Auparfum

Five O’Clock au Gingembre

Serge Lutens

Flacon de Five O'Clock au Gingembre - Serge Lutens
Note des visiteurs : (32 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Tea time épicé

par , le 5 mars 2008

Ce nouveau Lutens au nom qui sonne comme « un clin d’oeil à Agatha Christie », dixit son créateur, s’inspirerait d’un certain luxe à l’anglaise, empreint de colonialisme. Du thé et des épices, quoi de plus British, en somme ? Son odeur comme son nom semblent se démarquer du reste de la gamme au premier abord, mais on retrouve au final le fil conducteur olfactif du fidèle tandem Lutens-Sheldrake.

Un départ inhabituellement hespéridé, presque masculin, avec un gingembre rosé et poivré, une bergamote pétillante et aromatique dans le rôle du thé, mais également une petite note fruitée et balsamique qui commence à pointer le bout de son nez, comme pour nous signifier « non non, ne vous inquiétez pas, je ne suis pas une Cologne ! » En effet, si le départ est plutôt frais et facile, il évolue doucement vers un accord boisé épicé, avec cette note sombre et sirupeuse de prune confite qui arrondit merveilleusement les accords boisés, comme dans Bois et Fruits par exemple. La note hespéridée est cependant toujours présente, mais plutôt sous la forme d’écorces de citron et de gingembre confit qui auraient macéré dans sirop de miel et d’alcool de prune.

On se retrouve donc finalement en territoire connu, habilement renouvelé, et en définitive plutôt agréable.

Achat en boutique

La marque Serge Lutens est disponible dans les boutiques partenaires de notre annuaire de points de vente de parfums de niche listées ci-dessous :

Santa Rosa

Toulouse (31)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 6 août 2017 à 12:12

Bonjour à tous !
Nouvelle sur cet espace d’échanges, c’est par Five o’Clock que je suis arrivée jusqu’à vous. J’aime ce TeaTime perfume, essayé sur ma peau grâce à une dose offerte par la maison Lutens.
J’étais déjà une adepte de Chergui dont j’adore l’odeur de sable chaud, de paille brûlée et de résine, mais aussi de Fleurs de Citronnier dont le néroli m’enchante.
Je suis donc venue chercher dans les Chroniques et les avis, le pourquoi de mon nouvel engouement. Cela m’a bien aidée, merci, c’est le poivre et la bergamote mais aussi l’encens (comme dans l’Eau d’Iparie de l’Occitane) qui me font fondre et j’ai compris aussi pourquoi je n’aime pas sur moi les notes finales, celle de sirop de fruits cuits.
Je termine la mignonnette reçue et à vous lire, j’ai fini par craquer sur Ambre Sultan. Anciennement habituée à l’Ambre de l’Artisan Parfumeur, je crois que AS va être superbe pour moi. La livraison est prévue dans la semaine...je viendrai vous dire !
Merci à toutes et à tous pour vos mots délicatement ciselés, qui permettent si bien de se représenter les couleurs et effets de toutes ces senteurs.
Manuela (de Dax, terre aride en Lutens !)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

ana

par , le 16 novembre 2014 à 19:25

J’adore Five O’Clock au Gingembre, j’aime TOUT ce qu’il y a dedans et surtout cette touche d’encens, mais ce que je ne comprend pas c’est le fait que je n’ai pas (plus souvent) envie de le porter. Ça reste un mystère...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 21:18

Bonsoir Anna
Je rebondis sur ce que vous dîtes car je viens de l’acheter, je l’aurai dans le courant de la semaine prochaine et j’ai hâte de le porter !
J’espère ne pas m’en lasser trop vite, ceci dit 50ml c’est vite descendu ^^
J’ai de mémoire un Lutens plutôt discret, tout en finesse, mais avec le côté addictif qui fait qu’on a tout le temps envie de le sentir.
Je l’ai donc acheté sur un souvenir olfactif qui commence à dater...
A suivre donc !
Le seul autre Lutens que j’ai eu a été Datura Noir, mais je ne le rachèterai pas, malgré le coup de coeur que j’avais eu à l’époque. En effet, une note coco me dérange dans sa structure, et je m’en suis lassée... Il y a eu comme ça une note qui me dérangeait dans le disparu Alchimie de Rochas, ce qui fait que je ne l’ai jamais acheté !
A ce propos, je viens de tomber par hasard sur ce site, où l’on peut poser des questions au parfumeur Jean-Michel Duriez : http://journaldesfemmes.com/forum/a...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 21:26

S’il vous plait S9, ne dites pas que 50ml c’est vite descendu parce que je vais commencer à faire des crises d’angoisse. :(

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 21:36

Bonsoir Calygo
Quand on a la main lourde comme moi et qu’on est habitué au format 100ml (car moins cher) ou même 200ml, un flacon de 50ml parait bien petit, mais tout est question de point de vue bien évidemment ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 21:51

Et tout dépend de la puissance/rémanence du parfum ;) Chez moi, le 50 ml de la Panthère dure parce qu’il suffit de peu pour sentir le fauve ;)

Tout dépend aussi du pouvoir d’attraction dudit parfum sur l’entourage... mon mari me pique souvent Ambre Sultan, alors j’en suis à mon 2e flacon en 4 mois et le 2e est déjà à moitié sifflé :(

Mais en général, je fais comme toi, S9, j’essaie de commander par 100 ml si ça existe parce que c’est plus économique à l’usage... encore faut-il que ce format existe, donc pas chez Lutens, hélas...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 21:59

Ayant des problèmes avec la tenue des parfums dans le temps je suis souvent obligé de faire un raccord entre midi et deux, du coup je n’achète jamais au delà de 50ml question de praticité (certes plus il y en a moins c’est cher mais je me dis aussi que si j’économise là dessus, je peux m’offrir un autre parfum 50ml au final...).

