Auparfum

La tubéreuse : pécheresse en blanc

par , le 14 septembre 2015

Auparfum vous fait visiter les coulisses de la parfumerie ! Matières premières naturelles ou synthétiques, accords ou familles olfactives, explorez les aspects botaniques, historiques, littéraires, artistiques et bien sûr olfactifs, de ce qui compose vos parfums.

Après la vanille découvrez une fleur mystérieuse, voluptueuse et captivante, la narcotique tubéreuse.

Polyanthes Tuberosa

Fleur hypnotique et tentatrice, la tubéreuse est entourée de bien des légendes. Polianthes tuberosa (du grec poly = plusieurs et anthos = fleurs), aussi nommée Jacinthe des Indes, est une plante vivace herbacée à bulbe, d’abord classée parmi la famille des Agavaceae et plus récemment parmi les Asparagaceae. Les tubéreuses fleurissent en été et au début de l’automne. Regroupées en grappes le long de hautes tiges, les fleurs blanches tubulaires étoilées sont épaisses et cireuses. Originellement, les fleurs de tubéreuse avaient 6 pétales, comme en témoignent d’anciennes gravures et planches botaniques. Les tubéreuses cultivées aujourd’hui, dont la variété la plus courante est La Perle, ont plusieurs empilements de rangées de pétales, dont le nombre peut aller jusqu’à 24.

Originaire du Mexique, elle fut importée en Europe au XVIème siècle. Le tout premier bulbe aurait été rapporté en 1530 par un missionnaire français, et la fleur commença à être cultivée à Grasse au XVIIème. Aujourd’hui elle est principalement cultivée en Inde, en Egypte, au Maroc, aux Comores et en Chine, car elle a besoin de chaleur et d’humidité.

Capiteuse, de la fleur à l’absolue

Selon la classification des fleurs en fonction de leurs couleurs et leurs qualités odorantes, « les fleurs blanches sont les plus parfumées et les plus agréables à l’odorat » [1]. En effet, les tubéreuses figurent parmi les plantes les plus parfumées du monde végétal. Leur parfum lourd et entêtant devient plus intense encore après le coucher du soleil. Les fleurs de tubéreuse ont aussi cette particularité, commune au jasmin, de produire une substance odorante encore un à deux jours après avoir été cueillies.

Lorsqu’on sent une fleur de tubéreuse fraîche, on découvre une odeur en partie comparable à celle d’autres fleurs blanches comme la fleur d’oranger, le jasmin ou l’ylang-ylang, si ce n’est qu’elle est plus « grave » et plus crémeuse.

Pour en extraire l’odeur, deux techniques peuvent être utilisées. La chaleur détruisant ou altérant les substances odorantes des fleurs de tubéreuse, on utilisait autrefois la technique de l’enfleurage à froid qui consiste à disposer les fleurs fraîches sur une couche de graisse animale ou végétale purifiée sur de grands châssis de bois. On renouvelait les fleurs tous les jours ou tous les deux jours tout au long de la période de la récolte jusqu’à ce que la graisse soit saturée de substance odorante. Elle était alors lavée avec un solvant volatil ensuite évaporé, ne laissant que l’absolue utilisable en parfumerie. Toutefois cette technique demande du temps et beaucoup de main d’oeuvre. On utilise donc aujourd’hui plus couramment la technique d’extraction par solvant volatil, autrefois nommée « dissolution » et que nous avons décrite dans l’article sur la vanille.

L’absolue de tubéreuse ainsi obtenue a une odeur terreuse, rêche et médicinale, un peu carton mouillé. Elle possède, au nez, des facettes de camphre, de wintergreen, de jasmin, de noix de coco, de fleur d’oranger miellée, de banane et même de fraise des bois.

Les principaux constituants chimiques de la tubéreuse sont le benzoate de méthyle, le benzoate de benzyle, l’alcool benzylique, le salicylate de méthyle, l’anthranilate de méthyle, l’indole, le farnesol, le cinéol et le z-méthyl iso eugénol.

