Auparfum

Mandarine Mandarin

Serge Lutens - Collection du Palais Royal de Serge Lutens

Flacon de Mandarine Mandarin - Serge Lutens
Note des visiteurs : (11 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Thé oriental

par Thomas Dominguès (Opium), le 16 novembre 2014

Mandarine Mandarin est un jeu de mots comme Serge Lutens les adore. C’est également un parfum qui reste assez méconnu dans sa gamme. Probablement pas tant par la fragrance, plutôt dans les codes actuels, que par le choix d’une distribution très exclusive au sein des seuls Salons du Palais Royal ou en vente sur internet.
L’automne frais, gris, morne et pluvieux me l’a remis en mémoire, comme chaque année en cette période.

Avec son accord autour d’un thé noir légèrement fumé, entre darjeeling et lapsang souchong, ce parfum possède tous les attributs pour plaire. La fragrance rappelle davantage une sorte "d’Opium gourmand de Noël" (qu’on aurait préféré cent fois être le soi-disant "Black Opium" sorti cette année), avec son thé à la mandarine confite relevée de quelques épices, muscade et peut-être girofle, plutôt que certaines Heures de Cartier dont La XIIIème Heure, Tea for Two de L’Artisan Parfumeur ou même Five O’Clock au Gingembre chez Serge Lutens à nouveau.

Le trait d’union avec les autres références de sa gamme paraît être un traitement orientaliste que l’on y retrouve souvent. Ici, le thé n’est pas servi à l’anglaise avec citron et nuage de lait. Respectant une sorte de cérémonie du thé, Mandarine Mandarin est servi presque seul et pourrait évoquer un thé Mariage Frères, comme le célèbre "Orange Pekoe Ceylan".
En revanche, certains puristes du thé et du parfum peuvent lui reprocher d’être servi, comme un café turc ou un thé oriental à la menthe, généreusement arrosé de sucre ! La mandarine, d’abord un poil amère et naturelle, se fait ainsi de plus en plus confiturée au fur et à mesure que le thé noir lui cède la place au profit de notes plus ambrées dans un tea time joué en deux temps.

Mandarine Mandarin est un quatre heures certainement assez "tarte à la crème", un Lutens mineur en somme, mais sûrement le meilleur compagnon réconfortant des après-midis d’automne pluvieux accompagné d’un roman policier, de quelques biscuits et... d’un thé.

Achat en boutique

La marque Serge Lutens est disponible dans les boutiques partenaires de notre annuaire de points de vente de parfums de niche listées ci-dessous :

Santa Rosa

Toulouse (31)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

latulipe

par latulipe, le 13 juin 2018 à 21:10

Bonsoir Pénélope, je peux vous conseiller
Thé Bleu de Bulgari, Thé Fantaisie de Roger Gallet, le beau Déclaration de Cartier ou encore Tea For Two de l’Artisan Parfumeur (celui-ci sera sûrement trop miellé pour ce que vous recherchez, mais il est tellement joli que vous pourriez avoir un coup de coeur).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Pénélope

par Pénélope, le 13 juin 2018 à 17:42

Bonsoir,
Je ne sais pas où poser ma question, je tente ici.
Je recherche un parfum qui évoquerait le thé Kusmi tea Prince Wladimir. Quelqu’un a des idées ??

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aberystwyth, le 14 juin 2018 à 14:36

