Auparfum

Aura

Mugler

Flacon de Aura - Mugler
Note des visiteurs : (16 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Instinct végétal

par , le 29 janvier 2018

Parmi les fantasmes qui gravitent autour du parfum, il y a cette idée de la fragrance capable de vous « augmenter », d’offrir aux yeux du monde une version de vous plus puissante, devant laquelle on ne saurait que s’incliner. Le corps parfumé serait révélateur et démultiplicateur de l’aura impalpable et invisible de la personne. (Maintenant, admirons ensemble l’invisibilité de l’aura rendue visible par l’invisible parfum…)

Thierry Mugler ayant passé sa carrière à maximiser la silhouette des femmes, à décupler en quelques sortes leurs pouvoirs, le choix du nom Aura pour le dernier parfum de la marque sonne plutôt juste. Il a par ailleurs l’avantage de renouer avec les noms en A, tout en étant court, identifiable et relativement compréhensible partout à l’inverse de son prédécesseur Womanity.

Comme la plupart des lancement de cette riche année 2017, Aura avait pour mission de réaffirmer les valeurs de la marque, renseigner la jeune clientèle convoitée sur son univers esthétique, poser le décor de l’identité olfactive. Qu’on apprécie ou pas les spécificités de cette maison, les éléments travaillés ici sont cohérents entre eux. Et la cohérence, c’est la prochaine grande révolution que l’on attend en parfum.

Aura est ainsi pourvu de réelles qualités olfactives : la tête camphrée et verte souffle sa texture de néoprène végétal dans les narines, esquissant un clin d’œil réussi au décor naturo-futuristique de la publicité, en droite lignée d’un Avatar de James Cameron. La suite semble annoncer un vrai Mugler, son volume emplit l’espace, comble les recoins, force l’attention. L’aura prend forme. La densité et la finesse du grain rappelle Alien, mais dont le Cashmeran aurait été remplacé par l’héliotropine.

Pourtant, pour les familiers de la maison, la fragrance a surpris. Pas parce qu’elle était trop audacieuse, non. Mais parce que passé l’entrée en matière déconcertante, le parfum semble évoluer dans une direction plus lisse et convenue, inhabituelle pour cette marque. La note végétale que l’on aurait souhaitée plus vigoureuse sur la durée, s’étiole sur un tapis amandé-vanillé au travers duquel une facette animale nous parvient un peu déformée et inachevée.

Concédons néanmoins à Thierry Mugler d’avoir vu un certain nombre de ses caractéristiques devenir, au fil du temps, la norme. La marque, adepte des powerhouses depuis sa création se fait aujourd’hui largement concurrencer sur le terrain du sillage et de la puissance, après que la parfumerie lui a emboité le pas sur Angel. À l’arrivée, la sensation générale reste positive. Aura a tout le potentiel pour plaire à son public, sans sombrer dans la facilité ennuyeuse. Les amateurs d’audace jusqu’au-boutiste, quant à eux, passeront peut-être leur tour pour cette fois.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 24 mai 2020 à 11:04

Acheté hier en EDT. Il est plus surprenant au final (j’ai été déçue lors de mon 1er essai) et frais. La face végétale ressort beaucoup plus. Il est idéal par ce temps ensoleillé.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 mars 2020 à 10:10

Les parfums mugler sont mes préférés

Il a une une super tenue avec une note medicinal, c’est se que j’aime

Je compte me l achete, je l’avais essayé en échantillon et quelle belle surprise

Les parfums mugler ont un avantage, xest la tenue

Je porte womanity, et je n’ai que des compliments

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Duolog

par , le 23 juillet 2019 à 20:32

Décidément les auparfumistes n’ont pas été tendres avec Aura. J’ai pourtant du plaisir à le porter, le soir, pour la détente par temps chaud. Sa verdeur vanillée est assez vivifiante et, si elle ne se tord pas en complexités "nichues", elle a le mérite d’être bien faite : pas de musc bon marché pour étirer artificiellement ce qui n’a pas à l’être, pas de notes boisées étranges qui vous perforent gratuitement les sinus jusqu’au tympan (ils sont bien cachés), mais plutôt un léger effet amandé sur ma peau derrière les premiers agrumes, qui se prolonge en lait vanillé après l’effeuillage des plantes aquatiques. L’ensemble prend aussi une tournure un peu poudrée après l’ouverture qui n’est pas déplaisante et se fond doucement sans laisser de traces de lessive.
En fait il y a beaucoup de choses à apprécier dans ce parfum, si l’on n’en attend pas une révolution olfactive : il est "bien fait", pas prétentieux, "mainstream" mais pas totalement avec sa touche camphrée, gourmand sans être agaçant par temps chaud... Par les temps qui courent, on peut se demander si ces qualités ne sont pas de vraies originalités, dans cet océan de parfums plus ou moins bien bricolés...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 décembre 2018 à 01:30

Angel = AMen
L’ultra sensuel Alien = Alien pour homme raté, ou est le Jasmin enivrant ?
La douceur Innocente =ou est l’ardent Coupable ?
Womanity Marine = Ou est Humanity, terrien forestier ?
Aura : sève viscérale aussi féminin que mâlin ?
Quand est ce que Thierry comprendra qu’il créé de merveilleux parfums féminins et qu’il pourra assumer complètement de créer leurs pendants masculins ???
J’ai envie de mousse, de forêt , des noix , de poivre, du rhum de la sève et du miel ...
Moi je les attends avec impatience ...

