Auparfum

Un parfum profond, qui donne des clefs plutôt que des réponses

Vous cherchez désespérément votre parfum idéal, pour vous ou pour un être cher ? Vous ne vous retrouvez pas dans les conseils donnés en magasins ou les articles dans la presse ?

Pour qui : Pour moi
Âge : 59
Sexe : Une femme
Budget : Peu importe
Circuit : Peu importe

par , le 14 décembre 2014

Je vis depuis quelques années à Bordeaux. Je suis amoureuse de cette ville pour des quantités de raisons, mais plus particulièrement parce que le ciel y est très présent, et que le fleuve avec ses marées y rythme la vie. A vrai dire, je passe pas mal de temps à contempler l’un ou l’autre, heureuse d’en avoir la possibilité, après des années à courir partout. J’aime les couleurs de la région : ses bleus pâles, ses verts (les pins omniprésents), ses ocres. J’aime les odeurs (l’océan si proche, la vase du fleuve, la terre sous la pluie). J’aime l’ambiance douce, qui laisse à chacun la possibilité d’exister, de s’exprimer, de penser, de rêvasser, d’approcher les autres. Qui autorise la profondeur.

Ne pas croire cependant que je suis, ou que je ne suis que, une contemplative.

Passionnée de musique, de théâtre, de cinéma, je sors beaucoup ; je porte des vêtements aux couleurs vives, j’ai des goûts affirmés, et j’adore discuter et argumenter. J’ai peu changé de parfum au cours de ma vie. J’aime porter un parfum qu’on remarque sans qu’il soit envahissant, et auquel les autres puissent m’associer. Après quelques tentatives peu convaincantes, je me suis longtemps attachée à l’Eau de Patou, que je trouvais à la fois frais, original, persistant. Puis mon compagnon m’a offert Jungle de Kenzo et j’y suis restée fidèle... jusqu’à aujourd’hui. J’en apprécie la complexité et le mystère. De temps à autre j’ai envie de changer, ou du moins d’avoir un parfum d’été et un parfum d’hiver par exemple... Mais lorsque je vais dans les boutiques à la recherche d’une odeur évidente, je ne rencontre que des parfums que je trouve "pas mal", mais qui ne m’évoquent rien.

J’aime cuisiner, et je pourrais apprécier de retrouver dans un parfum une évocation des épices que j’utilise : la cannelle, la muscade, le cumin...

Le parfum que je cherche ne sera pas d’un abord aisé, il ne se livrera pas de suite, il se développera en faisant accéder successivement à des émotions différentes, comme un très bon vin. Il posera des questions plutôt que de donner des clefs, comme un très bon roman. Il fera accéder à des sensations inattendues, comme une très bonne musique.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 19 décembre 2014 à 21:04

Bonjour à tous ! je viens de m’inscrire ici, mais je ne suis pas une petite nouvelle, car je vous lis depuis tellement longtemps avec toujours autant de plaisir. J’ai cherché par quel commentaire faire mon entrée, et celui-ci m’a paru tout à fait adapté... car en fait, cette quête du Graal, cette recherche DU parfum, le SEUL, l’UNIQUE, qui répondrait à toutes nos attentes, ce parfum n’existe probablement pas. Et c’est donc une quête qui en effet amène plus questions que de réponses... Mais peut être le bonheur de la quête est il là ?
Lassée d’arpenter toute seule les grandes enseignes de parfumerie, où je ne trouve pas de quoi ravir un nez de plus en plus exigeant et assoiffé d’exception, et ou les vendeuses blasées n’ont pas dépassé le stade de Shalimar et de la Petite Robe Noire (vous l’avez compris, deux parfums que je déteste), je me suis décidée à aller vers les passionnés, vers vous... et j’ai enfin découvert un autre monde parfumé ! Plein de poésie, de passion, d’expertise...et de parfums de niche.
Jusqu’ici, je n’avais trouvé un bonheur relatif que dans : L’eau d’Issey, Emporio Armani pour elle, Soir de Lune de sisley, MMM de Riz sensuel de Kenzoki, Amande persanne de Gallet...
J’aspire à bien plus... J’ai cru trouvé mon Graal grâce à vous, avec Gris Clair de Lutens... mais ce n’est pas encore tout à fait ça !

