Auparfum

Séville à l’aube

L’Artisan parfumeur

Flacon de Séville à l'aube - L'Artisan parfumeur
Note des visiteurs : (28 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Histoire de fleur d’O

par , le 13 août 2012

L’Artisan parfumeur, Bertrand Duchaufour et Denyse Beaulieu nous proposent un parfum qui se situe entre le soliflore et la narration olfactive d’un moment spécifique de la vie de l’écrivain - blogueuse ; celui d’une nuit de passion se poursuivant jusqu’à l’aube, durant la semaine sainte, entre odeurs d’encens des processions, des colognes lavandées des spectateurs et des orangers en fleurs.

A quoi cela ressemble-t-il ?

Un petit-grain tonitruant par la pétillance des agrumes verts, piquants, poivrés, presque salins, comme une impression de salive après un baiser, crée un envol hespéridé quasiment violent, comme une gifle de zestes au visage ! J’ai presque l’impression de croquer dans un chewing-gum menthe-chlorophylle dans les tous premiers instants de la mastication, entre coup de froid et chaleur qui s’en suit. Une lavande aromatique réchauffe ces premiers instants de prise de contact.

Puis, rapidement, une sensation de thé Earl Grey très réaliste surgit, illusion certainement apportée par l’association entre les agrumes et la bergamote qui émergent après deux ou trois minutes à peine. Un thé qui oscille entre un Earl Grey, et un thé noir qui aurait été infusé plusieurs fois. De l’encens apporte ce contraste entre brise glaciale et chaleur suffocante, entre liquide brûlant et masse plus solide qui part en fumée.

Après plusieurs minutes, la fleur d’oranger émerge. Elle est vaguement poudrée, iridescente et baumée. Le thé se fait composition du type "orange amère" de chez Mariage Frères servi avec quelques biscuits sec aromatisés au miel et à la fleur d’oranger.

La verdeur poivrée du petit-grain et l’encens accompagnent la fleur d’oranger durant quelques heures (de deux ou trois à bien davantage, selon les peaux) et lui permettent de ne pas prendre un aspect trop "pâtissier". Un jasmin un peu indolé, avec son odeur carnée caractéristique (une odeur de peau mordillée) apporte de la chair et de la sensualité à ce moment de l’évolution.

Enfin, benjoin baumé, un peu gras et vanillé, ciste-labdanum ambré et cire d’abeille évoquent les crèmes catalanes ou portugaises au citron ou à l’orange. Une impression balsamique douce fait son chemin. Le sillage se fait plus charnel et plus proche de la peau. Une peau à croquer, à dévorer même. Mais, plutôt en gourmet qu’en gourmand, avec subtilité donc.

Cette fleur, dont l’eau extraite de la distillation est si souvent utilisée lors de la confection de pâtisseries orientales ou traditionnelles, y renvoie inéluctablement. Fort heureusement, la sensation, bien qu’elle mette l’eau à la bouche, ne se fait malgré tout pas trop culinaire sur ma peau. Sur d’autres, si... En cela, cette fragrance me fait penser à Mandarine Mandarin de Serge Lutens. Sur certain(e)s, un thé fumé à l’orange amère apparaît, alors que d’autres doivent se contenter d’oranges confites. On ne répétera jamais assez combien un parfum peut évoluer différemment d’une peau à l’autre.

L’encens et la lavande, toujours présents, semblent réaliser un retour en arrière au début de l’histoire, quand au moment où le soleil se lève, on se remémore le début d’une soirée, moment d’une rencontre, et le chemin parcouru en à peine quelques heures. Les feuilles vertes et l’air aromatique des premiers instants restent présents par traces, comme pour donner un second souffle à cette composition qui s’embaume et s’adoucit, pour la rendre plus profonde, nuancée et complexe.

L’écrivain, Denyse Beaulieu, qui a inspiré ce travail de Bertrand Duchaufour, m’a raconté l’anecdote suivante : pour elle, la fleur d’oranger est souvent une "fleur un peu tarte" ; parfois bien trop mièvre. Nous sommes, Denyse et moi, plutôt du côté "tubéreuse vénéneuse" de La Force. Comme elle, jamais je n’aurais pensé pouvoir être séduit par la fleur d’oranger. Jusqu’ici, celle de Fragonard (d’un excellent rapport qualité-prix) me suffisait amplement.

