Auparfum

Womanity

Mugler

Flacon de Womanity - Mugler
Note des visiteurs : (47 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Figue high-tech

par , le 16 août 2010

Beaucoup de parfums sont consensuels et se vendent bien (J’Adore). D’autres sont polarisants et se vendent pourtant mieux que certains consensuels (Angel).
Reproduire un succés commercial est toujours une eternelle quête du graal sans recette pré-établie, si ce n’est de miser sur l’une ou l’autre de ces deux catégories de parfum.

Obtenir un parfum qui plaise à tout le monde ou presque, c’est relativement facile, les parfumeurs maitrisent assez bien les ficelles de cet artifice créatif, cependant toujours tributaire d’autres paramètres indépendants.

La consensualité se vérifie très aisément à l’aide des tests consommateurs, où la règle est simple : qui m’aime m’achète, et que le meilleur gagne ! Le principal défaut de ces parfums trop consensuels ? On ne les rachète parfois pas une deuxième fois.

Créer un parfum polarisant, c’est la nouvelle panacée pour construire un succès sur le long terme : moins de gens aiment au premier abord, mais ceux qui aiment adorent et rachètent. On vérifie le caractère polarisant en faisant également sentir à des consommateurs, mais cette fois, on ne regarde que les scores extrêmes attribués, les plus hauts comme les plus bas, plus ils sont importants, mieux c’est.

C’est en partant de ce principe quasi mathématique que l’équipe Mugler a souhaité reproduire, quasi mathématiquement donc, le succès d’Angel.
Ce dernier avait imposé dans les années 90 le concept de parfum “gourmand”. Womanity allait inventer le parfum “sucré-salé”.

Avant toute considération de ce que peut être (ou pas) un parfum salé, rappelons que les saveurs (sucré, salé, acide, amer...) se perçoivent avec la langue, contrairement au goût (chocolat, ail, anis...) qui se déguste grâce à l’odorat, donc au nez. Le salé en parfumerie, comme le sucré d’ailleurs, est donc un subterfuge utilisant le pouvoir de l’évocation donnée par certains ingredients associés (note iodées pour le sel, vanillées pour le sucre par exemple).

C’est ici encore le cas, le headspace de caviar fièrement revendiqué étant tout simplement un accord de calone et d’algues séchées qui surgit dès le départ, accomplissant docilement son rôle de note de tête polarisante.

Le deuxième élément clé dans Womanity, c’est la figue, elle aussi présentée comme issue d’une technologie d’extraction dernier cri, argument de plus en plus avancé pour justifier la prétendue supériorité et unicité d’un nouveau parfum. En l’occurence, cette figue high-tech est plutôt une figue suspendue à un figuier, avec ses notes vertes, feuillues et boisées, qui sans être désagréable, n’en n’est pas moins très sirupeuse et n’a rien d’aussi exceptionnel que le prétend la technologie revendiquée.

Le troisième pillier de ce parfum multi-facettes est cet accord boisé, balsamique et fumé, sombre et sec comme un reste de feu de bois, sûrement composé en grande quantité de labdanum avec sa note caractéristique de réglisse noire, et mêlé à une surdose de coumarine aux facettes de foin séché.

Les notes marines superposées à ce fond omniprésent et à la douceur lactonique de la note fruitée procurent un effet solaire illusoire, une étrange atmosphère de bord de mer, avec un bar à cocktails proposant des pina coladas, au milieu d’un champ de bottes de foin bordé de figuiers.

Un univers complexe, voire confus, à la fois sirupeux et sec, fumé et aqueux, sec et juteux, et finalement pourquoi pas, sucré et salé, mais est-il au final aussi polarisant qu’on voudrait bien nous le faire croire ?

A lire les réactions de mes confrères bloggeurs (Octavian et Carmencanada d’un côté, Méchant Loup, Sixtine, Poivre Bleu et My BLue Hour de l’autre) on pourrait affirmer que le but recherché a bien été accompli : il ne fait pas l’unanimité !

Pour ma part, Womanity n’est vraiment pas le type de parfum que je porterai, il séduira plutot les amatrices de parfums sucrés à tenue ultra-forte (il est quasi indélébile). Je le trouve ni totalement repoussant, ni franchement réussi, juste trop réfléchi, trop compliqué, sûrement trop remanié pour espérer être sincère et spontané, trop torturé pour délivrer l’émotion tant escomptée.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Arpege*

par , le 17 juillet 2019 à 13:04

9 ans après sa création, Womanity est discontinué et semble voué à disparaître... quel dommage !