Bonjour Pénélope,

Je lis la description que Kusmi Tea font du thé Prince Wladimir : "Créé en 1888 en hommage à Wladimir le Grand, fondateur de la Sainte Russie, le thé Prince Wladimir est un mélange d’Earl Grey, d’agrumes, de vanille et d’épices. Il est un des incontournables de la maison."
Pour la bergamote, les agrumes, la vanille, je recommanderai (justement j’en parle dans mon dernier message) Néroli Outrenoir de Guerlain, qui est un aller retour entre un essai de style sur toutes les matières que le bigaradier peut produire en parfumerie, et un des plus beaux thés de la parfumerie.
Pour les épices, plutôt Tea For Two de l’Artisan Parfumeur, comme déjà suggéré, ou encore Five O’Clock au Gingembre de Serge Lutens.
Étonnamment, de tous les parfums que j’ai essayé, celui qui m’évoque le thé le plus naturel reste Néroli Outrenoir. Les autres cherchent souvent un "esprit du thé", voir "l’esprit d’un tea time", alors que Néroli Outrenoir parvient sans trop le vouloir (ou en tout cas sans que ce soit trop mis en avant) à évoquer un thé, par le biais d’un côté des agrumes, et de l’autre de notes fumées délicates.
Bref, vous l’aurez compris, j’aime beaucoup Néroli Outrenoir :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Thelittlebox

par Thelittlebox, le 17 janvier 2016 à 21:29

Bonsoir,

La concrète ne lui rend pas hommage, en effet il reste collé et légumeux dans la cire alors qu’il est bien plus intéressant en flacon cloche. Enfin un Lutens qui me charme, et c’est surement parce qu’il est moins signé que d’autre.

Mandarine-Mandarin est une belle orange confite fumée, sans aucune fraicheur hespéridée, évidement nous sommes chez Lulu. Il m’évoque légèrement Jeu de Peau dans ses notes gourmandes.
A la place de l’orange fraîchounette, Serge nous propose une belle fragrance fumée, épicée et très miellée qui se love sur la peau. C’est un parfum qui me donne envie de buller toute la journée ! Il est doux, chaleureux, langoureux, liquoreux et confortable.
J’imagine Mandarine-Mandarin porté un soir d’hiver, sous une robe de chambre en laine des Pyrénées lorsque les températures sont glaciales, à coté d’un feu de cheminé dégageant une odeur de bois fumé.

De plus il plait énormément à mon entourage. En effet il est très facile d’accès par ses notes fruitées et gourmandes.
Un Lutens que j’adore donc ^_-

Bonne soirée,
Thelittlebox

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par nathalie, le 10 décembre 2014 à 14:04

L’odeur des pelures de clémentines ou de mandarines déposées sur le fer brûlant de la cuisinière me fait complétement chavirer en cette saison. J’aimerai la retrouver en parfum car elle m’enchante vraiment. Pensez-vous que Mandarine Mandarin rappelle cette odeur ? Et que penser de l’Eau de Mandarine Ambrée d’Hermès ?
Merci de vos éclaircissements si vous connaissez bien ces deux parfums !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 10 décembre 2014 à 19:17

Bonsoir Nathalie.
Je dirais, mais ce n’est que personnel, que j’ai davantage l’effet que vous recherchez dans Mandarine Mandarin que dans l’Eau de Mandarine Ambrée je crois... Quoique... Mais, ce n’est, ni dans un cas ni dans un autre, exactement ces pelures brûlées et sèches.
La meilleure solution est de tenter de les tester tous les deux et de vous faire votre propre opinion. ;-)
Si quelqu’un a un avis à propos de l’interrogation de Nathalie, qu’il/elle intervienne sans hésiter... ;-)
Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Calygo, le 10 décembre 2014 à 19:30

Je suis de ton avis Opium,

pour le coup je trouve que Mandarine Mandarin colle bien mieux à ça, le côté écorce cuite, confite correspond bien. Il est aussi plus consistant et dense que la cologne Hermès, plus figé aussi...

Comme le dit Opium il n’y a pas vraiment de côté brûlé dans ces parfums, mais pour l’image que j’ai de vôtre recherche c’est Mandarine Mandarin haut la main.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 10 décembre 2014 à 19:32

Merci pour cette intervention rapide Calygo. ;-)
Bonne soirée
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par nathalie, le 11 décembre 2014 à 08:37

Merci à vous, Calygo et Opium d’avoir répondu à mes interrogations ! Je pourrais tester la cologne Hermès facilement, mais pour ce qui est du Lutens, je crois que c’est râpé ! Dommage ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 11 décembre 2014 à 20:29

Bonsoir Nathalie.

