Auparfum
Flacon de Cologne Bigarade - Éditions de parfums Frédéric Malle
Note des visiteurs : (11 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Orange stressée

par , le 12 décembre 2008

Dans la catégorie “Cologne excentrique”, Jean-Claude Ellena a composé pour Frédéric Malle un accord d’orange à côté duquel la plus amère des marmelades anglaises Chivers fait office de sucre d’orge. L’agrume est en départ subtilement entouré d’épices indiennes, cardamome et cumin, qui la “salissent” légèrement, en faisant ressortir l’amertume métallique et grinçante, et évoque également un alcool blanc tel le gin ou la vodka.

L’effet naturel juteux d’une peau d’agrume est bluffant, on croirait éplucher une orange ou même une mandarine, grâce à la pointe d’aldéhyde venant appuyer le réalisme de la note. Une fois l’explosion pétillante du départ dissipée, des notes rosées et boisées prennent le relais, se combinant aux restes de l’orange, qui se fait plus douce, permettant à l’accord turbulent de ne pas disparaître aussi vite qu’il était apparu. On reconnaît bien le côté méditerranéen d’Ellena, qui signe ici avec les teintes orangées de sa palette de peintre parfumeur, un paysage ensoleillé et lumineux, haut en couleur et en gaieté, évoquant la nature sans jamais la copier directement.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 25 juillet 2020 à 13:19

J’ai du mal à comprendre ce que fait Cologne Bigarade dans cette collection de parfums ! Frédéric Malle défend sa parfumerie comme étant celle où les parfumeurs peuvent s’exprimer et créer sans aucune limite, budget et matières premières, et tout ce qu’Ellena trouve à sortir c’est Cologne Bigarade ? Are You F*cking Kidding Me

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 juillet 2020 à 14:54

Il y a un argument par l’absurde : il existe des parfums pour les gens qui n’aiment pas le parfum. C’est une vraie cible commerciale. L’eau d’issey et l’eau parfumée au thé vert l’a prouvé. En situation, il se trouve des gens coincés qui veulent absolument s’offrir un flacon, et la vendeuse/le vendeur les oriente vers le flacon avec du rien dedans. :D
Même une marque maximaliste comme Amouage a sorti des parfums qui sentent presque rien comme Ciel (woman) et Reflection (woman), et au même prix que les autres flacons.

(Il y a aussi l’hypothèse du marché sud-asiatique, comme le Japon. Un parfums très léger comme "champs-élysées" a fait un flop partout, mais on raconte qu’il a correctement marché là-bas)

Historiquement, on s’asperge d’eau de cologne. Une fois le côté hespéridé et résineux dissipé, elle laisse une légère aura lumineuse et argentée. La cologne de Malle reste bonne, en terme de qualité d’ingrédient. Une bonne cologne a un effet de réenchantement, et on peut être très attaché à la sienne.

Enfin, Malle et les premières marques de niche, ont souvent récupéré des projets de parfums que les sociétés de composition n’avait pas pu refiler aux grandes marques. Faut croire que c’était pas le jackpot à chaque fois. (Les niches proposaient aussi un budget formule plus élevés, et vendre des petites quantités facilite l’approvisionnement en MP rares).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 juillet 2020 à 15:18

Absolument, d’ailleurs on a encore récemment vu l’émergence d’une gamme Eaux de Politesse chez Serge Lutens parce que ça correspond à une forte demande du marché asiatique.
Frédéric Malle aurait quand même pu faire quelque chose de plus grandiose. Luca Turin avait été plus loin dans la critique en proclamant que contrairement à Serge Lutens, les EdPFM n’avait pas révolutionné le monde de la parfumerie, ce qui avait provoqué plusieurs débats houleux sur Basenotes et Fragrantica.
Il doit y avoir tant de parfumeurs talentueux qui attendent leur tour et qui auraient faire autre chose chez Malle que Cologne Bigarade ! C’est dommage. Quant à Jean-Claude Ellena, il faut surtout pas le laisser jouer tout seul, sinon on se retrouve avec des Hermessence et Cologne Bigarade. Non, il faut l’asseoir, bien l’encadrer autour d’un grand projet bien défini, imposer des matières premières, aldéhydes par exemple et en interdire certaines à commencer par le pamplemousse (parce que lui et le pamplemousse ça vire à l’obsession).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 juillet 2020 à 15:49

On pourrait quand même lui permettre de rester debout, à ce brave J.C. Pour certains artistes, c’est même une nécessité. C’est peut-être un détail pour vous...

