Auparfum

Un réservoir de souvenirs...

Vous cherchez désespérément votre parfum idéal, pour vous ou pour un être cher ? Vous ne vous retrouvez pas dans les conseils donnés en magasins ou les articles dans la presse ?

Pour qui : pour moi
Âge : 18
Sexe : une femme
Budget : peu importe
Ville : Paris

par , le 1er août 2015

Bonjour à tous,

Ayant découvert cette merveilleuse communauté (ahurissante par toutes ses connaissances !) et en quête de mon idéal odoriférant, je décide en ce jour de me livrer à vous pour parvenir à mon objectif : rencontrer mon odeur. Ou plutôt pourrais-je dire l’Odeur, celle qui me caractérisera mieux que n’importe quelle description, celle qui saura retranscrire et décoder la partie cachée, enfouie, de mon être. Ce que je recherche, c’est une évidence, quelque chose de terrible, une révélation comme les arts savent si bien le faire. Je suis à la recherche de quelque chose d’une puissance foudroyante qui laisserait place à quelque autre, douce et réconfortante comme un souvenir.

Puisque cela s’impose, je vais tenter de me décrire. Âgée de 18 ans et tout juste bachelière, je vais à présent me lancer dans le grand bain et accéder à une de mes passions : les arts plastiques, et plus particulièrement la sculpture. Cette discipline me permet de dompter mes angoisses, et de m’exprimer le plus librement possible. En effet, je suis quelqu’un d’humeur changeante, alternant phases de léthargie et d’énergie venue d’on ne sait d’où. C’est pourquoi, pour moi, un parfum doit être synonyme de stabilité. C’est la petite touche qui permet d’être soi, et cela à tout moment de la vie. Le parfum est à la fois unificateur et guérisseur.

Ce que je cherche, c’est une odeur qui me ressemble tout en m’en apprenant sur moi-même. Quelque chose étant de l’ordre du vécu, évoquant mes souvenirs, mes vacances à la campagne, l’odeur évanescente suivant les averses d’été, les forêts de pins, la cueillette des champignons, voire l’odeur aquatique de l’inconscience. En somme, de toutes les choses m’étant agréables. Et, plus que de me transmettre des odeurs comme le thé à la bergamote, je voudrais que ce parfum me transmette des images, qu’il me donne à voir, qu’il me permette d’imaginer la scène, de visualiser cette tasse fumante posée sur une table d’ébène. J’aimerais un parfum qui me fasse l’effet d’un des premiers rayons du matin, quelque chose de frais, de perpétuellement nouveau tout en étant quotidien.

S’il y a certaines rencontres qui vous marquent pour toujours, comme ce fut mon cas avec des sculpteurs tels que Zadkine et Wildt, dont les corps s’expriment, s’animent, et s’offrent à vous, je pense n’avoir pas encore trouvé le parfum qui me complèterait, qui réunirait tous les éléments me caractérisant. Partout je suis en quête de l’essence, de l’origine des choses, et lorsque je sculpte ou dessine, j’aimerais faire ressentir l’émotion de toute une vie à travers seulement quelques formes instinctives. Je suis en quête perpétuelle de la rencontre qui chamboulera ma vision des choses, celle qui me marquera au fer rouge de l’expérience.

Seulement si il y a bien un problème majeur, c’est que je suis très inexpérimentée... Je n’ai d’ailleurs porté que très peu de parfums différents, dont les deux notables sont l’eau fraîche et l’eau de toilette Acqua Di Gioia. En remplacement, j’ai acheté il y a peu Caligna de L’Artisan Parfumeur, seulement, je ne suis pas sûre que ce parfum me corresponde vraiment malgré le fait que je le trouve agréable.

