Auparfum

Ateliers parfums sur-mesure : 5 formules (vraiment) au banc d’essai

par , le 30 octobre 2019

Auparfum a testé cinq ateliers pour créer son propre parfum sur-mesure, et vous livre ses impressions sur l’expérience vécue, ainsi que son verdict sur le résultat olfactif

Quand on songe qu’un parfum sur-mesure peut coûter jusqu’à 50000 euros à son commanditaire lorsqu’il est réalisé par le parfumeur d’une grande maison – Cartier ou Guerlain, par exemple – on peut raisonnablement se dire qu’il s’agit d’un luxe réservé à une poignée d’élus. Pourtant, depuis quelques années, le parfum étiqueté « sur-mesure » semble se démocratiser. Des initiatives largement plus abordables fleurissent, nous proposant d’obtenir une composition non seulement unique, mais dont on serait soi-même le créateur. Une perspective réjouissante pour les passionnés de parfums, les adeptes du do it yourself… et tous les curieux qui ont envie de mettre la main à la pâte et de jouer quelques heures aux apprentis parfumeurs. Mais derrière leur revendication commune de « parfum sur-mesure », ces formules proposent des expériences finalement assez différentes. Auparfum en a testé cinq, et évalué à l’aveugle les parfums créés. Voici notre banc d’essai.

L’Atelier des Parfums de Molinard

La promesse :
« Expérimentez les gestes du parfumeur et créez votre parfum sur-mesure »

L’expérience :
C’est à l’arrière de la boutique parisienne de Molinard que se déroule l’atelier, dans un espace dédié pouvant accueillir jusqu’à 20 personnes. On s’installe autour d’une table sur laquelle un plateau tournant met à disposition 90 « essences » : proposées en dilution dans l’alcool à 15% environ, certaines sont des matières premières naturelles, d’autres des molécules de synthèse, et d’autres encore sont des bases (des accords réalisés à l’aide de plusieurs ingrédients naturels et/ou synthétiques, par exemple « musc » ou « thé vert » ).
L’animatrice nous invite à découvrir librement les essences avant d’en choisir une douzaine pour composer notre parfum : environ 3 pour les notes de tête, 3 pour le cœur et 6 pour le fond. On discute du choix des ingrédients avec elle, puis elle détermine les proportions dans lesquelles il faudra les employer pour obtenir un résultat harmonieux. Pour le mélange final, c’est à nous de jouer : muni de pipettes graduées qui permettent de mesurer les volumes ajoutés, on remplit notre flacon de 50ml à l’aide des différentes essences selon les proportions indiquées, impossible de se tromper ! Outre le flacon, on repart avec un « diplôme d’initiation » qui attribue un numéro unique à notre création et à sa formule, qui pourra ainsi être commandée à nouveau.

On a aimé :
La possibilité de découvrir et d’utiliser quelques matières premières brutes dont certaines, comme la rose, le jasmin ou la tubéreuse témoignent par leur provenance de l’ancrage grassois de Molinard.
On a moins aimé :
Un seul essai est possible ! Il faut donc bien choisir ses notes… et faire confiance à l’animatrice qui déterminera les proportions de notre formule.

Infos pratiques :
L’Atelier des Parfums à la boutique Molinard
72, rue Bonaparte, 75006 Paris
89 euros l’atelier de 90 minutes + le flacon de 50ml
Également disponible à Nice et à Grasse (69 euros/60mn)
Molinard.com

Atelier « Création de parfum » de Cinquième Sens

La promesse :
« Initiez-vous à la formulation et créez votre propre fragrance »

L’expérience :
Institution respectée en matière de création, d’animation, de conseil et de formation dédiée au parfum, Cinquième Sens propose au public un atelier de groupe de 3 heures où les participants formulent leur parfum, mais pas seulement. Quelques principes de base sont expliqués par l’animateur en guise d’introduction : évaluation d’une odeur selon sa puissance et sa ténacité, définition des notes de tête/cœur/fond, familles olfactives, et même quelques conseils pour bien manipuler ses mouillettes !
Chaque participant dispose d’un Olfactorium, une boite contenant 19 fioles représentant toutes les « facettes » possibles d’un parfum selon la classification Cinquième Sens : hespéridée, aromatique, marine, épicée, ambrée… chacune est capturée dans un accord (assemblage de plusieurs matières premières) qui permet d’en saisir l’esprit. La découverte de ces notes se fait de manière collective et ludique, parfois avec le support de sons ou d’ambiances visuelles, chaque facette étant illustrée par un montage de visuels publicitaires qui permet d’y associer les parfums du marché les plus emblématiques. Enfin, la dernière heure est consacrée à la formulation d’un parfum à partir des 19 facettes disponibles, selon un système de gouttes qui permet même aux moins matheux de moduler facilement les proportions de chaque ingrédient, dans la limite de 4 essais. L’animateur passe parmi les participants pour évaluer leurs créations et les guider si besoin. À la fin de l’atelier, on recopie au propre la formule gagnante, et Cinquième Sens nous envoie sous une petite semaine, par Colissimo, 30ml de notre création.