Mugler avait fait preuve d’audace comme toujours. Il est polarisant. On l’aime ou on le déteste.
Pourquoi l’arreter ?

j’ai donc acheté le flacon 80 ml remplissable lundi dernier. Je n’avaisqu’un mini flacon de 2010 dont la fragrance a bougé de facon importante.

Quel bel objet quand même ! Je ne raffole pas du rose même si c’était cohérent. Le totem a de la gueule même si un peu trop futuriste pour moi mais la fragrance etait osée. Pour l’époque pas si lointaine.

Je vais stocker quelques recharges. Il le mérite selon moi.

Je ne l’ai pas porté souvent mais il m’est arrivé de le sentir à de rares occasions et j’etais toujours surprise car il laissait une bonne odeur de gateau sec à la figue et surtout son fond boisé lacté sentait divinement bon pour autant qu’il soit porté à petite dose.

Je trouve dommage de le supprimer. Tout comme Alien Essence absolue (les recharges subsistent encore mais pour combien de temps).

Je crois avoir compris que Clarins cède sa division parfums à L’OREAL...

Bref, juste pour dire combien ce parfum méritait à mon avis, de continuer sa route.

Le nom n’a pas plu. La pub selon moi était ratée , le flacon pouvait decontenancer... mais à une époque où on parle de plus en plus de parité hommes/femmes ca me semblait avoir du sens pour Mugler, de defendre ce parfum hors norme et le maintenir au catalogue.

J’ai un peu envie de le defendre. Et de le porter.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Co-Line

par , le 21 mars 2019 à 20:10

Bonsoir,
Je cherche un parfum autre qu’Olympea qui était trop sucré pour moi mais avec ce sentiment de vanille/ salée... Womanity pourrait être un subterfuge ou il est trop sucré ?

Je porte Light Blue et Rosabotanica en été mais j’aurais aimé un parfum plus rond, plus réconfortant pour les jours froids..

merci

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

IsauraScarlet

par , le 28 février 2018 à 17:44

Je suis assez triste de voir que ce parfum soit en phase de disparition. Je l’ai découvert il y a 4-5 ans, son odeur singulière m’a frappée ! La note marine est un véritable contraste qui ne peut laisser indifférent. Une odeur non-linéaire, surprenante, repoussante pour certains. Pour moi, ce fut un véritable coup de cœur, de façon assez indéfinissable.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 janvier 2018 à 18:40

Je l’ai acheté à sa sortie. Au début, ca allait. Il etait spécial mais jaimais.
Puis, il commençait à m’écoeurer petit à petit.
Jusqu’ au jour où j’en ai trop mis et j’ai du passer la journée au boulot à avoir la nausée.
Résultat, je l’ai donné.
Beurk. Mauvais souvenir.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 mars 2018 à 21:06

Bonjour, j’ai le meme ressenti sur ce parfum. J’avais adoré son originalité et bizarrement bien que plein de gens le détestent, on me complimentait assez souvent sur ce parfum. Mais j’ai fini par ne plus supporter, je l’ai offert à ma mère, mais je ne sais pas si elle le porte.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

nezzen

par , le 1er janvier 2018 à 17:59

happy new year Auparfum & all participants

passage en Womanity 4 me, discontinuée,
des réserves s’imposent, j’aime cette figue high-tech

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 juillet 2016 à 22:05

J’ai vécu une expérience assez troublante avec ce parfum, lequel a vraiment une propension à susciter des réactions contradictoires. La première fois que je l’ai senti sur la mouillette, je ne vais pas mentir, je l’ai trouvé purement immonde. Trop décalé, trop bizarre, trop fort, avec une note de départ vraiment dérangeante. Cela dit je le trouvais vraiment différent des autres parfums : qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas il a quand même le mérite de ne ressembler à aucun autre parfum. Et rien que pour cela il vaut le détour ;-)

