita

par , le 13 novembre 2017 à 10:16

Habanita j’ai également beaucoup de mal avec ce concept de "tu sens la vieille" assez récurent. À chaque fois ça me fait bondir ! Généralement pour ma part c’est suivi d’un "mais ça te va bien" (merci...?)
Pourtant avec un peu de temps ces mêmes personnes finissent souvent par être séduites. C’est attristant..

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

cabochabanita

par , le 12 novembre 2017 à 16:32

Je me pose des questions ; Arpège a totalement disparu de toutes les parfumeries où j’ai mis les pieds récemment. N’est-ce que dans ma petite ville de province ou bien y a-t-il anguille sous roche ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 12 novembre 2017 à 16:41

Bonsoir,
Dans les parfumeries généralistes, les références et les marques perdent leur métrage de linéaire si elles n’ont pas une rotation minimale, et donc un seuil de rentabilité.
La politique actuelle en vigueur est de vendre vite et beaucoup, dès lors un parfum comme Arpège n’intéresse quasiment plus. A part quelques fidèles, qui s’en soucie ? Je ne cautionne pas cette attitude, mais vous trouverez plus facilement ce genre de parfum en ligne dans un moyen terme. Ensuite, les fabricants pourront en justifier l’arrêt total.
La parfumerie a été un art.
C’est juste un business.
Il vaut mieux ne pas être sentimental ni nostalgique... Et être capable de tourner la page.
De nombreuses marques françaises qui ont marqué l’histoire repositionnent leurs activités. Chanel a bien défiguré son N°5, alors les autres...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 12 novembre 2017 à 19:04

Bonsoir Cabochabanita,

Je vis dans une petite ville de province aussi, pour le moment Arpège est toujours vendu sauf que parfois il faut le demander (il est dans un tiroir hors de la vue du public...)
Je l’ai porté la semaine dernière et une collègue passionnée de parfums (sucrés) a trouvé que mon parfum sentait la vieille ! Dans la mesure où elle aime la Petite robe noire, j’ai pris sa remarque pour un compliment. Je préfère sentir la vieille poule de luxe plutôt que la strip-teaseuse cheap :))

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 12 novembre 2017 à 19:21

Bien dit !
 ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 12 novembre 2017 à 23:30

Un compliment, c’est clair.
On ne veut pas être complimenté par n’importe qui non plus ;-)
Ma pharmacienne complimente régulièrement mes parfums, elle a une faiblesse pour des aldéhydes et la mousse de chêne, de l’age de ma mère, mais une femme que j’apprécie. Et j’ai contaminé une autre avec l’Heure Bleue et Apres l’Ondée, elle aimait particulièrement l’odeur d’une crème Nuxe... Si la personne qui montre l’intérêt pour une odeur particulière (au la parfumerie en général) et si elle a suffisamment d’ouverture d’esprit, il n’est pas difficile la pousser de, hm, coté obscur de la force. Oh, zut, je voulais dire coté obscure des étagères en parfumeries.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 13 novembre 2017 à 10:01

Merci pour vos réponses qui ne me rassurent que très moyennement sur l’avenir d’Arpège...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Adina76

par , le 8 février 2017 à 14:37

Excusez-moi Tamanoir malicieux. Le correcteur automatique me joue des tours et j’ai écorché votre pseudo.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

tamanoir malicieux

par , le 8 février 2017 à 12:32

C’est un des meilleurs féminins que j’ai flairés. Mais je l’offrirais pas à ma meuf, il est beaucoup trop mature, sérieux, autoritaire. Je l’offrirais plutôt à Angela Merkel par exemple.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 février 2017 à 14:32

Bonjour Tamino malicieux,
Elle en aurait de la chance, Angela et c’est fort dommage pour votre "meuf". Votre remarque est bien dure pour un jus que vous reconnaissez être un des meilleurs que vous ayez jamais flairés. Je trouve qu’il est parfois intéressant de sortir des a priori et si Arpège vous a tant plu, pourquoi priver les personnes qui vous sont chères de votre belle découverte ? En ce qui me concerne, les plus beaux cadeaux que j’ai reçus sont ceux vers lesquels je ne serais pas spontanément allée mais qui m’ont ouvert de nouveaux chemins. Bien sûr, il y a eu des loupés mais aussi de belles surprises et rien que pour celles ci, les tentatives heureuses et moins heureuses valaient toutes le coup !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nymphomaniac

par , le 19 août 2015 à 23:25

J’ai dégoté un très ancien flacon de ce Arpège (7,5 ml, scellé, mais évaporé au tiers...) et après les 1 à 2 premières minutes où je sens basiquement une sorte de vinaigre périmé et très âgé qui pue, j’ai ensuite une bouffée de muscs (des vrais, qui viennent d’animaux !!) absolument démentielle. MKK peut aller se rhabiller...

