Auparfum

La Religieuse, Serge Lutens en odeur de sainteté

par , le 14 janvier 2015

Le prochain opus 2015 chez Serge Lutens s’intitulera La Religieuse, et sera disponible dès le 30 janvier au Palais Royal, puis en mars dans les autres magasins.

La Religieuse est un parfum créé en référence à sa vie d’ermite à Marrakech.
Pour ceux qui imaginaient un gâteau à la crème dans une vitrine de pâtisserie, sa description, olfactive et visuelle, devrait plutôt nous faire pencher pour la version "carmélite" : elle se compose de notes de jasmin, civette, musc, encens, et arborera une robe violette.

Où acheter ?

La marque citée dans l'article (Serge Lutens) est disponible dans les boutiques partenaires de notre annuaire des points de vente parfums de niche listées ci-dessous :

Santa Rosa

Toulouse (31)

Serge Lutens

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Bel-ami

par , le 18 novembre 2015 à 22:59

Bonsoir,
je porte ce parfum régulièrement et j’aimerai le noter, cependant je ne trouve sa "fiche" ni dans la rubrique Parfums portés, ni dans la liste des parfums S. Lutens ?
Pouvez vous m’aider ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 novembre 2015 à 23:45

Bonjour

Désolé, mais c’est simplement que nous n’en avons pas fait la critique (ne me demandez pas pourquoi !). Vous êtes ici dans la rubrique Actualités, où ne faisons qu’annoncer les lancements (entre autres infos). Les fonctionnalités associées aux parfums n’apparaissent donc pas ici, seulement sur les critiques.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 mars 2015 à 22:49

Aves ses facettes lactées, mentholées et ses notes de fleurs blanches propres et sucrées comme une guimauve, La religieuse est à mon nez un parfum vert et blanc.
Parfois, le "blanc" supplante le "vert". Dans ce cas, La religieuse m’évoque un cocktail sans alcool pour jeunes filles : dans un shaker à demi rempli de glaçons, versez de la crème fraiche liquide, du lait de coco, une larme d’extrait de jasmin dépourvu de toute animalité et un peu de sucre de canne. Agitez fortement. Servez dans une coupe aux bords givrés. Saupoudrez le breuvage de feuilles de menthe ciselées.
Parfois le "vert" prend le pas sur le "blanc". La religieuse me fait alors penser à un thé à la menthe glacé ( clin d’œil à l’univers oriental du beau Serge) à la surface duquel flottent quelques pétales de jasmin cristallisés.
Compte tenu de sa haute teneur en "chlorophylle", La religieuse aurait très bien pu s’appeler La menthe religieuse ou encore L’amante religieuse en raison de la blancheur virginale de son jasmin tout propre, limite shampoing à la pomme pour enfants.
Mais qui est vraiment La religieuse ? Avec ses airs ingénus, La religieuse cache bien son jeu. Sous couvert d’une innocence affichée, la belle séduit pour dévorer celui qui succombe à ses charmes. La religieuse est une prédatrice, telle la mante religieuse. Serge Lutens nous avait avertis : "Délivrez nous du Bien ! Aussi blanche que la neige est la fleur de jasmin. Ma religion est noire." Ne restait qu’à décoder le message, sachant que mon interprétation, très personnelle, est tout à fait discutable...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jicky

par , le 11 février 2015 à 20:28

Je vais simplement vous copier coller ce que j’ai mis sur twitter (pardonnez donc le style un peu haché disons)

