Auparfum

Flowerbomb

Viktor & Rolf

Flacon de Flowerbomb - Viktor & Rolf
Note des visiteurs : (13 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Pétard caramélisé

par , le 30 novembre 2014

"A tout seigneur, tout honneur..." dit-on. Il était donc logique de consacrer quelques brèves lignes au parfum qui inspirera le succès glucosé qu’est La Vie est Belle des années plus tard.

En guise de "bombe florale", c’est plutôt une bombe à chantilly industrielle et à sucre qui est enclenchée quand on vaporise Flowerbomb.
En comparaison, la version masculine Spicebomb semblera mieux respecter le cahier des charges d’une "grenade chargée d’épices explosives", qui parvient à séduire à peu près tout le monde sans jamais écœurer.
Flowerbomb, de son côté, a du mal à faire entendre les fleurs censées composer sa formule, noyées entre caramel et barbe à papa. Ce parfum a fait ainsi basculer de la sensation gourmande, qui truste le monde de la parfumerie depuis vingt ans, vers la tendance "pur sucre" que l’on connaît depuis quelques années.
Effectivement, après lui, certains effluves ne pourront plus être décrits uniquement comme "gourmands", il faudra les qualifier de "sucrés" (comme cela a été soulevé dans les échanges du sujet à propos des gourmandises ici même).

Ce parfum est une source d’exaspération à plusieurs titres. D’abord, car il est si mal nommé qu’il fait croire à toute une génération de femmes que les fleurs ont pour odeur celle du sucre en fusion. Ensuite, car cette tendance de l’alimentaire systématique comme biberon pour adultes en mal d’affection m’ennuie, pas tant par son existence, libre à chacun de ses choix, mais par son systématisme qui rejette peu à peu la possibilité de toute autre forme olfactive.
Enfin, car en guise de modèles alimentaires proposés, ne sont choisies que des odeurs simplistes issues de la junk food, entre sodas de Mc Do, sirops Teisseire et bonbons Kréma. On a connu des nourritures du corps, moins lourdes caloriquement et plus nourrissantes intellectuellement, qui parvenaient à mieux satisfaire l’estomac, le cœur et l’esprit.

Une déclinaison nommée "Flowerbomb La Vie en Rose" sera probablement l’inspiration du futur succès gagnant La Vie est Belle, par l’intitulé d’abord, mais aussi car on reconnaîtra une parenté proche de l’imitation entre l’un et l’autre.
La seule différence entre les deux paraissant être que Flowerbomb fera figure de simple pétard explosif auprès de la déflagration nucléaire que fera souffler La Vie est Belle ; pour autant, les deux sont très similaires (si ce n’est que le second, au final, dans une surenchère du pire, parviendra à faire discerner un semblant de fleurs dans le premier). Chose rendue d’autant plus facile que le groupe de parfumeurs est le même et que Viktor & Rolf et Lancôme sont toutes deux des marques qui appartiennent au groupe L’Oréal. Comme quoi, parfois, il ne faut pas aller chercher bien loin l’idée "de génie" : elle pourrait se trouver, sous une pile de dossiers ou rangée dans un classeur, juste dans le bureau d’à côté.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 21 août 2015 à 17:49

Oh purée, par ou commencer... Je viens juste de m’inscrire sur le site, après avoir passé plusieurs heures a lire avec envie et délectation vos articles et avis sur la quasi-totalité des parfums de Serge Lutens, parfums qui me fascinent et m’envoûtent depuis longtemps. J’en ai porté plusieurs (Arabie, Serge noire, A la Nuit, Jeux de Peau, et mon tout premier, Féminité du Bois quand il était encore sous Shiseido), je m’apprête a acheter "Chergui" pour la première fois, et je pleure encore la disparition de "Douce Amère", LE parfum qui a réussi a me faire battre le cœur a l’infini et a me désintéresser de tout autre achat de de parfum. Boum, retiré des rayons, j’ai (toujours) le cœur en miettes...