Mais surtout, après cette poussée tonitruante de muscs, au bout de 2 heures, le parfum s’assagit un peu et dégage alors quasiment la même odeur que mes vieux extraits du N°5 : c’est (encore) un peu plus musqué peut-être, un peu moins poudré (moins d’iris ?) mais presque autant "jasminé" (alors que les muscs écrasent tout avant). Mais franchement, peu de différences au bout du compte. Du coup, je me demande si je ne vais pas le vaporiser avant le N°5 contemporain, pour mieux asseoir ce dernier...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 août 2015 à 12:58

Essayez de dénicher un vieux My Sin de Lanvin. MKK et compagnie font vraiment très pâle figure à côté de celui-là. Qui cache pourtant ses vices derrière des aldéhydes. Arpège est le soeur beaucoup plus policée de cette gourgandine nue sous ses fourrures, cette duchesse qui vient tout juste de fauter dans l’ombre...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Adina76

Adina76

a porté Arpège le 31 décembre 2019

Nectars favoris : Ysatis, Calèche, Chamade, Miss Dior (l’originale), Misia, Arpège, Cabochard, Paloma Picasso, Mon Parfum chéri, Fidji, l’Air du Temps Mes regrets : Nina (1986), Fleurs de fleurs, l’Or (...)
Sa note :
Adina76

Adina76

a porté Arpège le 22 décembre 2019

Nectars favoris : Ysatis, Calèche, Chamade, Miss Dior (l’originale), Misia, Arpège, Cabochard, Paloma Picasso, Mon Parfum chéri, Fidji, l’Air du Temps Mes regrets : Nina (1986), Fleurs de fleurs, l’Or (...)
Sa note :

Ninlil

a porté Arpège le 26 mars 2019

Farnesiano

Farnesiano

a porté Arpège le 24 octobre 2018

Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 25 avril 2018

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 9 novembre 2017

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 4 août 2017

Sa note :
Habanita

Habanita

a porté Arpège le 21 mai 2017

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 19 avril 2017

Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté Arpège le 10 avril 2017

Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 16 décembre 2016

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 16 octobre 2016

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 7 octobre 2016

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 11 septembre 2016

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 23 juillet 2016

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 23 juin 2016

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 16 avril 2016

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 25 mars 2016

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 18 février 2016

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 15 janvier 2016

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 13 décembre 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 30 novembre 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 7 novembre 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 13 octobre 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Arpège le 4 octobre 2015

Sa note :
dau

dau

a porté Arpège le 8 septembre 2015

Une mise à jour du profil était nécessaire... Que dire, en fait ? Que j’aime les parfums qui me tiennent lieu de poésie et me racontent des romans. Et que je passe de l’un à l’autre comme un acteur (...)
Sa note :
macis

macis

a porté Arpège le 3 mars 2015

dau

dau

a porté Arpège le 24 février 2015

Une mise à jour du profil était nécessaire... Que dire, en fait ? Que j’aime les parfums qui me tiennent lieu de poésie et me racontent des romans. Et que je passe de l’un à l’autre comme un acteur (...)
Sa note :
PalomaLanuit

PalomaLanuit

a porté Arpège le 15 février 2015

Lillia

a porté Arpège le 20 octobre 2014

Hermeline

Hermeline

a porté Arpège le 16 septembre 2014

Néophyte mais curieuse, un peu boulimique olfactivement parlant mais cela passera (mon compte en banque l’espère !), j’aime le monde de la parfumerie. Vivant cependant à Montréal, beaucoup de trésors (...)

à la une

Acorelle

Acorelle

Plus de 10 ans que nous œuvrons pour respecter la nature environnante du Sud-Ouest tout en lui rendant hommage avec des cosmétiques naturels et certifiés bio.

en ce moment

Absinthe a commenté Cabochard

il y a 9 minutes

Après deux jours et deux nuits avec Cabochard 2019, flacon carré au petit noeud en tissu noir :(…)

hier

Merci beaucoup pour votre bienveillance qui me touche énormément. J’en avais presque les larmes(…)

Absinthe a commenté Mitsouko

il y a 2 jours

Mitsouko (dit-elle en soupirant avec des coeurs plein les yeux).... quand l’alchimie se fait,(…)

Dernières critiques

Splendiris - Dusita

Lueur poudrée

Fleur d’oranger & Lilas délicieux - 100Bon

Comme une fleur d’oranger bleu clair et crue

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Paris Parfums

Paris Parfums

Toulon (83)

Le boudoir de Jeanne

Le boudoir de Jeanne

Liège (04)

Parfumerie Burdin

Parfumerie Burdin

Paris (75)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019