Auparfum

Avec Métal Hurlant, Pierre Guillaume fait chauffer l’asphalte

par , le 29 septembre 2015

Pierre Guillaume a présenté le 6ème opus de sa Collection Croisière, qui avait été lancée au printemps avec Entre Ciel et Mer, Jangala, Paris Seychelles, Long Courrier, rejoints en juin dernier par Mojito Chypre.

Métal Hurlant propose une virée olfactive sur la Route 66 à bord d’une Harley, s’inspirant à la fois de l’odeur du chrome, de la peinture, des pneus, de l’essence et du cuir de la moto.

Il est décrit comme un « cuir aéro-dynamique électrisé par des muscs sensuels et animalisés ».

— -
160 €/100ml
110€/50ml

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Equipage

par , le 17 juin 2017 à 11:11

Quelle audace ! Même la climatisation est dans le flacon… Dans ce loft tempéré, la moto, encore chaude, est garée à proximité du salon en vieux cuir basane fauve. J’ai jeté mon perfecto sur le sofa, desserré ma cravate, ouvert mon col et me cale dans mon fauteuil club préféré entre un coussin de daim, un autre en velours de soie d’où se dégage un léger hespéridé fugace. La tête renversée, je vois la verrière au plafond, traversée par la lumière chaude du soleil. L’odeur de la récente peinture rouge nacrée métallisée de ma moto rejoint celles du chrome, d’essence et de gomme chaude. Une insolente fantaisie qui interpelle mon côté transgressif. Puis, discrètement d’abord, la douceur du daim et la souplesse de mon perfecto noir apportent un peu de rondeur qui devient peu à peu plus présente. Je me délecte de ce bouquet jusqu’au moment où je me redresse pour me servir un verre, le moment que choisit la peau pleine fleur du fauteuil pour se révéler : une matière confortable, épaisse et souple en même temps, lustrée par les années et les soins prodigués ; un cuir foncé, gras, l’odeur de son vécu finement fleurie par de délicats onguents attendrissants ses cicatrices. Un cuir masculin, rassurant, protecteur, constant.

La table basse est faite d’un ancien chariot d’usine : un épais plateau de bois brut sur un piètement d’acier rouillé et de grosses roues caoutchoutées bien graissées. A côté de la cave à cigares en ébène, la carafe en cristal est teintée d’ambre : je me sers un verre de vieux bourbon et m’enfonce à nouveau dans mon fauteuil.

Les yeux fermés, les sens en alerte, je savoure cette atmosphère curieusement polluée où le cuir impose son omniprésence empreinte d’une animalité sensuelle, peut-être même érotique ; mais pas sexuelle. Le cuir mutin, presque sauvage, des sacoches et du couvre-réservoir, mêlé de chimie, est apprivoisé par les notes plus propre de mon perfecto et des coussins, qui avec le cosy-douillet du salon cuir apporte à l’ensemble un confort enveloppant. En sourdine, une harmonieuse mélodie : des notes boisées, des notes d’alcool, de havanes (de fumée ?). Est-ce le velours du coussin qui libère cette note florale, ce silence subtilement poudré ? J’hésite à ouvrir les yeux, à porter mon verre à mes lèvres tant je crains de briser l’excellente sophistication de cet équilibre raffiné - sans être précieux – pourtant étrangement entre garage et club anglais. Sans l’air conditionné, l’atmosphère serait irrespirable. Fallait-il de l’audace pour oser cela…
Original, pas excentrique. Aucune bizarrerie, à aucun moment. La magie de cette association est prodigieuse. Quelle virtuosité pour mener sans grossièreté l’évolution de cette eau de parfum – cet univers improbable d’odeurs chimiques et de propositions délicates - depuis la fraîcheur de la toilette matinale jusqu’à la maturité de ce cuir presque rustique sans tomber dans le pathos ou le hors d’âge. Echapper au vintage et faire d’un vieux cuir presque sauvage une matière moderne, douce et confortable. Un cuir voluptueux et sage en même temps.

Métal Hurlant est un concentré d’émotions, comme doit l’être une eau de parfum. Lui crée la surprise et surfe sur nos contradictions. Pierre Guillaume veut qu’un parfum s’adapte à celui qui le porte : « c’est le parfum qui doit montrer que c’est lui qui est amoureux de vous. » dit-il. PG maîtrise là l’ésotérisme singulier de la suggestion sensorielle, de l’alchimie délicieusement irrationnelle de la parfumerie.