Cette version "pour adultes", plus complexe, plus sinueuse, m’enchante littéralement. Dans la manière dont l’actrice principale (la "fleur d’o" comme un certain roman intitulé "Histoire d’O") a été recomposée par Bertrand Duchaufour, on peut voir de grandes similitudes avec sa déconstruction - reconstruction dans Nuit de Tubéreuse de la fleur du même nom. Il est d’ailleurs intéressant d’observer qu’alors qu’il a désexualisé la "plus bitch des fleurs" (Denyse B.™ dans son blog), il a, au contraire, fait gagner en sensualité celle qui est, normalement, la petite sœur un peu naïve et ingénue de l’autre.

Au vu de l’histoire qui a donné lieu à cette création, celle d’une passion déchainée, on aurait pu s’attendre à une composition plus "sale", plus "bestiale". Mais, non. Finalement, cette histoire, loin d’être une simple bluette à la fleur d’oranger comme tant d’autres l’ont déjà racontée, ne sombre pas non plus dans une interprétation trop facile des évènements qui l’ont faite exister. C’est de beauté et d’émotion qu’il nous est offert de (res)sentir en visitant Séville à l’Aube.

Achat en boutique

La marque L’Artisan parfumeur est disponible dans les boutiques partenaires de notre annuaire de points de vente de parfums de niche listées ci-dessous :

Santa Rosa

Toulouse (31)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

pierrelune

par , le 2 mai 2017 à 10:33

Moi aussi j’aime bien ce Séville à l’aube...Mais quel dommage de devoir m’en asperger de 8 à 10 pschitts pour avoir l’espoir que ce parfum puisse tenir qqs heures...(D’ailleurs pour vous y a t ’il des parfums à me conseiller chez l’AP ,qui aient de la tenue voire du sillage.Merci)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 2 mai 2017 à 11:03

Une alternative, dans le même esprit, Fleur d’Oranger et Fleur d’Oranger Intense chez Fragonard. Bonne chance.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jane B. Root

par , le 29 avril 2017 à 10:08

Je viens de tomber dedans comme on tombe en amour.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er mai 2017 à 10:54

Comme je vous comprends ;) Ce Séville à l’Aube est né des réminiscences d’une nuit d’amour et inconsciemment, on a envie de s’en asperger quand on est habité par ce sentiment... c’est ce que j’ai fait pour aller rejoindre mon mari chéri il y a qqs jours dans le cadre d’une parenthèse enchantée ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

ChrisB

par , le 31 décembre 2016 à 12:08

Nouveau coup de coeur. En fleur d’oranger, je ne portais que "Fleur du Mâle" de JPG (que je trouve magnifique). Ce "Séville à l’Aube" est plus subtile, moins opulent. Le jasmin, que j’aime beaucoup chez le premier cité, est moins présent, mais contrebalancé par une bergamote et un piquant du plus belle effet. Magnifique.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 31 décembre 2016 à 12:58

Ravie de croiser un nouvel amoureux de ce bien beau jus en effet, ChrisB... Souvent hélas, les curieux se laissent rebuter par le départ légèrement médicinal de SALA et loupent la rencontre avec une bien belle andalouse.

Pour moi, SALA est une histoire d’amour qui dure, et pas qu’un peu ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

ChrisB

par , le 14 décembre 2016 à 09:55

Vente privée L’Artisan Parfumeur sur Showroomprivé. De nombreux flacons à -50% dont ce Séville à l’Aube. Ma CB n’a pas aimé. Attention, vente se terminant demain matin.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 31 décembre 2016 à 13:03

Grâce à toi, j’ai pu quant à moi faire le plein avec un 100ml de mon parfum d’été délicat que j’adooooooore, que je vénère.... L’Eté en Douce :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Solance

par , le 13 septembre 2015 à 15:31

Il est des coups de coeur qui se muent en grand amour... Je crois bien que c’est ce qui m’arrive avec Séville à l’Aube que je ne porte pourtant pas si souvent que cela, mais dont la beauté me paraît plus grande à chaque parfumage....

De toutes les fleurs d’oranger que j’ai pu approcher, c’est celle qui m’enchante le plus, que je trouve la plus équilibrée, la plus subtile... Plus que celle de Lutens pllus opulente et qui peut écoeurer à la longue, plus que celle de l’Eau Couture d’Elie Saab un peu trop tape à l’oeil ...

Séville à l’Aube conserve sa fraîcheur (grâce à sa lavande ?), sa profondeur (grâce à son encens ?), sa douceur (grâce à sa cire d’abeille ?) sans jamais sombrer dans un fond sucré facile...

Elle n’asphyxie pas aux beaux jours et ensoleille les jours gris, possède une bonne tenue et un sillage discret mais existant.