En fait cette expérience olfactive m’a quelque peu troublée. Ce parfum me rebutait autant qu’il me fascinait si bien que je suis retournée le tester mais cette fois-ci sur ma peau et honnêtement quelle différence et puis j’adore le côté salé/sucré (il fallait oser même si certains n’adhèrent pas forcément lol) ! Et puis j’ai fini par apprivoiser son odeur et je suis passée de "mais c’est quoi cette odeur immonde ??!!!" à "j’adore cette note salée insolente !!!!". Morale de l’histoire il en est des parfums comme de l’amour : tout n’est pas histoire de coup de foudre. On a parfois besoin de temps avant de tomber sur le charme d’un parfum. Ce parfum est tellement novateur et dans la démesure qu’il peut en effet rebuter au premier abord mais on peut arriver à apprivoiser une odeur et à lui trouver finalement un certain charme (comme pour un homme ou une femme ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

rose de nuit

par , le 4 avril 2016 à 11:45

Ce parfum est trop comme dirait les enfants
Trop fort trop compliqué trop chargé. Essayé ce jour sur poignet. J espère qu il ne va pas faire fuir mes énfants !
Sûre de ne jamais l acheter en tout cas !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 juillet 2018 à 10:48

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis c’est cela ?’. ... Essayé et adopté ! Très singulier, aquatique, boisé, sucré , salé, indéfinissable quoi !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

billieH

par , le 28 janvier 2015 à 19:43

Anna, pourquoi m’as tu conseillé de tester à nouveau ce parfum ? Je t’en ai voulu tout l’après midi après une virée chez Noc..... et il tient bien en plus ! C’est indéfinissable mais il y au truc là dedans que je ne supporte pas. Sinon j’attends toujours les échantillons d’Ambre russe. Patience. Amicalement

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2015 à 20:35

Tu as bien raison, Billie, Womanity est une absurdité olfactive. Non seulement cette association de figue et de notes marines ne fonctionne pas, mais ça sent positivement mauvais (c’est triste à dire, non ?).
Ambre russe, c’est autre chose : on passe là des abîmes aux sommets.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 janvier 2015 à 21:04

Oui c’est triste à dire, il est rare que je poste un avis négatif ne voulant pas être désobligeante avec ceux qui apprécient le parfum. Mais là j’ai pas pu faire autrement. Mais il est possible qu’il évolue bien sur Anna...j’ai eu ce genre de surprise avec Clair de Musc, très beau sur moi, désagréable sur une amie. Anna, redis nous vite !
Pour Ambre Russe, j’attends les échantillons achetés sur le site de la marque mais que c’est long...bonne soirée

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2015 à 12:26

Mesdames, Yolande, billieH,
Mille excuses pour le temps passé en compagnie de Womanity puisque il vous a indisposé. billieH, je trouvais que cet parfum pouvait être un exorcise intéressant pour ta sœur, une autre approche à tout ce qui est gourmand. Personnellement, j’ai horreur de plupart de notes fruités, mais la manière que cette figue est tourné est différente. J’ai pensé à son bois qui sur moi assez rapidement devient fumé, et comme elle aime encens...J’aurais du penser que cet parfum me rappelle des odeurs de mon enfance ; la plage (sel sur la peau, iode), pas loin d’un petit chantier naval (métal, soudure), j’ai grimpé sur des figuiers avec ma meilleure amie de toujours (feuilles et fruits fraîches et écrases, ça colle méchamment), j’aimais cramer des choses...j’ai facilement fait tout ça en une seule journée et pas qu’une fois.
Ma peau l’étouffe, arrondit, le crame, l’apprivoise. Et la tenue n’est pas aussi longue que les vieux Guerlains. J’aurais du penser qu’il est trop étrange pour la plupart des gents, même si pour moi il est si familier. Il est facile d’oublier que nous avons tous un passé olfactif, des mélanges d’odeurs avec lesquelles nous avons grandis.
Mes excuses. Et le racontage de life était inévitable.
Je suis preneuse pour toutes vos mélanges étranges.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2015 à 12:44

PS : L’entré explosive calone sucré est si chimique et aussi naturelle que du pétrole. S’il ne devenait pas plus organique, je serais incapable de le supporter.
Et ne t’en fait pas pour Ambre Russe, la patience et le plaisir vont parfaitement ensemble.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2015 à 13:06