Bref, revenons-en a nos moutons. Donc j’arpentais le site, et je me suis dit que j’allais jeter un coup d’œil sur d’autres parfums que j’ai portés ou porte occasionnellement, et la, je tombe sur Flowerbomb ! Je ne m’attendais vraiment pas a une telle unanimité dans la critique négative ! Alors, c’est vrai, c’est un parfum sucré et "commercial", et qui n’a pas du tout le coté floral et luxueux qu’il est sensé représenter. Mais, personnellement, je ne le trouve pas si plat et ennuyeux ou même écœurant que ça. J’en vaporise peu, certes, mais je trouve qu’il a, sur moi et même autour de moi, un coté un peu "lumineux", une touche de fraîcheur, voire même d’acidité qui me fait penser au pamplemousse et qui temporise un peu le coté sucré. Et cette note tient sur ma peau assez longtemps, je dois dire, sans avoir besoin de m’en asperger, ce qui est toujours agréable. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est un parfum qui me correspond parfaitement, mais il a sa place chez moi, et je le porte avec plaisir (et aussi avec modération), alors que beaucoup de parfums très commerciaux, comme ceux que vous avez cités, ne me touchent absolument pas voire me révoltent olfactivement parlant.

Ceci étant dit, je comprends tout a fait qu’on puisse s’insurger comme vous le faites sur le "nivellement par le bas" de nos sens, et ce parfum participant a ce mouvement de globalisation et standardisation des odeurs, qu’il se retrouve l’objet de tant d’ardeur. Mais, finalement, si le marché n’était pas bombardé (sans jeu de mot) de fragrances sucrées et artificielles/aseptisées, auriez-vous réagi avec autant d’écœurement en sentant Flowerbomb pour la première fois ? Pas complètement sure...

Merci en tout cas a tous et toutes pour vos commentaires sincères et souvent passionnés. Je vais, pour ma part, des a présent ranger ma bouteille de Flowerbomb au fond du placard, jusqu’à ce que j’assume de le porter a nouveau... :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 21 août 2015 à 18:32

Douce Amère existe toujours bel et bien en flacon de table, pour preuve je le possède...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 juillet 2015 à 21:01

Bonjour a tous ,
Ce parfum je l’ai senti et connu cette année car en 2005 j’étais trop jeune
Je trouve ce parfum trés sucrée en claire c est plus une grenade avec du sirop de sucre qui coùte 116,90 € les 100 ml
Encore un parfum sucre populaire et qui rapporte des million ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Calygo

par , le 19 février 2015 à 19:15

Ma mère en a retrouvé un demi flacon, je meurs, ce parfum est vraiment affreux...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

5:55

par , le 2 décembre 2014 à 09:57

C’est très intéressant, cette synergie de groupe l’oréaliénne. Quand il est sorti, Flowerbomb m’a fait penser à l’avant-dernier immense flop de chez Lancôme - Attraction, croisé avec Pink Sugar.

En phase de tests olfactifs pour La Vie est Belle, tout le monde pensait qu’il s’agissait d’un accident de sprayage avec Flowerbomb !

Pour revenir à nos moutons, quand on regarde les parfums Viktor & Rolf, après la suppression du "pradien" Antidote et d’un oubliable Eau Mega, le lancement d’un Bombon, on se dit que le sucre n’est pas pret de disparaître des parfumeries

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 21:45

Bonsoir 5:55.

Je vous confirme que, non, les parfums "pur sucre" ne vont probablement pas être amenés à disparaître tout de suite (malheureusement).

Le développement de La Vie est Belle aura nécessité des années finalement. Comme me le disait Jicky, il y a peut être bien eu 5000 et quelques essais, si on comptabilise ceux de Pink Sugar et de Flowerbomb... ^^
Ou, alors, les parfumeurs ont reporté jusqu’au dernier moment la proposition de ce qui était si proche d’un parfum déjà existant alors que L’Oréal n’attendait que ça.
Ce dernier point m’a été confirmé, dès le lancement de Flowerbomb destiné à l’origine à une autre marque à laquelle la nouvelle venue Viktor & Rolf a été préférée, il a paru utile de décliner cette trouvaille.
Donc, très vite, le potentiel futur de cet accord a été perçu.

Ce que vous rapportez est très juste, lors de son lancement, presque tout le monde confondait La Vie est Belle avec Flowerbomb, prenant celui-là pour celui-ci.

