Auparfum

Souvenir d’Esxence : Uèr Mì, l’étoffe des parfums

par , le 13 avril 2015

Faisant suite aux croustillants rapports de notre envoyé spécial Dominique, quasiment rédigés et publiés en "direct live" du salon Esxence à Milan, je vous propose à présent de découvrir quelques marques de manière un peu plus ...olfactive.
Je ne pourrai malheureusement pas être exhaustive, et n’ayant pas eu la chance de tout sentir, je vous livrerai au fil des semaines mes impressions sur quelques échantillons que Dominique a ramenés dans sa valise...

Aujourd’hui, une nouvelle marque "Made in Italy", plus précisemment à Aoste : Uèr Mì ("italianisme" de "Wear Me") qui a judicieusement établi comme constat que les parfums et les tissus partageaient un privilège commun : celui d’habiller notre peau.

C’était donc une évidence pour Palmiro Peaquin, le fondateur, que les tissus pouvaient être retranscrits en parfums, et c’est à trois parfumeurs français de la société Takasago qu’il en a confié la tâche, en leur demandant d’interpréter leur propre vision olflactive évoquée par le toucher des tissus.

Et voilà le résultat, sous forme d’une collection de 7 parfums, tel un vestiaire de parfums, une gade-robe d’odeurs, ou un échantillonneur de couturier, aux nuances et aux sensations tactiles et subtiles :

AB±Cashmere, Jean Jacques
Comment ne pas "voir" le cashmere comme une odeur chaude ? Une évidence qui met ici en scène un santal ambré et cuiré enveloppé des notes abricotées d’osmanthus, sur fond d’encens et de patchouli. Une petite laine veloutée et confiturée.

WE±Tweed, Jean Jacques
Le Tweed s’est vu attribué comme partenaire olfactif un accord ambroxan-benjoin égayé de quelques grains de poivre, à la fois masculin, austère et linéaire comme une grande planche de bois brut. Une impression contrastée de douceur vanillée molletonnée, et de rigueur boisée guindée, sobre et convenu.

NO±Suède, Antoine Lie
Un accord cuiré et épicé, avec des notes de prune et de safran, une impression de fumée, presque de brûlé, un peu comme un café torréfié, et des nuances animalisées en fond. Sans réelle surprise, mais équilibré.

VE±Velvet, Jean Jacques
Un "velvetiver" épicé et citronné, sec et amer, qui évoque un peu trop à mon goût le profil d’un Terre d’Hermès pour mériter plus d’éloges. Elégant et bien construit, oui. Distinctif et novateur, non.

UR±Silk, Jean Jacques
Une soie vintage au sillage vert, printanier et classique, comme une blouse à fleurs des années 70. Une figue discrète et lactée s’associe à un néroli et un lilas poudré, dans une évocation de jardin bucolique et hors du temps. Mon petit favori.

OH±Denim, Philippe Bousseton
La paire de jeans bleus se la joue sexy et enfile un parfum de fleurs blanches, où une tubéreuse crémeuse croise une fleur d’oranger verte et un ylang médicinal, avec un envol de "wintergreen", et un fond vanillé lacté qui s’assagit. Un jean narcotique, un peu hippie, qui se porte moulant, retroussé, les pieds nus sur la plage.

XX±Latex, Antoine Lie
Qui d’autre qu’Antoine Lie, connu pour ses expériences olfactives chez Etat Libre d’Orange ou Comme des Garçons, pouvait interpréter l’odeur du vinyl en parfum ?
Une retranscription abstraite, mais évocatrice, entre notes aqueuses, aldéhydées, rosées, à la fois dans une propreté stridente et aseptisée, et une dimension un peu sale et étrange de plastique chaud, due à l’indole, et ses facettes de jasmin flétri.

115€/120€ les 75 ml
La marque n’est pas distribuée en France, mais un set de découverte est disponible sur le site de la marque.

à lire également

Esxence, parfum de fin
dossier

Esxence, parfum de fin

Milano, ultima fermata

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Beer luc

par , le 13 avril 2015 à 16:19

J’ai un peu de mal avec les parfums Italiens,j’en ai quelques-uns de chez {{}}Etro ,celui de {{}}Tiziana Terenzi ;Lillipur,qui sent très bon mais une tenue légère surtout qu’il est vendu comme Extrait de Parfum,là je suis désolé mais appelons un chat : un chat,et pour finir {{}}XerJoff avec Birdie,qui n’est pas une révolution en soi.
Je reste donc accroché aux productions Françaises,Suisses ({{}}Andy Tauer ) et allemandes ( {{}}J. F. Schwarzlose : Trance,une maison Berlinoise de qualité aux fragrances peut-être un peu linéaires mais à la tenue éfficace.
Quelques-uns des Emirats pour le Oud complètent cette qualité.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Wanted girl

Wanted girl - Azzaro

Une fleur d’oranger sucrée caramélisée arrosée de muscs propres, à la créativité proche d'un pétard mouillé.

en ce moment

hier

Oui, La Cologne Mugler en vaporisateur

il y a 2 jours

« #memeespoirdecu » A ne pas lire trop vite.

il y a 3 jours

Quoique je préfère de loin les fesses des Kardashians que celles des mannequins anorexiques(…)

Dernières critiques

Jasmin de pays - Perris Monte Carlo

Ceci n’est pas une fleur

Nouveau genre - Yves Rocher

Blague à patchouli

Nuit de sable - BDK parfums

Bastani sonatine

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Divine Lyon

Divine Lyon

Lyon (69)

Le boudoir de Jeanne

Le boudoir de Jeanne

Liège (04)

Le Nez Insurgé

Le Nez Insurgé

Bordeaux (33)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019