Il existe un forum sur Beauté-Test où vous pouvez acheter des échantillons et des décants, c’est-à-dire des petits flacons d’un parfum donné, afin de vous faire votre opinion définitive. Cela pourrait être utile pour Mandarine Mandarin. ;-)

Bonnes futures découvertes à vous.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Calygo, le 11 décembre 2014 à 20:36

Salut Opium !

J’aimerais rebondir là dessus, j’avais jeté un œil au forum et je ne trouvais pas les parfums que je voulais, de plus la recherche à pas l’air tip top...

Tu saurais me dire comment ça fonctionne exactement ce système ? Et est ce qu’il y a vraiment un grand choix de fragrances ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 15 décembre 2014 à 20:32

Bonsoir Calygo.

Cela se passe dans un forum de Beauté-Test intitulé, je crois, "Petites annonces parfum".
Là, tu as deux options :
- Soit il faut fouiller dans le dernier des posts publiés chaque semaine intitulés "Trocs et Ventes Parfums (Flacons) - semaine du ... au ..." en espérant trouver ton bonheur dans la dernière semaine, chaque semaine écrase la précédente...
- Soit tu publies une recherche dans le dernier des posts intitulés "Recherches Parfums - semaine du ... au ..." (qui fonctionne de la même manière que le précédent) en espérant que quelqu’un te recontactera pour te proposer ce que tu recherches.
En résumé, il faut s’inscrire et répondre aux différentes propositions des personnes (par messagerie privée ensuite par exemple) ou proposer ce que tu souhaites découvrir dans un message public en espérant que quelqu’un te contactera pour te proposer une transaction à propos de ce que tu recherches.
Il y a beaucoup de choses disponibles globalement, mais, comme la parfumerie est devenue un monstre qui produit inéluctablement toujours plus de parfums, tout n’y est pas.

Bonnes recherches.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par nathalie, le 12 décembre 2014 à 11:43

bonjour Opium,
merci pour l’info ! j’irai jeter un œil, même si la démarche ne semble pas si aisée aux dires de Calygo ;)
Bonne journée à vous et surtout continuez à me faire rêver avec vos critiques si joliment tournées !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 15 décembre 2014 à 20:33

Bonsoir Nathalie.

J’espère avoir éclairé un peu vos lanternes à Calygo et vous même avec les explications ci-dessus... ;-)
Merci beaucoup pour vos compliments, j’en suis ravi. ;-)

À bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par capucin067, le 18 novembre 2014 à 16:07

Un peu raide la diatribe "Opium" autour de ce Serge qu’on aime ou déteste encore une fois cela est nôtre seule vue de l esprit !!!la subjectivité en parfum n’est pas un sens commun !!! Avec en filigrane de ne jamais laisser indefférent dans ses créations en bien comme en mal Mr Lutens à l’ image des grands de la peinture se plante souvent pour parfois pondre quelques chefs d’ oeuvres !celà est et restera l apanage exclusif des grands !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 19 novembre 2014 à 13:00

Bonjour Capucin067.
Tout d’abord, pour débuter, bienvenue sur AuParfum.

Ensuite, j’apprécierai que vous développiez car je ne suis pas certain d’avoir compris votre message.

Merci.
Bonne journée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aryse, le 19 novembre 2014 à 13:29

Bonjour Opium,

Je pense que Capucin067 a voulu signifier que le parfum est par nature subjectif puisque chacun l’apprécie en fonction d’éléments qui nous sont personnels et qu’il ne peut donc y avoir un état d’esprit général à propos d’une création, tout comme elle pense que c’est aussi le cas par exemple pour la peinture ou la sculpture (au contraire par exemple de la philo dans laquelle une idée générale peut être partagée ou des maths qui seraient une science exacte).
Et, elle souligne que le génie d’un peintre ne débouche pas obligatoirement sur le fait que toutes ses toiles soient des merveilles, tout comme pour Serge Lutens, son inspiration l’amène à créer des jus formidables mais aussi des navets (je partage d’ailleurs ce point de vue).
Mais, pour elle, ces créations merveilleuses suivies d’échecs lamentables sont l’une des caractéristiques du génie créatif....

