Auparfum

Samsara

Guerlain

Flacon de Samsara - Guerlain
Les Classiques
Note des visiteurs : (35 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Le pour et le contre

par - , le 8 novembre 2008

Une fois n’est pas coutume, vous aurez droit à deux avis pour ce parfum ! Un de nos fidèles internautes, PoisonFlower, s’est prêté au jeu de l’écriture et nous livre sa vision de Samsara, qui diffère quelque peu de celle de Jeanne... Et vous, vous en pensez quoi ?

L’avis de PoisonFlower

[Highway to Nirvana]

Samsara, ce fut mon passeport pour la galaxie Guerlain, un sésame sous la forme de la première publicité du parfum, découverte vers 1990/1991 au hasard de recherches d’images dans des magazines pour le cours d’arts plastiques.

D’emblée, tout m’a attiré dans ce que proposait la marque au travers de ce visuel.
Déjà, le nom Guerlain résonnait dans mon esprit comme un synonyme de distinction suprême et de bon goût.
Et puis il y avait ce slogan mystique, "A l’aube du troisième millénaire, la femme se réincarne en Guerlain", aussi intrigant que le nom du parfum aux sonorités venues d’ailleurs.
Enfin, il y avait cette femme à la beauté et à l’allure sereines, derrière laquelle on pouvait deviner les tentures d’un palais oriental. A la manière d’une offrande, elle tenait entre ses mains le précieux flacon. Sa robe drapée, aussi luxueuse qu’imposante, était en outre tellement mise en avant que je me suis demandé un certain temps si Guerlain, en plus d’être parfumeur, n’était pas également une marque de haute-couture !

Je n’ai respiré Samsara que deux ou trois ans plus tard grâce à la miniature d’extrait. Et là, dans la continuité de ce que la publicité m’avait fait ressentir, j’ai été subjugué. De ce petit flacon émanait en effet une fragrance suave et envoûtante de fleur exotique et précieuse...

Le départ hespéridé se distingue de celui des classiques de Guerlain en ce sens que les agrumes sont moins là pour distiller leur fraîcheur que pour empêcher quelques instants le reste de la composition d’exploser, car on entre rapidement dans le vif du sujet et le parfum reste quasi le même du début à la fin de son évolution.
Après les notes de tête, tout arrive donc très vite, cœur et fond semblant entremêlés : les fleurs capiteuses (jasmin, ylang-ylang) ourlées discrètement d’une note verte, les notes poudrées, balsamiques (vanille, iris, benjoin, fève tonka), le tout dominé par le bois de santal qui procure à l’ensemble une senteur onctueuse aux relents de lait de coco et de caramel.

Tout cela fait de Samsara un oriental d’excellente facture, chaleureux, puissant, avec un sillage et une tenue à toute épreuve, et lui permet de s’inscrire sans mal dans la plus pure tradition Guerlain avec ses accents poudrés et vanillés. Tradition qu’il renouvelle toutefois en mettant à l’honneur le santal, ce qui annonce les notes boisées féminines et sensuelles des années 90 de parfums comme Féminité du Bois, Angel ou Dolce Vita, avec en contrepoint des notes imposantes de fleurs blanches, jasmin en tête.
A certains égards, Samsara me fait aussi penser à deux orientaux marquants des années 80 : sa facette florale et poudrée m’évoque ainsi l’aspect fleur exotique et entêtante de Loulou, tandis que son murmure vert me rappelle quelque peu Must.

En 1989, j’imagine que le pari avec Samsara a été pour Guerlain de proposer un nouveau grand féminin capable de rivaliser avec la popularité de Shalimar et de renouer avec le succès après une série d’échecs ou semi-échecs commerciaux pour les parfums sortis après Chamade (1969).
Pour ce faire, Jean-Paul Guerlain a donc en quelque sorte mis au goût du jour la recette orientale inaugurée par son grand-père, Jacques Guerlain, pour donner naissance à une composition aussi voluptueuse et opulente que Shalimar, mais que je trouve en même temps plus douce et nuancée, qui soit capable de séduire aussi bien les fans du parfum de 1925 que celles qui pourraient le trouver "too much". Car si Shalimar, c’est un peu le grand jeu selon Guerlain (ne s’agit-il en effet pas de "s’afficher Shalimar", comme le proclamait la publicité dans les années 80 ?), Samsara constitue une alternative moins ouvertement séductrice. En cela, la publicité dont je parlais plus haut, qui montrait une féminité affirmée mais sage, était une parfaite illustration du parfum et de celles qu’il est censé attirer.