On a aimé :
L’approche pédagogique qui conjugue la découverte olfactive des différentes facettes à quelques notions d’histoire et de culture du parfum, dans une ambiance agréable et propice à la discussion entre les participants.
On a moins aimé :
Seuls des accords permettent de découvrir les différentes facettes : aucune matière première isolée à disposition.

Infos pratiques :
Atelier Création de parfum, Cinquième Sens
18, rue de Monttessuy, 75007 Paris
140 euros l’atelier de 3 heures + le flacon de 30ml
cinquiemesens.com

L’Atelier Découverte de The Alchemist Atelier

La promesse :
« Accompagné par nos parfumeurs alchimistes, vous plongerez dans une expérience inédite au sein de notre atelier parisien. Vous découvrirez notre répertoire de parfums et apprendrez à manier notre Générateur de Parfum pour composer votre parfum sur mesure. »

L’expérience :
En plein centre de Paris, la vitrine de la boutique de The Alchemist Atelier aimante pas mal de curieux. Le fleuron du concept de cette jeune marque s’y expose : Scent Creator, une machine et son application dédiée, qui permettent de créer une formule, de la moduler, et de la fabriquer en quelques clics.
Animé lors de notre visite par une jeune femme parfumeur (formée à l’ESP - École supérieur du parfum) et réunissant 4 participants maximum, L’Atelier Découverte débute par l’évaluation des ingrédients exclusifs de la marque, tous composés par la société de composition IFF : 16 « bases » (des assemblages complexes de plusieurs ingrédients qui constitueront la trame du parfum) et 18 « accords » (des assemblages plus simples qui permettent d’habiller cette trame et de la facetter). Après avoir rempli un questionnaire permettant au parfumeur de cerner nos goûts et nos envies, ce dernier nous accompagne dans la découverte des ingrédients à disposition, qui couvrent tout le spectre des familles olfactives. On est enfin invité à choisir ceux que l’on préfère, dans la limite de 12 : chacun est disponible sous forme de cartouche (genre cartouche d’imprimante) que l’on charge dans le Scent Creator. L’application permet alors de visualiser la combinaison d’ingrédients choisis sous forme de diagramme, de mosaïque ou de formule classique, et d’en ajuster facilement les proportions. Une fois satisfait, il suffit d’un clic pour que la machine réalise toute seule le mélange : en quelques minutes, le premier essai est prêt à être senti. On peut en faire deux autres. A la fin de l’atelier, on repart avec 20ml de celui que l’on préfère.

On a aimé :
La qualité de l’accompagnement, tout au long de l’expérience, par un vrai parfumeur, capable de répondre précisément à toutes nos questions.
On a moins aimé :
Le côté gadget du Scent Creator, qui en comblera certains autant qu’il en frustrera d’autres… et notamment ceux qui aimeraient manipuler les ingrédients.

Infos pratiques :
Atelier Découverte, The Alchemist Atelier
36, rue Étienne Marcel, 75002 Paris
79 euros l’atelier d’1h30 + un flacon de 20ml
thealchemistatelier.com

L’atelier « Découverte Parfumée » du Studio des parfums

La promesse :
« Venez créer votre parfum sur mesure »