C’est du moins ce que j’ai cru comprendre de son message....Wait and see.....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 20 novembre 2014 à 21:20

Bonsoir Aryse.

J’avais, donc, bien appréhendé le contenu.
Merci beaucoup pour vos éclairages et votre commentaire. ;-)

Il a été précisé par mes soins que Mandarine Mandarin est un "Lutens mineur", je n’ai pas déclaré un "mauvais Lutens", en guise de diatribe et de raideur, Gaga et quelques autres ont eu bien davantage leur compte (et un règlement de comptes bien mérité). Ce n’est pas non plus Sa Majesté la Rose ("Bombe à wawas, bonjour !"), De Profundis ("Oh, tiens, encore une bombe à ..." ! ^^) ou L’Eau (qui, pour le coup, est totalement ringardisée dans son traitement "Fresh & Clean" par L’Eau Froide et Laine de Verre qui sont bien meilleures et ingénieuses dans le traitement d’un accord souvent très ennuyeux).

Bien entendu, nous savons parfaitement que le parfum, comme bien d’autres domaines, possède sa part de subjectivité.
Mais, vous qui êtes un habitué ici, vous avez peut-être déjà eu l’occasion de me lire précisant qu’il "faut savoir aussi relativiser la relativité". Afin de ne pas lasser les lecteurs dont vous faîtes partie, je ne vais pas m’attarder trop longuement avec des propos déjà répétés à plusieurs reprises auparavant qui pourraient plutôt concerner la personne nouvellement inscrite ici, mais, il y a également une part de composante un peu plus objective déterminée, soit, par des éléments culturels, mais qui existe dans ce cadre effectivement malgré tout ; une échelle d’évaluation peut bien être posée... et discutée ensuite, argumentée et défendue.

Je prends souvent les exemples suivants, exagérés dans le trait de manière voulue, mais pas moins justes pour autant, que sont Mc Donald’s et Nicki Minaj ; le premier nourrit la population par millions, la seconde produit des albums sur lesquels les instruments et la voix sont (à peu près) justes. Mais, pour autant, l’à propos du résultat avec le but, nourrir et faire de la musique, ne fait pas de l’un une chanteuse passionnante et de l’autre une chaîne de restauration gastronomique.

Mes choix sont, ici, exagérés. Pourtant, il y a bien ce rapport de classement que l’on accepte dans ces domaines sans que cela choque ou dérange qui que ce soit. Encore une fois, il me semble que Mandarine Mandarin est un Lutens plutôt mineur, sinon, que fait-on de Tubéreuse Criminelle, Muscs Koublaï Khän, La Myrrhe, Ambre Sultan et quelques autres ?
Ainsi, dans une comparaison, on peut choisir de regarder de manières différentes : soit dans l’œuvre de celui qui est concerné, comme cela a été fait précédemment, soit en observant ce qui se fait dans le même type de catégories de traitements. Et, dans ce cas, il m’apparaît que la XIIIème Heure, ou même Bulgari Black et Midnight in Paris vendus pour ces deux derniers en parfumerie grand public, dans le traitement d’un accord de thé fumé presque cuir, sont un poil plus maximalistes. Cela ne retire rien aux qualités de Mandarine Mandarin, que par ailleurs certain(e)s perçoivent plus solaire et fleur d’oranger, mais qui n’est pas un thé si sombre que cela.
Si tout est définit comme "sublime", que sont alors les parfums superbes ? !

Bonne soirée, avec un joli thé ou non.
Opium

Ps : Il y a pas mal d’humour dans ce message, élément essentiel de la critique de tout objet, dont le parfum.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Calygo, le 20 novembre 2014 à 21:34

Salut Opium,

tu as oublié La Vierge De Fer en pire bouse Lutensienne de l’univers et de la galaxie intersidérale.

Franchement je comprend vraiment rien à ce parfum... pourquoi ? comment ? quel intérêt ? Il était enrhumé lors des essais ? Il a voulu faire une blague ?

