Auparfum

Eau de Cologne originelle Jean Marie Farina

Roger & Gallet

Flacon de Eau de Cologne originelle Jean Marie Farina - Roger & Gallet
Les Classiques
Note des visiteurs : (3 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Vertes années

par , le 11 décembre 2019

Si personne ne se souvient jamais de la genèse de l’eau de Cologne, c’est parce qu’elle ressemble à une sorte de blague belge : c’est l’histoire d’un moine, d’un officier anglais et d’un couvent de nonnes au dix-septième siècle.

L’un de ces protagonistes détient une formule d’eau miraculeuse et la lègue à un certain Giovanni Paolo Feminis, qui la cède à son tour au fondateur de la société Farina à Mailand, un certain Johann Farina… Ou bien s’agit-il de Giovanni Farina, qui transmet sa recette à son neveu Johann Farina (un autre), dont la descendance perpétue la société J.M. Farina à Cologne ?
Comme personne n’a su trancher, on trouve aujourd’hui sur le marché à la fois la véritable Original eau de Cologne, produite par la société Farina 1709 de Cologne, et l’authentique Eau de Cologne originelle de Jean Marie Farina, dont la recette fut reprise au dix-neuvième siècle par Roger & Gallet. Simple, non ?

Mais trêve de galéjades. Si les historiens peuvent encore débattre de la réalité historique de l’une ou l’autre de ces figures, les amateurs de parfums se doutent bien que, quoi qu’il arrive, le passage du temps et des législations laisse peu d’un éventuel jus original dans les flacons contemporains, quels qu’ils soient. La bergamote par exemple, ce petit agrume de Calabre qui fait tout le piquant des colognes, n’est pas le même qu’il y a deux siècles : son odeur a varié, on n’utilise plus les mêmes machines pour extraire son précieux nectar et le résultat de son expression est désormais traité pour être débarrassé de déplaisantes propriétés photosensibles. Alors laissons l’histoire de côté, car nos nez veulent du concret. Or le concret n’est guère réjouissant du côté de l’Original eau de Cologne de Farina 1709, bouillon citronné décapant sur fond de muscs lessiviels, heureusement peu distribué dans nos contrées. La célèbre Eau de Cologne originelle de Roger & Gallet, auparavant nommée « extra vieille » (en référence à l’ancienneté de sa recette, et non pas à sa consommatrice cible), promet en revanche d’agréables moments. Son flacon ovale simple habillé de pourpre fait partie des incontournables sur les rayonnages de nos pharmacies et autres marchands de beauté.

Ouvrons donc le bouchon, et pschittons. Pas de doute, c’est bien elle, l’eau de Cologne telle que nos souvenirs la conservent sous une forme ou sous une autre : la salle de bain d’une maison de famille, un grand-père soigneux, une collègue polie. Cela pourrait être n’importe quelle cologne, mais c’est bien souvent celle de Roger & Gallet.
On y retrouve le juste cocktail de petit-grain, de lavande, de sauge et d’essence d’agrumes, ici accompagné d’un soupçon de myrte, de girofle et d’origan. Sentie à côté d’eaux concurrentes, comme sa rivale directe sur le étalages, la N° 4711 « Echt Kölnisch Wasser » de Maurer & Wirtz, avec ses accents fugaces d’eau de fleur d’oranger, celle de Roger & Gallet continue d’affirmer son classicisme à travers une coupe droite, ajustée, plus sage et proprette que d’autres compositions traditionnelles, comme un vêtement du dimanche mieux repassé, presque austère en blanc et vert.
Même la Cologne impériale de Guerlain, avec laquelle elle partage une bonne partie de sa structure et un penchant certain pour une note citronnée feuillue, arrive à se montrer un peu plus lumineuse. Bon nombre de colognes préfèrent quitter le parterre des aromates et explorer des sentiers plus doucereux et floraux, mais cette originelle reste décidément sèche et agreste, pouvant même se targuer de faire ressortir plus qu’à l’accoutumé le romarin sur la peau, dans une réminiscence herbale et presque iodée du territoire méditerranéen.

Sans poudre et sans reproche, la tenue n’en est pas moins surprenante pour une cologne traditionnelle. Elle est d’ailleurs bien meilleure que celles des N° 4711 et Cologne impériale précitées. Avec vigueur, l’Eau de Cologne originelle se prolonge agréablement en touches d’herbes fraîches, légèrement savonneuses, avant de s’effacer sans chercher à s’accrocher par quelque griffure musquée ou boisée qui aurait été déplacée.
Oui, ce vert jardin taillé à la serpette reste bien « la » Cologne, simple, efficace, « comme le bon Dieu l’a faite » dit-on encore en Occitanie. Le bon Dieu ou une de ses créatures inspirées, quel que soit son nom.

Et pour ceux qui désireraient une histoire mieux racontée de l’eau de Cologne, le petit livre La Fabuleuse Histoire de l’eau de Cologne, dirigé par Jean-Claude Ellena et publié chez Nez éditions, est fait pour vous.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 13 décembre 2019 à 11:35

«  auparavant nommée « extra vieille » (en référence à l’ancienneté de sa recette, et non pas à sa consommatrice cible) »
Là, j’ai bien ri !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 décembre 2019 à 08:38

On s’en doutait, mais la formule "extra-vieille" de 1806 a forcément évoluée.

