Auparfum

Dans les champs de Chanel

Flacon de Dans les champs de Chanel - Chanel
Note des visiteurs : (1 vote)

par Jeanne Doré , le 2 octobre 2016

On n’aura jamais autant parlé de Grasse que cette année. Et ce n’est pas terminé !

Des marques comme Chanel ou Dior ont rivalisé en invitations pour journalistes au printemps et réseaux sociaux et magazines ont alors soudain été inondés d’images de champs de fleurs, et de pétales de centifolia dans tous les sens et sous toutes les formes, ce qui était encore impensable il y a quelques années. Mais le voile se lève peu à peu sur ce qui était jusqu’à présent considéré comme un "secret défense", en dehors de quelques images d’Épinal édulcorées qui ne disaient rien et cachaient tout. On peut désormais découvrir les dessous cachés de Grasse, notamment dans un nouveau coffret de 6 livres reliés, Dans les champs de Chanel, signés Lionel Paillès.

Journaliste spécialiste des parfums, auteur de l’ouvrage Esprit de synthèse (éditions de l’épure, 2013), et chroniqueur sur BFMTV, il nous propose une exploration inédite dans les cultures de fleurs à parfums de la famille Mul.
Cet exploitant agricole de Pégomas, près de Grasse, est devenu le partenaire de Chanel depuis 1987, et c’est cette relation privilégiée qui est racontée ici, à travers les cultures de cinq fleurs : l’iris pallida, la rose centifolia, le jasmin de Grasse, la tubéreuse et le géranium rosat.

Les belles photographies de Pierre Even nous plongent au cœur de toutes les étapes de la production, et l’on collecte au fil des pages une multitude d’informations historiques, botaniques, et bien sûr liées à la culture de ces fleurs mythiques : par exemple, qu’il faut 60 cueilleuses pour chaque récolte de la rose de mai et que la tubéreuse, cultivée à nouveau depuis 2011 après une longue absence, est une fleur très exigeante et qui aime la propreté. On découvre que les feuilles du géranium rosat partagent 30% de ses composants odorants avec la rose et que le jasmin grandiflorum est la fleur la plus difficile à récolter : on n’en ramasse que 2 kg par jour. Enfin, il nous est révélé qu’il faut 16 tonnes de rhizomes pour obtenir 1 kilo d’absolue d’iris, et que celui-ci n’est jamais arrosé afin de concentrer l’irone, son principe odorant, dans ses racines.

Bien que cet ouvrage soit intimement lié à une marque, il ne donne cependant à aucun moment l’impression de feuilleter un catalogue promotionnel, et constitue au contraire une véritable source d’apprentissage et de transmission de savoir-faire.

Dans les champs de Chanel, coffret 6 ouvrages, par Lionel Paillès
Editions La Martinière
316 pages, 100 euros

A paraître le 27 octobre

Images © Pierre Even / La Martinière

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Walkyrie, le 12 mai 2017 à 18:43

Bonjour tout le monde ! Pour information, il y a une belle émission sur le parfum à voir en replay : Visites privées, sur France 2, animée par Stephane Bern, de mercredi 10 mai, est consacrée au parfum. Grand témoin : Elizabeth de Feydeau !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Sarah13, le 12 mai 2017 à 19:06

Merci pour cette information. Je vais de ce pas regarder le replay !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Beer luc

par Beer luc, le 3 octobre 2016 à 12:26

Transmission de savoir-faire sur papier,reformulation en réalité.
Faudait également que l’on nous explique avec art ( si il y en a ) le pourquoi et comment que beaucoups de parfums ne sont plus semblable à ceux d’autrefois,pour cette marque mais on l’aura compris,pour les autres aussi,malgré " un savoir-faire".

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Doblis, le 11 octobre 2016 à 22:49

Je suis tout à fait d’accord Beer Luc.
Cependant, je pense quand même que les marques n’y sont pas entièrement pour tout.
La suppression de matière 1ères du fait de leur potentiel allergisant a beaucoup contribué à la diminution de la qualité des parfums actuels.
Ce qui m’énerve, c’est que ces allergies ne touchent que peu de cas en fait.
Si les personnes y sont allergiques, elles peuvent se diriger vers d’autres parfums ou les portent uniquement sur vêtements.
Ce qui m’énerve d’avantage, c’est que la cigarette, par exemple, tue mais on continue à les vendre sans problème.
Il faut croire que les lobbys des cigarettiers ont un pouvoir bien supérieur à celui des parfumeurs.
A quand une pétition pour évoquer ce problème ? Je signe tout de suite.

En ce qui concerne ce coffret de 6 livres, c’est quand même une excellente nouvelle. Et une bonne idée de cadeau pour Noël.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Beer luc, le 6 novembre 2016 à 17:35

Lu assez tardivement,je partage tout à fait votre opinion,je suis moi-même outré quand je vois le laxisme dans des domaines qui sont plus nocifs pour notre environnement que l’univers des parfums.
Depuis un moment,j’achète mes parfums aux Emirats ( Dubai pour ne pas le citer ),comme chacun le sait,les arabes sont à l’origine du parfum bien avant nous.
Pour beaucoup,ce sont des huiles ( attar ) en petits flacons,souvent réalisé avec art,ils ont également des présentation en eau de parfum spray comme chez nous,et si certains ne sont pas à la hauteur,d’autres par contre sont très surprennant.
Je ne suis pas un spécialiste,je ne sais pas comment se compose leurs marketing au sujet de la reformulation ou des retiré de la vente,mais ma récente expérience me démontre que nous pouvons voir sur d’autres horizons ce que le parfum exprime encore par sa vivacité.
Pour situer mon point de vue,j’ai acheté chez Asgharali : Unique Impression,en flacon en verre fumé carré et rès lourd ,avec comme indications suivante sur la boîte :

Eau de parfum
Capacity : 100ml
Ingredients : Denatured Ethyl Alcohol 82,45%
Fragrance : 15,00%
Aqua : 2,55%
Et la surprise et de taille : pratiquement identique à Black Orchid de Tom Ford,on pourrait les confondres sans problème,avoir la main légère et le lendemain je le sent encore un peu,et le tout,avec un prix largement en-dessous de ceux pratiqué chez nous,TF y compris si on voit son prix pour un flacon de 50ml.
A présent,la question : qui à copié qui ....mais le résultat est là.
Voilà mon expérience,le pur bonheur çà existe,il faut élargir ses horizons.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par alix, le 7 novembre 2016 à 15:42

Bonjour Beer Luc
ou trouver ces huiles sur internet ?
merci

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Beer luc, le 9 novembre 2016 à 10:50

Bonjour alix,voici le site où j’achète mes parfums :
http://www.asf-dubaishop.com/PBCPPlayer.asp?ID=246341
Comptez entre 15 et 20€ pour la livraison,ils calculent les frais aux poids.

Les prix étant en dollars,j’utilise ce site pour la conversion en euro :
http://www.xe.com/fr/currencyconverter/

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Ani

Ani - Nishane

« Ani » - trois lettres énigmatiques derrière lesquelles se cache une vanille sauvage ciselée par Cécile Zarokian, à la lumière de l'histoire et des légendes de l'Asie mineur.

en ce moment

carlamariedm a commenté 903

il y a 7 heures

Quel défis, une marque française qui lance un Oud... Pour moi, c’est l’image d’un safran(…)

il y a 9 heures

Pour ma part, j’aime La Cologne à la Russe à toutes les saisons, c’est en fait plus un parfum(…)

alizarine a commenté 903

il y a 10 heures

C’est un parfum intéressant, indéniablement un beau travail sur de belles matières mais je n’ai pas(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019