Si ses prochaines créations sont aussi belles que ce parfum est médiocre, ça promet du jamais senti. ;)

Sinon pour Mandarine Mandarin, j’en ai une touche et la concrète, je dois dire qu’il m’a pas mal déçu par rapport à ce que j’attendais. Il a l’air un peu feignant, confit sur lui même, il bouge pas trop. Il sent bon mais sans plus.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 20 novembre 2014 à 21:48

Bonsoir Calygo.

Je vois très bien cette image à propos de Mandarine Mandarin, mais, pour le coup, cela ne me dérange pas. J’aime bien sa simplicité dans le rendu, comme une tasse de thé et quelques fruits confits sur une part de gâteau tout simple. En fait, cela me réconforte et ce parfum a le même effet sur moi. ;-)
Parfois, j’aime bien qu’un parfum se fige, ainsi, il (me) repose aussi.
Mais, je comprends tout à fait la lassitude que l’on peut éprouver dans ce cas. ;-)

A propos de La Vierge de Fer, comment dire... Pourquoi, oh, oui, pourquoi avoir donné un si beau nom à un shampoing à la pomme, Fructis suffisait amplement, non ? ! ^^

A bientôt.
Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Calygo, le 21 novembre 2014 à 15:52

Salut Opium,

j’attend d’un Lutens qu’il me surprenne, pas qu’il se prélasse sur ma peau sans bouger son petit derrière. :P

En parfum simple, je préfère De Profundis, c’est un parfum qu’il me plairait de mettre quand je suis lassé des bombes olfactives fleurs blanches que je porte d’habitude et que j’adore en général.

J’ai réussi à appréhender De Profundis, après ma grosse déception, je n’ai pas résisté à l’essayer et le sentir plusieurs fois et je me suis rendu compte qu’au final je l’aime beaucoup. Il a pour moi l’odeur insidieuse d’un embaumement... et un peu aussi de bombe à chiottes ok. Je l’ai trouvé mauvais, au final je crois que je l’adore... cependant je ne le conseillerais pas à quelqu’un qui se base sur sa pyramide olfactive car il n’a rien à voir.

La Myrrhe et Une Voix Noire ont été deux chocs olfactifs à plus ou moins long terme.

La Vierge De Fer une déception, qui ne se transformera pas en adoration, car il est objectivement raté ce parfum.

Je trouve Mandarine Mandarin dispensable en quelque sorte, pas de prise de risque réussie ou ratée, juste un parfum qui sent bon.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 23 novembre 2014 à 21:42

Bonsoir Calygo.

Merci pour ce message.
J’avoue avoir la même perception que vous avez de De Profundis de Mandarine Mandarin : le second reste selon moi suffisamment intéressant pour que je lui porte un peu d’intérêt. Un peu "tarte à la crème", comme je le précise dans l’article (en jouant sur le double-sens de la prévisibilité et de l’aspect "gourmand" de la chose), assez facile et prévisible, mais, loin d’être mauvais.

En revanche, je vous avoue que De Profundis ne m’inspire qu’exaspération et je n’y trouve aucune des notes de sa thématique. En fait, je lui fais payer le travers que l’on trouve trop fréquemment en parfumerie grand public : un discours prétentieux totalement déconnecté du ressenti olfactif. ^^

À bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Calygo, le 23 novembre 2014 à 22:41

Salut Opium,

De Profundis est à détacher de tout le marketing qu’il a eu autour. En effet si on se base sur ce qui est dit de lui, le résultat ne colle pas. Et je suis totalement d’accord pour le côté prétentieux et mensonger.

Cependant je lui trouve un petit côté cadavérique, embaumement. Fin bref, j’aime quoi. :)

PS : On peut se tutoyer ? :D

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 24 novembre 2014 à 16:54

Bonjour Calygo.

