Auparfum

Chez Guerlain, de l’orange, du patchouli et un nouveau Shalimar

par , le 8 juin 2020

Entre eaux fraîches, esprit moyen-oriental et le retour d’un disparu, il y en a pour tous les goûts dans les dernières sorties de la maison Guerlain.

Le millésime 2020 des « Aqua Allegoria », qui promet « d’éveiller joyeusement nos sens », met à l’honneur l’orange et la grenade.
S’inspirant de l’été en Calabre, Orange Soleia joue sur « l’effervescence enjouée, ensoleillée et vitaminée d’une orange sanguine sublimée par la fraîcheur énergisante de la menthe ». Des notes de bergamote, baie rose, fève tonka et bois complètent la composition.
Granada Salvia traduit l’ambiance d’un jardin andalou où « partager une grenade exquise et croquante ». Un accord de fruits rouges « aux accents aqueux, verts et acidulés » restitue cette sensation, accompagné de bergamote, citron, cassis, sauge, rose, cyprès, patchouli, mousse et muscs blancs.

La collection des « Absolus d’Orient » s’enrichit quant à elle de Patchouli ardent. Rose et patchouli constituent « un duo sensuel et captivant » qui se fond dans un « accord cuiré et musqué formant un sillage intense et majestueux ».

Toujours parmi les exclusifs, la gamme « Les Parisiennes », dédiée aux créations discontinuées, voit le retour de Shalimar Parfum initial, créé par Thierry Wasser en 2011 puis disparu trois ans plus tard. Désormais dénommé L’Initial, il permet selon la marque de « découvrir Shalimar sans son opulente sensualité de parfum de femme, mais en conservant son esprit et son inoubliable signature ». Il associe bergamote, orange, pétales de jasmin, rose, iris, fève tonka, vanille, patchouli, caramel et muscs blancs.

Le parfum le plus célèbre de la marque donnera par ailleurs naissance à un nouveau flanker en septembre. Décrit comme « une composition addictive et raffinée qui pousse à son paroxysme la sensualité inimitable du sillage originel », Shalimar Philtre de parfum met l’accent sur l’iris et la vanille déjà caractéristiques de son ancêtre. Sa formule comprend également des notes de bergamote, citron, lavande, jasmin, rose, patchouli, et baume Tolu.

Enfin, comme certains d’entre vous l’ont remarqué, certaines références (Nahéma, Après l’ondée...) disparaissent provisoirement du catalogue, pour probablement réapparaître sous un autre format, sans doute en 2021, selon la marque qui ne souhaite pour l’instant pas communiquer davantage. Nous vous tiendrons au courant dès que nous aurons une information officielle.

Orange Soleia et Granada Salvia, eau de toilette 75 euros/75ml, 103 euros/125ml
Patchouli ardent, eau de parfum 155 euros/125ml
L’Initial, eau de parfum 230 euros/125ml
Déjà disponibles

Shalimar Philtre de parfum, eau de parfum 99 euros/50ml, 131 euros/90ml
Disponible le 1er septembre

Premières impressions

Nous n’avons pu sentir pour l’instant que les deux « Aqua Allegoria » : une préférence pour Orange Soleia, une jolie eau chyprée dans la lignée d’Eau d’orange verte d’Hermès ou l’Eau vitaminée de Biotherm, avec en tête des notes d’orange très réalistes, juteuses, vertes et amères. Granada Salvia flirte davantage avec une esthétique propre et très musquée qui évoque des cheveux fraîchement lavés, avec des fruits rouges acidulés et hespéridés, entre mûre, cassis, notes rosées et muscs blancs.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 18 juin 2020 à 19:54

Nahéma sera de nouveau disponible en septembre uniquement en fontaine avec le flacon à remplir. J’ai appelé une de leur boutique.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 septembre 2020 à 15:09

J’ai senti le nouveau Shalimar Philtre de Parfum. Le départ est joli, avec une lavande qui aère le parfum, j’ai donc pensé tout d’abord à une bonne surprise. Par la suite, on retrouve l’évolution du Shalimar "classique", mais le fond se gâte vraiment, avec une vanille ultra-lourde, très peu subtile et bien collante... et qui dure. Je passe mon chemin. (Alors que j’utilise encore une des "Odes à la Vanille" avec grand plaisir, la qualité était bien autre...)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

grand'ourse

par , le 14 juin 2020 à 05:27

Bonjour,
je ne retiens que le bonheur de voir réapparaître l’Initial, que j’aime tant
C’est une approche de l’iris qui me touche
J’aime beaucoup la version l’Eau aussi, que j’ai eu la présence d’esprit de stocker, elle
Le prix pratiqué ? J’aime avoir ma polaire Décath parfumée à mon goût ;)
Amicalement,
Aurélie

