Auparfum

Quel parfum portez-vous ?

par , le 18 juillet 2014

Petite mise à jour

Apparemment, ma prose a pu vous induire en légère erreur... Beaucoup parmi vous indiquent sous cet article quel parfum ils portent.... mais cet article ne visait initialement qu’à présenter la nouvelle fonctionnalité qui vous permet, sur chaque fiche parfum, d’indiquer que vous le portez. Evidemment, nous n’avons pas tous les parfums en "boutique". Mais pour ceux qui sont critiqués ici, n’hésitez pas à cliquer sur le petit flacon sous le visuel :)

— -

Vous le savez, auparfum ne rêve que d’une chose : chaque jour, vous éblouir un peu plus. Hier nous lancions sur notre site une fonctionnalité d’alerte contenu que des millions de sites nous envient à travers le monde.

Aujourd’hui, nous réalisons ce rêve inouï : il vous est désormais possible de clamer au monde entier ce simple cri du coeur "Je le porte" ! Mais attention, après 24 heures, pffuittt... plus rien... ils vous faut vous re-parfumer !

Vous retrouvez en bas de la fiche, la liste des auparfumistas qui portent/ont porté ce parfum (Onglet : Qui le porte)

Et bien sûr, vous retrouvez sur le profil de tous les membres la liste de leurs parfums portés.

Pour voir, jour par jour, toute l’activité liée à cette nouvelle fonctionnalité, il suffit de se rendre sur la page Parfums Portés, dans le menu Communauté.

Voilà.... à vos sprays !

Thème

auparfum
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Absinthe

par , le 1er juillet 2020 à 14:19

N°19 Chanel, edt.
Je viens juste d’en faire l’acquisition, alors c’est plus une "prise de contact" qu’autre chose.
Après deux/ trois pschits timides et peu concluants (à la limite de l’ennui), j’ai décidé de mettre la dose et là ok, je capte mieux le côté élégant et lumineux de ce floral poudré vert qui vous enveloppe d’un nuage iridescent.
Malgré tout je le trouve trop austère pour l’été ; mais lors d’une de ces horribles journées d’automne froides et brouillasseuses, il doit être très réconfortant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er juillet 2020 à 15:19

Bonjour
Généralement, je préfère les EDP chez Chanel. Surtout pour le 5 et le 19, mais je rebondis car j’ai converti une collègue a abandonner l’association Cristalle et belle saison pour le réserver au gel et a la neige. Et là aussi il prend une toute autre dimension.
N°19, c’est beaucoup plus Gabrielle Chanel que le numéro 5. Il mérite un temps maussade pour donner toute l’ampleur de ses charmes.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er juillet 2020 à 17:30

Gabrielle Chanel n’étant pas - selon moi - la personne la plus avenante et sympathique qui soit, je vais tâcher d’oublier que c’était son parfum sinon j’aurai l’impression d’avoir son fantôme revêche collé à mes basques, en train de me murmurer d’un ton sec que mes genoux sont moches et que quelques kilos en moins ne me feraient pas de mal.
Les deux parfums ne sont en rien comparables mais N°5 est tellement plus solaire, charnel et chaleureux... de belles épaules rondes vs des coudes pointus quoi.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er juillet 2020 à 18:17

C’est bien joliment tourné.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er juillet 2020 à 18:59

Merci Dom, moi je trouve ce genre de comparaison plutôt inquiétante : ça ne sent pas le coup de foudre cette histoire. Mais parfois de belles histoires d’amour commencent par un "merci mais non merci", alors on va lui laisser le temps.
Et il se passe un truc bizarre avec le 19, une association d’idées qui fera sûrement hurler les puristes mais tant pis. Je m’explique :
ma mère porte Cabotine (tellement bien d’ailleurs qu’on a envie de se frotter contre en ronronnant de plaisir), et je ne peux m’empêcher d’imaginer le N°19 comme la maman guindée tout en collier de perles, tasse à thé et pince à sucre de la petite délurée de chez Grès. Les deux ont un truc en commun, mais je n’arrive pas à mettre le nez dessus. Evidemment, je trouve Cabotine beaucoup plus rigolote (même si Madame 19 a de l’esprit, et pas des moins acérés).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er juillet 2020 à 21:17