Tutoiement autorisé ! (J’ai oublié hier et ai dû re-basculer en mode vouvoiement habituel... ^^)
Certains relatent bien cet effet cireux et embaumement. Mais, je me demande si le même effet dans un autre contexte "promotionnel" n’aboutirait pas à un autre ressenti...
Pour ma part, la conjonction d’une petiote fleur blanche avec des bois-qui-piquent me donne juste l’impression dont nous avons déjà discutée (proche de l’Eau de Magnolia au final). Tant mieux si tu parviens à trouver des qualités à De Profundis auxquelles je suis totalement hermétique, tu as de la chance. ;-)

Bonne fin de journée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Calygo, le 24 novembre 2014 à 17:42

Tu trouves qu’il y a des "bois qui piquent" dans De Profundis ?

Je le sens pas... je sens un côté poivré un peu comme dans Vitriol D’Oeillet mais pas de bois lourdaud...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 27 novembre 2014 à 20:44

Bonsoir Calygo.

Les bois ambrés font partie de la catégorie de molécules les plus variables entre les personnes en termes de perception anosmiante ou hyperosmiante. Et, pour ne pas aider et pour compliquer encore un peu les choses, on peut en détecter une tripotée sans détecter les autres. Enfin, pour complexifier encore cela, la perception de chacun(e) varie avec le temps, l’éducation olfactive et la culture.

Il y a donc une forte variabilité interpersonnelle dans leur détection (certains les détectent plus que d’autres ; moi, par exemple, je les détecte vraiment très beauuuuuucouuuup ! ^^), une forte variabilité intra-individuelle (l’évolution de chacun est plus ou moins élevée selon son "éducation" olfactive et, enfin, une forte variabilité intra-matière selon les molécules (on peut en détecter certaines et pas d’autres qui, globalement, sentent pourtant à peu près la même chose). Donc, rien d’étonnant ici à ce que quelqu’un perçoive quelque chose que quelqu’un d’autre ne perçoit pas. ;-)

À bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aryse, le 24 novembre 2014 à 10:47

Bonjour Opium : comme quoi, toujours sur le ton humoristique, il peut y avoir de la subjectivité dans l’objectivité :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 24 novembre 2014 à 16:59

Bonjour Aryse.
Effectivement, oui, et c’est d’ailleurs ce jeu d’allers-retours incessants entre objectivité et subjectivité qui est le plus intéressant. ;-)
Bonne poursuite de journée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Solance

par Solance, le 16 novembre 2014 à 15:58

C’est amusant Opium car, une fois n’est pas coutume, ce ne sont pas du tout les memes images, ambiances et ressentis qui me sont venus à l’esprit quand j’ai humé Mandarine, Mandarin aux SPR au printemps dernier.

Mon nez était (et reste encore) novice mais je n’ai pas percu de thé, encore moins une ambiance grise, pluvieuse proche de la période de Noel, et pas une once de sucre. Ce parfum m’a bien plu, mais je l’ai percu comme une promenade dans un patio andalou aux beaux jours, quand les orangers en pot ou en terre distillent leur subtil mais puissant parfum entre verdeur des feuilles lisses et sombres et amertume de leurs écorces et fruits...

Une legere pointe confite et liquoreuse, oui mais pour moi, toujours en plein soleil ! Comme Irisfleur, je percois Mandarine Mandarin comme un parfum assez capiteux, pas discret et j’ajouterais que je le trouve racé, rapeux et tres méditerranéen, pas du tout dans la meme veine que 5 O’ Clock qui travaille sur le meme theme mais pas du tout dans le meme type de traitement (ce dernier est plus léger, subtilement épicé et lui m’évoque bien un tea time).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 16 novembre 2014 à 17:21

Bonsoir Solance.

Les projections de chacun(e) font la richesse de nos ressentis et partages.

Je t’avoue que divers échanges avec plusieurs amis aux Salons du Palais Royal ont pu biaiser un peu mon appréhension de ce parfum. Une impression un peu fumée, des zestes, et une amertume indéniable, mais qui sucre par des facettes ambrées dont je discute ci-dessous.