Pour le pamplemousse, il y a du vrai.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 juillet 2020 à 18:09

Il a créé de belles choses à commencer par First de Van Cleef & Arpels, mais depuis les années Hermessence, bof...
Si je sortais d’une grande école prestigieuse de la parfumerie et que tout ce que je trouve sur le marché de l’emploi c’est l’élaboration de parfums pour savons et shampoings et que toutes les portes de la parfumerie de luxe me soient fermées, devant Cologne Bigarade je me dirais quand même que tout marche au copinage parce que nul doute j’aurais pu sortir autre chose que les redites d’un monsieur qui se masturbe au pamplemousse !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 juillet 2020 à 13:33

Les bonnes directrices et directeurs artistiques sont aussi rares que les bons nez. C’est Frédéric Malle qui a validé l’essai, donc je serais plus prompt à imputer la faute à Malle qu’à Ellena.
(humour vâche) Ellena lui a peut-être fait 3 parfums pour le prix de 2 :D. Cadeau d’ami. A cheval donné on ne regarde pas les dents, toutçatoutça. (2002-2003 : "Angélique sous la pluie", "Eau d’hiver", "Bigarade concentrée")
Et peut-être qu’elle se vend bien, malgré notre médisance :D !

Il y a plusieurs parfums d’Ellena par Ellena que j’aime dans sa marque "the different company", comme "Bois d’iris", "Sel de vétiver". L’équivalent cologne chez TDC serait "Divine bergamote", qui est meilleure. (Mais tu la trouvera probablement trop pamplemousse.) Certaines personnes bloquent sur le gingembre, aussi. Quand on a crée "Déclaration", c’est difficile de créer de nouvelles formes, sans rappeler ce qu’on a déjà fait. J’ai eu le déclic sur déclaration il y a 2 ans. C’était avec un testeur neuf. Le flacon semblait contenir une essence de coriandre meilleure, et plus fraîche que d’habitude.

C’est la clémentine plutôt que la mandarine. Je m’étais trompé sur un autre post où on parlait d’Hermès et Ellena. C’est dans le zeste de la clémentine qu’on retrouve quelque chose de cinglant, et qui sert à compenser ce que la bergamote filtrée a perdu en intensité.

Bergamote, pamplemousse, mandarine, et "First" avec ses bourgeons de cassis, ((son accord narcisse)) et son castoreum : Ce sont les notes les notes de "Acqua allegoria pamplelune" de Mathilde Laurent pour Guerlain. J’ai détecté l’utilisation du bourgeons de cassis dans "First" et "Pamplelune" seulement récemment.

La formule de Bigarade concentré sur basenotes précise "essence" plutôt que "huile essentielle" pour la bergamote, ainsi que la présence de foin. (Absolu foin ?). Ca me donne envie de la réessayer.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 juillet 2020 à 13:36

errata : essence de cardamone (et pas de coriandre) (je ferais cette faute toute ma vie é_è)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 juillet 2020 à 13:25

Bien sûr d’autant plus qu’Ellena en est à son cinquième parfum pour Frédéric Malle. Idem pour Dominique Ropion. La moitié des Éditions de Parfums est attribuée à seulement deux parfumeurs, un peu décevant pour une collection dont le but était de permettre aux parfumeurs de l’industrie de laisser libre cours à leur imagination et s’exprimer sans aucune limite. Je comprends pourquoi Luca Turin n’a jamais été un grand fan de la marque. Au final il y a bel et bien directives et contraintes en tout genre et les Éditions de Parfum tournent avant tout autour de Dominique Ropion et Jean-Claude Ellena.