Comme je commence à avoir beaucoup de parfums et que j’en change souvent les flacons ne baissent pas trop vite au final.

Par contre j’aimerais savoir si quelqu’un connait des minis vapos (10 ou 15ml) fiables pour pouvoir emporter les exclusifs Lutens partout avec moi. Et surtout ne pas être obligé d’ouvrir et fermer sans cesse le flacon.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 22:09

Dans les Séphora Marionnaud, tu trouves très facilement des vapos de poche qui t’évitent de transporter ta bouteille entière avec toi (et qui minimisent aussi les risques de casse).
J’en ai un certain nombre qui contiennent tous une petite quantité de mes parfums préférés pour les raccords, sans compter le vapo tout noir de Féminité du Bois par exemple, que j’achète préférentiellement au flacon normal... plus pratique même si moins joli.

Sinon, pour les problèmes de tenue sur peau, t’hydrates-tu systématiquement la peau le matin avec un lait corporel neutre, qui permet que le parfum tienne mieux ? (petit truc chopé ici, grâce à Dau je crois bien... merci ;) )

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 22:18

Ils sont vraiment fiables ces vapos ? Parce que s’il y en a un qui se vide dans mon sac ou je sais pas quoi ça va vraiment pas le faire. Et puis en général ce sont des 4/5ml...

Et j’ai déjà essayé de m’hydrater la peau avant de me parfumer et je n’ai pas vraiment observé de différence.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 22:41

jamais eu de pb de fuite. Alors oui, ce sont de petites contenance, mais ça se re-remplit ;) sauf avec les vapos de Serge qui sont de 30 ml tout de même...

T’ai envoyé un mail pour les bonnes adresses...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 07:22

Pour une plus grande contenance, quand je pars en voyage j’achète des vapos de 10 ou 15ml chez Muji. Ils sont très sûrs, même si plus moches car c’est juste du plastique transparent, alors qu’avec le Sepho que j’avais j’ai eu des fuites dans mon sac.
(En plus c’était Nina, la pomme bien sucrée vous voyez... #parfumsdelahonte)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 22:04

Exactement Solance !
Franchement je fais attention au prix du ml, car pour assouvir ma passion des parfums, je n’achète jamais au prix fort, mais suis toujours à la recherche de la bonne affaire ^^ (là le Lutens me reviendra quasiment moitié prix).
Rare que je dépense dans les 100€ pour un 100ml.
Quand je vois les prix de certains parfums de niche dont vous parlez, suis presque contente, au fin fond de mon village, de ne pas y avoir accès, car si coup de coeur il y avait, mal au porte monnaie il y aurait.

Au final je pense que ne proposer certains parfums qu’en petit format permet de maintenir un prix élevé ; après je serais intéressée de connaître combien de 50ml et 100ml sont vendus pour un même parfum...
J’imagine que la plupart des achats se font sur des petits flacons.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 22:19

En effet, je le porte avec beaucoup de plaisir. Mais au début il me fait tellement penser à Serge Noire, ensuite j’envie de porter la Féminité du Bois (j’ai en permanence envie de porter celle-la !), je n’arrête pas de le comparer à Jeux de Peau...
J’aime tout dans cet parfum du début à la fin. Il est peut être en peu discret, ce que n’est pas forcement une mauvaise chose.
Le flacon qui ne doit jamais être vide chez moi c’est la Féminité du Bois. Jamais ! Question de survie. Et je porte des autres le plus souvent pour déjouer l’anosmie du porteur. En ce moment j’ai en permanence envie de Estée et FdB, des fois même ensemble..
S9, sans vouloir vous pousser au vice, vous devez essayer ces deux-la. Vous habitez loin de moi ;-)Estée est une version plus radicale et coriace de n°5, américaine et bien moins chère. Tenue et sillage monstres. La dernière formulation est plus verte qu’à l’origine. Le fond, par contre n’est pas animal, mais boisé.
Il ne sont jamais de trop quoi que vos goûts sont bien plus gourmands que le miens. Je suis vite écœurée.
Alors, des flacons de Lutens sont vraiment riquiqui, le 100 ml ne seront pas beaucoup plus grands et difficiles à transporter. Et le plus grand d’Estée est de 60 ml...avec mon débit, c’est ridicule.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 novembre 2014 à 23:45

Re Anna :-)
Pas de souci tu ne me pousses pas au vice, lol, j’irai juste les sentir, car je ne connais pas le Estée et je n’ai qu’un souvenir lointain de Féminité du Bois.
Là je vais me calmer dans mes achats parfumés, du moins pour un petit moment, car je vais en avoir plusieurs à Noël ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 00:23

Essayez tout ce que vous trouvez chez Lauder, plus que je les découvre, plus je suis conquise par leur qualité. Surtout les classiques. Ils sont souvent inspirés par des Chanel, une réinterprétation, comme PoisonFlower a bien dit quand on a discuté autour d’Estée. Et si peu portés en Europe et relativement faciles à trouver.
Féminité est, pour moi et beaucoup, le début et la fin de chez Lutens. Alpha et Oméga, Amen, vous voyez le genre. Je me suis laissé emporter...