Mon Graal : un parfum poudré, sec, souflant le chaud et le froid.

Grâce à vos conseils, j’ai un panier en ligne prêt à être validé contenant : L’eau de Narcisse Bleu d’Hermès et l’Eau parfumée de Thé Blanc de Bulgari, Jean-Claude Ellena étant sans doute le créateur de parfum dont je me rapproche ! MON PANIER... JE LE VALIDE ? ou avez vous mieux à me proposer (sachant que j’ai peur que Bois Farine soit trop entêtant, et que Teint de Neige est bien difficile à trouver et plutôt onéreux) ?
Au plaisir de vous lire et vous relire !
CHIARA

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Arpège

par , le 19 décembre 2014 à 18:01

Bonsoir NinaB !

Je pense bien sur aux parfums Serge Lutens, qui sont l’évidence et que vous etes en train de decouvrir.

Mais 2 parfums me viennent a l’esprit : Soir de Lune de Sisley et Rouge d’Hermes (le second demandera peut etre de faire plusieurs parfumeries pour etre trouvé)

Ils ont tous deux une "architecture" vintage -la patine du temps - et je vous invite a lire la critique de chacun d’eux sur Auparfum. Le second m’a fait chavirer.

Par ailleurs, si vous recherchez un parfum "enigme" je vous conseille DONZGKHA de l’Artisan parfumeur. Nepal, Monastere, brume d’encens, epices, the. Bois vernis.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 19 décembre 2014 à 19:30

C’est amusant (et pas vraiment étonnant), j’ai justement passé du temps à suivre les débats "au parfum" autour de Donzgkha, qui m’ont décidée à aller examiner la chose de plus près...
Je vais donc également lire les critiques de Soir de Lune et de Rouge, et poursuivre mes furetages émerveillés.
Et ces parfums ont de si beaux noms...
Merci Arpège pour vos suggestions.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

NinaB

par , le 17 décembre 2014 à 18:28

Aujourd’hui, essai de Serge Noire sur la peau. Je l’avoue, j’étais impatiente et je craignais un peu d’être déçue, avec le recul. Mais la magie a opéré : le parfum se développe différemment, mais j’ai connu de nouveau le choc d’une première approche qui me déstabilise, puis la reconnaissance d’un univers que je n’étais pas consciente d’aimer. Très fort ! J’ai essayé également le Patchouli de Réminiscence et le Sables d’Annick Goutal, qui malgré leurs qualités ne correspondent pas à ce que je recherche. Mon nez s’est promené sur Filles en aiguille et Arabie. Je réserve mon opinion sur le deuxième, j’y reviendrai, il m’a beaucoup plu. Et j’ai obtenu un échantillon de Ambre Sultan, que je souhaitais porter tranquillement demain. A suivre...
Je suis vraiment enchantée de tous vos conseils et des découvertes qu’ils amènent.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 décembre 2014 à 21:28

Si Arabie vous a plus, essayez Aziyade de Parfum d’Empire...Bonne quête !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 décembre 2014 à 14:59

Merci Hangten !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nymphomaniac

par , le 16 décembre 2014 à 22:38

Peut-être, pour avoir quelque chose qui donne des clefs plutôt que des réponses, faudrait-il essayer les nécessaires Dans tes Bras puis M/Mink ?