J’aime bien la Rose Poivrée de sa marque mais je ne l’ai pas sentie depuis plusieurs années, il paraît que les notes poivrées ont fortement été ratiboisées et qu’elle est devenue bien plate depuis quelques temps.
Il y a deux choses que je déteste en parfumerie, les agrumes (tout ce dont Ellena raffole) et la vanille en solinote. Je peux vivre avec une touche vanille pour arrondir les angles d’un parfum mais pas en grande dose. Ellena est obsédé par les agrumes, quand son iris sent la mandarine et absolument rien d’autre, on peut se poser des questions quand même ! HIHI

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 juillet 2020 à 15:44

Sud-est-asiatique, alors.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 juillet 2020 à 12:52

Merci pour la correction :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

billieH

par , le 29 décembre 2016 à 18:05

Il me fait terriblement penser à Déclaration de Cartier !!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 30 décembre 2016 à 09:36

Hello BillieH,

je pense que cette Cologne bigarade a aussi inspiré l’ouverture du Terre Eau très fraîche d’Hermès, avec cette jolie envolée d’agrumes acidulés (pléonasme ?) dans les premières notes...
(mais rien de surprenant, on reste chez Ellena :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 31 décembre 2016 à 09:52

Salut Euska, impossible de nier la filiation. Je ne suis pas forcément fan de Ellena mais je l’aime bien cette Cologne Bigarade. Surtout son amertume. J’irai sentir le Terre Eau Très Fraîche (non mais c’est quoi ce nom ??) bonne journée

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Ankalogon

par , le 27 janvier 2012 à 20:54

Pour Bigarade Concentrée, j’ai l’impression que Jean Claude Ellena c’est inspiré de L’Eau d’Hermès. Cette dernière à une époque était inabordable (1 500 Fr), disponible dans un flacon prestigieux et uniquement dans leur boutique :-) Depuis, Eau d’Hermès est vendue en grosse distribution à un prix raisonable...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 janvier 2012 à 21:14

Vous flairez bien ! Il dit avoir toujours été en pamoison devant cette magnifique eau (et il y a de quoi !). Et je ne peux qu’être d’accord !

Il y a même un peu air avec Déclaration vous trouvez pas ? (le côté cumin frais...), même si la Bigarade joue plus dans l’esprit de l’opus de chez Hermès...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 septembre 2013 à 16:12

Tous vos avis me donnent envie de re-tester la cologne bigarade (et la bigarade concentrée par la même occasion) car je ne retrouve pas cette parenté que vous mentionnez avec l’Eau d’Hermès...
Il y a dans l’Eau d’Hermès, dés l’ouverture, une note un peu sale (cumin ?), limite désagréable, mais que j’aime de plus en plus (ça doit être mon côté maso...) or je ne la retrouve pas du tout dans les bigarades : je retrouve quelque chose de semblable (limite "pipi de chat" mais`agréable en même temps : je ne sais pas si je suis bien clair...) dans Moustache de Rochas, et je commence également à percevoir une note un peu sale dans l’ouverture de l’Eau sauvage de Dior(qui est moins sage qu’elle n’y paraît)- ça doit être l’effet Roudnitska ;-))
En revanche
a, rien de tel pour moi dans les bigarades (je sais pourtant qu’Ellena dit de l’Eau d’Hermès que c’est son parfum favori, donc un tel hommage n’a rien d’étonnant, même si je ne le perçois pas), mais hélas, pas non plus la tenue des 3 précédents :-((
Les deux bigarades sont très belles, notamment la concentrée, mais petite durée sur ma peau.
Par ailleurs, je viens de découvrir French Lover et il va falloir que j’approfondisse, car je n’aimais pas trop lorsque je l’ai sentí la 1ère fois, mais je crois que je suis en train de changer d’avis et là, par contre, aucun souci concernant la tenue !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 septembre 2013 à 16:33

Je suis d’accord avec Jicky, le lien de parenté est flagrant avec Déclaration tout comme avec l’Eau d’Hermès. Je vous conseille sans aucune retenue de tenter et retenter la version Concentrée qui selon moi est une parfaite réussite et de plus se porte été comme hiver, l’été en jouant sur les agrumes et l’hiver en profitant des épices.