j’allais oublié ... qu’il n’a plus besoin de créer d’unisexe !
Il nous a déjà offert la Cologne parfaite ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Fairy47

par , le 10 juin 2018 à 19:05

On ne doit pas avoir senti le même parfum... J’ai commandé récemment mon Habanita en eau de parfum, et dans le carton, plusieurs échantillons dont Aura. Méfiante, je l’essaye sur poignet juste avant ma douche. Bien m’en a pris !! Dès le début j’ai pensé « Quelle horreur ! Ça pue ! » (pardonnez-moi du terme), et vite vite, qu’une envie, m’en débarrasser !
Je l’amène alors, avec les autres échantillons, au boulot, espérant que l’un/e de mes collègues le prendra. Personne n’en a voulu, j’ai dû le laisser aux toilettes pour qu’il disparaisse !!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 11 juin 2018 à 21:11

J’avoue que ce n’est pas le coup de foudre.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 13 juin 2018 à 07:58

C’est le moins qu’on puisse dire !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 13 juin 2018 à 08:01

Je suis désolée, la suite de mon message n’apparaît pas...
Sur moi, les odeurs chimiques doivent se développer à l’envi, et mon nez ne le supporte pas !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nahéma

par , le 24 avril 2018 à 16:21

Il est vrai qu’en terme d’originalité, on reste sur sa faim après Angel et Alien. Je le trouve néanmoins agréable à porter (mais pas à sentir sur touche !) : l’accroche verte saisissante est fugace, puis on arrive sur un fond oranger vanillé moelleux. À cette étape, il me rappelle vraiment Classique de Gaultier. Rien de bien nouveau effectivement, mais c’est très efficace et plaisant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 février 2018 à 21:16

J’espère que ce sera un gourmand floral aussi beau, sophistiqué et réussit que Tubéreuses Castane de Lancôme.

La mode des affreux ouds, quelle horreur ! Ça n’a jamais été une note utilisée dans la parfumerie française classique ! Soyons réaliste ; Edmond Roudnitska, Ernest Beaux, Ernest Daltroff, Germaine Cellier, Bernard Chant, Guy Robert n’en auraient jamais voulu !

Les muscs blancs effectivement c’est pas terrible, ils ont remplacé les aldéhydes, jugées trop classiques, pour apporter de l’éclat aux compositions actuelles, malheureusement les muscs blancs n’ont pas l’élégance des aldéhydes, ça rend un parfum certes plus moderne, mais ça fait vraiment cheap !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Galate

par , le 18 février 2018 à 18:26

Beer Luc, la mode est un éternel recommencement. Nous avons eu la mode des parfums barbe à papa/guimauve /bonbon avec Angel et Alien, une décennie de parfums gnangnan sans silllage ni tenue pour complaire aux marchés japonais et US, la mode des muscs blancs, celle du oud.... Et re pour une nouvelle couche de sucrerie. En attendant le retour tant espéré des grands galbanum :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Chanel de Lanvin

par , le 17 février 2018 à 15:28

J’ai l’impression que la parfumerie actuelle dite < gourmande > se rallie à cette mode culinaire étalée partout dont ces émissions de télévisions et magasines divers nous abreuvant de recettes ultimes.
Le résultat est là : de la vanille pour tout le monde,et à la truelle svp !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 11 février 2018 à 17:00

Contrairement à d’autres, je n’ai pas du tout aimé l’ouverture, certes originale, mais qui a sur moi un effet "sirop contre la toux" rhédibitoire.
J’ai serré les dents et tenu bon le temps que ces notes médicamenteuses se calment, mais hélas la suite n’a pas vraiment été à la hauteur, trop douceatre.
Ajoutez à cela un flacon, heu ... discutable (le mot "ergonomie" ne fait manifestement pas partie du cahier des charges des parfums Mugler, d’une manière générale), et bon, voilà : j’aurais bien aimé l’aimer, mais franchement, non.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

helianthe

a porté Aura le 18 juin 2020

Sa note :

helianthe

a porté Aura le 14 juin 2020

Sa note :

helianthe

a porté Aura le 11 juin 2020

Sa note :

helianthe

a porté Aura le 9 juin 2020

Sa note :

helianthe

a porté Aura le 5 juin 2020

Sa note :

helianthe

a porté Aura le 28 mai 2020

Sa note :
Duolog

Duolog

a porté Aura le 23 juillet 2019

Sa note :

sublime balkiss

a porté Aura le 10 octobre 2018

Sa note :
IsauraScarlet

IsauraScarlet

a porté Aura le 28 février 2018

Jeune femme ayant nouvellement découvert une véritable passion pour les fragrances. Je suis en permanente quête d’odeurs dans l’espoir d’un jour, créer mon premier (...)
Sa note :
Dexter Marilyn

Dexter Marilyn

a porté Aura le 30 janvier 2018

Animatrice de beauté
Sa note :
aurelie_nwl

aurelie_nwl

a porté Aura le 30 janvier 2018

Sa note :
nini6377

nini6377

a porté Aura le 29 janvier 2018

Une amoureuse de parfums, mais tellement infidèle, tentée par ces appels de divines et multiples odeurs, je ne sais résister....que le péché sent bon !
Sa note :

à la une

Mugler voit la vie en rose bonbon avec Angel Nova

Mugler voit la vie en rose bonbon avec Angel Nova

Presque trente ans après la sortie du parfum mythique qui initia la mode des gourmands, Mugler en propose une nouvelle interprétation fruitée et colorée.

en ce moment

il y a 2 heures

Il est très joli, ce parfum. Effectivement, le fond manque un peu d’originalité, et je lui préfère(…)

il y a 14 heures

Une horreur, ce parfum... en tête les fruits rouges qui à mon nez ressemblent plutôt à une énorme(…)

il y a 19 heures

Quelle belle évocation du travail d’Olivia Giacobetti. Je trouve aussi Audacious assez éloigné de(…)

Dernières critiques

Bloom Ambrosia di Fiori - Gucci

Que ma joie demeure

Le Ciel - Floratropia

Beauté céleste

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019