Auparfum

New-York

Nicolaï

Flacon de New-York - Nicolaï
Coup de cœur - Les Classiques
Note des visiteurs : (19 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

L’abeille en héritage

par , le 29 juillet 2014

Lors des réunions de famille, sont toujours présents ces membres qui, pour des raisons variées, se font remarquer et sur lesquels on glose car leur comportement surprend. Plus rarement, sont également présentes ces quelques personnes que l’on ne remarque pas, qui ne font que peu parler d’elles mais qui mènent tranquillement leur barque. Bien que possédant du talent, elles ne se vantent ni de l’aura ni du charisme des premiers. On parle pourtant un peu de ces dernières, ces quelques parents éloignés, mais en chuchotant, avec respect et admiration.

New York (ville)

A l’évocation de cette ville, une foule de clichés viennent à l’esprit. Buildings et gratte-ciels en pierre, métal et verre qui défient le ciel. Taxis jaunes, tels des Speedy Gonzales, toujours pressés. Lumières vives et néons fluorescents qui semblent ne jamais vouloir s’éteindre. Devantures des théâtres qui font la promotion de dizaines de comédies musicales. Monuments connus par tous comme le Golden Gate Bridge (il faut lire ici, bien entendu, "Brooklyn Bridge") ou la Statue de la Liberté. Skyline en vue panoramique depuis le fleuve Hudson. Bars d’hôtels Art Déco cosys aux tons fauves et à la moquette épaisse. Et bien d’autres images encore.

New-York (parfum)
Lorsque l’on découvre pour la première fois New-York, le parfum de Patricia de Nicolaï, ce n’est pas la skyline de Manhattan sur la baie de l’East River qui se dessine mentalement. Ce ne sont pas des clichés de buildings qui viennent à l’esprit, ni d’autres références et archétypes partagés par la moitié de la planète à propos de cette ville.

Mais bien plutôt les deux G entrelacés du symbole de la marque Guerlain qui s’impriment sur la rétine ; des photographies en noir et blanc de Paris par Doisneau ou Cartier Bresson, en même temps que les noms d’Héritage et d’Habit Rouge viennent à l’esprit. Probablement certains "traits de caractère" ou "airs de famille" de la célèbre maison ont-il été partiellement transmis à celle qui est la nièce de Jean-Paul Guerlain (qui, à partir du milieu du XXème siècle et durant plus de cinquante ans, fut le créateur de la célèbre maison, à partir de Vétiver jusque Arsène Lupin).

En effet, indéniablement, New-York possède davantage qu’un simple air de ressemblance avec certains des parfums Guerlain (masculins surtout mais pas que...). Avec ceux "d’avant", comme on dit familièrement et avec tendresse, plutôt qu’un rapport prononcé avec la célèbre ville du nord du continent américain. Fait amusant du hasard, alors que Patricia de Nicolaï regardait de l’autre côté de l’Atlantique pour son parfum finalement si français, Paris était le symbole mis en flacons par Yves Saint Laurent...

Airs de Famille (clichés)
La bergamote, poivrée, dense, verdoyante et belle à couper le souffle - au point de sembler si naturelle qu’elle aurait pu rendre n’importe quel portrait Guerlain vert de jalousie par le passé ! -, introduit une histoire qu’on reconnaît comme immédiatement classique. Le terrain paraît connu. On retrouve le contraste caractéristique propre au célèbre parfumeur des Champs-Elysées entre des notes fraîches hespéridées vives et des nuances immédiatement identifiables plus chaudes et langoureuses épicées, boisées et baumées.

Des épices sèches (poivre, piment et cannelle) impriment le sceau des années 80 autour d’une structure - de patchouli - boisée qui affiche des airs de ressemblance avec Héritage après avoir fait penser dans ses tous premiers instants à Jicky (et donc un Pour Un Homme plus zesté), Shalimar et Habit Rouge dont l’ombre se dessine assez nettement. Étincelants, fusants, juteux et vivifiants, l’envol des agrumes est à peine retenu par les notes poudrées presque savonneuses d’une lavande (ou de la sensation d’un géranium rosé) reposant sur résines et vanille.

Pour autant, s’il rappelle d’autres membres d’une famille plus prestigieuse, New-York n’a en aucun cas à rougir de la comparaison avec ses célèbres cousins tant il possède son identité propre. Ce parfum reste très facilement reconnaissable parmi ses plus illustres aînés et résiste fort bien à la comparaison.