Avec le premier, des questions émergent, sans obtenir nécessairement de réponse(s). Le second permettra quant à lui d’accéder à des sensations inattendues.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 décembre 2014 à 17:59

Merci pour vos suggestions Nymphomaniac, je les note sur ma petite (hum non, grande en fait) liste... Des sensations inattendues, voilà qui est forcément tentant !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

NinaB

par , le 16 décembre 2014 à 19:49

Bonsoir, voici mes impressions après quelques incursions dans un rayon de parfumerie...
Le stand Guerlain m’ouvrant les bras, j’ai demandé à tester certaines des références que vous avez eu la gentillesse de m’indiquer : Shalimar, Habit rouge (on m’a donné un échantillon, je l’essaierai demain) et Vol de nuit. Vol de nuit m’a beaucoup séduite, un côté très inhabituel, déstabilisant, et je sens au creux du poignet qu’il ne cesse d’évoluer, dévoilant à présent des notes plus sucrées. La jeune vendeuse m’a également proposé Mitsouko, dont j’ai beaucoup aimé la subtilité, qui me semble, de la même façon, se confirmer au fil du temps. J’ai ensuite demandé à faire la connaissance de Chergui, Ambre sultan et de Serge noire. Violent coup de foudre pour Serge noire, mais la découverte s’est faite sur une bande de papier, il me faudrait l’essayer sur la peau. A priori, quelle richesse et quelle profondeur ! Cette première incursion dans l’univers de Serge Lutens m’a convaincue que votre piste est excellente.
Côté pratique, il semble qu’obtenir des échantillons ne soit pas très facile.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 décembre 2014 à 20:32

Bonsoir NinaB, c’est ça le problème, une fois qu’on a goûté aux fruits défendus de Guerlain et Lutens on a du mal à s’en passer !! Par contre pour les échantillons vous avez dû tomber sur une vendeuse pas très sympa car en général cela ne pose pas de problème, pour ma part j’en ai jamais eu, y’a encore une semaine je suis reparti du Sephora de Rives d’Arcins avec plusieurs échantillons ! Bon la vendeuse était patiente je l’admets vu le temps que j’y ai passé... lol Demain je retourne flâner un peu dans les parfums durant les vacances, j’en profiterai pour m’attarder sur quelques Lutens supplémentaires que je dois (re)découvrir et tenter de me réconcilier avec l’Eau des Baux, le combat s’annonce rude mais mon nez est prêt ! Bonne soirée et bonne continuation ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 décembre 2014 à 18:17

Oui, il est bien possible que je développe une petite addiction... Pour les échantillons, il pourrait s’agir de l’effet Noël, la situation était identique tout à l’heure. Ou bien la générosité des vendeuses est liée à votre charme :-) Bonnes flâneries et belles (re)découvertes.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 décembre 2014 à 22:13

Bonsoir NinaB,

J’avais écrit à votre intention un long message il y a 2 jours et une coupure intempestive de courant chez moi l’ayant effacé, j’avoue ne pas avoir eu le courage de le recommencer entièrement dans la foulée, un peu dégoûtée !... Mais pour résumer, dedans, je vous orientais vers 4 parfums Serge Lutens parmi la quarantaine qui existent... 4 parfums qui à mon avis peuvent rejoindre l’univers que vous évoquez pour vous décrire et que vous affectionnez...

- Le 1er était justement Serge Noire, un parfum stupéfiant qui fait partie de mes chouchous jouant sur la dualité Ombre et Lumière.... avec une ouverture en fanfare pétaradant de camphre et d’épices (poivre, clou de girofle et cumin) évoquant la poudre à canon puis un adoucissement qui, tel une méditation entraînée par des volutes d’encens, se fait plus boisé, fumé et un brin animalisé.... Un jus hautement évolutif, que certains perçoivent comme un peu austère, et qu’au contraire personnellement je juge érotique, mystique, mais d’une mystique très tonitruante, décalé....

- J’ai aussi pensé à l’un des premiers parfums boisé qui ait été crée pour les femmes au début des années 1990, et là encore il est l’oeuvre de Lutens (à l’époque travaillant pour Shiseido) : Féminité du Bois... C’est celui qui m’a fait entrer dans l’univers si fascinant et particulier de Lutens, je le trouve Unique, très mystérieux, très multifacettes -un équilibre remarquable entre faces boisées (surtout de cèdre, un peu de santal), épicées (cannelle, girofle et cardamome), fruitées (surtout prune, un peu pêche) et florales (rose, ylang-ylang, violette et fleur d’oranger) - très lumineux aussi, même s’il se porte admirablement également en automne... bref, vous l’aurez compris, un coup de coeur pour moi qui n’avait rien senti d’approchant avant, et il compte quelques fans inconditionnels sur Auparfum, Anna par exemple ;) Je pense qu’il peut être le parfum d’une femme joyeuse, lumineuse, mystérieuse, paradoxale, proche de la nature, qui a un côté ’sauvage’ en elle, méditative... bref quelques uns des penchants que vous m’avez semblez décrire vous concernant...