Merci d’avoir pris la peine de me lire, et merci d’avance pour votre aide, en espérant ne pas avoir été trop longue ou abstraite.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par , le 8 septembre 2015 à 10:38

Bonjour Diotime,
Dans votre exploration des Lutens, avez-vous essayé Fille en Aiguilles que vous suggérait Lorelei ? Votre texte m’y a fait penser immédiatement. Le chaud-froid, l’authenticité, la surprise renouvelée... C’est pour moi ce qu’incarne ce parfum.
Et pourquoi pas Essence de Réminiscence ? un parfum somptueux avec un départ menthe anis qui le rend abordable.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

yoda

par , le 10 août 2015 à 23:58

Bonsoir,
sans avoir le talent ou même le vocabulaire pour vous en parler, votre description m’a fait penser à "Monocle scent one Hinoki" (comme des garçons .... Sans doute difficilement domptable mais inoubliable et terriblement "signature" ..... Un bel article sur ce cite.
bonne recherche !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 août 2015 à 00:14

Bonjour à tous, je viens faire un petit compte rendu des essais que j’ai effectués pour le moment !

Au vu de vos recommandations, j’ai décidé de commencer mes petits essayages par les parfums de chez Serge Lutens et Guerlain, qui m’ont été vivement conseillés.

Chez Lutens j’ai donc testé Chêne et Serge Noire (proposés par Emeline que je remercie au passage !). Des deux, Chêne est celui que j’ai le plus apprécié notamment pour son évolution que j’ai trouvée surprenante. Cependant, je dois avouer que malgré l’originalité que j’ai trouvé à la composition de ces parfums, je ne me suis pas sentie en harmonie avec eux, ils m’ont semblé avoir d’emblée une très forte identité que je n’ai pas réussie à m’approprier. Par ailleurs, cette impression a peut-être été accentuée par le fait qu’ils n’ont que peu tenu sur ma peau...

Mais cette petite déception n’a en rien entaché ma motivation, et c’est dans cette optique que je suis partie en quête d’un point de vente Guerlain, car oui, cet Après l’Ondée j’avais vraiment hâte de le sentir !
J’ai donc durant cette petite escapade essayé quatre ( Après l’Ondée, l’Heure Bleue, Jicky et Mitsouko) des nombreux parfums Guerlain que l’on m’a ici chaudement recommandés. Et que dire, que dire, mis à part que je n’ai pas été déçue ! Et pourtant, autant dire que ce n’était pas très bien parti, étant donné que ces parfums ne m’évoquaient, dans un premier temps, rien de particulier (l’atmosphère du Sephora n’ayant sûrement pas aidée...).
Dans un premier tant j’ai eu l’impression d’avoir le nez saturé au point de ne pas pouvoir faire de distinction précise entre ces parfums. Puis, peu à peu, j’ai commencé à découvrir ce qui fait le charme de chacun d’eux. J’ai adoré voir la manière dont chacun s’épanouit, se révèle sur la peau. Mon gros coup de cœur va pour l’Heure Bleue que j’ai trouvé envoûtant et chaleureux. J’ai vraiment eu l’impression qu’il fusionnait avec ma peau, daignant me livrer, peu à peu, chacun de ses composants. Jicky m’a également beaucoup plu malgré le fait que je ne me vois pas le porter pour le moment. Enfin, pour ce qui est de Mitsouko, j’ai envie de dire que je l’ai trouvé trop "féminin" pour moi (même si je ne suis pas sûre que cela veuille dire grand chose, je me permets d’utiliser ce qualificatif faute de mieux...), peut-être cela est- ce dû aux accords chyprés ?
J’ai cependant un grand regret, celui de ne pas avoir pu réellement sentir Après l’Ondée, celui-ci s’étant dissipé presque instantanément... Mais je ne m’avoue pas vaincue, et compte bien le réessayer à la première occasion venue !

Voilà voilà, c’est tout pour le moment ! C’est en tout cas une très belle expérience que de pouvoir bénéficier de vos conseils avisés, et c’est donc avec hâte que j’attends de découvrir quelles autres belles surprises vous m’avez proposées !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 août 2015 à 08:41

Bonjour Diotime,
Déjà je vous félicite pour avoir trouvé Après L’ondee dans un sephora ! Vous avez raison de ne pas abandonner avec lui, sa beauté ne se révèle pas si facilement. Mais quand elle se révèle, parfois sur un foulard oublié, ce parfum touche le sublime. J’ai mis un flacon à l’aimer passionnément. Bonne quête.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 13 août 2015 à 17:49