Un enchantement pour tous les sens, à la mesure de cette nuit d’amour de Denyse Beaulieu vécue avec un bel andalou sous les orangers pendant une semaine pascale et qui a inspiré Duchaufour, son créateur !

I’m in looooove !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 23 août 2015 à 16:54

Séville à l’aube ! Une évolution comme je les aime : riche, raffinée, pleine d’infinies nuances et nous offrant bien plus que l’aube. Personnellement, si les notes de tête peuvent m’évoquer la verdeur citronnée de l’aube, j’y sens, surtout en fin de parcours, celle du soir qui tombe au terme d’une longue journée chaude quand un vent léger nous apporte la divine senteur des orangers en fleurs. ce parfum pourrait tout aussi bien s’appeler, pour reprendre la page de Debussy extraite des Estampes "Soirée dans Grenade". Du vrai travail d’artiste.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Solance

par , le 6 mai 2015 à 10:18

J’ai étrenné ce matin avec ravissement mon flacon de Séville à l’Aube. Ce parfum, moins opulent que le Fleurs d’Oranger de Lutens, sied parfaitement à la belle saison selon moi...

J’ai beau chercher et renifler, il n’y a aucun trace médicamenteuse sur ma peau, tout juste une fraîcheur aromatique très agréable, sans doute la petite touche lavande du parfum...

De l’encens, de la lumière, des fleurs blanches, de la légèreté,de la présence et de la profondeur en même temps...
Mmmmmm, je suis vraiment, vraiment conquise !

Et mes collègues de bureau ont "validé" cette odeur très agréable également à leur nez :)

Bref, une nouvelle ’compagne’ séduisante pour les beaux jours !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Tamango

par , le 23 décembre 2014 à 08:53

J’ai grandi à Séville et c’est tout naturellement que je me suis intéressée à SAL. Le départ m’a séduite, me rappelant l’odeur des rues sevillanes au printemps qui embaument la fleur d’oranger, el azahar. Malheureusement, je ne supporte pas son évolution médicamenteuse - quelle déception - donc j’en ai acheté un flacon uniquement pour, de temps en temps, m’y plonger comme dans mes souvenirs d’enfance.
Bonne journée à toutes et tous !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 26 décembre 2014 à 19:12

Bonsoir Tamango.
Désolé pour ce souci de perception de la facette médicamenteuse de Séville à l’Aube, c’est dommage que cela vous gâche ce si beau parfum.
Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 13 septembre 2015 à 23:27

Cette facette médicamenteuse ressort énormément sur ma peau, mais pas sur mouillette. Aussi, j’apprécie Séville à l’aube pour son histoire attachante, et ses jolies effluves sur touche.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 septembre 2015 à 09:40

Bon, je ne sais pas s’il y a une facette "médicamenteuse" à ce parfum, personne ne m’en a fait la remarque au porté en tous cas, mais pour moi, ce n’est que du bonheur ce parfum qui se démarque des fleurs d’oranger un peu gnangnan et passe-partout du marché ! et puis quand bien même.... what’s the problem ?...?

Comme l’exprimait fort justement Hangsten il y a quelques mois, personne n’irait reprocher à Tubéreuse Criminelle son fort aspect camphré (qui pourrait faire médicinal aussi !) et c’est même grâce à cette facette presque étrange et en tous cas "couillue" que ce parfum est un chef d’oeuvre et qu’il constitue une tubéreuse absolument unique sur le marché !

Pour moi, Séville à l’Aube est à la fleur d’oranger ce que Tubéreuse Criminelle est à la tubéreuse.... des virtuoses de leur genre ! ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

hangten

par , le 22 novembre 2014 à 10:04

Je l’aime beaucoup celui-là ! caractéristique de L’artisan, avec cette petite note que je ne parviens pas à nommer mais que l’on trouve dans tous ceux que je connais de cette marque.
Pharmaceutique c’est certain, locabiothal peut-être (et j’en ai inspiré, gamin...), mais pour moi rien de dérangeant, au contraire... J’allais dire qui reprocherait à Tubéreuse Criminelle, merveille parmi les merveilles son aspect médicamenteux ?
Si on n’est pas la-dedans, il y a plein de sucrailleries et autres bidules citronnés frais qui nous tendent les bras...
Bon, respect tout de même pour ceux qui détestent, dans les réminiscences traumatiques d’une douloureuse angine...
Bref, quatre étoiles !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 novembre 2014 à 21:51

Bonsoir encore Hangten.