La facette poudrée cuirée et boisée renvoie à ces bars sélects privés dans lesquels des messieurs sont installés dans des fauteuils clubs en cuir en fumant le cigare. Et rappelle les clichés d’un temps désormais révolu depuis feu Atuana, Bois du Portugal de Creed (lui-même très inspiré d’Habit Rouge, ainsi la boucle est bouclée) en même temps que d’autres grandes lignées encore, depuis Habanita et ses notes boisées cuirées jusque Miss Dior (Original(e) (et la seule intéressante bien entendu) par leurs traits communs partagés de notes cuirées vertes moussues et poudrées. [Comme lui, le parfum semble être devenu un poil plus raide et avoir perdu un peu en fondu, du fait d’une structure boisée plus apparente parce que moins assouplie et moussue. Mais, rien de dramatique ici, contrairement au Dior.]

Les pages de l’album de photos, épais, pourraient être déroulées durant des heures, rappelant tel souvenir ou tel moment.

Parfois, certaines beautés restent des plaisirs qui demeurent cachés du plus grand nombre, partagés seulement entre quelques connaisseurs qui paraissent se les échanger avec discrétion, comme on prend plaisir à certains jeux cachés.
Il en est ainsi de New-York, parfum dont trop peu de personnes ont probablement entendu parler. Mais, ceux dont c’est le cas, à l’image du critique Luca Turin, sont presque toujours d’accord : New-York est la preuve que le classicisme n’a nul besoin d’esbrouffe pour irradier de sa beauté éclatante. Cette création est l’un des plus beaux classiques méconnus qui soit : rétro, charmant et totalement indémodable. New-York est une image fantasmée de la parfumerie française classique aussi parfaite et bien mise que la ville de New-York parvient à faire fantasmer à peu près la moitié du bout opposé de la planète.

Peu importe si l’avenue des Champs-Élysées est évoquée plutôt que la 5th Avenue. Après tout, Le Ritz et Le Meurice sont des hôtels qui doivent bien valoir le célèbre Waldorf Astoria.

New-York, c’est finalement ce parfum - symbole de ces lieux si ressourçants qu’on croirait passer un moment d’apaisement avec ces quelques proches dont on sait qu’ils vous apporteront toujours leur épaule pour laisser reposer votre tête dans les moments difficiles.

Ah... New-York, New-York...

Achat en boutique

La marque Nicolaï est disponible dans les boutiques partenaires de notre annuaire de points de vente de parfums de niche listées ci-dessous :

Santa Rosa

Toulouse (31)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Beer luc

par , le 19 août 2019 à 16:21

J’ai l’occasion de rectifier mon erreur au sujet de ce parfum,il me fait penser à Pour Monsieur de Chanel et non pas Pour Homme Haute Concentration de Yves Saint Laurent,qui est plus boisé aromatique.
C’est une excellente création de Nicolaï que je conseille vivement.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

rose de nuit

par , le 19 août 2019 à 08:59

Bonjour

je souhaite découvrir cette marque. Quel opus me conseillez vous ? New York intense a l’air plus masculin que féminin mais est peut être mixte finalement.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 août 2019 à 12:38

Bonjour,
New York peut être assez séduisant sur une femme, et clairement la marque n’a pas voulu "genrer" ses créations", et elle a bien fait. Les classiques de chez Nicolaï sont New York et Patchouli, on dit parfois que New York est une relecture d’Habit rouge et ma foi je me retrouve dans cette description, même si NY a sa propre identité. Patchouli est dans une veine similaire, dans laquelle la note patchouli prend le dessus, accompagnée d’une bonne dose d’aldéhydes je pense, qui en font un patchouli savonneux adorable mais qui me laisse de marbre. Cuir cuba vaut le détour, je le trouve plus "cuba" que cuir, c’est un tabac un peu "réglisse", un peu immortelle, tout en souplesse mais qui ne se laisse pas oublier. Number one est un bouquet de fleurs blanches, assez jasmin, rafraîchissant, rond mais pas enivrant, séduisant pour l’été (en tout cas moi je suis séduit). Pour les gourmands, Kiss me est assez réussi, des fleurs et quelques épices entourent un cœur d’amande et de vanille, sans pour autant que l’ensemble soit criard, comme dans une sorte de rencontre entre Louve et Vanille galante... Ce serait ma sélection du moment, mais il y a plein d’autres choses à sentir !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 août 2019 à 15:37

