Auparfum

Vétiver

Guerlain

Flacon de Vétiver - Guerlain
Les Classiques
Note des visiteurs : (30 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Racine bourgeoise

par , le 27 janvier 2014

Le Vétiver de Guerlain est un peu à la matière du même nom ce que Fracas est à la tubéreuse ou Féminité du Bois au cèdre : une consécration.

Premier parfum crée par Jean-Paul Guerlain en 1959, il incarne la matière comme nul autre, et malgré une formule qui a été bien modifiée depuis sa création, il n’en reste pas moins une référence incontournable.

Oscillant dès les premières notes dans une dualité fraiche/sombre, il propulse des notes d’eau de Cologne citronnées qui évoquent un savon propre et délicat, tout en distillant déjà la suave fumée de ses notes boisées sombres et terreuses (le tabac et la mousse de chêne étant moins présents, comparé à la version d’origine).

Le vétiver, présent dès le départ, ne fait que prendre de l’ampleur au fur et à mesure qu’on le porte, et s’installe durablement sur la peau et les vêtements, doucement enrobé de notes poudrées et épicées.
Il conserve une dimension blanche, propre et rassurante, tout en nous plongeant dans une obscurité aux teintes vert sapin et brunes.

Si Vétiver était un vêtement, ce serait un costume en tweed, si c’était un quartier de Paris, ce serait quelque part entre Saint-Sulpice et le jardin du Luxembourg, si c’était un menu, ce serait un soufflé au fromage, une blanquette de veau et un baba au rhum.

Vétiver est un parfum bourgeois, à l’allure altière, élégante et distinguée, au tempérament honnête, courtois et bien élevé.

C’est un vrai parfum signature, qu’on adopte jeune, qu’on porte longtemps, et qu’on a sans doute du mal à abandonner.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Jeanne Doré

par , le 29 janvier 2014 à 22:21

Bonsoir à tous, alors ce n’est pas pour me justifier ou pour ne pas paraître ignare, mais oui, je sais que Vetiver a et et reformulé, et qu’il a beaucoup changé.
A vrai dire j’avais même commencé mon article comme un comparatif entre l’ancien (de mémoire) et le nouveau, porté récemment. Et puis je me suis dis que ce serait mieux d’en parler comme d’un parfum qu’on découvrirait pour la première fois, sans forcément comparer, en le jugeant dans l’absolu ( ce qui pourrait arriver lorsqu’on a, disons, moins de 18 ans aujourd’hui ??)
et j’ai par ailleurs discuté avec deux adeptes de toujours, ayant donc subi de plein fouet la reformulation, et il m’est apparu que malgré les gros changements, ils n’avaient pas eu envie de changer pour un vétiver plus "créatif", (et ce n’est pas faute d’avoir essayé de les convaincre !) car ils aimaient toujours malgré tout ce Vetiver même modifié, avec son côté classique savonneux, "frais et chaud", et, j’insiste, "bourgeois" :)
Je m’explique : Guerlain est inscrit dans les rites des familles bourgeoises, où l’on se choisit son Guerlain comme une empreinte olfactive, une appartenance, une identité, comme on choisirait une bague de famille parmi l’héritage de l’arrière grand -mère. C’est en cela que Guerlain est une véritable marque de tradition, de filiation, d’héritage et de patrimoine.
Et c’est pour cela que je suis si heureuse d’apprendre que sous l’impulsion de Thierry Wasser, d’anciens parfums peuvent être en ce moment sentis dans leur boutique par tous les visiteurs.