Samsara est parfois considéré avec une pointe de dédain par certains inconditionnels de Guerlain, car il fut le premier parfum de la marque à être lancé à l’aide du marketing. Pourtant, le travail d’élaboration d’une imagerie accompli fut exemplaire. La communication, le flacon, le nom, tout était très cohérent et prolongeait admirablement la fragrance et l’histoire du célèbre parfumeur.
Le mot "Samsara", qui vient du sanscrit et désigne le cycle des naissances et des renaissances menant normalement au Nirvana, est ainsi une référence implicite à Shalimar, qui avait déjà emprunté son nom à cette langue.
Et si l’Inde est la toile de fond de l’éternel best-seller de Guerlain, Samsara poursuit quant à lui le voyage jusqu’au Cambodge, comme en témoigne son très beau flacon, dont les courbes sont inspirées d’une statue khmère exposée au Musée Guimet à Paris et dont la teinte rouge sombre symbolise l’Orient.

Avec son concept empreint de spiritualité et de plénitude, Samsara annonçait en fait la décennie suivante et le retour à des valeurs moins superficielles et matérialistes que celles véhiculées dans les années 80, valeurs que Trésor a été l’un des premiers parfums de luxe à mettre en scène dès 1990.

Que retenir de Samsara au final ? Qu’il s’agit d’un grand oriental ET d’un grand Guerlain. Les années passant, j’espère qu’il accédera enfin au statut de parfum culte. Dommage en tout cas que la marque ait cessé d’en faire toute promotion depuis plusieurs années, car tout en étant très Guerlain, il est tout à fait accessible et susceptible de séduire un large éventail de femmes...

L’avis de Jeanne

[Sacré santal]

Jusqu’en 1989, Guerlain était une maison qui fonctionnait encore “à l’ancienne”. Si lorsque le parfumeur créait un parfum, on le trouvait bon, on lui trouvait un nom et un flacon, on le mettait sur le marché, s’il marchait, tant mieux, et sinon, on le retirait des ventes.

Compte tenu de la concurrence accrue et l’internationalisation de la parfumerie en cette fin des années 80, Guerlain fit pour la première fois la démarche inverse, aujourd’hui généralisée pour la plupart des grandes marques (hélas !) : le marketing définit le concept de Samsara, basé sur une envie du moment d’exotisme et de spiritualité inspirée du sud-est asiatique, et Jean-Paul Guerlain dut interpréter cette image en parfum. Ce fut également la première fois que le parfumeur maison fut mis en compétition avec d’autres parfumeurs externes, afin de le motiver à faire le meilleur parfum !

Ce sont deux matières d’origine asiatique et considérées là-bas comme sacrées qui furent choisies pour former le squelette du parfum : le santal, bois crémeux et fumé, utilisé ici en surdose, et le jasmin, fleur exotique, opulente et sensuelle. Ce duo, qui constitue la véritable empreinte olfactive du parfum, s’accompagne toutefois de quelques notes de rose, de narcisse, d’iris, de fève tonka et de vanille. Cette touche de “guerlinade” est ici apportée de façon si extrêmement discrète que Samsara n’est souvent pas considéré comme dans la lignée des “vrais” Guerlain, et je partage plutôt cet avis.