Merci pour ce message.
Je suis d’accord en tous points. ;-)

Bonne soirée.
Opium

Ps : J’ai utilisé le Locabiotal, son goût entre sucre "orangé" et amertume assez mal masquée (Ou était-ce moi qui avait si mal à la gorge ? ^^), et, même si je perçois cette facette dans Séville à l’Aube, cela ne me gâche en aucun cas son utilisation. ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 21 novembre 2014 à 20:06

Bonjour à tous,

Vous croyez que c’est possible de demander à une pharmacienne de sentir le fameux Locabiotal ?!
Non parce que j’ai fait la récente acquisition de ce Séville A l’Aube, j’aimerais bien savoir si je sens une odeur qui pourrait rappeler de mauvais souvenirs aux personnes que je croise dans la vie... ;-)
Ayant eu un véritable chamboulement en sentant SALA, sentiment persistant puisque je le porte très souvent depuis 2 mois et il me procure toujours autant d’émotions, je me décide d’aller voir ce qu’en pensent les éclairées parfumistas et là stupeur dans ma chaumière : il fait penser à un médicament traumatisant !!! (que je n’ai jamais connu pour mon malheur ou bonheur c’est selon).

D’autres en ont parlé tellement mieux que moi, que je ne vais pas me lancer dans une description olfactive, je n’ai pas ce talent, je vous épargne cela.
Néanmoins, je comprends bien, SALA a par certains côtés des effluves aromatiques de plantes, est-ce cela qui rappelle le Locabiotal ?

Je voulais aussi ajouter que sur ma peau SALA est très sucré, très rapidement après la vaporisation (fleur d’oranger, vanille, et autre chose que je n’arrive pas à décrire). L’aspect vert piquant est persistant mais uniquement sur mes vêtements, c’est un des rares parfums que j’ai (ok j’en ai pas des tonnes) qui est aussi différent sur ma peau. Ce qui est en soit assez sympa : je fais une savante combinaison peau/vêtement/cheveux afin de conserver cette note aromatique piquante que j’affectionne tout particulièrement, et la douceur sur ma peau pour ceux qui me font la bise par exemple.

C’est toujours un plaisir de vous lire tous autant que vous êtes, que ce soit les rédacteurs ou les commentaires très intéressants. Je viens rarement ici mais c’est toujours agréable, ce site est une bible en matière de parfumerie.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 23 novembre 2014 à 21:50

Bonsoir VaLy. Bon retour sur AuParfum.

La note détectée dans le Locabiotal est une note participant à l’accord de fleur d’oranger même qui a été utilisée pour faire passer le spray collutoire chez celles et ceux qui l’utilisaient.
Jeanne en parle très bien ci-dessous. ;-)

Je ne suis pas certain de la nécessité de partir à la recherche de cette note dérangeante. Vous ne la sentez pas, si vous la trouvez, vous courez le risque d’être dégoûtée du parfum qui vous plaît. Et, si des gens détectent cette note, eh bien, tant pis, ils n’en mourront pas. Quand on aime les parfums, on sent des choses laides à longueur de journée et pourtant, nous sommes toujours là... ;-)

Profitez bien de Séville à l’Aube, il est superbe.
Merci beaucoup pour vos gentils mots à notre égard. C’est vraiment adorable. ;-)
Encore bienvenue, à bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nez inexpert

Nez inexpert

a porté Séville à l’aube le 11 mai 2019

Adjoint au politicien Jean-Paul Martoni dans les années 90. Quelques années à l’ombre suite à un malentendu. Président du Comité pour rebaptiser toutes les rues. Membre fondateur de la Société de (...)
Sa note :
rose de nuit

rose de nuit

a porté Séville à l’aube le 10 mars 2017

Sa note :

isamalise

a porté Séville à l’aube le 22 novembre 2016

Clara Muller

Clara Muller

a porté Séville à l’aube le 31 juillet 2016

Titulaire de plusieurs diplômes en littérature, histoire de l’art et commissariat d’exposition, spécialisée en art moderne et contemporain, critique indépendante et rédactrice pour la revue olfactive (...)