Bonsoir Absinthe,
Ne cogitez pas autant sur Coco, sa méchanceté et le fait que le N°19, son parfum, risque de vous attirer la poursuite de son fantôme aigri. Je ne savais rien de cette histoire quand j’ai découvert cet absolu chef d’oeuvre qu’est le N°19. J’étais frappé par sa séduction certes très classieuse, mais aussi et surtout son dynamisme et sa jeunesse. Pour moi, il n’a rien de compassé. Les pubs des années 80 qui lui ont été consacrées savaient pleinement mettre en scène sa fougue et son charme fou : "N°19, un Chanel plein d’élan". Tiens, regardez le visuel de S9 : c’était précisément l’une d’entre elles. Quand j’ai appris que c’était le parfum chéri de Gabrielle Chanel, j’ai été plutôt favorablement impressionnée de découvrir que celle qui était déjà une vieille dame puisse avoir un tel sens de la modernité, de la jeunesse et de l’audace. Ne laissez pas votre avis négatif sur Coco Chanel vous influencer défavorablement. Je préfère le chemin inverse qui est le mien : Coco ne pouvait pas être aussi terrible que cela puisque subsistait en elle le goût pour ce "canon" olfactif. Et même cet excellent goût : peut-être le parfum ultime, le plus accompli, fougueux et ensorcelant !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 2 juillet 2020 à 04:37

Tiens ça me donne envie de le porter aujourd’hui, "my precious"... Et tout comme DomfromBe, je préfère les versions edp des parfums Chanel. Le N°19 n’y déroge pas, même si j’aime beaucoup l’extrait aussi.
Bonne journée parfumée Adina ;-) et aux autres perfumistas également.
PS : en parlant de personnalité revêche, il semble que ce soit le cas du personnage principal du film Les Parfums (incarné par la talentueuse Emmanuelle Devos) tout juste sorti et que j’ai hâte de découvrir demain ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juillet 2020 à 16:47

Bonsoir à tous, et merci pour vos encouragements ^^
Je ne me fais pas de soucis, N°19 et moi finiront par nous entendre : impossible de rester sur un échec avec un parfum aussi brillant, dans tous les sens du terme. Je trouverai forcément le moyen et le moment pour me l’approprier parce qu’il me plaît vraiment et mieux, il m’intrigue beaucoup. C’est le genre de parfum qui me fait penser "oui, mais non. Quoique... oui, y a pas à tortiller", et vas-y que je me renifle dans le décolleté toutes les 5 minutes.
C’est une impression toute personnelle, mais il sera parfait pour me la jouer "blonde ice queen - arrière jeune homme" par les froides journées d’hiver même si effectivement, les pubs magazine en donnent une image très joyeuse, jeune et positive (parfaites pour chasser le fantôme de Mademoiselle Chanel ^^).
Pour ce qui est des concentrations, chez Chanel je préfère définitivement les edt, et leur côté plus satiné. Chez Guerlain c’est tout l’inverse : edp ou rien.
Bonne soirée à tous, amitiés parfumées !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juillet 2020 à 17:11

Bonsoir Absinthe,
Nous sommes presque de vrais opposés, lol.
Chez Chanel, j’aime le côté Too Much annees 80 des EDP. Sauf pour Cristalle.
Et je vous rejoins pour les EDP Guerlain.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juillet 2020 à 17:55

Ah ces parfums pour executive women en tailleur à épaulettes... pas franchement subtils mais tellement bien construits *soupir de nostalgie*

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juillet 2020 à 17:59

Angel, version 1992, quand un échantillon suffisait a faire la semaine.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juillet 2020 à 18:13

Ne me lancez pas sur Angel première mouture malheureux !
Le pire c’est qu’il plairait tout autant aujourd’hui, j’en suis sûre ; alors pourquoi l’avoir défiguré à ce point ? Décidément on aime bien brûler les idoles chez nous.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juillet 2020 à 18:17

Ça c’était un grand parfum, qu’il a fallu imposer sur le marché.
Un marketing génial et des dérivés soignés.
J’étais une victime consentente.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juillet 2020 à 18:38

