Auparfum

Fève délicieuse de Dior

par , le 3 mars 2015

"/>

Dior annonce l’arrivée d’une nouvelle référence pour La collection privée, sa ligne exclusive : le nouveau venu, Fève délicieuse, devrait rejoindre les linéaires à compter du mois de mai prochain.

Créée par le parfumeur maison François Demachy, la nouvelle fragrance serait un travail autour de la fève tonka du Venezuela, dans l’esprit d’un oriental sophistiqué et gourmand... tout un programme, ou, tout un menu !

Voici les notes qui devraient faire partie de la composition : fève tonka, vanille, praline, caramel, cacao, et notes boisées.

Une inspiration très largement alimentaire, une fois n’est pas coutume, et passablement galvaudée à l’heure où les crèmes desserts sont légion sur les étagères de parfumeries.

J’avoue ainsi attendre avec un brin de curiosité de découvrir le traitement de ces effluves au sein d’une ligne se voulant sélective... la maison Dior saura-t-elle surprendre nos narines ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 21 mai 2015 à 16:31

Ce parfum est réussi, du début à la fin...Essayez-le.
Moi qui suis très Oud, j’ai agréablement été surpris par le coté sucré de Fève délicieuse.
Il a rien de Fantaisiste, style parfum "Haribo".
Tient mieux que Cuir Cannage qui est aussi très bon.
J’aime.
Des Gouts et des Couleurs....Evidemment.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

magnan06

par , le 27 avril 2015 à 12:34

Je viens juste de le découvrir ce matin et ce n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais. Je craignais un sirop élégant mais riche en sucre et je découvre un parfum tempéré, bien élevé. Une sorte de chaînon manquant entre Tonka de Réminiscence et Noël Au Balcon d’ELO. Le velouté et la force en sourdine.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Vesper

par , le 7 mars 2015 à 21:47

Pour ma part je voulais juste souligner que, pour une fois, Dior (j’allais écrire "la maison Dior", mais ce serait manquer de respect) fait preuve d’une réelle prise de risque.
Il est évident que sur ce forum nous sommes là pour parler du parfum. Ni du contenant, ni de l’appellation. Et c’est très bien ainsi.

Mais je considère quand même qu’il nous faut tirer un coup de chapeau à un service marketing qui a pour seule raison d’être payé de nous vendre du rêve, du glamour et du bonheur et qui décide néanmoins d’utiliser le mot "fève" pour intituler le nouveau jus.
Je suis peu être irrémédiablement potache.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 mars 2015 à 14:24

La collection privée est un hommage au patrimoine de la maison Dior, mais pour autant, une partie des parfums n’est pas rattachée à son histoire personnelle. Fève Délicieuse s’inscrit dans cette logique. C’est aussi celle de Bois d’Argent, il ne faut pas l’oublier.
L’autre force de cette collection, c’est la liberté qui a été offerte à François Demachy. Quand on ressent l’ensemble des parfums, on perçoit la signature du nez. Fève Délicieuse est un gourmand, et même si c’est une tendance très années 2010, ce n’est pas un jus ordinaire. Le travail est intéressant et l’évocation donne envie de croquer dans un bon gros éclair au chocolat. Ce n’est pas mon préféré mais son raffinement est à saluer.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 mars 2015 à 15:00

Merci à l’équipe de Dior pour cette petite intervention pour nous convaincre de la cohérence de la ligne parfums de la marque ....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mars 2015 à 19:11

Pardon ? Je suis nouvelle sur ce site, j’ai juste donné mon avis. C’est pas très cool de crier au loup alors que je suis juste amatrice, j’ai pas été envoyée dans le but de sauver le blason Dior, merci bien. En plus c’est le créateur que je salue, à mon avis il a bien fallu mettre des étiquettes pour justifier l’existence de tel ou tel parfum, mais on s’en fout au final. Ses créations sont divines, ça nous change des parfums classiques de la maison. Dommage d’ailleurs qu’on ait congédié Mitzah et Eau Noire, ils étaient tellement uniques, chacun dans leur genre. Voilà le fond de ma pensée.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mars 2015 à 20:06

Bonjour,nouvelle (on attend le prochain pseudo ? :-p)

alors que vous soyez envoyée par Dior ou pas, peu importe, mais autant je suis d’accord avec vous sur le fait qu’avoir retifé Mitzah, l’Eau noire et le Véiver de la collecton est une mauvaise idée (pour rester poli), autant nil y a quand même deux choses qui me font tiquer dans votre message :

- que Bois d’Argent ne soit pas rattaché à l’histoire perso de Christian Dior comme les autres parfums de la collection privée, ça me semble normal, puisqu’il a été créé dans la ligne des colognes (avec l’Eau noire et la Cologne blanche) bien avant que l’idée d’une ligne exclusive à grande échelle ait seulement émergé...
Maintenant, s’appuyer là-dessus pour justifier que d’autres créations plus récentes de cete collection ne collent pas non plus au concept de base de la collection privée, ça me semble hasardeux...