J’ai vraiment envie de braquer Père Noël avant qu’il dépose des cadeaux chez certains d’entre vous.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 17:06

Hello Anna,
Je connais encore peu les parfums Lauder, le seul que je porte depuis 2 ans c’est le magnifique Private Collection, qui a une tenue exemplaire (mais que j’aimerais pouvoir acheter en 100ml grrr).
Je les découvrirai lors d’une prochaine visite en parfumerie :-).
Les goûts évoluent fort heureusement, car j’avais senti Féminité du Bois il y a longtemps, je ne l’avais guère apprécié, et cet après-midi ce fut une révélation ! (avec notamment Chergui que j’ai adoré).
Eh eh pour le braquage du père Noël, pour moi<il sera très Dior (une fois n’est pas coûtume...) avec Dune, Miss Dior l’Original en esprit de parfum et extrait, et Dioressence :-))

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 17:29

Miss Dior Original est toujours commercialisé en extrait ??? Alors ça c’est une des meilleures nouvelles du monde ! Ou ça ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 17:47

Bonjour,
Dior a ressorti cette année plusieurs extraits.
Diorissimo : le seul réussi selon moi. Je le porte. Jicky le trouve affreux et me dis que je sens les chiottes.
Poison : méconnaissable, lessiviel, rêche, une horreur. Même l’EDT actuelle est meilleure, c’est dire...
Miss Dior : Je n’aime pas du tout. Déséquilibré, trop rêche, une note cuir agressive (IBQ), un cœur floral moche, absence des notes poudrées.
Miss Dior ex chérie : Plus quali que l’DEP, mais ça reste une jolie merdouille.
J’adore : Il rappelle le J’adore de 1999, avant la reformulation qui en a fait un clone (notamment en tête) de Daisy de Marc Jacobs. Belle qualité de rose et de jasmin néanmoins, mais ça reste du shampooing.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 18:10

Bonsoir Newyorker
eh beh.... c’est encourageant tout ça... on verra bien pour Miss Dior l’Originale en extrait, je donnerai mes impressions dans quelques semaines.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 22:47

Pour ma décharge, l’argumentaire sur Diorissimo quand on sait que la grande force de l’EDT est de ne justement pas sentir le déo pour chiottes (chose extremement difficile pour un muguet). D’où l’échec, selon moi, de l’extrait.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 18:06

J’ai un fournisseur merveilleux ;-)
Il arrive à me trouver... l’introuvable ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 18:20

J’ai un tout petit flacon de sac de 15ml des années 60, et il est merveilleux. Et puissant ! J’espérais que l’extrait de la version actuelle pourrait s’en approcher... parce que la le sevrage sera dur.

J’irais le sentir mais j’ai peur d’espoir, ce que j’aime dans l’ancien c’est sa rondeur. Comme un bon vin.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 18:23

Erzébet,
Vous avez de la chance d’avoir un Miss Dior si ancien bien préservé, car c’est un parfum fragile, difficile à trouver en bon état au delà de 30 ans d’âge. :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 18:25

Si vous aimez la rondeur de Miss Dior (toute relative selon moi mais néanmoins présente dans les versions anciennes grâce à l’éclat des notes poudrées, vous risquez d’être déçue par le grinçant et la brutalité de la version actuelle. Les notes poudrées étaient dues à la présence de muscs dorénavant interdits.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 18:32

Je reconnais qu’elle est relative, c’est pour ça que je le comparait avec un bon vin qui coule sur la langue et dans la gorge tout seul, mais dont les parfums peuvent malgré tout être assez francs.

Je n’aime pas le départ de l’edt actuelle, elle "crisse", mais après ça va mieux. Je lui reproche surtout de très mal tenir.

Je l’ai eue aux enchères à Paris, dans un lot avec Madame Rochas et Arpège, tous les deux neufs dans leurs boites et datant des mêmes années. Parfaitement conservés. Il y avait aussi un Jasmin de Corse de Coty qui a prit un sale coup et un Narcisse Noir qui me met tellement mal à l’aise que je n’arrive pas à savoir si c’est son état normal ou s’ il a tourné.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 18:40

Erzébet, la critique du Narcisse Noir est prévue pour très (très) bientôt !
Je trépigne d’impatience que vous veniez nous parler du vôtre !!!
Votre ressenti face à ce parfum est tout à fait normal :), il provoque souvent ce sentiment : le malaise.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 18:47

Oh, je serais ravie d’en lire une vraie analyse ! Hélas je l’ai abandonné en France et ne pourrais pas y remettre le nez pour me rafraîchir (même si à son sujet le terme de fraîcheur n’est pas bien adapté) la mémoire.

