Auparfum

Chant d’Arômes

Guerlain - Les Exclusifs de Guerlain

Flacon de Chant d'Arômes - Guerlain
Les Classiques
Note des visiteurs : (7 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Jeune femme devenue dame

par , le 21 juin 2016

En 2016, la question pourrait être la suivante : qui se souvient encore que Guerlain a un jour sorti un parfum du nom de Chant d’Arômes ?

Cela avait pourtant bien commencé pour lui. Premier féminin signé Jean-Paul Guerlain, il avait inauguré en 1962 une nouvelle génération de parfums dans les années 60-70, essentiellement des fleuris et chyprés sages, visant une clientèle plus jeune : Câline de Patou (1964), Diorella (1972), Cristalle (1974), Anaïs Anaïs (1978), les parfums "jeune fille" étaient nés.

Le départ plein de peps, vert et fruité, fait pétiller aldéhydes, bergamote et surtout une jolie mandarine acidulée.
En coeur, on retrouve le classicisme d’un bouquet aux notes jasminées (gardénia, chèvrefeuille, jasmin, ylang-ylang).
Puis, la lumière printanière décline pour faire place au fond boisé (plus que chypré) doux et enveloppant, dominé par le santal et le vétiver, qui n’est pas sans me rappeler Bois des Îles.

N’existant plus qu’en eau de toilette, Chant d’Arômes, à l’instar d’Après l’Ondée, s’évanouit malheureusement en moins d’une heure sur la peau.
Pour avoir connu l’extrait de la fin des années 90, il se faisait beaucoup plus tenace et chaleureux avec une mandarine fruitée qui durait, durait et enveloppait la composition d’un halo lumineux et soyeux.

Dans la lignée d’Arpège, dont il pourrait constituer le pendant diurne et printanier, Chant d’Arômes est un parfum charmant, bien fait et bien élevé, mais le fait qu’il soit un fleuri aldéhydé qui apporte peu au genre, si ce n’est un départ plus frais et souriant qu’à l’accoutumée, et un Guerlain moins marquant que des oeuvres ultérieures de Jean-Paul Guerlain (Nahema ou Chamade, pour n’en citer que deux), peut expliquer qu’il fasse aujourd’hui figure de grand oublié parmi les classiques féminins de la maison.

Pour personnifier ce parfum, j’imagine une femme élégante d’âge mûr, car la jeune femme qui figurait sur la publicité de lancement (cf. photo ci-dessus) et à laquelle Guerlain destinait Chant d’Arômes, est devenue une dame. Elle a un je-ne-sais-quoi d’éternellement jeune et malicieux dans le regard, et pourrait s’appeler Julie Andrews (La Mélodie du Bonheur, Victor Victoria...).

Pour une vision plus jeune et plus complexe de la femme Chant d’Arômes, il faut voir le film Eaux Profondes (1981) de Michel Deville, adapté d’un roman de Patricia Highsmith, dans lequel le parfum (dont on aperçoit le flacon d’extrait et le vaporisateur rechargeable d’eau de toilette) joue les vedettes durant quelques secondes sur la coiffeuse de l’héroïne. Cette dernière, qui a les traits angéliques d’Isabelle Huppert (magistralement insolente), prend un malin plaisir à séduire des hommes sous le regard complaisant de son mari (qui est... nez !), incarné par Jean-Louis Trintignant. Un mari complaisant donc, mais qui cessera bientôt de l’être...

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 9 juillet 2016 à 23:30

Merci pour ce commentaire, ça me donne envie de porter mon CdA demain ! J’ai la chance d’avoir l’extrait et rien à voir avec l’edt qui disparaît en deux heures et qui n’a pas le charme du parfum.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 13 juillet 2016 à 23:36

J’aime beaucoup l’eau de toilette actuelle, mais son défaut est effectivement qu’elle ne tient pas...