Oh la la Anna, ne t’excuse pas, je te taquinais plutôt qu’autre chose. Cela fait aussi plaisir de découvrir des parfums originaux et de pouvoir les détester. Donc merci. Et super le retour sur le passé, j’ai eu envie un instant de partir au bord de la mer mais plutôt avec kenzo pour homme pour l’iode ou Un jardin en Méditerranée...Tiens, j’ai enfin découvert Soir de Lune de Sisley, j’aime beaucoup. Il est sur mon poignet et devient très beau, élégant je dirais !
Quant à Womanity je crois après coup que c’est la figue salée qui me dérange mais il me faut reconnaître son originalité, il ne ressemble à aucun autre ce qui est en soi une qualité.
J’attends un Parfum de Charmes et feuilles, je viens de l’acheter sur les conseils de Milena, tu connais ?
Bonne journée

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2015 à 14:31

J’aime beaucoup Eau de Kenzo, j’ai même porté la version féminine. Comme Opium le dit bien, ils ont quelque chose de en peu plastique qui cloche. Des parfums "marins" sont pour moi plus des concepts, idées intéressentes, que autre chose. Par contre des Jardins d’Ellena ont du panache. J’aime son style.
Je ne connais pas le Parfum de Charmes et feuilles, tu me ferras un rapport, hein, avec ses aromates, je suis intriguée.
Et Soir de Lune manque certes d’originalité, par contre j’ai eue des échantillons, crème, gel douche et le parfum est addictif, confortable, élégant et chaque fois que je les utilise, je suis étonnée par leur qualité. Le prix est élevé pour mainstream, mais la crème est hors de ce monde, elle seule suffise pour être parfumé une journée entière en plus, j’ai envie de me tartiner avec jusque à la fin de mes jours...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2015 à 15:11

Bonjour billieH, bonjour Anna,

Je m’incruste un peu ;-), pardon les filles.
Juste je voudrais dire que je connais le parfum de Charme et Feuilles. Je l’adore et je l’ai porté pendant au moins 3 ans non stop quasiment. Il y a 4 ans...
C’est un beau parfum végétal, poivré, très très vert, boisé et aromatique. Il y a des notes poudrées que j’arrive à détecter sur la fin d’évolution.

Sinon le Womanity je trouve pas mal mais il manque un truc, le Truc même. Et puis, la bouteille me donne pas du tout envie. Bon, après tout c’est le jus qui compte. mais bon... j’arrive pas. Pas bien grave ;-)
Une collègue le portait et c’était très agréable sur elle. Mais sans plus. Je trouve Kenzo Homme plus intéressant, plus poudré.

Les Jardins de... d’Ellena, comme vous, j’adore aussi. "En Méditerranée" sent plus la pistache verte sur moi. Je suis complètement accro à cette eau de toilette. Dès que je fini le flacon je le rachète :-))) Je le porte pas tous les jours mais assez souvent, même en hiver, et surtout ... après ma douche de soir, avant me coucher. Pour dormir quoi :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 29 janvier 2015 à 23:04

Bonsoir Bella et Anna, je vous tiens donc au courant dès réception de cette petite merveille. La description est tentante hein Anna ? Bonne nuit