Comme La Religieuse de Serge Lutens est sortie, je vais vous livrer ma pensée sur cette dernière sortie. Il tournait une page entre expérimentation, esthétique personnelle et thématique forte. Là, il repart sur un thème mystico-noir-blanc. Le résultat est un jasmin. Soit. Bon, après, le jasmin c’est canon en compo mais en majeur c’est toujours un peu chiant. Le truc c’est que La Religieuse traite le jasmin comme la niche le faisait y’a 10 ans déjà. C’est très synthétique, ac la smalla banane encre, solaire et cie. Il y a quelques aldéhydes (tic récent de Lulu) qui font remonter un aspect métallique qui vrille encore + le parfum. En résulte un jasmin assez informe, pas très fondu ni vraiment intéressant, presque amateuriste. Il est très lisible et manque de complexité et de charisme. Néanmoins il y a quelques effets annexes qui donnent une signature et une complexité bienvenue. Notamment une note amère + une note salée. La note amère reprend la même trame que Douce Amère et fait redite. C’est un vrai retour en arrière pour Lulu, pas inintéressant en soi Mais plutôt dommage après la formidable voie tracée au préalable. Après, c’est la 1ère fois qu’il reprend Douce Amère, variation intrigante. La note salée elle est plus unique. Elle évoque la cacahuète salée, la même qui donne du grain à Dans Tes Bras. Ici, elle texturise et et signe un parfum qui n’aurait pas grand chose à raconter en dehors de ça. Enfin, le fond est tantôt boisé, musqué et vaguement fleuri. Il revendique la civette, j’ai juste envie de rigoler. C’est très très propre, puisque le traitement de la fleur blanche est semblable à l’immondice shampouineux qu’était La Vierge De Fer. On est dans la forme finale sur un parfum assez américain, une fleur blanche propre. Donc pour moi c’est une régression pour Serge Lutens sans pour autant être un gros ratage. Je pense que je le classerai au final aux côtés des Lutens mineurs. Il trouvera certainement son public. Mais je préfère le petit Serge en expérimentateur orphelin :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 11 février 2015 à 19:57

Nous étions habitué à mieux Mr Lutens.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Solance

par , le 8 février 2015 à 11:00

Je réalise que nous sommes début février et que donc, ca y est, la Religieuse de Lutens est sortie...

Qui l’a sentie ? Qu’en avez-vous pensé ? Est-elle largement distribuée ou encore confidentielle ?

Merci aux pionniers qui viendront témoigner :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 février 2015 à 11:25

Bonjour Solance,

lundi dernier la charmante vendeuse du stand Lutens au Printemps Haussmann m’a présenté la petite religieuse après lui avoir demandé de tester Bornéo 1834 et MKK, sur un ton de confidence entre initiés et une sourire complice sur ce secret de polichinelle.
Je suis même reparti avec la mouillette fleurant la novice.
Je ne pourrais vous transmettre un avis de parfumista, n’étant que chimiste :)
mais voici quelques impressions : un jasmin innocent, une chair diaphane de jeune fille qui devient femme mais n’a pas les vertiges de la séduction à l’esprit. Avec peut être des bois légers qui rende la robe beige et lavande de la religieuse dans une texture fine et mat. Une chose délicieuse.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 février 2015 à 11:37

Merci Passacaille. Ca ne doit pas etre tres éloigné de A la nuit alors, presque soliflore jasmin ?... j’avais espéré une religieuse un peu plus subversive et profonde avec la civette, le musc et l’encens...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 février 2015 à 11:41

Rien a voir avec A la nuit ou Sarrasins.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 février 2015 à 11:40

Hier apres avoir senti déjà une centaine de parfums, j’ai voulu terminer en beauté au Palais Royal et decouvrir cette Religieuse et bien sans mauvais jeu de mot, je suis restée sur ma faim ! Je ne sais pas si c’est parceque j’en avais déjà trop senti mais je l’ai trouvé sans consistance. Encore une nouveauté qui n’apporte rien de nouveau et mon porte-monnaie ne s’en portera pas plus mal.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 février 2015 à 13:40

Bonjour Bianca,

je suis malheureusement d’accord avec vous, cette religieuse est une petite chose délicieuse, ce qu’au grand siècle on appelait un bas-bleu, une oie blanche, une jeune fille innocente avec la beauté de la jeunesse mais sans le piquant du charme.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 juin 2015 à 15:48

Bonjour et merci pour ce joli commentaire

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 février 2015 à 19:02

Le plus moche de La Vierge De Fer, à savoir cette pomme synthétique alliée à un jasmin timide, pas de civette pas senti d’encens non plus.

