Auparfum

Twilly d’Hermès, fille de soie

par - , le 18 août 2017

Mise à jour du 7 septembre 2017 : Cliquez ici pour lire la critique de Twilly.

Après l’Eau de Rhubarbe Ecarlate et Galop, Christine Nagel dévoile sa troisième création au sein de la maison, qui incarne une nouvelle facette de la féminité Hermès.

Twilly réunit, dans son flacon rose compact, les univers du parfum et de la couture. Le Twilly est une longue pièce de soie à décliner selon les envies : comme un parfum, les filles le portent autour du cou, dans les cheveux ou au poignet.

Présentée comme une véritable ode aux jeunes filles d’aujourd’hui, la création de Christine Nagel veut retranscrire leur « impertinence joyeuse », leur fantaisie et surtout, leur liberté.

Elle signe ici un détournement de trois matières classiques de la parfumerie : un gingembre frais et piquant, une tubéreuse « mystérieuse et solaire » ainsi qu’un santal lacté renvoyant à la tendresse de l’âge.
« Sensualité implicite, érotisme spectral et douceur inaltérable » décrivent le résultat de cette association pour mieux seoir à ces filles qui jouent contre le vent.

Twilly, eau de parfum, 59 euros/30ml, 88 euros/50ml, 122 euros/85ml
Disponible à partir du 28 août 2017

Premières impressions

Hermès qui se lance à la rencontre des jeunes filles avec compagnie de Christine Nagel : tout était possible (et risqué). La maison et le parfumeur ont finalement opté pour un numéro d’équilibriste périlleux et osé compte tenu du marché, mais plutôt réussi. Une tubéreuse hespéridée et épicée, jamais sucrée, mais volontiers lactée et solaire, qui pulse au rythme d’un gingembre multi-facettes, sur fond de santal crémeux et amandé. Audacieux, alléchant, signé et pas consensuel, voilà qui devrait titiller les narines des jeunes filles anesthésiées par les excès de sucre !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Delph

par , le 3 septembre 2017 à 04:40

J’ai le plaisir d’animer le lancement de Twilly d’Hermès dans les boutiques Nocibé à la Réunion, et le bilan est plutôt mitigé : j’ai pu constater que certaines le trouvent "trop fort", certainement parce que le départ épicé du gingembre a énormément de mal à se "reposer" sur le carton d’essai, alors qu’il laisse un fini très confortable, doux et lacté sur la peau, en plus d’avoir une tenue exceptionnelle. Il est sorti chez nous hier en même temps que Gabrielle de Chanel et son manque de succès est sûrement dû au contexte des soldes, qui attirent énormément de monde, ce qui a pour conséquence directe de se retrouver dans un magasin saturé de La Vie est Belle, Kenzo World et Lady Million copieusement vaporisés, pas facile d’apprécier la subtilité de Twilly dans cette atmosphère à la limite de l’écoeurement. Deuxième chose, il reste assez cher et la clientèle réunionnaise préfère généralement se tourner vers des parfums tout-terrain et accessibles : or on a ici le format découverte à près de 60 euros, pour le même prix on peut s’offrir 50 mL de jus de bonbon estampillé Marc Jacobs, Jimmy Choo ou Lacoste grâce aux réducs proposées par le magasin. Enfin, s’il est aussi singulier qu’adorable sur peau, la plupart des clientes sont déjà ultra-parfumées (je parle de l’incontournable et presque instinctif parfumage maison avant la virée citadine, suivi des essais en boutique, soit trois ou quatre couches de parfums différents), ce qui complique les choses lorsqu’on souhaite faire découvrir un parfum de cette qualité, tout mélange foireux étant proscrit si l’on veut éviter les migraines. J’espère avoir des retours plus positifs la semaine prochaine ;

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 septembre 2017 à 08:28

hier je suis allée à la découverte des nouvelles sorties parfum de cette rentrée dans un grand magasin de la ville. Le vendeur que je connais depuis longtemps m’a simplement dit que Twilly n’intéressait personne.
La clientèle s’est ruée sur le nouveau Burberry (en rupture de stock dans le magasin) et le nouveau Prada version intense de La Femme Prada. Les deux bestsellers de la rentrée dans ce magasin.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 septembre 2017 à 11:30