Pour la perception de l’aspect "sucré" ou non, cela arrive très régulièrement ; les moins amateurs de ces notes les détectent plus vite, là où d’autres ont besoin de davantage de ces facettes pour les percevoir.
Je ne vais pas ranimer les fameuses discussions qui avaient eu lieu dans "Parfum sucré, oui mais..." qui traitaient exactement de cela. ;-)

Entre les facettes de zestes amers d’oranges ou de mandarines et le thé entrant dans la composition, je suis immédiatement transporté en plein automne pluvieux, comme maintenant, à boire un thé à l’orange de Mariage Frères dans un café parisien, entre amertume et facettes douceâtres, comme ces "orientaux amers" dont parlait Pierre Guillaume avec justesse récemment à Frédéric. ;-)

Profite bien de Mandarine Mandarin, que ce soit en plein automne ou en plein été ; quelle chance d’avoir le soleil estivale quand je n’ai que le réconfort au chaud de la pluie automnale à l’extérieur. Bon, ça a aussi son charme, mais, il me manque de luminosité à moi par ce temps-là... ^^

Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par kalos kagathos, le 16 novembre 2014 à 13:58

Bonjour à tous,

Un de mes 1ers commentaires sera pour ce parfum que j’ai porté après un vrai coup de coeur (ses notes fumées, écorces de mandarine, thé).
Il plaisait d’ailleurs également à mon entourage ("tu sens bon la fleur d’oranger" était une réaction assez récurrente ^^).
Mais j’ai du jour au lendemain commencé à y percevoir une note de céleri qui m’a enlevé le plaisir que j’avais à le porter (je déteste le légume, ça n’aide pas)...
J’espère pouvoir le "redécouvrir" et faire abstraction - ou apprendre à apprécier - cette note qui me gène

Je tenais également à vous remercier pour ce site où je me plonge avec délice dans les images olfactives que m’évoquent vos présentations et échanges parfumesques !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 16 novembre 2014 à 17:09

Bonsoir Kalos Kagathos.
Bienvenue sur AuParfum.

Pour la note de céleri qui dérange, c’est un accord qui peut être utilisé pour façonner une fleur blanche comme une fleur d’oranger ou une tubéreuse. La plupart ne détectent pas l’artifice, d’autres, si...
J’espère qu’il vous sera masqué à nouveau prochainement afin que vous redécouvriez ce parfum qui a été un coup de cœur. ;-)

Merci à vous pour votre adorable message et vos remerciements ! ;-)
A bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par kalos kagathos, le 17 novembre 2014 à 20:30

Bonsoir Opium,

Merci pour cette information et pour votre accueil !

Savez-vous s’il existe un moyen de se "masquer" une note ? Est-ce juste qu’à force de la sentir, elle n’est plus perçue de façon exacerbée ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 18 novembre 2014 à 15:20

Bonjour Kalos_Kagathos.

Avec plaisir.

Je crains, malheureusement, que ce soit à votre esprit, surtout, de passer naturellement à autre chose.
L’un des rares trucs que j’ai est de laisser reposer le problème éloigné, donc le parfum concerné, sans s’y attarder en le zappant durant une certaine période d’oubli, puis, d’y revenir finalement. Alors, parfois, le déclic a lieu et le cerveau est passé à autre chose en arrêtant d’exacerber sa perception de l’information qui lui déplaît ou qui le surprend. ;-)

Bonne journée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

lrisfleur

par lrisfleur, le 16 novembre 2014 à 12:46

C’est le parfum de ma grand-mère, et sur elle il a un sillage atomique !
Mandarine mandarin dégage une allure élégante et à mon avis assez originale, mais c’est vrai qu’on en entend jamais parler ! Pour autant, je ne ressens pas cet aspect sucré que vous évoquez Opium. Au contraire, sa note amère me paraît extrêmement puissante, comme une écorce d’orange râpeuse. Je n’y vois rien de rassurant ou de "tarte à la crème", même après une certaine durée (peut-être faudrait-il là que je le réessaye, j’ai peut-être loupé quelque chose, ou bien alors c’est la peau de ma grand-mère qui exacerbe ces facettes là, c’est possible aussi).
En tout cas, Mandarin mandarin m’apparaît comme un parfum tranchant, d’un caractère osé et un brin ténébreux, un fruité différent des autres car il n’a pas le caractère frais et estival qui est souvent accolé à cette famille olfactive.
J’aime beaucoup l’allusion aux romans policiers : en grande fan d’Agatha Christie, j’ai de l’affection pour tout ce qui peut rappeler ces univers là !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 16 novembre 2014 à 17:03

Bonsoir IrisFleur.