J’y sent aussi une certaine fraîcheur, un peu de menthol, une note banane bonbon sans doute le mix entre la pomme et le jasmin. Mais le tout très dilué.

Pour moi sans intérêt, la fleur de Lutens la plus insipide et transparente. J’irais quand même l’essayer par curiosité, sait-on jamais.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 février 2015 à 19:35

Donc vous l’avez déjà senti et c’est décevant ? Dommage, je misais pas mal sur le dernier Lutens, espérant une bonne surprise... Je n’ai pas eu le temps de vagabonder sur la blogosphère pour lire les avis, mais tant pis alors, je déplace mes attentes sur le Misia de Chanel !
Pour ma part, ce qui me chiffonne concerne les descriptions que fait Serge Lutens de ses parfums, notamment celles que l’on peut lire sur son site internet. Je veux dire, c’est très bien de cultiver un monde, un univers autour du parfum, empreint de poésie et de magie, surtout que Serge Lutens aime beaucoup écrire me semble-t-il. Mais j’ai un peu de mal avec ses petits textes autour de chaque parfum, notamment celui de la Religieuse : "Délivrez-nous du Bien ! Aussi blanche est la neige que la fleur de jasmin.
Ma religion est noire.
"
Ça veut dire quoi ? Je ne comprends pas. Sans doute ai-je un esprit trop terre à terre, mais ce type de communication me laisse un peu perplexe.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 février 2015 à 19:42

Je pense que c’est une référence entre la couleur du jus et le ressenti... Lutens adore le noir. En gros la religion est sencée proner le bien, le bien et le divin sont souvent associés à la lumière donc au blanc. La neige (menthol ?) et le jasmin sont blancs et donc synonyme de bien. Je suppose que la religion de Lutens est pervertie civette+couleur du jus.

Je ne ressent pas vraiment cette dualité en le sentant, on dirait un peu un floral fruité à la con. Et puis bon, avec lui faut pas non plus essayer de trop comprendre non plus, ses phrases sont jolies tout simplement.

Par contre ce serait bien qu’il s’attelle plus aux jus qu’aux textes, là ça deviendrait intéressant. :D

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Demian

par , le 18 janvier 2015 à 14:48

La pyramide olfactive me plaît bien sur le papier... J’espère qu’il aura un peu plus de corps, de consistence et de présence que L’Orpheline !!!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Solance

par , le 14 janvier 2015 à 19:10

Suis très contente de lire cela, de voir aussi que ce ne sera pas un Exclusif et donc accessible à la majorité d’entre nous.

Les notes olfactives décrites m’attirent beaucoup, j’espère qu’il se différenciera suffisament de Sarrasins pour ne pas être concurrent de ce dernier...

Et l’univers mystique et charnel à la fois me fait espérer un opus aussi réussi que ne l’est Serge Noire à mon nez ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 janvier 2015 à 21:45

D’après les infos que j’ai pu avoir de plusieurs personnes, ne vraiment pas se baser sur la pyramide (comme d’hab). :D

A des années lumières de Sarrasins et encore plus de Serge Noire de ce que j’en ai compris (en mal).

Je vais juste faire le fan service et surement l’acheter parce qu’il a une super belle couleur (s’il me plait un minimum quand même...).

Me tarde de le sentir même si j’ai été déçu des retours !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par , le 14 janvier 2015 à 17:30

Merci pour cette excellente nouvelle.
Vivement sa découverte :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Kalahari

Kalahari - Noème

Majda Bekkali imagine le parfum des grandes étendues avec une composition boisée à l’abstraction contemplative.

en ce moment

Sianais a commenté Eden

il y a 5 heures

Un parfum qui embaumait les pièces. Une ambiance aquatique, comme si l’on enfonçait son pied(…)

hier

Oui, La Cologne Mugler en vaporisateur

il y a 2 jours

« #memeespoirdecu » A ne pas lire trop vite.

Dernières critiques

Wanted girl - Azzaro

Tir à blanc

Jasmin de pays - Perris Monte Carlo

Ceci n’est pas une fleur

Nouveau genre - Yves Rocher

Blague à patchouli

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019