Ces 2 là sont facilement trouvables dans les parfumeries style Séphora, les 2 autres moins facilement car seulement dispo chez Lutens à Paris, ou peut-être pour certains dans les stands Lutens des grands magasins... sinon, pour quelques euros, vous pouvez vous procurer par correspondance un "livre des concrètes" (parfums sous forme solide de baume) des parfums Lutens moins facilement testables ailleurs.

Je connais moins les 2 que je vais vous citer, n’ayant eu l’occasion de les humer qu’une seule fois à Paris justement et ne les ayant pas essayé sur peau, mais à la lecture d’avis de personnes qui les portent, je pense qu’ils pourraient vous intéresser :

-  Cuir Mauresque, un parfum cuiré oriental, assez féminin, qui conviendrait bien à une femme de caractère, avec une évolution notable sur la peau... le cuir et l’encens de départ laissant progressivement la place aux épices (cumin, clou de girofle, muscade) puis aux fleurs (fleur d’oranger et jasmin essentiellement) et aux bois (cèdre et aloès), le tout légèrement animalisé par musc et civette...

enfin :
- El Attarine, qui est un oriental boisé doux et solaire avec des côtés floraux, épicés et légèrement cuirés. A l’inverse de Serge Noire, c’est un parfum qui gagne en profondeur avec le temps, dévoilant petit à petit son caractère avec une évolution autour de l’immortelle, cette fleur des bords de mer, mais aussi l’apparition du cumin, de l’encens, des bois... Il est décrit par certains comme un parfum dégageant magnétisme et sensualité... et en tous cas, ses notes peuvent évoquer certaines des atmosphères naturelles que vous chérissez et son évolution correspondre à cette progressivité que vous recherchez.

Calygo vous a suggéré aussi chez Lutens Une Voix Noire qui est un parfum que je trouve personnellement SUBLIME... bien qu’étant un peu éloigné à mon avis des notes olfactives que vous avez citées, c’est effectivement un jus qui vaut largement le ’coup de nez’, ne se laisse pas apprivoiser en un clin d’oeil et revêt un côté underground fascinant pour peu que vous lui accordiez temps et attention... une discussion intéressante sur ce parfum existe sur le site, n’hésitez pas à la découvrir !!

Bon, je crois qu’au final, j’ai un peu retrouvé de ce que je cherchais à vous dire il y a quelques jours !!

Cordialement et bonne quête...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 décembre 2014 à 18:10

Solance, vous parlez merveilleusement bien de ce Serge Noire découvert hier, et que je suis retournée essayer sur ma peau tout à l’heure. Je reconnais dans vos mots ce qui me séduit, m’intrigue et me bouleverse dans ce parfum qui, à mon nez, ne ressemble à rien de connu. J’ai justement tenté Féminité du Bois également cette après-midi, que j’ai trouvé très intéressant. J’étais peut-être déjà un peu saturée de propositions olfactives, il est possible que je ne l’ai pas apprécié à sa juste valeur, j’y retournerai. Effectivement, je ne trouve pas El Attarine, et je n’ai pas vu passer le nom Une voix noire, mais je pense commander chez SL leur choix d’échantillons - il me reste à vérifier qu’ils s’y trouvent bien. Sinon la découverte sera reportée à un prochain séjour à Paris. Sachant qu’effectivement j’accroche beaucoup aux parfums SL, j’ai très envie d’approfondir.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 17 décembre 2014 à 19:01