Bonjour Diotime

Merci pour vos retours. Je me doutais que les parfums Lutens allaient vous paraitre un peu costauds mais c’était en découvrant, notamment Serge Noire, que je suis sortie de la zone de confort que représentait mon tout premier parfum, For Her. Je vous rejoins sur la faible tenue sur la peau de quelques-unes de ses créations. Certains considèrent que c’est important d’autres non, à vous de voir si la frustration causée peut empêcher un achat.
Je suis ravie que l’expérience Guerlain porte ses fruits, d’autant plus que j’étais à deux doigts de vous conseiller d’aller plutôt dans les grands magasins comme Printemps ou BHV pour avoir de biens meilleurs testeurs. Souvent, j’ai essayé des Guerlain dans des Sephora ou Marionnaud et, les jus s’étant décrépis au fur et à mesure, m’ont repoussé au départ.

Maintenant que je pense cerner un peu plus vos attentes, je vais vous suggérer d’autres parfums, en sachant que vous ne vous reconnaissez pas encore dans certains, trop démonstratifs ou dramatiques.

Tout d’abord, un énième Lutens, Cuir Mauresque. Bien qu’assez caractériel au départ, c’est un très beau « cuir » qui devient chaud et enveloppant, trouvant sa place entre le caractère franc du cuir et sa rondeur oriental. Ensuite, Tobacco Toscano de Santa Maria Novella que vous trouverez chez Amin Kader dans la Rue de la Paix. Il discret mais possède une jolie tenue. Pour être honnête, il n’est pas spectaculaire mais il est efficace et vraiment charmant. Le Tabac se mêle à l’ambre et à une vanille assez subtile, se posant doucement du début jusqu’à la fin et se manifestant sans en avoir l’air malgré son léger sillage. Il y a aussi le très bel Original Musk de Kiehl’s. Cette création est une magnifique confusion entre l’animalité assumée et le confort dans lequel il nous plonge. Et enfin, Sacred Wood By Killian, une ode au santal et à son aspect laiteux si souvent utilisé en parfumerie mais qui, ici, est sublimé. Le rendu est magnifique et, entre nous, j’ai un petit faible pour ce parfum que j’hésite à me procurer. Thomas en a fait une très belle critique sur AuParfum que je vous invite lire.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 août 2015 à 22:19

Bonjour Emeline !

J’ai eu l’occasion de sentir il y a quelques jours Tabacco Toscano, et il m’a beaucoup plu ! Il est comme vous l’avez dit, discret, mais cependant très agréable. Revenant de plusieurs essayages de parfums relativement forts, je n’ai sur le moment pas senti grand chose. C’est seulement le lendemain en ressortant ma petite bandelette que j’ai été étonnée de sentir à quel point il était encore présent.
J’ai beaucoup aimé l’association du tabac et de la vanille, que j’ai trouvée douce et chaleureuse.

Hélas, je n’ai pas encore eu le temps d’essayer les autres parfums que vous m’avez recommandés ( ainsi que les recommandations de plusieurs autres auparfumistes), cependant j’espère pouvoir le faire le plus rapidement possible !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 août 2015 à 13:51

Bonjour Diotime,
Après lecture attentive de votre descriptif, je rejoins les avis précédents qui vous conseillent judicieusement Après l’ondee de Guerlain tout en evanescence et poésie même si vous risquez de le trouver un peu trop fleuri. Un jardin après la mousson de Hermes et L’eau de campagne de Sisley sont également d’excellentes suggestions.
J’ai envie de vous proposer Un jardin en méditerranée de Hermes, Fille en aiguilles de Serge Lutens et le très beau Fidji de Laroche à préférer en version eau de parfum.
Étant une inconditionnelle des anciens Guerlain, je pense que vous pourriez aimer Chamade , Vol de nuit et surtout le magistral Jicky. Laissez le temps à ces somptueux classiques d’évoluer lentement et se fondre à votre peau. Extase garantie ! Je ne sais si vous l’apprecierz mais essayez dans la foulée, Mitsouko, mon Guerlain de prédilection. Peut être le Chypre le plus abouti de la parfumerie. Une promenade automnale dans un sous bois moussu mâtiné du velours de la pêche. Grandiose et inoubliable !
Vous pourrez trouver les descriptifs de tous ces parfums au gré des pages de ce remarquable magazine.
J’ai envie de vous faire une ultime suggestion. Féminité du bois de Serge Lutens. Un cèdre absolument magnifique.
Excellente quête olfactive et agréable après midi.
Amicalement, Lorelei.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

