Auparfum

Starck Paris explore la lumière et la nuit

par - , le 2 octobre 2018

Deux ans après Peau de pierre, Peau de soie et Peau d’ailleurs, la marque de parfums du designer Philippe Starck s’enrichit de deux nouvelles références, Peau de nuit infinie et Peau de lumière magique.

À contre-courant de la plupart des lancements de marques de niche, ces deux nouveautés, définies comme l’« expression de l’univers plus intime du créateur », sont genrées.

Pour les messieurs, Peau de nuit infinie a été conçu avec Delphine Lebeau (à qui on doit notamment des créations pour Sabé Masson et les Parfums de Rosine), qui travaille ici pour la première fois avec Philippe Starck.
« Du noir dense à l’obscurité crépusculaire », ce parfum « vous emmène dans un ailleurs dont vous n’avez aucune idée », selon les mots du designer.
Ce voyage vers une destination inconnue marie un accord minéral, la bergamote et du citron à l’ambre gris, des « bois fossilisés », comme « un hommage à une beauté statufiée pour l’éternité » et une touche de cuir, « à la fois animale et veloutée, d’une douceur dense, sombre, et sensuelle ».

Avec Peau de lumière magique, pour vous mesdames, Philippe Starck a retrouvé Daphné Bugey (A Scent pour Issey Miyake, Kenzo Amour, Aura pour Thierry Mugler), qui avait déjà créé Peau de pierre.
Cette « vision furtive du bonheur, d’un ailleurs lumineux et merveilleux » est traduite par un accord floral frais entre agrume, notes poivrées, jasmin d’Inde et fleurs de gingembre, tel un « flash instantané comme la fulgurance d’un rayon de lumière zénithal » et un « halo doré tracé d’un trait de patchouli révélant l’éclat d’une nature boisée et mystérieuse. »

Les flacons reprennent le design sobre de leurs aînés, animé d’une touche métallisée argentée ou dorée. La communication s’habille d’un visage masculin ou féminin photographié par Dominique Issermann.

Peau de nuit infinie et Peau de lumière magique, eaux de parfum, 65 euros/40ml, 99 euros/90ml

Premières impressions

Le designer s’était démarqué avec une première trilogie plutôt inspirée et bien maitrisée.
Avec ces deux nouvelles « Peaux » toutes d’or et d’argent vêtues, Starck semble prendre un virage en direction d’une parfumerie plus calibrée et genrée : du solide bois aromatique et cuiré pour Peau de nuit infinie, avec une légère réminiscence de Lolita pour homme (ancienne version).
Peau de lumière magique revisite le patchouli avec une bonne dose de fruits, (effet pomme verte, fraise des bois et agrumes juteux en top) pour un mix « patchoufruit » qui peut évoquer de loin Black XS de Paco Rabanne.
Pas horribles, mais pas non plus à la hauteur de leurs aînés. La marque semble vouloir minimiser les risques en évitant des créations trop osées, ou du moins, en complétant celles-ci avec des propositions plus formatées.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

à la une

Éclats d'amandes

Éclats d’amandes - Comptoir Sud Pacifique

Vanina Muracciole signe une fine gourmandise aux éclats délicieux, sans excès de sucre.

en ce moment

Absinthe a commenté Folie bleue

il y a 6 heures

Bonjour Jicky, hélas non je ne le connais pas. Mais une critique bien tournée +les mots qui(…)

PwZz a commenté Eau de citron noir

hier

C’est effectivement une critique au vitriol pour un parfum dont les avis sont dithyrambiques sur(…)

Farnesiano a commenté Vétiver

hier

Bonjour Guillimot. " Pour les femmes qui ont le sens de l’élégance et du raffinement ", Jean-Paul(…)

Dernières critiques

Folie bleue - Godet

Violette fauve

Philosykos - Diptyque

Abstraction figurative

Cardinal - Heeley

Encens dansant

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Theodora - Genève

Theodora - Genève

Genève (01)

Jovoy Paris

Jovoy Paris

Paris (75)

Jovoy - Le Mans

Jovoy - Le Mans

Le Mans (72)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019