Salut Nina,

si vous commandez les concrètes des exclusifs Lutens (elles y sont TOUTES), vous pourrez en effet tester El Attarine et Une Voix Noire qui ne font pas partie des export.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 18 décembre 2014 à 15:00

Ah merci pour cette précision, cela achève de me décider !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

habanita

par , le 15 décembre 2014 à 21:48

Bonsoir NinaB,
Quelle belle quête !
Spontanément me viennent Arabie et Serge Noire de Lutens, L’eau d’Hermès, L’eau de Diptyque, (L’autre et Eau Trois sont également magnifiques !!!). Vous y retrouverez peut-être les épices que vous aimez. Si vous trouvez un flacon de L’eau du Navigateur de l’Artisan Parfumeur, ce beau boisé avec sa note de café pourrait également vous séduire même si celui-ci, comparé aux autres, n’a pas forcément besoin d’être amadoué. Une autre fragrance très typée et qui ne se livre pas facilement : Marescialla de chez Santa Maria Novella. Laissez-vous tenter par l’expérience si vous la croisez, surtout si vous aimez la muscade ! Et le patchouli…(vous n’aurez pas vraiment le choix). Le premier contact peut être abrupt mais un fois le choc frontal encaissé, elle ne ressemble à nulle autre. Et elle est étonnante !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 décembre 2014 à 12:32

De nouveau Serge Lutens, vos différentes suggestions se rejoignent ! Je pense pouvoir débuter mon enquête olfactive cette après-midi ou demain, et ma priorité sera ce nom. Je connais l’eau d’Hermès, qui dans un premier temps m’avait séduite, mais qui m’avait semblé ne pas tenir ses promesses. L’Artisan parfumeur est très certainement accessible à Bordeaux, et j’ai bien envie de découvrir l’Eau de navigateur, votre description m’intrigue. Quant au dernier parfum que vous citez, encore une découverte, un nom qui m’est parfaitement inconnu, et l’évocation de la muscade ne peut que m’attirer -le patchouli beaucoup moins, il aurait tendance à me rappeler des ambiances de prime jeunesse... mais bien sûr cela dépend comment ce patchouli-là est traité, et s’entretient avec les autres notes dominantes. C’est très excitant de se savoir au bord d’entrer dans de nouveaux univers. Merci beaucoup Habanita.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

jovi

par , le 14 décembre 2014 à 23:30

Bonjour NinaB,
vous aimez les pins pourquoi ne pas porter un parfum qui leur rendent hommage sans qu’il y renvoie à un détergent ménager,Fille en aiguille de Serge Lutens.Le parfum de l’océan Sel Marin de James Heeley devrait vous plaire.La terre après la pluie,testez Eau du Ciel d’Annick Goutal.La cannelle,le cumin,les épices alors Eau Lente de Dyptique mais aussi L’Eau de la même maison.
La marque Serge Lutens offre un bel éventail de parfums épicés par exemple Rousse pour la cannelle ou El Attarine pour le cumin.
Dernier petit conseil faites un tour du côté de la parfumerie de l’Opéra au 10 bis rue de Tourny,je fût bordelais pendant 5 ans et je m’y suis rendu très souvent jamais déçu.
Bonne chance dans vos recherches.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 décembre 2014 à 11:48

Je vois bien qu’il me faut découvrir les parfums de Serge Lutens... et je note l’adresse de l’allée de Tourny, où je me rendrai très bientôt, merci Jovi.
Je suis ravie d’avoir déjà recueilli des suggestions de plusieurs internautes, et je vous remercie tous vivement car vous m’indiquez des pistes qui me semblent drôlement intéressantes. Je vais prochainement partir dans les boutiques le nez en avant, et vous raconterai mes expériences...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

ajaremilie

par , le 14 décembre 2014 à 23:05

Je suis de plus en plus perplexe vis à vis de ces quêtes de parfum. Ce désir illusoire de vouloir trouver un parfum qui soit une incarnation parfaite de sa personne. En ce moment, pour ma part, je rode du côté des vetivers ; auparavant je cherchais une belle lavande. Mais jamais je ne me suis dit : je veux l’odeur de mon âme. Chacun fait ce qu’il veut bien entendu, mais je trouve cela un peu ... Je ne sais pas, dramatique au sens vulgaire du terme, et peu lourd. La quête du parfum comme quête de soi, l’introspection placée avant le plaisir, cela ne rendrait-il pas l’expérience esthétique moins immédiate, moins présente, c’est-à-dire moins vraie ?
Quoi qu’il en soit, j’espère que vous trouverez votre bonheur

