Auparfum

Les parfums de la honte

par , le 12 juillet 2012

Vous, oui vous, le perfumista en puissance, qui vous pâmez devant le dernier Lutens, ou le prochain Frédéric Malle, et tournez de l’oeil à la première effluve d’un Paco Rabanne ou d’un Diesel, vous qui êtes la référence même du bon goût olfactif et un véritable rat de parfumeries de niche... je sais que vous avez au fond de votre mémoire un parfum inavouable que vous chérissez, que ce soit une vieillerie ringardisée à jamais associée à une love story romantique (Drakkar Noir ?), ou simplement parce que contrairement à l’avis général, vous trouvez très réussi le dernier lancement que tout le monde déteste (Belle d’Opium ?)

Allez-y, lâchez-vous, c’est maintenant ou jamais, vous avez le droit de prendre un nouveau pseudo si vraiment la honte est insurmontable, mais dites nous tout sur ces parfums que jamais vous n’oserez porter, mais que vous respirez avec émoi dans les rayons des Sephoras, en cachette, lorsque vous êtes seul, et que personne ne vous regarde...

Quels sont vos parfums de la honte ?

 

image : jean-barak.fr

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Chanel_5

par , le 1er août 2018 à 06:56

Le Dolce Gabbana pour femme dont j’apprécie l’odeur de framboise et chamalow. Parait-il qu’il a été reformulé et que désormais il est banal et sans âme.... un sucré pour midinettes.
Eh bien je le trouve agréable quand même. Il y a également les eaux de cologne bon marchés aussi que j’aime souvent sentir, citron ou ambre...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 2 février 2018 à 11:40

Euphoria Gold Men de Calvin Klein, un ambré vanillé épicé miellé etc. en édition limitée de 2014 - 2015. Contre la pluie, le vent et la neige fondante de ce matin, contre ce temps de ..., j’ai adopté ce mainstream qu’on dirait presque de la honte mais qui m’est tellement réconfortant !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er février 2018 à 17:42

Je me présente pour la deuxième fois au confessionnal, mais la dernière fois remonte à 2016, et il est bon de se confesser au moins une fois par an, non ?
Surtout que j’ai continué à m’enfoncer dans le péché entre temps...
J’ai acquis plusieurs parfums de la marque Jeanne Arthes, vendus en grande surface à plus ou moins 6€ les 100ml.
Je serais vraiment très curieuse d’avoir l’avis de certains d’entre vous ( vous semblez avoir le nez exercé et l’habitude des parfums de grande qualité) sur cette marque, parce qu’il me semble qu’ils sont vraiment loin d’être mauvais, même si j’en trouve certains sans aucun intérêt.
Il faut y aller sans a priori (et même presque les yeux fermés, tant les noms et les flacons/emballages sont moches ou kitsch), mais il peut y avoir d’excellentes surprises à la clef.
Je pense à Guipure & Silk ( flacon rouge et noir), qui ressemble beaucoup à Hypnotic Poison et Cassandra, très joliment inspiré du N°5.
Ils sont très supérieurs aux parfums "génériques" que j’ai eu l’occasion de tester jusqu’ici, en particulier du point de vue de la tenue.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er février 2018 à 22:59

J’ai lu quelque part sur auparfum (il y a des mois de ça, peut-être même des années !) une discussion autour de l’étonnante qualité de la Guipure & Silk, son comportement sur la peau, similitudes et différences avec Hypnotic Poison etc.
Avec des reformulation massacrantes chez Dior (et pas que chez Dior !) depuis des années, si on peut trouver une alternative qui des fois ressemble à l’original plus ce que on nous vende aujourd’hui pour l’original, pourquoi s’en priver ? Et à ce prix en plus ?
C’est incroyable a quel point des "grands" maisons nous prennent pour des pigeons ! Que des vendeuses nous racontent des salades, c’est (malheureusement) leur travail...mais les maisons qui insistent encore que il s’agit des mêmes formules, c’est insultent !
Si on doit déjà se contenter d’un jus inférieur, pourquoi continuer de payer un prix toujours supérieur ?
Il faut en parler des dupes au "alternatives" des fois étonnantes !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 février 2018 à 19:06

