Auparfum

Des années 70 aux années 80

par , le 2 décembre 2014

Cette deuxième partie du palmarès explore les années 70 et 80, deux décennies riches en parfums mythiques, novateurs et féconds.

Entre les notes vertes, poudrées et aldéhydées, se glissent quelques patchoulis au parfum de liberté, des orientaux aux épices ou aux fleurs blanches outrancières, et certains ovnis au profil à contre-courant, ou qui annonçaient peut-être déjà la relative "sagesse" de la décennie suivante...

à lire également

Chanel N°19
critique

Chanel N°19

Iris vintage

Patchouli
critique

Patchouli

par(fum de carac)Terre

Rive Gauche
critique

Rive Gauche

Belle de jour

1000
critique

1000

Anti-bling

Aromatics Elixir
critique

Aromatics Elixir

American cult

Diorella
critique

Diorella

Miss Eau Sauvage

Cristalle
critique

Cristalle

Bris de vert

Opium
critique

Opium

Pour celles qui s’adonnent à Yves Saint Laurent...

Polo
critique

Polo

Pur-sang

Nahema
critique

Nahema

Rose melba

Antaeus
critique

Antaeus

Anti-Bleu

L'Eau d'Hadrien
critique

L’Eau d’Hadrien

Amours impériales

Giorgio
critique

Giorgio

American beauty

Kouros
critique

Kouros

Nuit Fauve

Ombre Rose
critique

Ombre Rose

Baby powder

White Musk
critique

White Musk

Fleurs et Musc

Coco
critique

Coco

Baroccoco

Paris
critique

Paris

La vie en rose

L'Ombre dans l'Eau
critique

L’Ombre dans l’Eau

Promenade dans un jardin ombragé

Obsession
critique

Obsession

Idée fixe

Poison
critique

Poison

Miroir, Ô miroir

Sables
critique

Sables

Terrain émouvant

Bel Ami
critique

Bel Ami

Cuir anobli

Loulou
critique

Loulou

Oui, c’est moi

Eternity
critique

Eternity

Sagesse éternelle

Fahrenheit
critique

Fahrenheit

Violette pop-art

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Tamango

par , le 13 décembre 2014 à 14:19

Bonjour,

Je ne peux que regretter l’absence de mon chouchou chez Guerlain, l’éblouissant Parure. Mais j’imagine combien le choix a dû cornélien. Bonne journée à toutes et tous.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 décembre 2014 à 11:31

Bonjour, Tamango. C’est toujours un plaisir pour moi de croiser le souvenir de Parure, parfum magnifique dont Jean-Paul Guerlain était très fier ( mais de quelle création ne l’était-il pas ? ;-)) A une journaliste de je ne sais plus quel magazine qui lui exprimait son regret face à la disparition de Parure, JP Guerlain répondit que les restrictions imposées par l’IFRA etaient telles qu’aucune reformulation de Parure n’était possible, ni même envisageable : ce ne serait plus Parure. Qu’en pense Thierry Wasser ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 décembre 2014 à 11:52

Bonjour Tamango et Farnesiano,

C’est exactement ça, les restrictions imposées par l’IFRA ne permettent pas de faire quelque chose de correct avec Parure. Thierry Wasser dit exactement la même chose (en étant même un peu plus revendicatif : "Parure ? Killed by IFRA !").

Ce n’est d’ailleurs pas étonnant, car ses trois axes majeurs (pour faire court) sont trois axes extrêmement réglementés : la rose (dont plein de composants sont limités très fortement), les notes chyprées et épicées, et enfin les notes fleuries lilas-muguet (dont les matières principales sont même interdites).
Sa disparition mais aussi son côté plus générique font qu’il n’est effectivement pas resté parmi les 111 :)

Bonne journée !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 décembre 2014 à 12:10

Merci Jicky pour votre avis éclairé. Je comprends mieux ainsi pourquoi Parure n’ a pas été reformulé.
Bonne journée à vous également.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 décembre 2014 à 12:31

Merci Jicky ! On attend la relève...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 décembre 2014 à 12:00