L’expérience :
Dans sa boutique du Marais, Le Studio des parfums compose des fragrances pour des marques et anime également des ateliers de création de parfum pour les particuliers. Lors de ces derniers, qui se déroulent en petits groupes, les clients composent à partir de 180 notes (accords de plusieurs ingrédients) exclusives, créées par le Studio des parfums en partenariat avec le parfumeur grassois Galimard.
La séance démarre par un rapide entretien avec le conseiller-parfumeur qui sera présent tout au long des deux heures : quelques questions lui permettent de cerner nos goûts, d’esquisser l’univers du parfum que l’on souhaite créer et de nous aiguiller dans la sélection des notes qui le composeront. Chacun peut aussi naviguer librement parmi les 180 notes, qui sont proposées en dilution dans l’alcool. Puis on commence à formuler, depuis la base de la composition : une fois terminée la sélection des notes de fond (environ 5), le conseiller-parfumeur en détermine les proportions. À l’aide d’une pipette graduée, on réalise soi-même le mélange, on le sent avec lui sur mouillette, puis il nous aide à l’ajuster si besoin. Une fois que le fond nous satisfait, on procède de la même façon pour le cœur, puis la tête, jusqu’à avoir mélangé 50 ml au total.

On a aimé :
La grande variété de notes à disposition et la présence de quelques accords particulièrement « modernes » (bois ambrés, fruits rouges, oud…) ou au contraire plus « rétro » (ambre style 83, aldéhydes, note de tabac blond…) permettent de taper dans tous les registres de la parfumerie. Et le nombre d’essais n’est pas limité.
On a moins aimé :
Parmi les 180 notes, aucune matière première brute !

Infos pratiques :
Découverte parfumée, Le Studio des parfums
23, rue Bourg Tibourg, 75004 Paris
140 euros pour une séance d’1h30 à 2h et un flacon de 50ml
studiodesparfums-paris.fr

L’expérience en ligne de Sillages Paris

La promesse :
« Créez votre parfum personnalisé, formulé par nos parfumeurs à partir des plus beaux ingrédients, selon vos goûts ».

L’expérience :
Quelques clics suffisent pour démarrer l’expérience Sillages. Quatre questions préliminaires nous demandent d’indiquer si le parfum visé est 1/ pour moi ou un proche, 2/ si on préfère le créer sur le site ou aux ateliers de la marque à Paris (nous avons donc choisi la première option), 3/ si l’on souhaite qu’il soit doux, intense ou peu importe, et 4/ si l’on préfère trouver notre formule à partir du parfum que l’on porte ou de nos ingrédients favoris (nous avons opté pour cette deuxième possibilité).
Avec son esthétique pop et colorée, la mosaïque de photos parmi lesquels nous avons pour consigne de « sélectionner 3 à 6 ingrédients » a tout pour plaire. Fleur d’oranger, lait, gin tonic, notes vertes… À défaut de pouvoir les renifler derrière notre écran (ce qu’il est, en revanche, possible de faire à l’adresse parisienne de la marque, gratuitement et sans obligation d’achat), les 60 propositions nous inspirent : elles allient des ingrédients bruts et des accords, qu’on a hâte de pouvoir mélanger à notre guise. Mais à peine a-t-on cliqué sur « Ambre » qu’une partie des autres propositions s’évaporent : « des ingrédients ont disparu car ils ne font pas partie des formules créées par nos parfumeurs pour aller avec votre sélection », peut-on lire sur l’écran. On choisit « Vanille », et rebelote : d’autres ingrédients disparaissent, et nous n’avons plus que 20 options… qui se réduisent encore à 9 lorsqu’on ajoute « Fève Tonka ». On clique alors sur « Voir mon parfum ». Un message nous fait patienter : « des parfumeurs créent votre sillage ». Et il faut croire qu’ils travaillent vite : en quelques secondes, la page « Votre sillage » s’affiche. On y découvre son profil olfactif (pour nous : « oriental, puissant, mixte ») et on y apprend que « notre parfumeur a ajouté des ingrédients secondaires pour équilibrer votre parfum », donc que les notes que l’on a choisies ne seront pas les seules dans le flacon. Encore quelques clics pour recevoir ce dernier à la maison sous quelques jours, en format 50ml ou 15ml, accompagné de deux échantillons. Satisfait ou remboursé.

On a aimé :
L’originalité d’une approche de conseil parfum basée uniquement sur les ingrédients, et la rapidité de l’outil : en 15 minutes, la commande est passée !
On a moins aimé :
Entre « créer » (un parfum de toutes pièces) et « trouver » (une formule déjà existante)… il y a un monde : c’est celui qui sépare un parfumeur d’une conseillère de vente ! Sillages cultive une certaine ambiguïté dans son discours, qui engendre pour nous une petite déception : on pensait pouvoir imaginer notre propre parfum. Mais ce que propose l’algorithme de Sillages, c’est un arbre de décision basé sur les ingrédients pour nous aiguiller vers l’un des parfums de la marque (qui nous a précisé en avoir plusieurs centaines). Du conseil personnalisé, certes, mais pas de la création.