Il est intéressant de constater de quelles autres plantes la tubéreuse peut se rapprocher du point de vue de ses constituants chimiques. On retrouve par exemple de l’anthranilate de méthyle, qui a faible dose possède l’odeur de la fleur d’oranger, dans le néroli et le jasmin. Le salicylate de méthyle compose quasiment totalement l’odeur de l’essence de wintergreen et en partie celle de l’essence de cassie. Le benzoate de méthyle et l’eugénol, quant à eux, existent aussi dans le clou de girofle. Ainsi les liens olfactifs déterminés par le nez trouvent parfois leur explication dans la chimie.

Séduire ou faire fuir

La puissance odorante de la tubéreuse et son côté charnel lié à l’animalité de l’indole, a donné lieu à de nombreuses légendes et anecdotes qui révèlent son côté mystique et ensorcelant. On dit par exemple qu’en Italie à la Renaissance, on interdisait aux jeunes filles de se promener dans les champs de tubéreuses de peur que le parfum érotique des fleurs ne leur fasse tourner la tête et ne les égare.

Au XVIIème siècle, Mme de la Vallière, maîtresse de Louis XIV, faisait mettre des bouquets de tubéreuses dans sa chambre lorsqu’elle était enceinte du roi car l’odeur de la tubéreuse était réputée pour indisposer le femmes enceintes. Il s’agissait donc d’un moyen de faire croire à la reine qu’elle ne l’était pas...

En hindi, la tubéreuse est connue sous le nom « rajni gandha » et est surnommée « parfum de nuit ». Elle est utilisée pour la décoration, notamment lors des mariages. Elle se porte en collier, dans la chevelure, et est couramment présente dans les temples.

La tubéreuse dans l’art

L’étrangeté de la tubéreuse n’a pas manqué d’interpeller les écrivains et les artistes. En 1782, dans Les Jardins, poème en quatre chant, le prêtre poète René Rapin rend hommage à la tubéreuse en ces termes : « Elle fut transportée des Indes sur nos bords par un commerçant français. Un noble citoyen de la Calabre lui donna un asile dans son jardin et il enrichit d’abord Rome et l’Italie de ce trésor dont toute l’Europe ensuite se disputa la jouissance. Douée d’une admirable beauté, les fleurs blanches exhalent une odeur délicieuse ; elle élève avec confiance son front qui ne le cède point à la neige en blancheur, et du haut de sa tige elle semble dominer au loin dans les jardins. Si les charmes de la tubéreuse font naître un tendre amour dans votre âme, que, de préférence à toute autre fleur, votre main soigneuse la place dans un vase choisi, et la dérobe aux malignes influences du Ciel. Que votre maison serve d’asile à cette fleur délicate et timide contre les insultes des vents et des orages, contre les feux dévorants de la canicule. De quels soins n’est pas digne la tubéreuse, elle qui mérita de nous être apportée des confins les plus reculés de l’Inde, et qui traversa les mers pour se joindre aux fleurs qui décorent nos jardins ! ».

Un siècle plus tard, Zola raconte la visite du comte Muffat dans la loge de Nana, cette terrible danseuse et courtisane de la fin du XIXème siècle : « Un moment, craignant de défaillir dans cette odeur de femme qu’il retrouvait, chauffée, décuplée sous le plafond bas, il s’assit au bord du divan capitonné, entre les deux fenêtres. Mais il se releva tout de suite, retourna près de la toilette, ne regarda plus rien, les yeux vagues, songeant à un bouquet de tubéreuses, qui s’était fané dans sa chambre autrefois, et dont il avait failli mourir. Quand les tubéreuses se décomposent, elles ont une odeur humaine ». Dans ce très bel extrait, Zola procède à deux associations en chiasme : celle de l’odeur de Nana avec celle des tubéreuses, et celle des tubéreuses en décomposition avec celle de la chair. L’odeur de Nana, comme celle de la tubéreuse, est dangereuse et potentiellement mortifère. Cette constatation trouve son explication dans la chimie puisque l’indole que l’on trouve dans les fleurs blanches peut varier d’odeur selon son état et évoque tantôt les fleurs, tantôt les matières fécales ou la charogne...