Alors oui, Vétiver n’est plus le même, oui, il est moins beau, et il existe aujourd’hui beaucoup de parfums au vétiver plus modernes, surprenants, originaux, qualitatifs, profonds, etc... mais le Guerlain reste selon moi un beau parfum qui vaut la peine qu’on lui prête une petite attention, plutôt que de le dénigrer sous prétexte qu’il a changé.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er février 2014 à 11:15

Jeanne, je n’avais pas vu votre commentaire...
Votre allusion aux changements est très claire, et bien sûr ici personne n’a pensé un seul instant que vous les ignoriez.
Je suis tout à fait d’accord avec vous quand il s’agit de proposer à ceux qui ne le connaissent pas de découvrir un parfum même s’il ne se trouve plus dans sa forme originelle (la seule exception pour moi serait peut-être Miss Dior "l’originale").
Nous sommes plusieurs à avoir évoqué la disponibilité de vétivers plus créatifs et il s’agit je pense dans tous les cas de démarches personnelles.
Et effectivement, comme je viens de le dire plus haut, il est possible qu’il y ait eu "amélioration" sous l’impulsion de Thierry Wasser (c’est tellement vrai pour Mitsouko, Vol de Nuit en extrait...).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 1er février 2014 à 11:21

Ça me fait rire de lire que dans les familles bourgeoises le choix de "son" Guerlain est un rite de passage, tellement c’est vrai. C’est au point que si un jeune homme ou une jeune fille envisage de se tourner vers une autre marque, c’est vécu comme une faute de goût. J’ai connu un rebelle attaché à Pour un Homme de Caron, et il faisait tâche.... comme si c’était impossible d’être élégant avec autre chose que Guerlain...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2014 à 07:56

J’avoue que je suis un peu comme Thierry ; j’ai découvert le vétiver de Guerlain après avoir déjà senti Vétiver Extraordinaire et surtout Sycomore (que je préfère à Encore Noire), - Jle dirait des parfums bourgeois :) -, et celui-ci me laisse assez indifférent.
Peut-être est-ce dû à une perception "d’homme mûre " comme pour Eric, alors qu’avec Habit Rouge, pas du tout. En ce moment, je découvre Grey Vétiver de Tom Ford.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Thierry

par , le 28 janvier 2014 à 15:33

Personnellement, je n’ai eu aucun mal à l’abandonner à une date précise : en 2000, lorsqu’il est apparu dans un nouveau flacon - depuis abandonné - mais surtout avec une nouvelle formulation.

Toutes ces évocations de terre humide, violette, tabac, chien roulé dans l’herbe ... s’étaient envolées laissant un parfum frais, dilué, sans grande personnalité.

Je depuis eu la chance de retrouver un flacon vintage de 1998, que je viens de retester à l’instant...
Cependant, d’autres vétivers plus créatifs sont apparus sur le marché depuis 2000 (Vétiver Extraordinaire, Sycomore, Sel de Vétiver...) ce qui fait que ces retrouvailles furent moins magiques que je ne l’imaginais.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2014 à 16:50

D’excellents vétivers en effet, mais nettement plus chers... même si globalement Guerlain a augmenté ses prix ces dernières années. Le Frédéric Malle porte magnifiquement son nom. Et quelle tenue ! Quant à Sycomore, c’est à mes yeux le plus raffiné et le plus élégant, presque soyeux. Un parfum-confidence pour public initié. On évoque peu souvent sur AP le Vétiver Oriental de Lutens, très différent de ceux cités plus haut mais quelle étrange chaleur irisée en émane... Le vétiver idéal serait celui de Mona di Orio : le luxe absolu.
C’est amusant d’observer que le " débat " autour des vétivers anime les membres d’AP, sans cesse renouvelé, élargi, enrichi. C’est passionnant !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2014 à 05:56

"Passez notre amour à la machine,
Faites bouillir
Pour voir si les couleurs d’origine
Peuvent revenir..."

