Auparfum

L’Artisan Parfumeur : nouveau flacon, nouvelle boutique et nouveau parfum avec Bucoliques de Provence

par , le 19 avril 2016

Après le rachat de la marque il y a un peu plus d’un an par le groupe espagnol Puig, L’Artisan Parfumeur dévoile le fruit des transformations - sans doute - liées à cette acquisition : nouveau flacon, nouveau design,nouvelle boutique à Saint-Germain et une nouvelle eau de toilette en édition limitée, Bucoliques de Provence.

Au milieu des années 70, Jean Laporte, qui est alors chimiste, serait devenu parfumeur suite à une plaisanterie : un de ses amis lui aurait demandé de lui créer un parfum à la banane assorti à son déguisement... Il poursuit ensuite ses expérimentations, et rencontre un certain succès avec sa première collection, avant d’ouvrir sa première boutique en 1979.

Depuis, l’alcool a coulé sous les vapos de l’Artisan, et la marque compte désormais 36 références, distribuées dans le monde entier.

Pour célébrer ses 40 ans d’existence et marquer ainsi une nouvelle ère, les flacons ont adopté un nouveau look aux teintes plus sombres, avec un capot noir, dans un style “apothicaire chic”, et sur l’emballage apparait désormais le nom du parfumeur qui a signé chaque parfum, signe plutôt positif d’une volonté de mise en avant de la création.
Chaque flacon est marqué du sceau de la marque, tel un tampon artisanal, et l’écriture cursive dorée a laissé place à une typographie majuscule noire plus intemporelle.

La nouvelle boutique située Boulevard Saint-Germain s’aligne parfaitement dans cette transition esthétique, avec un décor minimaliste et raffiné, qui est également adopté par les autres lieux de vente : jardin mural aromatique, boiseries sombres et épurées, pour une atmosphère chic et feutrée. Un subtil mélange de Jovoy, Aesop et du Musée du quai Branly !

Enfin, la marque lance une nouvelle collection inspirée par les différentes régions de France, dont la première édition limitée rendra hommage à Grasse, berceau de la parfumerie. Bucoliques de Provence tire son inspiration des champs de lavande de la région (l’absolue utilisée vient de Seillans en Provence), ainsi qu’à sa production de cuir. Fabrice Pellegrin a combiné ces deux ingrédients à de l’absolu d’iris, des épices et du musc, pour créer un parfum « à la fois moderne dans son approche minimaliste et naturaliste, et évocateur d’un savoir-faire ancestral ».


— 
Bucoliques de Provence, disponible le 1er mai, 92 euros/50ml, 116 euros/100ml
Nouvelle boutique : 167 Boulevard Saint-Germain 75006 Paris
Ouverte du lundi au samedi de 10h30 à 19h30 et le dimanche de 13h00 à 19h00
Tél. : 01 43 27 47 87

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Petrichor

par , le 23 juillet 2016 à 22:10

C’est moche.
Ç’en est même drôle tellement c’est moche, tellement ils sont allés jusqu’au bout de leur accident industriel.

J’ai été mauvaisement surpris en découvrant ce changement de flacon par hasard en magasin.
Cette gamme noire est à mourir de consensualité. C’est quoi cette crise de sérieux ?
On dirait des produits sans caractères. Qui ont-ils voulu copier ? On est à deux doigts du fonctionnel.
On perd l’identité de la marque qui avait une composante ludique, l’éveil et l’émerveillement au parfum, avec toutes ses couleurs, cette invitation à les avoir tous, ces flacons parfois gravés de dessins sur les flancs.
Voilà comment rater une nouvelle identité visuelle, tout en perdant complètement les avantages de l’ancienne.

Seuls avantages : En effet je comprends mieux pourquoi on trouvait des flacons de l’ancien design partout à prix baissé.

Ce noir moche aurait pu passer pour une collection capsule. Mais non, ce sont toutes les références qui portent ce voile de deuil.

Puisque dans les commentaires on a Federico Restrepo qui revendique la paternité des design des flacons d’avant et d’aujourd’hui, je pense que ce choix actuel vient de la direction.

Ils mettent le nom de tous les créateurs sur les emballages ? Ils veulent se faire racheter par Estée Lauder en imitant Frédérique Malle ;-) ;-) ;-) ?

@euskalpyth : J’aime bien les bouchons lourds. Ils confèrent une importances, une consistance dans ma paume. Là où je trouve que le flacon "Idylle" de Guerlain m’avait surpris par l’effet "cheap" que me laissait le bouchon ultra-léger, ultra doré mais complètement en plastique, dans la main.