Au XIXème siècle, le graveur Grandville personnifiait les végétaux dans son livre Les Fleurs Animées. Sa tubéreuse forme un binôme avec la jonquille, la première étant symbole de volupté et la seconde symbole de désir. « Quant à vous, madame la Tubéreuse, c’est autre chose. Vous êtes originaire de l’Inde, vous êtes fille de la terre d’où nous viennent tous les poisons. Vos grandes fleurs blanches lavées de rose séduisent, il est vrai, par leur beauté, mais leur parfum ne peut se sentir longtemps. En vous voyant pour la première fois un charme puissant s’empare des sens, on voudrait se livrer tout entier au plaisir de vous respirer, mais bientôt une fatigue étrange remplace cet enivrement passager. On vous éloigne, on vous évite, on craint de vous approcher. C’est que la volupté tue ». Encore une fois, la séduisante tubéreuse se pare des atours de la mort...

A la même époque, le peintre flamand Jans Frans Van Dael peint une nature morte intitulée Vase de fleurs avec une tubéreuse cassée qui met en valeur cette plante aux fleurs si lourdes que la tige se brise sous leur poids. Cette brisure de la tige est un memento mori qui rappelle la fragilité de l’existence.

Au XXème siècle, Colette, qui a beaucoup écrit sur le parfum et qui s’interrogeait ainsi « Quelle femme s’avise de choisir aujourd’hui un parfum parce qu’il est chaste ? », s’est aussi intéressée à la tubéreuse dans son ouvrage Pour un Herbier. Dans « Le monologue du gardénia » ce dernier s’exprime en ces termes : « Alors, ma rivale ineffable n’a qu’à paraître, et tout gardénia que je suis, je faiblis, je me prosterne devant la tubéreuse. Elle ne m’en n’a pas gratitude. Sa fraîcheur, qui est celle d’un jeune bout de sein, dure plus que la mienne ».

Enfin l’écrivain japonais Yasunari Kawabata, prix nobel de littérature en 1968, a consacré une nouvelle entière à cette fleur dans son recueil Récits de la paume de la main : « C’était des fleurs étranges, complètement différentes des chrysanthèmes blancs, ou des dahlias blancs aux pétales effilés. On eût dit des fleurs flottant dans un rêve… »

Les parfums de la chair

Les premiers soliflores de tubéreuse apparaissent dès les années 1930 avec par exemple la Tubéreuse de Le Galion, ou encore Tuberosa de Santa Maria Novella. Puis apparait le grand Fracas de Piguet en 1948, qui constitue encore aujourd’hui une référence incontournable.

Après le premier Chloé de Lagerfeld, sorti en 1975 et aujourd’hui disparu, la puissance de la tubéreuse connait un certain succès dans les années 1980, avec des parfums iconiques tels que Giorgio, Beautiful ou encore Poison.

Jusque dans les années 1990, les bouquets floraux au cœur desquels se niche la tubéreuse sont courants : Ysatis, Organza, Amarige, Jardins de Bagatelle, Ça sent beau, Eden...

Après les années 2000, alors que les fleurs blanches, et en particulier la tubéreuse restent une valeur sûre aux Etats-Unis (avec entre autre Estée Lauder, Michael Kors, Kate Spade...) la parfumerie européenne verra quelques rares tentatives de modernisation de la tubéreuse, avec des créations comme Fragile de Jean-Paul Gaultier, sans grand succès.

Mais c’est surtout la parfumerie de niche qui fera revivre la tubéreuse à partir de la fin des années 1990 à travers de nombreuses interprétations plutôt "soliflores" qui réhabiliteront le genre : Tubéreuse Criminelle, Carnal Flower, Do Son, Tubéreuse Couture , Beyond Love, Nuit de Tubéreuse, Tubéreuse 40 chez Le Labo, la trilogie des tubéreuses d’Histoire de Parfum, etc.... la liste est longue !
L’influence sur le marché mainstream se fait sentir, par exemple dans Truth or Dare de Madonna, un hommage direct à Fracas ou encore avec White Tubéreuse de Réminiscence.