Le souci est que, sur moi, Mandarine Mandarin n’a que très peu de sillage. D’où, sa "discrétion" (relative) pour moi. ;-)

Quant à la note sucrée, si j’ai bien l’amertume des zestes en tête, ensuite, tout se fait très miel. Et pas que sur moi, un ami (Coucou Thierry ! ^^) le déteste pour cela ; il apprécie le départ et ne supporte pas l’évolution, bien trop sucrée.
D’ailleurs, une part probable de la désaffection relatée à Mandarine Mandarin est probablement qu’il se situe trop entre deux, très amer d’abord et trop sucré pour certain(e)s ensuite et, il est certainement difficile de tout apprécier dans ce parfum tant l’écart peut paraître important. ;-)

Je connais quelqu’un qui n’apprécie pas la XIIIème Heure de Cartier car, sur lui, après 30 minutes, il a une énorme vanille, ce qu’il ne souhaite pas, préférant le fumé des débuts.

Ah, là, on est bien dans les temps où il fait bon de bouquiner un roman d’Agatha Christie... ;-)

Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Thelittlebox

Thelittlebox

a porté Mandarine Mandarin le 8 mars 2018

Passionné en construction.
Sa note :
Thelittlebox

Thelittlebox

a porté Mandarine Mandarin le 7 mars 2018

Passionné en construction.
Sa note :
Thelittlebox

Thelittlebox

a porté Mandarine Mandarin le 10 novembre 2017

Passionné en construction.
Sa note :
Thelittlebox

Thelittlebox

a porté Mandarine Mandarin le 24 janvier 2017

Passionné en construction.
Sa note :
Thelittlebox

Thelittlebox

a porté Mandarine Mandarin le 18 novembre 2016

Passionné en construction.
Sa note :
ghost7sam

ghost7sam

a porté Mandarine Mandarin le 4 septembre 2016

Passionné (nez ?) par les histoires que le parfum peut raconter
Sa note :
Thelittlebox

Thelittlebox

a porté Mandarine Mandarin le 18 février 2016

Passionné en construction.
Sa note :
Thelittlebox

Thelittlebox

a porté Mandarine Mandarin le 5 janvier 2016

Passionné en construction.
Sa note :
Thelittlebox

Thelittlebox

a porté Mandarine Mandarin le 29 décembre 2015

Passionné en construction.
Sa note :
Thelittlebox

Thelittlebox

a porté Mandarine Mandarin le 28 décembre 2015

Passionné en construction.
Sa note :

sublime balkiss

a porté Mandarine Mandarin le 11 février 2015

Sa note :

à la une

Ani

Ani - Nishane

« Ani » - trois lettres énigmatiques derrière lesquelles se cache une vanille sauvage ciselée par Cécile Zarokian, à la lumière de l'histoire et des légendes de l'Asie mineur.

en ce moment

carlamariedm a commenté 903

il y a 15 heures

Quel défis, une marque française qui lance un Oud... Pour moi, c’est l’image d’un safran(…)

il y a 18 heures

Pour ma part, j’aime La Cologne à la Russe à toutes les saisons, c’est en fait plus un parfum(…)

alizarine a commenté 903

il y a 18 heures

C’est un parfum intéressant, indéniablement un beau travail sur de belles matières mais je n’ai pas(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Theodora - Genève

Theodora - Genève

Genève (01)

Divine Nantes

Divine Nantes

Nantes (44)

Le boudoir de Jeanne

Le boudoir de Jeanne

Liège (04)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019