Bonjour Farnesiano, nous voici donc comme tout orphelin, inconsolables. Je conserve précieusement telle une relique ce magnifique flacon, hélas vide depuis longtemps, dans son étui, d’un bleu, aujourd’hui, devenu indéfinissable. Parfois, je m’autorise à l’ouvrir dans l’espoir, vain, de retrouver ce plaisir immense. Si je comprends bien votre propos, Thierry Wasser pourrait représenter un espoir....
Je vous souhaite une belle journée.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 décembre 2014 à 12:29

Hélas, non... pas de reformulation possible ! Consolons-nous : tant de merveilles sortent aujourd’hui de l’imagination débordante des parfumeurs, et des parfumeuses !!! Merci à toute cette génération féminine surdouée dont Olivia Giacobetti et Mathilde Laurent sont de brillants exemples.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

zab63

par , le 4 décembre 2014 à 14:37

Il est normal que Fidji (qui n’est plus que l’ombre de lui-même) ne figure pas ici, puisqu’il est sorti en 1966, me semble-t-il .

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 16:14

oui, effectivement zab63, quelle gougourde je fais !! merci de remettre ma petite pendule des souvenirs olfactifs à l’heure :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 20:05

Allez, je vais mettre, peut-être, tout le monde d’accord. Fidji, a priori, a été créé en 1966, mais sorti en 1973.
Je ne peux vous le confirmer, je n’étais pas né, ou trop jeune entre ces 2 années. Mais les 2 dates apparaissent pour ce parfum.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 20:13

Ah bon ?? Tiens, j’attends une EdP des 90’s ces jours-ci ... je pense ne pas être déçue ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 16:15

Je viens quand même de lui attribuer 4 étoiles, en souvenir de ce qu’il fut.
je ne le trouve pas si changé, plutôt "effacé", une ombre comme vous dites. Je le porte de temps en temps, et l’autre jour quelqu’un m’a dit dans un magasin "ah comme c’est agréable de re-sentir Fidji" (je lui ai dit qu’on le trouvait encore en bas des rayons..).
Pensez vous qu’on puisse encore le trouver dans son ancienne version quelque part sur internet ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

missmuffin

par , le 4 décembre 2014 à 12:09

Quel plaisir de retrouver dans cette liste les parfums qui ont bercés mon nez d’enfant/adolescente ( mes Cristalle et Nahéma adorés notamment...). Manquent pour moi à l’appel Diva d’ Ungaro et Fidji de Guy Laroche du coté féminin, et Grey Flannel de Goeffrey Beene du côté masculin. Qu’il doit être difficile à la rédaction de sélectionner !! Bonne journée à tous

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Bianca

par , le 4 décembre 2014 à 10:02

Bonjour

je me trompe ou vous n’avez sélectionné à chaque fois que des parfums qui avaient déjà leur "fiche critique" sur auparfum ?

Cordialement.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 10:13

Bonjour Bianca,

ils sont tellement forts ces rédacteurs que c’est l’inverse : ils ont pris le soin d’avoir écrit sur tous les parfums de la liste avant de la publier ;-)

passez une bonne journée,
Potra

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 10:18

Ce qui répond admirablement à la question "la poule, ou l’oeuf ?"

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 11:29

C’est dû à leur talent alors moi qui croyais que c’était de la magie :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 11:01

Bonjour Bianca,

J’ai d’abord pensé comme vous avant de m’apercevoir (grâce, il est vrai, à une précision donnée par Opium) que les listes ne comportaient que des parfums encore assez facilement trouvables dans le commerce aujourd’hui (même si reformulés).

Du coup, je suppose que nos merveilleux rédacteurs nous feront une liste spéciale pour les grands disparus (si c’est le cas....bingo).

Je viens d’ailleurs de m’apercevoir qu’un autre grand mythe n’est pas mentionné : Nombre noir de Shiseido,le premier parfum de Serge Lutens alors directeur commercial de la marque (bien avant les SPR).