merci de votre réponse très complète duolog qui donne envie de tout découvrir !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Beer luc

par , le 3 août 2018 à 20:15

J’ai fait l’achat de New-York Intense et quelle ne fut pas ma surprise.
Cette odeur m’a plus instantanément et le passé a refait surface.
Les parfums nous font voyager et nous rappellent des souvenirs mais aussi d’autres parfums,comme Yves Saint Laurent Pour Homme Haute Concentration que j’ai porté à sa sortie en 1983 et dont sa ressemblance est frappante.
Comme quoi quand on est inspiré,votre empreinte ne vous quittera jamais et un jour le hasard fait que .....
Disparu depuis de la sphère olffactive,vous comprenez bien que c’est avec plaisir que j’ai remonté le temps,tout en découvrant cette oeuvre de Nicolaï que je conseille pour la qualité de ses matières et sa tenue.
Très classe comme l’était Pour homme,un oriental épicé hespéridé qui est et restera un intemporel de la parfumerie.
Sur cette rencontre révélatrice,je vais me diriger vers d’autres de ces créations non pas pour retrouver un peu d’autrefois mais surtout pour évoluer dans l’univers des senteurs qui marquent un instant d’éternité.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 août 2018 à 10:05

Bonjour Beer Luc, votre commentaire m’a réjoui car j’apprécie de plus en plus la qualité des parfums De Nicolaï. Lorsque j’ai découvert New York Intense, j’ai retrouvé un peu de mon parfum "Madeleine de Proust", le "Miss BALMAIN" de mes 15 ans. Essayez donc Patchouli intense à votre prochain passage en boutique, vous serez peut-être conquis, comme moi..

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 21 août 2018 à 07:36

Bonjour mam’isa,voila qui est chose faite,j’ai Patchouli Intense.
Alors on peut dire que porter ce parfum ce n’est pas ’ sentir bon ’ mais sentir l’art de la parfumerie.
Effectivement,il n’a aucunes comparaisons avec le Patchouli tel que l’on connait,moi du moins car je le possède dans ma collection en plusieurs variantes : celui des Ecuadors - Néreides - Montale ( Patchouli Leave ) - Reminiscence Elixir ( Flacon doré ) - Molinard ( Patchouli Intense ) - Patchouli Absolu ( Tom Ford ) - Patchouli Blanc ( Tom Ford ) - Etro - Borneo 183 ( S.Lutens )...bref c’est la matière qui m’a envoûté depuis sa découverte tout au début en toute petite bouteilles vendue par Spiritual Sky.
Dans celui de Nicolaï,il se trouve en arrière plan,discret mais bien présent avec en avant garde,la lavande et le géranium.
Le résultat est magnifique,raffiné et vu sa version intense,il en faut peu pour vous sentir toute la journée dans un tourbillon floral et aéré.
Un classique incontournable.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

mam'isa

par , le 11 février 2018 à 11:29

Acquis la semaine dernière en EDT, avec Violette in Love. Bizarrement, c’est mon mari qui porte la violette, et moi New-York. Après tout, il n’y a rien de bizarre là-dedans. La Violette est douce et sucrée, assez tenace, verte, moins boisée que celle de "Sous le ciel de Paris" d’Atelier Cologne.
New-York est un parfum incroyable, puissant,chaud, enveloppant. Je l’aurais classé dans les Chyprés, mais De Nicolai le classe dans les Orientaux épicés. Va savoir.. Beaucoup hésité entre NY Intense et NY EDT. J’aime le côté frais et fugace des notes de tête. Et puis, la version intense me faisait un peu peur.. Trop forte peut-être pour être portée en public.. Les parfums sont vendus en 30, 50, 100 ml, ce qui permet de faire de petites folies. Quand mes 30 ml seront terminés, je retournerai rôder dans cette boutique pour essayer d’autres senteurs magnifiques.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 août 2016 à 20:39

Bonsoir ! Qui porte ambre cashmere Intense ?? pour moi il n’est pas assez puissant !! si toutefois cela intéresse quelqu’un je vends le miens à peine entamé 100 ml et 30 ml en cadeau encore en paquet non ouvert !!! Ce n’est pas beau ?? S vous lire !! Babette !!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Demian

par , le 20 février 2016 à 13:42

J’adore ce parfum : il est élégant, fin, présent, sans envahir. Pas d’esbroufe, pas d’effet de manche, pas de notes criardes et tapageuse mais un long ruban olfactif qui se déplie et dévoile une facettes les unes après les autres. La version intense est un chef d’œuvre et je suis d’accord avec AdRem, elle mérite un commentaire à elle toute seule.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 février 2016 à 16:07