Bonne poursuite de soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Neo

par , le 1er décembre 2014 à 20:29

Le problème en réalité ne vient pas des Maisons qui fabriquent ces parfums, mais des gens qui les achètent ! Il faut pas se leurrer, à une époque où plus que jamais le pays essaye de relever son PIB car il est endetté jusqu’au coup, il compte avant tout sur les grandes industries et les gros groupes pour y parvenir, donc ces derniers doivent réaliser du chiffre et finalement deviennent peu soucieux des gages de qualité tant que ça plait au plus grand nombre ! Malheureusement il faut le dire, nous ne sommes pas, nous perfumistas et amateurs de senteurs raffinées, le plus grand nombre. Alors tant qu’il y aura foule pour courir acheter des sucrailles ou des jus bourrés d’ambroxan qui puent (pardonnez l’expression mais bon faut dire ce qui est), et bien on retrouvera sans cesse le même problème. Prenez Guerlain par ex, la plus grande Maison française de la parfumerie, celle que j’affectionne le plus qui plus est, une des seules encore qui pense à nous au passage (alléluia), elle reconnait elle-même avoir sorti La petite robe noire pour concurrencer LVEB de Lancôme et aujourd’hui c’est sûrement son parfum le plus vendu en boutique, c’est aussi ça la triste réalité du business... "Un parfum est un thermomètre de la société, il révèle des aspirations" Mots de Françoise Lehmann, directrice générale de Lancôme. La facilité, qui plait au plus grand nombre, le reflet de notre société quoi. Je crois qu’il n’y a rien à rajouter...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er décembre 2014 à 23:07

Bonsoir Néo,

Si je puis me permettre, le lancement grand public de La Petite Robe Noire date de février 2012 (je ne parle même pas de la version lancée en 2009), là où la Bile est Verte date de septembre 2012.

Donc je ne pense pas que dans le dossier de presse envoyé aux journalistes en décembre 2011, Guerlain ait affirmé avoir lancé ce parfum pour concurrencer un parfum qui sortira 7 mois plus tard...

Des maisons arrivent à faire d’énormes succès populaires et qualitatifs. La Petite Robe Noire ferait même parti de ceux là (c’est un des gourmands sucrés les plus soyeux du marché).

Flowerbomb et compagnie restent du gros sucre cuit et enflaconné se vantant d’être des bombes de fleurs ou des iris majestueux.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 2 décembre 2014 à 01:08

Bonsoir Jicky, mea culpa je pense que c’est l’inverse en fait ! J’ai lu quelque part un article faisant part de la sortie de l’un pour concurrencer l’autre, donc LVEB serait sorti pour concurrencer le Guerlain alors... En tout cas j’ai bien lu un article y faisant référence, mais je ne sais plus où :/ Si jamais je le retrouve je vous dirai ma source. Pour en revenir à ce que vous dîtes, je suis effectivement d’accord que La Petite Robe Noire, même si le style sort des sentiers battus chez Guerlain, reste potable par rapport à ses concurrents, sans plus, on sent encore quelque chose quand on le porte à son nez, il n’est pas totalement uniforme, mais il est quand même un peu trop jovial et gourmand pour trôner parmi les classiques de la Maison, pourtant il en est bien devenu un de force avec ses ventes... Mais je n’entends pas le sens d’un parfum "classique" dans ces termes là. De toute façon avec la sortie de l’Homme Ideal, je ne suis pas sûr que cela soit près de s’arranger tant on peut sentir une ressemblance entre les deux, jusque dans leur médiatisation... Il faut sûrement en passer par là pour qu’un jour, un nouveau joyau sorte des ateliers Guerlain et soit distribué en parfumerie mainstream, grâce à l’argent de ces parfums...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 21:43

Bonsoir Neo et Jicky.

Neo, vous abordez beaucoup de choses. Je ne crois pas tant que Lancôme ait voulu "copier" Guerlain (après mise en ordre chronologique), comme je vais l’expliquer juste au-dessus : La Vie est Belle était en cours d’élaboration, ou, plutôt, de transfert, depuis un moment. Le potentiel de Flowerbomb a rapidement été détecté, il fallait l’exploiter, ailleurs pourquoi pas.

Les raisons du succès des "sucres" ont été souvent débattues ici, je n’y reviendrai donc pas. Les humains aiment le sucre, qui a été essentiel à leur survie, donc, logiquement, ils aiment les parfums sucrés. Il est juste bon d’avoir suffisamment de diversité pour celles et ceux qui ne veulent pas sentir les arômes alimentaires sur elles/eux ni les bonbecs... ^^

Comme vous le dîtes à la fin Neo, s’il faut des parfums mainstream pour la combustion du moteur Guerlain qui permet de créer quelques joyaux pour les lubies de quelques passionnés, qu’à cela ne tienne !

À bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

potra

par , le 1er décembre 2014 à 15:26

Un grand merci Opium !
« cette tendance […] m’ennuie, pas tant par son existence, libre à chacun de ses choix, mais par son systématisme qui rejette peu à peu la possibilité de toute autre forme olfactive »
Amen. C’est exactement ça.

Il faut des parfums pour tous les gouts, et si Flowerbomb ou un autre apporte du plaisir à quelqu’un c’est parfait. Ça serait encore mieux si le prix était en rapport avec la qualité, mais chacun est libre d’acheter ou pas, et si payer plus cher flatte l’ego de certains encore une fois je n’ai rien à y redire.
Mais quand LVEB renchérit, puis qu’on se mange une rafale de Bonbon, Black Opium, Sweet, Premier Délice en pleine face, avec très peu d’alternatives qui sortent, et auxquelles on ne laisse plus leur chance (puisque le sucre ça marche à presque tous les coups, pourquoi se fatiguer à proposer d’autres choses ?), ça fait grincer des dents. Même quand a priori on n’est pas contre la gourmandise, même en ayant soi-même son doudou sucré (Jour de fête <3). D’ailleurs je ne vois plus la gourmandise dans LVEB, croquer du sucre en morceau relèverait plutôt de la compulsion... Comme tu le dis très justement c’est encore un autre stade, le « pur sucre ».
C’est un cercle vicieux, le glucose et les arômes alimentaires caricaturaux c’est facile, on ne se fatigue pas, on inonde le marché, et à force de ne plus sentir que ça les gens perdent l’habitude du reste ce qui renforce le succès.

J’ai l’impression que de plus en plus de personnes ont un vrai problème de références olfactives. On consomme tellement sucré aromatisé coloré, volume à fond, que sans ces artifices les choses paraissent fades voir désagréables. Et bien souvent la nature fait moins rêver, elle est devenue un peu étrangère, il y a un côté un peu « sale », « puant ». Même la tendance écolo/bio me semble encore trop déconnectée de la notion de plaisir des sens. Ajoutons à ça la désodorisation/aseptisation systématique, on n’a plus le droit de transpirer la moindre goutte, le sexe ne doit pas avoir d’odeur… Et des odeurs qu’on devrait pouvoir apprécier naturellement demandent un apprentissage !

Je crois que le meilleur moyen de lutter contre l’uniformisation, c’est de mettre de beaux parfums sous les nez qui nous entourent, en les portant soi-même, en faisant sentir, essayer… Je n’ose pas souvent exprimer mes enthousiasmes parfumés au quotidien, mais je me dis que je devrais.

Encore merci pour ton analyse très juste ! (oups j’ai écrit un pavé… serais-tu contagieux ? ^^)
Bonne semaine :-)
Potra

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 21:39

Bonsoir Potra.

Si contagion il y a, elle n’est pas tant en longueur qu’en termes de la qualité que l’on veut bien m’attribuer parfois : je n’ai rien, mais "RIEN" à ajouter, tout est parfait.

Merci pour ta justesse, ta pédagogie et ta pertinence. ;-)
À très vite, bonne fin de semaine.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 décembre 2014 à 12:08

Salut Opium,
Merci, encore une fois tu vas me faire rougir. J’essaye de ne pas dire trop de bêtises ici, mais j’ai encore une grande marge de progression (ça tombe bien j’adore apprendre \o/).
Merci à toi, à toute la rédaction et aux autres participants, de me guider dans mon exploration de l’univers des parfums :-)
Passe un excellent weekend
Potra

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 décembre 2014 à 20:56

Bonsoir Potra.

