Auparfum

Documentaire sur Arte : Le Parfum, une histoire des senteurs

par Thomas Dominguès (Opium), le 14 juin 2014

Les émissions sur le parfum ne sont pas si fréquentes, il ne faut pas rater le peu de rendez-vous dont on peut profiter. Le prochain RV télévisé est aujourd’hui, samedi 14 juin, sur Arte, à 22h35. Ce documentaire devrait durer 53 minutes.

Son intitulé ? "Le Parfum : Une histoire des senteurs", tout bêtement.

Voici un rapide aperçu de la description que vous pouvez retrouver sur le site d’Arte également.

"De l’histoire de l’eau de Cologne au parfumeur-tueur inventé par l’écrivain Patrick Süskind, un odorant voyage dans le monde méconnu des fragrances.

Né en 1685 dans le Piémont, Giovanni Maria Farina apprend les secrets de la parfumerie auprès de son oncle. Il poursuit son apprentissage à Venise puis à Grasse où se concoctent déjà de subtiles senteurs et où il étudie plus précisément les techniques de fabrication. Il séjourne ensuite dans plusieurs cours européennes, notamment à Versailles. Il devient dès lors le fournisseur attitré de souverains comme Louis XV et Frédéric de Prusse. Des hommes de lettres, Voltaire et Goethe, notamment, s’arrachent eux aussi ses précieux flacons. Il s’installe en 1709 à Cologne et crée un produit inédit auquel il donne le nom de la ville – en français, puisque c’est alors la langue de l’élite à l’échelle européenne : l’eau de Cologne est née.

Mais quelques décennies plus tard, cette appellation ne sera plus protégée et les contrefaçons seront légion. En 1806, un descendant de Farina s’installe à Paris et obtient le droit de nommer "eau de Cologne" un mélange parfumé différent - produit depuis le XXe siècle par la marque Roger & Gallet -, tandis que le siège de la "véritable" eau de Cologne, avec son musée, est toujours dans la cité rhénane.

Séduite comme des millions de lecteurs par le roman de Patrick Süskind « Le parfum », la réalisatrice Ina Knobloch a établi des parallèles plutôt convaincants entre les aventures de son héros, le parfumeur homicide Jean-Baptiste Grenouille, et le destin de Giovanni Maria Farina."

Si vous avez l’occasion de regarder cette émission, venez nous raconter ici.

Bonne soirée télé (ça changera de The Voice) !

Le Parfum
Une histoire des senteurs
Diffusion samedi 14 juin à 22h35 (53 min)
(Rediffusion lundi 23 juin à 15h40)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Farnesiano

par Farnesiano, le 19 janvier 2015 à 22:21

Demain, non pas sur Arte mais sur France 5 à 11h45 : la fabrication du parfum.
http://www.programme-tv.net/programme/divertissement/5774547-la-quotidienne-comment-fabrique-t-on-un-parfum/

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Kndy, le 20 janvier 2015 à 01:58

Merci, ça a l’air super intéressant.

On trouve tellement peu de documentaires/vidéos sur Youtube :(

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par evanilson, le 24 juillet 2014 à 12:27

Coucou a toute la communauté,

Je viens de regarder une vidéo très intéressante sur la perception du parfum par clémence Besse est je la poste ici car je ne savais pas ou la poster j’attend vos commentaires .

https://www.youtube.com/watch?v=6adLpFa7q9s

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par evanilson, le 24 juillet 2014 à 13:40

J’en n’est même trouvé une sur "l’olfactive marketing" regarder la vidéo a partir de la dixième minutes jusque la vingtième

https://www.youtube.com/watch?v=_aq5sPMUm-k

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par macis, le 24 juillet 2014 à 18:30