A vrai dire il me déplaît tellement que j’ai voulu le revendre mais je ne voyais pas comment expédier le flacon sans qu’il se renverse (c’est un flacon comme les flacons d’extraits actuels qui ne ferment pas vraiment). Donc je le garde, pour ma culture.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 18:57

Narcisse noir dans les bacs d’Auparfum ? Je me réjouis, Newyorker ! Tu évoquais plus haut l’aspect brutal des nouveaux Dior. L’autre jour, j’ai plongé mon nez dans la version actuelle de Dioressence. Au début, on se dit que c’est pas trop mal puis très vite, se développe un truc effectivement assez brutal ou brut, et pas très raffiné, que j’avais découvert il y a peu dans le récent Eau sauvage Le Parfum. Cette molécule me paraît être un truc bizarre, un peu gras, vaguement baumé, entre cuir, skaï et je sais pas quoi. Malaise...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 19:56

Bonsoir Farnesiano,
Je n’y comprends rien du tout à Dioressence, j’ai l’impression que ça change tout le temps. Faut que je prenne le temps de bien remettre mon nez dedans.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 18:22

Aaah, les fournisseurs mystères :)
Tu es sûre qu’il n’est pas un peu ancien ton Miss Dior extrait ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 19:12

J’en sais rien du tout, pas encore reçu, il s’agit de deux extraits de 7.5ml, je ne sais pas de quand ils datent (il y a aussi un batch code j’imagine ? si oui je vous transmettrai le numéro).
Advienne que pourra.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 19:29

7,5 ml déjà c’est sûr que ce n’est pas la dernière réédition, qui n’existe qu’en 15ml...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 19:35

En général ce sont des testeurs qu’il propose.
Donc on verra bien !
J’espère ne pas être trop déçue, car c’est pour ma culture olfactive que je l’achète, car mon geste de "parfumage" (trop copieux) se marie mal avec l’extrait... je suis en général plus EdP, et parfois, plus rarement, EdT.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 22:32

C’est votre fournisseur que risque de se faire braquer et pas Père Noël ! Vous êtes certaine qu’il est bien réel cet Monsieur ?
Tout ce que vous avez commendé, plus au moins vintage, ça vaut de l’or ! Je VEUX tout ça, moi aussi...Tout ces merveilleux Dior sont portés par des membres (pas toujours défraîchis !) de ma famille. Mais, il y a que moi qui porte Private Collection, que je dois en racheter d’ailleurs. Pour moi, c’est en quelque sorte une consolation, pas vraiment une alternative, pour N°19 qui est trop timide sur moi. Merveilleux et persistent, mais super timide. Je le croise régulièrement dans les transports etc, et il donne jamais ça sur moi. Par contre, Private Collection est féerique.
J’ai toujours voulue porter Aromatics Elixir. Mais patchouli en telle quantité, j’ai du mal...il est très aromatique (c’est le but), mais il s’évanouit très vite. J’ai trouvé une ressemblance inétendue avec Estée, et je suis persuadée qu’elle contienne beaucoup plus de cette merveilleuse mousse de chêne (au son équivalent générique) présente dans les deux. Sur moi, elle se comporte plus comme un chypré-boisé-aldéhydé que un floral-aldéhydé... Elle ne manque pas de présence ni de contenu. Bref, j’en ra-folle. J’aurais pas du lui résister aussi longtemps. Mon flacon date de décembre 2013.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 22:49

PS : J’aime bien Chergui, mais il n’arrive pas à la cheville de la Féminité du Bois. Je sais que ce n’est pas son but non plus...mon cœur (au narine) est pris(e).
Par contre j’ai contaminé certains de mes amis (et leur progéniture adolescente !!!) avec des autres Lutens ; Datura Noir, Jeux de Peau, Bas de Soie...vieux Guerlains etc. Depuis, leurs anniversaires me coûtent (plus que) un bonbon. ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 22:50

Bonsoir Anna
Oui oui bien réel le monsieur, en fait un vendeur ebay à qui j’avais acheté du parfum il y a quelques années et qui m’envoie par mail chaque année 2 mois avant Noël une liste de parfums, à 90% des testeurs à des prix très corrects, mais le plus dur a été de faire un CHOIX !
Il y avait par exemple Panthère de Cartier, sans le "la", que j’aimerais découvrir... et Gentiana de Guerlain, une des premières Aqua Allegoria, disparue il y 10 ans et que j’ai portée en 2001 (celle la je crois que je lui achèterai s’il lui en reste, ah les souvenirs !).
Il propose encore Midnight Poison aussi (je lui en avais acheté l’année dernière).
Disons que c’est le seul bon plan que j’aie en ce qui concerne les parfums !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 novembre 2014 à 23:25

La "vieille" Panthère au Panthère tout court est introuvable d’habitude au elle coûte un rein ! Enfant, je l’ai bien connue et c’est vraiment pas ma tasse de thé. Elle est d’une exubérance sauvage ; fleurs blanches tubéreuse-gardénia, piquant des épices et de l’œillet avant des restriction, crémeux de tonka-vanille et l’animal civette-ambre...C’est un bel animal capricieux. Elle pourra vraiment vous plaire si vous avez de la poigne.
Personnellement, je ne m’en sortirais pas avec, je ne le veux même pas, mais vous...il y a un flacon de 50 ml sur Amaz.. en ce moment pour 360 £. Je me demande combien votre Monsieur demande...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 novembre 2014 à 08:21

