Auparfum

Wanted Girl : Azzaro sort l’artillerie lourde

par - , le 6 mai 2019

La marque décline au féminin son succès à gros calibre Azzaro Wanted lancé en 2016.

Après le flacon en forme de barillet de revolver d’Azzaro Wanted, voici la détente de son pendant féminin, Azzaro Wanted Girl. Filant la métaphore armée, la marque italienne promet une « fleur d’artifices », qu’elle décrit comme « explosive, tentatrice et gourmande... mais jamais trop sucrée ».
La composition associe une grenade « fraîche et acidulée » (qui ne dénoterait pas dans une armurerie), une fleur de gingembre « éclatante et sensuelle » (créée grâce à un « co-distillat » exclusif d’absolue de fleur d’oranger et d’essence de gingembre), une fleur de datura « capiteuse et enivrante », le dulce de leche « qui apporte toute la gourmandise au parfum », le vétiver d’Haïti et sa « force pure et vibrante » et une fève tonka « douce et vanillée ».
Pas moins de quatre parfumeurs de chez IFF ont contribué à cette « rencontre explosive » : Fanny Bal, Jean-Christophe Hérault, Loc Dong et Dominique Ropion.

Azzaro Wanted Girl, eau de parfum 49 euros/30ml, 71 euros/50ml, 94 euros/80 ml

Premières impressions

Si les fleurs annoncées se devinent dès le départ, leurs pétales semblent cristallisés dans le sucre, comme figés par des notes lactées, vanillées, envahissantes, et hélas bien écœurantes (je n’ai jamais senti un tel bouquet).
C’est gourmand, c’est fruité, c’est puissant, ça coche toutes les cases du « grand féminin » tel que le marché l’a façonné depuis quelques années, dans ce modèle unique de l’oriental-gourmand-qui-se-prend-pour-un-floral, comme s’il n’existait plus d’alternative possible.
Les équipes qui travaillent continuellement sur ce genre d’accord doivent encore se demander comme distinguer tous ces wins, qui ne sont que les différentes facettes d’un seul et même archétype calibré qui se répète à l’infini, changeant simplement de nom et de flacon à chaque saison...

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Huskussam

par , le 6 mai 2019 à 20:33

J’imagine mal ce que doit se dire une jeune fille d’aujourd’hui sentant un chypre classique.... peut-être : "c’est du parfum ça ?!"

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mai 2019 à 17:20

Vous n’avez pas tort, étant actuellement collégienne, je peux vous assurer que tous ce que mes camarades portent sont des pacthouorientalofruits très commerciaux. On se souviendra aussi de lady million et de la vie est belle qui "sentent genre trop bon quoi" et dont les jeunes fille ne manqueront pas de s’asperger copieusement.
D’ailleurs, je porte sables de , après l’ondée et n°19 et on me fait souvent remarquer que mes parfums sentent, je cite "la mamie, leur mère (petite variante) ou le liquide vaisselle vert ( pour n°19).
Sur ce, bonne soirée :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Absinthe

par , le 6 mai 2019 à 20:12

Aaaaah, enfin la critique d’un mainstream-crabeurk chaussé de semelles compensées en fonte massive, MERCI ça me manquait trop !
Cela dit je comprends à quel point l’exercice doit être ennuyeux, ils se ressemblent tous.
Il y a tout de même une question qui me taraude concernant tous ces euh "machins" qu’on nous vend comme des parfums : pourquoi prennent-ils encore la peine d’y mettre des fleurs, finalement ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 mai 2019 à 20:44

Sans doute car la promesse de fleurs à l’image naturelle rassure et fait vendre.... mais à condition d’avoir un profil olfactif gourmand et sucré. Le paradoxe du marché.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mai 2019 à 12:23

Bonjour Jeanne, et bonjour à tous d’ailleurs !
Concernant les fleurs servant d’alibi nature dans ce genre de production (désolée mais je n’arrive pas à utiliser le terme de parfum ou de fragrance), j’ai presque de la peine pour les jeunes femmes coeur de cible n’ayant sans doute jamais eu l’occasion de sentir une vraie rose, du lilas, du jasmin et j’en passe. C’est plutôt l’idée de la fleur qu’on leur vend. Un peu comme si on leur faisait croire que la fraise des jardins est censée avoir le même goût que la Tagada.
Enfin, j’attends en trépignant mon petit flacon de 1000 edp, acheté à l’aveugle. Là pour le coup y en a de la vraie fleur. Hâte ! :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mai 2019 à 13:47

C’est tout à fait ce que je me suis dit : ça va faire un choc à tout ce monde de se retrouver devant un bouquet de fleur ! Le public de ces parfums pensera-t-il que ce sont des fausses ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mai 2019 à 00:43