Bonjour Evanilson,
Je viens de visionner les 2 liens, et c’était fort instructif. Je succombe d’ailleurs très volontiers à une odeur de crêpe chaude ou à des effluves de pain tiède ou de viennoiseries. Les odeurs, c’est vendeur ! Un nouveau slogan pour la grande entreprise visitée par les caméras ? Peut être bien ?! A l’inverse, le nuage parfumé monopolisant le trottoir de nos chères chaînes parfumeuses les samedis pluvieux, aurait tendance à me hâter vers d’autres lieux, disons plus "neutres".
Nous sommes clairement menés par le bout du nez. Souvenez vous de ce ragoutant spot publicitaire dans lequel des protagonistes aux yeux bandés s’extasiaient sur une délicieuse odeur et découvraient une pièce répugnante en ouvrant les quinquets !
Si les parfums qui sentent bon le propre et les odeurs de sucreries ont tant de succès, ça n’est pas un hasard. Nous avons chacun à notre manière besoin de repères et de sécurité. Le sucre et le propre nous rassurent inconsciemment, je pense.
Merci à vous pour ces 2 reportages.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Poupoune1607

par Poupoune1607, le 23 juillet 2014 à 16:53

J’avais raté l’émission, je l’ai regardé en replay... en faisant autre chose, et pour finir par ferme ma fenêtre web à ) peine plus de la moitié...
Quelle déception, quelle manque d’ambition dans le traitement du sujet. Et pourtant on pourrait faire quelque chose de bien.
Je l’attendais comme une gourmandise visuelle et narrative à défaut d’olfactive (par la télé c’est pas facile), mais la recette n’a pas pris !
(une bise cuirée à toi Opium ;) )

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

zab63

par zab63, le 25 juin 2014 à 09:41

Les champs de narcisses et les montagnes, les roses ...c’était ce qu’il y avait de mieux.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 25 juin 2014 à 20:31

Bonsoir Zab63.
Je suis bien d’accord, les images, même si elles sont toujours un peu télécommandées, étaient, malgré tout, la part la plus intéressante du reportage-fiction peut-être... Ah, les narcisses (et les tubéreuses, z’étaient où les tubéreuses ? ^^) ! ;-)
A bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Nicolaï, le 19 juin 2014 à 19:52

Vu, bien rigolé quand même... Mais... Inexactitudes historiques ! Truelle au maquillage ! Truelle à la réal ! Toc à la bande son ! Farines et fadaises ! On nous a roulé dans la Farina ! (Pardon Jean-Marie, t’étais un type bien, quand même)

A quand un documentaire qui s’éloigne des poncifs, des clichés lavande, de la rose, du jasmin Chanel privé-exclusif, des cartes postales de Grasse et autres pseudo distilleries pour antiquaires ? Un docu qui présenterait un monde un peu en évolution, quoi. Qui parlerait intelligemment la (vraie) parfumerie de niche, du design olfactif, de l’art olfactif - s’il y en a un ? Y a pas grand chose sur le web, c’est le moins qu’on puisse dire. Si un réal passe par là... Y a moyen, et ça intéressera du monde... (Mais ça sera plus dur de trouver des sponsors, hé ouai...)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 22 juin 2014 à 20:08

Bonsoir Nicolaï.
"On nous a roulés dans la FarinA"... Mouahahah, excellent ! Je me suis marré presque autant qu’à la vision de cette expérience télévisuelle.
Je suis au moins content que vous aussi y ayez vu une part d’humour (non voulue probablement, mais, tant pis, on sauve les meubles comme on peut... ^^).
Effectivement, une vision un peu moins caricaturale, moins pittoresque de carte postale et moins éculée serait préférable. Mais, déja qu’on ne dit pas vraiment ce qu’il y a dans les flacons, alors faire preuve de créativité dans la réalisation d’une imagerie qui serait actualisée, j’ai bien peur que ce ne soit pas pour tout de suite.
Je suppose qu’une image plus désuète fait davantage rêver. Et, comme le parfum, pour que cela soit un business rentable, il faut qu’il fasse rêver, je crains qu’on ait le droit longtemps à une imagerie tartignole. ;-)
Je me demande, par ailleurs, si ce n’est pas justement la rupture de cette règle implicite du parfum comme vecteur d’évasion qui fait que les gens sont souvent surpris et déstabilisés par le fait que le parfum puisse également, comme toute chose, être objet de critiques. S’il est critiquable, c’est qu’il n’est pas exempt d’erreurs, donc, il ne serait pas (toujours) exceptionnel. Critiquer le parfum, c’est rompre la sacro-sainte loi du parfum comme objet supérieur à tous les autres, sorte de porte virtuelle magique seule capable de vous transporter ailleurs.
Bon, pour les budgets pour un projet un peu ambitieux, je pense que pour ne pas faire de pertes au vu du public assez limité qui pourrait/voudrait se poser une petite heure, il vaut mieux ne pas investir trop : disons, le prix de deux ou trois paquets de pâtes... Des sponsors avec une âme de mécènes seraient les bienvenus. ^^
A bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Anna, le 23 juin 2014 à 06:10