Ne rougis pas, c’est mérité. ;-)
Nous adorons jouer les explorateurs sur AuParfum. ^^

Encore merci.
Bonne fin de week-end.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

lrisfleur

par , le 30 novembre 2014 à 19:59

En 2005, j’avais quinze ans, j’étais en classe de seconde, et une fille de ma bande de copines (que j’ai un peu perdu de vue), adorait ce parfum. Flowerbomb, ce nom revenait régulièrement dans sa bouche pour désigner cette nouveauté qui la faisait littéralement fantasmer. Elle en parlait comme d’une fragrance absolument révolutionnaire, sublime, originale, à coup de "Ahhh j’adore tellement !". Finalement, quelqu’un le lui a offert pour Noël, et elle ne s’est pas privée pour s’en asperger généreusement tous les matins. L’univers entier semblait alors étouffer dans des odeurs de sucre et de fleurs synthétiques. Mais cela nous paraissait normal, on se disait que le parfum, c’était ça : un sillage nucléaire et sirupeux.
Voilà pour l’anecdote. Depuis, l’odeur de Flowerbomb reste gravée dans ma mémoire olfactive de manière indélébile : je suis capable de le reconnaître entre une infinité d’autres parfums, en une seule seconde, sur l’unique base de ce souvenir. Il me propulse dans les couloirs de mon lycée parisien, devant les salles de classe où nous attendions le professeur en discutant de choses idiotes, un peu fatiguées par la longue journée qui venait de s’écouler. Ce parfum si médiocre, que je trouve franchement mauvais, écoeurant au possible, qui me donne des migraines, reste assimilé à des scènes précises et à une époque déjà ancienne, celle de l’adolescence au quotidien, une période pas toujours exaltante mais par laquelle nous passons tous.
Merci Opium pour cet article :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er décembre 2014 à 23:50

Irisfleur, c’est bien d’avoir des souvenirs "parfumés". Qu’on n’aime ou pas le parfums d’ailleurs.
La mémoire olfactive est celle qui tient le mieux dans le temps. Et raccrocher des souvenirs d’adolescents à un parfum est le meilleur moyen de s’en rappeler.

Flowerbomb, j’ai dû le sentir rapidement et l’oublier en ce qui me concerne. Mais il faut que je retourne le sentir pour voir quelle dose de sucre il représente ! lol

Dans mes vieux souvenirs, je me souviens d’un parfum écœurant au possible par ses cotés "diabétiques" : Fantasme de Ted Lapidus !
Mon Dieu, tout était moche dans ce parfum : le nom, le jus, le flacon orange et bleu foncé... Arghhh à fuir ! lol
Quand je vois certains critiques qui le décrivent de "bouquet de fleurs délicates", on ne doit pas avoir la même notion de délicatesse...
Luca Turin en avait fait une critique tout à fait justifiée et drôle : " Les malheurs, en parfumerie comme ailleurs, arrivent en tir groupé : "un parfum gras et pauvre affublé, ainsi que l’emballage, d’une couleur de liqueur imbuvable, un flacon hideux, un nom de minitel rose et un slogan (l’inconscient a son parfum) d’une fatuité rare.
Des inconscients ont effectivement eu leur parfum."
 :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 2 décembre 2014 à 19:37

Je reviens sur ce parfum après l’avoir senti un peu plus profondément aujourd’hui.
C’est vrai qu’il est très "sucre", un peu moins peut-être en version EDT.
Les notes sont assez similaires également à celles de La Vie est Belle de Lancôme.

Cependant, je pense que ce parfum n’est pas si mauvais que cela s’il a trouvé sa clientèle que j’imagine plutôt jeune, adolescente.

Dans mes années d’adolescent, j’avais une amie qui se parfumait avec un parfum vanillé sucré à l’extrême. Il en était écœurant au possible, un vrai attrape-guêpes... pourtant j’adorais ça ! Ca faisait bonbon !

On ne porte pas les mêmes parfums quand on est adolescents ou adultes.
Il faut que jeunesse se passe... et que nez se fasse :-)

Si l’on enlève la grosse couche de pâte à sucre, on retrouve en effet La Vie est Belle. Mince, les 2 ont été coécrits par Olivier Polge... étonnant ! lol
Sauf que Flowerbomb est bien antérieur.

Cependant, Dior, en 2005 également avec Miss Dior (ex-Chérie) avait aussi les presque mêmes notes fleuries-gourmandes en version chypré. La couche de sucre en moins.

Et ce parfum "s’inspirait librement", quand même, de Coco Mademoiselle de Chanel, joli chypré-fleuri-sensuel-oriental créé pas Jacques Polge... mince, le père de... lol

Bref, cette "même formule" de parfums mille-fleurs féminin et doux (sensuels-orientals) semble bien inspirer, mais je pense que l’antériorité appartient à Chanel.