billieH

par , le 3 août 2015 à 11:56

Après l’ondée s’impose pour une âme si poétique...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Clara Muller

par , le 3 août 2015 à 10:56

Je vois beaucoup de Jean-Claude Ellena dans vos attentes ! Je pense à :

Un Jardin après la Mousson de Hermès : un melon d’eau aquatique et rafraichissant.
L’Eau de Campagne de Sisley : une odeur de gazon, frais et fleuri.
Eau Parfumée au Thé Vert de Bulgari : un classique des odeurs de thé vert.

Je pense aussi à :

Baiser Volé de Cartier : un lys humide, vert et légèrement épicé.
Après L’Ondée de Guerlain : frais et poudré, un peu cosmétique peut-être aux vues de vos attentes d’odeurs de nature.
L’Ombre dans L’Eau de Diptyque : rose et bourgeons de cassis, acidulé et frais comme un étang en forêt.
La Pluie de Miller Harris, mais aussi toute leur série de jardins : Coeur de jardin, Cassis en Feuille...

Et pour un effet champignon et cave humide je vous conseille le très original Hamdani de Parfums de Marly.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Volute

par , le 2 août 2015 à 22:43

Bonjour Diotime,

En vous lisant attentivement "je suis en quête de l’essence, de l’origine des choses", me vint en association un parfum qui pourrait réunir à lui seul différentes façettes de votre personnalité. Je pense à "essence" de la maison Balenciaga. D’une part, parce que le flacon est quelque peu travaillé, sculpté comme une oeuvre d’art. Il m’évoque une cage à oiseau, découverte dans une forêt sombre et luxuriante, dans laquelle se libère une essence mystérieuse : celle de son créateur Olivier Polge. Ce flacon pourrait emprisonner vos angoisses. ;-))

Essence débute par des notes de bergamote et de galbanum. Vous y serez peut-être sensible puisque vous évoquez "les odeurs comme du thé à la bergamote".

Les notes de coeur boisées et cuirées dessinent des courbes très féminines habillées par des feuilles de violettes. La fragrance est unique comme un trait d’union entre l’homme et la femme comme des corps qui "s’expriment, s’animent".

Ce parfum ravive les sens ... Bouquet fleuri(muguet, violette, jacinthe) parsemé d’un poivre piquant. Mais au final, la présence du musc enveloppante et réconfortante, apporte de la douceur.

Ce parfum a une très bonne tenue (sur moi).

Diotime, Si vous le souhaitez, j’aimerais connaître vos impressions sur ce parfum.
Au plaisir, j’espère.

Bonne quête ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 août 2015 à 18:31

Bonjour Volute,

Tout d’abord merci beaucoup d’avoir porté attention à ma requête !
Je suis très impressionnée par la manière dont vous arrivez à imager des senteurs. Je ne connais pas du tout ce parfum, mais vous avez réussi à piquer ma curiosité !

Bien entendu, je vous donnerai mon avis ( du moins je tenterai, étant donné mon piètre niveau en la matière !) dès que j’aurais eu l’occasion de le tester !

Merci encore pour votre message.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Emeline

par , le 1er août 2015 à 21:26

Bonjour Diotime, Bienvenue sur AuParfum

Je vais commencer fort en vous proposant deux parfums assez particuliers qui ont, selon moi, la capacité de créer un déclic, une évidence.