Avec sa vocation de vouloir plaire dans tous les pays, à d’autres femmes que les adeptes de Shalimar ou de L’Heure Bleue, Samsara représente exactement ce que Guerlain voulait qu’il soit : un produit à la mode, donc démodable, olfactivement imposant et monolithique, au succès international et qui fit entrer la marque dans la nouvelle ère de la parfumerie, soumise corps et âme au roi marketing.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 27 octobre 2018 à 18:08

J’aimerai que Guerlain me lise...
Samsara, un beau parfum identitaire qui est saccagé... dans son nouveau flacon, aucune tenue comme l’ont déjà souligné certains d’entre vous. Supprimer des falcons, d’accord mais celui ci ! Flacon tellement associé au parfum.Flacon sensuel à tenir dans sa main, plaisir souvenir... C’est comme si je ne portais plus Samsara dans ce nouveau flacon.
Moi qui porte du Guerlain, depuis toujours, cela me donne envie de porter Lutens.
Un grand parfum mis aux oubliettes pour des jus imbéciles comme la petite robe noire.Dommage.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 octobre 2018 à 18:41

Euh, Loulou, chez Lutens, ça n’est pas vraiment mieux, entre les dilutions, enfin... les reformulations, et certains parfums qui sont désormais disponibles dans le vaporisateur "gratte-ciel" à 300€...
Parfumerie, ton univers si pitoyable...
Bon weekend

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Galate

par , le 26 mars 2018 à 21:06

Soyons clairs : pour moi, mis à part les Aqua allegoria, Samsara est le dernier grand parfum sorti par Guerlain jusqu’à ce jour.
Un effluve reconnaissable, jamais copié, une tenue d’enfer.
Dommage que Samsara ne soit pas sorti quelques années avant, son succès aurait peut-être sauvé Guerlain du rachat. Malheureusement ce succès a profité à LVMH.
Par ailleurs ce n’est pas l IFRA qui pose problème, on peut même dire qu’ils ont sauvé les meubles. C’est un obscur comité scientifique de l’union européenne, mené par un britannique parti en croisade contre les allergènes qui a soulevé le lièvre.
Et comme les parlementaires et fonctionnaires français au Parlement européen comme à la Commission européenne sont des cossards, la docte commission qui a décidé d’interdire certains composants ne comptait qu’un seul Français mais une multitude de participants proches du degré zéro de la cosmétique et des parfums (pays nordiques entre autres).
L’Oréal étant le numéro 1 mondial de la cosmétique et la France étant le géant de la parfumerie, on a envie de pleurer devant une telle inanité de nos "représentants".
C’est l IFRA qui s’est remuée pour limiter la casse et trouver des compromis.
A ce jour, les experts externes mandatés par cette obscure commission scientifique sont : 3 suédois 1 danois 1 anglais et 1 allemand.... Pour les experts en bon goût, mode, pinard, gastronomie on repassera.... http://ec.europa.eu/health/scientific_committees/opinions_layman/perfume-allergies/fr/apropos-allergies-parfum.htm#29.
Encore plus risible depuis le brexit.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

DOMfromBE

par , le 26 septembre 2017 à 17:08

Bonsoir,
C’était l’une de mes craintes...
Ce matin, j’ai pu tester Samsara EDP dans son nouveau vaporisateur Abeilles.
Trois pulvérisations et deux heures plus tard... Il faut approcher le nez de la peau pour sentir le parfum.
Très maigre consolation, il est discernable 7 heures après application.
Discernable...
Sans autre commentaire.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 septembre 2017 à 17:55

Bonsoir à tous,
Ce nouvel affront fait à un chef d’oeuvre de la parfumerie - comme à tous les autres - pose la question de la "riposte" des parfumeurs. Il est probable qu’ils aient déjà réfléchi et travaillé à la question mais il serait grand temps de mettre en oeuvre un vrai plan de lobbying auprès des autorités européennes pour trouver un accord permettant l’utilisation de composants désormais interdits. Cette politique "extrémiste" d’interdits à tout va est en train de démolir purement et simplement la Parfumerie. Oui, certains composants peuvent, chez certaines personnes, provoquer des allergies mais il suffit qu’elles ne portent pas les parfums qui en contiennent. Les arachides, les noix, les kiwis et j’en passe peuvent provoquer des allergies. Va-t-on pour autant en interdire la commercialisation ? La pollution automobile imposée à chacun sans aucune échappatoire possible fait des milliers de morts prématurées. Idem pour le tabac. Mais la Commission européenne s’incline devant les lobbying autrement puissants de l’automobile, du pétrole et du tabac. Alors franchement toute cette intransigeance envers cette malheureuse industrie du parfum, moins riche et moins organisée, a quelque chose d’obscène et d’un cynisme éhonté ! Il est grand temps de réagir et d’organiser une riposte. A titre d’exemple, les producteurs de fromage AOC ont trouvé des accords avec l’Europe. Ils ne sont pas non plus très puissants. Mais ils ont pu se faire entendre. Pourquoi pas les maisons de parfum ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 septembre 2017 à 18:11

