Auparfum

Dear Rose, entre peau et pétale

Leur marque, elles l’ont appelée Dear Rose, parce qu’une lettre, on la commence comme ça : Dear Rose. Comme le début d’une histoire. Un moment de sa vie. Un instant de poésie.

Elles l’ont baptisée Rose, parce que c’est à la fois le prénom d’une femme et le nom de la fleur la plus féminine qui soit. Le point exquis d’une rencontre entre peau et pétale. Le parfum en soi. Même si leurs parfums piquent souvent ailleurs que dans la roseraie leur réponse à l’épineuse question : c’est toi qui sens si bon ? En clair : chez Dear Rose, la rose n’est que l’une des nombreuses fleurs du jardin. On ne s’interdit rien !

Et puis Dear Rose, aussi, parce que « Rrose Sélavy, Éros, c’est la vie », comme disait Marcel Duchamp. Et puis tout simplement parce que Rose, c’est le nom qu’elles partagent.

Le site de la marque : http://www.dear-rose.fr/

Roos&Roos : l’une chante, l’autre pas

Son test lorsqu’elle développe un parfum ? En vaporiser monsieur, le perdre dans un marché et tenter de le retrouver rien qu’en suivant son nez.

Au gré de sa carrière, Chantal Roos a été à l’origine de certains des sillages les plus signés du siècle - Opium, L’Eau d’Issey, Le Mâle, et d’autres encore. Elle savait entrer dans l’univers d’un créateur pour l’exprimer. Avec Dear Rose, il lui a fallu apprendre à partir de la page blanche...

Mise au parfum par sa mère dès sa plus tendre enfance, Alexandra Roos a fait ses gammes dans la musique - quatre albums, des chansons écrites pour elle et pour d’autres... avant de passer aux accords odorants.

Crooneuse gouailleuse surnommée « Vanessa Denfer » par le critique Arnaud Viviant, c’est elle qui offre un titre et une histoire aux musiques olfactives composées par Fabrice Pellegrin.

Fabrice Pellegrin : le metteur en odeurs

Son père était parfumeur. Sa grand-mère, cueilleuse de jasmin. Son grand-père, fournisseur d’ingrédients naturels de parfumerie. Bref, un Grassois pur jus.

Parfumeur chez Firmenich où il est également chargé du développement des matières premières naturelles, Fabrice Pellegrin est devenu une signature incontournable de la parfumerie alternative.

C’est lui qui met en odeurs les histoires de Chantal et Alexandra Roos : « Des écritures simples et lisibles avec une forte identité, comme le message qu’elles font passer ».

Comme une fleur : Just like a woman

À la voir pousser, ça n’a l’air de rien... Alors qu’il en faut, de la force, pour sortir de terre, grandir, s’épanouir. Just like a woman, chantait Dylan. Comme une fleur.

C’est le nom du parfum, expression d’insouciance et de légèreté, qui a dicté ses notes. D’abord, la fleur d’oranger, fausse candide qui cache sous sa petite robe blanche un sillage de bombe atomique. Pétalée, verte, aérienne dans l’essence de petitgrain ; charnelle et miellée dans l’absolue.

En contraste, pour soutenir le parfum chavirant de ses pétales blancs, le noir du patchouli cœur. Vertical comme un tronc : tête, cœur, fond. Planté dans la terre humide, réchauffé de bois de cachemire.

Ombrée d’un trait de mousse et de vétiver, une note d’ambre gris suggère la moiteur salée d’une peau de femme qui s’ouvre au soleil... Comme une fleur.

Opération Découverte

Auparfum et Dear Rose ont envoyé à quinze de nos membres une dose d’essai de Comme une fleur dans le cadre de nos Opérations Découverte. Vous pouvez découvrir leurs réactions sous la critique de Jeanne Doré.

Parole de marque

La rubrique Parole de marque est un espace proposé aux marques qui leur donne la possibilité de s’adresser directement à nos lecteurs. Il n’y a de la part d’Auparfum aucune prise de parti éditoriale dans ces publications.