J’aimais bien la boutique prêt du Louvre. Grande, spatieuse, avec le labo quelque part dans les étages. Il existait déjà une boutique rue de Grenelle, non ? J’ai l’impression que la marque vent les meubles.

@Nezenmoins : Al oudh est fait avec un vrai Oudh qui vient d’Asie du sud-est. (J’ai souvenir d’un documentaire vidéo où Duchaufour voyageait avec un chapeau (un bob) très moche). Le cours du prix des matières peut justifier la hausse. Selon les maisons de parfum, on uniformise le prix des parfums en dépit du prix de production différent, ou bien fait un prix à la carte (par exemple, chez Lutens au Palais royal, les flacons de 75ml sont passés d’un prix unifié à des prix différents).
Les prix sont dans la moyennes. J’ai fini par m’habituer à la hausse de 20€ qu’ont pris tous les flacons. C’est chez les autres marques que le prix a augmenter : il semble que pour compenser les -20% que font constamment les enseignes de parfums et sous n’importe quel prétexte, les marques ont fini par haussé leur prix de 20%. Une hausse qui n’atteint souvent que les gammes pour femme, et pas les références masculines.

@Cédric : Je n’ai pas détecté de formulation. Pas sûr les parfums que j’aime et que je re-teste. Comme Jeanne Doré l’évoque, il y a toujours eu des formulations. J’ai par exemple un flacon vide de "mûr et musc" de l’époque de Jean-François Laporte qui sent particulièrement la rose de damas ! J’ai des soupçons sur "Dzongkha" que je trouvais bien plus profond et riche au tout début, "Voleur de rose" que je trouvais moins frais et métallique, "Drôle de rose" où je trouvais une touche de naturel avant. "Séville à l’aube", il me semble que l’absolu fleur d’oranger y rayonnait davantage quand c’était encore une édition limitée.
Mais ça glisse lentement vers le moins bien, si tu veux. L’exemple inverse c’est chez Hermès sous Ellena, on a vu revenir des matières premières intéressantes dans des parfums d’avant. (par exemple un joli iris toscan dans Hiris, de l’HE de mandarine ici et là, un effort en rose et jasmin naturel dans calèche. Bref, des bonnes surprises)

Mais tout ça ce sont des avis très subjectifs. Je suis quand même content de pas être un contributeur plus actif de auparfum, sans quoi je me serais senti obligé d’enrober mes propos : "oh ! ces nouveaux flacons sont... intéressants" :-D

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Lieul

par , le 29 avril 2016 à 09:45

Les anciens flacons en ce moment sur showroom privée ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par , le 28 avril 2016 à 22:06

Je viens de re-tester ce soir Bucoliques de Provence et ai eu une sorte de "révélation" : j’ai senti la note de cuir !!!
Vous allez me prendre pour un fou (mais c’est pas grave) : elle est très proche de Cuir d’Ange mais en beaucoup beaucoup plus discrète, un peu étouffée par l’iris.

Est-ce que quelqu’un d’autre à eu cette même impression .

Par certains aspects, ce parfum fait plus Hermès que l’Artisan Parfumeur !

Bon, Cuir d’Ange a quand même plus de présence je trouve et, n’en déplaise à certain, a une excellente tenue et aura, du moins sur moi.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 24 octobre 2019 à 20:04

Bonsoir Doblis, bonsoir à tous,
Je viens de recevoir un flacon de Bucoliques de Provence, acheté à l’aveugle - je vis dangereusement ! ou plutôt je me connais bien - sur le site de l’Artisan parfumeur qui le bradait. Je viens de l’essayer et suis absolument estomaquée par l’incroyable beauté de ce jus. Un nuage de lavande nimbée d’iris avec une note de cuir exquise. C’est d’une délicatesse, d’un raffinement et d’une sensualité inouïs ! Un très grand parfum qui rappelle en effet Cuir d’Ange mais que je trouve plus fin et qui me plait davantage. Il est à craindre que l’Artisan parfumeur envisage de le retirer de son catalogue, comme la promotion le laisse supposer. Quelle aberration ! C’est incontestablement l’un des plus beaux parfums que j’ai sentis depuis longtemps. Amateurs d’iris et de notes cuirées, précipitez vous si vous avez la possibilité d’en faire l’acquisition. Vous ne le regretterez pas.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 25 avril 2016 à 20:28