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Badiane

par , le 20 novembre 2014 à 15:00

Je lis auparfum.com depuis plusieurs mois, mais c’est la première fois que je me lance à rédiger un avis.
Depuis une quinzaine d’années, je suis "in love with" Sisley Eau du Soir. Mais je ne le sens plus sur moi. Même avec la combinaison Parfum+Crème+Déo... RIEN ! Même suite à mes escapades vers Eau n°1 et Eau de Campagne... La vendeuse de ma parfumerie favorite m’a dit : "Changez pour mieux y revenir..."
Aucun autre parfum de me plaisait autant que Eau du Soir. Chaque essai que j’avais fait se concluait par au pire "ça pue" ou au mieux "ce n’est pas moi".
Et puis... l’électrochoc... un coup de foudre olfactif... une attirance irrépressible, mais à la fois une crainte, un sentiment de rejet : Womanity
J’ai utilisé un lait pour le corps Womanity qui m’avait été offert, puis un échantillon de l’eau de parfum à dose homéopathique. Chaque jour que je le portais, je me sentais d’une force animale, d’une séduction dominatrice, mais aussi d’une douceur faussement innocente. J’envisageais alors de faire de Womanity MON parfum.
J’avais un a priori négatif, car pour moi, Mugler=Angel, et je suis incompatible avec Angel, trop femme lolita, pas assez féminité assumée. J’ai d’abord fait des tests auprès de mon entourage : mon mari m’a dit "Ah ?! C’est pas le même que d’hab ?", mon amie m’a dit "Beurk ! On dirait un légume qui a pourri au soleil sur une coquille d’huître !". Une conseillère beauté m’a dit : "La dernière fois que j’ai pris l’avion, une hôtesse s’en était aspergée, j’avais mal au coeur"... ça calme ! Je n’allais pas me parfumer d’une fragrance incommodante, quand même ?! Un jour, j’ai même failli renoncer car j’avais cru déceler des notes de noix de coco dans la fragrance sur ma peau... mais non, fausse alerte !
Concernant le jus en lui-même, je ne peux le qualifier en termes d’équivalence, ou de composants, je n’ai aucune compétence olfactive. Je ne peux que le décrire tel que je le ressens : je trouve qu’il ne ressort pas correctement sur une bandelette-testeur. Sur ma peau, il vit, il s’exprime et je ressens profondément son animalité, sa félinité non pas de chat, mais de lion ou de tigre, un fauve de grande envergure. A tel point que mon amie qui le trouvait atroce sur une bandelette, m’a dit « c’est toi, c’est puissant » quand elle l’a senti sur ma peau.
Quant à son flacon, il est trop compliqué, j’aime l’épuré (je n’aime pas le bouchon d’Eau du Soir d’ailleurs), sa couleur rose layette de fifille bien sage : elle est en désaccord total avec mon ressenti du jus, son nom : why not bien qu’un nom mixte lui irait mieux.
Malgré tous ces freins, mon attirance pour Womanity est trop forte, j’ai décidé de le faire mien, nous allons nous apprivoiser, nous dompter mutuellement, et commencer - qui sait - une belle histoire d’amour.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 novembre 2014 à 16:19

Bonjour Badiane,

Bienvenue et merci pour votre sympathique récit.

Vous avez eu la bonne intuition en poursuivant le test sur peau, trop de gens achète un parfum sur un coup de mouillettes, puis finissent déçus une fois le parfum porté sur peau.
Votre attraction-répulsion pour Womanity montre bien là que ce parfum ne vous laisse pas indifférente. Il y à des parfums avec lesquels on joue au chat et à la souris pendant quelques temps avant de pouvoir les apprivoiser. On finit toujours par y revenir, et souvent, comme vous, à y succomber :-)

Je ne pourrais jamais porter Womanity, je n’aime pas ce qu’il sent. Mais je l’aime pour ce qu’il est.
Ce qui me plait dans ce parfum, comme d’ailleurs dans la plupart des Mugler (j’adooOOooOOre Alien), c’est qu’il est signé et racé. On ne peut pas décrire ce parfum par comparaison avec un autre parfum, ce qui est plutôt bon signe à mon avis.

Certain reprocherons à la maison Mugler de toujours chercher l’originalité jusqu’au too much, mais cela n’est-il pas plus louable que de tenter de reproduire les succès de la concurrence comme d’autres marques savent le faire ?

Cette figue à l’eau de mer au sillage puissant, sans être complètement folle, propose quelque chose d’unique, en cela il peut devenir un parfum signature.

Je vous souhaite un agréable « apprivoisement » de Womanity.

Bonne journée,
Thelittlebox
(En m’excusant pour l’orthographe)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 20 novembre 2014 à 20:41

Bonjour et bienvenue, Badiane !

C’est un sacré saut que de passer de L’Eau du Soir a Womanity !

Ils ont en commun une puissance et un sillage/fragrance remarquables dans les deux sens du terme.

J’aime croiser Womanity. C’est une digne création muglerienne, prise de risques totale. Le premier parfum sucré/salé. Figue et caviar (qui peut effectivement faire penser a un arôme d’huître /facette marine iodee).

Si un jour vous pouvez vous procurer une version hélas éphémère de Womanity qui s’appelle "Le goût du parfum" Womanity Chutney de figues, foncez !(Site d’enchères, internet etc )

C’est Womanity mais sa note caviar salée a ete atténuée et la note sucrée de la figue est amplifiée. Une merveille !

Cette année la, Angel s’était vu rajouter du cacao amer et Alien (que j’adore) du caramel beurre salé.