En même temps le problème soulevé par Absinthe n’est franchement pas très nouveau, ça fait déjà facilement une quinzaine d’années qu’on se lamente des jus rose bonbon qui se ressemblent tous. Personnellement je ne vois plus l’intérêt de me larmoyer, j’ai fait une croix sur les grandes marques de parfum et même de certaines marques de niche devenues au fil du temps complètement commerciales.
Il faut aller voir du côté des petites marques indépendantes artisanales, il reste encore de belles choses à découvrir comme Rosine ou encore Le Jardin Retrouvé dont personne ne parle sur Auparfum (pas de budget pub de la marque, j’imagine qu’il faut payer pour espérer un article). Je viens d’acheter un flacon de La Rose de Damas de Buly 1803, une vraie merveille ! Il y a des choses, tout n’est pas mort.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mai 2019 à 03:01

Désolée, il y a bel et bien un article consacré au Jardin Retrouvé sur Auparfum. Merci

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mai 2019 à 03:42

Rosine et le Jardin retrouvé sont parmi mes cibles, j’en attends beaucoup. Quant à Buly, je ne connaissais pas : un point de plus sur l’écran radar, merci.

Quand vous écrivez que tout n’est pas mort, je pense que cela s’applique aussi aux grandes maisons honnies. En effet, si je tire une croix sur toutes les maisons qui se fourvoient avec d’affligeants coulis de framboises, je me prive de ce qu’elles font encore très bien : Ô de Lancôme, Vétyver de Givenchy, Eau sauvage de Dior et bien d’autres. Je suis passé chez Guerlain l’autre jour : à côté de la Petite robe renoi, j’ai découvert bien des fragrances plus qu’honnêtes. A l’inverse, chez n’importe quelle maison de niche je trouverai aussi des senteurs qui me laisseront indifférent. Pour moi, pas de préjugé : je butine tous les nectars, au petit bonheur la chance.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mai 2019 à 17:20

Je suis encore époustouflée par la qualité des parfums de l’Officine Universelle Buly 1803. Le Lichen d’Écosse m’a semblé être le plus intéressant de toute la gamme suivi de la Rose de Damas. J’ai hésité mais finalement opté pour la rose dans la mesure où elle est plus féminine. J’aimerais bien sentir ce Lichen d’Écosse sur un garçon.

Dommage qu’il n’y ait pas d’articles sur cette marque ici. Ce serait tout de même plus intéressant que de se larmoyer tous ensemble sur le dernier Azzaro !

Bien sûr il reste encore des choses au cas par cas, mais d’être obligée de me frayer un chemin entre les derniers flankers rose bonbon de La Petite Robe Noire et de Mon Guerlain pour y espérer trouver un bon parfum, ça me gonfle. Je n’achète plus rien chez Guerlain LVMH, mon argent va ailleurs.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mai 2019 à 18:36

Vous avez tellement raison chère Frauduleuse. Nous avons régulièrement besoin d’être rappelés à l’ordre et notre fausse modestie mérite bien ces quelques tirages d’oreille.

Au risque de vous décevoir, bien peu de marques paient pour être présentes sur Auparfum... Si seulement elles pouvaient vous écouter !
Pourtant, nous en avons référencé 580, dont la liste est ici.. Il y aurait de quoi finir moins pauvres.

Pour ce qui est des Parfums de Rosine, il me semble ces quelques articles ont échappé à votre vigilance. Mais c’est certainement une goutte d’eau parmi les centaines d’articles publiés sur Auparfum depuis 2007. Je vous l’accorde. D’ailleurs, vos admonestations, alors, se faisaient sous un autre pseudo. J’avoue qu’il ne me revient pas... vous avez tellement d’identités :).

D’ailleurs, en cherchant bien, on trouve bien une mention à Buly dans cet article sur les idées cadeaux à moins de 40€, mais peut-être leurs créations nous ont-elles moins impressionnés que vous. Enfin, avec des produits à moins de 40€, ils ne peuvent sans doute pas se payer nos articles ! (Je préfère préciser ici que je ne fais que badiner).

Quant au Jardin retrouvé, vous vous êtes corrigée vous-même, mais pour nos lecteurs moins avertis, voici un lien vers la page qui leur est consacrée sur Auparfum..

Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à nous faire vos suggestions. Nous nous connaissons de longue date, et vous savez que nous en sommes toujours friands.

