Auparfum

Chergui

Serge Lutens

Flacon de Chergui - Serge Lutens
Note des visiteurs : (47 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Désert torride

par , le 18 janvier 2015

Au début de années 2000, le nombre de lancements de parfums chez Serge Lutens par an est impressionnant. En 2005, auprès de Cèdre et de Miel de Bois, sort Chergui, énième référence à l’Orient de la part d’un créateur prolixe et obsessionnel.

À la vaporisation initiale, un souffle contrasté de notes fraîches aromatiques menthées et de facettes plus chaudes coumarinées épicées miellées tient lieu de génie sorti d’une lampe magique.
Lavande, fleur d’oranger peut-être, rose et iris constituent un accord assez floral moelleux et poudré.
Les collerettes multiples sont dépenaillées quelques épices (du cumin peut-être) soufflant un chaud-froid prolongeant le contraste initial tout en le soulignant de notes orientales.
Des bois secs et d’autres tendres évoluent sur une impression grillée d’abord, puis tabacée plus moelleuse. Miellée, elle est indéniablement animale et presque cuir. Le tabac devient plus poussiéreux, peut-être par de l’encens, certains bois ou épices. Le tout évolue dans l’illusion d’un foin très sec de fin d’été aride comme celui que l’on a pu connaître dans Body Kouros.
Le tabac aromatisé, d’abord presque en combustion puis très miellé et onctueux, flirtant avec une certaine sensualité, peut évoquer Fumerie Turque du même créateur.
Une certaine âcreté se développe, rappelant le piquant aigrelet de certaines fleurs d’oranger miellées animales comme Fleur du Mâle de Jean-Paul Gaultier avec lequel Chergui partage une certaine parenté. Une facette poudrée, qui me paraît être due à des touches d’iris, permet de ne pas basculer dans le trivial.

D’ailleurs, il en est de même avec Le Mâle, autre carrure qui paraît afficher une silhouette identique, un corset si cintré à la taille qu’il en fait remonter la poitrine et augmente la cambrure du fessier.
Chergui ressemble donc au buste emblématique sorti dix ans avant lui. Mais, le torse bodybuildé à marinière bleue fait place à un corps ciselé et finement tracé qui aurait enfilé un sarouel tout en restant dépoitraillé sous son boléro noir minuscule. Si on ne parvient à deviner s’il s’agit d’un homme ou d’une femme, en revanche, il est certain que la silhouette aguicheuse est orientale.
Quelque chose d’à la fois plus viscéral, plus élégant et plus mystique distingue Chergui des parfums connus, un déséquilibre ou un écart encore plus grand peut-être, qui intrigue davantage.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Lna027

par , le 8 février 2020 à 12:15

Chergui SERGE LUTENS

Un parfum hors du commun.Riche en émotions .
Pas entêtant mais avec une signature prononcée .
Les premières effluves sont ambrées, miellées. Ensuite le tabac fait son entrée , pour rester, persister . Un tabac chaud, vanillé sans être sucré.
Je trouve ce parfum admirable tant il est mystérieux et captivant . Le santal est dans un environnement chaleureux .
On sent la chaleur, des bois précieux, de contrées sableuses au soleil ardent, de fruits confits gourmands. Le voyage est spirituel et relie à la terre, Un côté terre et feu.
Je vois un grand homme ténébreux, charismatique aux cheveux foncés , au regard perçant . avec des idées qui lui sont bien propres, plutôt discret mais riche d une vie de découvertes hors du commun .
Il y a aussi un côté réconfortant dans ce parfum. Comme une image paternelle rassurante, comme un idéal masculin : patriarche bienveillant avec un côté énigmatique, impénétrable .