Certains parfumeurs choisissent également de souligner l’animalité de la tubéreuse en l’associant à des notes ouvertement animales et charnelles : dans Vierges et Toreros d’Etat Libre d’Orange, elle est associée au costus, au cumin dans Rubj de Vero Profumo ou encore à un fond cuiré dans Marlowe de Jardins d’Ecrivains. Elle se cache même sous le musc salé de Musc Tonkin de Parfum d’Empire.

D’autres accentuent ses facettes crémeuses de noix de coco pour la pousser vers des effets plus solaires rappelant l’ylang-ylang ou la fleur de frangipanier, comme Olivia Giacobetti dans Vamp à N.Y. d’Honoré des Prés ou Daphne Bugey pour Le Labo dans Lys 31.

Vous découvrirez ci-dessous notre sélection chronologique des parfums sublimant chacun à leur manière la tubéreuse.
Et vous, quelles sont vos tubéreuses préférées en parfumerie ?


Photo : Imogen Cunningham, 1920.

[1La Chimie des Parfums et Fabrication des Essences, Ed. J-B Baillère et Fils, 1922

  • Fracas de Piguet (1948)

    Créé par une femme pour les femmes en 1948, Fracas joue la tubéreuse à fond, exacerbant les facettes fruitées puis crémeuses de la fleur en l’associant à la fleur d’oranger. Un parfum qui, comme son nom l’indique, ne passe pas inaperçu. C’était notamment l’un des parfums de Marlene Dietrich. Indétrônable.

    Lire notre critique


  • Giorgio de Giorgio Beverly Hills (1981)

    Giorgio est devenu l’incarnation du glamour américain des années 80, à travers une "power-tubéreuse" exacerbée, verte et fruitée, clinquante et criarde, qui ne laisse jamais indifférent. Mythique.

    Lire notre critique


  • Poison de Dior (1985)

    “No smoking, No poison”. On dit que cette pomme empoisonnée créée par Edouard Fléchier était tellement puissante qu’elle fut parfois interdite dans certains restaurants américains. Habillée d’épices miellés, de musc et d’ambre, la tubéreuse de Poison personnifie une féminité forte et conquérante. Iconique.

    Lire notre critique


  • Tubéreuse Criminelle de Serge Lutens (1998)

    Parmi les fleurs dangereuses de Lutens il en est une qui capture, quand elle n’assassine pas. Criminelle, cette tubéreuse tente d’abord de vous chloroformer avec ses effluves camphrés et éthérés. Puis elle vous garde captif en vous enveloppant d’une douceur trompeuse pour mieux vous leurrer. Ses aspérités sont exacerbées pour mieux... tuer ?

    Lire notre critique


  • Carnal Flower de Editions de Parfums Frédéric Malle (2003)

    La tubéreuse de Dominique Ropion est à la fois littérale et facettée, sombre et figurative. Les grappes de fleurs, blanches et grasses sont bien là, mais agrippées à la grande tige verte, dans une eau légèrement trouble, avec cette impression de fané qui évoque la chair, chair humaine ou chair des fleurs… Une terrible prédatrice.

    Lire notre critique


  • Do Son de Diptyque (2005)

    Do Son livre une interprétation plutôt naturaliste et végétale. La tubéreuse et la fleur d’oranger qui l’accompagne s’enveloppent de notes vertes et d’iris poudré, légèrement terreuses et humides. Pour les débutants... ou les timides !

    Lire notre critique


  • Tubéreuse Couture de Parfumerie Générale (2006)

    Plongez dans une piscine chlorée, agrémentée de camphre et d’un effet un peu peinture fraiche. De l’univers de la couture, la tubéreuse de Pierre Guillaume a gardé le côté pressing et ses vapeurs un peu toxiques. Sans compter la note gourmande de fraise des bois, légèrement confiturée, qui arrive en contre-pied lorsqu’on ne s’y attend pas. Excentrique et décomplexée.