À propos, quel temps fait-il à New York ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 mai 2019 à 23:05

Je vous trouve bien sur la défensive, ça ne valait vraiment pas la peine de me recadrer pour si peu. Enfin bon, surtout ne vous inquiétez pas, je ne vous reprocherai jamais de faire du profit surtout si c’est sur le dos des grands groupes mais rien ne vous empêche de donner un coup de pouce aux petites marques, voilà tout. Le petit groupe de personnes qui participent régulièrement sur ce forum se fout complètement du dernier Azzaro Girl, et vous le savez fort bien. Alors dénigrer les parfums de l’Officine Universelle Buly 1803 leur fera plaisir j’en suis sûre d’autant plus que je suis en contact avec. Et puis c’est gratuit sans grande crédibilité comme remarque, dans la mesure où vous faites la pub de grosses daubes à longueur d’année et que surtout des parfums comme Rose de Damas et Miel d’Angleterre sont très bien notés avec d’excellents avis sur Fragrantica, sans compter la revue vidéo coup de coeur de Persolaise, blogueur anglais très connu et respecté dans le monde de la communauté parfum internationale. Zut, pas de chance sur ce coup ! Oooops !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 mai 2019 à 09:44

Bonjour Fraudeuse,
"de la pub pour des grosses daubes à longueur d’année", vraiment ? Je vous trouve un peu radicale pour le coup.
Quand j’ai commencé à fréquenter AuParfum (en 2008 ou 2010 je ne sais plus), les sorties mainstream étaient souvent décortiquées et commentées avec beaucoup d’humour et de bonne humeur par les membres. Depuis, le site est devenu un peu plus pointu et "élitiste" (au sens noble du terme) et les critiques de mainstream se font de plus en plus rares. Personnellement je les prends comme une sorte de récréation pendant lesquelles, loin de "larmoyer" (nous n’en sommes plus là depuis le temps), on peut se lâcher un peu sur le mauvais esprit. Je ne crois pas que l’image du site ou de ses membres les plus "raffinés" ait à en souffrir.
Parce que tout de même, c’est bon d’être bêtement méchant de temps en temps (**se frotte les mains en affichant un sourire sardonique**). Eh oui, il m’en faut peu pour être heureuse ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 10 mai 2019 à 07:27

Bonjour Fraudeuse
Il y a un petit point sur lequel j’aimerais intervenir , c’est lorsque vous dites que le petit nombre de personnes qui participent sur ce forum se fout des sorties comme celle d’Azzaro...
Je crois au contraire, que auparfum, en 2019, n’est plus là pour rester "entre nous les perfumistas". En vrai , un bon perfumista n’a pas besoin d’auparfum pour aller sentir, apprécier des petites marques, une fois que nos goûts et connaissances se sont un peu raffermis, pas besoin d’un article auparfum pour nous conforter dans nos opinions.
Je crois qu’auparfum, avec la belle vitrine et portée dont il dispose, est là aussi pour dire aux débutants et curieux de toutes sortes comment se porte et fonctionne le marché.
Oui, il faut dire si le dernier Wanted est un fail et pourquoi. Ça n’intéresse peut-être pas la poignée des plus fins connaisseurs du forum (qui peuvent se faire une opinion en un rien de temps) mais ça intéresse les milliers de lecteurs (oui, milliers) qui viennent ici sans oser commenter.
Il y a une véritable portée pédagogique, car c’est ce qui manque cruellement au monde du parfum : de la pédagogie sans regarder de haut, de l’histoire et l’opportunité de se faire une éducation.
Enfin, pour ce qui est de l’argent , est-ce que quelqu’un pourrait enfin se rendre compte de la P***** DE MINE D’OR

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Le retour de Fantômas, des brassées de roses et des volutes de fumée : la revue de sortie parfums #8

Le retour de Fantômas, des brassées de roses et des volutes de fumée : la revue de sortie parfums #8

Parce qu’il y a de plus en plus de lancements, y compris dans les marques de niche, et que l’équipe d’Auparfum tient à vous informer de façon la plus complète possible, voici la revue de sorties, tour d’horizon des flacons qui sont arrivés sur nos bureaux ces dernières semaines.

en ce moment

il y a 16 heures

J’ai eu envie de re-sentir Nuit de bakélite grâce au dossier en cours et j’ai maintenant envie de(…)

Co-Line a commenté Alien

il y a 18 heures

Bonjour Certainnes ou certains auraient senti et essayer la version Flora Futura ? Et mirage(…)

Farnesiano a commenté Azurée

il y a 19 heures

Azurée ? En ces beaux jours d’automne, magie assurée !

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Parfum d'ambre

Parfum d’ambre

Bruxelles (01)

Divine Bordeaux

Divine Bordeaux

Bordeaux (33)

Le Paravent

Le Paravent

Lyon (69)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019