Des gars de Monty Phyton ont fait des des films géniaux avec très peu de sous. Mais eux, ils ne se sont jamais pris au sérieux. Avec des bons idées en peut aller loin...descendre la parfumerie de son saint piédestal ne lui fera pas du mal.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Nicolaï, le 23 juin 2014 à 20:41

Bonjour Opium...
C’est vrai que le mystère entretenu par les marques et la plupart des parfumeurs n’aide pas le public (qui fantasme vite) à imaginer autre chose que l’antique décorum du Parfum de Süskind. Autrement dit on lui sert la soupe qu’il attend, et ça tourne en rond de cliché en cliché, pendant que les choses, pourtant, évoluent.
Et comme vous dites, l’argent manque dès lors qu’une production s’aviserait de sortir du carré défini. Par ailleurs, l’olfaction n’intéresse encore que très peu de monde, finalement. La grande majorité des gens veulent qu’une EDT "sente bon", que le flacon soit joli, qu’il y ait si possible une star, un un joli mannequin sur les pubs. Voilà tout. Ça lui suffit largement pour rêver. Pour le reste, les arcanes, les rouages, les explications, c’est pas (encore) dans sa culture, ni son horizon immédiat, qui lui est surtout dominé par le visuel... (Tablons, allez : les yeux pour voir (images) : 60%, les oreilles pour écouter (sons, musique) : 39%, le nez pour sentir (parfums, fragrances) : 1% à peine...). Espérons que ces ratios évoluent un peu... Va falloir patienter. (Mais, pourquoi pas, organiser des lieux de partages réels, de rencontres autour des odeurs et des parfums, comme la bonne idée du "Nez Bavard", ci-dessus... )
Excellente soirée.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 25 juin 2014 à 20:29

Amen ! La messe est dite... ;-)

Bonsoir Nicolaï.
Je n’ai presque rien à ajouter, je vous rejoins sur tout. ;-)
C’est car nous sommes quelques-uns à être convaincus qu’il y a beaucoup à faire en termes d’éducation olfactive que certaines initiatives émergent, comme AuParfum, L’Olfactorama ou Le Nez Bavard. Enfin ! ;-)
(Bon, j’arrête là l’auto-promo, je participe aux trois, et je suis fier qu’on m’ait cru assez utile pour faire partie de ces beaux projets, moi qui doute souvent... ^^).

J’espère juste que vos ratios ne sont pas exacts, sinon, on a vraiment encore énormément de pain sur la planche ! De quoi occuper une vie ! !! ! ;-)
Passez une excellente soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Opium

par Opium, le 17 juin 2014 à 21:43

Bonsoir à tou(te)s.
Jeanne a fait un retour pour nous deux dans les grandes lignes. Merci à toi Jeanne pour le suivi post-diffusion. ;-)

Je suis désolé pour celles et ceux qui auront perdu une heure de leur vie samedi soir.
Malheureusement, sur auparfum, nous découvrons les choses en même temps que nos lecteurs, il n’y a pas de pré-présentation, nous sommes parfois également surpris (et, donc, pas toujours dans le bon sens du terme). ;-)
Comme quoi, il ne faut jamais généraliser. Même sur Arte on peut avoir des déconvenues.

Mândieu, ces maquillages à la truelle, ces expressions faciales, ces approximations, ces proximités forcées si éloignées etc.
Bon, au moins, au 6ème degré, certain(e)s auront pu rire un peu.
Bref.