    Lire notre critique


  • Beyond Love de By Kilian (2007)

    Calice Becker a créé avec Beyond Love une tubéreuse qui reste malgré son nom assez "mesurée", plutôt littérale, l’une des plus fidèle à l’odeur de l’absolue et relativement légère, ou du moins fraîche, pour une fleur qui peut se faire si opulente.

    Lire notre critique


  • Fusion Sacrée Clair de Majda Bekkali (2012)

    L’association étrange de la tubéreuse et d’un café lacté un peu amer. Entre verdeur des grains de café et l’onctuosité des fleurs blanches, Fusion Sacrée Clair nous plonge dans un décor intrigant et culotté, qui détonne dans le paysage tubéreuse.

    Lire notre critique


  • White Tubereuse de Réminiscence (2014)

    Une des dernières nées, presque alimentaire tant les épices y sont présentes, se fondant dans le bain crémeux d’une tubéreuse au lait de banane et de coco. La fleur de White Tubereuse se fait sensuelle et tropicale, pas si immaculée que ça...

    Lire notre critique


  • Jonquille et Tubéreuse, gravure de Grandville, 1867.


  • Polyanthes Tuberosa, gravure botanique Rousseau, XIXème siècle.


Thème

Tubéreuse
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

sikkim

par , le 27 octobre 2015 à 15:55

Je n’ai jamais aimé ni supporté l’arrogante tubéreuse ...... jusqu’à ce que quelqu’un m’asperge, dans le but de me le vendre, d’une nouveauté, voilà quelques années : Ces dôles de "Trois Fleurs", parmi lesquelles la détestée tubéreuse, de Parfums d’Empire se liguèrent pour me faire baisser les armes jusqu’à me rendre addict de leur crémeux, si habillé et si frais à la fois.

sikkim

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

missmuffin

par , le 4 octobre 2015 à 16:17

De mes premières amours (Ysatis, Poison..)à mes préférences actuelles(Carnal Flower, Fusion sacrée..), en passant par le premier parfum qu’ un homme m’a offert (Fragile), la tubéreuse est le fil rouge de ma vie parfumée.
Aucune autre matière première n’éveille en moi autant de curiosité, d’envie de découvrir ses multiples facettes.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Volute

par , le 15 septembre 2015 à 22:11

Iris tubéreuse de Creed fut une jolie découverte : impression d’assister à la floraison de cette fleur, de ces deux fleurs.

La rencontre avec tubéreuse criminelle de Lutens provoqua un choc émotionnel et olfactif : "un coup de tonnerre dans un ciel serein". Apparition brutale d’un délire olfactif très riche tant par ses thèmes que par ses expressions. Cette criminelle est bipolaire, euphorique, logorrhéique, agitée, violente, dangereuse puis elle s’apaise devenant sage, calme, douce ... L’évolution de cette criminelle est dans le repentir. La passion se transforme en amour, le feu en eau, l’ennemie en amie.

Nuit de tubéreuse de l’Artisan Parfumeur est bien plus familière que cette imprévisible criminelle.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

OPomone

par , le 15 septembre 2015 à 20:37

Je l’avoue, la tubéreuse est mon péché véniel.

L’homme que je suis a cependant quelques scrupules à la porter en public. Ce qui a tempéré mon enthousiasme, c’est le nombre de commentaires + ou - désobligeants suscités par Tubéreuse Criminelle le jour où celle-ci m’a accompagné au bureau.

Quelques échantillons de la médisance populaire :
"C’est vous, Monsieur X, qui sentez la cocotte comme ça ?"
"C’est tellement fort que ça a envahi tout l’étage ! Ça m’a donné mal à la tête."
"Et vous dites que c’est un grand parfum ?".

Ce qui est curieux, c’est que les hommes n’ont rien dit. Ces propos peu amènes venaient seulement de bouches féminines. Un peu comme si les femmes revendiquaient pour elles, et elles seules, le droit de porter des parfums "forts" ou capiteux. Mais je n’en veux pas à mes collègues féminines. Je suis très fier d’avoir réussi à les convaincre de ne plus porter La Vie Est Belle, aussi aurais-je mauvaise grâce à leur tenir rigueur de leurs paroles ce jour-là.