Bonjour Anna.
Mais moi ... un flacon de 50ml à plus de 400€ ! Ben voyons ! Je gagne correctement ma vie, sans plus, mais je ne mettrai jamais cette somme dans un parfum !
Je ne suis pas à la recherche éperdue de Panthère, que je n’ai jamais porté d’ailleurs.
Si vous relisez mes messages précédents, je précise que je ne paie jamais un parfum au prix fort, non seulement mes moyens ne me le permettent pas, mais ce n’est pas non plus ma façon de voir les choses.
Pour répondre à votre question, il s’agit d’une EdT 125ml de Panthère, donc logiquement l’ancienne, à 89€, sous blister, ce qui correspond à des prix en deça de ce que l’on trouve actuellement dans les rayons des parfumeries.
Bonne journée :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 novembre 2014 à 17:44

Je suis désolée S9, il y eu un malentendu. Je vous disais combien Panthère coûte sur le marché aujourd’hui. Le prix que vous indiquez est vraiment intéressent déjà pour La Panthère (c’est le prix de 75 ml au commerces, 125 ml au edt n’existent même pas), et c’est une bagatelle pour l’ancienne.
Un investissement ?
Comme vous, je suis une personne pratique, je préfère grands flacons parce que il coûtent beaucoup moins cher au ml, même s’ils sont encombrants à trimbaler avec soi. J’achète que les parfums qui ont une belle tenue sur moi, parce que sinon, je trouve que c’est du gâchis. Et 400 E pour 5O ml d’une edp au edt, c’est hors de question. Souf s’il s’agit d’un investissement, ce que ne m’intéresse vraiment pas pour le moment, je n’ouvrirais jamais la boite.
Et quel plaisir à détenir quelque chose sans en profiter ? Et pour moi, parfum c’est une histoire du plaisir, pas de frustration.
On peut faire ami-ami maintenant ? S’il vous plait ! Nous avons beaucoup de parfums et goûts en commun.
Je promet de réessayer Chamade et Jersey lesquels je n’ai pas aimée...

Anna

PS : Le personne qui portait Panthère quand j’étais petite est une personne qui s’est imposée pendant un moment à ma mère comme amie. Elle était une source inépuisable de ragots et de malséance de tout genre. Une personne malheureuse et sotte.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 novembre 2014 à 18:18

Pas de souci Anna, tu n’as pas à t’excuser, mais j’étais étonnée de voir que mes propos avaient mal été compris, d’où l’explication ;-)
Ah si j’étais riche ...! lol du moins un peu plus, je l’aurais déjà achetée cette Panthère, mais bon... ce n’est pas pour le simple fait de toujours posséder davantage, donc pas par consuémrisme je précise, mais pour moi les odeurs sont le reflet d’une époque, de tendances, c’est une mine de richesses et c’est vrai que le parfum est indissociable de la notion plaisir, mais parfois on peut se tromper et revendre un flacon, donc "l’investissement" n’est pas perdu au final, si on considère un tel achat d’un point de vue mercantile.
Avoir une olfathèque, comme d’autres possèdent une vidéothèque ou une bibliothèque, pour moi ce n’est pas un
investissement mais une nécessité pour mon bien être, et représentatif d’une forme de culture.
Voilà ce que nous sommes tous ici, des amoureux de l’odorat, ce sens qui est dénigré bien souvent, et pourtant si important dès les premières heures de la vie.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 novembre 2014 à 20:07

Amen.
Je me parfume depuis le plus jeune age, c’est une source de plaisir et réconfort...ils sont faites pour être portés, nous les rendons vivants. Si j’étais riche, j’aurais une bibliothèque, olfothèque et vidéothèque. En peu près dans cet ordre.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Alucard

par , le 13 octobre 2014 à 14:23

Pourquoi !!!

Un de mes Lutens préféré mais qui me frustre affreusement...
Un parfum qui se transforme au cour de la journée , départ très vif et fraie qui entre progressivement dans un boisé épicé.
Mais alors que la plupart des Lutens sont très présent et ont une véritable aura, celui ci est très intimiste et ne se rebelle pas comme ses frères.

Un génie timide... frustrant

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

PetiteNiçoise

par , le 2 août 2014 à 23:50

Et bien, je vais être franche et directe :
Quand j’ai senti ce parfum la 1ère fois, sur 1 mouillette (...que le Dieu du Parfum banisse les mouillettes....!), je me suis dit "OH LA VACHE ! C’est quoi cette daube ?!!!" et j’étais très déçue ! Moi qui aime tant les Lutens. :-(

Mais comme je suis sympa, j’ai pensé "bon allé, on va donner une dernière chance à Lutens, c’est peut-être à cause de la mouillette... essayons sur le poignet".
J’ai pshité sur l’intérieur de mon poignet, même réaction, mais un peu moins tranchée, je me suis contentée d’un "ça chlingue ! C’est pas pour moi ! Adieu Lutens !"
Bref, j’a déambulé dans la parfumerie à la recherche d’un autre parfum qui pique moins le nez.
Et 10 min plus tard, ne trouvant rien, j’ai de nouveau posé mon nez sur mon poignet.... et "OHHH MY GOOOOD ! ça sent trop bon !!!!!"
Oui vraiment !
C’était de la bombe !
Rien à voir avec la "daube moutardée-épicée qui éclate le nez", "la harrissa " que j’avais sentie au début.
La "daube-moutardée" s’était transformée en doux pain d’épice, miellé, épicé, et suave.