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 décembre 2014 à 11:41

Bonjour Ajaremilie,
j’ai en fait éprouvé tout le contraire de ce que vous écrivez en lisant les "recherches" éditées par ce site, dont la découverte, que je dois à ma fille, me ravit. Je les ai trouvées passionnantes et pleines d’enseignements. Il ne me semble pas que les quêtes aillent forcément du côté "odeur de mon âme", pour reprendre votre expression. On y lit des approches personnelles du parfum et des pratiques associées, et leur diversité m’a précisément ouvert de nouveaux horizons. Manifestement, chacun intègre le parfum à sa vie d’une manière qui lui est propre, ce qui rend la chose bien plus intéressante qu’elle ne semblait à priori. Je n’aurais pas pensé pour ma part être aussi surprise par un site comme celui-ci. Je vous souhaite de rôder avec plaisir parmi les vétivers, et poursuis mes propres recherches.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 décembre 2014 à 11:42

Bonjour ajaremilie, ne pensez-vous pas que les quêtes de parfum sont avant tout un moyen pour les utilisateurs du site de découvrir un plus large éventail de choix en parfumerie avant de rechercher une quelconque incarnation parfaite de sa personne ? Rien n’est parfait, pas même un parfum qui pourrait un tant soit peu retranscrire la personnalité de quelqu’un. Je pense qu’ici le mot "quête" s’apparente plus au mot "recherche" au sens propre pour la majorité, celle de l’évocation d’un ou plusieurs sentiments, qu’à l’idéologie de l’exceptionnel et du parfait contenu dans un flacon. Beaucoup y compris moi le premier sommes heureux de découvrir par le biais du site de nouvelles senteurs peu connues et enrichissantes sans pour autant en faire la comparaison à une divinité incarnant le parfait, chercher un parfum reste avant tout un plaisir de découverte et non la quête du Saint Graal ! Et si parfois, faire l’apologie d’un parfum qui nous fascine, peut paraître lourd pour certains, il faut avant tout le prendre comme une façon légère de faire partager nos émotions dans l’instant présent, c’est une façon comme une autre de s’évader un peu ! Bien sûr, et cela semble normal, beaucoup cherchent un parfum qui leur évoque quelque chose et tant mieux s’il semble se rapprocher de leur personnalité, chaque parfum a une identité propre comme chacun de nous, ne pensez-vous pas que c’est ce que les Maisons de la parfumerie retranscrivent à longueur d’année dans leur matraquage publicitaire ? Si chaque parfum en été dénué, tout le monde se parfumerait avec le même flacon ! Mais rechercher de la personnalité dans une fragrance, ce n’est pas faire une quête spirituelle de soi ni rechercher la perfection, c’est simplement retranscrire au travers d’un moyen d’expression qui est le parfum en l’occurence, notre caractère, notre état du moment (humeur, sentiments etc), notre amour d’une belle matière, c’est pour cela que d’un jour à l’autre ou même plusieurs fois par jour certains aiment changer de parfum. Pour moi, l’âme n’a pas d’odeur, c’est immatériel, mais faire partager notre bien-être au travers d’un parfum c’est un réel moyen d’exprimer un ressenti, il n’y a rien de vulgaire ou de dramatique en soit et "l’expérience esthétique" décuple justement notre plaisir et s’avère bien réelle et authentique. C’est simplement une question d’amour de quelque chose pas de spiritualité, quand on aime on ressent des émotions, comment pourrait-on blâmer ceux qui sont en amour avec leur nez ? Si vous ne l’étiez pas aussi, vous ne seriez probablement pas sur ce site ou ailleurs en train de rechercher un vétiver au lieu d’une belle lavande, pour autant avez-vous l’impression d’entrer en religion avec vous-même ou juste de rechercher des émotions qui vous parlent au travers d’un absolu odoriférant...? ;-) Bonne journée à vous !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Neo