 

Rien que d’en parler ça me donne envie de m’en mettre un peu ce soir ;0)

 

Essayez de sentir Déclaration, c’est une version plus verticale, moins grasse mais aussi un peu plus subtile et masculine par ses notes sales.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 septembre 2013 à 16:57

Merci pour ta réponse, JLE : je vais m’y coller pour voir si j’arrive à sentir cette parenté avec l’Eau d’Hermès (je ne sais pas si le terme "m’y coller" convient : sniffer les bigarades est tout sauf un supplice ;-)))

Par contre, je ne connais pas assez Déclaration de Cartier pour détecter un lien... Et, surtout, je ne l’aime pas trop (sauf, à la limite, la version cologne qui était sortie pour l’été il y a 3 ou 4 ans) : autant je suis fan de Must pour homme que je porte depuis sa création (même s’il devient difficile d’en trouver maintenant, vu qu’il est discontinué depuis un petit moment), autant Déclaration m’indiffère :-((

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

jle

par , le 16 mars 2011 à 18:52

Alicantino, grattez-moi donc quelques mots sur spaghettoni@hotmail.com car je pourrais être preneur. Il ne tient pas plus sur moi que sur vous mais je trouve ce parfum très, très bon et intéressant pour les beaux jours qui arrivent.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 mars 2011 à 02:37

c’est gratté ! ^^ lol

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 mars 2011 à 14:56

Si ça interesse un admirateur ou une adminiratrice sur Paris, je souhaite revendre mon bigarade concentrée en 100 ml !

Raison : il a beau être sublime, il ne fixe pas assez sur ma peau donc ca me chagrine au plus haut point...

Cette notion de fixation m’est propre, donc ceux qui le connaissent savent qu’il agit différemment sur chaque peau et que ça reste un grand parfum de printemps/été et qui rafraichit les hivers trop doux ^^

une vingtaine de pshit effectué, quasi plein, belle baisse sur le prix...me contacter !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

jle

par , le 6 mars 2011 à 22:47

Après avoir passé un bon moment à sentir tout le catalgue de Frédéric Malle, encore une belle découverte grâce à Auparfum, j’ai craqué pour la Bigarrade concentrée, un parfum qui a peu à voir avec une cologne.

 

Je suis d’accord avec votre analyse Jeanne quant à l’explosion d’agrumes et à une note amère que je trouve peronnellement aussi salée. Rien en revanche de métallique ou de sale selon moi, juste un habillage dense, structuré et différent des eaux de toilettes aux agrumes habituelles. La fraicheur cède vite le pas à une assise où le musc, le bois et les épices se marient à merveille avec l’orange et la portent, la sortent des poncifs habituels en bouteille verte.

 

Je retrouve d’une certaine manière la construction gourmande et assez simple des parfums d’Ellena avec un mariage de couleurs et de goûts qui peut séduire aussi bien un homme qu’une femme. Bigarade va bien au delà d’une fraîche eau de cologne.

 

La tenue en revanche et le prix me laissent un peu sur ma faim. 6 heures maxi pour une eau de parfum vendue 100€ les 50ml, ça fait sauter une étoile mais Dieu que le mariage entre l’orange et son assise est beau, quasi animal. Il y a des notes de fourrure là-dedans !! Magnifique.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 février 2011 à 12:15

Je ne sais pas si c’est mon nez qui me trompe, mais je retrouve en ouverture EXACTEMENT la même orange très particulière en ouverture de L’Eau d’Hermès...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 février 2011 à 15:26

J’ai toujours pensé que JCE avait tenté là de nous refaire l’Eau d’Hermès qui le fascine. (dixit son que sais-je ?) J’avoue beaucoup aimer les deux mais craquer surtout pour l’originale.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 février 2011 à 18:30

Oui.... mais quand même le traitement de cette matière surdosée... J’adore vraiment cette bigarade ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 juillet 2013 à 16:11

Thierry m’a quasiment forcé à l’acheter.

 

Je l’adore.

 

De qui je parle ? Mais de la Bigarade ET de Thierry, bien sûr. ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 juillet 2013 à 21:37

La Bigarade Concentrée n’est pas mal non plus, si j’avais un parfum des Editions F. Malle à choisir, ce serait celui-là.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jicky

par , le 6 juillet 2010 à 20:05

Première et seule déception chez Frederic Malle : Cologne Bigarade.