C’est bête, mais je trouve que ce parfum sent "le petit déjeuner".... ça sent le lait chaud, le petit pain d’épices à droite du bol de lait, le pot de miel à gauche, et quelque chose d’autre, je dirai une petite douceur exotique du matin, une viennoiserie exotique, d’un pays d’orient.

Five O’ Clock sent le petit déjeuner accompagné d’une viennoiserie exotique.
Un peu curieux comme description, mais voilà, c’est ma vision.

PS : malgré le fait d’avoir été littéralement dégoûtée par ce parfum sur la mouillette au début, il m’a tellement troublée 10 min après l’avoir laissé parler sur mon poignet.... que je n’ai pas résisté longtemps à l’acheter...
Un Lutens de plus dans ma collection !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 février 2014 à 09:06

Pour ma part, ce parfum fut une belle découverte sur touche mais alors pas du tout sur ma peau. L’odeur de tête me plait énormément, mais je lui trouve ensuite un côté boisé fumé qui me gêne. Cette même odeur que je retrouve dans "Fille en aiguilles", odeur de fumé à la limite du brûlé. Etant entièrement novice, je suis incapable de dire qu’elle est la note qui peut procurer cet effet. Malgré mon attirance indéniable au premier abord, celui-ci ne sera donc définitivement pas pour moi.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 février 2014 à 10:58

Vous m’en voyez bien triste Athéna :’(

J’ai envie de vous conseiller d’y revenir, pas forcément pour vous convaincre de l’aimer, mais juste pour l’apprivoiser, et surtout ces notes un peu fumées.

Ce sont ces mêmes notes qui me rebutaient profondément la première fois que j’ai essayé Serge Noire et Filles en Aiguilles. Je m’y suis faite, petit à petit, au point ou maintenant je commence à voir la beauté dans Serge Noire (alors que la première fois, je me suis juste pris une claque désagréable dans les naseaux...).
C’est sans doute cette patience avec Serge Noire tout particulièrement qui a fait que quelques semaines plus tard, cette impression de fumée, d’encens un peu sec qui apparait en fond avec Five O’Clock au Gingembre, bien loin de me déplaire, a fini par me conquérir :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 février 2014 à 11:12

Vous avez certainement raison, parfois il faut y revenir et je suis sûre que certains parfums peuvent servir de passerelle pour en aimer d’autres qu’à priori on aurait détesté. Et c’est tout à fait ça cette odeur de fumée : de l’encens. J’ai ressent très souvent des odeurs que je connais mais impossible de mettre le nom dessus. C’est juste insupportable ! Je ne connais pas tous les Lutens (loin de là) mais je trouve qu’ils sont pour la plupart particulièrement difficiles à appréhender au départ. Il n’y a que Datura Noir pour lequel j’ai eu un coup de foudre. Fille en aiguilles, bas de soie, jeux de peau me laisse perplexe. A rester dans quelques temps donc...
Par contre pour revenir sur Five O’clock, je ne sent pas du tout cet aspect thé accompagné de petits biscuits aux épices qui est souvent décrit. Je fais définitivement un blocage sur l’encens. Il faut dire aussi que quand je l’ai fait sentir à mon ami, sa réaction a été : "mais c’est un parfum féminin ça ?". Du coup, j’étais encore plus désappointée...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 février 2014 à 20:35

Athéna, sur moi non plus Five O Clock n’est pas génialissime, mais dans son registre, c’est Rousse qui est superbe sur moi : il se cuire daim doucement, se poudre délicatement et a de petits éclats épicés. Peut être que votre peau sera semblable ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mars 2014 à 10:54

Merci du conseil, malheureusement dans ma petite province je n’ai accès qu’aux Sepho..., et apparemment il n’est pas distribué dans ces enseignes. Savez-vous où je pourrais le sentir ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 mai 2014 à 18:14

Je porte Rousse, mais car ce parfum n´est plus disponible que dans les flacons de table au Palais Royal, je commence a le remplacer par Five o´Clock au Gingembre. C´est moins doux a cause du manque de l´ambre, c´est plus piquant, mais pour moi satisfaisant. J´avoue que l´évolution de Rousse sur la peau est plus attirante.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 mai 2014 à 20:32

Merci pour votre réponse. Entre temps j’ai eu l’occasion de tester Rousse. Contrairement à votre avis, je trouve pour ma part que Five o’clock est plus piquant et évolue plus (sur moi en tout cas) que Rousse. Je ne vois pas Rousse évoluer. Et finalement après avoir testé les deux, je préfère nettement Five o’clock. j’ai enfin réussit à apprivoiser cette note encens qui me gênais tant au départ.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 juin 2014 à 11:13

Vous pouvez encore vous procurer Rousse en flacon rectangulaire sur Origines parfums, tout comme beaucoup de Lutens, à prix très intéressants. Je m’étais offert le flacon de table, mais finalement, Rousse ne se développe pas trop sur ma peau et finit par m’écoeurer .... finalement, à l’inverse de vous, Five o’clock aurait été plus approprié, plus piquant sur moi !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 juin 2014 à 11:15

Je m’adressais à Milena, bien entendu !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 octobre 2011 à 09:19

Bonjour,
4 étoiles pour ce parfum : c’est mon 1er coup de coeur olfactif... J’adhère complètement à ce que dit Youggo, ce parfum est duel et c’est vraiment fascinant de suivre son évolution vers un fond chaud sans pour autant être capiteux.
Je ne me suis jamais aussi bien sentie en accord avec un parfum qu’hier soir, devant ma cheminée, un tasse de thé noir à l’orange + 1 carré de chocolat à la fleur de sel, enveloppée dans ce thé gingembré-épicé réchauffé par ma peau. Un délice !
De plus, je lui trouve une très bonne tenue
5’o claock au gingembre : "what else ?"