Tout simplement parce qu’elles y trouvent leur compte. Elles n’ont jamais autant vendu à moindre coût de fabrication. Tout ce qu’elles méritent c’est un boycott.
Cela faire déjà des années que j’ai renoncé à certaines. Et ce ne sont pas les lancements récents qui me feront revoir ma position.
J’ai trop souvent l’impression d’être floué, trompé.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 septembre 2017 à 09:41

DOMfromBE, je pense qu’effectivement, ça en arrange bien certains de "devoir" alléger leurs formules... Et dans Samsara, que j’ai re-senti récemment à l’aéroport (il faut bien s’occuper, alors on révise les classiques), je cherche encore le santal...

Et Je suis en train de me rendre compte, à la lecture de vos lignes, que le boycott dont vous parlez, c’est exactement ce que je fais depuis un petit moment, même si c’est de manière inconsciente et sans l’avoir délibérément choisi...

En effet, je m’aperçois que je suis en train de me tourner, de plus en plus, vers des parfums anciens, et que je porte en majorité des vintage, dont le sillage et la tenue sont autrement satisfaisants que ceux des parfums actuels reformulés...

Je me fournis sur les sites d’enchères et de fins de séries, sur les brocantes, les vides-greniers, où je trouve des flacons mais aussi des échantillons qui, cumulés, permettent de se parfumer avec des jus de qualité, notamment tous les superbes masculins des années 80 (French line de Revillon, Macassar de Rochas, Azzaro Acteur, Moustache de Rochas, Bel-Ami vintage, le 3ème homme de Caron, Edition de Dunhill, Must pour homme de Cartier...)

Dernière victime d’une reformulation (récente, visiblement, car mes échantillons d’il y a 3 ans sont encore "bons") : Bois d’Arménie de Guerlain, qui est complètement délavé par rapport à sa formulation originelle (on a comparé les deux, ce week-end) -
Alors, effectivement, il n’est pas laid, pour qui ne connaît pas la version de Ménardo à sa sortie, mais il a perdu en puissance, en texture, en présence, bref, il n’est plus que l’ombre de ce qu’il était encore il y a peu, moins benjoin, moins épicé... :-(((((

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 septembre 2017 à 11:10

Merci pour votre commentaire, qui contribue à me rassurer. Je ne suis pas anosmique ou parano. Pas encore, lol.
Je crois que les marques ont fait leur choix entre conquêtes (ou perspectives) de nouveaux clients et de nouveaux marchés VS utilisateurs expérimentés d’un marché vieillissant...
L’IFRA est un excellent alibi.
Cet appât de toujours plus de rentabilité illustre bien que la parfumerie est surtout une industrie et rien qu’une industrie.
Le discours sur l’Art tient quand il s’agit de parfumeurs très indépendants ou de nous manipuler, nous, les clients.
Petites marques, nouvelles marques...
Il y a tant à explorer, mais c’en est fini de c es gloires passées qui n’en finissent pas de décevoir du haut de leur réputation et de leur mépris pour nous.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 septembre 2017 à 04:57

Bonjour Adina76, DOMfromBE et Euskalpyth
Je suis avec intérêt vos remarques pertinentes et votre analyse de la situation de la parfumerie actuelle.
C’est désolant de constater que la qualité dans le flacon devient inversement proportionnelle au prix de ce dernier, enfin en ce qui concerne les "bonnes grosses maisons" qui n’en ont que faire de l’avis de quelques passionnés comme nous.
Désolée je dois être en mode pessimiste, mais ces derniers temps ce ne sont que désillusions pour moi, entre ces mauvaises nouvelles de reformulation / reflaconnage et lancements qui ne me ravissent pas (Chanel si tu m’entends...).