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 février 2020 à 13:54

Je vois une femme brune avec des mèches chatains et des pointes blondes avec une vie hors norme. Une femme qui serait allé sur la lune. Une femme avec un coté... non deux cotés sinon c’est une mi-femme. Une femme pénétrable j’espere ! :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 12 janvier 2020 à 13:27

Bonjour...J’aimais beaucoup les critiques de Thomas Dominguès et sa façon de répondre à tous les messages. Il y a cinq ans qu’il ne publie plus !...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 12 janvier 2020 à 20:40

Eh oui, tristesse. Et pas même un avis bref, une petite dose d’Opium pour nous bercer de temps en temps...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 12 janvier 2020 à 09:25

Chergui me rappelle l’odeur de la pâte à modeler Play Doh. Dior Homme intense à beaucoup de points communs je trouve mais je préfere le miel/tabac de Lutens que le cacao/coco de Dior.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Mariarbre

par , le 28 décembre 2016 à 03:56

Chergui est le parfum qui m’a convaincue de l’importance de prendre son temps avant de se faire un avis définitif...

La première fois que je l’ai senti, je l’ai trouvé confus ! Comme si toutes les notes me sautaient à la figure en même temps. Ça n’a pas du tout travaillé mon imagination, ça ne m’a rien évoqué, juste une saturation sensorielle. Je n’ai donc pas prêté grande attention à la mouillette que j’ai fourrée au fond de ma poche après cette première impression d’à peine quelques secondes, et je me suis dit "j’aime pas Chergui".

Et puis, à lire des critiques élogieuses, j’ai voulu retenter, je suis revenue le tester... et s’en est suivie une explosion d’affects positifs ! La première idée qui m’est venue en tête c’était "j’adore ce parfum". Et ensuite à le laisser évoluer, j’ai pris le temps de sentir sa complexité s’exprimer. Ce parfum est un voyage.

Bref cette première impression datait d’il y a quelques années, et ça m’a appris que le parfum n’est pas un produit de consommation sur lequel on peut se faire un avis immédiat... et maintenant, je comprends pourquoi les parfums plus "niche" ne feraient pas de bons scores aux tests consommateurs !

Une de mes expériences sensorielles les plus dingues était la dégustation de cognacs Delamain ; non seulement ils ont inspiré des images et des idées à mon imagination, mais surtout cet effet a duré bien longtemps après chaque gorgée, à prendre encore et encore des inspirations, qui me faisaient sentir des arômes dont ma perception semblait miroiter.
Tout ça pour dire que les meilleures oeuvres d’art olfactives, les plus complexes, ont beaucoup de facettes, c’est la raison pour laquelle il faut prendre le temps de les laisser évoluer et s’exprimer pleinement, les laisser nous parler... et c’est ainsi que Chergui que j’ai rejeté aux premiers abords fait partie aujourd’hui de mes amours olfactifs !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Sarah13

par , le 17 mai 2015 à 22:41

Chergui est un parfum chaud, envoûtant, un peu mystique je dois dire. Un oriental qui inspire au voyage. Une odeur de sueur (de princesse orientale bien-sur, faut pas pousser !) mélangée avec des épices, de la résine... Le parfum des Milles et une nuit. Un des meilleurs de Serge Lutens, que je porte en automne/hiver.
Dans un autre registre "parfum mystique", j’affectionne de plus en plus Santal Majuscule. Au départ, je n’étais pas convaincu et je n’ai toujours pas franchi la pas de l’achat. Mais dès que je le vois en parfumerie, je le pchitt au creux du poignée. Pour moi il est vraiment Spirituel. En résumé : vous entrez dans une église et vous sentez...Santal majuscule.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

potra

par , le 22 janvier 2015 à 18:40

Merci Opium d’avoir donné cette belle critique à Chergui !

Il a une place toute spéciale pour moi, puisque c’est en le cherchant que je suis arrivée ici, c’est un peu celui qui a déclenché mes obsessions parfumées. J’ai été complétement captivée par cette sensation de « foin très sec de fin d’été aride », je l’ai croisé en Provence, un mois de septembre, par une journée chaude, c’était parfait et j’aime aussi le porter en été, les fins de journées chaudes, très ton sur ton mais c’est à mon goût dans ces moments qu’il s’épanouit le mieux.