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Patrice

par , le 30 avril 2011 à 12:45

J’ai vraiment été agréablement surpris par ce parfum qui ne m’attirait pas vraiment au début ! Il a ce petit quelque chose d’apaisant je trouve, surement hérité de l’esprit "heure du thé" !
Il me donne une impression à la fois de décontraction mais également de grande classe à l’anglaise !
.
Et ca me fait penser aux petit biscuits aromatisés au thé que j’adore ! :P

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er mai 2011 à 09:46

Moi aussi Patrice, j’aime beaucoup ce Five O’clock qui évoque si bien le flegme anglais et le tea time. So british !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er mai 2011 à 10:55

Classe, doux et gourmand. C’est exactement ça.
Par contre il est un peu trop léger et manque de tenue je trouve (dans le genre, Tea For Two a bien plus de sillage).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 24 juillet 2011 à 00:40

Bonsoir,

Aujourd’hui, nez à nez, si j ose dire, avec l’Artisan Parfumeur, mais manquant de temps, alors brouillonne ; et voulant ne pas mélanger les quelques parfums essayés à la hâte (gâchis), c etait un peu raté..
Mais j aimerais savoir, est-ce que Tea for two ressemble - ne serait-ce qu un peu - même d un peu loin (...) à Parfum Initial de Guerlain, bien qu ’en plus fort, moins "fin", ou vraiment, j’ai le nez aveugle : il me semble qu ’il y a quelque chose de commun, mais je ne sais quelles notes, quelque chose de biscuité (?) et sauf...les mélanges que j’ai du faire...
Parfum Initial me plaît mais tient si peu sur moi...bien décevant...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

grand'ourse

par , le 10 mars 2011 à 15:41

c’est curieux, j’ai le même ressenti que vous quant à la dualité des parfums lutens
je crois bien que c’est ce qui me touche en eux, pas d’évolution linéaire, plutôt une conversation entre deux facettes bien contrastées, complémentaires
pour moi chergui, c’est poussière et soleil, chêne, c’est rhum et mucre, daim blond c’est chic et abricot, etc.
et là, pour five o’clock, c’est père et mère, réminiscence de la salle de bain familiale où se mêlaient azzaro et opium
ai-je besoin d’ajouter qu’il a rejoint ses petits camarades dans le tiroir à malice ?
je pense donc à présent savoir aussi pourquoi je n’ai pas aimé bas de soie, je l’ai trouvé non complaisant monolithique. là où j’aurais sûrement voulu un pendant à sa raideur, il est resté sec et froid et ... tout seul !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 mars 2011 à 15:48

Je valide à 200% l’équation Chergui = poussière + soleil !!
Pour les autres je ne les connais pas encore suffisamment, mais Chergui sera probablement mon prochain Lutens, pour l’été.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Youggo

par , le 30 janvier 2011 à 19:48

Voilà un parfum qui aura mis du temps pour révéler sa splendeur à mes yeux. En même temps je ne lui avait pas laissé beaucoup de chance en me contentant de le renifler rapidement sur mouillette entre deux autres essais.
Il suffisait finalement d’une petite vaporisation sur le bras pour découvrir toutes ces facettes qui font sa richesse.

 
D’abord étonné par le départ pétillant et hespéridé d’une bergamote très citronnée et d’un gingembre fin et frais qui détonnent dans l’univers de Lutens, le parfum évolue ensuite doucement vers des notes légèrement boisées, chaudes, profondes et fruitées qui se fondent dans ma peau (cette caractéristique récurante et étonnante des parfums Lutens).
C’est un parfum tout en contradictions. À la fois frais et chaleureux, subtil et direct, délicat et profond, simple et riche, élégant et décontracté. Et sa tenue est incroyable pour un hespéridé frais (mon bras sent encore après près de 30 heures et 2 douches).

 
Finalement je ne regrette pas d’avoir insisté un peu pour lui donner sa chance. Ce nouvel essai m’a convaincu et je compte bien l’adopter dans les jours à venir. Je suis sûr qu’il se plaira beaucoup chez moi, avec ses frères et soeurs parfumés.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 octobre 2010 à 22:58

Bon conseil que celui de porter un Lutens toute une journée avant de se laisser tenter ! Concernant five o’ clock, j’aime beaucoup ce coté Lutens/pas Lutens ? au démarrage. Son sillage est tout à la fois velouté, enveloppant, avec un coté éphémère et agressif. Un parfum qui a du chien !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

bromenteau

a porté Five O’Clock au Gingembre le 28 décembre 2019

Sa note :

Don SALUSTE

a porté Five O’Clock au Gingembre le 9 septembre 2019

Sa note :
S9

S9

a porté Five O’Clock au Gingembre le 7 décembre 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Five O’Clock au Gingembre le 26 octobre 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Miranda