Bravo pour votre choix. Continuez a doser Womanity "homeopathiquement" car il a un sillage époustouflant. Comme Angel d’ailleurs.

Fiez-vous a votre ressenti, si vous avez eu ce coup de coeur, ce n’est pas pour rien.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 janvier 2014 à 20:41

Découvert et testé grâce à Auparfum, voici un régal à mon sens trop méconnu ! Womanity, un flacon horrible, un nom digne d’Eau Jeune mais alors.... Ce jus !!!! Je ne le trouve pas forcément salé comme il est désigné, mais il présente une innovation majeure pour moi c’est le premier parfum froid ! Womanity c’est pour moi une figue glacée, une figue polaire. Une figue qu’on ose pas croquer. Elle est la, elle nous nargue, nous fait envie mais on se retient, la peur, la crainte d’un fruit étrange, un peu venu d’ailleurs.
Je trouve qu’Alien pour le coup aurait été le nom parfait de ce parfum bien plus engagé que le vrai "Alien". Il plait ou il est déplaît, le descriptif de Jeanne est très juste mais quel bonheur pour qui sait l’apprécier. il incarne la beauté froide des femmes fatales qui ne veulent rien dévoiler. La curiosité est de mise , cette figue polarisante se mêlant aux esturgeons dans les eaux du grand Nord nous attire tel un aimant de par sa complexité incompréhensible au premier abord, alors forcément on y vient, on y revient et on y revient encore avant d’avoir un véritable avis. C’est Mugler, c’est innovant, avec son lot de pour et de contre, mais la vraiment pour moi c’est réussi et terriblement addictif. Je n’avais jamais perçu un parfum comme froid, et même si cela peut déranger certains je trouve que le pari est totalement réussi.
Apres le nom, le flacon j’ai un autre bémol qui vient de cette fragrance si spéciale qu’elle n’est à mon sens pas si féminine que ça alors franchement Mr Mugler pourquoi l’avoir appellé Womanity soit féminité. S’il est parfait sur une femme, je le verrai bien sur un homme notamment la version limitée "cuir" mais avec un nom pareil c’est tellement dommage.
4 étoiles quand même, il faut bien encourager les rares qui osent proposer quelque chose de différent.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 15 janvier 2014 à 22:50

Hi, Guillaume83. On a pas mal de gouts en commun...J’aime des parfums "froids". Et les "chauds" aussi, des extremites. C’est etonnant que c’est le seul que vous trouvez "froid". Selon moi, il y a Iris Silver Mist tres "froid" ; Rive Gauche et Eternity sont froids aussi, mais fleuris et metalliques. Il y en a encore, mais ce sont des premiers dans mon esprit.

Je trouve que le nom Womanity est si generique. Pompeux, sans raison d’etre. La bouteille, un totem de futur, il n’est pas terrible, mais il y a bien pire. Au moins, il n’est pas en plastique. Je vois une certaine logique dans la bouteille. Normalement, quand je pense au totem, je vois "chaud" et bois avec des epices avec des Indiens autour.

A part Cologne, c’est le seul Mugler que je porte. Et je porte seulement ce que me donne du plaisir. J’apprecie Alien aussi, sur des autres. J’aime comparer des impressions et des similitudes entre des porteurs du meme parfum. Une recherche psyco-sociologique privee.

Faites l’abstraction de nom et du flacon et profitez du jus. Egoïste-ment. C’est vrais Womanity n’est pas le plus discret. 2-3 pchiits et basta ! Personne autour de moi ne c’est jamais plainte, c’est vrai, le jus est singulier. Et la personne qui la porte, il parait aussi.

Je trouve qu’il me va a merveille, mais je me soucis peu des opinions des autres. Si je derange personne, naturellement. Tout les notes sont bien la, mais ce que dure le plus longtemps c’est calone et le bois. Il est meme fume, j’aime beaucoup.
Et puis il a un cote animal, pas sale comme certains, mais distant et imprevisible, inatendu.Un peu dangereux, mais reserve.
Oui, je suis accro.