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 juin 2020 à 14:17

Ça me surprend que les flankers et les disparitions chez Guerlain surprennent encore. Ça fait des années que Guerlain c’est mort. Certes il subsiste encore Mitsouko et L’Heure Bleue, mais pour combien de temps ? Comme chez Dior, les jus rose pâle et rose bonbon ont envahi les stands Guerlain, les exclusifs qui débutent à 500 euros viennent tous dans des tons rose pastel, on ne peut pas dire que ce soient de vrais exclusifs, des floraux gourmands noyés dans du musc blanc présentés dans de très beaux flacons. Le Bouquet De La Mariée (Rose Bonbon) en extrait est à 1250 euros, une grosse daube commerciale ! C’est ça Guerlain aujourd’hui. Les classiques des stands Guerlain des grands magasins à Paris et du monde entier, comme chez Dior, sont tous plus ou moins cachés dans les tiroirs. Il faut demander.
Guerlain c’est mort !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 août 2020 à 07:14

C’est triste comme diagnostic ; Guerlain évolue à l’heure d’une hypermondialisation certes, de quoi en perdre son nez, même des plus grands nez (hors Cyrano ;) mais c’est une belle référence en parfums harmonieux et qui donnent du baume au coeur quand ça gaze pas trop (un p’tit coup d’extrait de Shalimar et hop ça repart)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 9 juin 2020 à 20:42

"Jardins de Bagatelle" est indisponible sur le site Guerlain...doit-on craindre qu’il ne subisse le même sort que "Nahema" et "Après l’ondée" ? C’est une catastrophe...Sinon pour apporter un peu de positif au milieu de cette débâcle, j’ai senti "Ginger Piccante" de la collection Aqua Allegoria et j’ai trouvé cette rose de jardin pimentée de gingembre absolument délicieuse !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 9 juin 2020 à 21:30

Bonsoir Bluebell,
Mais si : Jardins de Bagatelle est bien disponible sur le site de Guerlain. Je viens de vérifier. Les parfums qui ont disparu sont Nahéma et Après l’Ondée. Mon Dieu, je me souviens encore parfaitement des premiers visuels de Nahéma et de cette jeune femme aux yeux verts magnifiques assortis à ceux de son chat, opulente chevelure ondulée, visage de madone penché, bijoux en dentelle d’or, décolleté en V vertigineux, décor chaleureux, rouge et or. C’était mystérieux, hypnotique. Superbe. À l’époque, Guerlain n’était distribué à Paris que dans ses propres boutiques. Tous les parfums étaient accompagnés d’une gamme très complète de gels douches, lait hydratant, crème pour le corps, savons, dans des packagings turquoise (enfin bleus verts). Le bonheur complet, rien qu’à les regarder, car à l’époque,
je n’avais pas les moyens d’acheter plus d’un flacon, disons tous les 2-3 ans. C’était hier, c’était il y a une éternité. Maintenant, c’est la valse des flankers des petites robes noires dont le vestiaire semble hélas infini ... gros coup de blues ....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 juin 2020 à 10:10

Merci Adina76 ! Ouf je suis rassurée !! Je suis bien d’accord avec vous quelle tristesse que ces flankers ! La perte de "Nahéma" et d’"Après l’Ondée" me dépriment... ils vont sans doute revenir en version fontaine hors de prix...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 juin 2020 à 15:10

Fontaines, et c’est un comble, placées sous des spots qu’on sent brûlants..., en tout cas dans la boutique Guerlain de Bruxelles.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 juin 2020 à 15:27

C’était une autre époque.
Guerlain était trop Parisien.
LVMH a fait exploser la marque a l’international.
Mais comme chez tant d’autres marques... L’ancienne clientèle ne représente plus rien comparé aux oligarques ou aux marchés émergents.
J’ai fait mon deuil de beaucoup de parfums : 1000, Narcisse noir, Tabac blond... Mitsouko est ma signature depuis 1989. J’en ai toujours au moins un flacon d’avance. Et il n’est pas question d’acheter un flacon abeilles dorées. Dorénavant c’est internet et depuis des années.
J’achète ces produits a ce qui selon moi est leur prix acceptable. Pas celui demandé en parfumerie pour un service nullissime.
Quand Mitsouko sera trop défiguré, tout comme Hélianthe, je dirai que Guerlain est mort.
Les jus roses et sucrés, trop peu pour moi.
Je joue a des jeux d’adultes et je veux des parfums d’adulte, qui correspondent à mon éducation, mon mode de vie et mes goûts. Quitte a abandonner beaucoup de ces marques qui ne sont plus au niveau de leur gloire passée.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 11 juin 2020 à 06:42