A suivre très attentivement donc ;-)

Bonne journée

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par , le 3 décembre 2014 à 21:06

Bonsoir la Rédaction.
Merci pour cette liste qui est pertinente en effet, même si je ne comprends pas certains choix (Patchouli de Réminiscence par exemple. Mais en 1971 je naissais alors je me souviens "peu" de l’impacte de ce parfum à sa sortie. De plus, je pensais cette marque bien plus jeune. lol)
Idem pour Diorella, Cristalle, l’Eau d’Hadrien (bon ok, je le garde celui-là), Giorgio, White Musk et Eternity que j’aurais plutôt remplacés par (je vous les donne en vrac, et ce n’est que mon avis) : Private Collection d’Estée Lauder, Anaïs-Anaïs de Cacharel (il a bien marqué son époque), Magie Noire de Lancôme (idem), Ysatis de Givenchy, Byzance de Rochas, Parure de Guerlain (sans équivalent et disparu hélas), Tamango de Léonard (en extrait c’était une merveille. Souvenir des soirs de sortie pour ma maman... Magnifique parfum du moins dans sa version de 1977), Jardins de Bagatelle et Samsara de Guerlain, Nina de Ricci (1er du nom, tellement beau de simplicité), First de Van Cleef & Arpels (Indispensable), Mûre et Musc de l’Artisan Parfumeur (bah oui quand même), La Nuit de Paco Rabanne, Empreinte de Courrèges, Eau de Campagne de sisley, Dioressence de Dior (animal des années 70, importable aujourd’hui), Coriandre de Jean Couturier, Parfum de Peau de Montana, Fidji de Guy Laroche... Bon, je sais, j’ai ai rajouté quelques uns de trop finalement.

A ceux-là, je rajouterais aussi des parfums qui m’ont quand même marqué et vendus en grande surface ou circuit spécialisés : L’Orientale, Via Passion etL’Insoumise d’Eau Jeune (oui, c’est du sucre, mais tellement bon... Je ne sais pas ce que valent ces parfums actuellement, mais ils étaient assez bons dans les années 80, biens dans leur époque), Ispahan d’Yves Rocher (magnifique).

Du coté des masculin, je suis désolé, mais on ne peut pas oublier Grey Flannel de Geoffrey Beene ! Je rajouterais en effet Givenchy Gentleman, mais aussi Philéas de Ricci (disparu hélas, sans équivalent), Sagamore de Lancôme (tellement beau ! RIP), Jules (même si ce n’est peut-être pas le plus grand parfum qui soit, je l’ai tellement aimé : presque mon 1er parfum) et Eau Sauvage Extrême de Dior (la version de 1985, pas l’actuelle où la reformulation a tué la note qui faisait qu’il était unique), Yatagan (unique) et le 3ème Homme (très 80) de Caron, Derby de Guerlain (forcément), Azzaro pour Homme (il a marqué son époque), Drakkar Noir de Guy Laroche (idem), Aramis d’Aramis, Trophée Lancôme, Eau de Cologne Hermès (Eau d’Orange verte actuellement) et Equipage d’Hermès, Bois Noir (qui deviendra Egoïste) de Chanel, Jazz d’Yves Saint Laurent, et Cacharel pour Homme.

Je pense avoir fini ma liste mais j’ai pu en oublier :-)

Et est-ce que j’écris une bêtise si je dis aussi que c’est dans les années 80 que les versions "eau de parfum", "parfum de toilette", "esprit de parfum"... sont nées également ? Je crois qu’avant ça n’existait pas et que ces concentrations sont devenues légions de nos jours.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 décembre 2014 à 22:42

Oui, mention spéciale pour Mûre et Musc : ce parfum est pour moi "icônique", dans le sens où il a apporté du nouveau à la parfumerie. Si je ne m’abuse, c’est l’un des premiers parfums ayant lancé la tendance du "fruité", et il a également contribué à forger la famille des muscs propres et lessiviels. C’est aussi le best seller de la marque l’Artisan Parfumeur, qui s’est imposée comme l’une des plus importantes de la niche française, et qui reste encore aujourd’hui une référence incontournable. Pour autant, son absence dans la liste ne me choque pas car il faut forcément faire des choix et exclure certains jus au profit d’autres, ça fait partie du jeu. Mais j’avoue être aussi étonnée que ce parfum fondateur ne vaille pas d’être senti avant de mourir ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 09:53

Doblis, je ne peux qu’approuver ! (même si, comme l’indiquait Newyorker, il n’est pas possible de tout mettre et si la sélection a dû être drastique...)