Infos pratiques :
Atelier Sillages, 5 rue de Charonne, 75011 Paris
Sur rendez-vous, sans obligation d’achat
83 euros les 50ml, ou 28 euros/15ml
ou en ligne sur sillagesparis.com

Verdict

Le blind test
Après avoir fait l’expérience des 5 ateliers, j’ai réuni plusieurs membres de la rédaction d’Auparfum pour leur faire évaluer, à l’aveugle, les 5 parfums que j’ai créés. Et même 6, puisque j’ai glissé dans la sélection un parfum commercialisé : Ambre de Molinard, une fragrance emblématique de l’univers oriental qui m’a en quelque sorte servi de benchmark pour toutes mes créations, de sorte qu’il soit possible et pertinent de les comparer entre elles.
Par ailleurs, ce parfum constituait un étalon incognito pour évaluer la qualité et l’adéquation au brief des cinq autres.

Premier constat : à l’unanimité, tous les parfums créés dans le cadre de ces ateliers ont été jugés moins bons que le benchmark. À l’aveugle, le palmarès des rédacteurs correspond presque exactement à celui que j’avais moi-même établi.
Globalement, le parfum qui se distingue comme le préféré est celui du Studio des parfums, qui malgré une esthétique jugée « savonneuse » et « un peu vieillotte », révèle un sillage ambré, plutôt bien construit, aux accents old school de tabac.
Il est talonné par celui de Molinard qui, s’il n’a pas séduit tout le monde par son côté un peu classique - dû notamment aux aldéhydes et à la lavande qui lui donne un départ fougère - , a démontré une présence et une puissance tout à fait honorables, contrairement au parfum créé chez Cinquième Sens, dont le sillage oriental épicé a paru bien maigrichon à côté : après un joli départ aux notes de cannelle et de fruits liquoreux, c’est la dégringolade, reste juste une note un peu grasse, jugée « faible et un peu dissonante »...
Si le parfum commandé suite à l’expérience en ligne Sillages Paris est réussi techniquement, il ne répond en revanche pas vraiment à la demande de quelqu’un qui, ayant sélectionné l’ambre, la vanille et la fève tonka, s’attend à recevoir un oriental… et non pas un « cuir safrané » aux accents poudrés et aux relents de « voiture neuve », qui a été perçu comme hors sujet.
Enfin, le parfum créé chez The Alchemist Atelier a laissé les rédacteurs pour le moins perplexes. Lui aussi a été jugé « totalement hors sujet », avec sa forme assez floue et une esthétique assez lisse, commerciale et masculine, où pointent des tics agaçants de la parfumerie contemporaine, comme des notes fruitées et boisées ambrées.

En conclusion
C’est sûr, il est tentant de penser que l’on peut composer un parfum soi-même… et ces ateliers fournissent la preuve que c’est possible. Mais le métier de parfumeur est si complexe que prétendre en donner un aperçu en quelques heures exige de le simplifier considérablement. Les intéressés eux-mêmes commencent seulement à le maîtriser après de longues années au contact des plusieurs milliers d’ingrédients qui constituent leur palette, à composer encore et encore, et surtout à tirer les leçons de leurs nombreux ratés. La formulation d’un parfum destiné à être commercialisé peut durer plusieurs années, et comporte une part irréductible d’imprévisible, même pour les créateurs les plus aguerris. Et c’est d’ailleurs là que réside un peu de la magie de ce métier où la science n’est jamais totalement souveraine !

Dans ces ateliers « sur-mesure » où les parfumeurs sont amateurs et le temps de création réduit à quelques heures, on cherche légitimement à limiter le risque que le client reparte avec un parfum totalement raté – un risque qui avoisinerait les 100% si on donnait à un amateur les clés d’un vrai laboratoire ! D’où l’utilisation quasi exclusive de « bases », assemblages harmonieux de plusieurs matières premières, qui permettent de construire un parfum par blocs complexes plutôt que facette après facette comme le ferait un parfumeur, et l’impératif que les différentes bases proposées par un même atelier s’accordent toutes bien entre elles – ce qui implique forcément de les « lisser » un peu au moment de leur création, pour éviter les dissonances… Difficile, dans ces conditions de créer un parfum au caractère réellement singulier, qui crée la surprise, ou suscite une réelle émotion. Mais finalement, est-ce vraiment le sujet ? Pour nous, l’attrait principal de ces ateliers réside moins dans le parfum qu’ils permettent de créer que dans l’expérience qu’ils proposent : quelques heures en immersion dans un monde d’odeurs, une opportunité rare pour la plupart d’entre nous…