C’est vraiment génial de lire tes mots, ils me parlent énormément et ça me permet de dépasser l’effet foin, qui m’a tellement marqué que j’ai tendance à rester bloquée dessus. D’ailleurs je viens de faire un rapprochement avec d’autres orientaux secs que j’aime beaucoup, particulièrement faciles à vivre pour moi, Ambre Précieux et l’Eau d’Ambre, par les facettes aromatiques et poussiéreuses (ça doit être mon côté papi qui s’exprime !).

Bonne soirée :-)
Potra

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 janvier 2015 à 21:37

Bonsoir Potra.

Merci beaucoup à toi, et ce d’autant plus que ce parfum possède une résonance particulière pour toi.
Chergui a donc encore un avantage en plus d’être joli : il t’a guidée vers nous. Tant mieux. ;-)

Lorsque l’on apprécie une impression ou un accord, on a tendance à être aveuglé un peu trop rapidement par elle/lui, au détriment du reste.
Il y a bien du foin sec, et à foison. Mais aussi encore d’autres éléments d’aridité, depuis le miel jusque des épices qui assèchent encore l’effet.

Vive les ambres secs... Et vive les papis et les parfums de papis ! ;-)
Bonne soirée à toi.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par , le 19 janvier 2015 à 21:32

Merci Opium de nous parler de Chergui.
Etonnante cette comparaison avec Fleur du Mâle ! En effet, je n’avais jamais fait attention mais la parenté est plus que parlante quand on compare les 2 !
Je trouvais Chergui trop "chaud" pour moi et lui préfère donc Fleur du Mâle que j’adore porter plutôt en été. La coumarine est une note que j’adore et elle est bien présente dans ce parfum apportant un contraste intéressant à la fleur d’oranger.
Sur moi, Chergui fait plus "caramel lacté" que "miel". Il "vire" à la noix de coco plus tard ou plutôt la fleur d’ajoncs (qui je pense n’est pas utilisée en parfumerie. J’aimerais en avoir une confirmation où le nom d’un parfum qui l’utilise).
En tout cas, Chergui est un parfum que je trouve assez original et élégant, parfaitement mixte, idéal pour tout style d’habillement, mais plutôt à porter quand il ne fait pas trop chaud pour éviter l’overdose de chaleur...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 janvier 2015 à 22:50

Oui la comparaison Fleur du Mâle / Chergui est évidente. Cependant je préfère le second : le premier, mêlant une fleur d’oranger aux notes fraiches, savonneuses et aigrelettes (genre lait caillé) et une base de tonka-coumarine sirupeuse, a le don de me retourner l’estomac. Il y a un truc qui ne colle pas là-dedans et physiquement ça ne passe pas pour moi. Le Chergui me semble beaucoup plus cohérent de bout en bout.

Pour l’ajonc en parfumerie : Furze chez Lush. Très réaliste, mais il me semble qu’il n’utilise pas de fleurs d’ajonc mais recrée leur parfum à partir d’un mélange coco, vanille, fleur d’oranger.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 janvier 2015 à 23:29

Bonsoir Youggo,
Comme quoi les goûts et les couleurs... :-)
Heureusement que je ne distingue pas, dans Fleur du Mâle, cette odeur de lait caillé ! C’est l’odeur que je déteste sans doute le plus... Elle me retourne l’estomac !

Merci pour l’info pour Lush. Mais à vrai dire, je ne suis jamais rentré dans leurs magasins : Rien que dehors de ces magasins, l’odeur archi-présente est insupportable comme un concert de clacksons un jour de migraine, alors y entrer.... brrr j’en ai des frissons !
Mais bon, maintenant je n’ai plus qu’à y rentrer, pourtant, pour tester ce Furze...
Je ne savais pas qu’ils vendaient des parfums, je pensais qu’ils ne faisaient que des savons et "cosmétiques" pour ado boutonneux :-)
Merci pour l’info.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 janvier 2015 à 12:21