Je pense que Souchon a écrit cette chanson pour le Vetiver de Guerlain ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2014 à 06:42

ah ah ah ! Bien vu !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par , le 28 janvier 2014 à 11:07

Merci, Jeanne, pour ce réveil de l’un de mes premiers coups de coeur parfumés. Mais le Vétiver de Guerlain me semble avoir diablement changé depuis de nombreuses années : il s’est trop rafraîchi, allégé et même légèrement mentholisé. L’ayant tant aimé autrefois, je ne le reconnais plus. Son évolution, sur peau en tout cas, me paraît sans réel caractère. Où donc est passée sa chaleur si lumineuse, un peu grasse même, si souriante et tellement réconfortante quoique demeurant altière ? Je ne l’ai plus senti depuis un an, déçu par sa Xième reformulation. Mes anciens flacons, au jus plus doré, gardent la fragrance originale intacte, magnifiquement facettée. Cette dispersion de la sensation, ce tournoiement pailleté de notes, je l’avais retrouvé dans Allure Homme aujourd’hui peut-être trop senti. Fan de cette matière depuis mon plus jeune âge, grâce à Guerlain, Carven et Givenchy, je conseillerais à l’éventuel acquisiteur de vétivers bien d’autres parfums, à commencer par Encre Noire de Lalique. Reste que le Guerlain se place au-dessus de la mêlée des boisés actuels, dits élégants. En Guerlain mainstream pour homme, l’Eau boisée Homme me convainc davatange. Et Habit Rouge bien entendu ! N’oublions pas Terre d’Hermès et les deux Déclaration de chez Cartier qui, auprès de nouvelles générations, semblent avoir pris le relais.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2014 à 06:45

Pour moi ce Vétiver reste beau même si je me souviens nettement qu’il l’a été davantage. Comme une beauté un peu fanée, un peu passée mais qui continue à subsister sur un visage. Il manque certes un peu de corps en effet, mais Habit rouge à côté, qui a été encore une fois récemment non seulement allégé mais modifié, transformé, fait figure de vieux beau défiguré à coups de botox !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2014 à 14:18

Pas senti Habit Rouge depuis longtemps, me contentant de mes anciens flacons dont les notes de tête, devenues un peu criardes avec le temps, font rapidement place au coeur et fond tellement Guerlain... Jeune, je ne supportais pas les parfums vanillés. Aujourd’hui, certains me comblent dont entre autres celle d’Annick Goutal.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

jle

par , le 28 janvier 2014 à 10:50

Vétiver est un art de vivre, une signature de classe, de distinction de bourgeoisie discrète et pourtant assumée. C’est un beau parfum qui donne à cette racine une existence paisible et "balcon, moulures, cheminée" . Si vous ne le portez pas exclusivement vous découvrirez en plus le plaisir de le reparcourir à chaque fois, de le sentir sans accoutumance et de lui laisser la possibilité de vous délivrer chacune de ses facettes. Alternez avec Habit Rouge, Dior Homme, Déclaration, Eau Sauvage, Infusion d’homme, Bois d’argent et vous avez une semaine de belles senteurs pour vous habiller...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2014 à 11:45

Pardonnez-moi jle, mais c’est quoi un "parfum bourgeois" ? Je comprends l’image ’moulure, cheminée’ mais pour le parfum je ne vois pas à quoi vous faites référence. Merci d’éclairer ma lanterne.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2014 à 14:41

C’est un parfum qui exhale un mélange discret, "sonnant" matières authentiques, emprunt de classicisme, de sérieux, d’équilibre, ne débordant pas de sucre, de fruits, de matières qui piquent et de muscs lessiviels et ultra frais. Un parfum bourgeois est intemporel, indémodable, raffiné par sa richesse et sa complexité, il engendre le regard entendu et pas le rejet malgré le fait qu’il soit très répandu. Un parfum bourgeois est fin, racé, n’a pas de surcharge d’ingrédients accidentelle ou voulue, il est persistant et séduisant à la fois. Le parfum bourgeois enfin ne peut que répondre à des codes parfois poussiéreux mais rassurants et n’interdisant pas des idées et de l’innovation. Un parfum bourgeois enfin complète le look distingué de celui qui le porte et habille sa peau sans interférer vulgairement avec des beaux tissus ou avec... Je me suis retenu jusqu’à maintenant mais je craque. On ne porte par exemple pas un foret au tungstène comme Invictus avec un col roulé cachemire un peu comme on passe une tenue de travail pour bricoler, non ??