Dans la liste des allergènes, figure l’incontournable hydroxycitronellal (exhausteur de notes florales à l’odeur de muguet), synthétisé en 1908, et qui n’existe pas dans les essences naturelles.
De plus, le produit contient du Bitrex, qui ne sent rien mais a un goût extrêmement amer (ce qui permet de dénaturer l’alcool de l’eau de Cologne). Adieu donc les fameux "canards Farina" dont était adepte, selon la légende, un certain empereur des français.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

_pascale

par , le 12 décembre 2019 à 19:15

A ressentir avant achat pour ceux qui voudraient en racheter un flacon : j’ai trouvé que cette Cologne JM Farina était devenue « dure », différente de mes souvenirs et pas en bien.

Il vaut mieux aller voir du côté de l’Institut Très Bien, je recommande particulièrement leur Cologne à la Russe.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 12 décembre 2019 à 19:40

Bonsoir _pascale, bonsoir à tous,
Toutes les Colognes de l’Institut très bien sont des merveilles de raffinement. La Cologne à la Russe est très bien l’hiver. Pour toutes les saisons, la Cologne à la française reste ma préférée. Superbe bouquet très élégant, fleuri poudré, qui reste malgré tout rafraichissant. Et que dire des Colognes fines, Violette de Parme en tête, un peu étrange et très originale, la raffinée Rose de mai ... tout un monde de poésie....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 13 décembre 2019 à 17:48

Pour ma part, j’aime La Cologne à la Russe à toutes les saisons, c’est en fait plus un parfum qu’une Cologne car elle allie tenue et diffusion, avec un sillage léger qui vaut des compliments. La Française, fleurie et poudrée, est une petite merveille, mais l’Italienne vaut aussi le détour.
Parmi les Colognes fines, ma préférence va à La Rose de Mai, je craquerai peut-être un jour.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 juin 2020 à 11:47

Merci pour toutes ces alternatives plus alléchantes les unes que les autres. Les prix affichés me laissent néanmoins pantoise. Près de 100 euros pour une Cologne, je ne suis pas (encore ?) totalement habituée ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 juin 2020 à 23:37

Ne vous habituez pas, on peut encore se parfumer exquisément pour des nèfles.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 12 décembre 2019 à 08:59

Pour moi, l’Extra Vieille est LA cologne par excellence, et ma référence depuis de très nombreuses années. Lassé par la N° 4711 qui me rappelait trop les hôpitaux ou certains vieux messieurs endimanchés mais pas très frais, j’ai vite adopté l’Extra Vieille que m’a fait découvrir une tante aujourd’hui décédée et que je porte par beau temps ou simplement pour me donner une petite claque revigorante après la douche ou le bain. De nombreuses colognes ou eaux fraîches ont défilé depuis dans ma salle de bain, l’Impériale, l’Eau du Coq et plus récemment la délicate Eau de Bonpoint et l’extraordinairement chic Cologne à la Française de l’Institut Très Bien (une pure splendeur !)
Merci à Auparfum de m’avoir révélé entre autres merveilles ces deux petits joyaux aussi élégants que rafraîchissants.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nez inexpert

par , le 11 décembre 2019 à 18:04

Je me disais bien que les jours d’« extra vieille » étaient comptés. « Originelle », on sent que ça vient d’un think tank de commerciaux dynamiques et analphabètes qui ont brainstormé des synergies. Nous échappons de peu à « intemporelle ».

Tiens, R & G propose maintenant des "extraits de cologne". Oxymore, antilogie ?

A propos d’extrait, en voici un de leur site : « Frédérique Terranova parfumeur française a sélectionné :[...]
- Absolue de Bourgeons de Cassis »
Accords, ponctuation, article et majuscules. Les Français seront bientôt encore plus nuls en français qu’en globiche. Sans blague, on trouve des phrases mieux fichues dans un manuel d’utilisation traduit du chinois par Google.

Au temps pour moi, on trouve "intemporel" dans la description de ladite eau.

Je vais m’open les veins et je return.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 13 décembre 2019 à 15:05

J’espère que vous allez nous come back en pleine shape !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Le retour de Fantômas, des brassées de roses et des volutes de fumée : la revue de sortie parfums #8

Le retour de Fantômas, des brassées de roses et des volutes de fumée : la revue de sortie parfums #8

Parce qu’il y a de plus en plus de lancements, y compris dans les marques de niche, et que l’équipe d’Auparfum tient à vous informer de façon la plus complète possible, voici la revue de sorties, tour d’horizon des flacons qui sont arrivés sur nos bureaux ces dernières semaines.

en ce moment

il y a 19 heures

J’ai eu envie de re-sentir Nuit de bakélite grâce au dossier en cours et j’ai maintenant envie de(…)

Co-Line a commenté Alien

il y a 20 heures

Bonjour Certainnes ou certains auraient senti et essayer la version Flora Futura ? Et mirage(…)

Farnesiano a commenté Azurée

il y a 22 heures

Azurée ? En ces beaux jours d’automne, magie assurée !

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Parfumerie Ambre

Parfumerie Ambre

Boulogne-Billancourt (92)

Divine Toulouse

Divine Toulouse

Toulouse (31)

Jovoy Paris

Jovoy Paris

Paris (75)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019