Oui, les nouveaux flacons semblent bien beau. Mais je constate que depuis une décennie, notre époque se vautre, se noie dans le noir. J’en ai un peu marre, je l’avoue, de ces teintes sombres que l’on rencontre partout et qui à mes yeux dénotent un cruel manque d’originalité : les boutiques, les cafés, les restos, leurs services ( on mange aujourd’hui des mets sombres dans des assiettes noires, et parfois sous des éclairages catastrophiques, etc). Certes, le noire est chic mais surtout pour le soir, ou à l’occasion d’une cérémonie. Une robe de cocktail se doit d’être gaie, colorée et même complètement bariolée. Ce noir universel m’attriste un peu, et surtout me fatigue. J’aimais bien les flacons de l’Artisan, ceux octogonaux de la première époque avec leur bouchons évasés (auxquels Parfum d’Empire a aussi renoncé) et ceux heptagonaux, au verre épais et bien transparent, qui laissaient miroiter le parfum à jolies facettes et aux étiquettes joyeuses.Les innombrables couleurs (36 références, nous dit Jeanne) iront donc aux oubliettes ?
Désolé d’avoir joué les vieux ronchons avant même d’avoir pu apprécier de visu la collection en magasin mais je ne suis guère convaincu par ce parti pris si conformiste.
Mais tout à l’honneur de cette maison, je possède encore un vétiver d’il y a fort longtemps, milieu des années 90 ? absolument remarquable, qui n’a pas bougé : il peut concurrencer les plus beaux vétiver actuels.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

grand'ourse

par , le 22 avril 2016 à 06:13

Bonjour,
j’ai commandé il y a moins d’un mois, je suis heureuse d’avoir un peu de vestiges ancienne co et en même temps de penser que le prochain arrivage sera dans cette jolie présentation (je suis en peu Ravi de la crèche de nature, c’est vrai).
Je portais Mûre & Musc le siècle dernier, mais j’étais depuis entrée en Lutensie et c’est vrai que j’ai moins senti ailleurs pendant 15 ans et je n’avais pas non plus accroché chez Ap depuis tout ce temps (sauf Nuit de Tubéreuse).
Je porte depuis 2-3 semaines L ’été en douce, dont j’aime le côté champ de blé moissonné et les muscs, la note fleurie légère et le boisé discret.
Je l’ai acheté pour le concept note grain, j’avoue, j’ai donc été très surprise d’être autant séduite. En même temps, je me demande bien à quoi je pensais, qu’ils auraient collé une note grain en vrac en flacon ?
Il est très enveloppant et tenace bien que discret, au final c’est un vrai coup de coeur.
Ma requête : puisse le nouveau propriétaire ressusciter Jour de fête, dont rien que le nom me met en joie...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 21 avril 2016 à 21:47

De passage à Paris, je viens de découvrir Bucoliques de Provence ; une jolie lavande musquée, irisée, poudrée. Agréable, discrète, un peu trop discrète peut-être... Par ailleurs, la tenue laisse à désirer, me semble-t-il. A re-tester demain... d’autant plus qu’en ce moment, je suis à la recherche de la "lavande idéale". Pour l’instant, ma préférence se porte sur Absolue pour le Matin de F. KURKDJIAN.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 22 avril 2016 à 00:20

Ambre, profitez de votre passage à Paris pour aller tester, si vous ne les connaissez pas :
- Jersey de Chanel (les exclusifs) : lavande vanille lumineuse
- Eau de Lavande de Diptyque : lavande brute et grillée au soleil, presque poussiéreuse
qui sont bien jolis, dans deux styles très différents...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 22 avril 2016 à 00:29

Coucou Euska,

Je me permets d’ajouter à tes suggestions Fourreau Noir de S.Lutens avec sa lavande encensée et mâtinée de fève tonka... Je l’aime vraiment bien ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 22 avril 2016 à 10:02

Et un peu de lecture pour compléter tout ça :
http://www.beaute-test.com/forums/index.php?topic=334344&start=0

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 22 avril 2016 à 23:32

Un grand merci Euskalpyth et Solance pour vos suggestions.
Je connais Jersey et l’apprécie. Toutefois, ce parfum manque d’"un petit je ne sais quoi" qui me ferait succomber.
Concernant Fourreau Noir, je l’ai découvert hier et me verrais bien le porter mais plutôt par temps froid.
Quant aux autres suggestions, il ne me reste plus qu’à les découvrir... j’ai hâte.
Aujourd’hui, j’ai re-testé Bucoliques de Provence. Ma première impression s’est confirmée ; la tenue n’est pas très bonne, le parfum n’est pas mauvais mais manque quelque peu d’originalité.
Encore merci Euska et Solance pour toutes les pistes que vous m’avez proposées et toutes les découvertes qui m’attendent.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Marco

par , le 21 avril 2016 à 20:53

Je propose un flacon de "Timbuktu" , utilisé seulement 2 fois, donc à 98% plein.