Styrax

a porté Séville à l’aube le 29 avril 2016

Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 2 avril 2016

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 2 avril 2016

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 26 février 2016

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :

Cédric

a porté Séville à l’aube le 1er décembre 2015

Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 10 octobre 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 13 septembre 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 11 septembre 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté Séville à l’aube le 23 août 2015

Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 8 août 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 7 août 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :

miroulette

a porté Séville à l’aube le 24 juin 2015

Biologiste de formation, les odeurs et les phéromones m’ont toujours passionnés. j’habite Bruxelles et mon adresse mail est la suivante : muriel.piazza@digi-work.com
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 12 juin 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :
hangten

hangten

a porté Séville à l’aube le 25 mai 2015

Amateur de sports, de livres, de parfums... Et de beaucoup d’autres choses. Je ne maîtrise ni le langage, ni le savoir lié aux fragrances, mais cet univers me parle. Alors, tant bien que mal, je (...)
Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 12 mai 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 11 mai 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 8 mai 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :

Floralies

a porté Séville à l’aube le 7 mai 2015

Sa note :
Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 6 mai 2015

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :
Jeanne Doré

Jeanne Doré

a porté Séville à l’aube le 15 avril 2015

J’ai co-fondé auparfum.com en 2007, et j’en suis aujourd’hui rédactrice en chef à temps partiel, et rédactrice... un peu de temps en temps !

liliris

a porté Séville à l’aube le 4 février 2015

Sa note :
Jicky

Jicky

a porté Séville à l’aube le 3 janvier 2015

Avait-elle des raisons de penser que vous viviez mal votre dualité ? Voyez-vous... si je vous dis oui alors vous allez tout de suite penser à un dédoublement. A Mr Hyde et au Dr Jekyll. Du coup je (...)
gérard

gérard

a porté Séville à l’aube le 2 janvier 2015

Babouboba

Babouboba

a porté Séville à l’aube le 10 décembre 2014

Jicky

Jicky

a porté Séville à l’aube le 9 décembre 2014

Avait-elle des raisons de penser que vous viviez mal votre dualité ? Voyez-vous... si je vous dis oui alors vous allez tout de suite penser à un dédoublement. A Mr Hyde et au Dr Jekyll. Du coup je (...)
hangten

hangten

a porté Séville à l’aube le 22 novembre 2014

Amateur de sports, de livres, de parfums... Et de beaucoup d’autres choses. Je ne maîtrise ni le langage, ni le savoir lié aux fragrances, mais cet univers me parle. Alors, tant bien que mal, je (...)
Sa note :

VaLy

a porté Séville à l’aube le 21 novembre 2014

Sa note :
Babouboba

Babouboba

a porté Séville à l’aube le 28 septembre 2014

Solance

Solance

a porté Séville à l’aube le 21 septembre 2014

A la recherche d’un remplacant pour mon disparu et regretté Fragile de JP Gaultier fin 2013, ma quete m’a fait tomber dans le chaudron magique du monde de la parfumerie... et j’ai découvert avec (...)
Sa note :

athéna

a porté Séville à l’aube le 20 août 2014

ancien membre

a porté Séville à l’aube le 11 août 2014

Patrice

Patrice

a porté Séville à l’aube le 24 juillet 2014

Le nez aux aguets, toujours ! Passionné d’odeurs et de botanique. En grandissant à la campagne, j’ai développé depuis tout jeune une certaine sensibilité aux odeurs évoquant la nature et les fleurs. (...)
Sa note :
Babouboba

Babouboba

a porté Séville à l’aube le 9 juillet 2014

Patrice

Patrice

a porté Séville à l’aube le 3 juillet 2014

Le nez aux aguets, toujours ! Passionné d’odeurs et de botanique. En grandissant à la campagne, j’ai développé depuis tout jeune une certaine sensibilité aux odeurs évoquant la nature et les fleurs. (...)
Sa note :
Opium

Opium

a porté Séville à l’aube le 3 juillet 2014

Rédacteur sur auparfum depuis 2011, je suis connu pour mes interventions rapides, brèves, succintes et synthétiques... Il paraît que je pourrais vous en raconter davantage, mais, non. Pour une fois, (...)
Sa note :

à la une

Folie bleue

Folie bleue - Godet

Une réédition qui semble avoir ramené de 1925 tout son charme bucolique et poétique.

en ce moment

il y a 22 heures

Bonjour à tous, Vous pouvez retrouver Mathilde Laurent dans cette interview(…)

sigisbée a commenté Loulou

il y a 2 jours

Bonjour Chloé, C’est avec bonheur que je lis votre poste. En France, nous avons la chance(…)

Jicky a commenté Folie bleue

il y a 4 jours

Bonjour Absinthe, j’imagine que vous le connaissez déjà et que vous avez déjà une opinion à son(…)

Dernières critiques

Philosykos - Diptyque

Abstraction figurative

Cardinal - Heeley

Encens dansant

La Peau nue - Celine

Tendre épiderme

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Divine Toulouse

Divine Toulouse

Toulouse (31)

Fragrances & cie

Fragrances & cie

Lagny-sur-Marne (77)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019