Tout à fait d’accord avec vos appréciations sur les 2 versions de New-York, demian.Et je plussoie pour tous les compliments sur ce topic à propos de la version intense : une merveille.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 2 août 2015 à 11:05

La version intense est décidément sublime ! Je la portais hier soir, littéralement environné et enivré de bonheur...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 2 août 2015 à 15:16

Je suis totalement d’accord.la version intense est vraiment une très grande réussite en tous points.je profite de ce post pour regretter l’excellent "nicolai" retiré de la production et c’est bien dommage car c’est une pure merveille aussi...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 2 août 2015 à 15:53

Bonjour milleric. je connais mal les Nicolaï. Le Patchouli tant vanté ne m’affole pas. La Vie de Château en revanche a beaucoup de charme : quand je le sens, j’ai l’impression d’être dans une pièce reculée d’un magnifique château de style, entouré d’un vaste parc qui précède une forêt : ce serait l’odeur d’un vieux bureau lambrissé où vient de passer le châtelain qui fumait et s’était tenu un moment devant la haute fenêtre ouverte sur les jardins, fenêtre proche d’une lingère dont s’échappe une odeur pleine de fraîcheur. Quant à Odalisque, on nage dans une féminité assumée et presque opulente. Un floral vert, peut-être sans surprise mais bien pensé, structuré même, d’une belle rondeur (jolis muguet, jasmin et iris) et boosté par les notes chyprées de la mousse de chêne. C’est le genre de parfums dont je me délecte depuis le début de l’année.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

AdRem

par , le 16 juin 2015 à 22:13

En passant...je veux partager mon enthousiasme pour la version "New York Intense" et mon agréable surprise de voir qu’il a reçu le prix Enthousiasme 2015 de l’Olfactorama.

New York est ici sur au parfum oh ! combien bien défendu par Opium...un classique sans fausses notes...cependant comme le disent les plus récents commentaires ( par Aryse et amand) sa version intense est une merveilleuse version inattendue qui mériterait pour elle seule une nouvelle entrée sur au parfum.

Que dire de plus ? Que cette version intense réveille ce même plaisir olfactif connu avec l’opulence, la rondeur d’anciens classiques vintage masculins d’Antaeus à Jaïpur EDP ? Que lire sur la liste des ingrédients "evernia prunastri (oakmoss)" me fait plaisir ?
En fait je ne peux dire mieux que les lignes écrites sur le site de l’ Olfactorama et que j’aurais voulu moi même écrire pour partager mon enthousiasme :) :

"La version New York Intense propose une vision plus compacte, moins décousue que l’eau de toilette, qui rend le tout plus dense et plus tenu, et cela fait ressortir toute la beauté de l’accord d’origine.

Nous aimions déjà cette petite merveille. Dans cette nouvelle version, la puissance esthétique de son thème est décuplée et prend plus de carrure, pour notre plus grand plaisir."

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 juillet 2015 à 19:51

Merci AdRem ! En dépit de la chaleur estivale qui va d’ailleurs très bien aux parfums orientaux et baumés malgré certaines idées reçues, j’apprécie beaucoup de porter aujourd’hui ce parfum remarquable. Je vais aller découvrir la version intense sans tarder. Bel été à vous !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

amand

par , le 28 octobre 2014 à 14:57

Une belle personnalité "orangée-baumée" qui sait se faire discrète. Idéale pour accompagner les premiers frimas. Je me demande ce que peut apporter la version eau de parfum car l’eau de toilette a un caractère déjà très affirmé et une tenue idéale ! Patricia de Nicolaï signe des parfums de caractère qui ne plaisent pas à tout le monde et cela me plaît !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 octobre 2014 à 16:04

Bonjour Amand, bon retour parmi nous.
Re-bonjour Aryse.

Pour vous répondre à tous deux, la version "Intense" ne trahit en rien l’esprit de New-York. Tout y est, simplement plus rond et baumé.