Comme l’explique très bien un article sur le site de Monsieur Guerlain, cela vient notamment du fait que les parfums comportant certains ingrédients problématiques au vu des réglementations de l’IFRA (la mousse de chêne par exemple, qui rentre dans la composition de Chant d’Arômes), se retrouvent désormais plus dilués qu’auparavant, afin que la concentration en ingrédients problématiques soit acceptable selon les critères de l’IFRA.

Je mets ici les mots exacts employés par Monsieur Guerlain (l’article en entier ici : http://www.monsieurguerlain.com/2015/09/chant-daromes-vintage-version.html) : "Other than substitution, a second method to make a formula meet the IFRA criteria is by diluting the fragrance until the concentration of the most problematic ingredient falls below the acceptable threshold. That’s the reason why nothing but very light EdT versions of Après l’Ondée and Chant d’Arômes exist today. Only by ingenious and painstaking work in the laboratory has Wasser been able to preserve the more concentrated Parfum versions of the Guerlain catalogue’s remaining classics, although these too appear lighter and less tenacious than they used to. (...) Thierry Wasser explains that dilution can radically change the olfactive impression of a fragrance, even when the formula itself is unaltered : a diluted fragrance doesn’t just smell less intense, it smells different. That’s because dilution affects some notes more than others, hence tipping the balance of the composition."

En résumé, la part de concentré dans la formule (constituée de : concentré + eau + alcool) est diminuée, enfin c’est comme ça que j’interprète l’article.

Si une âme charitable et plus pointue que moi sur ces questions que moi passe par ici, qu’elle n’hésite pas à me corriger/compléter ! :^)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

mam'isa

par , le 22 juin 2016 à 09:15

Merci beaucoup pour cette critique que j’attendais depuis que j’ai acheté à l’aveugle ce parfum sur Internet.
Je trouve que Chant d’arômes a quelque chose de désuet, complètement démodé, et pourtant j’aime le porter de temps en temps. Il me fait pense aux Jardins de Bagatelle, en plus léger, plus éphémère. Je suis agréablement étonnée qu’il soit encore dans les rayons, car il est bien loin des modes actuelles.
Alors profitons de ce coup de fraicheur avant qu’il ne soit définitivement englouti par toutes ces petites robes noires de plus en plus colorées !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 juin 2016 à 00:06

Ravi que cet article comble votre attente ! :^)

Même s’il ne fait pas spécialement "jeune" de nos jours, Chant d’Arômes me semble néanmoins beaucoup plus facile à porter que certains grands fleuris aldéhydés qui peuvent intimider, voire effrayer, avec leur aura poudrée très classique (je pense particulièrement à Calèche en disant cela) : je ne peux m’empêcher de lui trouver un petit côté juvénile avec ce départ lumineux et pétillant, comme un éclat de rire, qui le rend du coup plus accessible.

Bizarrement, j’ai des collègues (moyenne d’âge 30 ans, goûts plutôt commerciaux) réfractaires à Guerlain, qu’il s’agisse des classiques ou des diverses LPRN, qui aiment beaucoup Chant d’Arômes...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Bloom Ambrosia di Fiori

Bloom Ambrosia di Fiori - Gucci

Un petit havre de paix nous baignant de sa lumière, grâce à laquelle toute notre joie se retrouve et tout notre spleen s’achève.

en ce moment

Caronade a commenté Habanita

il y a 7 heures

À ce que je sache il y a une fonction "edit" qui sert à changer son pseudo sur ce site. J’aime(…)

sigisbée a commenté Habanita

il y a 8 heures

Avez-vous un lien à consulter ? Merci je suis curieux !

DOMfromBE a commenté Habanita

il y a 8 heures

C’est notre intervenante mondaine qui vit entre l’Europe et les Etats Unis. Elle apparaît,(…)

Dernières critiques

Le Ciel - Floratropia

Beauté céleste

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Fragrances & cie

Fragrances & cie

Lagny-sur-Marne (77)

Divine Caen

Divine Caen

Caen (14)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019