- par ailleurs, dire que les créations que vous qualifiez de "divines" (et pourquoi pas ? Chacun son avis !) de Demachy changent des parfums classiques de la maison me semble bien irrespectueux vis-à-vis de Roudnitska, pour ne citer que lui...
J’échange n’importe quel parfum Dior actuel (collection privée ou pas) contre un flacon vintage de l’Eau fraîche (mais là, encore, on voit, avec la manière dont sont traités les classiques, l’intérêt que porte Dior à son patrimoine...)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mars 2015 à 20:24

Et moi un flacon vintage de Dioressence !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mars 2015 à 21:12

Bien vu pour Bois d’Argent, j’avais pas pensé à ça.
Je ne déprécie pas les parfums classiques, je voulais dire que l’approche est différente. Dans J’adore et compagnie, on donne une ligne directive au nez, alors que dans la collection il a plus de liberté dans sa création. C’était là le sens de mon propos, d’ailleurs il n’y a rien à reprocher aux premiers parfums Dior, c’est d’ailleurs ceux des classiques que je préfère. Je voulais juste parler du fossé actuel entre le pur produit marketing et le parfum de créateur.
Bref, je suis venue ici pour découvrir et partager une passion et en parler avec émotion, pas pour faire une démonstration sur mes opinions sous prétexte qu’elles ne sont pas la bienvenue.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mars 2015 à 21:23

Pas de soucis ! AP sert à ça : à discuter ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par , le 5 mars 2015 à 23:12

"Vanille, praline, caramel, cacao"... vous êtes certain qu’ils ont fait un parfum ?
Bah... pour le rapprocher de la vie de Christian Dior, ils n’ont qu’à dire qu’il adorait la tranche Napolitaine !
A tester en tout cas, on ne sait jamais. Surtout si le parfum est plus Vanille/Tonka que sucreries.
Mais c’est avant Noël qu’ils auraient dû le lancer ce parfum qui ressemble à la boite de Chocolat de Forrest Gump (film préféré de Christian Dior bien entendu !)
"La vie, c’est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber..."

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 mars 2015 à 23:01

Pareil pour moi ! Comme Black Opium. Mais on ne peut pas préjuger n’Est-ce pas ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Bella

par , le 5 mars 2015 à 16:53

On verra ce qu’ils vont tricoter tout au tour. Je pense que ce registre de parfums pourrait passer mieux en mainstream chez Dior.
Ca se trouve que Mr Dior avait été accro aux sucreries ?! :-)
On verra bien.
Pas de tentation pour ma carte bancaire, ouffff, sauvée !!! mais j’irai juste le sentir quand même pour ma culture générale de parfum.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Yohan Cervi (Newyorker)

par , le 4 mars 2015 à 22:12

Je me demande bien comment ils vont pouvoir légitimer cette nouveauté. Vu que tous les parfums de la collection privée sont censés rendre hommage, d’une manière ou d’une autre, à Christian Dior et sa vie. C’est qu’il devait beaucoup aimer le Oud et les bois ambrés.
Alors cette fois ce sera quoi ? Un hommage aux barbes à papa de la Foire du Trône qu’aimait C. Dior ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 mars 2015 à 22:29

Une ôde à la Danette que Monsieur Dior mangeait dans sa salle de jeu face à la Manche à Granville lorsqu’il était enfant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 mars 2015 à 08:06

Tout à fait monsieur. Même que comme c’était il y a longtemps, il la mangeait avec une cuillère en bois ambré. Un matériau hyper quali et chargé d’histoire, hommage à la belle époque. J’ai bien tout compris ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 mars 2015 à 09:03

Et comme tout le monde le sait Granville c’était sur la route maritime des épices, alors la fève tonka, la vanille, le cacao, les bois précieux, tout ça tout ça, c’est bien légitime.
Enfin ne partons pas perdants et sur des a priori concernant ce parfum qui sera peut-être une très bonne surprise qui sait ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 mars 2015 à 11:47

Pour avoir eu l’occasion de le sentir, franchement les matières et les textures sont plutôt quali pour un parfum de ce registre (qui est une sorte de grosse vanille-tonka très dessert). C’est pas du tout mon registre de parfum, mais j’attends de bien le re-sentir quand il sortira.

(après oui, ils vont ramer pour lier ça à Dior ^^)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 mars 2015 à 15:54

Bonjour tous,
D’abord merci, vous m’avez bien fait rire :-)
Mais si ils ont fait un joli gourmand, pourquoi pas en mainstream, histoire de passer à autre chose après les 72 déclinaisons de Dior Addict ?

En fait je crois que j’ai un problème avec le principe de certaines collections exclusives : pour moi, ça se justifie pour sortir des parfums avec des matières premières particulièrement rares/chères, ou de permettre une expression artistique pas viable en « grand public »… Mais là j’ai le sentiment que le concept c’est juste « être cher ». Certes il y a des gens qui veulent payer cher (même si le prix de leur parfum ne se sent pas)…
En plus ils commencent à cacher (voire supprimer ?) certains exclusifs, évidemment parmi les plus intéressants : Mitzah, et maintenant l’Eau Noire ? (vite un rappeur pour faire sa publicité ! ^^).
Allez voyons le bon côté : probablement pas de tentation en vue pour moi !