Je lui avais ressiste pendant 2 ans. Je l’avais sentie, a la sortie, sur une connaisance une au deux fois et je n’aimais vraiment pas la personne.
Maintenant, apres l’abandon definitif, je prend mon pied avec. Oui, il est complique, trop reflechi, inatendu, inhabituel...mais il m’obsede et je ne veux plus luter ni comprendre. Comme dans une relation amoureuse, mais cette fois meme si je risque avoir mal, ca sera delicieux.

Laissez vous faire...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 janvier 2014 à 01:46

C’est vraiment intéressant Guillaume et Anna sur les notions de chaud et de froid. Si on croit pouvoir parvenir à différencier le froid du chaud dans la vraie vie (quoique pas toujours, cf l’eau bouillante qui paraît glaciale et la neige qui brûle...), la mission devient presque impossible quand il s’agit d’étendre cette notion de chaud et de froid à d’autres choses.

Je pense par exemple aux couleurs (oui je sais je vous tanne avec mes couleurs, mais le parallèle est souvent fort !). On différencie très souvent les couleurs chaudes des couleurs froides. Mais est ce qu’une telle couleur est chaude ou froide ? Et bien, comme toujours, la réponse change en fonction des époques et des lieux. Aujourd’hui le bleu est la couleur froide par excellence (c’est même le "plus froid que froid" !). Dans le Traité des couleurs de 1810 de Goethe, il y a deux couleurs mises en avant : le bleu et le jaune. Et... Le bleu est la couleur chaude et le jaune la couleur froide ! Sans vous parler du bleu médiéval, riche, chaud, puissant...

Est ce que c’est pareil en parfum ? Pire, je dirais que le discours est encore plus difficile puisque LE duo préféré des gens pour décrire un parfum rejoint une sorte "d’échelle de température" ==> c’est frais/c’est fort. Or, l’expérience m’apprendra que c’est frais = j’aime bien et c’est fort = je n’aime pas. Donc on oublie pour la température.

Quelles odeurs sentent le froid ? Je me souviens de l’article de Denyse sur l’eau froide qui demandait quels parfums on considérait comme froids.

Beaucoup de réponses désignait des iris, qu’effectivement les passionnés associent au froid, ou pire, à la frigidité. Ce qui est déjà tout de suite beaucoup plus connoté socialement... Parce que l’iris ne serait pas culturellement associé au domaine de la séduction, alors par une sorte de syllogisme peut être douteux, il serait froid ? Et quid de Dior Homme par exemple ? Tout simplement, l’iris est associé à des notes gourmandes et vanillées tout de suite beaucoup plus... Comestibles.

Les verts. Il est vrai que j’associe beaucoup les verts à une idée de "fraîcheur", ils ont le mordant et le naturel de la rosée, beaucoup plus palpable que des vents chauds. Et surtout, la quasi totalité des notes vertes en parfumerie sont travaillées sur le mode du froid, la seule exception selon moi étant la somptueuse Heure Vertueuse de Mathilde Laurent pour Cartier, qui traite pour la première fois les notes vertes comme des notes chaudes (ou tièdes disons). Et - comme pour l’exemple avec Dior Homme - Must de Cartier n’est pas un vert chaud, la note verte y est on ne peut plus classique. C’est le fond oriental qui est "chaud".

Et un exemple précis, cité par Denyse, Géranium pour Monsieur ? Là encore, je crois que l’association culturelle est on ne peut plus forte. On nous vend depuis l’enfance la note mentholée comme étant la note la plus froide de tout le répertoire olfactif dont nous disposons. Le sirop de menthol (bleu polaire ! Cf ce que je disais plus haut sur le bleu plus froid que le froid), le dentifrice booster de fraîcheur (pour une haleine fraîche !), etc. Mais... L’huile essentielle de menthe... Brûle la peau ! (Agréablement, très agréable contre les maux de tête). Ou alors la rafraichit t-elle ? Et là, le concept et le percept se perdent...

J’ai fait suffisamment long, mais pour le chaud aussi il y a tout un débat (notamment sur le pouvoir des orientaux, la sensualité, la tonalité du chaud...).

Bref...

Vive l’odorat !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 janvier 2014 à 02:19

Super interessant cette retransmission de l’olfactif en couleurs, sensations visuelles et tactiles. Comme si le spectre olfactif, la carte d’identite d’une senteur peut etre convertie en spectre chromatique en plus d’un trace "encephalo". Ce qui est vrai. Mais rares sont ceux qui ressentent cela. En definitive, il semblerait que nos reperes soient faux s’ils sont acquis et non innes.