Marre aussi de cette uniformisation des flacons, comme si on ne vivait pas déjà assez dans cet état d’esprit là ... J’aime aussi la personnalité de chaque fragrance en ce qui concerne son contenant, cela fait partie du rêve et de l’histoire de chacune.

En ce qui concerne Samsara, le coup de coeur est récent pour moi, j’ai déjà cet été constitué des stocks de ce parfum envoûtant, mon doudou de réconfort avec Angel ;-)
Je vais en faire d’autres alors, car j’ai du mal à imaginer cette bombe olfactive privée de son corps, de son santal, bref ce qui fait sa richesse.

Moi aussi ça fait belle lurette que j’achète quasiment plus en parfumerie, me tournant vers la baie (Fidji vintage, jamais acheté la version actuelle, testeurs, etc).
C’est franchement triste de devoir constamment constituer des stocks en vue de la disparition / reformulation prochaine de nos parfums préférés.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 janvier 2018 à 20:36

Je suis entièrement d’accord avec vous, cette réglementation voulue par les colosses des essences synthétiques et des aròmes compliquent énormément la vie des parfumeurs-créateurs qui doivent reformuler les jus. Mais ce sont les grands groupes financiers (suivez mon regard !) qui profitent de la bonne excuse de la reformulation anti-allergie et imposent des reformulations continuelles en vue d’abaisser toujours davantage (jusqu’à l’absurdité) le prix de revient du liquide odorant quelque soit sa concentration. Mème les parfums mainstream créés aprés l’an 2000 sont eux aussi reformulés aprés quelques années de succés sùrement pas pour les améliorer, mais pour les rendre encore meilleur marché, comme si ils ne l’étaient pas déjà ! Pour la gloire, les producteurs français de fromages ont obtenu des passe-droits, mais toute l’agro-alimentaire française s’est déjà alignée sur les pratiques internationales de la malbouffe. Et les grands vins doivent lutter contre de soit-disant grands crus californiens ou néo-zélandais ! La bonne parfumerie de niche pourrait nous sauver du désastre olfactif si elle ne rencontrait pas le plus souvent des difficultés économiques. Peut-ètre faudrait-il se battre pour une vraie reconnaissance du patrimoine olfactif comme patrimoine national protégé (les groupes financiers seront toujours contre), mais si certains parfumeurs de renom ne se sentent mème pas un peu artiste, mais seulement des éxécuteurs habiles des diktats des services marketing (voir Nez n° ?), que faire ? Il me semble pourtant évident que les accords créés pour certains jus transcendent le simple mélange de tous les ingrédients du parfum. La surface d’une toile de grand maître n’a rien à voir avec l’assemblage hasardeux de tous les pigments utilisés ! La musique est-elle un ensemble de bruits ? Etc, etc...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 septembre 2017 à 11:29

C’est d’autant plus dommage que Samsara était vraiment un parfum très diffusif. J’avais une collègue qui le portait, son bureau embaumait...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 septembre 2017 à 11:37

En effet, je pense que beaucoup de quadras ont des souvenirs des premières années de Samsara et des animations dans les grands magasins aux moments des fêtes... Décors rouges et effluves ensorcelants... Mais c’était "avant".

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2017 à 18:32

Bonsoir, je reviens du sépho, discussion avec la vendeuse à propos de SHALIMAR ayant vraiment perdu du corps et je crois aussi un peu d’esprit... (voir beaucoup)
Cette même vendeuse me dit que cette semaine "plusieurs plaintes de clientes très déçues par SHALIMAR" dommage . Je songe à apprivoiser SAMSARA mais que me conseillez vous edt ou edp ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2017 à 21:36

Oui ! je l’ai essayé il y a 3 jours et c’était effrayant. Une version Shalimar EdP sans aucun corps, il n’avait aucune tenue et on ne percevait même pas la vanille. Après une heure je ne savais même plus dire ou exactement je l’avais mis sur ma manche. Même chose pour Samsara, très dilué, on ne perçoit plus le jasmin et le santal est transparent.
Catastrophique :-(