Au plaisir.

Marco.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

restrepo

par , le 20 avril 2016 à 17:03

Pour quand meme remettre les choses en ordre ce flacon a ete dessine par moi avec l’equipe de AP sous la direction de Remy Clero. Ce n’est pas un nouveau flacon mais juste une adaptation graphique et chromatique. Ceux qui veulent savoir qui je suis voila www.federicorestrepo.com . J’ai dessine 2 fois la marque . Donc j’apprecierais que l’on ecrives des choses justes sur les creations.Merci.Federico restrepo Designer .

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 avril 2016 à 17:21

Vous voulez savoir comment en quelques lignes supprimer toute envie de s’intéresser à quelqu’un ? Voir l’exemple ci-dessus.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 avril 2016 à 17:44

Je ne suis pas sur de comprendre votre traitre d’esprit

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 avril 2016 à 17:51

et puis mon cher ami avant de poster une ineptie de ce genre .. je vous invite a creer plutot que de commenter.. envoyez moi vos creations et citez m’en une qui est connue.Je vous invite a murir vos commentaires.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 avril 2016 à 17:33

Il y a des choses "pas justes" qui ont été écrites ?

Il y a une chose que je trouve dommage, dans ce re-design des flacons (j’en profite lâchement, puisque vous vous êtes manifesté) : c’est un détail, c’est que le bouchon soit toujours aussi lourd...
J’imagine que c’est pour donner une impression de qualité, mais autant j’aimais les anciens flacons colorés (même si je comprends le besoin de changement et de renouvellement dans la continuité en uniformisant toute la gamme), autant je n’étais déjà pas à l’aise avec les bouchons que je manipulais toujours avec précaution (et surtout sur les flacons de 50 ml, où j’avais l’impression que le bouchon pesait plus que le flacon), et j’ai eu l’impression hier, en découvrant les nouveaux flacons, que le poids des bouchons est resté le même.

Après, ça doit être une question d’habitude... Et il paraît que le verre foncé est de meilleure qualité que l’ancien, donc pourquoi pas ^ ^
Et le fait de mettre le nom du créateur sur la boîte est une très bonne idée !
Mais je sens que je vais quand quand même regretter la touche de vert tout joyeux sur mon flacon de Fou d’absinthe...
 :-)))

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 avril 2016 à 17:48

Les anciens flacons je les ai aussi dessine J’ai redessine 2 fois cette marque. Et je penses que l’homage doit etre fait a marie Dumont la veritable creatrice avec pamela Roberts.On effaces trop vite les veritable soureces creatives.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 avril 2016 à 18:10

Non le verre n’est pas de meilleure qualite en fait la teinte ne changes rien a cela.C’est meme le contraire.Le verre cristal doit etre parfait rebrule ou taille poli. Le capot as ete a l’origine decide en Zamack un alliage lourd pour avoir une capot de qualite .
Le choix de l’heptagone est un choix que nous avons p[artage avec Remy Clero et son equipe. Je regrettes aussi la disparition de la poetique histoire.On rentre dans l’univers de la banalite des marques niches.Le Noir et blanc Une typo banale. enfin je ne suis rien dans tout cela. L’arisan a ete un de mes plus beaux projets .plus pour mes rencontres que pour le design.Bien a vous.Federico

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 21 avril 2016 à 23:12

Bonsoir M. Restrepo !
Quelle chance de vous avoir sur ce site.
Bon, je n’ai pas noté d’erreur sur le flacon qui a été dite mais je me trompe peut-être.
Tout le monde semble assez ravi de ce changement de couleur du flacon qui le rend plus "noble".
Quant au poids du bouchon, moi c’est quelque chose que j’aime.
Pour avoir vu la ligne, ce qui m’ennuie un peu c’est la description furtive du parfum qui est sérigraphiée en gris foncé sur fonds noir... Sortez les loupez quoi !
Mais ravi de voir que les 50ml n’ont pas tous disparus. Mais vu le boitage, j’espère qu’il s’agit d’une réplique exacte du 100ml en plus petit.