Après m’avoir agréablement impressionné par son côté biker auquel je ne peux toutefois m’identifier (ce n’est pas non-plus au parfum de nous apprivoiser), Métal Hurlant m’a soufflé les nuances de ses vibrations, depuis l’évidente cuirasse dont il se pare sans exubérance jusqu’au confort intimiste qui l’habite, quand l’apparence manufacturée qu’il dégage laisse place à la générosité spontanée qui l’anime. Quand sa raison a dit non, que sa pudeur a dit oui, il m’a gratifié d’une incroyable déclaration. Métal Hurlant est « un cuir aérodynamique excité par un musc sensuel et animalisé » qui m’a irradié d’un sage frisson à fleur de peau. En quelques minutes j’étais séduit ; en 24 heures j’étais conquis ; après 8 jours, nous avons fusionné. Je suis addict !

A mon avis, incompatible avec qui veut l’apprivoiser, il sera par contre une seconde peau pour des charismatiques ou aventuriers ou audacieux de tous âges. Par la palette de ses facettes, Métal Hurlant est un séducteur original, portable pour qui aime le cuir, par qui lui porte attention. Alors doux et confortable, sa présence est enveloppante, constante, soutenue sans ostentation avec un sillage modéré mais remarquable. Parfumé à quelques cm de la peau, juste avant de fermer la chemise : un pschitt entre les pectoraux, un demi pschitt sur l’intérieur d’1 poignet que je frotte contre l’autre, un demi derrière chaque oreille, je finis de m’habiller. Combiné à la peau et imprégné dans le tissus, sa tenue est pour moi du jamais vue : pour un week-end « paresseux-parasé-padouché » je me suis quand même parfumé avant d’enfiler mon plus vieux tee-shirt préféré (in-montrable !) : ce bon vieux cuir - très à l’aise aussi dans ce contexte – m’a ravi jusqu’au lendemain en fin d’après-midi.

Vous excuserez j’espère mon amateurisme qui ne me permet pas de faire référence aux termes techniques, pas même aux composants ou autres identifiants, comme la plupart ici le font si bien. Souhaitant partager cette découverte étonnante, j’ai dû vous livrer mon introspection impudique alors que je n’intellectualise pas habituellement mon rapport aux parfums.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Equipage

par , le 15 juin 2017 à 13:37

Bonjour. Quelqu’un l’a-t-il essayé ? Je crois que je deviens addict. Je prépare un commentaire mais je ne sais pas parler des parfums aussi bien que beaucoup ici. RdV dès que c’est prêt mais je suis surpris que depuis 2015 il n’y ait pas encore de commentaires sur lui.
Quant à la parfumerie provinciale, comme pour bien d’autres produits, on ne peut pas tout trouver. Mais maintenant avec internet, nous sommes depuis longtemps aussi bien renseignés ; et tout est à portée de clics : stop aux clichés SVP... Nous avons l’avantage de ne pas avoir à sacrifier tout un samedi, passer des heures dans la pollution et les bouchons plus les frais de carburant et parking, pour nous procurer des échantillons et retourner un autre samedi acheter à la hâte un autre parfum sensé nous plaire parce qu’il y en à marre de passer autant de temps là-dessus. Et puis, distinguer la finesse d’un parfum dans une atmosphère saturée de fragrances qui s’entrechoquent, où est le vrai plaisir ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Adina76

par , le 12 juin 2017 à 07:10

Bonjour,
Le lien vers la Collection Croisière ne fonctionne pas (erreur 404). L’expert Domik pourrait-il faire quelque chose ? D’avance merci !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 12 juin 2017 à 10:20

C’est corrigé :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Louis Vuitton égrène les Heures d'absence

Louis Vuitton égrène les Heures d’absence

Le sellier présente cette onzième addition à sa collection féminine comme « une invitation à se laisser aller et à profiter des moments où le temps est en suspens ».

en ce moment

il y a 8 heures

« #memeespoirdecu » A ne pas lire trop vite.

hier

Quoique je préfère de loin les fesses des Kardashians que celles des mannequins anorexiques(…)

hier

Et a ma maigre petite échelle, je boycotte ces marques ou ces groupes, a cause de leurs(…)

Dernières critiques

Jasmin de pays - Perris Monte Carlo

Ceci n’est pas une fleur

Nouveau genre - Yves Rocher

Blague à patchouli

Nuit de sable - BDK parfums

Bastani sonatine

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Parfumerie Ambre

Parfumerie Ambre

Boulogne-Billancourt (92)

Passage 31 - Angers

Passage 31 - Angers

Angers (49)

Divine Bordeaux

Divine Bordeaux

Bordeaux (33)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019