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Bianca

par , le 25 janvier 2017 à 09:44

Je porte aujourd’hui quelques gouttes d’extrait de parfum d’une miniature de Samsara. L’eau de toilette vendue actuellement m’avait récemment plus que déçue par rapport au souvenir que j’en gardais lors de sa sortie mais ce vieil extrait qui date de je ne sais pas quand et qui étrangement ressemble énormément à l’ancien Venise d’Yves Rocher m’a remémoré cette ancienne merveille qu’était Samsara : vert et poudré à la fois, c’est un délice.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

S9

par , le 28 décembre 2016 à 13:59

Voilà un petit moment que je songeais à acheter Samsara, voilà chose faite pour Noël.
Dans la famille Guerlain, mon premier coup de coeur à été Jicky en 1998. Puis peu après l’Heure Bleue et enfin Shalimar, pour le trio de tête.
J’adore Chamade que je porte depuis une petite dizaine d’années ; Je possède aussi, pour ma culture olfactive, Après l’Ondée et Vol de Nuit, même si je les mets davantage pour dormir qu’en journée.
Alors je ne sais pas pourquoi, mais jusque là j’avais complètement zappé Samsara, que je trouvais un peu passe-partout...
Après l’avoir re-senti (et enfin ressenti !) plusieurs fois lors de balades parfumées, je l’ai trouvé vraiment très beau, à la fois très puissant et douillet, un véritable cocon de douceur lactée.
C’est un plaisir de le porter par ces froides journées ensoleillées. Il est enveloppant et réconfortant. C’est vrai que l’évolution est minime, mais son côté franc me plait. A ne pas porter tous les jours, mais quand on a besoin d’un câlin olfactif ou quand on a envie de se sentir femme.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 octobre 2016 à 16:39

Samsara est sans doute le seul Guerlain ancien que je n’aime pas !
Je l’ai encore senti récemment et le constat est toujours le même. Il me donne la migraine et a tendance à m’écoeurer. Habituellement, j’apprécie pourtant beaucoup le santal, mais pas celui de Samsara. Je le trouve trop lactéet la note de coco que je perçois dans sa fragrance me fait horreur !
Chose étrange c’est le Guerlain préféréde ma mère et j’ai toujours été gênée par ce sillage !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

DOMfromBE

par , le 17 avril 2015 à 13:12

Je ne me lancerai pas dans de grandes considérations, c’est la première fois que je le porte.
Après des décennies de Mitsouko, Shalimar & Habit Rouge, dont je connais bien les différentes concentrations et leurs évolutions, j’avais envie de replonger dans les années 80. Et j’aime assez la douceur du santal.
Alors, Samsara (EDT, car l’EDP me semble plus dure) !
Début d’une nouvelle habitude, passade ou tremplin vers Tam Dao ?... Pas de projet. Une simple envie de rondeur. Et puis, cette couleur, le rouge, dont j’aime m’entourer sous de nombreuses formes.
 ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mars 2015 à 22:26

C’est le parfum que j’ai choisi pour mon pseudo ! Inutile d’en dire plus...je me force à le porter rarement pour en tirer le meilleur, lui donner une sorte de rareté. Son sillage puissant et unique -tellement féminin et sophistiqué, chaud....-est magique et inégalé.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Bella

par , le 3 octobre 2014 à 19:31

Je voudrais juste dire à Jicky un énorme BRAVO pour son incroyable commentaire ! C’est tellement émotionnelle que je suis presque émue. C’est incroyable à quel point j’arrive à imaginer un garçon sentir les iris et je me suis vu moi aussi à sentir ces fleurs dans le jardin de ma grand-mère. Elle avait des iris très grands qui sentaient le miel et je me souvient encore aujourd’hui de ce parfum rempli de douceur solaire.
Samsara est un parfum magnifique et je m’en fous de tout ce marketing qui avait été tout au tour ! Parfois ça peut donner les chef d’oeuvres !
Pour moi c’est le plus beau jasmin sur terre enveloppé dans la douceur lacté du santal et l’iris poudré. Les notes du thé fumé et la fève tonka on sent très bien dans l’extrait qui est juste magnifique, si riche, si prononcé.
Ce soir j’ai regardé le ciel. Le soleil avait laissé les reflets oranges et dorés. Rien que ces couleurs m’ont donné envie de porter Samsara et ma robe noir ce soir...
Honnêtement je ne trouve pas ce parfum bcbg. Tout dépend de la personne qui le port je pense. On peut être juste amoureuse ou amoureux des belle matières. En effet ce que je trouve intéressant, entre autre, avec ce parfum c’est qu’on peut l’apprivoiser, personnaliser et le VIVRE à notre propre manière.
Sur cela je rejoins Jicky en disant :VIVE L’ODORAT !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