Le 3ème homme de Caron, bien sûr : il m’accompagne depuis sa création en 1985, et ç’a été un parfum magnifique (un peu moins maintenant, mais encore très acceptable), même s’il n’a jamais été reconnu à sa juste valeur...

Et effectivement, Jules, Yatagan, Bois Noir, pour ne citer qu’eux, sont dans le même cas : pas forcément des hits sur le plan commercial, mais très novateurs, très costauds, tout en ayant classe et distinction !
Bon, j’arrête : je suis en train de me rendre compte que ça fait très "vieux con qui regrette le passé parce qu’avant, c’était mieux" ;-p

Souvenir, souvenirs... Et sniffage de quelques décants vintage en cas d’urgence !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 20:18

Bonsoir Doblis,
Ca fait bizarre de voir apparaître le nom de Byzance ici, il a été mon "vrai" premier parfum de marque quand j’avais 18 ans !! Je l’avais en EdT et EdP, j’adorais sa vanille et son joli flacon bleu.
Puis je m’en suis lassée... et j’ai commencé à "papillonner", olfactivement !
Avant lui, une de mes tantes m’avait offert Venise d’Yves Rocher.
Voilà mes deux premiers parfums avant mes 20 ans. Nostalgie nostalgie ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 décembre 2014 à 20:18

Bonsoir S9,
Byzance reste un excellent parfum pour moi. Je le trouve proche d’Ysatis, dans la même veine.
Quant à Venise d’Yves Rocher (avec son joli flacon rouge), il avait une vraie personnalité intéressante lui aussi. Un bel équilibre. Bien supérieur à certaines créations "Particulières, Privées, Ateliers" actuelles n’Est-ce pas ?
Il ne faut pas mettre de coté ces créations que l’on pourrait qualifier de "mineures" en raison du prestige moindre de la marque.
Et tant que ça plait et que ça créé de bon souvenirs, c’est l’essentiel. Ca forme la personnalité, ça forme le nez...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 décembre 2014 à 22:35

Hello Doblis
Ca fait tellement longtemps que je n’ai pas senti Bysance ... C’est un bon parfum, mais je ne pense pas que je le porterais à nouveau s’il était réédité ; les goûts évoluent ...

Des parfums comme Venise montrent que ce n’est pas la peine de se ruiner pour sentir bon (mais ça, on le savait déjà ^^).
C’est marrant que tu parles d’Ysatis, je ne le connais que très peu, et j’ai une mouillette dans mon classeur à parfums. J’aime beaucoup, peut être le porterai-je un jour ? (rien à voir mais j’ai aussi la mouillette de Amarige, car je voulais bien distinguer les deux, eh bien pas de problème à ce niveau -là : autant le premier est plaisant, bien construit, avec de bones manières, autant l’autre est criard et limite vulgaire (Vade retro, vilain parfum !).
Vivement la liste des bons plans en cette fin d’année et les fêtes qui approchent !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 31 décembre 2014 à 00:24

Bonsoir S9.
Réponse avec un peu de retard... Je suis tout à fait d’accord avec vous pour Ysatis et Byzance sont bien plus agréable à mon avis qu’Amarige que je n’ai jamais vraiment apprécié dans mon souvenir.
Un classeur à mouillettes ? Ca garde l’odeur longtemps ? Ca se trouve où ce genre d’article s’il vous plait ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 31 décembre 2014 à 00:26

Après avoir senti Patchouli de Réminiscence, je comprends finalement qu’il soit dans cette sélection. Un bien beau patchouli franc et à la tenue remarquable (un peu normal pour un patchouli qui se respecte en même temps). C’était le 1er sorti à cette époque ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

DOMfromBE

par , le 3 décembre 2014 à 18:44

Bonjour et bravo à la rédaction pour cette initiative, qui me permet de me replonger dans mes souvenirs d’enfance et d’adolescence (né en 1971 et entré en fac en 1989...).
Je vais me permettre un grain de sel car à l’époque Rochas était une très belle maison de couture et de parfums. Dès lors, je citerais Lumière et Byzance. Ils ont aussi marqué leur époque.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 décembre 2014 à 13:50