Bonjour Youggo,

J’ai enfin réussi à rentrer chez Lush.
Bon, une fois à l’intérieur, on arrive à faire abstraction de l’horrible odeur chimique de l’extérieur.
Alors quand on m’explique le concept de produits naturels utilisés et préparés dans de petites cuisines et non pas dans de grandes usines... mouais, j’ai un doute quand même vu le nombre de ces magasins... Ca en fait de grandes cuisines.
Mais les couleurs artificielles cassent complètement leur concept à mon avis.
J’ai testé les parfums. Certains me semblaient assez intéressants mais sans plus. Tenue pas terrible.
Mais ils ont un joli catalogue de produits, chose très sympa pour tout consulter chez soi et y revenir plus tard.
Quant à la fleur d’ajonc, je ne l’ai pas sentie mais le parfum dont vous me parliez n’y était pas.
A suivre donc...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 janvier 2015 à 15:08

Je rebondis sur votre message : connais assez bien Lush, j’ai une copine qui y a bossé longtemps. Disons que ce sont des grandes cuisines en effet, mais pas des usines complètement deshumanisees non plus. Le concept est sympa et mixe une vraie efficacité des produits avec des normes de qualité assez strictes (d’ou la présence obligatoire de conservateurs dans certains produits). On leur reproche souvent de survendre le côté naturel mais comparé à The Body Shop il y a quand même une vraie recherche pour faire des produits les plus naturels possibles. Leur crème pour le corps à la lavande par exemple a sauvé ma peau là ou toutes les marques de pharmacie et parapharmacie avaient échoué, et pourtant je peux comprendre le nom de tous les ingrédients !

Je regrette leur ancienne ligne de parfums. Dans les actuels je ne connais que Lust, un jasmin bien sympathique.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 janvier 2015 à 16:39

Pour qqun qui achète tout ses produits de soin à la pharmacie (aille !), magasin Lush est comme une confiserie à un enfant. Je n’ai jamais eue une seule réaction allergique avec de leurs produits. Quand je m’amuse avec des bulles pour le bain, je me sente comme Marilyn Monroe dans Sept ans de réflexion (qui raconte comment elle a coincé son orteil dans le robinet et était obligé d’appeler le plombier...). Leurs parfums manquent souvent de finesse, mais leurs savons sont top !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 21 janvier 2015 à 19:08

Bonsoir Doblis, et Youggo à nouveau.

Avec plaisir.
Chergui fait partie de ces plutôt mal aimés de certains connaisseurs. Peut-être du fait de sa ressemblance avec certains parfums en parfumerie grand public. Peut-être également car à force de raconter beaucoup d’histoires, on ne sait plus où ils se situent...
En tous les cas, Chergui mérite parfaitement qu’il lui soit porté davantage d’attention.

J’apprécie beaucoup Fleur du Mâle, parfum si culotté, presque aigre, dont le trop plein de bruit peut être exaspérant comme le souligne Youggo, mais qui a pour lui d’être un parfum ne manquant certainement pas de personnalité. ;-)

À propos de la fleur d’ajonc, je ne crois pas qu’elle existe à l’état naturel. Mais, je dois avouer ne pas être du tout sûr de moi. Youggo s’y connaît manifestement mieux que moi. ;-)

Bonne soirée.
Opium

Ps : Il ne faut pas hésiter à rentrer chez Lush, malgré l’invasion olfactive atomique ! ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 21 janvier 2015 à 19:31

Bonsoir Opium,

Promis, la prochaine fois que je passe devant Lush, j’y rentre.
L’odeur extérieur à ce magasin m’est carrément insupportable, mais bon, si on y trouve des choses intéressantes, pourquoi pas alors...
Mais ce brouhaha olfactif est tellement prenant à l’extérieur déjà, que je doute que les clients arrivent à sentir quoique ce soit à l’intérieur. lol

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 janvier 2015 à 21:29

Bonsoir Doblis.

Si, si, c’est tout à fait possible de sentir quelque chose... enfin, à peu près...
Il faut juste rester assez concentré. ^^
Bon, en fait, non, il est difficile de faire abstraction du "bruit olfactif" environnant comme vous l’avez remarqué. Mais, si vous y parvenez, certains savons et produits alcooliques valent vraiment le détour comme l’ont précisé Youggo, Erzsébet et Anna. ;-)
Tenez-nous au courant si vous avez l’occasion de consacrer davantage de temps à ce qui est disponible sur catalogue.

Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Tamango

par , le 18 janvier 2015 à 20:28

Merci pour cet article qui une fois de plus me fascine et me désole à la fois. Pourquoi ? Et bien parce que je n’arrive pas à m’approprier les parfums de Serge Lutens. C’est étrange mais sur touche, je leur trouve beaucoup de qualités. Puis sur la peau, la magie n’opère pas. Je suis rapidement écœurée par les notes miellées , alcoolisées ou épicées. Mais peut être que je m’y prends mal. Que puis - je faire pour guérir de ce syndrome qui, à la lecture de tous les commentaires présents sur le site, me laissent vraiment penser que je suis atteinte d’une maladie "orpheline" ? J’attends vos conseils avisés. Bonne soirée à toutes et tous.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 20:34

D’autant que l’Orpheline de Lutens est pour moi magnifique... ;) bonne soirée

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 20:43

Voilà bien ce qui me trouble et me peine. Peut-être n’ai- je pas encore trouvé celui qui me conviendrait ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 20:55

Bonsoir Tamango. Peut-être essayer, si ce n’est déjà fait, le magnifique Féminité du Bois ? Ou Douce Amère ou Fleurs de citronnier ? Avant d’attaquer les gros morceaux que sont Chergui, Musc KK, Ambre Sultan, Arabie, Daim blond, Serge noire, La Myrrhe, Boxeuses, Fumerie turque... Et pourqui pas vous rabattre sur la série des Parfum d’Empire ? Alternative bien signée, elle aussi !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 20:59

Clair de Musc ou Vitriol d’oeillet ? Ou un de mes chouchous Bas de Soie ? Il n’y a pas que l’artillerie lourde chez Lutens et c’est tant mieux !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 21:08

Bonsoir, BillieH,
J’adore Bas de Soie mais je le trouve quand assez puissant et même plutôt costaud pour un fleuri ! Sa verdeur le sauve d’une éventuelle lourdeur. Attention, choisir la bonne saison.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 21:33

Oui c’est vrai mais je l’aime tellement...et il est quand même différent de ceux que Tamango a du mal à s’approprier alors je me suis dit que peut être...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 21:22

Merci à vous BillieH, je pense, en effet, à vous lire, que de là vient mon erreur.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 21:18

Bonsoir Farnesiano, je crains en effet d’avoir directement "boxer" dans la catégorie "poids lourds". Je vais suivre votre conseil et commencer par Féminité du bois, sur lequel je ne m’étais pas attardée, dans ma boulimie de connaître " Les Lutens". Je suis d’autant plus désemparée que j’ai adoré porter Nombre Noir dans les années 1980. Je vais également m’intéresser à la série "Parfum d’Empire". Sachant que j’aime les parfums plutôt verts et poudrés, lequel pourriez-vous me conseiller afin de ne pas commettre à nouveau les mêmes erreurs ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 21:36

Vert et poudré ? Chez Lutens ? Euh...Bas de Soie ? ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 janvier 2015 à 07:29

Merci BillieH, je l’ajoute sur ma liste mais je vais commencer d’abord par Féminité du Bois. Bonne journée à vous !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 janvier 2015 à 07:54

Bonjour, j’ai aussi commencé par Féminité du Bois alors je vous comprends...mais si vous aimez les vert/poudré vous devriez être charmée par Bas de Soie. La première fois j’ai été déroutée, me disant qu’il était bien loin de l’univers lutensien que j’aimais mais depuis c’est une grande histoire entre lui et moi...et ma collègue qui me l’a piqué (grr). Bonne journée

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 22:12

Vert et poudré ? Je ne vois rien de flagrant chez Parfum d’Empire. Et au delà de l’accord iris/jacinthe, se diriger peut-être vers la violette, le mimosa, la cassie ? Je pense entre autres aux Green de Byredo, Grey Flannel de Geoffrey Beene, Le Mimosa de chez Goutal, Mimosa pour moi de L’Artisan parfumeur... De jolis parfums verts chez Ann Gérard : Perle de mousse, Ciel d’Opale... Le plus délicat de la Nature mis en flacon.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 22:30