Tout d’abord, car il a été l’une des fragrances qui a suscité le déclic en moi il y a quelques années, je vous suggère Serge Noire de Serge Lutens, un encens camphré et crépitant qui finira comme un voile de cendres froide. Parfait pour être cette « puissance foudroyante qui laisserait place à quelque autre, douce et réconfortante comme un souvenir. »
Ensuite, il y a Chêne, toujours chez Serge Lutensqui me semble être le plus à même de délivrer tous les aspects que vous recherchez dans un parfum. Il n’en existe de semblable et il fait partie de ces rares parfums que je considère comme des chefs-d’œuvre. Il a une telle empreinte, un tel pouvoir d’évocation. Et puis, vous qui cherchez de la « solidité », quoi de mieux qu’un parfum qui rend hommage à l’arbre symbolisant autant la longévité et, justement, la solidité qu’elle soit physique ou psychique.

J’ai bien conscience que ce sont des parfums particulièrement racés alors je vous propose Bois d’Iris, de The Different Company, un parfum assez indescriptible dans son genre dont je vous invite à lire l’article sur AuParfum. Ensuite, dans un registre différent, Baiser Volé de Cartier, une très belle création autour du lys, élégante et poudrée avec une verdeur en fond qui permet de conserver l’aspect « brasée de fleurs ». Un très beau parfum aux antipodes ce qui se vend aujourd’hui dans les grandes parfumeries. Enfin, pour une raison que j’ignore, je vous vois bien essayer l’Heure Bleue ou Après l’Ondée de Guerlain. Peut-être car ils sont intemporels, avec cette touche de grâce qu’ont les beaux parfums, ou peut-être parce que, vous sachant novice, je vous prodigue le conseil que j’ai pris du temps à appliquer ; admirer les anciens parfums tant qu’ils sont encore beaux et porter sur soi ce qui les ont fait tenir aussi longtemps.

Belle quête à vous.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 août 2015 à 18:11

Bonjour Emeline, et merci d’avoir pris la peine de me répondre de manière aussi pointue !

A vrai dire je suis agréablement surprise en découvrant vos propositions concernant Serge Lutens car la description des différents parfums de cette maison ne m’avait pas laissée insensible. De plus, vous les évoquez avec tant de passion que ma seule hâte est d’aller les sentir le plus tôt possible !

Ne connaissant pas du tout Bois d’Iris ni même The Different Company j’ai lu, comme vous me l’avez recommandé, l’article le concernant et l’ai trouvé très intriguant malgré le fait que j’ai un peu de mal à me le figurer.

Pour ce qui est de Baiser Volé, je suis un peu plus sceptique car j’ai peur qu’il soit un peu trop fleuri à mon gout, ou du moins qu’il soit trop élégant et délicat pour moi... Mais après ce n’est peut-être qu’une impression erronée, ce qui ne m’empêchera d’ailleurs pas d’aller le tester !

Enfin l’Heure Bleue et Après l’Ondée ont l’air d’être de très beaux parfums que j’ai également hâte de découvrir. D’ailleurs je suis tout à fait en accord avec vous sur le fait qu’on ne devrait jamais négliger les classiques, ne serait-ce que parce que c’est sur eux que se bâtissent les créations actuelles. Je pense que connaitre ses classiques (et cela ne vaut selon moi pas que dans le milieu de la parfumerie !) permet de mieux comprendre et apprécier ce qui se fait actuellement.

Merci encore pour votre aide.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Diptyque et Jean-Michel Othoniel se piquent de célébrer la rose du Louvre

Diptyque et Jean-Michel Othoniel se piquent de célébrer la rose du Louvre

Après une bougie en fin d’année dernière, la marque germanopratine poursuit sa collaboration avec l’artiste contemporain.

en ce moment

Farnesiano a commenté Ubar

il y a 13 heures

Livraison en France ? Je pense que oui. À vérifier. Je testerai Ubar par beau temps dès demain(…)

il y a 15 heures

De cette collection, je ne connais que Condottiere et Gajah Mada. Condottiere est très(…)

Petrichor a commenté Ubar

il y a 21 heures

Superwinkel ? Je le mets à ma liste de sites intéressants. (Ils livrent aussi en France ?)(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Parfumerie Burdin

Parfumerie Burdin

Paris (75)

Smell Stories

Smell Stories

Bruxelles (01)

Sens Unique - Paris

Sens Unique - Paris

Paris (75)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019