Merci pour votre réponse grâce à laquelle j’ai pu retrouver la discussion en question.
Effectivement, il y a parfois d’excellentes surprises à prix modique.
Au cas où certains d’entre vous seraient intéressés par d’autres références de cette marque considérées comme de bons "dupes" de parfums certes mainstream mais beaucoup plus chers, voilà ce que j’ai pu trouver (et vérifier en les testant) comme info :

Cassandra EDT : Chanel 5 ;
Amore Mio : Nina de Nina Ricci ;
Love Generation Rock : Ange ou Démon de Givenchy.
Art S ; Poème de Lancôme

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 février 2018 à 13:38

Désolée Jochris je n’avais pas lu votre 2ème réponse !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 février 2018 à 13:28

Bonjour Anna

J’ai découvert récemment guipure and.... et ma fois il tient toutes ses.promesses ! On.m’a même dit que.je.sentais.bon ! Au prix de 9 euros les 100 ml... ! Pourquoi s’en priver. Je le trouve doux et réconfortant et il a une tenue pas si faible. J’aimerais découvrir d’autres pépites de ce genre car mettre 150 euros les 50ml dans un.parfum qui ne tient pas et qui n’a aucune originalité.... certes guipure and... n’est pas.d’une folle originalité mais il est on ne peut plus honnête pour son prix !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 février 2018 à 13:36

Bonjour Jochris

J’ai découvert guipure and.. et franchement il est très bien. J’hésite a découvrir les autres de la.même marque.Le flacon est très kitsch effectivement ! Avez vous d’autres pistes ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2018 à 15:59

Entièrement d’accord avec la personne qui a évoqué les parfums horribles à prix d’or. Je pense notamment aux ouds, qui n’existaient pas dans la parfumerie française classique et qui sont devenus un phénomène de mode. Désolée, l’oud ça pue ! Je le tiens d’une personne connectée avec le milieu de l’industrie du parfum, les ouds ont plusieurs avantages, compenser la perte de matières premières à cause des nouvelles normes, et masquer de mauvaises compositions, puisqu’il s’agit d’une note très odorante, ça masque tout le reste.
Bref, l’oud vendu à prix d’or en parfumerie, c’est une vraie supercherie !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 30 janvier 2018 à 09:16

L’orgue à parfums (le poste de travail du parfumeur) regorge de matières qui, lorsqu’elles sont fortement concentrées,sentent carrément mauvais.
On tente de masquer légèrement ce phénomène en y adaptant notre vocabulaire, en parlant de notes "fécales" ou "animales" alors que ce qu’on veut dire,en réalité, peut se résumer à ’Ça pue !’."
Un exemple ? que n’a t’on pas dit de Kouros ?
Il faut donc rester objectif si on veut faire le procès de la parfumerie.
Le oud à lui seul n’est pas portable,j’en témoigne puisque j’en ai un flacon de 3ml de chez Ajmal,et son prix est onéreux pour pouvoir l’ajouter dans toutes créations qui en portent son nom.
Mais je peux néanmoins distinguer ses éffluves très légères dans des fabrications composées de roses etc....qui sont très répandues dans les pays du golf.
Il est même utilisé en encens,pour la maison mais aussi pour parfumer ses vêtements et les femmes leurs cheveux,alors faut-il dire que ces gens ont la palme de la puanteur de la planète ?
Chez nous,la plupart des jus qui le revendiquent n’en contiennent pas une goutte.
Pour le reproduire, on combine des molécules de synthèse boisées-ambrées avec le patchouli, le vétiver, l’encens et, surtout, le cypriol, dont l’odeur boisée, terreuse, fumée et un peu « lait de yak » est assez approchante.
L’oud pourrait également remplacer les matières premières d’origine animale, aujourd’hui bannies pour des raisons d’éthique ou d’image : ambre gris, musc, civette ou castoréum.
Et si l’ingrédient le plus hype de la décennie n’était pas un retour des senteurs refoulées par nos sociétés aseptisées ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 30 janvier 2018 à 10:59