Et moi donc ! Etoile ressourçable, gel douche et crème pour le corps dans cet incroyable pot en verre bleu dépoli, sans compter tous les échantillons dont me gratifiait cette gentille parfumeuse à Fontenay aux Roses... Angel 1992 a vraiment marqué les esprits parce qu’il y a deux ou trois ans, la femme du patron pour qui je bossais dans les années 90 m’a demandé quel était cet "incroyable parfum" (sic) que je portais et qu’elle n’a jamais réussi à retrouver. Tu m’étonnes ^^
Il faudrait tout de même que je me tente l’huile parfumée : n’est-ce pas vous qui la trouvez encore pas trop mal fichue ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juillet 2020 à 20:48

... huile qui est en train de disparaître des sites de vente, elle aussi.
Donc si l’on récapitule : Angel dénaturé et le meilleur de sa ligne de bain discontinué ; Womanity arrêté (je ne l’aimais pas mais il avait le mérite d’être intéressant) ; Alien passé à l’eau de rinçage au point d’en avoir perdu son aura si particulière.
C’est quoi la suite ?
Attends : je gagne à l’Euromillion et je rachète les parfums Mugler pour leur rendre leur splendeur et leur personnalité. Hein ? Voilà ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 juillet 2020 à 03:05

L’huile n’est pas ma favorite et fait partie de la gamme de bain plus tardive. Je suis fan de la crème actuelle, dont le parfumage est très fidèle.
Mais le produit que je regrette, c’est le gel Frisson céleste,qui permettait de craquer pour Angel même en plein été. Avec lui, une concentration EDT était simplement inutile.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 juillet 2020 à 08:20

Les versions du n°19 que je préfère ont quelque chose de végétal, une odeur de serre, et le fond est moins grinçant que l’actuel. Moi aussi, je cherche encore à l’apprivoiser. Par ailleurs, il faut garder en tête, que certaines personnes sont rebutées par la surdose de galbanum du début.

Ce que j’aime dans le n°19 se retrouve dans Cristalle (edt), en mieux, car sans les défauts. Avec l’extrait actuel, c’est la tombola. L’iris et la rose sont mieux choisies, mais en fonction de l’année, la concentration amplifie les aspects pénibles du fond.

Le no19 est rigolo à chasser en version ancienne. Par ailleurs, quitte à assumer la personnalité pet-sec et intimidante du no19 actuelle, il y a aussi "first" de VC&A qui est très réussi dans ce genre. (cassis, narcisse, aldéhydes, castoreum)

(En tête et coeur, les anciens ont plus de notes violettes, feuilles de violette, note verte synthétique. De l’ylang aussi. Les aldéhyde, l’iris, et l’absolu rose charpentent la compo en sourdine. Le côté argenté de la bergamote d’avant, la mousse de chêne, et la baisse progressive du musc tonkin manquent désormais au fond.)

(La signature des chanel mainstream a été l’usage de musc synthétiques plus chers. Il y a eu une amélioration sur le galbanum des no19 et cristalle ces dernières années. C’est difficile de faire preuve de direction artistique vis-à-vis d’un classique. Pour l’instant la formulation du n°19 me donne l’impression de dériver. J’espère qu’ils rééquilibreront le no19 à l’aide de nouveaux ingrédients, comme les absolus feuille de violette fractionnés, certains iris re-concentré, certains extraits de rose où on réutilise de l’eau de rose, de meilleurs vétivers, remplacements à la mousse chêne, ou solutions à la crise du santal.)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er juillet 2020 à 09:44

George, Carine Roitfeld

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Adina76

par , le 30 juin 2020 à 16:19

The Nightingale par the Zoologist. Étrange parfum, où la rose se chypre avec la fleur de prunier pour rendre hommage au printemps nippon. Très beau parfum qui demande un peu de temps pour l’apprécier et l’apprivoiser. Certaines notes en tête évoquent la trousse de toilette de nos mères et grands-mères avec cette curieuse odeur de vieux rouge à lèvres, de fer à friser, et même de bigoudis comme l’a finement analysé Ana à qui je dois cette intéressante découverte.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 30 juin 2020 à 16:26

Bonsoir,
Je l’avais essayé lors d’une promenade parfumée à Namur avec deux copines. Et je lui avais trouvé un vrai charme, rétro mais pas gnangnan.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 30 juin 2020 à 20:08