Bonsoir encore, Tamango. En matière de poudré (non vert celui-ci), je me permets de vous conseiller L’Eau d’Hiver des Editions de Parfums Frédéric Malle, un excellent Ellena pour le plus parfait des cocoonings. De saison !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 janvier 2015 à 22:32

J’oubliais : voir sa critique sur ce site :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 janvier 2015 à 06:37

Bonjour Farnesiano, merci à vous pour tous ces conseils. Il ne me reste plus qu’à tester vos suggestions. Bonne journée à vous.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 21 janvier 2015 à 19:06

Bonsoir Tamango.

Merci pour votre commentaire.
J’espère que les commentaires avisés des différents intervenants vous seront utiles. Merci à elles et eux par ailleurs. ;-)

Bonne quête.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Youggo

par , le 18 janvier 2015 à 18:56

Quand je sens Chergui, j’ai toujours trouvé qu’il sentait le désert. Un paysage orangé et désolé qu’aurait ravagé un vent brulant, laissant ça et là sur le sable chaud quelques robustes buissons épineux suant leur dernière sève et quelques insectes ou petits reptiles brulés vifs dans une posture grotesque. C’est ça, je trouve qu’il sent l’insecte brulé ! Mais j’aime beaucoup hein !
J’ai eu immédiatement en tête ces images lorsque j’ai découvert Chergui, sans rien connaitre ni de son nom ni de son inspiration.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 21 janvier 2015 à 19:04

Salut Youggo.
Il est bien sympa de découvrir, parfois, des parfums qui sentent réellement ce qu’ils sont censés sentir et cohérents dans toutes les facettes de leurs univers.
Merci pour tes impressions à propos de ce parfum aride.
Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Demian

par , le 18 janvier 2015 à 14:45

Un de mes préférés chez Lutens, avec Chêne, Ambre sultan et Jeux de peau. Encore un "réputé" masculin que je me suis approprié sans problème, peut-être celui qui m’a valu le plus de compliments de la part de mon entourage, troublé par ce parfum qui n’est ni floral ni fruité : j’aime bien brouiller les codes... Correspondant tout à fait à votre image du corseté(e) en sarouel dont on ne sait pas si on a affaire à une femme ou un homme. Ce qui m’a séduite d’emblée, c’est ce côté sec. Des orientaux "secs", il n’y en a pas beaucoup, en tout cas des réussis : on tombe souvent dans la surcharge, la surdose, le vanillé ou le très sucré. Chergui fait parti d’un des rares parfums dont je sais que j’aurai toujours un flacon d’avance dans mon cabinet secert....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 21 janvier 2015 à 19:04

Bonsoir Demian.
Être corseté(e) a parfois, rarement, mais parfois, du bon...
Je rajouterai à votre classification des parfums qui surdosent un effet, aux côtés des "orientaux vanillés" et "orientaux sucrés", les "orientaux secs", caricaturaux ambrés qui exagèrent le trait.
Profitez bien de votre Chergui, plus équilibré dans son déséquilibre. ;-)
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

S9

S9

porte Chergui aujourd'hui

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Chergui le 19 mai 2020

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Chergui le 3 novembre 2019

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Didiegodelavega

Didiegodelavega

a porté Chergui le 19 avril 2019

Psychopatepanzaniste aldant’gerous crazyzypanpancucunologue sniiiffeur diplômé d’état second...
Sa note :
rose de nuit

rose de nuit

a porté Chergui le 21 mars 2019

Sa note :
S9

S9

a porté Chergui le 4 novembre 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :

Jane_Doe

a porté Chergui le 15 janvier 2018

Sa note :
pierrelune

pierrelune

a porté Chergui le 24 octobre 2017

aleatoire_duj

a porté Chergui le 5 juin 2017

Sa note :