Bonjour Beer luc. Effectivement bon nombre de matières premières qu’elles soient sous forme d’essences pures ou d’huiles hautement concentrées ne sentent pas toujours très bon. Par ailleurs, il est parfois bien difficile de pouvoir les distinguer, c’est mon cas, je n’ai pas un excellent nez. Cela sent tour à tour la cire, la résine, le bois, le cramé, le caoutchouc, que sais-je encore. Mais lors d’un récent passage à Paris, mes pas m’ont mené tout à fait par hasard au n° 45 de l’avenue George V chez Abdul Samad al Qurashi. Un monsieur extrêmement gentil m’a fait sentir beaucoup de choses, certaines étonnantes, dont l’oud authentique, si c’est celui que vous évoquez. J’en ai gardé la mouillette. Et à mes petites narines avides de découvertes, ça ne puait pas du tout. A la puissance détonante du départ de la découverte suit une sensation d’une étrange douceur, veloutée, presque duvetée, mais sombre, très profonde et terriblement intrigante. C’est puissant mais pas agressif, animal peut-être, mais pas fécal, et encore moins vulgaire, et assez addictif ! A la limite, le parfum se suffirait à lui seul... Je ne le porterais pas pur mais j’y porterais souvent mes narines curieuses. Bonne journée et encore merci pour vos éclaircissements.
P.-S. Je suis sorti de la boutique avec un flacon de 100 ml vraiment pas cher : Masari pour homme, un oriental guère original mais qui a eu le bonheur de plaire en me paraissant être une espèce de mixte de Dioressence et de Lauder for men.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Helicopter

par , le 29 janvier 2018 à 08:47

Il faut dire que si je dois me confesser de parfums déshonorants, je ne suis pas sorti du sable.

C’est mon premier message ici, et je préfère donc commencer par la réponse la plus gênante.

Comme quelqu’un ici l’a dit, Only the Brave Tatoo m’était sympathique, je l’ai porté. Il y a aussi Eau de Gaga, que, curieusement, j’aime toujours bien que je m’en soit détaché.
Mais le plus honteux pour moi reste One Million . Je ne l’ai jamais porté et je n’explique pas cette attirance gênante...

Ce dont je ne me lasse jamais est en revanche non pas un parfum, mais mon savon Route Mandarine ... Je pourrais passer des heures sous la douche avec.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 février 2018 à 13:43

Bonjour Helicopter

J’aime comme vous l’eau de Gaga qui a tout dune grande. Un petit air de CK.one bien agréable au printemps ou en été et qui vaut bien d’autres opus. Le rapport qualité prix plaisir est au rendez vous

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2018 à 09:15

Parfum de la honte : je rigole en lisant les commentaires précédents. Je passe aux aveux : j adore les eaux de Cologne Bien Être, Mont St Michel ou marques 1er prix. Et je regrette Flower Party by Night d Yves Rocher. Échappée Belle d Eau Jeune me plait bien aussi. Auparfum m a appris que ce n était pas une honte d aimer les parfums cheap (question de goût et de budget). J aime m endormir avec ma fragrance préférée, avec l effluve du lait pour le corps Mixa, mais aussi avec un t shirt sale imprégnée de l odeur de l homme que j aime - certainement le plus honteux.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2018 à 11:05

Il y a un nombre incroyable de parfums horribles à prix d’or, et des pépites d’or (et bonheur) au prix riquiqui au supermarché et sur internet. Prix élevé n’est absolument pas synonyme de la qualité au originalité. Sur auparfum on peut trouver des critiques plutôt positives de Brut, Maroussia, Tabac etc et critiques plus que négatives des jus pseudo-niche(ouille !) et gros maisons bien, hm, respectables.

Personnellement, je suis un gros fan de toute la gamme de Lovely de Sarah Jessica Parker. Oui, je me tartine et asperge avec abandon, même pas peur. Et aucune réaction allergique ! Un parfum de célébrité, devait être une horreur...
Je regrette la gamme de Bambou de Yves Rocher, c’était vert, boisé et zen. Et leur gel douche à la menthe était incroyable, la menthe douce (spearmint) que j’ai finalement réussi remplacer au bout de 10 ans avec un Petit Marseillais.

Et qui n’a jamais sniffé le t-shirt sale de son être aimée en se tortillent des orteils, n’a jamais été amoureux ! Les truc de bébés sentent souvent super bon, il devait avoir ici des articles sur ça et des odeurs des tètes de bébés, fouillez en peu...
Nous traînons sur ce site parce que nous sommes obsédés par des odeurs. C’est un groupe de soutien, si vous voulez. Pourquoi essayer de guérir quand une thérapie coûte bien plus cher (temps, énergie, émotions, argent) que l’addiction et ne procure absolument aucun plaisir ? Et encore moins garantie le succès ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Aberystwyth

par , le 27 juillet 2017 à 09:13

Mon parfum de la honte... Diesel, Only the Brave Tatoo. Ça n’aurait pu être, et ça n’est qu’un masculin de plus, calibré pour faire vendre, et sans originalité. Non, sans originalité, effectivement.