Et puis il y a un homme, un parfumeur de talent, à qui je dois de pouvoir m’adonner à mon péché à toute heure, en toute circonstance et sans risquer d’essuyer des remarques blessantes. C’est Alexis Dadier, le créateur de À Travers le Miroir, dans la collection Miroir Miroir chez Thierry Mugler. Un parfum très (trop) confidentiel, hélas. C’est une vraie tubéreuse, mais traitée de manière aérienne, avec une infinie délicatesse, une grâce inédite. Rien de crémeux ici, rien de "beurré". Une tubéreuse 0% de matière grasse, en somme.

Mais le vrai miracle de À Travers le Miroir, c’est que ses notes d’absinthe jouent en contrepoint une partition verte, aromatique, herbacée, et lui confèrent un caractère réellement unisexe.

Alors Alexis Dadier, si vous lisez ces lignes, j’ai deux mots à vous dire : bravo et merci !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

DOMfromBE

par , le 15 septembre 2015 à 18:50

Quel bel article !
La tubéreuse...
Celle que porte la Vieille Dame de Frédéric Dard dans "La vieille qui marchait dans la mer"...
Celle que Juliette Gréco (sublime en tailleur à l’arrière d’un taxi) avoue porter, dans Belphégor...
C’est le parfum que j’adorerais aimer, mais c’est aussi après les premières bouffées une invariable et immense migraine...
Profond soupir...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Amande

par , le 15 septembre 2015 à 18:44

Merci pour ce bel article, très complet et très intéressant.
Je découvre et comprends certaines choses grâce à vous. J’aime beaucoup certains de vos exemples, Giorgio, Eden, Ysatis, Amarige, Ca sent beau... et plus récemment Gardénia Passion (tubéreuse si je ne m’abuse ?). On me dit qu’ils me vont bien (même s’ils font pouêt-pouêt en arrivant il faut bien le dire quand même !)... Mais eux ne m’aiment pas, définitivement ! J’ai beau les doser avec beaucoup de délicatesse lorsque je les porte, rien à faire, la migraine se présentera rapidement (tubéreuse ?). Je trouve d’ailleurs cela assez frustrant d’apprécier une odeur et de ne pas pouvoir la porter ! A l’inverse, je n’aime pas boire de café et pourtant son odeur me ravit ?! Où encore l’anis que pour rien au monde je n’avalerais, ne m’incommode pas du tout en petite note dans nos parfum. Quel étrangeté que ce nez ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 15 septembre 2015 à 18:09

Apparemment, à l’image de Poison et sans doute plus encore, Giorgio déchaine les passions : on aime ou on déteste, on adore ou on abomine. Je suis dans le premier clan. Si riche, si diversifié, si intense et tellement cohérent. Un chef-d’oeuvre absolu. Comment un tel parfum a-t-il pu devenir un classique ? On peut se le demander. Sa puissance, son audace, sa singularité et sa complexité nous sautent au visage : tout d’un grand et fort parfum. Ce Giorgio, il m’envoûte, je l’étreins...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 15 septembre 2015 à 12:45

Une belle tubéreuse à découvrir, si non encore citée ici : Narcotic Venus parue il y a quelques années chez Nasomatto. Portant bien son nom donc divinement sensuelle...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 septembre 2015 à 14:21

Tout à fait d’accord : je l’ai évoqué sous l’article récent dédié à Nasomatto. Il est absolument somptueux et je le porte avec beaucoup de plaisir. Mais ne s’agit-il pas plus d’un gardénia que d’une tubéreuse ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 septembre 2015 à 14:56

Le site et les blogs renseignent la tubéreuse mais...
Mystère et confiture !
Nasomatto, oui mais à quels prix !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 septembre 2015 à 15:44