Pour me rattraper un peu, si quelqu’un a le courage de laisser passer les 60 secondes de pubs, voici un replay d’un reportage de 7 minutes sur Grasse diffusé dans le JT de TF1 dimanche. Retrouvez à Grasse Jacques Cavallier au début et à la fin, et Michel Roudnitska vers la fin entre autres, pour celles et ceux que cela pourrait intéresser !
(Les habitué(e)s ne devraient pas apprendre grand chose, c’est un peu tartignole et grandiloquent, faut vendre le rêêêve ; mais, les images permettent toujours d’un peu voyager. Et, les propos à propos du parfum en tant "qu’œuvre de l’esprit" est toujours agréable à entendre...)

A demain pour la Saga de l’été Guerlain avec Jicky (on va tenter de ne pas trop raconter de bêtises... ^^).
Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

pulsation

par pulsation, le 17 juin 2014 à 21:03

Je tiens juste a dire qu’en dépit d’une émission peu instructive, j’ai au moins pris plaisir à écouter le début de la 6ème symphonie de tchaïkovsky(solo d’alto !), qui a été placée deux fois très brièvement dans le documentaire, certes sans raison apparente, mais bon ça fait quand même plaisir ! Sinon à part ça , mention spéciale au maquillage de Jean-Marie Farina adolescent.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Arpège

par Arpège, le 17 juin 2014 à 20:17

Je l’ai regarde surtout pour en apprendre plus sur Jean Marie Farina, son parcours, avec un peu de recul et je me suis "tapee" les Medicis juste avant qui s’entretuaient entre freres et soeurs pour avoir le pactole.

La aussi, les acteurs etaient mauvais.

j’ai ete attiree par le champ de Narcisses ! La bergamote et je garderai en memoire les cueilleuses de Rosa Centifolia.

Ce qui m’a marquee, outre qu’a cette epoque, personne ne se lavait (pas plus que les vetements) c’est d’avoir montre que Farina depuis sa plus tendre enfance, sentait absolument TOUT. Rien n’echappait a son nez.

Les reconstitutions historiques pretent souvent a rire (cf "L’Homme au Masque de Fer" avec Leonardo di Caprio par exemple, en Louis XIV que l’on voit a 20 ans a Versailles, passer devant son propre portrait le representant a l’age de 70 ans .... )

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

grand'ourse

par grand’ourse, le 17 juin 2014 à 09:49

bonjour,
et merci pour le retour, car je me sentais bien seule et coupable avec mes poils hérissés devant les perruques et Rondo veneziano !
Je suis pourtant très bon public, donc là, mieux vaut prévenir le chaland potentiel : traitement "particulier" du sujet, 50mn à peut être mieux investir ailleurs. Par contre paysage de montagne somptueux, le champs de narcisses existe vraiment ? Si oui c’est à s’y rouler.
Remarque : Je suis désolée si ça heurte quelqu’un qui aurait travaillé sur le truc, mais il vaut mieux le savoir de toute façon, et puis nous sommes tous perfectibles, autant que les cibles fassent un retour pour améliorer la chose pour une prochaine fois.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jeanne Doré

par Jeanne Doré, le 17 juin 2014 à 08:04

ouf, merci, je ne suis pas snob :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Eau de Cologne originelle Jean Marie Farina

Eau de Cologne originelle Jean Marie Farina - Roger & Gallet

Coupe droite, ajustée, simple, efficace, sage et proprette : et si c'était elle, la vraie cologne de référence ?

en ce moment

il y a 2 heures

Je me disais bien que les jours d’« extra vieille » étaient comptés. « Originelle », on sent que ça(…)

gabichou a commenté 903

il y a 5 heures

En effet, ce parfum a quelque chose d’intriguant, qui fait que l’on a tendance à y revenir pour(…)

Farnesiano a commenté Joy

hier

Une splendeur que je ne me lasse pas d’explorer. Fastueux, certes, mais lumineux, rayonnant et(…)

Dernières critiques

903 - Bon parfumeur Paris

Cinquante nuances de bois

Oriental Leather - Memo Paris

Frissons d’ambre

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

La Parfumerie bordelaise

La Parfumerie bordelaise

Bordeaux (33)

Le Paravent

Le Paravent

Lyon (69)

Divine Caen

Divine Caen

Caen (14)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019