Mais toujours est-il que je le trouve particulièrement équilibré, les notes qui souvent se font criardes, lourdes, vulgaires sont ici simplement puissantes, équilibrées, évidentes.

En définitive, s’il ne fallait garder qu’un seul de ces parfums commerciaux, ou si on m’imposait d’en acheter un, je ferais avec joie le choix du Tatoo. Sans hésiter !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 22 juillet 2017 à 18:38

C’est ici pour la confession ? Bon alors, ça va prendre un peu de temps, les erreurs olfactives de jeunesse, je les ai accumulées. Bon, ben d’abord il y a eu un parfum à la vanille mastoque de Corine de Farme dont je m’arrosais quand j’étais petite. Et puis Magnolia d’Yves Rocher (mais celui là, je l’ai vu, il y a pas longtemps sur un site, j’étais prête à replonger, il était bien sympa dans mes souvenirs...)
Oui, c’est moche, je sais. Ensuite, il y a eu la série des eaux jeunes : Bohème, Double je et d’autres que j’ai oubliés. Mais le marketing était pousse au crime, aussi, pour Double je, on se disait : "chouette, une eau qui se mélange, comme mon démaquillant.... Trop cool !". On était jeunes, on ne savait pas, j’entends encore la chanson de la pub, tiens.
Ensuite il y a eu des tentatives plus ou moins réussies à base d’Hugo Boss, et d’autres trucs. Toujours la Mure et la Mandarine de Rocher, tout de même, et Chévrefeuille. Et puis, on m’a offert Flowers de Kenzo, et là j’étais presque sortie de la spirale infernale, sauf que... j’ai replongé. J’ai utilisée toute la game des odes d’Yves Rocher Ode à l’Amour, mon préféré, tout fuschia avec ses notes horribles de cassis chimique et de fleurs indéterminées. Ode à la joie et son départ mirabelle moche..
- Mon Dieu, pas le bleu, quand même ?
- Si même le bleu avec son horrible odeur de marin en goguette. Même le bleu.... Et c’est pas fini. Malgré quelques incursions dans le Classique de Jean Paul Gautier, ç’a été le tour de Daliflor et puis ensuite de Rose Absolue d’Yves Rocher (celui-là aussi, si je le retrouve il y passe direct, il était vachement bien) et d’autres de la même collection Orchidée je crois. Et après, comme j’ai eu une année difficile et que je voulais changer de peau pour quelque chose de moins naïf et de plus Rock, j’ai eu Ma Dame de Gautier en edt EdT en EdP. Et j’aimais vraiment ça... Surtout l’EdP. Bon je vous rassure, là aujourd’hui c’est Eau de Protection d’ELO et j’ai reçu Nuit Etoilée, aujourd’hui. Mais des fois je retombe, j’ai cédé à Rose Pompon de Goutal parce que ça me rappelait les Odes à l’Amour de ma jeunesse (bon depuis je le regrette, c’est là que je vois que j’ai grandi).
- Bon vous allez faire quelques aspersions de L’Eau Neuve de Lubin et deux giclettes de Diva. Ca va aller.
- Merci mon père. J’espère juste que je ne vais pas craquer pour Lady Million. Mais au moins j’ai jamais touché à la game Axe. C’est toujours ça.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 juillet 2017 à 09:33

Bravo, petite Folle de Roses, votre confession est un joli morceau de littérarture, et m’a fait bien rire ! Mais vous savez, Yves Rocher n’est pas nécessairement le signe indubitable de la damnation olfactive. J’ai d’ailleurs gardé l’assez bon souvenir de Chèvrefeuille, qui était une chose naturelle, fraîche et agréable. C’est une marque pas chère, capable de sortir des produits de faible qualité, mais aussi de réserver de bonnes surprises. Cela vaut mieux, à tout prendre, qu’une marque de luxe qui, pour céder au goût du jour ou à l’ambition de grossir ses gains, trahirait les amateurs et sortirait une petite horreur... ou plusieurs, le long des années.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 juillet 2017 à 09:35

Littérature, et non littérarture ; il fallait une rature.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 juillet 2017 à 14:25