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2014 à 17:17

Compris jle...alors ...j’aime et porte des parfums bourgeois..et j’espère les porter BIEN...de la façon dont vous l’entendez. Tout doit être en adéquation. Merci pour l’explication.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 janvier 2014 à 23:37

Je passe autour, devant, derrière, sans cesse, le regarde mais ne le prends pas. J’ai l’impression de le connaitre trop mais je ne l’ai jamais porté. J’ai l’idée qu’il fait "vieux beau" mais j’ai presque l’âge qui convient pour que justement...Pourquoi diantre ne l’ai-je pas encore vaporisé sur une mouillette ?
Allez, dés que possible, je lui tends poignet, cou, torse lors de ma prochaine sortie-testing. Merci Jeanne de remettre, en tout cas pour moi, ce grand classique sur le devant. Sa découverte, la vraie, celle qui analyse et décide si oui ou non on achète, me fait envie.
Cordialement
Eric

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 27 janvier 2014 à 23:40

Ah, cher Eric, si je parviens à vous faire envie, alors tant mieux !
Allez-y, vaporisez partout où vous pourrez, et vous viendrez nous dire l’effet que cela vous a fait ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2014 à 15:43

Je viendrai dire.
Eric

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 juin 2014 à 20:06

Chère Jeanne,
depuis janvier et ma promesse de revenir vous dire que et quoi sur Vétiver, il y a belle lurette que je l’ai acheté !
D’abord parce que c’était une évidence d’élégance, de fraîcheur, de tenue aussi. Son prix également est un argument, ce n’est pas un parfum très cher. Pour moi, il est jaune pâle et vert clair, aérien , un peu fumé, feuillu, la plante distillée, il décolle et quitte la terre... J’avais une mauvaise expérience du vétiver avec Cœur de vétiver sacré de l"AP, que je trouvais humide, lourd, terreux. Même si Encre noire me plaisait, la note cyprès me le rendait un peu gras et me le réservait pour l’hiver. Mais avec le Guerlain, c’est tout le contraire. J’ai testé aussi la version intense. A mon avis, elle n’apporte pas grand chose, plus épicée peut-être, mais aussi en perte de ce côté aérien de son aîné. Bref, il reste un peu prés du sol.

Connaissez vous le Grey Vétiver de Tom Ford ? Découvert par hasard, j’ai été surpris par son cumul de bonnes choses : fumé, épicé, aérien, frais, élégant, tenace...moderne ? Plus cher mais moins de 1 euro le ml. Ferait-il la synthèse de toutes les qualités des différents vétivers sur le marché ? Il faudra que je m’y penche à nouveau.
Très cordialement
ERIC

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

Farnesiano

a porté Vétiver le 21 avril 2020

Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Habanita

Habanita

a porté Vétiver le 24 juin 2017

Sa note :

Lapurtarra

a porté Vétiver le 29 mai 2016

Sa note :
blablab

blablab

a porté Vétiver le 20 mai 2016

Sa note :
Habanita

Habanita

a porté Vétiver le 30 avril 2016

Sa note :
Habanita

Habanita

a porté Vétiver le 22 mars 2016

Sa note :
iago

iago

a porté Vétiver le 23 février 2016

Même si je me suis parfumé depuis mon adolescence, je ne suis qu’un béotien en matière de parfum . Je découvre depuis peu un monde dans lequel puise mon imagination, mes souvenirs et mes émotions . La (...)
Sa note :

cedric13

a porté Vétiver le 16 décembre 2015

Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 5 novembre 2015

Sa note :
Patrick Barrabé

Patrick Barrabé

a porté Vétiver le 5 septembre 2015

∞ ∆ - C19H28O2 - /al.tʁɥist/ || vecteur permanent d’enrichissement collectif || rendons ce monde meilleur et l’avenir possible - Innovation Advocate - ❤️
Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 14 août 2015