Patricia de Nicolaï m’a dit avoir dû un peu jongler avec les évolutions de la réglementation. Au début, peu de différences, une bergamote et des épices toujours aussi agréables et euphorisantes. Ensuite, le parfum gagne en densité. Un poil moins chypré, il se fait plus rond et baumé, un peu plus dense et épais, il gagne en crémeux selon moi. En fait, il se fait plus oriental, ce qui fond presque même mieux la note cuirée qui se fait plus discrète dans les baumes épais. Au final, on retrouve la distinction classique entre "eau de toilette" et "eau de parfum" comme on la connaît chez Chanel ou... Guerlain... La première étant souvent plus sèche et facettée, la seconde plus ronde et baumée.
Ceux qui apprécient New-York devraient apprécier (encore davantage presque... ^^) New-York Intense.

Bonne re-découverte à vous deux.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 octobre 2014 à 16:12

Oups....sorry, je vois que nos posts se sont croisés.

Et, bien sûr, je pense que nos ressentis ont des points communs....Patricia est une virtuose BRAVO

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 octobre 2014 à 16:25

Oui, bravo à elle pour le beau travail effectué ! ;-)

Nos ressentis se rejoignent effectivement. ;-)
Merci pour votre commentaire, je vous réponds très brièvement juste en-dessous cette fois... #zigzag

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 septembre 2014 à 13:21

Une version "intense" de ce grand parfum va être lancé par Patricia de Nicolai.Une excellente nouvelle si cette nouvelle version est digne des précédentes (on pourrait aussi craindre que cela ne soit une reformulation déguisée).

Mais, s’agissant de Patricia, je reste optimiste.....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 octobre 2014 à 17:52

Bonjour Aryse.

Je devrai, prochainement, avoir l’occasion de tester cette version "Intense" de ce chef-d’œuvre somptueux qu’est New-York. Je ne crois pas qu’on peut faire mieux ; peut-on aller au-delà du sublime ? :-)
Malgré tout, je vous tiendrai au courant... ^^

À bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 octobre 2014 à 16:09

Bonjour Opium,

J’attends avec impatience vos commentaires.Pour ma part, je l’ai testé et beaucoup apprécié au point d’envisager un achat prochain.
Pour faire court, je dirais que, pour moi, la différence se situe d’une part avec un côté très épicé tournant autour du cumin et que le fond me rappelle énormément une autre merveille de Patricia qui a passé comme un météore : De Nicolaï pour homme.

Ce dernier, était lui-même très ressemblant au 3ème homme de Caron avec un zeste de Pour un homme en plus et un départ très vert s’orientant vers Egoïste de Chanel.Des parfums que j’adore.

NY version intense avait donc tout pour me plaire....C’est fait :-)

Bon test en attente de votre ressenti.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 octobre 2014 à 16:29

Re-re-re...

Nos commentaires se sont, effectivement, croisés.

Je ferai attention aux facettes épicées, vous les maîtrisez encore mieux que moi.

Il faudra que je teste ce Nicolaï pour Homme, nous avons souvent des goûts en commun. ;-)
D’ailleurs, toutes les citations que vous avez faîtes sont appréciées par moi...

Décidément, voici enfin une déclinaison qui ne trahit sûrement pas l’esprit d’origine, au point de pouvoir séduire presque davantage. Et, faire mieux que très bien, pourtant, est bel et bien presque impossible. Pourtant, le résultat est là. Bref, c’est beau et cela fait du bien ! ;-)

Bonne fin de journée Aryse.
A bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 octobre 2014 à 17:48

Je suis fan moi aussi de New York. Je suis resté sur la version edt depuis longtemps et l’edp manque à ma culture. Lien qui peut être fait avec Égoïste et Jaïpur Homme par les épices douces et la cannelle. Ces trois sont parfaits pour les premières fraîcheurs comme vous l’avez si bien dit Opium et Arise. En tout cas ce genre de parfumerie est ma tasse de thé.
Cordialement

ERIC

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 octobre 2014 à 18:42

Bonsoir Eric.