Oui, bien sûr. Et il est vrai que leurs prix sont toujours très raisonnables et certains de leurs parfums sont bien faits. Moi aussi je garde un excellent souvenir de leur Chevrefeuille qui sentait vraiment le chèvrefeuille. Accessoirement, je l’avais oublié mais j’ai aussi eu, fut un temps, Ming Shu et leur très jolie Pur désir de Rose. Je ne m’en souvenais plus mais en regardant sur fragrantica leur production, rien qu’en voyant le flacon, j’ai eu une réminiscence de leur jolie fleur très croquante et naturelle ( by Annick Menardo) et de leur lila dans la même gamme. Par contre, je pense que je serais bien écoeurée par les "Ode à..." dont je me lessivais joyeusement à l’époque.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 juillet 2017 à 14:38

D’ailleurs l’article sur les parfums bien faits mais à prix doux m’a donné envie de me re-pencher sur Cléa... Ou sur Voile d’Ambre.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 juillet 2017 à 15:39

Cléa... ma mère le portait, et l’on en avait même une bougie, à la maison. Je me souviens même du jour où ma mère fit brûler cette bougie, sur la commode de l’entrée de notre maison de Villemomble, et de ce que j’avais mangé le midi, ce jour-là : du thon à la tomate (je vous assure que c’est vrai, on garde parfois de drôles de souvenirs).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 juillet 2017 à 09:03

Cher Jean-David...

Vous savez, c’est tellement bon, le thon à la tomate... Je comprends que le souvenir vous ait marqué.

Soit dit en passant, je ne cherche tout de même pas à porter un parfum qui sentirait le thon à la tomate. Bien que cela soit sans doute "une expérience !", je pense qu’elle ferait partie de celles que je n’apprécierait pas tellement.

Surtout s’il y a de l’ail dedans.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 juillet 2017 à 12:07

Jean-David, vous avez été assurément un de mes voisins villemomblois. J’habitais le quartier où toutes les rues et les avenues portaient un prénom et où les marronniers régnaient de manière majestueuse apportant de l’ombre en été, un abri par temps de pluie et offraient des trésors à l’enfant que j’ai été lorsque je ramassais les marrons par terre. De par ses arbres conservés, l’odeur de ce quartier privilégié du ’’9-3 ’’ sentait encore un peu la forêt. Que de souvenirs ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 25 juillet 2017 à 04:44

En 6ème j’ai fait l’acquisition, toute fière de moi, d’un vapo de "Nature Millénaire" chez Yves Rocher... je me rappelle bien cette grosse odeur de poivre vanillé. Aujourd’hui discontinué, il vaut une petite fortune. Personne ne le connaît ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Delph

par , le 9 juin 2017 à 18:33

Bonbon de Viktor & Rolf : je le mets pour dormir, sur moi il sent le biscuit et me rappelle les petites langues de chat de l’enfance, accompagnées d’une boule de glace.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 mars 2017 à 20:42

mon parfum de la honte ? sans hésiter Sweet de Lolita Lempicka (j’en vois dans le fond qui tournent de l’oeil rien qu’à l’idée ^^)
mais en fait, j’assume totalement, c’est mon côté paradoxal : je ne me parfume presque depuis plusieurs mois (passé au naturel, résultat, le parfum me file mal à la tête, trop d’alcool :( ) et quand j’ai envie de me parfumer, je sors cette horreur archi-sucrée, qui doit délicieusement embaumer tout le bureau :D
faut pas chercher ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Acorelle

Acorelle

Plus de 10 ans que nous œuvrons pour respecter la nature environnante du Sud-Ouest tout en lui rendant hommage avec des cosmétiques naturels et certifiés bio.

en ce moment

il y a 23 heures

Merci beaucoup pour votre bienveillance qui me touche énormément. J’en avais presque les larmes(…)

Absinthe a commenté Mitsouko

hier

Mitsouko (dit-elle en soupirant avec des coeurs plein les yeux).... quand l’alchimie se fait,(…)

hier

Que dire de Shalimar... Je suis tombée sous son charme en cherchant mon âme sœur olfactive. J’ai(…)

Dernières critiques

Splendiris - Dusita

Lueur poudrée

Fleur d’oranger & Lilas délicieux - 100Bon

Comme une fleur d’oranger bleu clair et crue

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019