Quant à ceux dont la motivation première serait d’acquérir un vrai parfum, un parfum « qui se tient », mieux vaut sans doute poursuivre sa quête dans les rayons des parfumeries. C’est encore là qu’on a le plus de chances de trouver des fragrances conjuguant une forme olfactive aboutie à une exécution maîtrisée. Et qu’on peut espérer ressentir cette émotion rare, magique et inexplicable qui survient lorsqu’un parfum entre en résonance avec nous. Lorsque cela arrive, on peut avoir l’impression d’une rencontre : pas seulement avec l’odeur elle-même, mais avec le créateur qui l’a portée dans son esprit puis est parvenu à la mettre au monde, dans un univers sensible où elle peut toucher son public. Qu’on se le dise : parfumeur, c’est un métier !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 3 novembre 2019 à 13:06

Je suis allé chez Molinard faire l’Atelier des parfums et j’ai trouvé que c’était très honnête. En effet on a la possibilité d’avoir des essences brutes, il n’y a pas que des mélanges déjà prêts et ça permet de se rendre compte de toute la difficulté d’élaborer un parfum ! Il est impossible d’arriver à une formule complexe mais si on cherche de la simplicité c’est tout de même assez chouette de repartir avec sa formule que l’on peut recommander par la suite et ce à vie ! En plus je voulais rectifier ma formule et on peut le faire sans problème à condition de ne pas ajouter une essence qui ne faisait pas partie de la formulation initiale.
Et la qualité de tenue et de sillage est au rendez-vous donc très bon rapport qualité/prix.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 31 octobre 2019 à 19:29

Il y a quelques années, j’avais suivi une journée "découverte" chez Cinquième Sens dans leur locaux rue de Monttessuy.

Je me souviens avoir senti à cette occasion un véritable musc en grain ( une glande de chevrotain porte musc dans un bocal) conservé dans la collection de matière première de 5éme sens. Une expérience rare !
Nous étions aussi descendu à la cave de l’établissement (on y accédait par une trappe directement au plancher, à la manière des anciennes boutiques parisiennes) ; C’était une véritable caverne d’Ali Baba avec une impressionnante collection de parfums qui devait friser l’exhaustivité.

Sinon, pour revenir au sujet, ce type d’atelier de création de parfum à partir de bases pré-formulées, avec un nombre réduit d’essais, cela limite et contraint le résultat final. Mais, cela à l’avantage de simplifier le processus et d’être une bonne petite initiation sympa.

En général, la leçon de ce genre d’atelier est qu’il y a un abysse entre le concept de fragrance que l’on a en tête et ce que l’on obtient dans le flacon...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nez inexpert

par , le 30 octobre 2019 à 21:55

Quelqu’un a-t-il fait l’expérience des ateliers de Galimard à Grasse ou Eze ? Comme je projette d’y envoyer ma nièce, je souhaiterais savoir si cela vaut le coup ; en particulier si la parfumeuse se prête de bon gré à l’exercice ou si on sent qu’elle a d’autres chats à fouetter.

On lit décidément beaucoup de bien d’Ambre sur ce site. Je l’ai essayé en coup de vent, il faudra que j’y retourne.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Pionniers de la parfumerie de niche : Comme des garçons

Pionniers de la parfumerie de niche : Comme des garçons

En 1994, la maison de mode fondée par la styliste japonaise Rei Kawabuko lançait son premier parfum sous la direction artistique de Christian Astuguevieille. Le début d’une longue série de créations avant-gardistes, souvent été qualifiées d’« anti-parfums ».

en ce moment

il y a 6 heures

Je trouve votre analogie avec la musique très juste, Kouros, merci ! En effet, c’est toujours(…)

il y a 20 heures

Elisabethan Rose de Penhaligon’s ancienne version, celle de 1984. Pour moi la plus belle rose de(…)

hier

Bois précieux de Molinard (1995). Un boisé chaleureux développant sans excès sur un magnifique(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019