par , le 14 décembre 2014 à 20:50

Bonsoir NinaB, je vais peut-être paraître peu original mais puisque l’on vit dans la même région je me dois également d’apporter ma modeste contribution ! Si vous recherchez un parfum qui vous "parle", qui vous évoque des souvenirs, des couleurs, du mystère et de la complexité, vous pourriez essayer Shalimar, Habit Rouge et l’Instant eau Extrême tous les trois en eau de parfum chez Guerlain, Chergui et Ambre Sultan de Serge Lutens ou bien encore Patchouli de Reminiscence, ils dévoilent tous une évolution sur de multiples facettes au fil du temps et sont vite additifs laissant une véritable empreinte pour celui ou celle qui les porte, l’accès à des sensations profondes, une affirmation de soi en quelque sorte ! Bonne soirée

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 décembre 2014 à 11:26

Je crois n’avoir jamais "essayé" Patchouli ou Chergui. Quant aux autres parfums que vous proposez, Néo, je ne leur ai peut-être pas accordé toutes leurs chances. Je note au passage, en vous lisant, chers internautes passionnés, que certains noms sont particulièrement évocateurs et font rêver...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 décembre 2014 à 12:14

Bonjour NinaB, prenez bien le temps de les sentir sur plusieurs heures afin de relever toutes les facettes qui s’en émanent, le mieux est de demander des échantillons en parfumerie pour les apprécier dans un environnement neutre ;-) Chergui et Patchouli sont deux très beaux parfums je vous invite vraiment à les découvrir, ils peuvent paraître un peu fort au premier abord mais il faut leur laisser du temps pour s’exprimer là aussi, je trouve qu’ils incarnent une très belle maturité, un genre d’Opium en plus doux (pour la maturité) ! Bonne journée :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 décembre 2014 à 12:37

Oui vous avez raison, recueillir des échantillons est la meilleure solution, dans les boutiques spécialisées on est assailli d’odeurs contradictoires. Je n’ai encore jamais pratiqué ainsi, je l’avoue ! J’ai hâte de découvrir Chergui et Patchouli.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

cuiretmusc

par , le 14 décembre 2014 à 19:23

Bonsoir NinaB,
Comme Calygo, j’ai envie de vous suggérer Noir Epices. Mais les épices me font également penser à Sables de chez A. Goutal, un parfum qui m’évoque parfaitement une douce chaleur, ou le tonitruant Absolue pour le Soir de chez Maison Francis Kurkdjian.
Bonne recherches :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 décembre 2014 à 11:22

J’entends souvent parler des parfums d’Annick Goutal, votre suggestion va m’entraîner dans une boutique à cette enseigne. Il serait temps que j’élargisse mes maigres connaissances car la Maison Francis Kurkdjian, que vous citez, m’est totalement inconnue (comme bien d’autres, je le crains) ! Merci Cuiretmusc.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Do not drink ! Le naturel low-cost par Sephora

Do not drink ! Le naturel low-cost par Sephora

L'enseigne du groupe LVMH dévoile une nouvelle collection d'eaux de parfum présentées comme unisexes, à petit prix.

en ce moment

ghyss a commenté Habanita

il y a 1 heure

Bonjour ! Je suis venue sur ce site car des petites questions sans réponses tournoyaient dans(…)

Farnesiano a commenté 1000

il y a 17 heures

Merci, chère Adina, pour ce bon plan. Manquent hélas au sein de la Collection Héritage Patou pour(…)

il y a 22 heures

Le coté poivré épicé et cendrier froid c’est le bouleau. L’odeur de l’ananas aussi à un leger coté(…)

Dernières critiques

Summer 69 - Gas

Sous le soleil exactement

Eau capitale - Diptyque

Paris en bouteille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019