Lui, il le vaut bien ! Ce n’est que mon avis personnel, mais je trouve que la tenue est superbe, même avec juste 2 pulvérisations. Vu la concentration, et la qualité des matières première, je pense que ça le justifie autant que 120€ les 50 ml chez Malle... Mais bon, je concède qu’il y a quand même une envolée globale des prix que je trouve inquiétante.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 septembre 2015 à 11:04

La tubéreuse est une fleur dont le traitement fait qu’elle m’échappe un peu : soit je la trouve trop forte, violente et elle m’inspire un rejet (Tubéreuse couture, Tubéreuse criminelle, Poison), soit au contraire, je la trouve affadie, comme dans Fracas où je trouve que la fleur d’oranger l’emporte ; comme dans Une voix noire où je trouve que les fruits l’écrasent ; comme dans Tuberose Angelica de Jo malone où elle reste très verte et légère.
Les parfums que je préfère contenant de la tubéreuse, sont finalement ceux où sa facette "violente" est équilibrée par d’autres notes puissantes, plus boisées. Ainsi, j’apprécie Carnal Flower, Nuit de tubéreuse, Tubéreuse n°3 Animale, Narcotic Venus, et je rêve de découvrir Manoumalia de Les Nez...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 septembre 2015 à 12:32

Bonjour Walkyrie,

Je crois qu’il y a une confusion chez vous entre "fleurs blanches" en général et "tubéreuse" en particulier...

Ainsi, dans les parfums que vous citez, tous n’ont pas la tubéreuse comme note principale...

Par exemple, dans Une Voix Noire, c’est une représentation du gardénia qui s’en dégage, non de la tubéreuse... De même, Manoumalia n’est pas une tubéreuse mais prend comme inspiration le fragraea, une sorte de fleur de frangipanier proche de l’odeur du gardénia....

Pour ma part, je ne considère pas Nuit de Tubéreuse comme représentative de cette fleur, son traitement est très particulier et écrasé par les épices/le poivre.... y’en a qui aiment... moi non... j’avoue peiner à même distinguer ma fleur chérie sous la chape d’épices... tout comme j’ai du mal à la reconnaître dans les interprétations très dominées par les notes animales (Vierges et toreros) ou cuir (l’Eau Scandaleuse)...

Vous aimez Carnal Flower ? Eh bien une de plus ! ;) en même temps, qui n’aime pas le chef d’oeuvre qu’est Carnal Flower ! ???

Pour ma part, je viens d’acheter un flacon vintage du discontinué et regretté Fragile de JP Gaultier, celui qui fut mon parfum exclusif pendant 10 ans, de 2002 à 2012 ... je voue une adoration à cette fragrance porteuse de tant d’émotions et de souvenirs de ma vie de jeune adulte et qui m’a permis de découvrir cette fleur fascinante qu’est la tubéreuse ;)

Bonne journée parfumée.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 septembre 2015 à 14:14

Je pense que si confusion il y a, elle est liée justement aux discours des marques. Ainsi, la tubéreuse est souvent évoquée dans des descriptifs de parfums qui comportent essentiellement du gardénia, de la fleur de tiaré ou du jasmin. Et je vous rejoins concernant Nuit de Tubéreuse, tout comme Tuberose Angelica ou Noix de Tubéreuse : je n’y sens pas trop de similitude avec les archétypes Tubéreuse que sont Fracas, Carnal Flower, ou même Tubéreuse couture.
De fait, c’est assez difficile de s’y retrouver.
Mais puisque vous vous y connaissez, pouvez-vous me conseiller un parfum alliant pleinement Tubéreuse et notes Boisées ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 septembre 2015 à 21:10

Peut-être pourriez-vous essayer Savile Row de Richard James. C’est un masculin, mais tubéreuse et notes boisées s’y disputent la prééminence dans un plaisant équilibre.