Imaginez Coco Mademoiselle recouvert d’une bonne grosse couche de pâte à sucre style cup-cake, et on passe d’un parfum pour jeune femme (adepte de suchis et de stévia), au parfum d’adolescent (adepte de la junkfood) :-)

A chaque âge son parfum.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 21:38

Bonsoir Doblis.

La manière d’écrire de Luca Turin est souvent géniale, percutante, drôle, cinglante, imagée ! J’adore le passage que vous avez cité. ;-)

A propos de l’idée selon laquelle un produit ne serait pas si mauvais puisqu’il trouve sa clientèle, je ne suis pas certain que cela soit totalement pertinent. Je cite souvent les mêmes exemples, mais, ils ont l’avantage d’être percutants et cohérents : Mc Donald’s est le premier restaurateur au monde, la planète presque entière semble avoir découvert les 50 Nuances de Grey dernièrement, et Jordi, René La Taupe et Gangnam Style ont trusté les classements musicaux ; pour autant, rien de tout cela n’est très méritoire me semble-t-il en termes de qualité. Ces produits ont fonctionné commercialement. Cela n’en fait pas le mérite créatif ou artistique...
Il en est de même pour le parfum je crois.

Flowerbomb sent bon, ça sent les stands de rue avec bonbons, churros et gaufres, ce que j’apprécie... durant les 10 secondes où j’y suis exposé dans la rue, qui me surprennent et me font sourire de réconfort avec leurs odeurs de sucre cuit. Au-delà de la minute, c’est comme préparer du caramel durant une heure, je suis juste écœuré.

Il faut que jeunesse se passe. Le souci, comme je l’ai déjà écrit ailleurs, c’est qu’à proposer cela aux jeunes filles d’abord, on abouti ensuite à légitimer/crédibiliser ce type de notes que l’on propose ensuite à l’identique ou presque à toutes les femmes (en plus puissant et moins floral encore) en modifiant juste discours, nom et flacon !

Votre observation de l’évolution des parfums est intéressante.
Nous devrions, prochainement, trouver une rubrique presque pluridisciplinaire à ce propos mêlant sociologie, histoire, psychologie et quelques éléments techniques. ;-)

A bientôt.
Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 21:21

Bonsoir IrisFleur.

Avec plaisir. ;-)

Votre bout d’histoire est émouvant. Comme le souligne très justement Doblis, les souvenirs liés à un parfum le dissocient de ses qualités intrinsèques.

Un parfum pas franchement super joli parviendra à créer des émotions par le passé qu’il raconte(ra). Pour moi, c’est Égoïste Platinum, pas le meilleur parfum au monde, mais qui m’évoque un morceau de mon histoire personnelle.

Vous parviendriez presque à me faire commencer à débuter à lui trouver un certain charme à ce Flowerbomb qui est surtout une bombes à kilos sur la balance ! ;-)

Bonne soirée et merci à vous.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nez inexpert

Nez inexpert

a porté Flowerbomb le 20 septembre 2019

Adjoint au politicien Jean-Paul Martoni dans les années 90. Quelques années à l’ombre suite à un malentendu. Président du Comité pour rebaptiser toutes les rues. Membre fondateur de la Société de (...)
Sa note :

loulouna

a porté Flowerbomb le 16 octobre 2016

indie

indie

a porté Flowerbomb le 17 décembre 2014

Sa note :

à la une

Folie bleue

Folie bleue - Godet

Une réédition qui semble avoir ramené de 1925 tout son charme bucolique et poétique.

en ce moment

Jicky a commenté Folie bleue

il y a 17 heures

Bonjour Absinthe, j’imagine que vous le connaissez déjà et que vous avez déjà une opinion à son(…)

Duolog a commenté Cuir de Russie

hier

Particularité de ce Chanel : qu’il pleuve, qu’il vente, qu’un soleil d’hiver - ou même de printemps(…)

sigisbée a commenté Youth-Dew

hier

Bonjour, Et bien maintenant je ne prends plus la tête, je commande directement sur Fragrancex(…)

Dernières critiques

Philosykos - Diptyque

Abstraction figurative

Cardinal - Heeley

Encens dansant

La Peau nue - Celine

Tendre épiderme

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019