En ce qui concerne le petit dernier, les notes de lavandes un peu piquantes sur moi s’évaporent vite pour ne laisse que l’iris. Belle tenue en ce qui concerne l’iris mais, pour moi, ce n’est pas la fleur qui me vient à l’esprit quand on parle de Provence.

Et en ce qui concerne vos flacons, M. Restrepo, félicitations pour les magnifiques St. Dupont, L’Artisan Parfumeur, Dorsay et la magnifique trilogie Baccarat dont je possède Les Larmes Sacrées de Thèbes.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nezenmoins

par , le 20 avril 2016 à 07:55

Certes les flacons sont beaux. Mais l’augmentation des prix est belle aussi et se justifie-t-elle ? Al Oudh est passé de 112 euros à 130 euros. Le jus s’est-il amélioré ? La notion de parfum de niche devient un concept commercial car les marques adoptent des stratégies similaires au mainstream. Le changement de look est une bonne excuse pour augmenter les prix en douce.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 avril 2016 à 15:33

Bonjour Nezenmoins, un tel changement a certes un coût, qui se retrouve dans le prix de vente, c’est normal.
Mais c’est sans doute davantage le changement de propriétaire qui entraîne souvent un changement de prix, tout est recalculé, rationalisé... mais si cela permet à la marque déjà de survivre, et de mieux se développer, de continuer à mettre les belles matières nécessaires dans les flacons, alors dans ce cas, cela est sans doute justifié, non ?
Al Oudh est en effet plus cher que les autres, sans doute en raisons de ses matières premières.
Mais le reste de la gamme, à 105 euros les 100ml et 82 euros les 50ml, reste selon moi à des prix “raisonnables”.
Faut-il rappeler que La Vie est belle en eau de parfum 100ml coûte 118,50€ ? :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mai 2016 à 13:30

Bonjour Jeanne
Certes, cela peut s’expliquer par le rachat et les matières premières. Mais, informer la clientèle serait mieux perçu et ne donnerait pas une impression d’augmentation en douce et cela serait mieux accepté.
Par contre, je trouve les nouveaux flacons très beaux. Ils ont un côté vieil apothicaire, sobre et plus masculin.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par , le 19 avril 2016 à 22:43

Très joli en effet ce "nouveau" flacon qui n’est qu’un changement de couleur.
Le dernier packaging était joli mais Puig semble vouloir un coté plus chic et intemporel en effet.
Cela dit, ce chic-intemporel-noir/blanc est un code couleur que l’on trouve un peu partout en ce moment, surtout en matière de collections "exclusives, particulière, privées..." chez Chanel, Dior, YSL...
L’originalité semble disparaître des rayonnages.

Ce que je trouve très sympa, presque touchant, c’est d’inscrire le nom de parfumeur. Belle initiative parce que, souvent et sans s’en rendre compte, on aime la "patte" d’un parfumeur, son style.
C’est donc une indication pour se diriger vers les parfums d’un même créateur.

En ce qui concerne la nouvelle boutique, elle me semble très belle elle aussi. Quant au nouveau parfum annoncé, pour moi c’est toujours une joie d’aller les sentir parce que L’Artisan Parfumeur est encore une des rare marque à ne pas choisir la facilité et à oser.

En espérant vivement que Puig se décide à ressortir le magnifique Orchidée Blanche.

Merci Jeanne pour ces excellentes nouvelles.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 avril 2016 à 16:01

Merci Doblis, et oui ce n’est pas forcément TRÈS original, mais en parfumerie, l’originalité à tout prix n’est pas non plus toujours un gage de succès :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Do not drink ! Le naturel low-cost par Sephora

Do not drink ! Le naturel low-cost par Sephora

L'enseigne du groupe LVMH dévoile une nouvelle collection d'eaux de parfum présentées comme unisexes, à petit prix.

en ce moment

hier

Je suis bien d’accord. Le langage, c’est une production sociale, et en tant que le parfum et les(…)

hier

"même si l’odorat est dénué d’un langage qui lui est propre" Ce n’est pas parce qu’on a de la(…)

il y a 3 jours

Un petit bijou ce parfum, d’une profondeur et d’une très bonne tenue. En effet il fait penser à(…)

Dernières critiques

Summer 69 - Gas

Sous le soleil exactement

Eau capitale - Diptyque

Paris en bouteille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019