S9

S9

a porté Samsara le 27 janvier 2020

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Mania

Mania

a porté Samsara le 16 décembre 2019

Nez inexpert

Nez inexpert

a porté Samsara le 3 décembre 2019

Adjoint au politicien Jean-Paul Martoni dans les années 90. Quelques années à l’ombre suite à un malentendu. Président du Comité pour rebaptiser toutes les rues. Membre fondateur de la Société de (...)
Sa note :
Mania

Mania

a porté Samsara le 18 novembre 2019

Mania

Mania

a porté Samsara le 7 novembre 2019

Mania

Mania

a porté Samsara le 22 octobre 2019

Farnesiano

Farnesiano

a porté Samsara le 21 octobre 2019

Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Mania

Mania

a porté Samsara le 17 octobre 2019

S9

S9

a porté Samsara le 18 mai 2019

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :

Fanny9

a porté Samsara le 5 janvier 2019

Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 9 avril 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 4 avril 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 30 mars 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 20 mars 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 15 mars 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 9 mars 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 13 février 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 3 février 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 25 janvier 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 19 décembre 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 30 octobre 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 18 octobre 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 7 octobre 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Le Nez Bavard

Le Nez Bavard

a porté Samsara le 20 septembre 2017

Fondatrice des rencontres "Le Nez Bavard" où l’on se retrouve pour échanger autour du parfum et de sa place dans notre vie, je fais partie des premiers perfumistas francophones à s’être exprimé sur (...)
S9

S9

a porté Samsara le 12 mai 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 5 mai 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 2 mai 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 24 février 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 13 février 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 7 janvier 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 3 janvier 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 1er janvier 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 31 décembre 2016

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Samsara le 28 décembre 2016

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Cynthiana

Cynthiana

a porté Samsara le 30 décembre 2015

Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Samsara le 8 novembre 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :

Walkyrie

a porté Samsara le 23 septembre 2015

Sa note :
Bella

Bella

a porté Samsara le 19 juillet 2015

Passacaille

Passacaille

a porté Samsara le 24 juin 2015

Enseignant-chercheur en chimie organique à l’Université de Versailles SQY
Sa note :
Bella

Bella

a porté Samsara le 20 juin 2015

Passacaille

Passacaille

a porté Samsara le 18 juin 2015

Enseignant-chercheur en chimie organique à l’Université de Versailles SQY
Sa note :
Passacaille

Passacaille

a porté Samsara le 8 juin 2015

Enseignant-chercheur en chimie organique à l’Université de Versailles SQY
Sa note :
DOMfromBE

DOMfromBE

a porté Samsara le 7 juin 2015

Amateur de parfums depuis l’adolescence, belge né en 1971, j’ai longtemps passé mes jours et mes nuits avec des senteurs profondes, enveloppantes. Mitsouko, Shalimar, Egoïste, N°5, COCO, Angel, Opium, (...)
Sa note :
Bella

Bella

a porté Samsara le 6 juin 2015

isamalise

a porté Samsara le 2 juin 2015

Lanou

Lanou

a porté Samsara le 21 mai 2015

DOMfromBE

DOMfromBE

a porté Samsara le 16 mai 2015

Amateur de parfums depuis l’adolescence, belge né en 1971, j’ai longtemps passé mes jours et mes nuits avec des senteurs profondes, enveloppantes. Mitsouko, Shalimar, Egoïste, N°5, COCO, Angel, Opium, (...)
Sa note :
DOMfromBE