Sa note :
Lanou

Lanou

a porté Vétiver le 3 août 2015

ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 26 mai 2015

Sa note :
Thiago

Thiago

a porté Vétiver le 15 mai 2015

Sa note :
hangten

hangten

a porté Vétiver le 2 avril 2015

Amateur de sports, de livres, de parfums... Et de beaucoup d’autres choses. Je ne maîtrise ni le langage, ni le savoir lié aux fragrances, mais cet univers me parle. Alors, tant bien que mal, je (...)
Sa note :
hangten

hangten

a porté Vétiver le 31 mars 2015

Amateur de sports, de livres, de parfums... Et de beaucoup d’autres choses. Je ne maîtrise ni le langage, ni le savoir lié aux fragrances, mais cet univers me parle. Alors, tant bien que mal, je (...)
Sa note :
hangten

hangten

a porté Vétiver le 3 mars 2015

Amateur de sports, de livres, de parfums... Et de beaucoup d’autres choses. Je ne maîtrise ni le langage, ni le savoir lié aux fragrances, mais cet univers me parle. Alors, tant bien que mal, je (...)
Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 27 février 2015

Sa note :

lucasdries

a porté Vétiver le 19 février 2015

Fan de parfums depuis mon plus jeune âge, j’aime à peu près de tous les styles de parfums, ma seule règle étant de ne pas trop mélanger, et d’avoir le plus que possible de vraies périodes avec un tel ou (...)
Sa note :
KeithRichards

KeithRichards

a porté Vétiver le 10 janvier 2015

Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 22 novembre 2014

Sa note :

lucasdries

a porté Vétiver le 15 octobre 2014

Fan de parfums depuis mon plus jeune âge, j’aime à peu près de tous les styles de parfums, ma seule règle étant de ne pas trop mélanger, et d’avoir le plus que possible de vraies périodes avec un tel ou (...)
Sa note :
Dana

Dana

a porté Vétiver le 26 septembre 2014

Sa note :
hangten

hangten

a porté Vétiver le 16 septembre 2014

Amateur de sports, de livres, de parfums... Et de beaucoup d’autres choses. Je ne maîtrise ni le langage, ni le savoir lié aux fragrances, mais cet univers me parle. Alors, tant bien que mal, je (...)
Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 5 août 2014

Sa note :
Opium

Opium

a porté Vétiver le 4 août 2014

Rédacteur sur auparfum depuis 2011, je suis connu pour mes interventions rapides, brèves, succintes et synthétiques... Il paraît que je pourrais vous en raconter davantage, mais, non. Pour une fois, (...)
Sa note :
Victoire de S.

Victoire de S.

a porté Vétiver le 2 août 2014

Sa note :

à la une

Quando_rapita_in_estasi

Quando_rapita_in_estasi - Filippo Sorcinelli

Superbe extrait de parfum mêlant le spectre d'un chypre floral à des émanations d'encensoir, inspiré par l'héroïne d'un opéra de Gaetano Donizetti.

en ce moment

Tobacco a commenté Vol de Nuit

il y a 8 heures

Je m’etais fait la même réflexion avec le flacon de Shalimar... l’imitation du sceau en plastique,(…)

Farnesiano a commenté Vol de Nuit

il y a 10 heures

Bravo Guerlain ... Au printemps dernier, j’ai commis la délicieuse folie de m’offrir pour mon(…)

hier

Last but not least, I’m not a perfume snob, I’m a perfume snob snob !

Dernières critiques

Thé basilic - Molinard

Mentha fresca

Byzance - Rochas

Néobaroque

Summer 69 - Gas

Sous le soleil exactement

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Divine Bordeaux

Divine Bordeaux

Bordeaux (33)

Divine Saint-Malo

Divine Saint-Malo

Saint-Malo (35)

Philippe K.

Philippe K.

Lausanne (01)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019