Ce "genre de parfumerie", avec chacun des trois parfums que vous citez qui ont bien de grands airs de famille (et que j’ai tous les trois portés ou eu envie de porter), est tout à fait ma tasse de thé également. ;-)

A bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 octobre 2014 à 15:57

Bonjour Aryse.
Je vous réponds juste au-dessus afin de faire d’une pierre deux coups... ;-)
A tout de suite...
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Demian

Demian

a porté New-York le 10 septembre 2019

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait. Mais en matière de parfums comme pour les livres, je suis une compulsive invétérée : Mitsouko, Afternoon of a Faun (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté New-York le 8 juillet 2019

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait. Mais en matière de parfums comme pour les livres, je suis une compulsive invétérée : Mitsouko, Afternoon of a Faun (...)
Sa note :
mam'isa

mam’isa

a porté New-York le 2 août 2018

Amoureuse des odeurs de la nature, j’ai une préférence pour les hespéridés et les parfums verts. Grâce à Auparfum, j’ai découvert les parfums Guerlain : Vol de Nuit, Mitsouko, Après l’Ondée, Chant (...)
Demian

Demian

a porté New-York le 27 août 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait. Mais en matière de parfums comme pour les livres, je suis une compulsive invétérée : Mitsouko, Afternoon of a Faun (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté New-York le 19 juillet 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait. Mais en matière de parfums comme pour les livres, je suis une compulsive invétérée : Mitsouko, Afternoon of a Faun (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté New-York le 13 juillet 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait. Mais en matière de parfums comme pour les livres, je suis une compulsive invétérée : Mitsouko, Afternoon of a Faun (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté New-York le 27 mai 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait. Mais en matière de parfums comme pour les livres, je suis une compulsive invétérée : Mitsouko, Afternoon of a Faun (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté New-York le 14 avril 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait. Mais en matière de parfums comme pour les livres, je suis une compulsive invétérée : Mitsouko, Afternoon of a Faun (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté New-York le 20 février 2016

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait. Mais en matière de parfums comme pour les livres, je suis une compulsive invétérée : Mitsouko, Afternoon of a Faun (...)
Sa note :

Styrax

a porté New-York le 10 novembre 2015

Sa note :

Styrax

a porté New-York le 9 novembre 2015

Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté New-York le 12 octobre 2015

Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté New-York le 26 septembre 2015

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait. Mais en matière de parfums comme pour les livres, je suis une compulsive invétérée : Mitsouko, Afternoon of a Faun (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté New-York le 4 septembre 2015

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait. Mais en matière de parfums comme pour les livres, je suis une compulsive invétérée : Mitsouko, Afternoon of a Faun (...)
Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté New-York le 21 août 2015

Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté New-York le 2 août 2015

Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
amand

amand

a porté New-York le 23 juillet 2015

Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté New-York le 25 mai 2015

Sa note :
cuiretmusc

cuiretmusc

a porté New-York le 25 mars 2015

Sa note :

a porté New-York le 15 mars 2015

cuiretmusc

cuiretmusc

a porté New-York le 11 mars 2015

Sa note :
cuiretmusc

cuiretmusc

a porté New-York le 4 mars 2015

Sa note :
Jicky

Jicky

a porté New-York le 1er mars 2015

Avait-elle des raisons de penser que vous viviez mal votre dualité ? Voyez-vous... si je vous dis oui alors vous allez tout de suite penser à un dédoublement. A Mr Hyde et au Dr Jekyll. Du coup je (...)
gérard

gérard

a porté New-York le 4 janvier 2015

Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté New-York le 17 novembre 2014

Sa note :
amand

amand

a porté New-York le 28 octobre 2014

Sa note :
Opium

Opium

a porté New-York le 23 octobre 2014

Rédacteur sur auparfum depuis 2011, je suis connu pour mes interventions rapides, brèves, succintes et synthétiques... Il paraît que je pourrais vous en raconter davantage, mais, non. Pour une fois, (...)
Sa note :

barmassa

a porté New-York le 19 août 2014

ROBERTO

ROBERTO

a porté New-York le 11 août 2014

Sa note :

ancien membre

a porté New-York le 6 août 2014

milleric

a porté New-York le 30 juillet 2014

Sa note :

à la une

Jasmin de pays

Jasmin de pays - Perris Monte Carlo

Lorsque Jean-Claude Ellena se frotte à la reconstruction d'un jasmin grandiflorum de Grasse, on touche à la perfection.

en ce moment

Belami a commenté Fahrenheit

il y a 5 heures

Pas de provinciaux qui ont une idée la dessus ?

il y a 13 heures

Confinée et sans télétravail, mais censée remplacer un absent parmi ceux dont la présence reste(…)

il y a 14 heures

Bonsoir, un peu pareil pour moi ; tous mes parfums me regardent avec perplexité ... quoi ?(…)

Dernières critiques

Nouveau genre - Yves Rocher

Blague à patchouli

Nuit de sable - BDK parfums

Bastani sonatine

Jasmins Marzipane - Lancôme

Récital de pétales

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019