Je sais d’avance que ce sera mon épisode préféré... Tant de parfums qui ont bercé mon enfance et mon adolescence en sont issus ! J’aurais personnellement ajouté Ysatis de Givenchy, Oscar de la Renta, Fidji de Guy Laroche parmi les parfums féminins, et le sublime Equipage d’Hermès (à quand une critique sur auparfum ?) ainsi que Jules de Christian Dior pour les masculins... et Derby bien sûr ! ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 décembre 2014 à 11:11

Merci. Que de beaux souvenirs qui me reviennent, et pas seulement olfactifs...
Je m’enveloppe de Derby ce matin et je sors.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 décembre 2014 à 10:59

La belle liste se poursuit pour notre bonheur.Tous ces parfums nous ont fait rêver à un moment ou à un autre et continuent de le faire (même si les reformulations sont passées par là hélas).

Pour la petite histoire, je signale que les 2 grands parfums de Calvin Klein (Obsession et Eternity) existent aussi en versions pour hommes et que celles-ci sont également de grande valeur.

Et, effectivement, Gentleman de Givenchy aurait également sa place dans cette liste.Comme un parfum mythique qui me semble cruellement y manquer : Derby de Guerlain, peut-être la plus belle création de cette maison pendant la période.(mais bon, les choix sont difficiles).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

S9

par , le 3 décembre 2014 à 10:48

Quand je vois cette sélection, je me dis : fiou, je dois encore vivre dans les années 70/80 (olfactivement s’entend).
Beaucoup de belles oeuvres, dont le n°19, mon préféré depuis mes 19 ans.
D’autres m’auront marqué : Kouros, si original, puissant, qui a certes des qualités, mais que j’ai du mal à supporter (il me rappelle encore un certain Diiiimiiiitriiii au lycée Henri Bergson, je crois que c’était le seul mec qui se parfumait de toute la classe de première).
Fahrenheit, qui est pour moi l’odeur d’un être cher, disparu bien trop tôt à l’âge de 25 ans, il a eu beau porter un peu l’Eau d’Issey pour homme, pour moi Fahrenheit est sa signature olfactive, je ne peux qu’avoir les larmes aux yeux en le sentant).
Opium, que curieusement je n’ai jamais porté, et à la lecture de vos avis, sachant qu’il a été tellement défiguré, je ne m’y aventurerais pas.
Rive Gauche, idem que pour Opium, je ne l’ai jamais porté, et je crois qu’il a beaucoup perdu lui aussi, donc lui et moi on en restera là pour l’instant.
Paris a marqué sa décennie, mais franchement, je ne l’ai jamais aimé ! (tout comme Trésor, qui m’écoeure).
Il y en a quelques uns que, honte à moi, je ne connais pas ou ai senti il y a trop longtemps ( Obsession, 1000) et votre sélection devrait m’aider à pallier cette erreur.
Pour finir, Antaeus est pour moi un des meilleurs masculins sur le marché (j’aime aussi beaucoup Pour Monsieur de Chanel) et une de mes prochaines acquisitions "dioresques", puisque j’en ai fait pas mal dernièrement, sera pour Diorella ...
Encore merci pour cette saga qui nous rappelle tant de beaux souvenirs et crée aussi le désir d’aller sentir des parfums jusque là ignorés ou inconnus !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Le retour de Fantômas, des brassées de roses et des volutes de fumée : la revue de sortie parfums #8

Le retour de Fantômas, des brassées de roses et des volutes de fumée : la revue de sortie parfums #8

Parce qu’il y a de plus en plus de lancements, y compris dans les marques de niche, et que l’équipe d’Auparfum tient à vous informer de façon la plus complète possible, voici la revue de sorties, tour d’horizon des flacons qui sont arrivés sur nos bureaux ces dernières semaines.

en ce moment

il y a 19 heures

J’ai eu envie de re-sentir Nuit de bakélite grâce au dossier en cours et j’ai maintenant envie de(…)

Co-Line a commenté Alien

il y a 20 heures

Bonjour Certainnes ou certains auraient senti et essayer la version Flora Futura ? Et mirage(…)

Farnesiano a commenté Azurée

il y a 21 heures

Azurée ? En ces beaux jours d’automne, magie assurée !

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019