La Femme Prada  ? Tiens ? Il ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable, alors que j’apprécie souvent les sorties de cette maison.
Pour en revenir à Twilly, je le trouve charmant, je sens pour ma part beaucoup plus la fleur d’oranger que la tubéreuse. Il est mignon tout plein, avec du caractère néanmoins, on sent bien le gingembre, et le boisé lacté du fond donne discrètement gourmand au parfum, sans qu’il soit sucré.
J’ai trouvé en tout cas qu’il avait nettement plus de caractère que Gabrielle...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 septembre 2017 à 13:09

J’aime beaucoup Gabrielle, dommage que sa tenue soit absolument nulle sur moi (j’ai eu quelques échantillons par ci par là). Il est officiellement destiné aux jeunes filles, mais c’est une madame d’une cinquantaine d’années qui a craqué la première, comme quoi :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 2 septembre 2017 à 09:29

Rholàlà, gros coup de cœur que cette nouveauté !
Je n’avais pas encore dégoté un hermès qui me correspondrait, j’ai testé Kelly Calèche hier en y trouvant une note un peu désuète, bien que les notes principales me plaisent mais sans plus, et me suis dit qu’Hermès n’était vraiment pas pour moi. Toute la journée, la touche parfumée de Twilly a embaumé la pièce, me ravissant à chaque passage, la note de tubéreuse prenant cependant le pas sur la composition, ce qui me faisait douter. Ce jour je dépose un pschitt sur le poignet et après une demi-heure, l’ensemble prend toute son ampleur, avec un sillage chic bien présent mais pas prise de tête, une rondeur, une douceur et du caractère. Twilly distille une bonne humeur, un pétillant épicé de son gingembre, une sensualité et une certaine finesse. S’il n’évolue plus tellement ensuite, ce n’est pas un mal car il est tellement savoureux qu’on ne s’ennuie pas.
Vraiment une excellente découverte, une grande surprise, j’espère égoïstement qu’il ne sera pas trop porté pour ne pas perdre son âme (et mon plaisir de le sentir) et que je pourrai ainsi en faire un de mes parfums signature.
J’ai trente ans, je le trouve suffisamment mâture et élégant pour le porter, tout en gardant une belle modernité, une belle jeunesse dans l’état d’esprit, une fraicheur et du caractère, mais tout en douceur. Vraiment un beau lancement !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par , le 1er septembre 2017 à 20:47

La première fois que j’ai testé Twilly, j’ai été étonné !
On veut rajeunir la marque mais ce parfum est-il jeune pour la cible ?

Un peu de mal à le comprendre. Une note me revenait au nez, un coté astringent associé à un coté amande amère.
Cet aspect me faisait penser à Hypnotic Poison dans l’esprit en fait.
Je trouvais que ça ne faisait pas Hermès du tout...
Mais je restais sur une idée de déjà senti quelque part, mais où...

Ce n’est que le lendemain que j’ai compris le truc en le testant à nouveau.
En fait, il est pour moi le juste milieu entre Santal Massoïa et l’Eau de Narcisse Bleu.
Le coté gingembre me fait penser à l’Eau de Narcisse Bleu, et le santal est traité de même manière que dans Santal Massoïa, en moins lacté peut-être.
La tubéreuse arrondit le gingembre et la facette amandée du santal.

D’après une vendeuse Hermès, plusieurs personnes lui ont dit qu’il faisait "savonneux". Le gingembre sans doute.

Il me fait aussi penser à Epice Marine par sa douceur. Le nez de Jean-Claude Ellena n’était peut être pas si loin pour donner ses bons conseils.

N’ayez donc pas peur d’y revenir vers ce parfum.
Je lui ai déjà fait une grosse pub autour de moi.
Enfin un parfum qui change des sentiers battus de la parfumerie pour jeunettes. Beaucoup moins "bonbon" et plus intelligent que ses concurrents.
Au passage, il pourrait également très bien convenir à la gent masculine.