 

Par où commencer ? En tête, l’effet est fusant, étourdissant, métallique et très (trop) hespéridé : une tempête d’orange très amère pour le coup avec un côté anis étoilée et un fantôme d’amertume verte. Ce n’est pas faute de bien aimer le tout, mais je trouve cet accord trop hespéridée. Je connais des colognes 10 fois moins chères et vraiment plus sage et juste je trouve.

Ce qui est étrange c’est que j’aime moi même la confiture d’orange amère (la seule que je prend avec rhubarbe pour ma bio), mais là je retrouve plus l’orange brute de la cantine de ma primaire, où on galérait comme des chiens pour l’ouvrir et l’éplucher avec nos pitoyables couteaux à bouts ronds, le tout sur le plateau gris et presque sale que l’on utilisait.

Je préfère plus la Bigarade Concentrée, qui malgrés la tête trop fusante (les aldéhydes), a un fond plutôt très agréable où je sens des muscs et la douceur du basilic. Elle mieux je trouve. La Cologne je lui mettrait deux et la concentrée 3, mais en moyenne ça fait 2,5, que je baisse pour le prix à 2 (je sais je me prend la tête, mais ça valait la peine de le mentionner)

 

Vive l’odorat !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

RomainB

par , le 5 juin 2010 à 14:36

Je viens de craquer pour la version concentrée. Une impression étonnante d’une orange amer juteuse à souhait que l’on vient de presser, amer et pétillante sur un fond boisé-épicé très sympa, parfum pour l’été. moi qui ne suis pas fan des parfums hespéridés, Bigarade Concentrée est l’un des rares qui me fait craquer.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 juin 2010 à 15:18

Bonjour Romain,

Je crois que vous être lyonnais comme moi, c’est marrant ( moi aussi je connais très bien la Mûre Favorite et j’y vais régulièrement).

Cette Bigarade concentrée me fait bien envie, mais il me semble que la tenue est plutôt médiocre, qu’en pensez-vous ?

Merci et à bientôt !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 juin 2010 à 18:23

En réalité je suis pas lyonnais, je suis descendu en Rhône-alpes pour mes études, sinon j’habite au nord de Paris. Pour la tenu ça à l’air d’aller, ça fait 4h que j’en ai sur la main et il sent encore, bon c’est sur qu’il n’est pas aussi intense qu’au départ mais ça a l’air de tenir, je réessaierais demain pour voir et je vous tiens au courant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juin 2010 à 15:15

bon et bien la tenu je dirais 4 à 5h même si au delà on le perçoit toujours, ça devient très léger, une retouche au bout de 4h histoire de raviver un peu le parfum serait pas mal je pense.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juin 2010 à 19:49

Merci Romain pour votre réponse.

Vous m’avez donné envie de réessayer cette Bigarade ; je viens de retrouver mon échantillon et je suis sous le charme. Pour la tenue, effectivement elle semble tout à fait correcte. Ce parfum est magnifique, tout en finesse, presque ciselé, j’y reconnais bien là le travail de J.C. Ellena. Les agrumes explosifs en tête s’adoucissent pour se mêler à des bois très doux, un peu foin... Il est plus transparent que l’Eau d’Orange Verte, plus pur, avec son côté amer et vif.

Je pense craquer bientôt !

J’espère que vous vous plaisez à Lyon.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juin 2010 à 20:08

le fond boisé-épicé me rappelle une peu Déclaration de Cartier d’Ellena également.
Ah oui très belle région, mais bon, je la quitte à la fin du moi, pour continuer mes études à Versailles. Mais je pense que je reviendrais de temps en temps, après tout c’est à peine à 2h00 en tgv de Paris. Une des choses qui me manquera c’est la chocolaterie Valrhona, ma gourmandise me perdra ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juin 2010 à 20:34

Tout à fait d’accord pour la parenté avec Déclaration de Cartier, que j’ai porté quelque temps, d’ailleurs.

Pour parler des créations d’Ellena, si vous aimez son travail, je vous conseille chaleureusement d’aller sentir les Hermessences à la boutique Hermès, si ce n’est pas déjà fait.

Au début j’étais très intimidée mais en fait ils sont sympas, et ce n’est pas trop guindé, il y a souvent du monde... Ils m’avaient même donné des échantillons Hermessences et plein de rubans parfumés,comme ça, sans que j’achète quoi que ce soit, j’étais trop contente !