DANIELE

a porté Chergui le 31 janvier 2017

Sa note :

bouchine

a porté Chergui le 28 janvier 2017

Sa note :
Salammbô

Salammbô

a porté Chergui le 10 octobre 2016

Je suis une néophyte en matière de parfums, et me laisse davantage guider par mes ressenti que par mes connaissances théoriques incertaines.
Sa note :
Salammbô

Salammbô

a porté Chergui le 2 septembre 2016

Je suis une néophyte en matière de parfums, et me laisse davantage guider par mes ressenti que par mes connaissances théoriques incertaines.
Sa note :
Salammbô

Salammbô

a porté Chergui le 23 août 2016

Je suis une néophyte en matière de parfums, et me laisse davantage guider par mes ressenti que par mes connaissances théoriques incertaines.
Sa note :
flowers in the attic

flowers in the attic

a porté Chergui le 21 août 2016

Messapia

a porté Chergui le 11 août 2016

Sa note :
Salammbô

Salammbô

a porté Chergui le 30 juin 2016

Je suis une néophyte en matière de parfums, et me laisse davantage guider par mes ressenti que par mes connaissances théoriques incertaines.
Sa note :
Salammbô

Salammbô

a porté Chergui le 8 juin 2016

Je suis une néophyte en matière de parfums, et me laisse davantage guider par mes ressenti que par mes connaissances théoriques incertaines.
Sa note :
Salammbô

Salammbô

a porté Chergui le 19 mai 2016

Je suis une néophyte en matière de parfums, et me laisse davantage guider par mes ressenti que par mes connaissances théoriques incertaines.
Sa note :
Salammbô

Salammbô

a porté Chergui le 10 mai 2016

Je suis une néophyte en matière de parfums, et me laisse davantage guider par mes ressenti que par mes connaissances théoriques incertaines.
Sa note :

Rafaelo

a porté Chergui le 23 mars 2016

Dans un champ d’iris

a porté Chergui le 26 octobre 2015

Nana92

a porté Chergui le 23 octobre 2015

Sa note :

sbpaloma

a porté Chergui le 8 septembre 2015

Youggo

Youggo

a porté Chergui le 5 septembre 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
Bel-ami

Bel-ami

a porté Chergui le 24 août 2015

Sa note :
billieH

billieH

a porté Chergui le 3 juillet 2015

Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Chergui le 2 juillet 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
Bel-ami

Bel-ami

a porté Chergui le 28 juin 2015

Sa note :
Bel-ami

Bel-ami

a porté Chergui le 26 juin 2015

Sa note :

atlas

a porté Chergui le 21 juin 2015

Oudcarnage

Oudcarnage

a porté Chergui le 14 juin 2015

Sa note :
Lanou

Lanou

a porté Chergui le 22 mai 2015

Youggo

Youggo

a porté Chergui le 19 avril 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
Thiago

Thiago

a porté Chergui le 27 mars 2015

Sa note :
billieH

billieH

a porté Chergui le 3 février 2015

Sa note :

BlueJasmine

a porté Chergui le 24 janvier 2015

Nombre Noir

a porté Chergui le 20 janvier 2015

Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Chergui le 20 janvier 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :

nathalie

a porté Chergui le 19 janvier 2015

Fanny.b

Fanny.b

a porté Chergui le 18 janvier 2015

26 ans
Sa note :

à la une

Thé basilic

Thé basilic - Molinard

Feuilles froissées de menthe gorgées de sève sucrée, herbes folles et basilic anisé.

en ce moment

il y a 2 heures

Bonjour à tous, Je partais pour être séduit par fils de joie (j’aime le jasmin) et voilà que je(…)

il y a 4 heures

Bonjour, Un connaisseur des anciennes version aurait-il un avis sur la dernière ? Je(…)

il y a 22 heures

Bonsoir tout le monde. Merci Guillaume pour vos impressions de ce nouveau Caron.(…)

Dernières critiques

Byzance - Rochas

Néobaroque

Summer 69 - Gas

Sous le soleil exactement

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019