Je suis assez epatee par ce don rare qui t’evoque une palette. Les sens sont sur developpes chez toi ! J’ai lu que d’autres aussi ressentent ainsi les parfums.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 janvier 2014 à 03:50

Oh mais je ne parle absolument pas de synesthésie ici, juste d’une sorte d’échelle de température appliquée aux odeurs, et ce anglé selon une histoire sociale et culturelle du monde occidental (ouais, en vrai je suis journaliste pour Positif).
#LesParfumsCaSentBon

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 16 janvier 2014 à 23:43

Merci, Jicky. Vous n’est pas le seul avec des coleurs et des odeurs. Ah, des gouts et des couleurs. Moi aussi, j’ai une perception des deux, trois meme, il parait inhabituelle. Quand j’essaye de expliquer ca autour de moi, ils pensent que je suis tombee beaucoup sur ma tete en etant petite...des odeurs et des couleurs me font plus d’effect que au autres. Ca peut aller jusque a l’invasion. La nausee provoque par des couleurs, l’etouffement.
J’ai eue une prof de l’histoire d’art qui etait allergique a la categorisation des couleurs chaud/froid. Mais, on manque de moyens quand il s’agit d’exprimer des impressions, des emotions. C’est ce que on fait ici, on essaye de decrire indescriptible, on a besoin de le faire. Trouver que on est pas les seuls, hantes par tant de beaute, de details, d’emotions que on ressente grace a nos nez. On s’eclate !

Je m’excuse aux sensibles pour mon ortographe, francais n’est pas ma langue maternelle...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Arpege*

Arpege*

a porté Womanity le 17 juillet 2019

Anciennement Arpège (sans asterisque).
Sa note :
IsauraScarlet

IsauraScarlet

a porté Womanity le 28 février 2018

Jeune femme ayant nouvellement découvert une véritable passion pour les fragrances. Je suis en permanente quête d’odeurs dans l’espoir d’un jour, créer mon premier (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 1er janvier 2018

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 31 décembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 30 décembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 20 septembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 19 septembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 18 septembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 17 septembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :

TORA

a porté Womanity le 22 juillet 2017

Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 22 juin 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :

Neo_Frite

a porté Womanity le 15 juillet 2016

Sa note :
Lanou

Lanou

a porté Womanity le 2 juillet 2015

ana

ana

a porté Womanity le 29 juin 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 15 mai 2015

Sa note :
Lanou

Lanou

a porté Womanity le 14 avril 2015

Lanou

Lanou

a porté Womanity le 13 avril 2015

ana

ana

a porté Womanity le 31 mars 2015

Sa note :

Boyk

a porté Womanity le 30 mars 2015

ana

ana

a porté Womanity le 7 mars 2015

Sa note :
tu pues le style

tu pues le style

a porté Womanity le 20 février 2015

Marketing & Fragrances lover.
Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 10 février 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 27 janvier 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 25 janvier 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 23 octobre 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 17 octobre 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 18 septembre 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 12 août 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 11 août 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 9 août 2014

Sa note :
tu pues le style

tu pues le style

a porté Womanity le 2 août 2014

Marketing & Fragrances lover.
Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 29 juillet 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 23 juillet 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 22 juillet 2014

Sa note :
tu pues le style

tu pues le style

a porté Womanity le 4 juillet 2014

Marketing & Fragrances lover.
Sa note :

à la une

Folie bleue

Folie bleue - Godet

Une réédition qui semble avoir ramené de 1925 tout son charme bucolique et poétique.

en ce moment

sigisbée a commenté Loulou

hier

Bonjour Chloé, C’est avec bonheur que je lis votre poste. En France, nous avons la chance(…)

Jicky a commenté Folie bleue

il y a 2 jours

Bonjour Absinthe, j’imagine que vous le connaissez déjà et que vous avez déjà une opinion à son(…)

Duolog a commenté Cuir de Russie

il y a 3 jours

Particularité de ce Chanel : qu’il pleuve, qu’il vente, qu’un soleil d’hiver - ou même de printemps(…)

Dernières critiques

Philosykos - Diptyque

Abstraction figurative

Cardinal - Heeley

Encens dansant

La Peau nue - Celine

Tendre épiderme

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019