Miranda

a porté Five O’Clock au Gingembre le 14 septembre 2018

"Le souvenir est le parfum de l’âme." George Sand
Helsou

Helsou

a porté Five O’Clock au Gingembre le 14 mai 2018

Sa note :
Miranda

Miranda

a porté Five O’Clock au Gingembre le 4 décembre 2017

"Le souvenir est le parfum de l’âme." George Sand

Manolita

a porté Five O’Clock au Gingembre le 6 août 2017

Sa note :
S9

S9

a porté Five O’Clock au Gingembre le 22 février 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Didiegodelavega

Didiegodelavega

a porté Five O’Clock au Gingembre le 23 décembre 2016

Psychopatepanzaniste aldant’gerous crazyzypanpancucunologue sniiiffeur diplômé d’état second...
Sa note :
S9

S9

a porté Five O’Clock au Gingembre le 4 novembre 2016

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Miranda

Miranda

a porté Five O’Clock au Gingembre le 29 septembre 2016

"Le souvenir est le parfum de l’âme." George Sand
Clara Muller

Clara Muller

a porté Five O’Clock au Gingembre le 31 août 2016

Titulaire de plusieurs diplômes en littérature, histoire de l’art et commissariat d’exposition, spécialisée en art moderne et contemporain, critique indépendante et rédactrice pour la revue olfactive (...)
Sa note :
Miranda

Miranda

a porté Five O’Clock au Gingembre le 16 août 2016

"Le souvenir est le parfum de l’âme." George Sand
Miranda

Miranda

a porté Five O’Clock au Gingembre le 19 juillet 2016

"Le souvenir est le parfum de l’âme." George Sand
Miranda

Miranda

a porté Five O’Clock au Gingembre le 11 avril 2016

"Le souvenir est le parfum de l’âme." George Sand
Miranda

Miranda

a porté Five O’Clock au Gingembre le 23 février 2016

"Le souvenir est le parfum de l’âme." George Sand
Miranda

Miranda

a porté Five O’Clock au Gingembre le 5 février 2016

"Le souvenir est le parfum de l’âme." George Sand
Marco

Marco

a porté Five O’Clock au Gingembre le 14 janvier 2016

Babouboba

Babouboba

a porté Five O’Clock au Gingembre le 19 octobre 2015

Sa note :
S9

S9

a porté Five O’Clock au Gingembre le 10 septembre 2015

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Lanou

Lanou

a porté Five O’Clock au Gingembre le 23 août 2015

Lorema

Lorema

a porté Five O’Clock au Gingembre le 3 août 2015

ana

ana

a porté Five O’Clock au Gingembre le 1er juin 2015

Sa note :

Stéphanie06

a porté Five O’Clock au Gingembre le 27 avril 2015

S9

S9

a porté Five O’Clock au Gingembre le 16 avril 2015

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
gérard

gérard

a porté Five O’Clock au Gingembre le 26 janvier 2015

Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Five O’Clock au Gingembre le 25 janvier 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :

brigitteb

a porté Five O’Clock au Gingembre le 1er janvier 2015

Youggo

Youggo

a porté Five O’Clock au Gingembre le 2 décembre 2014

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
S9

S9

a porté Five O’Clock au Gingembre le 1er décembre 2014

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
ana

ana

a porté Five O’Clock au Gingembre le 16 novembre 2014

Sa note :
Babouboba

Babouboba

a porté Five O’Clock au Gingembre le 3 novembre 2014

Sa note :

instantanez

a porté Five O’Clock au Gingembre le 16 octobre 2014

nathalie

a porté Five O’Clock au Gingembre le 23 septembre 2014

Sa note :
Fanny.b

Fanny.b

a porté Five O’Clock au Gingembre le 24 août 2014

26 ans
Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Five O’Clock au Gingembre le 24 août 2014

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
PetiteNiçoise

PetiteNiçoise

a porté Five O’Clock au Gingembre le 13 août 2014

"LutensOphile".
Sa note :
ana

ana

a porté Five O’Clock au Gingembre le 7 août 2014

Sa note :

nathalie

a porté Five O’Clock au Gingembre le 22 juillet 2014

Sa note :

nathalie

a porté Five O’Clock au Gingembre le 10 juillet 2014

Sa note :

nathalie

a porté Five O’Clock au Gingembre le 9 juillet 2014

Sa note :

nathalie

a porté Five O’Clock au Gingembre le 7 juillet 2014

Sa note :
zab63

zab63

a porté Five O’Clock au Gingembre le 1er juillet 2014

à la une

Allegretto 7.2

Allegretto 7.2 - Berceuse Parfum

Le dernière création du parfumeur Antonio Gardoni pour la nouvelle maison Berceuse Parfum se rapproche-t-elle plus de la symphonie évoquée par son nom, ou d'une curieuse petite musique de nuit ?

en ce moment

il y a 9 heures

▲ ✰✰✰ Les pubards n’ont pas besoin de le faire exprès pour nous divertir.

il y a 17 heures

Question de disséquer sa vie ils y vont pas de main morte ! Ça frôle l’absurdité et ça devient(…)

il y a 18 heures

Bonjour Nouveau flacon commandé de Guimauve.... je peux comprendre qu’on ne sente plus la(…)

Dernières critiques

Splendiris - Dusita

Lueur poudrée

Fleur d’oranger & Lilas délicieux - 100Bon

Comme une fleur d’oranger bleu clair et crue

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019