Le flacon, je le trouve sublime avec son petit twilly coloré. Il a un impact magnifique !
La bonde d’équitation est devenue un peu plus chapeau melon. Le parfum ira donc fort bien avec des bottes de cuir Hermès ;-)

Pour moi, c’est La belle surprise de la rentrée et totalement dans l’Esprit de la Maison Hermès !

Félicitations Christine Nagel !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 septembre 2017 à 15:56

Tout à fait d’accord avec vous Doblis sur la référence à l’esprit Hypnotic poison dans l’amertume ! Même si ces deux parfums sont très différents, on retrouve ce côté crissant et séduisant à la fois.
Twilly me charme vraiment, par son côté épicé et acidulé et surtout par son parti-pris : c’est nouveau et (mais, devrais-je écrire...) pas sucré, pas senti. Gingembre et tubéreuse s’imposent clairement, avec un sillage doux cependant.
Quant à la cible jeune, j’ai des doutes... J’espère qu’il marchera suffisamment pour rester sur le catalogue d’Hermès ; je l’aime beaucoup même si je ne crois plus être dans la catégorie concernée au vu de la campagne publicitaire !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 septembre 2017 à 18:35

Je ne voyais pas le côté Hypnotic, et puis je l’ai senti à nouveau, et ... effectivement. (Tout en étant un parfum d’un style très différent, Twilly n’est en aucun cas un gourmand voluptueux comme Hypnotic. Pour ce qui est de le porter quand on a plus de 25 ans... franchement, je ne vois pas le problème, il passerait très bien aussi sur une femme mûre. Comme j’aime l’opulence, je n’achèterai pas ce parfum, mais je serai ravie de le sentir autour de moi.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er septembre 2017 à 12:12

Senti sur mouillette
Très joli parfum qui fait tout de suite penser à 24 Faubourg.
On imagine immédiatement le carré de soie imprégné. Parfum élégant, comme une évidence. Je ne sais pas si les jeunes filles seront intéressées par ce parfum. Mais les femmes qui ont aimé 24,Faubourg seront contente de retrouver une version plus moderne. Une réussite !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 31 août 2017 à 20:40

Première découverte du jour : Twilly. C’est jeune, dynamique, vibrant, frais, joyeux, cela ondoie et miroite gaîment. Tout pour plaire ! Je suis conquis mais ne le porterai jamais : trop " teen " pour moi. On ne pense pas vraiment Maison Hermès mais pourquoi pas ? Pas très fan du flacon même si mignon.
Deuxième découverte : Gabrielle...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jasminora

par , le 31 août 2017 à 19:51

Senti aujourd’hui et j’ai vraiment beaucoup aimé impression de soie et d’être envahie par un cocon de douceur. Nous sommes loin des jus sucrés sans âme celui ci sort du lot commun. Une belle tubéreuse je la sens un peu musquée aussi par moment. Elle virevolte sur le poignet très jolie création

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Allegretto 7.2

Allegretto 7.2 - Berceuse Parfum

Le dernière création du parfumeur Antonio Gardoni pour la nouvelle maison Berceuse Parfum se rapproche-t-elle plus de la symphonie évoquée par son nom, ou d'une curieuse petite musique de nuit ?

en ce moment

il y a 10 heures

▲ ✰✰✰ Les pubards n’ont pas besoin de le faire exprès pour nous divertir.

il y a 18 heures

Question de disséquer sa vie ils y vont pas de main morte ! Ça frôle l’absurdité et ça devient(…)

il y a 18 heures

Bonjour Nouveau flacon commandé de Guimauve.... je peux comprendre qu’on ne sente plus la(…)

Dernières critiques

Splendiris - Dusita

Lueur poudrée

Fleur d’oranger & Lilas délicieux - 100Bon

Comme une fleur d’oranger bleu clair et crue

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Fragrances & cie

Fragrances & cie

Lagny-sur-Marne (77)

Jovoy - Le Mans

Jovoy - Le Mans

Le Mans (72)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019