Bonsoir DomfromBe,
C’est aussi chez Liquides confidentiels de Namur que je l’ai commandé. En France, il était introuvable.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 30 juin 2020 à 15:31

Rose Trocadéro du Jardin Retrouvé

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

DOMfromBE

par , le 30 juin 2020 à 07:05

C’est quasiment un parfum de la honte, dont la page semble inactive depuis des lustres... J’avoue, j’ai craqué... Coco Noir.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 30 juin 2020 à 17:43

Parfum de la honte ? pourquoi ?
Je ne l’ai pas acheté mais je l’avais senti à sa sortie et je ne l’avais pas trouvé mauvais si je me souviens bien, juste pas original... faudrait que je le ressente !
Mais bon les parfumeries en ce moment c’est pas la joie ...
En sortant du cinéma la semaine dernière j’ai voulu tester l’expérience "parfumerie en période covid" .
Trois jeunes filles à côté de moi sentaient leurs mouillettes sans même retirer leur masque... Terrible !
Et sinon si parfum de la honte il y a, j’ai dans ma collection une floppée de flacons qui ne resteront pas dans les annales de la parfumerie.
Dom vous m’avez donné envie de vous accompagner et de porter l’un de ceux-là après la douche : Ô Oui ! de Lancôme, première version, un flacon de 125 ml (le même que celui de Ô) acheté sur ebay il y a des lustres et qui me rappelle 1998 car je l’avais acheté à sa sortie. De temps à autre je me plais à le porter, et sa note aqueuse un peu salée, si elle a tendance à m’écoeurer, je la supporte bien 3,4 fois l’an !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 30 juin 2020 à 17:53

J’avoue, il y a pire.
Il y a toujours pire.
Mais c’est quand même le fruitchouli limite collant de Chanel.
J’avais juste envie de ça en ce moment, comme un doudou. Lol.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Chanel de Lanvin

par , le 30 juin 2020 à 06:51

Shaal Nur de Etro,édition vintage.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

ROBERTO

par , le 29 juin 2020 à 07:51

Héritage ( Eau de Toilette ) de Guerlain

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

S9

par , le 28 juin 2020 à 19:43

Hier et aujourd’hui, la rafraîchissante Eau du Sud : idéale après les travaux du jardin (tondeuse, rotofil, etc) sous la chaleur estivale et la douche qui s’ensuit. Le plaisir simple d’une eau revigorante et lumineuse !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 juin 2020 à 18:10

Caligna eau de parfum, l’Artisan Parfumeur, dans la touffeur provençale

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

DOMfromBE

par , le 28 juin 2020 à 15:45

La grosse déception de la semaine... Samsara EDT flacon abeilles... Même pas trois heures de tenue sur la peau... Je l’ai recouvert avec N°5 EDP, son prédécesseur dans la catégorie santal gras vanillé des années 80.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 juin 2020 à 18:08

Et ben on doit avoir des nez très différents ... pour moi c’est une tenue de plusieurs jours dans la même concentration et la même (re) formulation ; je n’ai pas encore ouvert le flacon d’eau de parfum mais ça promet d’être encore plus tenace

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 juin 2020 à 04:17

Plusieurs jours sur la peau ? Je n’ai pas parlé de tissus...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 juin 2020 à 07:24

Sur peau facilement plus de 24h et une douche

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Bloom Ambrosia di Fiori

Bloom Ambrosia di Fiori - Gucci

Un petit havre de paix nous baignant de sa lumière, grâce à laquelle toute notre joie se retrouve et tout notre spleen s’achève.

en ce moment

Caronade a commenté Santal 33

il y a 2 heures

Bien observé, j’ajouterais que c’est ie genre de parfum que les anglo-américains appellent "office(…)

Zean a commenté Sycomore

il y a 2 heures

Sycomore aurait certainement pu s’appeler différemment et venir nourrir la légion des parfums de(…)

Zean a commenté Sancti

il y a 4 heures

Grâce à la revue Nez, j’ai appris l’existence d’une famille de parfum comme on apprend qu’il y a des(…)

Dernières critiques

Le Ciel - Floratropia

Beauté céleste

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019