Un autre conseil : Daphné de Comme des Garçons. Une tubéreuse érotique, torride, particulièrement suggestive. Des nuances boisées ? Daphné n’en manque pas, mais elle vous révèlera tant d’autres appas si vous savez l’apprivoiser. C’est probablement, avec Rien, la composition la plus réussie - et la plus "incarnée" - d’Antoine Lie.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 septembre 2015 à 21:48

Tubéreuse boisé pour moi, c’est Cèdre de Serge Lutens. D’une finesse, subtilité et élégance rare pour cette fleur. Quand je l’ai senti pour la première fois, je me suis dit qu’elle sera superbe sur un homme.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 septembre 2015 à 22:34

Je confirme !
Cèdre est superbe sur moi et attire davantage le compliment que Tubéreuse Criminelle - ce qui est, disons-le, assez injuste.
Cèdre, c’est une tubéreuse facile d’accès, idéalement unisexe, avec tout le confort moderne. On y retrouve l’accord épicé-gourmand cher à Serge Lutens, alors qu’il est totalement absent dans Tubéreuse Criminelle. En revanche, pour ce qui est du cèdre ou d’éventuelles facettes boisées, je les cherche toujours. Disons que si cèdre il y a, il est plus subliminal que réellement perceptible.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 septembre 2015 à 11:24

C’est aussi mon impression, Cèdre est finalement bien plus fruité que boisé... je trouve qu’il "confiture" beaucoup sur ma peau et, de ce fait, devient une tubéreuse moins intéressante et originale que Tubéreuse Criminelle... j’aime la violence et la radicalité de cette dernière, que je porte d’ailleurs aujourd’hui.

Cèdre m’avait été présenté comme une variante "tubéreuse" de Féminité du Bois et en réalité, je ne perçois pas de parenté évidente entre les 2.

Et Féminité du Bois a, selon moi, bien plus de caractère que Cèdre, très (trop ?) consensuel...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 septembre 2015 à 17:53

Solance, tu m’as fait rire avec Cèdre qui "se confiture". Heureusement, c’est pas le cas chez moi. J’ai du mal avec tout ce qui est gourmand et tubéreuse l’est déjà suffisamment, sans qu’on y ajoute du sucre. Je perçois Cèdre comme une tubéreuse assez austère (avec quelques épices, de l’ambre et musc blancs), simple et bien faite. Sage. Autant qu’une tubéreuse peut l’être, hein. Dans son cas, moins est plus, beaucoup plus. Je le trouve particulièrement facile à porter.
Féminité du Bois et beaucoup plus complexe et opulente. Je ne peux pas les comparer parce que je n’ai pas l’impression qu’ils appartiennent au même univers, c’est plus Fille en Aiguilles sa petite sœur trash.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 septembre 2015 à 16:29

Merci Opomone et Anna de vos suggestions, ce sont des parfums que je ne connais pas. Plus qu’à réussir à se les procurer...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Beer luc

par , le 15 septembre 2015 à 09:34

A la découverte des Lutens,j’ai eu l’occasion d’essayer Tubéreuse Criminelle,très narcotique à l’ouverture et migraine assurée par la suite,pourtant j’apprécie les parfums de caractère.
De ce fait la tubéreuse c’est pas pour moi.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Sur la plage ensoleillée, koala et fleurs de Grasse : la revue de sorties parfums #6

Sur la plage ensoleillée, koala et fleurs de Grasse : la revue de sorties parfums #6

Parce qu’il y a de plus en plus de lancements, y compris dans les marques de niche, et que l’équipe d’Auparfum tient à vous informer de façon la plus complète possible, voici la revue de sorties, tour d’horizon des flacons qui sont arrivés sur nos bureaux ces dernières semaines.

en ce moment

il y a 3 heures

Bien sûr j’ai pensé à l’absolu graine de carotte et à l’ouverture assez "carotte" du parfum, mais(…)

il y a 6 heures

Il y a de l’absolu graine de carotte dans iris silver mist. C’est un ingrédient connu des(…)

il y a 7 heures

Entre un brouillard argenté et une petite gelée, il n’y a parfois que quelques degrés Celsius. Et(…)

Dernières critiques

Boxeuses - Serge Lutens

Uppercut hyper culte

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Divine Nantes

Divine Nantes

Nantes (44)

Jovoy - Le Mans

Jovoy - Le Mans

Le Mans (72)

Le Bon Marché

Le Bon Marché

Paris (75)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019