Bonne journée,
Potra

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 mars 2015 à 16:07

Pour compléter ta triste liste, Potra : Vetiver aussi fait partie des victimes ayant laissé la place aux nouveautés...

Dior nous assure qu’ils sont toujours vendus (mais uniquement en 250 ml, maintenant) et comme ils ne sont plus présentés avec le reste de la gamme, les gens ne vont plus les demander (à part ceux qui les connaissent), et du coup, il s’en vendra moins (logique implacable) et je crains qu’ils ne finissent par ne plus les produire...

Foncez donc découvrir Mitzah, et demandez à le sentir, c’est un bonheur d’ambré : le testeur est caché dans le tiroir, mais il est toujours dispo pour les curieux !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 mars 2015 à 16:47

Coucou euskalpyth,
En plus les flacons de 250 ml sont à 300 euros... cher, cher, cher... :-(
En tout cas Vétiver et Mitzah sont les très belles créations. Mais.... pas pour ma poche malheureusement.
Au moins j’ai pu les sentir l’année dernière.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 mars 2015 à 16:32

Coucou Potra :)
Je rejoins complètement tes interrogations. Je suis la première à dire que niche ou exclusif ne veut pas forcément dire jus improbable/conceptuel/difficile à porter, mais dans ce genre de collections on attend tout de même une proposition, un positionnement, un jus identifiable à l’identité assumée.
Dans ce sens, c’est assez facile à l’heure actuelle de se démarquer, étant donné que les sorties mainstream se divisent quasiment en deux familles, le sucré et le fruitchouli : ainsi, La panthère par exemple fait pour moi office de niche au sein même des rayons nociphotruc.
Alors, effectivement, la question est de savoir si Dior va nous faire un mainstream à prix exclusif...ou bien, la possibilité d’utiliser de jolies matières donnera peut-être un résultat plus racé, avec des effets de textures intéressants ? Guerlain sait faire cela avec certains de ses exclusifs. Cela dit et comme l’a souligné Jicky, la maison Dior n’a absolument pas le même patrimoine, le même lien avec ce type d’univers...en terme de légitimité il va falloir raccrocher les wagons ! Mais s’en préoccupent-ils vraiment ?
Quant à la question des jus discontinués, je trouve cela absolument indigne au sein d’une collection qui se dit exclusive. Ceci rejoignant cela, voici encore un élément pour nous montrer que chez Dior, la question du patrimoine est bien plus affaire de pub que de cœur et d’ADN...

Belle journée parfumée !
Cécile/Doudou

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 mars 2015 à 19:39

Bonsoir Doudou :-)

Je serai moins sévère envers une marque de niche qui proposerait parmi de belles choses des parfums plus communs/faciles à aborder, je peux comprendre qu’il en faille pour des goûts variés, surtout si ça permet de continuer à proposer les belles choses. Alors que quand une marque propose les deux gammes, j’attends que les exclusifs aient quelque chose de particulier.
Et heureusement que les beaux parfums ne sont pas réservés à la niche et aux exclusivités ! Certes si on regarde uniquement les sorties récentes (assorties aux discontinuations/reformulations) ça ne donne pas beaucoup d’espoir, les Panthères et autres Narcisses Bleus semblent un peu noyés dans le bruit... Mais il reste de beaux survivants, et de temps en temps encore de belles nouveautés.

En fait Dior ne me donne vraiment pas une bonne image, entre les tours de passe passe pour faire passer Miss Chérie pour Miss Dior (déjà là on avait un sérieux indice sur la considération qu’ils ont pour leur patrimoine... et pour leurs clients au passage !), les radotages vides de sens sur J’adore et Addict, pour maintenant se donner la peine de faire un beau gourmand qui aurait des atouts pour réussir, mais surtout ne pas le proposer au grand public (sait-on jamais, des fois qu’il deviendrait exigeant...).

Passe une très bonne soirée,
Potra

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 mars 2015 à 19:56

Que dire...
+1, tout à fait d’accord, sur les distinctions de collections comme sur la considération apportée au patrimoine...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Le Temps des rêves : la fleur d'oranger grassoise par Goutal

Le Temps des rêves : la fleur d’oranger grassoise par Goutal

La maison pionnière de la niche rend hommage au berceau de la parfumerie et à la fleur du bigaradier.

en ce moment

il y a 1 heure

Bonsoir Pétrichor, Je vous remercie pour vos avis. J’irai donc découvrir en personne Coromandel(…)

il y a 1 heure

Bonsoir Garance, Je vais demain découvrir 31 Rue Cambon, je prends note de votre avis. J’aime(…)

il y a 1 heure

Bonjour à tous, C’est beau le story telling ! En portant Terror & Magnificience, je suis(…)

Dernières critiques

Byzance - Rochas

Néobaroque

Summer 69 - Gas

Sous le soleil exactement

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019