Auparfum

L’Interdit

zapakh

par zapakh, le 19 septembre 2018

Bonjour Adina,
Oui, c’est étrange cette manie de dénaturer un parfum historique en n’en gardant que le nom (et parfois le flacon, etc.). Je n’y vois qu’une stratégie : conquérir une clientèle jeune, les "Millenials" qui a priori n’a pas connu "L’Original". (Miss Dior, Eau de Givenchy, etc.). Cette génération est au cœur des argumentaires de vente car elle représentera d’ici quelques années un pourcentage assez substantiel de la clientèle luxe. Exit donc les quadras, quinquas et autres baby boomers qui ont eu la chance, le privilège de connaître ces nectars d’anthologie. C’est se mettre à dos de nombreux clients fidèles à L’Interdit d’avant. C’est aussi sous-estimer la part de Millenials qui dans le lot a reçu une éducation olfactive et connaît bel et bien la version originale du parfum. Dommage. Et étrange, donc.
Personnellement, je n’en suis pas affectée outre mesure car je n’ai pas le souvenir d’avoir senti L’Interdit d’origine, donc je n’ai pas ce sentiment d’usurpation. Mais je vous comprends et je suis d’accord, la démarche est étrange.
En revanche, je ne trouve pas du tout que Rooney Mara ressemble à Audrey Hepburn. Je trouve la première sombre, rock, très cinéma allemand des années 1920 (!) là où la muse de Monsieur de Givenchy m’évoque plutôt l’impertinence, l’audace et la joie pétillante. Enfin, ce sont les images qu’elles me renvoient.
Quant au parallèle avec Poison et Angel enfin, je faisais plus allusion à la puissance de la fragrance, à son omniprésence dans les transports, et à sa dimension "clivante". Personnellement, Angel ne m’a jamais gênée, tout est dans l’art de le porter. J’ai même eu d’agréables surprises avec le Lancôme tant décrié.
A suivre !
Belle fin de journée.

Votre réponse

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

à la une

Pionniers de la parfumerie de niche : Comme des garçons

Pionniers de la parfumerie de niche : Comme des garçons

En 1994, la maison de mode fondée par la styliste japonaise Rei Kawabuko lançait son premier parfum sous la direction artistique de Christian Astuguevieille. Le début d’une longue série de créations avant-gardistes, souvent été qualifiées d’« anti-parfums ».

en ce moment

il y a 3 heures

Elisabethan Rose de Penhaligon’s ancienne version, celle de 1984. Pour moi la plus belle rose de(…)

il y a 9 heures

Bois précieux de Molinard (1995). Un boisé chaleureux développant sans excès sur un magnifique(…)

il y a 15 heures

Quel casse tête ça doit être par moment de faire un parfum ! On est loin des quelques notes qui(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019