Sinon, je ne connais pas la chocolaterie Valrhona, je vais me mettre en quête :)

Bon retour à Paris (la chance ! vous aurez un choix géant pour les ballades parfumées)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juin 2010 à 20:37

Valrhona ce trouve à Tain-l’Hermitage dans la Drôme. L’une des plus grandes chocolaterie. Tous les plus grands chocolatier et pâtissiers se fournissent chez eux pour la qualité de leur chocolat.

Pour les Hermessences je n’ai pas encore osé rentrer dans une boutique Hermès, mais il va falloir que je le fasse.

Merci, si je remonte à Paris c’est justement à cause du parfum ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juin 2010 à 10:34

Merci pour l’info, je ne connaissais pas du tout ces chocolats.

Je vous envie beaucoup d’aller à Paris, vous allez pouvoir sentir les exclusifs du monde entier !

Vous faites des études en parfumerie ?

Très bonne continuation en tout cas.

Aujourd’hui je vais me précipiter chez la Mûre Favorite pour m’offrir Bigarade Concentrée, ça urge ! :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juin 2010 à 11:00

Mon commentaire n’a rien à voir avec le parfum quoi que, mais en tant que chocolatier... A mon avis Valrhona est loin d’être le meilleur, c’est juste l’une des rares maisons à travailler de la fève au chocolat et à mélanger le métier de couverturier et chocolatier (ou pour faire une analogie ils sont en même temps menuisier et charpentier). A Paris vous pourrez trouver quantité de grands chocolatiers. Thierry Mugler fait d’ailleurs des ateliers parfumé dont l’un est consacré au chocolat.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juin 2010 à 12:50

pour répondre à sophie, oui je vais faire des études en parfumerie

pour antolio, je ne prétend pas que Valrhona est le meilleur, mais en tout cas le meilleur que j’ai goûté jusqu’à aujourd’hui, il a quand même une réputation de qualité. Pour Thierry Mugler je ne savais pas qu’il y avait des atelier sur le chocolat, amusant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juin 2010 à 13:42

C’est génial Romain. Si jamais vous n’osez pas aller chez Hermès et si cela vous dit qu’on y aille ensemble, vous pouvez me contacter : sophielyon@hotmail.com

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juin 2010 à 22:47

Pour Romain et Sophie : la boutiques Hermès à Paris n’est pas la plus intimidante, les vendeurs sont discrets, polis, vous laissent sentir à votre aise sans vous bombarder de commentaires inutiles, et l’endroit est assez magique, plus qu’impressionnant.

Il y a pire !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

clochette79

par , le 15 septembre 2009 à 19:05

Pétillant, amer, juteux, naturel, confit, du pur Ellena dans toute sa splendeur !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

korda_san

a porté Cologne Bigarade le 12 mai 2020

billieH

billieH

a porté Cologne Bigarade le 29 décembre 2016

Thierry

Thierry

a porté Cologne Bigarade le 26 août 2015

Sa note :
Jicky

Jicky

a porté Cologne Bigarade le 4 juillet 2014

Avait-elle des raisons de penser que vous viviez mal votre dualité ? Voyez-vous... si je vous dis oui alors vous allez tout de suite penser à un dédoublement. A Mr Hyde et au Dr Jekyll. Du coup je (...)
Sa note :

à la une

Exit the King : un parfum de nouveau monde par État libre d'Orange

Exit the King : un parfum de nouveau monde par État libre d’Orange

Un nouveau chypre sème le désordre au 69 rue des Archives.

en ce moment

il y a 16 heures

Je suis bien d’accord. Le langage, c’est une production sociale, et en tant que le parfum et les(…)

il y a 17 heures

"même si l’odorat est dénué d’un langage qui lui est propre" Ce n’est pas parce qu’on a de la(…)

il y a 2 jours

Un petit bijou ce parfum, d’une profondeur et d’une très bonne tenue. En effet il fait penser à(…)

Dernières critiques

Eau capitale - Diptyque

Paris en bouteille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Paris Parfums

Paris Parfums

Toulon (83)

La Parfumerie bordelaise

La Parfumerie bordelaise

Bordeaux (33)

Divine Nantes

Divine Nantes

Nantes (44)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019