Annick Goutal ça c’était un phénomène purement parisien. Personne en province ne connaissait les Goutal dans les années 90 alors que ça marchait bien à Paris et même aux États-Unis où à Bloomingdale’s c’était la meilleure vente "niche" de l’époque.
Guerlain ça toujours été une marque que l’on trouvait partout dans n’importe quel patelin de France et de Navarre où il y avait une parfumerie. De toutes façons, Paris c’est le centre mondial de la mode et de la parfumerie.
Guerlain est mort au même titre que Dior est mort. Tout ce que touche LVMH se transforme en rose bonbon ou l’idéal féminin défendu par ce groupe de luxe. Dior ou Guerlain, ça n’existe plus, les deux marques sont pratiquement interchangeables aujourd’hui. Comme avait dit il y a déjà quelques années Serge Lutens, à l’époque où il travaillait chez Dior, Dior c’était "Christian Dior", aujourd’hui Dior c’est NIKE !
La femme Guerlain c’était une bourgeoise aussi bien grande bourgeoise parisienne que petite bourge de province, qu’elle porte Mitsouko ou Shalimar.
L’idéal rétrograde et sexiste féminin de LVMH c’est une femme, jeune et jolie, romantique, qui s’épanouit dans le rose bonbon. Autant dire tout de suite qu’elle a pas fait Harvard. La femme LVMH c’est pas non plus la femme Tubéreuse Criminelle qui pour accompagner son parfum porte Éloge Funèbre, le dernier fard-à-lèvres violet électrique de Serge Lutens ! HIHI

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 11 juin 2020 à 09:23

Provocatrice !
Comme souvent...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 11 juin 2020 à 11:31

But that’s OK cuz at least I’m not boring like you

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

monbazarunlimited

par , le 8 juin 2020 à 21:11

J’ai eu l’occasion d’essayer Patchouli Ardent dans la boutique Guerlain des Champs-Elysées et ma foi... ma peau ne retient que la rose ! D’ailleurs, il m’a immédiatement fait penser à Portrait Of A Lady aux EDPFM.
Déçue...

Les deux Acqua sont mignonnes, sans plus. Je n’arrive pas à franchir le pas de l’achat, année après année.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Chanel de Lanvin

par , le 8 juin 2020 à 15:19

Bonjour,philtre de parfum .....fallait le trouver celui-la,décidément que ne ferait-on pas pour employer une expression donnant une allure artistique à un parfum ,pardon ....à un flanker ....
La communication à l’heure actuelle est un signe des temps,ce philtre tel le masque pour ce protéger du covid 19,ne vous protégera pas de son achat indispensable,ou tel un café philtre ou une mixture ensorcellante ....bref ....
Certaines références (Nahéma, Après l’ondée...) disparaissent provisoirement du catalogue, pour probablement réapparaître sous un autre format,je vois par exemple : Injection de parfum....Purge de parfum ...
Allez,sur ces notes bienveillantes,bon parfumage à toutes et tous.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 juin 2020 à 14:16

Shalimar Parfum initial était une fort belle réussite, mais alors là, je crois que nous avons été un certain nombre déjà à dénoncer cette politique de hum resucée hors de prix...
Sinon, je suis intéressée par le flanker de Shalimar qui sort en septembre. Alors oui, bien sûr, la vanille c’est toujours une facilité. Mais j’avais vraiment adoré les "odes à la vanille" sorties il y a quelques années, j’en avais acheté un flacon à chaque fois. Elle apportaient vraiment une profondeur, un moelleux au Shalimar classique (pour le coup, j’allais dire ’initial", on s’y perd...)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Do not drink ! Le naturel low-cost par Sephora

Do not drink ! Le naturel low-cost par Sephora

L'enseigne du groupe LVMH dévoile une nouvelle collection d'eaux de parfum présentées comme unisexes, à petit prix.

en ce moment

Farnesiano a commenté 1000

il y a 7 heures

Merci, chère Adina, pour ce bon plan. Manquent hélas au sein de la Collection Héritage Patou pour(…)

il y a 12 heures

Le coté poivré épicé et cendrier froid c’est le bouleau. L’odeur de l’ananas aussi à un leger coté(…)

il y a 13 heures

Creed a servi de marche-pied vers la parfumerie de niche pour bon nombre d’anglo-saxons, surtout(…)

Dernières critiques

Summer 69 - Gas

Sous le soleil exactement

Eau capitale - Diptyque

Paris en bouteille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019