DOMfromBE

a porté Samsara le 17 avril 2015

Amateur de parfums depuis l’adolescence, belge né en 1971, j’ai longtemps passé mes jours et mes nuits avec des senteurs profondes, enveloppantes. Mitsouko, Shalimar, Egoïste, N°5, COCO, Angel, Opium, (...)
Sa note :
Lanou

Lanou

a porté Samsara le 21 mars 2015

Lanou

Lanou

a porté Samsara le 23 février 2015

Bella

Bella

a porté Samsara le 24 janvier 2015

Arpège

Arpège

a porté Samsara le 22 janvier 2015

Dans un grain de sable voir un monde Et dans chaque fleur des champs le Paradis, Faire tenir l’infini dans la plume de la main Et l’Éternité dans une heure. (Auguries of Innocence) William (...)
Lanou

Lanou

a porté Samsara le 8 janvier 2015

mara

mara

a porté Samsara le 7 janvier 2015

Depuis mes 18 ans j’aime le monde des odeurs. C’est à cet âge que j’ai reçu mon premier parfum : Princesse d’Albret. Le second fut L’Air du Temps de Nina Ricci. Et après je n’ai cessé de partir à la (...)
biboun1980

biboun1980

a porté Samsara le 5 janvier 2015

Fan de Guerlain
Frédéric

Frédéric

a porté Samsara le 17 novembre 2014

Très Curieux de toutes les nouveautés. Mes parfums les plus portés : 1) Iris Silver Mist, Lutens 2) Arabie 3) Melograno, SantaMariaNovella 4) Shalimar parce que je le porte depuis que j’ai 5ans mais (...)
Sa note :
Lanou

Lanou

a porté Samsara le 16 novembre 2014

Frédéric

Frédéric

a porté Samsara le 14 novembre 2014

Très Curieux de toutes les nouveautés. Mes parfums les plus portés : 1) Iris Silver Mist, Lutens 2) Arabie 3) Melograno, SantaMariaNovella 4) Shalimar parce que je le porte depuis que j’ai 5ans mais (...)
Sa note :
Bella

Bella

a porté Samsara le 12 novembre 2014

Bella

Bella

a porté Samsara le 29 octobre 2014

Jicky

Jicky

a porté Samsara le 24 octobre 2014

Avait-elle des raisons de penser que vous viviez mal votre dualité ? Voyez-vous... si je vous dis oui alors vous allez tout de suite penser à un dédoublement. A Mr Hyde et au Dr Jekyll. Du coup je (...)
Sa note :
Bella

Bella

a porté Samsara le 3 octobre 2014

zouloutim

zouloutim

a porté Samsara le 2 octobre 2014

Sa note :
Hermeline

Hermeline

a porté Samsara le 1er octobre 2014

Néophyte mais curieuse, un peu boulimique olfactivement parlant mais cela passera (mon compte en banque l’espère !), j’aime le monde de la parfumerie. Vivant cependant à Montréal, beaucoup de trésors (...)

divagations

a porté Samsara le 20 septembre 2014

Arpège

Arpège

a porté Samsara le 25 août 2014

Dans un grain de sable voir un monde Et dans chaque fleur des champs le Paradis, Faire tenir l’infini dans la plume de la main Et l’Éternité dans une heure. (Auguries of Innocence) William (...)
Jicky

Jicky

a porté Samsara le 10 juillet 2014

Avait-elle des raisons de penser que vous viviez mal votre dualité ? Voyez-vous... si je vous dis oui alors vous allez tout de suite penser à un dédoublement. A Mr Hyde et au Dr Jekyll. Du coup je (...)
Sa note :

à la une

Folie bleue

Folie bleue - Godet

Une réédition qui semble avoir ramené de 1925 tout son charme bucolique et poétique.

en ce moment

il y a 9 heures

Bonjour Est-ce que quelqu’un se souvient d’un parfum très musqué porté par une amie dans les(…)

il y a 17 heures

Merci, cela permet aussi de se replonger dans cet excellent article !

il y a 2 jours

Bonjour à tous, Vous pouvez retrouver Mathilde Laurent dans cette interview(…)

Dernières critiques

Philosykos - Diptyque

Abstraction figurative

Cardinal - Heeley

Encens dansant

La Peau nue - Celine

Tendre épiderme

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019